L’exploitation animale : prévisions d’ici 2026

L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture a publié un nouveau rapport, au sujet des perspectives agricoles pour la période 2017-2026. C’est l’occasion de porter un regard approfondi sur l’évolution de l’exploitation animale.

Cette évolution ne peut être comprise qu’à l’échelle mondiale. Il n’est pas possible, si on fait les choses sérieusement, de se limiter à ce qui se passe dans son propre pays, même si c’est bien sûr important.

En effet, de la même manière qu’il existe un effondrement complet de la population animale vertébrée ces cinquante dernières années, il y a un accroissement de la population animale utilisée dans l’exploitation animale.

Le rapport nous fait la projection suivante au sujet de la « viande » :

« En 2026, la production de viande devrait avoir augmenté de 13 % par rapport à la période de référence (2014-16).

La hausse a été de près de 20 % au cours de la décennie écoulée. Les pays en développement devraient représenter la majeure partie de l’augmentation totale, moyennant une utilisation plus intensive d’aliments pour animaux dans le processus de production. »

Pour les produits laitiers, il y a également un accroissement :

« Sous l’effet de l’accroissement des revenus et de la population, mais aussi de l’uniformisation des habitudes alimentaires dans le monde, les pays en développement devraient consommer davantage de produits laitiers.

La consommation par habitant devrait passer de 20.2 kg (extrait sec du lait) en 2014-16 à 21.4 kg en 2026 dans les pays développés, et de 10.9 kg à 13.2 kg dans les pays en développement. (…)

La croissance de la production mondiale de lait devrait être ramenée de 1.94 % à 1.87 % par an au cours de la décennie à venir. La production devrait toutefois avoir augmenté de 22 % à l’horizon 2026 par rapport à la période de référence (2014-2016). »

Pour les animaux marins, voici ce qui est prévu :

« La production totale de poisson à l’échelle mondiale devrait gagner tout juste plus de 1 % par an sur la période visée, soit bien moins que lors de la décennie précédente (2.4 %).

En termes absolus, la production totale devrait atteindre 193.9 Mt d’ici 2026, signant une hausse de 15.2 % (25.6 Mt) par rapport à la période de référence, en partie sous l’effet d’un épisode El Niño anticipé en 2026. (…)

La décélération observée dans l’aquaculture devrait se poursuivre puisque la croissance annuelle devrait passer de 5.3 % sur la période 2007-16 à 2.3 % sur la période 2017-26.

La production aquacole devrait supplanter les captures (y compris celles destinées à des usages non alimentaires) en 2021, année au cours de laquelle ces dernières devraient s’inscrire en baisse du fait d’un épisode El Niño ; elle devrait ensuite continuer sa progression en termes absolus jusqu’à la fin de la période de projection.

La production aquacole mondiale devrait passer la barre des 100 Mt pour la première fois en 2025 et atteindre 102 Mt en 2026. »

Ces constats, faits par un organisme on ne peut plus sérieux, montrent bien qu’à l’échelle mondiale, l’exploitation animale connaît une croissance.

Une croissance économique, une croissance en termes d’animaux martyrisés, mais également une croissance culturelle, dans la mesure où la consommation « occidentale » se généralise.

Cela signifie, si l’on regarde les choses objectivement, que d’ici 9-10 ans, l’exploitation animale sera plus forte économiquement et plus ancrée dans les mœurs.

Le « moteur » est ici le développement anarchique des pays du tiers-monde, avec une urbanisation débridée et un style de vie chaotique, calquée sur les pays occidentaux jusqu’à la caricature.

La FAO dresse un tableau assez apocalyptique malgré le ton tout à fait mesuré : le déséquilibre mondial sur le plan de la consommation de produits d’origine animale se résout, mais d’une telle manière que cela implique une pression gigantesque sur les animaux.

« La consommation mondiale de viande par habitant devrait se stabiliser à 34.6 kg en poids au détail d’ici à 2026, soit une progression de moins de 500 g par rapport à la période de référence.

Toutefois, compte tenu du fort accroissement démographique dans une grande partie du monde en développement, la consommation totale devrait augmenter de près de 1.5 % par an.

La consommation supplémentaire par habitant se composera principalement de viande de volaille, tandis que la consommation par habitant de viande porcine sera en recul à l’échelle mondiale.

En valeur absolue, l’augmentation de la consommation totale des pays développés représentera au cours de la période de projection environ un cinquième de celle du monde en développement, où elle est alimentée principalement par une croissance démographique et une urbanisation rapides.

