Ouverture de la COP23

Aujourd’hui s’ouvre la COP23, c’est-à-dire la Conférence de Bonn de 2017 sur les changements climatiques. Ce sont les îles Fidji qui président cette conférence, qui a lieu par contre en Allemagne, en raison de l’incapacité d’accueillir celle-ci en plein milieu du Pacifique.

Cette conférence se veut naturellement dans le prolongement des précédentes, notamment la fameuse COP21. A l’époque, il y avait bien peu de critiques, aussi documentons-nous le document officiel de l’ONU publié à la veille de la conférence.

Il y a trois bonnes raisons de le faire : tout d’abord, il est important de valoriser l’ONU, dans la mesure où  la solution ne peut qu’être mondiale, avec une vision biocentrée, où la Terre est considérée comme un ensemble organisé devant être au centre de nos préoccupations.

L’ONU n’est ici pas à la hauteur : c’est le second sens de l’intérêt du document, qu’on peut comparer avec les multiples articles de bilan que nous avions fait de la COP21.

La troisième raison est tout aussi importante : le document rappelle des faits, en toute objectivité. L’ONU a d’ailleurs publié un nouveau rapport (en anglais uniquement, ce qui est absurde) sur la situation des émissions de gaz à effet de serre.

La situation exige un engagement complet, un affrontement avec les forces de destruction. Il faut une conscience mondiale et engagée, en aucun cas un esprit de repli et de fuite.

Les engagements pris à Paris couvrent seulement un tiers des mesures nécessaires pour éviter les conséquences les plus dramatiques des changements climatiques

Selon une nouvelle étude de l’ONU, il faut que les gouvernements et les acteurs non-étatiques fassent preuve d’ambitions à la hausse afin de garantir que les objectifs de l’Accord de Paris puissent encore être atteints.

La huitième édition du rapport annuel de l’ONU sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, publié en amont de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques à Bonn, révèle que les engagements pris par les pays au niveau national ne représentent qu’un tiers des réductions d’émissions nécessaires à l’horizon 2030 pour respecter les objectifs relatifs à la lutte contre les changements climatiques.

Les mesures prises par le secteur privé et les mesures à l’échelle infranationales ne se multiplient pas à un rythme qui permettrait de combler cet écart inquiétant.

L’Accord de Paris vise à limiter le réchauffement climatique en-deçà des 2°C mais un objectif encore plus ambitieux de 1,5°C est également suggéré. Atteindre ces objectifs réduirait la probabilité de sérieuses conséquences climatiques nocives pour la santé des êtres humains, pour les moyens de subsistance et les économies du monde entier.

Dans l’état actuel des choses, une mise en œuvre complète des contributions prévues déterminées au niveau national conditionnelles et inconditionnelles entraînerait très probablement une augmentation des températures d’au moins 3°C à l’horizon 2100 – « inconditionnelles » signifie que les gouvernements seront tenus de prendre des engagements bien plus importants lorsque ceux-ci seront révisés en 2020.

Dans le cas de figure où les Etats-Unis donneraient suite à leur intention déclarée de quitter l’Accord de Paris en 2020, le scénario pourrait se révéler encore plus sombre.

Cependant, le rapport présente des solutions pratiques pour réduire drastiquement les émissions de CO2 grâce à des mesures d’atténuation en développement rapide basées sur des modèles existants dans les domaines de l’agriculture, des bâtiments, de l’énergie, de la foresterie, de l’industrie et des transports.

Des mesures fortes pour la réduction des forceurs climatiques tels que les hydrofluorocarbones, par le biais de l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal, et à d’autres polluants à courte durée de vie comme le carbone noir, pourraient aussi grandement contribuer à réduire les émissions de CO2.

« Un an après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, nous nous retrouvons dans une situation où les efforts sont encore insuffisants pour éviter un avenir misérable à des centaines de millions de personnes », affirme Erik Solheim, le patron de l’ONU Environnement.

