“Balance ton porc”

Le troisième « X » de la culture straight edge est tout autant important que les deux premiers. Au refus de l’alcool et des drogues, s’ajoute le refus d’avoir des rapports sexuels sans relation durable.

C’est une valeur essentielle, car elle pousse à aller dans le sens naturel de la construction, sans être happé par une idéologie de la consommation. Une relation durable, avec attachement et dévouement, est authentique et engage toute notre personnalité.

Quiconque ment est condamné à s’effondrer, à nier une partie de sa personnalité, à déformer son esprit.

La consommation, avec toute sa dimension impersonnelle et mécanique, n’est que manipulation et culte de l’ego, fuite en avant et écrasement de la possibilité d’éprouver des sentiments. C’est un saccage, aboutissant à une destruction.

On sait dans quelle mesure ce point de vue est dénoncé en France comme « puritain », au nom de la « liberté ». Comme s’il était naturel d’être libertin ou de tromper, comme s’il était naturel de détruire une relation durable juste pour satisfaire des caprices.

Mais il est vrai qu’en France on rejette la « Nature », tout serait dans le « choix ». Le couple serait dépassé, au nom du « polyamour », du droit de tromper, du droit d’abandonner, etc.

Le bonheur serait dans la consommation et comme l’a dit il y a quelques jours, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le couple, c’est dépassé !

“Il n’y a pas de modèle unique de famille” : c’est la remise en cause du couple. Au nom de la “complexité” des choix des individus devenus rois… C’est le culte de la consommation individualiste.

Plus personne n’a rien à assumer, seulement à consommer. Ce n’est pas seulement moralement faux, car on laisse tomber quelqu’un. C’est absurde, car c’est nier sa propre existence dans la mesure où l’on nie ses propres attachements, dans la mesure où l’on nie ce dont on fait partie.

On devrait se concevoir comme une entité totalement autonome, vivant par la consommation.

Derrière le côté aseptisé de Facebook et l’illusion du bonheur sur Instagram, il y a pourtant les faits.

Et dans les faits, la « liberté » c’est celle du plus fort, celle des hommes qui ont du pouvoir institutionnel. C’est cela qui explique le grand succès du hashtag #BalanceTonPorc sur twitter, où des femmes racontent des agressions sexuelles.

Les témoignages y sont révoltants, comme par exemple ceux-ci :

« 1er stage de journalisme à Paris, j’avais 18ans. Le red chef m’embrasse de force. Il venait d’etre jeune papa. »

« Un red chef, grande radio, petit couloir, m’attrapant par la gorge : “un jour, je vais te baiser, que tu le veuilles ou non” »

Malheureusement, ils sont souvent l’expression de femmes éduquées, feignant d’être étonnées de ce que le milieu des entreprises se fonde sur des rapports de pouvoir.

Comme si le petit monde capitaliste était sympathique et non rempli de carriéristes et de manipulateurs, d’opportunistes et de trompeurs, d’agresseurs et d’écraseurs…

Ce n’est pas très sérieux. Ce n’est pas parce qu’Emmanuel Macron est président qu’on ne vit pas dans une société de beaufs. Derrière l’apparence, Emmanuel Macron doit d’ailleurs lui-même obéir aux valeurs dominantes.

Il n’y a qu’en s’opposant à ce système, de manière personnelle, en s’engageant en tant qu’humain, dans la confrontation, qu’on peut se préserver.

C’est le principe d’être révolutionnaire…

Encore faut-il en avoir le courage, en refusant toute corruption.

L’affaire Weinstein aux Etats-Unis, prétexte à une certaine libération de la parole féminine, est ainsi à la fois ignoble et ridicule, parce qu’elle n’a rien de nouveau.

Les moeurs agressifs d’un producteur, c’est ignoble, mais cela n’a rien d’original? Cela correspond aux mœurs hollywoodiens décadents depuis le départ, dans ce mélange de capitalisme et de spectacle, de pouvoir financier et de divertissement abrutissant des gens.

La vidéo qui ressort d’ailleurs pour bien souligner cela est la suivante : on y voit Courtney Love, chanteuse du groupe Hole ; elle a alors déjà abandonné toute sa culture grunge pour passer dans le show business.

Mais là elle craque et balance, en sachant qu’elle ne le « devrait » pas, conformément à l’omerta hollywoodienne…

« – Un conseil pour une jeune qui voudrait débuter à Hollywood ?