Ces facteurs jouent un rôle particulièrement important en Afrique subsaharienne, où la consommation totale au cours de la période croît plus rapidement que dans toute autre région. »

Quelle réponse apporter ? C’est très simple : il est absurde de penser qu’une lente évolution des mœurs, apportant l’existence d’un minuscule secteur végan dans la société, va réellement apporter quelque chose.

Les scientifiques du dernier rapport sur l’extinction en cours disent que nous avons 20-30 ans ; on peut penser la même chose.

Ou bien un pays décroche du système de l’exploitation animale, par une révolution, indiquant au monde un chemin totalement différent, mobilisant à l’échelle mondiale en sa faveur, provoquant d’autres révolutions…

Ou bien cela sera trop tard et les secteurs vegans existant dans les pays occidentaux ne seront que le pendant à la mondialisation de l’exploitation animale.

Regardons ce que dit la FAO sur la production de lait de vache aux Etats-Unis, d’ici 2026 :

« La production laitière des États-Unis devrait augmenter de 1.1 % par an au cours de la décennie à venir ; cette hausse tiendra essentiellement à celle des rendements (1 % par an). »

Que signifie ce terme de « rendement » ? Davantage de pression sur les travailleurs bien entendu, mais surtout une pression encore plus grande sur les animaux. 1 % par an est un chiffre gigantesque si l’on considère cela à l’échelle d’une décennie !

D’ailleurs, la croissance de l’exploitation animale va de paire avec un ciblage bien précis sur certains animaux, parallèlement à l’extinction d’espèces sauvages, d’ailleurs :

« La production de certaines espèces d’eau douce, comme les silures, les pangas, les tilapias et les carpes, devrait afficher les plus forts taux de croissance au cours des dix prochaines années, tous supérieurs à 35 %, contre environ 27 % pour le saumon/la truite, et 28 % pour les crevettes, et environ 24 % pour les mollusques. »

Ces chiffres sont terribles et prouvent bien que l’exploitation animale s’étend, se modernise, augmente sa puissance destructrice.

Prenons un autre exemple, avec ce que dit la FAO sur la production de viande au Brésil :

« La croissance de la production brésilienne tirera parti de l’abondance des ressources naturelles, des aliments du bétail et des pâturages, ainsi que des gains de productivité et, dans une certaine mesure, de la dévaluation du réal. »

Traduit en langage normal, cela signifie ni plus ni moins que la continuation de l’anéantissement de l’Amazonie.

Mais cela est vrai pour d’autres pays, car la production de « viande » se concentre souvent, comme toujours dans la division du travail de type capitaliste, fondée sur la compétition et la spécialisation :

« En 2026, la production de viande bovine dans les pays en développement aura augmenté de 16 % par rapport à la période de référence, et représentera 80 % de la hausse de la production de ce type de viande.

Pas moins de 75 % de cette production supplémentaire est attribuée à l’Argentine, à la Chine, au Brésil, à l’Inde, au Mexique et au Pakistan. »

Cela veut dire également que dans ces pays, l’exploitation animale formera un secteur d’une importance capitale, façonnant les mœurs, imprimant ses valeurs, mobilisant l’État en sa faveur, bref faisant de ces pays de nouveaux bastions.

Cela signifie aussi que des structures comme la FAO seront encore davantage mobilisées en faveur de l’exploitation animale, puisque celle-ci sera encore plus incontournable dans l’alimentation humaine.

La FAO s’inquiète d’ailleurs des « politiques commerciales » et des « problèmes sanitaires et de sécurité des aliments liés aux épizooties » qui pourraient perturber la marche en avant de la production de « viande ».

Enfin, l’un des points essentiels d’ici 2026 est que l’aquaculture va devenir majoritaire dans l’exploitation animale des poissons. La FAO constate « sobrement » :

« La croissance future de la production de poisson devrait tenir essentiellement à l’aquaculture.

Le secteur aquacole devrait continuer de croître grâce à l’intensification, la diversification des espèces, l’expansion dans de nouveaux milieux, y compris les eaux extracôtières, et l’introduction de technologies d’élevage innovantes et plus économes en ressources. »

Mais ce que cela signifie, c’est que l’océan, ce dernier bastion de la vie sauvage malgré bien entendu la pêche, va désormais devenir directement intégré à l’économie de l’exploitation animale, dans son ensemble.

En effet, les conséquences d’une industrialisation de l’exploitation animale des poissons vont être d’une importance terrifiantes pour l’équilibre de l’océan.

Nous avons 20, 30 ans… Pas plus.

Articles pouvant vous intéresser