Succès du rassemblement anti-chasse à courre du 28 octobre 2017

C’est certainement la première fois en France que des gens « normaux » interviennent dans la société en faveur des animaux, en s’appuyant uniquement sur leur propre réalité, leur propre vécu, « en toute âme et conscience ».

Il est vrai que la chasse à courre est quelque chose de profondément odieux, prétexte à un haut-le-cœur. Toutefois, c’est une activité existant depuis bien longtemps, portée par les notables si puissants qu’ils en sont intouchables. Cela rend d’autant plus difficile de s’y opposer.

Le rassemblement du samedi 28 octobre 2017 à Saint-Jean-aux-Bois en Picardie est-il alors exemplaire ? Il a ceci de profond, en tout cas, qu’il exprime une réalité diffusée parmi les gens « normaux » et on est tout à fait libre de l’opposer au « substitutisme » de l’association 269 qui a, le même week-end, planté des tentes sur un abattoir pour exiger l’abolition de la viande.

Le contexte était, qui plus est, particulièrement tendu en raison d’une chasse à courre qui, le samedi précédent (le 21 octobre), avait pris un tournant frappant profondément l’opinion publique.

A cette occasion, en effet, un cerf pourchassé s’est retrouvé dans une rue pavillonnaire à Lacroix-Saint-Ouen, se réfugiant dans le jardin d’une propriété privée.

Or, la commune avait pris des mesures contre la chasse à courre sur son territoire ; dans toute la zone en effet, il est courant que les chasseurs viennent achever les animaux jusque dans les communes, se croyant par ailleurs tout permis en général. L’opposition est faible, mais existante dans certains endroits, on est tout de même en 2017…

Les chasseurs étaient donc dans l’illégalité et les gendarmes se sont mis de la partie. Ils ont sécurisé la zone, donnant carte blanche aux chasseurs. Ceux-ci, après avoir frappé longuement l’animal, à coups de fouet notamment, pour essayer de le faire fuir, ont décidé de l’abattre.

Les gendarmes ont alors prétendu avoir l’accord de la propriétaire des lieux, ce qui s’avéra par la suite être un mensonge ! C’est d’autant plus choquant que les propriétaires sont contre la chasse à courre…

Sauf que cette fois, il y a une résistance à l’arbitraire et à la soumission aux puissants. Les gens ont réagi, des militants de l’association Abolissons la vénerie aujourd’hui (AVA) ont filmé la scène et diffusée l’information. Les réactions ont été extrêmement fortes sur le plan de la sensibilité.

Les chasseurs, membre de l’équipage des veneurs de la Futaie dirigée par Alain Drach, se sont alors fait taper sur les doigts par leurs instances, avec interdiction pour quelques semaines de continuer à pratiquer leur activité.

C’est que l’enjeu est grand. La chasse à courre, c’est en France 450 équipages, mobilisant 10 000 chasseurs, 100 000 suiveurs, 20 000 chiens, 7 000 chevaux, pour totaliser 15 000 chasses du 15 septembre au 31 mars. Il s’agit pour ces gens de protéger leur activité, de la masquer le plus possible.

Mais cette opération de communication n’a pas suffi, Alain Drach recevant moult menaces de la part de gens écœurés et donc, de manière bien plus pertinente car relevant du concret et non de simples messages sur internet, il y a eu le rassemblement du 28 octobre.

Ce rassemblement, qui s’est déjà tenu par le passé, cible la messe annuelle des veneurs, où les chiens et les chevaux sont « bénis » par l’Eglise catholique. C’est terriblement révélateur de la nature arriérée de la religion, chargée de maintenir l’esprit de privilèges et de soumission. Il n’y a ici nul hasard et les gens qui apprécient le message de l’évangile doivent bien comprendre ici que leur exigence de compassion ne doit pas passer par la religion, mais justement par le véganisme…

Pourquoi freiner sa sensibilité, la limiter à une prière au lieu de la réaliser ? Au-delà des mots, c’est l’esprit qui compte, et sa capacité à intervenir dans un choix assumé.

