Ratatouille à la gare Saint-Lazare

Les travaux à la gare parisienne de Saint-Lazare ont délogé des rats qui, logiquement, se promènent dans la gare. Bien évidemment on a droit à des réactions lamentables de la part de gens gorgés d’imageries fantasmatiques sur les rats, leur dangerosité, etc.

Mais même le spécialiste de la dératisation est obligé d’admettre que « ces animaux n’attaquent pas l’homme s’ils ne se sentent pas traqués ou menacés. »


A la nuit tombée, ils sont des dizaines. On les voit traverser prestement les quais, se faufiler dans les sacs-poubelles abandonnés, courir entre les rails. Ces dernières semaines, les rats ont fait leur apparition dans la gare Saint-Lazare.

Dérangés par les travaux de rénovation du site, en sous-sol, ils remontent des catacombes et caracolent désormais sur les voies de surface, au grand dam des quelque 450 000 voyageurs qui fréquentent quotidiennement la gare.

« C’est l’horreur ! souligne Elodie, qui chaque soir croise les intrus en prenant vers 20 heures le train qui la ramène à Colombes (Hauts-de-Seine). Il y en a de toutes les tailles, qui jaillissent de partout. Le premier moment de surprise passé, c’est le dégoût qui prend le pas. »

« Au début, témoigne un voyageur en partance pour Ermont (Val-d’Oise), ils restaient au loin, au bout des quais, mais on dirait qu’ils prennent de l’assurance : maintenant on les voit même près des distributeurs de nourriture, tout près des gens… »

Impressionnés, des voyageurs ont même filmé les mammifères, diffusant leurs images sur deux sites de partage de vidéos, YouTube et Dailymotion. De leur côté, les responsables de la gare Saint-Lazare ont donc décidé d’agir, tout en restant conscients de l’impossibilité de l’éradication des rongeurs. « Une opération de dératisation est organisée chaque mois, mais, comme cela ne suffit plus, nous avons contacté trois autres sociétés spécialisées qui doivent nous soumettre leurs propositions, explique-t-on à la direction, qui affirme ne pas s’inquiéter outre mesure. La présence des rats en surface n’a été signalée qu’entre les voies 12 et 19 et ils ne se sont encore jamais attaqués à personne, ni même aux palettes de nourriture qui sont chargées dans les trains. Rien n’a été grignoté… »

Néanmoins, il a été demandé au personnel chargé du nettoyage d’effectuer des tournées supplémentaires pour que les poubelles et les restes de repas soient aussitôt ramassés, les rats sortant essentiellement pour se nourrir.

Pourtant, tant que dureront les travaux de rénovation de la gare, qui devraient prendre fin en 2011, il est fort probable que les rats continueront de faire partie du paysage nocturne. Leur brusque apparition a coïncidé avec l’arrivée des bulldozers dans les entrailles du site, qui, en cassant les derniers sous-sols de l’édifice, ont délogé des centaines de rongeurs à la recherche d’un nouveau nid.

«IL EST impossible d’éradiquer les rats, souligne Imade Ounissi, responsable de la société de dératisation Euroclean, qui intervient auprès de plusieurs restaurateurs de la gare Saint-Lazare. Notre mission consiste à réduire le seuil d’infestation, notamment en posant des appâts. Le produit fait effet en quatre heures, ce qui laisse aux rats le temps de retourner dans leur nid pour y mourir. »


La présence de rats présente-t-elle un danger pour les usagers de la gare ? « Il ne faut pas les laisser prospérer en trop grand nombre, convient le spécialiste. Mais ces animaux n’attaquent pas l’homme s’ils ne se sentent pas traqués ou menacés. » Pour Imade Ounissi, ce qui arrive en gare Saint-Lazare est un « grand classique ». « Lorsqu’on déloge les rats, ils cherchent un autre habitat. La situation deviendrait plus inquiétante s’ils apparaissaient dans la journée, avant 19 h 30. Ce serait le signe qu’ils sont en nombre beaucoup trop important. »

Articles pouvant vous intéresser

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire