De bien insuffisantes tribunes contre les animaux dans les cirques

Plusieurs pétitions ou tribunes ont été mises en avant ces derniers jours pour protester contre les cirques avec animaux. Premier problème : pourquoi plusieurs pétitions et pas une seule. Autre problème, bien plus grave : elles s’appuient sur des vétérinaires.

C’est quelque chose de très grave. Cela asphyxie la parole populaire, comme si en 2018 il y avait besoin d’études approfondies pour savoir que les animaux souffrent dans les cirques. C’est une appropriation par des “techniciens” de ce qui relève de la démocratie.

Et parlons en de ces techniciens, de ces “professionnels”. Ils ne disent rien contre la vivisection. Ils ne mettent jamais les pieds dans les refuges. A peine certains font-ils des prix aux associations, somme toute.

Sans parler de leur volonté de contrôle totale sur les savoirs, alors qu’il existe une expérience gigantesque faite par des millions et des millions de personnes de la santé de nombreux animaux vivant proches des humains.

La profession de vétérinaire relève d’une des plus grandes faillites morales historiques. Vue du futur, les vétérinaires apparaîtront comme un caste profitant d’un monopole pour asseoir son existence sociale.

Voici les textes en question. Le premier est de l’association PeTA et signée par 107 vétérinaires.

À l’attention du ministre de la Transition écologique et solidaire Monsieur le ministre, Vous avez déclaré ne pas être favorable à la captivité des animaux sauvages, et vous n’êtes pas le seul.

Nous, vétérinaires exerçant en France, nous souhaitons vous apporter notre avis de professionnels sur la condition des animaux captifs dans les établissements itinérants.

Celui-ci est très clair : la détention, le transport et le dressage des animaux utilisés dans les cirques infligent à ces êtres sensibles des restrictions comportementales, sociales et physiques et donc de la souffrance.

La Fédération des vétérinaires d’Europe dont fait partie l’Ordre national des vétérinaires auquel nous appartenons avertit que : « Les besoins des mammifères sauvages ne peuvent être satisfaits dans un cirque itinérant, en particulier quant aux conditions de vie et à la possibilité d’exprimer des comportements normaux ».

La détresse des êtres sensibles n’est pas acceptable et devrait encore moins être montrée en spectacle. C’est pourquoi nous vous demandons de suivre l’exemple de tous les pays qui, en Europe et dans le monde entier, interdisent la détention des animaux sauvages dans les cirques.

Dans l’attente de votre action sur ce sujet important, nous vous prions d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de notre considération la plus distinguée.

Le second document est une tribune publiée dans Libération. Ces gens croient bien faire, mais ils déplacent le terrain de la sensibilité à l’interprétation “technique” ; ils nient le fait de se tourner vers les gens.

L’exploitation d’animaux sauvages par les cirques suscite un émoi grandissant dans l’opinion publique, et 22 pays européens ont déjà légiféré pour la limiter ou l’interdire.

Mais la France fait figure de retardataire. Selon les défenseurs de cette pratique, ces animaux ne possèdent pas les mêmes besoins que leurs semblables sauvages parce qu’ils sont issus de lignées nées en captivité depuis plusieurs générations.

Ce point de vue est-il recevable à la lumière des connaissances scientifiques actuelles ?

Les animaux sauvages des cirques sont qualifiés d’«apprivoisés» car il s’agit d’individus qui vivent au contact de l’homme et ont souvent été élevés par leurs dresseurs.

Le terme «domestiqué» ne s’applique pas aux individus mais aux espèces, et désigne le résultat d’un long travail de sélection artificielle, opéré sur des dizaines de générations successives. Une espèce est donc considérée domestiquée lorsqu’elle a subi des modifications génétiques qui façonnent son apparence, sa physiologie et ses comportements en vue de favoriser l’émergence de caractéristiques particulières, comme la docilité.

La reproduction des animaux de cirques est non-sélective. Elle s’effectue au gré des reproducteurs disponibles, et les lignées d’animaux de cirques comptent au plus quelques générations (et certaines espèces ne se reproduisent pas en captivité, comme les éléphants).

