PMA pour toutes : la guerre au romantisme

En mars 2017, dans le journal La Croix, Emmanuel Macron affirmait qu’il était favorable à la PMA (procréation médicalement assistée, par insémination artificielle, fécondation in vitro, transfert d’embryons) pour toutes sans restrictions, mais qu’il avancerait prudemment :

« Elles [les questions éthiques de société] ne sont pas prioritaires sur le plan de l’action politique.

Il faut sortir d’une espèce de dogme où le politique pourrait décider de tout et aurait vocation à trancher des sujets éthiques, sociétaux, parfois anthropologiques.

Le rôle d’un président de la République est de donner un cadre aux débats sur ces sujets et de s’assurer que la société mûrit. (…)

Ma conviction personnelle est qu’il faut étendre la PMA, au nom de l’égalité hommes femmes et du droit à l’accès à une prestation médicale. Mais je respecterai l’avis attendu du Comité consultatif national d’éthique et regarderai aussi l’état de la société et des débats qui s’y jouent pour agir de manière apaisée. »

Las ! C’est entre le bilan de l’ouragan Irma et manifestations contre la réforme du code du travail que, ce lundi 11 septembre 2017, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, a annoncé que la procréation médicalement assistée serait disponible à toutes les femmes, dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique en 2018.

C’est un passage en force, d’une portée évidemment très grande. Si l’on accorde, en effet, de la valeur à la Nature, alors on voit bien ici qu’on a affaire à une reconnaissance de la guerre contre elle.

L’enfant, le fruit non pas de quelque chose de « magique » comme le pense la religion, mais de la vie naturelle, devient un produit technologique, un droit, un objet, une marchandise.

Le couple se voit totalement dévalorisé : de construction sur le long terme, il devient une simple alliance entre deux individus, un contrat de partenariat. Il perd son sens naturel.

Le mouvement straight edge soulignait déjà dès les années 1980 le caractère destructeur du fait d’utiliser la sexualité de manière mécanique, indépendamment de la construction d’une relation sentimentale durable.

Là, la PMA pour toutes affaiblit encore plus l’idée même de couple, anéantit sa substance naturelle elle-même.

On n’est ici pas dans une rupture avec le passé, mais bien dans le prolongement d’un ultra-individualisme, passif, consommateur, destructeur, à mille lieux du besoin d’une humanité unifiée, consciente d’elle-même dans sa collectivité et donc cessant de faire la guerre à la planète.

C’est un choix historique qui doit être fait par l’humanité : ou le particulier, ou le tout, ou bien l’individu, ou bien Gaïa.

Au fond, les partisans de la PMA pour toutes en sont tout à fait conscient et c’est pour cela qu’ils sont obligés de passer en force. Il y a deux mois, le 11 juillet, la ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn disait encore qu’il y aurait « débat » :

« J’attends de voir ce que donnent les états généraux [de la bioéthique qui se tiendront l’année prochain]. Je n’ai pas d’avis personnel à donner sur les sujets de société, a-t-elle poursuivi. Il faut qu’une société soit prête pour avancer. J’attends de voir ce que disent les Français. »

Le débat n’aura donc pas eu lieu et le justificatif tout trouvé par les partisans de la PMA pour toutes est que le Comité consultatif national d’éthique a émis un avis favorable.

Pour appuyer ce forçage, dès le lendemain de la déclaration de la secrétaire d’État Marlène Schiappa – qui a été pour l’anecdote « journaliste » à Yahoo.fr, ce qui, quand on sait à quoi cela ressemble, est plus que pathétique – l’ensemble du milieu LGBT a exigé l’application immédiate de la PMA pour toutes.

On l’a compris : en arrière-plan, il y a la question de la GPA qui se profile. Au nom de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes, l’État ayant reconnu la PMA pour toutes sera « obligé » de reconnaître la Gestation Par Autrui (GPA), le principe des mères porteuses.

Est-ce exagéré que de dire cela ? Pas du tout : il suffit de voir que l’appel des associations LGBT exige la PMA pour toutes au nom de la lutte contre l’homophobie. Une vague homophobe aurait lieu si on ne reconnaît pas le plus rapidement possible la PMA pour toutes.

Il suffira de dire demain exactement pareil avec la GPA.

