Bardot candidate à la présidentielle : une initiative régressive

Il y a deux courants principaux parmi les gens s’intéressant à la question animale. Il y a ceux et celles qui s’intéressent aux animaux et à la nature, considérant les deux comme victimes d’une logique folle de destruction au nom du profit.

Se désengager de cette destruction et assumer un mode de vie alternatif forment alors un choix important, et un ouvrage comme « Un éternel Treblinka » de Charles Patterson est une référence. La « libération totale » est le sens de la vie.

Et il y a les autres. Qui sont misanthropes, qui sont cyniques, qui voient tout en noir. Qui sont tristes, qui finalement prennent la souffrance animale en otage pour étaler leur rancoeur, leur vision du monde pessimiste et tragique.

Nous avons prévenu : ces « autres » sont nombreux et ont des moyens. Ils profitent de la « protection animale », du discours juridique sur le « droit » pour renforcer leur position. Sous couvert d’apolitisme, ils font tout casser la lutte contre l’exploitation animale et contribuer à une critique régressive de la société. Et nous prévenons encore : la boucle va se boucler.

Avec bien évidemment en actrice de premier plan, Brigitte Bardot, celle qui rejette Sarkozy « qui préfère s’occuper des Roms que des animaux. » Une phrase parfaitement représentative d’une logique régressive conduisant non pas à un humanisme assumant la libération animale, mais à une vision raccourcie du monde.

Et dans ce film régressif, on a bien entendu comme réalisateur l’inévitable Jean-Marc Governatori de la France en action. Gageons donc ici qu’on peut être certain que Végétariens magazine soutiendra l’initiative.

Et il ne manquerait ici plus que la campagne profite des services de la même agence de communication que la Fondation Brigitte Bardot (agence issue d’une maison d’édition d’extrême-droite et ayant travaillé également pour le Front National).

Récapitulons ce qui s’est passé : jeudi dernier Brigitte Bardot annonçait qu’elle menaçait de se présenter aux élections présidentielles, ayant été sollicitée par l’Alliance Ecologiste Indépendante (dont les dirigeants sont Antoine Waechter et Jean-Marc Governatori).

La raison ? Non pas l’exploitation animale, ni même la lutte pour le végétarisme. Non, simplement… l’abattage conformes aux rites religieux juif et musulman.

Bien entendu cet abattage est inacceptable, mais comme tous les abattages et comme l’exploitation animale dans son ensemble. En fait, le choix de cet aspect saute aux yeux…

Voici justement la lettre de Bardot à Sarkozy, que l’on a pu trouver en ligne sur le site de la Fondation Brigitte Bardot (mais uniquement au format PDF!), en date du 15 octobre (les gras sont dans l’original):

Monsieur le Président,

Je dois bien admettre que vous êtes incapable de faire ce que vous dites et de tenir vos engagements, c’est déplorable, scandaleux, mais c’est ainsi!

« Je veux, maintenant, que les abattoirs halal s’engagent, concrètement et rapidement, dans la voie d’une généralisation de l’étourdissement préalable », voilà ce que vous m’écriviez le 22 décembre 2006. Vous m’avez tenu des propos plus fermes encore, le 27 septembre 2007 à l’Elysée, en m’assurant qu’il vous appartenait de « trancher » en imposant l’étourdissement des animaux lors des abattages juifs et musulmans.

Non seulement vous n’avez rien fait, mais vos ministres de l’Intérieur successifs ont tranché à votre place en s’opposant fermement à la généralisation de l’étourdissement des animaux avant leur saignée.

Par votre faute,les bêtes sont égorgées conscientes dans nos abattoirs, elles ont la gorge tranchée mais restent sensibles à la douleur jusqu’à leur perte de connaissance… Ces procédés barbares sont indignes, inacceptables à notre époque prétendue civilisée !

Monsieur le Président, vous ne tenez pas vos promesses c’est un fait, tout le monde le sait, mais ce qui est plus grave encore, c’est que vous refusez de dire la vérité à vos concitoyens.

