Les animaux ont besoin de héros, mais pas du genre de Johnny Hallyday

Les animaux connaissent le martyr sur la planète, parce que l’humanité, enfermée dans son anthropocentrisme, a décidé que leur existence ne comptait pas. S’opposer à cela demande de la volonté, mais également de l’héroïsme.

Penser qu’on peut changer des choses sans un engagement complet, sans renverser la table, c’est-à-dire sans révolution pour dire les choses clairement, est illusoire.

Il faut quand même voir qu’on est dans un pays qui célèbre Johnny Hallyday, et avec un pays pareil on s’imagine qu’on va accorder la paix aux animaux ? C’est impossible, il faut transformer ce pays, afin que la société ressemble à autre chose, sinon ce n’est même pas la peine d’essayer.

Johnny Hallyday est d’ailleurs un très bon exemple ici : il suffit de prendre sa chanson « Que je t’aime ». Elle parle de « faire l’amour », à travers une réduction patriarcale de la femme à un être passif, à coups d’animalisation.

Cette chanson est à proprement parler anti-féministe et anti-animaux, c’est un exemple de diffusion d’une vision du monde arriérée comme pas possible. Voici quelques paroles affreusement exemplaires :

« Quand tu ne te sens plus chatte
Et que tu deviens chienne
Et qu’à l’appel du loup
Tu brises enfin tes chaînes (…)

Quand mon corps sur ton corps
Lourd comme un cheval mort
Ne sait pas, ne sait plus
S’il existe encore »

Pauvre pays, qui fait de Johnny Hallyday une icône. Il faut dire qu’on a les héros qu’on mérite. Emmanuel Macron était d’ailleurs à Alger le matin de l’annonce de la mort de Johnny Hallyday, qu’il a appris dans la nuit. Dans les rues de la capitale algérienne, il a dit justement la chose suivante au sujet du chanteur décédé :

« Il fait partie de ces héros français, j’ai souvent dit qu’il fallait des héros pour qu’un pays soit grand. »

C’est pathétique. Mais le grand souci dans cela, c’est que les animaux, eux, attendent les véritables héros. Ceux et celles qui savent mettre de côté leur ego, leur petit moi, leur confort, pour assumer ce qui doit être assumé : l’engagement total en leur faveur.

Qu’est-ce qu’un héros, justement ? Rappelons ici les définitions possibles :

« Personnage légendaire auquel la tradition attribue des exploits prodigieux. »

« Homme, femme qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d’âme et d’élévation morale. »

« Homme, femme qui fait preuve, dans certaines circonstances, d’une grande abnégation. »

« Combattant(e) remarquable par sa bravoure et son sens du sacrifice. »

Faire de Johnny Hallyday un « héros », c’est dire qu’un chanteur de variété faisant des concerts par showbusiness est un héros, car il a su divertir les gens et leur faire croire qu’ils ressentent des choses.

Là n’est pas l’héroïsme. Il est ailleurs. On le trouve dans chaque refuge, par exemple. On y trouve gens qui donnent leur vie, sans penser à leur petit moi, à leur ego. Ce ne sont pas des gens qui se mettent en avant, avec leur photo, des interviews. Leur abnégation est anonyme, ils se sacrifient entièrement, sans confort, sans vacances, sans vie privée même parfois.

Car ces héros sont entièrement engagés, leur esprit est entièrement tendu vers l’héroïsme concret. On ne peut pas être un héros tout seul, pour soi, ou alors on en revient à l’antiquité avec ses héros barbares.

Être un héros, ce n’est pas non plus donner du baume au cœur, c’est se mettre en jeu au service des autres, concrètement. En ce sens, Johnny Hallyday n’a jamais été qu’une abstraction. Sa musique n’a rien changé, elle a même contribué plutôt d’ailleurs à maintenir la France dans une ringardise terrible.

Être un héros, c’est intervenir en se mettant en jeu. Un autre exemple que l’on peut prendre, car là on a quelque chose de directement concret de par l’urgence, est lorsqu’un animal est arraché d’une situation de danger absolu.

L’intervention pour sauver un animal bloqué quelque part, en panique, blessé et isolé, comme un pigeon qu’on peut trouver, un chien qui s’est perdu, tout cela est une petite forme d’héroïsme.

Il est vrai que cette forme ne présente pas de vrai mise en cause de soi-même. Quoique : le fait de prendre un pigeon, de l’accueillir, de le transporter, tout cela est déjà incroyablement mal vu par une société indifférente (d’ailleurs même les personnes véganes sont, finalement, surtout indifférentes).

Donnons alors un autre exemple. Dans l’Oise, en 1989, un raid dans un laboratoire a libéré 42 chiens dans un laboratoire de vivisection. Pour les chiens, leurs libérateurs ont été des héros. Pour ces chiens, les libérateurs ont été comme Zorro sauvant un innocent ou bien, de manière plus juste, comme l’armée rouge libérant Auschwitz.

On peut arguer ici que les chiens ne savaient pas qu’ils allaient subir la vivisection. C’est faux, déjà parce que les animaux libérés ont parfois déjà subi la vivisection (il y a eu des cas de chats avec des électrodes dans la tête, par exemple, ou bien sûr le jeune singe Britches aux paupières cousues), mais surtout dans tous les cas, car un laboratoire n’est pas un endroit naturel pour un chien (ni n’importe quel animal).

Des chiens, enfermés dans une terrible promiscuité, dans des cages qui sont des prisons, dans un lieu qui sent la mort, avec la froide et ignoble brutalité des humains travaillant dans ce genre d’endroit, ne peuvent que sentir que la situation ne va pas du tout.

Ils ont peur d’ailleurs, et ne comprennent pas forcément que les libérateurs sont des libérateurs. Mais peu importe, ce sont eux qui comptent et non ce qu’ils pensent des humains, et ils découvrent lentement mais sûrement autre chose.

Cette lenteur dans le résultat de l’action, la patience nécessaire, voilà qui correspond à l’héroïsme.

Cela ne veut pas dire que l’héroïsme soit forcément ce qui soit juste historiquement pour changer les choses, même si on peut se douter que pour les 30 chiens et 23 lapins arrachés en 1990 à l’hôpital Salvatore de Marseille, ce qui compte c’est déjà leur propre vie et non l’Histoire, avec un grand H.

Après tout, ce sont les animaux qui comptent, pas nous demandant des remerciements où que ce soit de ce genre. Il ne s’agit pas de remercier un Dieu libérateur qui a envoyé Moïse exiger du pharaon : « Laisse partir mon peuple », car c’est nous-mêmes qui sommes pharaon.

La vieille dame qui nourrit les chats et les pigeons malgré l’opprobre, les cadres des refuges, dans une certaine mesure les vegans intransigeants refusant de céder à l’hégémonie pathétique de L214, 269 et autres egotrips spectaculaires, voilà où l’on peut trouver l’abnégation, l’engagement, non pas pour soi-même, mais pour l’exigence du changement.

Pas de fausses excuses, pas de compromis même pas avec soi-même, pas d’exceptions. Si ce n’est pas moi, qui ? Si ce n’est pas maintenant, quand ?

Articles pouvant vous intéresser