Les animaux sauvages des cirques ne sont donc pas domestiqués, et présentent de ce fait le patrimoine génétique et les besoins caractéristiques de leur espèce. L’incapacité à les satisfaire est source de souffrances.

Ainsi, une célèbre expérience sur des visons a montré qu’être privés de baignade était pour eux aussi stressant qu’être affamés. Les conditions de détention des animaux de cirques sont incompatibles avec la satisfaction de tels besoins vitaux à plusieurs titres, tout particulièrement dans le cas des grands mammifères, très prisés des cirques.

Certes, les animaux captifs ne connaissent ni la faim ni la prédation et peuvent bénéficier de soins vétérinaires. Cependant, de nombreuses espèces (les éléphants) supportent mal la captivité. Elles y vivent moins longtemps qu’à l’état sauvage, s’y reproduisent difficilement et développent de graves troubles comportementaux.

Les animaux de cirque vivent dans des cages ou des espaces très confinés, et passent seulement quelques heures par jour dans des enclos extérieurs dont la taille atteint rarement les très faibles standards réglementaires.

Ainsi, la réglementation française (qui n’est pas toujours respectée) impose un espace intérieur de 7 m2 pour un tigre, avec quatre heures par jour d’accès à une aire de détente de 60 m2. Pour rappel, un tigre adulte pèse de 150 kilos à 200 kilos, et parcourt quotidiennement dans la nature un territoire de 50 km2 – 200 km2.

Ce confinement provoque l’apparition d’anomalies comportementales comme des stéréotypies (répétitions ritualisées d’un ou plusieurs mouvements sans but apparent), qui occupent 25 % – 30 % du temps des éléphants ou des ours de cirques. Absentes dans la nature, ces stéréotypies traduisent un état de mal-être psychologique, et leur fréquence est particulièrement élevée chez les espèces qui possèdent de larges domaines vitaux à l’état naturel (les éléphants, les grands carnivores et de nombreux primates non-humains, témoignant de l’inadéquation du confinement dans de tels cas).

L’environnement social des animaux de cirques est souvent perturbé dès le plus jeune âge, lorsque les petits sont séparés de la mère pour être élevés par l’homme. Le sevrage précoce laisse des séquelles irréversibles, dont une sensibilité exacerbée au stress et aux troubles du comportement, notamment social.

Les animaux de cirques sont souvent hébergés seuls ou en groupes dont la taille et la composition ne reflètent pas leur organisation sociale naturelle : les tigres, naturellement solitaires, sont souvent contraints de vivre en groupe, ce qui entraîne conflits et blessures à répétition auxquels les animaux ne peuvent échapper.

Ce stress social chronique peut être à l’origine d’une détérioration de la santé et de syndromes dépressifs. A l’opposé, chez les mammifères sociaux (l’éléphant et de nombreux primates), l’isolement social, aussi fréquent dans les cirques, constitue un facteur de risque majeur pour la santé physique et psychique, tout comme chez l’homme. Ainsi, 90 % à 100 % de macaques vivant seuls en cage expriment des comportements anormaux.

Les animaux de cirques voyagent parfois quotidiennement, ce qui implique des mouvements forcés lors des charges et décharges, et un confinement extrême, parfois long, pendant les déplacements.

Les conditions de transport, parfois inadaptées, peuvent les exposer à la chaleur, au froid, à des bruits et à des secousses inconfortables, voire pire : cette année, une éléphante a été tuée et deux autres gravement blessées dans un accident de la route. Les animaux de cirques ne peuvent se soustraire au public, même en temps de repos, et sont exposés à des stimuli visuels, sonores, et olfactifs stressants lors des représentations.

Chez les tigres, la fréquence des stéréotypies augmente de 80 % juste avant et pendant la représentation, illustrant l’intensité du stress induit par cette contrainte quasi quotidienne.

Certains artistes ont même rythmé leur numéro sur le balancement pathologique des éléphants. De plus, les postures physiques imposées aux animaux durant les spectacles, inadaptées à leur morphologie, peuvent causer des blessures (problèmes articulaires chez les éléphants).

