Communiqués du Chili et du Mexique

Voici une série de communiqués d’actions ayant eu lieu en Amérique latine, dont la source est le site Paghere Tutto.

Un communiqué du Mexique:

Vers 3 heures du matin le 24 décembre nous avons laissé une machine explosive pleine de dynamite dans la succursale bancaire BBVA à Ecatepec Estado Estado de Mexico, et nous avons laissé simultanément un autre cadeau en face de la façade de l’entreprise Kengoord qui était défendue par deux patrouilles de la police étatique; les deux cibles ont subi des dommages dans leurs baies vitrées.

Nous avons réalisé cette action sur la même avenue (José López Portillo) sur laquelle, quelques semaines auparavant, les “Brigadas de Eco saboteadores por la Venganza Nunca Olvidada” avaient fait exploser une bombe composée de bouteilles de gaz butane contre une Banamex [banque mexicaine] dans la municipalité de Coacalco.

Les autorités ne se sont pas imaginées que d’autres groupes attaqueraient de nouveau sur le même “périmètre contrôlé” et elles ont laissé de telles cibles vulnérables et toutes prêtes pour que nous puissions y placer nos paquets dynamiteurs.

La destruction de leur paix sociale a été inévitable quand la mèche s’est allumée et a activé la machine, les explosions puissantes ont résonné dans les oreilles de ceux qui soutiennent le pouvoir et l’autoritarisme, gagné par la destruction de la planète dans laquelle nous subsistons actellement à cause des progressions catastrophiques du changement climatique, qui est causé à son tour en grande partie par des entreprises comme celle que nous avons attaqué à l’aube.

BBVA, qui administre un argent gagné par l’exploitation animale, humaine et de la terre, et Kenworth, liée à l’industrie de la construction qui a des liens avec des entreprises comme CAT ou Carso, responsable directe de la désolation environnementale, ont reçu notre message non avec des mots mais avec actions, car dés lors que nous affrontons d’une manière radicale des cibles comme celles citées dans ce communiqué, nous avons décidé de ne plus parler et de commencer à agir.

Le jour suivant notre action, la presse vendue n’a pas touché un mot des évènements, tout était noyé dans des messages hypocrites et idiots sur les “joyeuses fêtes de Noël”, une date fatidique fêtée par le capitalisme insatiable comme la récupération socio-économique de sa domination sur le monde.

La conspiration entre les médias et les autorités qui ont constaté notre action et l’ont occultée a été claire, leur but étant de maintenir la société tranquille en taisant ce qu’il passe lors de ces jours de fête : quelles personnes peut-on rassurer, en montrant dans les infos que lors de ces moments si importants pour la “vie en commun et familiale” des bombes éclatent dans le pays ?

Nous crachons sur eux, qui savent que le mécontentement n’est pas seulement dans nos têtes mais aussi dans nos sabotages, bien qu’ils les cachent.

Avec ces explosions nous voulons nous solidariser avec les personnes arrêtées le 15 décembre à Tlalpan, spécialement avec Abraham et Fermín, qui bien qu’ils soient mineurs, mènent leur engagement pour la libération de la terre en le rendant visible, et il s’agit là d’une des manières de mener l’offensive dans la solidarité directe.

Tenez bon compas, que le feu brûle et que les bombes éclatent par vos noms !

Solidarité directe avec Víctor Herrera, Emmanuel Hernández, Abraham López y Fermín Gómez!

Front de Libération Animale
Front de Libération de la Terre

Un communiqué, du Chili:

La nuit du 25 décembre une machine incendiaire a été posée dans une boucherie de l’entreprise assassine Friosa, à Santiago.

La machine composée d’un bidon d’essence et d’éponges, activé au moyen d’un simple retardateur chimique a été placée dans le plafond du centre d’extermination, pour qu’ainsi le feu se propage d’une meilleure manière.

Le feu a réussi à allumer et détruire en partie le toit de ce cimetière dégoûtant, où des êtres vivants sont vendus comme de simples objets de consommation.