– Je sais que je vais me faire démolir si je dis ça, si weinstein vous propose une soirée privée au [complexe hôtelier] four seasons, n’y allez pas. »

Cette vidéo date de 2005 et elle n’a fait que dire ce que tout le monde savait et ce que tout le monde a accepté. Gwyneth Paltrow, par exemple, a elle-même été agressée, cela ne l’a pas empêché de remercier Harry Weinstein en pleurs lors de la cérémonie des oscars.

Quelle hypocrisie terrible… Le système parvient à faire des victimes des personnes consentantes, s’imaginant tout de même en profiter, quand même avancer dans leur vie.

Alors qu’en réalité, c’est la mort de l’esprit à petit feu, la souffrance marquée à vie pour le corps, l’esprit et le corps étant une seule et même chose qui plus est.

C’est ici la norme : pour participer à l’industrie hollywoodienne, aux fondements pourris, il faut participer à la pyramide de l’autorité et de l’humiliation.

Il serait tout à fait ridicule de ne pas penser que ce n’est pas pareil dans les médias ou dans la mode (récemment c’est le photographe Terry Richardson qui a accumulé les scandales). Tous ces milieux remplis de carriéristes et d’opportunistes sont prêts à tout pour avancer et servent de victimes sacrificielles pour des dégénérés profitant de leur puissance.

Et tout le monde sait très bien que les hommes ayant du pouvoir dans les institutions politiques ou économiques sont des beaufs, n’hésitant pas étaler leur agressivité sexuelle. C’est un constat élémentaire de la vie sociale, malheureusement, avec toute une hypocrisie française anti-« puritaine ».

C’est ce qu’Isabelle Adjani a très bien résumé hier dans le Journal du Dimanche, en disant :

« En France, il y a les trois G : galanterie, grivoiserie, goujaterie.

Glisser de l’une à l’autre jusqu’à la violence en prétextant le jeu de la séduction est une des armes de défense des prédateurs et des harceleurs. »

Ce qu’il y a de bien dans ces trois « G », c’est qu’il y a la tentative de définir le problème, de chercher quelle est la base culturelle du phénomène.

Et effectivement en France il y a un problème : on ne respecte pas l’intégrité des gens, en particulier des femmes. Cela a aussi à voir avec le fait de considérer le couple comme quelque chose de relatif, qu’on peut balancer par-dessus bord.

Il faut se rappeler ici de cet épisode qui a profondément marquer l’opinion publique, avec Michel Rocard expliquant en 2001 à Thierry Ardisson dans une émission qu’embrasser ou “sucer” ce n’est pas tromper!

Cet épisode a été durablement mis en valeur par ceux qui relativisent, qui nient la valeur du couple.

Car il y a une idéologie de la “consommation” sexuelle, du libertinage. Il n’est nul question de « porc » : ce qui est grave ici, c’est que les accusations justes contre les beaufs se transforment en argumentaire de type religieux contre les hommes en général, assimilés aux cochons.

C’est en effet un grand classique de la religion catholique que l’accusation selon laquelle les hommes sont emportés par leur réalité matérielle et ne penserait qu’à se « goinfrer » et « forniquer », en étant grossier et brutal.

Les pauvres cochons seraient conformes à cette vision délirante relevant de la fantasmagorie religieuse.

C’est la fameuse dénonciation du « pourceau d’Épicure », ce dernier étant un philosophe grec qui n’est rien d’autre qu’un de nos lointains prédécesseurs de l’antiquité.

Il est évident que la dénonciation des « porcs », ici des hommes en général, vise à cacher en fait que le cœur du problème ce sont ces milieux aux valeurs pourries et décadentes.

Comme cela demande toutefois une critique de la réalité, et que la parole relève surtout de femmes privilégiées socialement, on dévie la cible et on passe à une critique des hommes en général.

Sans voir que c’est le même discours que par exemple l’Islam qui veut que les femmes se voilent justement pour se protéger des hommes et de leurs pulsions qui seraient incontrôlables.

Sans, surtout, aller à une critique qui valoriserait la morale et la construction personnelle dans le couple. La morale et la construction personnelle dans le couple étant inacceptable pour une société fondée sur les individus autonomes, “libres de faire ce qu’ils veulent”, picorant autour d’eux sans jamais se sentir lié…

Articles pouvant vous intéresser