Les « filets fantômes » hantent les fonds marins

L’industrie de la pêche ne se contente pas de massacrer sur le coup des tonnes de poissons ainsi que des mammifères marins, en effet, les “filets fantômes” qui croupissent dans les océans sont de véritables pièges mortels pour les habitants de la mer qui s’y retrouvent bloqués !
Dès le début des années 1980, la FAO décrivait la « pêche fantôme » comme un problème majeur mondial, représentant une sérieuse menace pour les écosystèmes marins et côtiers. Ainsi, si les filets dérivants furent pendant longtemps les principaux incriminés, leur interdiction d’utilisation en 1992 améliora la situation. Pour un moment…
Aujourd’hui, ce sont malheureusement les filets maillants qui ont pris le relais. Maintenus en haut par une ligne de flotteurs et en bas par une ligne de lest, ces filets forment des murs sous-marins mesurant de 600 à 10 000 mètres. Même perdus, ils peuvent continuer à « pêcher » pendant des mois, voire des années.
Ces filets égarés ne sont pas les seuls polluants sévissant en mer. Le relargage de pièges à crabes ou de nasses,
dispositifs constitués d’un filet et d’une armature en forme de cage, est tout aussi dommageable à l’écosystème marin.
Poissons, tortues, oiseaux de mer, requins, dauphins etc. aucun ne peut y échapper une fois coincé dans ces pièges !

N’oublions pas non plus que les pêcheurs amateurs causent aussi, à leur échelle, des dégâts sur la faune et à la flore. Il est assez fréquent de trouver  dans les étangs des oiseaux marins la patte prise  – et souvent entaillée ! – par des lignes de pêche traînant négligemment dans les zones où la pêche est pratiquée !