Bien que les méthodes de dressage soient rarement dévoilées, elles sont une source de souffrance majeure si elles impliquent des violences physiques, et des témoignages issus du monde du cirque, dont le récent ouvrage de Joseph Bouglione, confirment l’existence de telles pratiques.

Auteurs : Elise Huchard docteure vétérinaire et chargée de recherches en écologie comportementale, Alice Baniel chercheuse post-doctorale en écologie comportementale, Alecia Carter chargée de recherches en écologie comportementale, Aurélie Célerier maître de conférences en biologie du comportement, Franck Chaduc docteur vétérinaire, Marie Charpentierdirectrice de recherches en écologie comportementale, Philippe Deviennedocteur vétérinaire et philosophe, Bernard Godelle professeur d’université en biologie évolutive, Bruno Lassalle docteur vétérinaire, Emmanuelle Pouydebat directrice de recherches en biologie évolutive, Cédric Sueur maître de conférences en éthologie, Frédéric Veyrunes chargé de recherches en biologie évolutive, Christine Webb chercheuse post-doctorale en écologie comportementale

Le dernier document, publié également dans Libération, ne peut que rendre d’une grande tristesse. Il parle de la situation terrible de l’éléphante Maya, et au lieu de mobiliser, de dénoncer, d’attaquer, on a ici une prosternation devant l’Etat… alors qu’il est expliqué que l’Etat n’applique même pas ses propres décisions à ce sujet !

La question de savoir si la détention des animaux sauvages dans les cirques, l’itinérance, le dressage, les spectacles sont compatibles avec leur épanouissement est une question qui doit être soumise à la délibération publique et tranchée dans les mois qui viennent, afin que nous disposions d’un cadre législatif clair, comme c’est le cas dans d’autres pays.

L’objet de cette tribune n’est pas de répondre à cette question. Nous voulons simplement porter l’attention des citoyens et des pouvoirs publics sur un cas qui est emblématique de l’impasse dans laquelle nous sommes collectivement.

Maya, une éléphante d’Asie âgée de plus de 50 ans et que suit l’association One Voice, continue d’être transportée et exploitée par le cirque La Piste aux étoiles alors que plusieurs vétérinaires, y compris celui qui a été mandaté en février 2018 par Mme Patricia Willaert, la préfète du Lot-et-Garonne, attestent qu’en raison de son état de santé, elle ne peut plus être sur les routes.

L’arrêté du 18 mars 2011 fixant les conditions de détention et d’utilisation des animaux non domestiques dans les établissements de spectacles itinérants n’est pas non plus respecté.

Comme on le voit en lisant les articles 22 et 26 de l’arrêté, les conditions d’hébergement des animaux de cirque doivent satisfaire à des exigences minimales (évacuation des urines, litière adéquate, enclos assurant la sécurité du public hors des spectacles et pendant les spectacles). Les animaux malades ou trop âgés ne doivent plus participer aux spectacles (article 9).

Toute personne qui voit Maya, que ce soit dans son enclos minuscule ou dans le camion, comprend que la loi n’est pas respectée. En outre, l’autorité de la préfète est bafouée. Car elle avait demandé que le cirque laisse Maya dans ses quartiers d’hiver ou la transfère dans un sanctuaire, par exemple dans le sanctuaire Elephant Haven, en Haute-Vienne, où sa place a été réservée depuis octobre 2017.

Cette éléphante, qui souffre des pieds et a des stéréotypies attestant l’état de folie auquel ses conditions de vie et sa solitude l’ont conduite, est le symbole d’une double injustice : elle est, depuis plusieurs années, dans un état de détresse qui ne peut laisser personne indifférent et le droit est impuissant.

La souffrance de Maya est la preuve tragique que, lorsqu’il est question des animaux, les lois ne sont pas souvent appliquées.

De plus, quand des infractions sont dénoncées par une association, comme par One Voice qui, depuis septembre 2016, mène sur ce cas des enquêtes dont le sérieux est indiscutable, on assiste à une bataille juridique, et à des procès qui grèvent le budget des cirques et rendra leur situation encore plus difficile.