« C’est inacceptable. Si nous investissons dans les technologies adéquates en nous assurant que le secteur privé soit impliqué, il est possible de respecter la promesse que nous avons faites à nos enfants de protéger leur avenir. Il faut que nous nous y attelions dès maintenant. »

Les émissions de CO2 ont été stables en 2014, en partie grâce à la transition vers des sources d’énergies renouvelables, notamment en Chine et en Inde. Cela a suscité l’espoir que le pic des émissions ait été atteint et allait désormais suivre une trajectoire à la baisse à l’horizon 2020. Cependant, le rapport révèle que d’autres gaz à effet de serre, comme le méthane, continuent à augmenter et que l’accélération de la croissance économique mondiale pourrait être responsables d’une hausse des émissions de CO2.

Le rapport démontre que les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris déboucheraient sur des émissions à hauteur de 11 à 13,5 gigatonnes d’équivalent de dioxyde de carbone (Gt éq-CO2) en 2030, au-dessus du niveau nécessaire pour maintenir le monde sur la voie la moins coûteuse et pour atteindre l’objectif des 2°C de hausse des températures.

Une gigatonne est l’équivalent environ d’une année d’émissions produites par le secteur des transports dans l’Union Européenne (dont l’aviation).

Selon de nouvelles études récemment publiées, l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions pour atteindre l’objectif de 1,5°C de réchauffement se situe entre 16 et 19 Gt éq-CO2, plus important que celui prévu auparavant.

« L’accord de Paris a donné un nouvel élan aux mesures pour lutter contre les changements climatiques, mais cet élan faiblit », déclare Edgar E. Gutiérrez-Espeleta, ministre de l’environnement et de l’énergie du Costa Rica et Président de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement 2017. « Nous faisons face à des choix douloureux : renforcer nos ambitions ou subir les conséquences de leur affaiblissement. »

Investir dans les technologies est la clé du succès

Afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, les gouvernements (y compris en revoyant leurs engagements à la hausse), le secteur privé, les villes et les autres parties prenantes doivent absolument poursuivre les mesures initiées qui déboucheront sur des réductions d’émissions rapides et profondes.

Le rapport détaille différentes façons pour y parvenir, particulièrement dans le domaine de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de la foresterie, de l’industrie et du transport. Les investissements dans les technologies spécifiques à ces secteur – d’un coût inférieur à 100 dollars par tonne de CO2 évitée, et souvent beaucoup moindre – pourrait contribuer à éviter jusqu’à 36 Gt éq-CO2 par an à l’horizon 2030.

Une grande partie du potentiel de l’ensemble des secteurs découle de l’investissement dans l’énergie solaire et éolienne, des appareils électroménagers efficaces, des voitures particulières efficaces, du boisement et de l’arrêt de la déforestation. Si l’industrie se concentrait uniquement sur les actions recommandées dans ces domaines – dont les coûts sont modestes ou même négatifs – les émissions pourraient être réduites jusqu’à 22 Gt éq-CO2 en 2030.

À elles seules, ces réductions mettraient le monde sur la bonne voie pour atteindre l’objectif des 2°C et ouvriraient la possibilité d’atteindre la cible ambitieuse de 1,5°C.

Mesures non étatique et autres initiatives

Les mesures promises par des organismes non étatiques et infranationaux (tels que les villes et le secteur privé) pourraient réduire l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de 2030 de quelques Gt éq-CO2, ceci même en tenant compte du chevauchement avec les contributions déterminées au niveau national.

Par exemple, les 100 sociétés cotées en bourse responsables des émissions les plus importantes au monde représentent environ un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ce qui révèle une énorme marge de manœuvre pour aspirer à un niveau d’ambition accru.

L’amendement de Kigali au Protocole de Montréal vise à éliminer l’utilisation et la production d’hydrofluorocarbones – des produits chimiques principalement utilisés dans la climatisation, la réfrigération et la mousse isolante.

