Viol d’animaux et “tolérance” morbide

Le viol est pénalement réprehensible, pour autant il n’est en rien un sujet de société, ce qui reflète bien les rapports de domination dans la société. On ne sera pas étonné que des sites racoleurs jouent à ce titre sur la zoophilie. Le site “lepost.fr” se moque ainsi du fait qu’au Groenland, quelqu’un soit “Condamné pour le viol… d’une chienne.”

L’article absolument lamentable se moque du fait que le ministère de la justice ait été critiqué parce que l’amende n’était que de 134 euros. Une critique venant d’ailleurs de l’extrême-droite, dans une énieme tentative de manipulation. Au lieu de prendre parti pour les animaux et contre l’extrême-droite dont la démagogie concernant les animaux est bien connu, l’article explique:

Et bien, ça rigole pas au Groënland.

En dehors du fait que la zoophilie soit un acte répréhensible, tout comme celui du viol, encore que je doute qu’un animal soit consentant dans ce genre de fait, il est tout de même un peu surprenant de voir que l’affaire remonte jusqu’au Ministère, et se fait l’écho d’un parti.

Triste monde…

Dans le même esprit, le site en question avait publié un article racoleur sur un homme qui au Brésil avait torturé, violé et tué 400 vaches. Pas très étonnant d’un site parlant de Cauet, du zapping de Cannes et de la Nouvelle Star. Quand on pense qu’une association comme PETA vise à développer les consciences par la même démarche “Showbusiness” (même si aux valeurs soit disant inversées)…

Il n’y a pas de compromis possible avec le profit et les valeurs de domination!