Aujourd’hui, la dérogation qui permet d’égorger les animaux sans étourdissement n’est plus une exception « limitée » à l’abattage rituel mais une règle qui se généralise alors que les Français ignorent consommer une viande issue de ces abattages cruels. L’Union européenne s’inquiète de cette dérive qui touche notre pays et prévoit un étiquetage spécifiant la méthode d’abattage des animaux.

Votre ministre Brice Hortefeux a déclaré qu’il s’opposerait à cette mesure de transparence pour le consommateur. Ses services vont plus loin encore puisqu’ils travaillent actuellement à un « référentiel halal » qui interdirait toute forme d’insensibilisation des animaux.

Le comble est que les autorités musulmanes n’en demandent pas tant puisqu’elles reconnaissent que rien dans les textes sacrés ne s’oppose à ce que l’animal soit étourdi avant sa saignée. Nous sommes ici bien au-delà de la collaboration et cela ne grandit pas notre Nation !

Puisque vous faites le contraire de ce que vous dites et que vos ministres cachent la vérité aux Français, je vais étudier la proposition de « l’Alliance Ecologiste Indépendante » d’être leur candidate pour les élections présidentielles de 2012… Il faut bien qu’une voix se lève pour défendre les animaux puisque tout le monde, à droite comme à gauche, s’en fout !

Je n’ai plus confiance en vous mais si vous pouvez limiter les dégâts en rappelant à votre ministre de l’Intérieur que la France est laïque, ce serait déjà un moindre mal.

La phrase de conclusion est très parlante : parler de laïcité alors que la question est censée être celle des animaux… c’est très révélateur de « l’ennemi » visé, et cet ennemi n’est pas l’industrie exploitant les animaux. Ce qui est mis en avant ici ce sont les « Français », la « nation » face aux « envahisseurs. »

Bardot joue bien évidemment sur la corde de : on nous trahit, on nous ment, tous pourris, etc.

Cela date donc du milieu de la semaine dernière. Et dans la foulée, il y a la réaction étrange d’Antoine Waechter :

« Je ne sais quel quiproquo a pu conduire à une telle supposition : la question n’a jamais été évoquée par les instances de l’Alliance et aucune démarche à l’adresse de BB ne m’a jamais été soumise. »

Drôle d’imbroglio ! Car alors Jean-Marc Governatori a-t-il envoyé la lettre seule? Waechter bluffe-t-il? En tout cas, juste après est apparue sur le site… « Pure People » la copie de la lettre envoyée par Waechter et Governatori :

“Chère Madame,

Notre mouvement rassemble donc trois partis politiques sans idéologie socialiste ou libérale mais pour le bon sens et l’action. Nous nous positionnons au-delà du clivage droite-gauche, avec un coeur écologique qui se traduit par l’écologie environnementale, l’écologie économique, l’écologie intérieure et l’écologie démocratique.

Évidemment, notre sensibilité est forte pour la protection animale comme en attestent nos liens avec les différentes organisations oeuvrant dans ce domaine.

En juin 2009, deux mois après notre naissance, nous devenions le septième partie français par notre score électoral des Européennes.

Nous présenterons des candidats partout aux législatives 2012 (577 candidats et 577 suppléants) et réfléchissons à la meilleure personne qui pourrait nous représenter à la Présidentielle 2012.
Nous pensons à vous, et souhaiterions vous en entretenir.
Soyez assurée, Chère Madame, de nos salutations respectueuses.”

Comme on le voit, tout cela n’est pas encore très au point…. Ou alors trop au point et il s’agit d’une très bonne tactique? Car pourtant, à lire l’interview de Bardot dans le Nice-matin du 16 octobre, les choses ont l’air bien plus avancées que cela…

Elle affirme vouloir devenir militante du mouvement, soutient ouvertement la ligne « ni droite ni gauche »…

BB présidente. Quelle mouche vous a donc piquée?

Ma décision d’être la candidate d’Alliance Ecologiste Indépendante pour 2012 c’est avant tout pour mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. Sarkozy est incapable de faire ce qu’il dit et de tenir ses engagements. C’est déplorable et scandaleux, alors il faut bien que quelqu’un hausse le ton. Dire que je suis obligée de m’occuper de politique alors que j’en ai horreur… Mais c’est comme ça qu’on fait passer des lois. Le poids de ma Fondation n’est hélas! pas suffisant.

