Les deux films “Le Jour où la Terre s’arrêta”

Le Jour où la Terre s’arrêta est un film de science-fiction de 1951, qui a connu une nouvelle version en 2008. Si dans les deux cas il ne s’agit pas d’un chef d’œuvre, la problématique est formidable, en faisant quelque chose d’incontournable pour qui s’intéresse à la défense de la Terre.

En fait, on peut largement penser que ces films ne sont que des prétextes pour une critique intelligente de la situation ; le message est vraiment ce qui ressort, bien plus que la forme très largement kitsch.

Le scénario est en effet le suivant : un extra-terrestre débarque sur Terre en soucoupe volante. L’armée se comporte, bien évidemment, avec une attitude hostile et meurtrière, avec des humains agressifs par rapport à ce qu’ils ne connaissent pas, cherchant toujours à détruire ce qu’ils ne contrôlent pas.

L’extra-terrestre, qui a une forme humaine, se balade alors et constate l’arriération de l’humanité sur le plan des valeurs. Ce message est bien sûr une critique ouverte des comportements humains, prétexte à une critique générale faite par le film en lui-même à la société de l’époque.

Le contenu de la critique est cependant fort différent, même si cela se rejoint bien entendu.

Dans le film de 1951, l’extra-terrestre vient expliquer aux humains que maintenant qu’ils ont progressé sur le plan technologique, ils doivent devenir pacifiques, sans quoi ils représentent une menace inacceptable pour les autres planètes. C’est un appel au pacifisme en pleine hystérie générale aux États-Unis alors.

Voici la scène finale, où l’extra-terrestre tient un discours pacifiste, d’une portée incroyable quand on connaît le contexte historique alors. Ce discours se tient devant des scientifiques, avec une présence soulignée de scientifiques indiens et chinois, soviétiques et américains : le message s’adresse à l’humanité toute entière.

C’est d’ailleurs la première fois peut-être que l’humanité est représentée de manière universelle au cinéma.

I am leaving soon, and you will forgive me if I speak bluntly. The universe grows smaller every day, and the threat of aggression by any group, anywhere, can no longer be tolerated. There must be security for all or no one is secure.

Je pars bientôt, vous m’excuserez si mes paroles sont brutales. L’univers est plus petit chaque jour, et la menace d’une agression, d’où qu’elle vienne, n’est plus acceptable. La sécurité doit être pour tous ou nul ne sera en sécurité.

Now, this does not mean giving up any freedom except the freedom to act irresponsibly. Your ancestors knew this when they made laws to govern themselves and hired policemen to enforce them. We of the other planets have long accepted this principle.

We have an organization for the mutual protection of all planets and for the complete elimination of aggression.

Cela ne signifie pas renoncer à la liberté mais renoncer à agir avec irresponsabilité. Vos ancêtres l’avaient compris quand ils ont créé les lois et engagé des policiers pour les faire respecter. Sur les autres planètes, nous avons accepté ce principe depuis longtemps.

Nous avons une organisation pour la protection mutuelle des planètes et la disparition totale des agressions.

The test of any such higher authority is, of course, the police force that supports it. For our policemen, we created a race of robots. Their function is to patrol the planets—in space ships like this one—and preserve the peace. In matters of aggression, we have given them absolute power over us; this power can not be revoked.

At the first sign of violence, they act automatically against the aggressor. The penalty for provoking their action is too terrible to risk.

Une autorité aussi haute repose bien sûr sur la police qui la représente. En guise de policiers, nous avons créé une race de robots. Leur fonction est de patrouiller dans des vaisseaux tels que celui-ci, et de préserver la paix. Pour les questions d’agression, nous leur avons donné les pleins pouvoirs. Ces pouvoirs ne peuvent être révoqués.

Au premier signe de violence, ils agissent contre l’agresseur. Les conséquences de leur mise en action sont trop terribles pour s’y risquer.

The result is that we live in peace, without arms or armies, secure in the knowledge that we are free from aggression and war—free to pursue more profitable enterprises.

Now, we do not pretend to have achieved perfection, but we do have a system, and it works. I came here to give you these facts. It is no concern of ours how you run your own planet.

Résultat : nous vivons en paix, sans arme ni armée, ne craignant ni agression ni guerre, et libres d’avoir des activités plus profitables. Nous ne prétendons pas avoir atteint la perfection, mais nous avons un système qui fonctionne.