C’est certainement le sens de la mobilisation des 400-500 personnes le 28 octobre, des gens « normaux ». Il y avait des personnes véganes, bien entendu, faisant partie de la population de ces gens « normaux », quoi de plus normal ? C’est là leur rôle, leur devoir.

Mais il s’agissait donc de gens vivant là-bas. N’est-ce pas le sens de la démocratie, par opposition à la misanthropie et l’élitisme?

C’est le contraire du rassemblement organisé par 269 life France une semaine auparavant. Tentant de faire un hold up sur l’opposition locale à la chasse à courre (la mort du cerf n’était pas connu au moment de l’annonce du rassemblement), 269 life France a fait venir une cinquantaine de personnes de Paris, Lille, Angers, Rennes…

Avec le soutien de CCE2A, CACC, PETA, ADA, La voix des loups, L214, One Voice, La voix des Lévriers, Respectons, Société anti-fourrure, l’ASPAS… Tout cela pour rien, à part bloquer le passage des bus.

Cela en dit long sur le caractère purement velléitaire, substitutiste, de telles initiatives coupées des gens « normaux ». Au lieu de combiner radicalité et travail chez les gens normaux, on a la misanthropie et la posture. D’ailleurs, il y a bien entendu eu la tentative de réaliser un hold dup sur le rassemblement du 28 octobre. Cela a heureusement échoué.

La situation était par ailleurs déjà compliquée comme cela, puisque le sous-préfet a interdit toute circulation et manifestation à Saint-Jean-aux-Bois, forçant le rassemblant à se déplacer en périphérie. Puis, les chasseurs ont diffusé la rumeur selon laquelle la messe voyait sa date repoussée.

Mais il faut croire que la mobilisation avait un ressort tel que les digues ne pouvaient que céder. Les gendarmes ont accepté que le rassemblement quitte l’horrible parking pour traverser la ville vers une place d’esprit plus champêtre…

Ce qui a donné un cortège de 400-500 personnes, d’esprit bon enfant mais décidé, notamment en passant devant l’abbatiale, où fut lancé le slogan « il est où Alain, il est où ». Allusion au chef d’équipage Alain Drach, mais également Guy Harlé d’Ophove, dont nous avons déjà longuement parlé ici, et qui la veille fanfaronnait encore dans Le Parisien comme quoi jamais rien ne serait annulé…

Les gens ont alors mangé des gâteaux (végétaliens comme il se doit), certains quittant les lieux afin de se précipiter au Plessis Brion, où des membres d’une chasse à courre se lançait après une messe dans leur sinistre activité, le cerf échappant heureusement à leur envie de tuer…

L’équipage a mis en ligne les photos de la messe et de la chasse, avec des photos édifiantes du plus pur style grand bourgeois, tiré à quatre épingles dans un esprit féodal et clérical.

Ces gens de la haute bourgeoisie sont secs, froids, sans coeur, sans esprit ; les gens qui les suivent sont obséquieux, sans âme. C’est une sorte d’allégorie des hiéarchies sociales à l’échelle de la société, avec tout ce que cela signifie en termes de cynisme et d’indifférence.

Cela réconforte de voir autre chose! Non pas que le rassemblement du 28 octobre soits une fin en soi : l’objectif est la fin de la chasse à courre et il ne s’agit jamais de faire de l’autosatisfaction. Cependant, c’est une bonne leçon comme quoi avec un travail de fond et une confiance en les gens, on avance.

C’est pour cela que sur LTD, nous adoptons le symbole des deux marteaux. Le véganisme réel ne passe par la fausse radicalité bobo, mais par l’ancrage dans les gens, car les gens veulent le véganisme, ils veulent la compassion.

Ils veulent un monde meilleur, différent, sauf qu’ils sont prisonniers de valeurs erronées pour beaucoup et d’un rapport au quotidien qui n’est pas naturel. Il faut donc savoir être ferme sur les principes, tout en aidant les gens à avancer.

C’est en ce sens qu’on peut bien dire : la tempête arrive. La libération animale est une démarche inéluctable pour la grande majorité des gens comprenant le besoin de se transformer et de transformer une société dénaturée !

Articles pouvant vous intéresser