Nous avons foutu le feu à ce lieu parce que nous y voyons un clair symptôme des relations de pouvoir qui existent dans la société qu’elle impose pour nourrir un système basé sur l’anéantissement et l’exploitation, de la même façon que les prisons, les écoles, les entreprises, les quartiers, etc…

Cette attaque est en solidarité avec les compagnons en grève de la faim, non comme un sacrifice mais comme un geste d’amour et d’agitation, en démontrant que la prison ne les détruira pas et que la guerre se mène aussi bien dedans que dehors.

En mémoire de tous les compagnons tombés dans cette guerre, comme c’est le cas de la compagne Soledad Rosas, qui a pris la décision d’en finir avec la vie en étant détenue. De même pour le compagnon Mauricio Morales mort dans l’explosion accidentelle de la machine qu’il portait pour attaquer l’école de gardiens de prison.
Dans cette guerre, déclarée il y a des siècles, aucun compagnon n’est seul ni oublié !

À Diego Ríos, ta cavale, que nous faisons notre, est une action continuelle pour la destruction de toutes les prisons et cages. Tes mots sont une force et une énergie pour tous ceux qui s’attaquent au pouvoir, et c’est pour cela qu’avec ces flammes nous t’accompagnons dans la fuite.

Un second communiqué du Chili:

La nuit du mardi 29 décembre, nous avions planifié d’attaquer la maudite tranquillité de quelques exploiteurs. C’est pour cela que nous sommes sortis avec le nécessaire pour réaliser notre objectif et pour ne pas en rester aux seules intentions.

La première étape fut de nous diriger vers la maison d’un boucher assassin (désolés pour la redondance) dans la cour de laquelle trônait un camion le transport de cadavres, vers lequel nous portons notre rage. Les lumières de la maison étaient déjà éteintes quand nous avons décidé d’agir, nous répandîmes alors un acide très corrosif (qui corrode le métal et le plastique, entre autres) sur le pare-brise, le moteur et les deux roues latérales, et dans le même temps de la peinture rouge fut balancée sur la grande publicité située juste à côté et qui incitait à la consommation d’animaux, pendant que le camion était laissé en ruine. Nous avons aussi souillé l’entrée de la maison avec de la peinture.

Avec la même rage nous nous déplaçons vers une Clinique Psychiatrique, qui éclairait quelques grandes baies vitrées qui bien que renforcées, ont été éclatées à coup de pierres, aux heures où les bourreaux vêtus de blanc travaillaient encore.

Les deux attaques ont été dirigées contre les propriétés d’exploiteurs, de gérants/défenseurs de la domination de l’homme sur l’homme.

Les pratiques autoritaires se trouvent partout, et ton choix consiste à en être complice ou à les attaquer, en faisant de ta vie entière une propagande par le fait.

Ces actions sont un geste fraternel pour tous les compagnon-nes prisonnier-ères qui se trouvent en grève de la faim du 20 décembre au 1 janvier, parce que l’attitude inébranlable de chacun-e de vous nous remplit d’orgueil et nous encourage à partir à l’offensive.

Un salut plein de force à tous-tes les enragé-es et insurgé-es qui agissent sur le territoire nommé México. Continuons d’attaquer compas, que dans la guerre contre la domination nous nous animons et nous reconnaissons dans chaque action.

Comme nous l’avons déjà dit auparavant, chaque attaque va à la mémoire guerrière de Mauricio Morales, le compagnon que nous suivons en continuant de porter des coups contre l’ennemi.

Cher Diego, le fait que tu aies réussi à fuir les cages de l’Etat nous remplit de joie. Ta fureur et ta conviction nous donnent de la force dans cette guerre à mort. En avant compagnon, que chaque jour qui passe soit un coup contre le pouvoir.

Une Bande Sauvage et Insurgée en Guerre Contre la Domination

Articles pouvant vous intéresser