Je suis venu vous donner ces informations. La façon dont vous dirigez votre planète ne nous regarde pas.

But if you threaten to extend your violence, this Earth of yours will be reduced to a burned-out cinder. Your choice is simple: Join us and live in peace, or pursue your present course and face obliteration.

We shall be waiting for your answer; the decision rests with you.

Mais si vous menacez d’étendre votre violence, votre Terre sera réduite à un tas de cendres. Votre choix est simple : joignez-vous à nous et vivez en paix ou continuez sur votre voie et exposez-vous à la destruction.

Nous attendrons votre réponse. La décision vous appartient.

C’est un terrible avertissement et un appel à la paix, à une humanité unifiée. Comme on a perdu du temps depuis 1951 pour aller en ce sens!

Dans le film de 2008, l’extra-terrestre explique que l’humanité est en train de tuer la Terre et qu’elle doit donc disparaître. Le scénario est alambiqué, car pourquoi venir annoncer quelque chose au lieu de le faire, pour ensuite naturellement changer d’avis ?

Autant dans la version de 1951, il y a un certain charme suranné des Etats-Unis des années 1950, autant dans la version de 2008 les faiblesses de 1951 reprises directement sous la forme d’un remake ne passent pas du tout.

Le film est totalement hollywoodien, mais heureusement il y a un aspect qui ressort qui est très fort et reflète un vrai questionnement. Voici un passage significatif.

– I need to know what is happening.
– This planet is dying. The human race is killing it.
– So you’ve come here to help us.
– No, I didn’t.

– J’ai besoin de savoir ce qui se passe.
– Cette planète est en train de mourir. L’espèce humaine la tue.
– Alors tu es venu ici pour nous aider.
– Non, ce n’est pas ce que j’ai fait.

– You said you came to save us.
– I said I came to save the Earth.
– You came to save the Earth. From us. You came to save the Earth from us.
– We can’t risk the survival of this planet for the sake of one species.

– Vous avez dit que vous êtes venu nous sauver.
– J’ai dit que je suis venu sauver la Terre.
– Vous êtes venu sauver la Terre. De nous. Vous êtes venu sauver la Terre de nous.
– Nous ne pouvons pas risquer la survie de cette planète pour une seule espèce.

– What are you saying ?
– If the Earth die, you die. If you die, the Earth survives. There are only a handful of planet in the cosmos that are capable to support complex life.

– Qu’est-ce que vous dites ?
– Si la Terre meurt, vous mourez. Si vous mourez, la Terre survit. Il y a seulement une poignée de planètes dans le cosmos qui sont capables de soutenir la vie complexe.

– You can’t do this.
– This one can’t be allowed to perish.
– We can change. We can still turn things around.
– We watched, we waited in the hope that you would change.

– Vous ne pouvez pas faire ça.
– On ne peut pas autoriser que celle-ci périsse.
– Nous pouvons changer. Nous pouvons encore renverser les choses.
– Nous avons regardé, nous avons attendu dans l’espoir que vous changeriez.

– Please.
– It has reached the tipping point, we need to act.
– Please.
– We’ll undo the damage you’ve done and give the Earth a chance to begin again.
– Don’t do that. We could change. We can change.
– The decision is made. The process has begun.

– S’il vous plaît.
– Le point de basculement a été atteint, nous devons agir.
– S’il vous plaît.
– Nous réparerons les dégâts que vous avez causé et donnerons à la Terre une chance de recommencer.
– Ne faites pas ça. Nous pourrions changer. Nous pouvons changer.
– La décision est prise. Le processus a commencé.

L’intensité dramatique est évidente pour qui ne voit pas la culture comme un simple divertissement. On a là quelque chose de grave et comment ne pas voir dans les propos de l’extra-terrestre, appelé Klaatu, quelque chose de si parlant?

Le Jour où la Terre s’arrêta n’est pas un bon film, ni en 1951, ni en 2008. Cependant, il a le mérite de permettre l’affirmation d’un vrai questionnement, qui se maintient malgré la dimension totalement commerciale de leur production.

Leur existence permet une bonne mise en perspective d’inquiétudes et de questionnements existant dans la société, allant dans le sens de l’universalisme et de l’écologie.

Articles pouvant vous intéresser