Campagne de l’exploitation animale contre le lapin

Le Comité Lapin Interprofessionnel fait face à un problème: les gens s’aperçoivent forcément de la contradiction qu’il y a à apprécier les lapins d’un côté, et les manger de l’autre.

Il s’agit donc de mener des campagnes pour nuire à l’image du lapin, dans la ligne: « Un lapin, c’est con mais c’est bon. »

On a donc deux vidéos totalement lamentables: on y voit une sorte d’emmerdeur appelé Cyril le lapin, qui ennuie tout le monde pendant toute la vidéo, avec marqué à la fin “le lapin, il mérite bien de passer à la casserole”.

Le tout est organisé par l’agence de communication Thomas Marko & Associés, qui n’a bizarrement pas de site internet. Peut-être parce qu’elle est spécialisée dans l’agroalimentaire?

En tout cas la chargée de communication de cette agence explique sur le site Eco89:

« On voulait casser cette douce image d’un animal quasi domestique que l’on trouve très mignon, qu’on n’a pas forcément envie de manger. Pour ce faire, on a créé un personnage qui est tellement agaçant, tellement irritant, qu’on a qu’une envie : le passer à la casserole. »

On apprend dans le même article que:

Bien entendu, l’opération vise surtout à interpeller les jeunes actifs à travers une campagne « décalée ». L’agence s’associe même à des événements pour célibataires dans le but de séduire « les trentenaires qui n’ont pas l’habitude d’en consommer », précise Élise Amiet [la chargée de communication – NDLR], soucieuse de rendre la bête « un peu tendance et un peu fun ».

Et afin de souligner encore une fois l’importance de la culture, voici des copies d’écran de ce qu’on trouve sur le site de « Cyril le lapin »: des recettes proposées par exemple par Alain Souchon et Dany Boon. Une manière pour l’exploitation animale de bien montrer son hégémonie, sa valeur culturelle, et de faire croire que manger du lapin est quelque chose qui a toujours existé et qui existera toujours, pour l’éternité.