Même s’il était mis en œuvre avec succès, il interviendrait trop tard pour avoir une influence sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions en 2030, mais il pourrait cependant contribuer de manière significative à atteindre les objectifs relatifs à la hausse des températures sur le plus long terme.

D’ici le milieu du siècle, la réduction des polluants climatiques à courte durée de vie, tels que le carbone noir et le méthane, pourrait réduire les impacts basés sur l’absorption de chaleur cumulative et aider à maintenir une trajectoire stable et plus basse des températures en accord avec les objectifs à long terme de l’Accord de Paris.

En outre, alors que le G20 est collectivement sur la bonne voie pour respecter ses engagement relatifs au climat pris à Cancún pour l’année 2020, ils ne sont pas suffisamment ambitieux pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris (voir l’analyse ci-jointe des engagements pris à Cancun).

Bien que l’année 2020 approche à grands pas, les pays du G20 peuvent encore conduire des mesures qui mèneront à des réductions d’émissions à court terme et ouvriront la voie à d’autres changements au cours de la prochaine décennie.

Ne pas ouvrir de nouvelles centrales électriques alimentées au charbon et accélérer la suppression progressive des centrales existantes – en veillant à la bonne gestion des problèmes tels que l’emploi, les intérêts des investisseurs et la stabilité du réseau – serait d’une grande aide.

On estime à 6 683 le nombre de centrales au charbon exploitées dans le monde, d’une capacité combinée de 1 964 GW. Si ces centrales étaient exploitées jusqu’au terme de leur durée de vie et n’étaient pas réaménagées avec le captage et le stockage du carbone, elles émettraient 190 Gt de CO2 accumulées.

Au début de l’année 2017, 273 GW supplémentaires des capacités de production d’électricité à partir du charbon étaient en construction et 570 GW en pré-construction. Ces nouvelles centrales pourraient générer des émissions cumulées supplémentaires d’environ 150 Gt de CO2.

Dix pays constituent environ 85 % de l’ensemble du pipeline de charbon : la Chine, l’Inde, la Turquie, l’Indonésie, le Vietnam, le Japon, l’Égypte, le Bangladesh, le Pakistan et la République de Corée.

Le rapport examine également l’élimination du CO2 de l’atmosphère grâce au boisement, reboisement, à la gestion des forêts, la restauration des terres dégradées et l’amélioration des stocks de carbone dans les sols – comme autant de solutions pour la prises de mesures favorisant une réduction des émissions.

De plus, un nouveau rapport publié par la Coalition 1 Gigatonne ce même jour montre que les projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique soutenus par les partenaires dans les pays en développement peuvent réduire de 1,4 Gt éq-CO2 d’ici 2020 – à condition que la communauté internationale aide les pays en développement à s’adapter aux changements climatiques et à réduire leurs émissions.

« Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique ont de nombreux avantages, notamment une meilleure santé pour les êtres humains et de nouveaux emplois, j’exhorte donc la communauté internationale à fournir les fonds promis pour soutenir les pays en développement dans leur mesures pour lutter contre les changements climatiques », a déclaré Mme Ine Eriksen Søreide, ministre des Affaires étrangères norvégienne.

« Les projets et les politiques en faveur des énergies renouvelable et de l’efficacité énergétique soutenus par les partenaires sont vitaux pour la décarbonisation mondiale, car ils fournissent des ressources clés et créent des environnements favorables dans les régions critiques. »

La Coalition 1 Gigatonne est soutenue par ONU Environnement et le gouvernement norvégien.

Les avantages d’une société sobre en carbone pour la réduction de la pollution mondiale – qui permettraient par exemple d’éviter des millions de décès liés à la pollution atmosphérique chaque année – sont également clairement illustrés dans Vers une planète sans pollution, un rapport du directeur exécutif d’ONU Environnement qui sera présenté à la prochaine Assemblée des Nations Unies pour l’environnement. Le rapport présente un cadre ambitieux pour lutter contre la pollution, grâce au leadership politique ou la consommation et la production durables et en investissant massivement dans le développement durable.

Articles pouvant vous intéresser