Voici l’appel des associations, bien entendu publié dans Le Monde, fer de lance de ce type de valeurs :

« Ouvrons dès maintenant l’accès à la PMA à toutes les femmes »

Le 13 septembre 2017

Tribune. L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes est un engagement de campagne d’Emmanuel Macron. « Le fait que la PMA ne soit pas ouverte aux couples de femmes et aux femmes seules est une discrimination intolérable », affirmait-il en février. La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a déclaré mardi 12 septembre qu’« ouvrir la PMA à toutes les femmes est une question de justice sociale ».

Elle préconise d’utiliser la révision des lois de bioéthique, prévue en 2018, pour proposer des modifications législatives au Parlement, probablement au premier trimestre 2019. La PMA pour toutes les femmes n’est pas une question d’éthique, mais d’émancipation des femmes, d’égalité des droits et de lutte contre les discriminations.

Attendre les lois de bioéthique signifie courir le risque de revoir, dans le pays, une vague d’homophobie et de haine que nous ne souhaitons pas revivre.

« L’OUVERTURE DE LA PMA À TOUTES LES FEMMES EST UNE MESURE DE LIBERTÉ ET D’ÉGALITÉ DES DROITS »

L’ouverture de la PMA à toutes les femmes est une mesure de liberté et d’égalité des droits d’accès aux techniques reproductives. Elle donne le choix à toutes celles qui le souhaitent, et qui ne le peuvent pas aujourd’hui, de fonder une famille.

C’est une mesure qui contribue à l’émancipation des femmes. L’accès à la PMA pour les couples hétérosexuels a déjà été débattu par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Aujourd’hui, l’ouverture de la PMA pour toutes les femmes est une application du principe de non-discrimination et d’égalité des droits devant le projet parental.

On l’a vu, en France, l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels a provoqué de vifs débats sociétaux, souvent alimentés par une frange religieuse très conservatrice.

En 2013, l’année du mariage pour tous, SOS homophobie a enregistré une hausse de 78 % des actes homophobes par rapport à 2012. François Hollande a lui-même reconnu qu’il n’avait que trop tardé pour engager cette réforme, laissant la parole et les actes homophobes se propager.

Un enjeu de santé publique

Emmanuel Macron a déclaré qu’il souhaitait « agir de manière apaisée » pour engager l’ouverture de la PMA. L’Eglise lui a immédiatement rétorqué qu’il convenait de ne pas « réveiller les passions » sur ce sujet. Le ton est donné, la messe est dite.

Aujourd’hui, 60 % des Français sont favorables à l’élargissement de la PMA aux couples de femmes (sondage IFOP-ADFH, juin 2017). Les Français sont prêts à ce que la PMA pour toutes soit adoptée.

Faire croire qu’un débat serein serait possible avec celles et ceux qui se sont toujours opposé(e)s au progrès – droit à la contraception, à l’IVG, au mariage pour tous – ne trompera personne : on ne peut pas débattre face au dogme.

« NE LAISSONS PAS UN ESPACE À L’HOMOPHOBIE POUR QU’ELLE ENVAHISSE UNE NOUVELLE FOIS LA PLACE PUBLIQUE »

Ouvrir la PMA à toutes les femmes est aussi un enjeu de santé et de sécurité publique pour toutes les personnes lesbiennes, gay, bi, trans (LGBT) et leurs soutiens, qui ne souhaitent pas être replongées dans un climat de violence à leur égard. Pour les enfants français déjà nés par PMA et élevés par deux mères, les prises de position auront des conséquences sur leur construction identitaire.

Ces enfants lisent, écoutent et observent ces débats. Quel signal enverrions-nous à ces enfants si l’on s’autorisait à dénigrer, à caricaturer publiquement leur mode de conception ? Qui serait comptable des conséquences de tels propos dévastateurs ? L’homophobie dévaste des ados, des hommes et des femmes qui restent souvent dans l’ombre. Elle brise des familles, elle tue.

Ne laissons pas un espace à l’homophobie pour qu’elle envahisse une nouvelle fois la place publique. Sans attendre la prochaine révision des lois de bioéthique, ouvrons dès maintenant l’accès à la PMA aux femmes lesbiennes et célibataires.

