James Hetfield de Metallica est devenu straight edge / Le cinéma de CM Punk

James Hetfield, chanteur, auteur, compositeur du groupe phare de métal Metallica est devenu straight edge. Il devient donc en quelque sorte la seconde personne connue du grand public à devenir straight edge, après le catcheur américain CM Punk.

Vous pouvez lire la courte interview en anglais relatant ce nouvel engagement (avec une photo de lui avec un X stylisé tatoué sur le poignet).

Le chanteur y évoque le fait qu’il n’est pas un vrai straight edge car il a déjà consommé drogues et alcool, en fait il a même eu une dépendance très forte à l’alcool, ayant passé ensuite deux mois dans un centre spécial et sept mois dans sa famille pour combattre sa dépendance.

James Hetfield dit ainsi :

« Et je n’ai pas besoin de boire ou de prendre des drogues. C’est une vie straight edge. Bien sûr je ne suis pas straight edge – un vrai straight edge, hardcore, n’a jamais eu rien de cela de toute sa vie. Mais je suis un straight edge « reborn. »

Le terme de « reborn » est difficile à traduire, il signifie « qui est né de nouveau » et d’habitude on l’utilise pour les « born again christian », c’est-à-dire des personnes ayant « redécouvert » la foi et rejoint la religion (protestante).

Or, si on est effectivement straight edge à la naissance, et si les aléas de la vie peuvent nous pousser à utiliser des drogues, en avoir consommé et s’en repentir ne fait pas de soi un « faux » straight edge, bien au contraire !

Très nombreux sont les cas de personnes ayant rejoint le mode de vie straight edge justement après avoir soi-même être tombé dans les difficultés des drogues et de l’alcool.

A quoi il faut ajouter celles d’une vie sans sentiments, où la sexualité se fait sur le mode de la consommation, sans amour à construire.

C’est ce qui fait même le caractère social du mouvement straight edge, issu du punk et de son identité autodestructrice. Mais il est vrai qu’aux Etats-Unis il existe une forte culture straight edge où tout ce qui compte, c’est la « santé » et le refus de toute addiction.

Le catcheur CM Punk en est le symbole. On peut voir ici une vidéo où il présente son point de vue, et se présente en quelque sorte comme un « modèle », à l’opposé de la majorité qui est « faible », en vidant une bouteille de whisky dans une poubelle, sous les huées du public.

Dans le cadre de ce grand cinéma typique du catch américain, il y a sur le site officiel de la WWE (l’organisme du catch américain) une… section “Straight Edge Society” avec d’autres catcheurs, et sur ce site on peut lire ces paroles de CM Punk:

« J’accepte Straight Edge dans ma vie. J’accepte CM Punk comme mon sauveur. Nous prêtons serment au drapeau de la Straight Edge Society. Et à la philosophie qui va avec. Une nation, sous le pouvoir de Dieu, indivisible avec l’intégrité et la sobriété pour tous. »

Il s’agit d’une parodie du serment d’allégeance au drapeau aux États-Unis ; CM Punk jouant le rôle typique du « méchant » dans le catch américain, après avoir été le « sympathique » (le catcheur Hulk Hogan est connu pour avoir fait de même).

On notera d’ailleurs que dans tout ce cinéma, CM Punk ne parle jamais du troisième X, le refus des relations sexuelles sans relation durable. Son cinéma n’est clairement pas sincère, et tout cela ridiculise certainement beaucoup les principes du Straight Edge… En faisant des straight edge des gens partant en guerre contre tout le monde (voir ici la seconde partie de la vidéo du « message » de CM Punk, qui est encore plus ridicule, ou encore ici où il rase la tête d’une catcheuse pour la « sauver » alors qu’elle répète le serment d’allégeance à la « straight edge society »!).

Mais il est vrai que prisonnier de lui-même, le mode de vie Straight Edge termine souvent en « culte » de son propre corps.

Bien entendu, le respect de soi-même est très important, mais comme le précise notre historique du mouvement straight edge  –Du refus (straight edge) au désengagement (vegan straight)-, même si au début ce n’était pas le cas, maintenant il n’y a pas de straight edgisme sans véganisme.

A LTD nous sommes ainsi vegan straight edge, nous ne sommes pas straight edge et également vegan ; nous considérons que la scène straight edge a été très vite végétarienne, et qu’ensuite s’est formée un mouvement vegan straight edge.

Etre straight edge, dans la logique des choses, c’est refuser ce qui est nocif et est imposé par le business, mais donc également l’exploitation animale, tout autant imposée par le business.

Le véganisme est un horizon moral auquel on arrive forcément quand on est straight edge. Et cette révolution intellectuelle, ou morale, fait qu’alors on devient vegan straight edge… Qui pose l’exigence : pas de compromis avec notre mère la Terre !

Or, loin de cet esprit, par exemple, James Hetfield de Metallica chasse et pêche….

Son combat contre l’alcool et les drogues est honorable. Mais être straight edge, c’est un regard vers l’avenir : il ne s’agit pas de « rejeter » sa vie passée pour « renaître », mais bien de mettre en avant un mode de vie positif… vegan straight edge!