Etude sur le potentiel planétaire de l’aquaculture

Nature Ecology & Evolution est une nouvelle revue scientifique, existant en ligne depuis le début de l’année. C’est une revue indépendante sur le plan du contenu, mais lié à l’une des principales revues scientifiques mondiales, Nature.

De manière dramatique, cette nouvelle revue a publié un article marquant l’ouverture d’une nouvelle époque, celle de la crise écologique finale, avec l’organisation de l’exploitation animale à l’échelle de l’océan.

Un nouvel article, Mapping the global potential for marine aquaculture, vient en effet de proposer une cartographie du potentiel de l’aquaculture océanique. C’est un pas ouvert vers la destruction finale de la planète, dans la mesure où toute la vie se voit asservie pour une consommation immorale et destructrice.

L’article se veut ouvertement au service du projet général d’aquaculture océanique et la première phrase de l’article est explicite :

« L’aquaculture océanique présente une opportunité pour augmenter la production de nourriture marine, face à la demande croissante de protéines marines et la perspective limitée d’expansion des pêches de poissons sauvages. »

Le cynisme d’une telle phrase est impressionnant et typique de scientifiques sans conscience. Traduit dans un langage normal, cela donne : nous avons tellement anéanti la vie sauvage de l’océan qu’il faut désormais asservir l’océan lui-même.

L’article présente donc l’océan comme une « ressource agricole » et, pour la première fois de manière formelle, s’intéresse non pas à des zones spécifiques ou des espèces particulières, mais à l’aquaculture à l’échelle planétaire.

L’article est ainsi le résultat d’une double analyse, avec l’utilisation de toutes les données scientifiques disponibles : tout d’abord ont été étudiées les caractéristiques de 120 poissons et de 60 bivalves, c’est-à-dire certains mollusques comme les huîtres et les moules.

Les scientifiques partent du principe que les poissons devront faire en moyenne 35cm (la « taille d’une assiette ») et les bivalves 4cm de long : comme on le voit, rien n’est laissé au hasard pour satisfaire les exigences de l’exploitation animale et de la commercialisation des « produits ».

Ont été prises en compte la question de la profondeur, de l’alimentation, des conditions environnementales, des températures minimale et maximale supportées.

Ensuite, l’océan a été cartographié en entier et divisées en petites zones, pour voir les possibilités de production. Puis, ensuite, les chercheurs ont enlevé les zones non adéquates, en partant tout d’abord du fait que les zones à plus de 200 mètres de profondeur n’ont pas été prises en compte en raison de la difficulté qu’il y a à « ancrer les fermes » à cette profondeur.

Les chercheurs – plutôt les criminels – ont ensuite enlevé les zones inadéquates, comme celles où l’oxygène se dissout trop lentement ou où il y a trop peu de phytoplanctons. Les zones où il y a trop de bateaux ont été enlevés, comme les zones protégées, celles aussi où passent de nombreux bateaux.

Des zones à moins de 200 mètres, il a fallu ainsi enlever 25.3% du total en raison du trafic maritime, 3,9 % à cause de la dissolution problématique de l’oxygène, 2,5 % à cause des plate-formes pétrolières, seulement 0,1 % à cause des zones protégées.

Le résultat est terrifiant, puisque les chercheurs proposent pas moins de 11,4 millions de km² disponibles pour l’exploitation des poissons, 1,5 million de km² pour celle des bivalves.

L’article annonce la possible « production » de 15 milliards de « tonnes de poissons » (sic) chaque année.

Comme bien entendu, les chercheurs auteurs de l’article comptent faire carrière, ils mentionnent certains points encore à étudier. Ils parlent ainsi de la question de l’accès aux marchés et aux ports, de la nature des infrastructures portuaires, de la disponibilité du capital « intellectuel » et du capital « business », des « interactions sociales » avec les entreprises de pêche existantes, etc.

Les zones considérées comme les plus propices à l’aquaculture, celles au meilleur potentiel sont en rouge.

C’est à cela qu’on voit bien que sans révolution, l’exploitation animale se maintiendra et se renforcera, disposant de moyens économiques, d’appuis politiques, de soutiens scientifiques.

On a déjà passé le cap des 50 % pour la part de l’aquaculture dans la « production » de poissons par l’exploitation animale et ici on a un exemple de comment un grand saut dans un monde où la vie serait entièrement subordonnée, à l’échelle planétaire, à un mode de vie destructeur.

La France a ici un potentiel énorme, malheureusement ; c’est d’ailleurs l’un de grands leitmotivs de Jean-Luc Mélenchon, pour qui l’aquaculture représente l’avenir. La France dispose en effet de la zone économique exclusive pratiquement la plus grande du monde, avec 10 263 100 km², seuls les États-Unis ayant autant.

Bizarrement, les auteurs de l’article ne semblent pas au courant ; il faut dire que leur démarche visent surtout les côtes directes des pays. A ce titre, ils affirment qu’il est possible de faire « mieux » que la Norvège, la Chili et la Chine, pays où l’aquaculture est déjà intensive. Ils soulignent que l’Inde et le Kenya ont un gros potentiel, alors que leurs populations augmentent…

Les chercheurs se réjouissent même du Gulf of Mexico Fishery Management Plan for Offshore Aquaculture, qui depuis 2016 permettent l’établissement de 20 fermes dans le golfe du Mexique, ce que la NOAA américaine présente comme étant « aux bénéfices de la nation ».

Nul doute, par ailleurs, que leur appel soit entendu. Au Maroc, un appel d’offres va être lancé dans deux jours par l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture, pour une exploitation de 470 hectares.

Au Sénégal, un expert soulignait cette semaine l’importance de l’aquaculture dans les projets de « développement » :

« Le coordonnateur scientifique du projet Isra/Crodt, Moustapha Dème, a insisté sur « la place importante » de l’aquaculture dans la politique de développement économique et social du Sénégal, soulignant que le Plan Sénégal émergent (Pse) la positionne parmi les six secteurs prioritaires à haut potentiel de création d’emplois et de richesses. (…)

Ce projet est coordonné par l’Isra/Crodt (institut sénégalais de recherches agricoles/centre de recherche océanographiques Dakar-Thiaroye) et exécuté sur le terrain avec la collaboration de l’Anida (agence nationale d’insertion et de développement agricole), de l’Ana (agence nationale d’aquaculture) et de l’Iupa/Ucad (institut universitaire de pêche et d’aquaculture). Selon lui, ce projet a des objectifs de production de 30.000 tonnes de produits aquacoles en 2018 et de 50 000 tonnes avant 2023. »

Le Vietnam, un pays en pointe dans l’aquaculture, organise également fin octobre un exposition internationale, «Vietnam Aquacuture 2017», au Centre des expositions internationales de Cân Tho, dans le delta du Mékong. L’endroit est choisi symboliquement, puisque le delta du Mékong est la source de 67% des « produits aquacoles » vietnamiens.

Toutes les forces de l’économie actuelle tendent à trouver de nouvelles voies pour renforcer l’exploitation animale, afin de former de nouveaux débouchés, de trouver d’autres ressources à piller.

Le phénomène est planétaire et est d’une ampleur telle que, comme nous l’avons souligné, tout va se jouer dans les 20-30 prochaines année. L’océan, cette dernière grande frontière, est en train de tomber !

Articles pouvant vous intéresser