Les premiers signataires de cette tribune sont :

Christèle Alexandre (présidente de l’association Contact), Aurélien Beaucamp (président d’Aides), Jean-Marie Bonnemayre (président du Conseil national des associations familiales laïques), Céline Cester (présidente des Enfants d’Arc en Ciel, l’asso !), Jöel Deumier (président de SOS homophobie), Aurore Foursy (présidente de l’Inter-LGBT), Christian Gaudray (président de l’Union des familles laïques), Véronique Godet (vice-présidente de SOS homophobie), Malik Salemkour (président de la Ligue des droits de l’Homme), Alexandre Urwicz (président de l’Association des familles homoparentales), Clémence Zamora-Cruz (porte parole de l’Inter-LGBT).

Autres signataires :

Flora Bolter (présidente du Centre LGBT), Dominique Boren (coprésident du Nelfa, réseau européen des associations des familles LGBT), Mickael Bucheron (président de l’association Flag !, gendarmes et policiers LGBT), Omar Didi (coprésident du Mouvement d’affirmation des jeunes LGBT), Denis Erhart (président des « Oublié-e-s » de la Mémoire, association civile homosexuelle du devoir de mémoire), Anthony Favier (président de David & Jonathan, association LGBT chrétienne), Giuseppina La Delfa (coprésidente du Nelfa), Lorie Martin (coprésidente du Mouvement d’affirmation des jeunes LGBT), Marie-Hélène Nouvion (coprésidente de David & Jonathan), Dimitri Ouardighi (coprésident du Collectif des associations étudiantes LGBT d’Ile-de-France), Laëtitia Poisson Deleglise (présidente de Maïa), Vincent-Viktoria Strobel (coprésident de Bi’Cause), Cybèle Vigneron (coprésidente du Collectif des associations étudiantes LGBT d’Ile-de-France), Mikaël Zénouda (président d’Act-Up Paris).

Il est tout de même assez étrange intellectuellement de chercher à expliquer qu’un simple individu a tout à fait le droit de faire un… « projet parental ».

Quant à dire que la PMA pour toutes est une mesure qui contribue à l’émancipation des femmes, alors que cela chasse celles-ci du principe du couple pour les jeter dans les bras des entreprises et de leur technologie, que dire ?

Mais ce ne sont pas les seules tristes nouvelles de ce panorama. Mettons de côté l’anecdote qui veut que , au moment du débat sur le mariage pour tous en 2013, Edouard Philippe désormais premier ministre se disait « résolument » opposé à la PMA pour toutes.

Il en va de même pour Bruno Le Maire, actuel ministre de l’Economie, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, Sébastien Lecornu secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, Jean-Baptiste Lemoyne secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, Jacqueline Gourault secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Non, le grand souci est que les religieux et les fachos ont pris les devants et sont à la pointe de la critique de la PMA pour toutes et de la GPA.

Citons ici Éric Zemmour, qui est clairement un affreux réactionnaire, une figure odieuse de rejet des valeurs qui doivent être les nôtres. Ce personnage est un préjugé du passé, un gouffre nous sépare de ses valeurs.

Voici ce qu’il a dit à l’annonce de la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa, en parlant d’Emmanuel Macron :

« Après l’obligation des onze vaccins, il va finir par apparaître comme l’homme-lige des grands laboratoires pharmaceutiques et du big business médical. »

De manière subtile, il dénonce l’alliance de « la liberté et du marché », des « libéraux et des libertaires » contre ceux qui croient en Dieu ou bien en la Nature.

Hier, c’est même la porte-parole du parti Les Républicains Valérie Boyer qui s’est lancé dans Le Monde dans une tribune contre la PMA pour toutes, qui ne peut que conduire à « une marchandisation des corps ».

C’est tout bonnement honteux de démagogie, mais surtout catastrophique parce que les gens comprenant qu’il y a un problème vont être happés par les conservateurs.

Ce qui va encore plus renforcer les libéraux par réaction, ce qui par réaction va renforcer les conservateurs, etc.

A titre d’exemple de ce genre de réaction, voici les propos pathétiques de l’humoriste Alison Wheeler sur France-Inter, qui fait passer les gens rejetant la PMA pour toutes comme des partisans de la manif pour tous, des racistes, des gens favorables au harcèlement des femmes dans les rues, etc.

Bonjour à touss-hein. Devinez qui c’estttttt??? Ca commence par Marie, ça finit par Cystite, oui, MARIE, Cystite, Marie, Cystite!!!! Oui hen, c’est Marie Cystite! De la Manif pour touuuuuusssssshein!