Pourtant, les faits sont têtus : le vétérinaire mandaté par la préfète parvient aux mêmes conclusions que les spécialistes internationaux auxquels One Voice, en septembre 2017, avaient confié une expertise : l’état de santé de Maya est alarmant, son alimentation et ses conditions de détention ne sont pas adaptées à ses besoins et elle souffre des pattes, sans parler d’un abcès non soigné.

Le tribunal de grande instance de Strasbourg a lui aussi reconnu le 13 février 2018 que le travail de One Voice, que le cirque La Piste aux Étoiles avait assignée en justice, était légitime : il a autorisé l’association à poursuivre son combat qui avait déjà rencontré en décembre 2017 le soutien de plus de 100 000 personnes ayant signé la pétition pour libérer Maya (#JusticePourMaya).

Les établissements de spectacles itinérants valent mieux que ce jeu de cache-cache qui conduit certains d’entre eux à se soustraire à la loi. Il y a déjà longtemps que tout le monde sait que, dans certains cirques, les animaux sont maltraités. Les associations de défense des animaux militent contre la captivité des animaux sauvages dans les cirques, mais elles ne sauraient se substituer au législateur.

Leur mission première est de dénoncer les situations de maltraitance et de les porter sur la place publique afin que le sort des animaux, qui intéresse de plus en plus de personnes, soit connu, que les éléphants, dont tout le monde reconnaît l’intelligence et la majesté et dont l’espèce est menacée, ne dépérissent pas dans l’indifférence et qu’en l’absence de décision politique claire et courageuse, les lois existantes soient au moins respectées.

La spécificité d’une association comme One Voice est de savoir dialoguer avec les acteurs pour chercher des solutions pouvant convenir à tout le monde. Il n’est pas dans l’intérêt du cirque La Piste aux étoiles de se ruiner en procès ni de perdre tout prestige aux yeux d’un public qui, même quand il continue à aller voir des spectacles avec animaux, ne tolère pas qu’ils soient maltraités.

Muriel Arnal, la présidente de One Voice, a apporté une aide financière conséquente à Elephant Haven, installé à Bussière-Galant, afin qu’il puisse accueillir Maya. Tout est prêt pour elle et, de toute façon, elle ne peut plus travailler. Faut-il attendre qu’elle décède ? Faut-il attendre un accident ? Doit-on donner raison à ceux qui disent que la voie de la réforme, du dialogue et du droit est vaine et que seul un scandale permettra de changer les choses ?

Il ne s’agit pas d’un rapport de force entre défenseurs de la cause animale et circassiens, mais d’une exigence de justice : nous voulons que la loi soit appliquée. Maya doit pouvoir jouir d’une retraite bien méritée. Ou alors c’est que nous ne sommes plus dans un Etat de droit.

Signataires :

Laurent Baheux, photographe animalier, Thierry Bedossa, vétérinaire praticien, ancien élève de l’école vétérinaire de Maison-Alfort, Allain Bougrain-Dubourg, journaliste, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), Sophie Dol, vétérinaire praticien, ancien élève de l’école vétérinaire de Maison-Alfort, Loïc Dombreval, vétérinaire, député LREM, président du groupe d’étude «condition animale» à l’Assemblée nationale, Pascal Durand, eurodéputé écologiste Ile-de-France et hors de France, Yolaine de La Bigne, journaliste, fondatrice de l’Université d’été l’animal et l’homme, Frédéric Lenoir, philosophe, fondateur de Ensemble pour les animaux, Laurence Parisot, chef d’entreprise et présidente d’honneur du Medef, Corine Pelluchon, philosophe, professeur à l’Université-Marne-La-Vallée, Jacques Perrin, cinéaste, Franck Sorbier, grand couturier et Maître d’art.

Tout cela est totalement déconnecté du travail pour conquérir l’opinion publique, de la bataille démocratique, du principe comme quoi :

– le véganisme est incontournable ;

– le véganisme ne peut qu’être porté naturellement par le peuple , les gens normaux ;

– la situation historique et planétaire est catastrophique et il faut mobiliser, renverser la table, faire la révolution et non pas tergiverser ou laisser la parole aux “experts”.

Articles pouvant vous intéresser