Le véganisme à un tournant juste avant le reflux ?

La roue tourne et le véganisme ne peut pas être un hobby de centre-ville ; ce qu’il représente, c’est un affrontement généralisé entre l’ancien monde et le nouveau monde, un affrontement qui engage tous les aspects de la vie quotidienne, tous les aspects de la vie en général même, dans ce qu’on ressent, dans ce qu’on pense, dans ce qu’on fait.

Il y a eu les tentatives faites par des intellectuels pour relativiser cela, il y a eu les menteurs qui prétendaient qu’il y a le temps, il y en a d’autres qui ont capitulé, passant à autre chose, niant l’implacable vérité : les 30 prochaines années appartiennent à la bataille pour la planète.

Qui n’engage pas tout son être n’a pas compris les enjeux de notre époque ! Et le véganisme, dans sa forme français de ces dernières années, va mourir de ne pas être à la hauteur.

Faisons ici une hypothèse, avec quelque chose dont on va prendre conscience dans quelques mois seulement, ce qui sera l’occasion de faire un bilan : le véganisme connaît actuellement un tournant aboutissant à un retournement. Sa phase de croissance possible est atteinte, il ne peut plus dépasser le maximum atteint. Il ne peut même que refluer.

Et tout ce tournant tient à un rien : à quelques dégradations sur des boucheries. Regardons la nature assez triviale de ce tournant.

Alors qu’à Jouy-en-Josas, en Ile-de-France, une boucherie a été « vandalisée » ces derniers jours (avec écrit « stop spécisme »), un responsable de la Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs a été reçu avant-hier matin par un « conseiller police » du ministère de l’Intérieur.

Absolument rien n’a filtré de cet entretien. C’est extrêmement problématique, car une réflexion très grande doit être accordée à cet épisode. Il est évident que sur le plan des mentalités en France, ce petit épisode a joué un très grand rôle.

En effet, de très nombreux médias ont parlé de ces quelques actions de vandalisme, c’est devenu un réel sujet de société. Auparavant, ce que représentait le fait d’être vegan était connu de beaucoup de monde, désormais pratiquement toute la France le sait…. Et se positionne clairement contre.

Qu’on le veuille ou non, ces petites actions absolument sans envergure ont clairement provoqué une réaction médiatique en chaîne aboutissant à une expression générale du camp des réactionnaires, avec des réactions épidermiques de la part des beaufs.
En voici un exemple avec les « grandes gueules » de RMC.

 

Sur twitter ou facebook, ou dans les commentaires des multiples articles médiatiques, le ton est le même. Tant que c’était du vegan bobo c’était insignifiant, mais là oser toucher à la pacification des mœurs, aux « choix » individuels… c’était inacceptable. Le résultat est un véritable soulèvement en mode France profonde.

Ne pas considérer qu’il y a ici un tournant serait une énorme erreur. C’est une limite très claire qui a été posée aux vegans. Soit ils se résument à un positionnement individuel, soit ils seront dénoncés.

Il y a une frontière – celle de la vie quotidienne, des mœurs et des mentalités dans une société de consommation, la France profonde – infranchissable à moins d’assumer la révolution : la vague vegan vient de s’y heurter.

Car justement, il y a cette rencontre au ministère de l’intérieur, bien mystérieuse. Des médias l’ont mentionné avant qu’elle n’ait eu lieu, et la seule chose qu’on sache à ce sujet, c’est que les préfets auront des discussions avec les représentants des bouchers dans chaque département. L’expression employée par les bouchers pour désigner l’objectif est la suivante :

« éviter une propagation des violences »

En arrière-plan, il y a évidemment le spectre de l’ALF. Ce spectre est si présent d’ailleurs que du côté des associations comme L214 ou 269, le silence est complet. Il y a à la fois une appréhension et une réelle peur, car ces gens savent que l’ALF c’était, à son apogée dans les années 1980 en Angleterre, plusieurs dizaines d’actions par jour.

Tout cela doit être passé sous silence, donc le meilleur moyen, c’est de ne parler de rien, jamais. En pensant qu’après tout, sept boucheries dégradées et une poissonnerie aux vitrines brisées dans les Hauts-de-France, deux actions similaires à Angers et à Jouy-en-Josas, juste avant les vacances estivales, cela ne pèse pas lourd.

Ce qui est vrai. Sauf que – quoi qu’on pense des dégradations en mode « stop spécisme », s’appuyant donc sur cette notion de « spécisme » qui n’a selon nous pas de sens, car étant déconnectée de toute lecture historique de la réalité – la scène vegan devait connaître un saut qualitatif, que les dégradations ont posé la question de ce saut, et que dans tous les cas il ne peut pas être fait.

Évidemment, si l’on croit en L214 ou 269, si on croit que le véganisme est né il y a quelques années, alors on peut toujours s’imaginer que le saut va venir. Sauf que l’hypothèse faite ici tient la route, alors cela va être le reflux : le véganisme se fait remettre à sa place, dans la marginalité de la société de consommation.

Comme il n’y a pas de cadres vegans avec une orientation bien définie, mais seulement des engagements individuels aux contours indéfinis, ce reflux va être chaotique, renforçant la désorganisation de l’ensemble.

L’esprit de repli, de vécu individuel, va encore plus avoir la primauté, et même un statut de seule version du véganisme. C’est là où il faudra reposer des fondamentaux adéquats, pour un nouvel élan, cette fois bien meilleur !

Car l’époque porte le véganisme et la défense de la planète comme super-organisme où se développe la vie. Quiconque a une conscience sait que les trente prochaines années sont celles du tout pour le tout !

Articles pouvant vous intéresser