Elle aime péter, oui mais elle n’aime pas la PMAhein.

Non parce qu’on va pas me la faire à l’enverhein, Marlène Schiappa la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femme-hommhein, veut réviséche la loiche bioéthiquhein… je m’explique elle veut démocratisèche le droit d’accèche à la procréactionche médicalement assistèche pour tous… ce qui signifie elle veut qu’les gouines ellezaient des bébés. Des gouineaux?! Mais où va le mond-hein!

Je rappelle pour ceux qui ne le sauraient pas qu’une famille c’est un Papa, une maman. Vous savez comment ça se passe une PMA monsieur Podalydès? Bah j’vais vous l’dire!

Parce que c’est ça, la PMA on congèle des spermatozoïdes vivants contre leur gré, afin de les obliger à avoir un rapport non consentichein avec des ovocytes.

Non, le sperme n’est pas une marchandise qu’on peut vendre ou échanger comme un vulgaire kilo de patates. Non, c’est un bien précieux, c’est un cadeau de Dieu pour nous aider à nous reproduire. C’est d’ailleurs pour ça que j’en ai toujours un peu sur moichein.

Et puis rendez-vous compte : un enfant c’est le fruit de l’amour, du romantisme, pas d’une vieille branlette dans un ramequinche.

Dieu nous a donné des embryons pour les aimer, pas en faire des plats Picardhein.

En tant que vrai croyante, j’estime qu’un enfant doit-être uniquement le fruit d’une réelle relation sexuelle. Par réelle, j’entends précisément les positions suivantes Nagui : une pénétration classiquhein du missionnaire, la pénétration en amazone, le carré de l’archange Gabriel, la brouette de Nazareth avec pourquoi pas une petite claque sur les fesses de temps en temps, Monsieur Podalydèssein, ça ne mange pas de painche.

Vous saveche, la médecine ne nous dit pas tout sur les dangeche de la fécondation in-vitro.

Ma cousine a fait une FIV, ben son fils il a 16 ans il est encore au stade anal… j’suis sûre que le sperme était pas frais. C’est sûrhein qu’il Y a une rupture dans la chaîne du froid. Il été décongelé et recongelé derrière. Ce n’est pas du tout amusant, maintenant il veut être youtubeur, on est tous extrêmement bouleversés.

Et puis on ne peut pas accepter le sperme de n’importe qui sans savoirhein qui c’estche? Moi j’aurai trop peur de tomber sur celui de Daniel Morin.

Dieu nous a conçu de telconque … que telconque … ne… de façon à ce que.. putain que la science ne peut pas résoudre! MERRRRDE!

Vous savez, ce qui m’inquiète le plus dans tout çache, c’est la disparition de la figure paternelle dans tout ça.

Et puis, le patriarcat sans le père, c’est arca, et ça ne veut rien dirhein.

Comment voulez-vous développer une société patriarcale avec des enfants qui n’ont pas de père. Ça n’est pas logique. C’est comme si à la comédie française, on avait des gens pas très françaichein. Où va le monde?

Pour qui elle se prend la Schiappa là à changer le cours naturelhein des choshein… Je vous préviens qu’elle projette également de verbaliser les harceleurs de ruhein.

Quand j’y pense ça me fait froid dans le doche !

Si mon mari ne m’avait pas harcelée, nous ne serions pas mariés aujourd’hui.

Pour tout cela, nous allons continuer à nous battre et revenir dans la rue et nous chanterons :

Un Papa! Dans une Maman ! La PMA c’est dégoûtant!

Dans cet ignoble discours, il y a une phrase qui est peut-être tout à fait symbolique :

« un enfant c’est le fruit de l’amour, du romantisme, pas d’une vieille branlette dans un ramequinche. »

L’idée d’un couple uni de manière sentimentale est présentée comme absurde. Dire qu’un enfant est le fruit de l’amour serait un dogme religieux à l’ère des droits et des libertés, c’est-à-dire d’un monde où tout est marchandise…

Nous sommes ici pris entre le marteau et l’enclume, entre les partisans de Dieu et ceux du marché. Aux personnes reconnaissant la Nature de savoir la défendre à la fois contre l’un et contre l’autre.

Articles pouvant vous intéresser