N’est-il pas anachronique de vous retrouver dans le camp écolo, là où on vous attend du côté d’une droite « dure »?
Dites-vous que je ne suis ni de droite ni de gauche, mais du parti des animaux et de la nature. Le reste je m’assois dessus!

Reconnaissez que vous n’avez jamais été tendreavec les écologistes…
Oui, mais là on parle de Noël Mamère, Daniel Cohn-Bendit, Nicolas Hulot et compagnie. Les problèmes que je dénonce ils s’en foutent! En revanche, je trouve la ligne d’Alliance Ecologiste honnête. C’est le mouvement qui entre le plus en résonance avec la cause animale que je défends depuis tant d’années.

Savez-vous que vous allez côtoyer des genscomme Francis Lalanne? (Le chanteur s’était présenté aux Européennes 2009 comme tête de liste en Provence-Alpes-Côte d’Azur sous l’étiquette Alliance écologiste indépendante.)
Non je ne le savais pas. C’est formidable! Lalanne est un type qui a le courage de ses opinions. On le bâillonne pas mal à cause de ça d’ailleurs. Il est comme moi : entier dans ses convictions.

La présidentielle vous a déjà démangé dans le passé?
Non, non. Mais pour une fois, la proposition d’Antoine Waechter et Jean-Marc Governatori m’incite à la réflexion… J’assume en tout cas pleinement ma décision de devenir militante du mouvement et de figurer sur leur liste. Si ça peut mieux faire connaître cette formation tant mieux, car elle mérite que tous les amoureux de la nature non politisés la rejoignent.

Sérieusement, irez-vousjusqu’au bout?
Comme je disais, je réfléchis… Vous vous rendez compte que ça fait trente-sept ans que je m’occupe des animaux et qu’il n’y a toujours pas eu d’améliorations. J’ai soixante-seize ans et j’en ai plein le dos. Comme je ne vais pas encore vivre cent cinquante ans, il faut bien que je me décide à faire bouger les choses! Les politiques doivent réagir. En général pour cela, d’abord je leur écris une lettre, ensuite je les insulte.
Là je décide de me présenter! [Rires]

Alors nageons en pleine fiction. Vous gravissez le perron de l’Élysée, votre première annonce?
Il y en aurait tellement… Je prononcerais les propres mots que m’a écrits Nicolas Sarkozy le 22 décembre 2006 : « Je demande à ce que les abattoirs halal s’engagent, concrètement et rapidement, dans la voie d’une généralisation de l’étourdissement préalable. » Une promesse de plus qu’il n’a jamais tenue…

Vous estimez-vous trahipar Nicolas Sarkozy comme Giscard par le passé?

Sarkozy fait le contraire de ce qu’il dit. Giscard n’est pas allé au bout.
Il avait bien fait interdire les importations en France de peaux de bébé phoque mais moi, ce que je demandais, c’était une interdiction totale de tous les produits dérivés provenant des phoques. Pas seulement des bébés… Nous sommes au 21e siècle. Il faut évoluer. On ne peut pas rester au Moyen-Age et continuer à considérer les animaux comme de la merde ou juste de la viande sur pattes.

Pour reprendre la chanson de Jean-Louis Aubert, en 2010 :BB est-elle « Bleu-Blanc-Vert »?
Les gens se déshumanisent. Il serait temps de se rendre compte qu’il existe une chaîne écologique dont dépend notre existence sur Terre. Il faut la respecter. Il y a tout ce bla-bla sur la protection de la planète, mais rien pour les animaux. La disparition croissante d’espèces menace notre propre équilibre.

A défaut du chef de l’État, avez-vous au moins des soutiens au sein du gouvernement actuel?

Non. Je me suis encore engueulée avec Borloo dernièrement. Comme l’histoire des sangliers à Saint-Tropez, il autorise des battues aux biches, cerfs et faons sous prétexte que, faute de prédateurs, ils se reproduisent trop. Quarante mille y sont déjà passés. Mais où va-t-on?

Carla Bruni que vous aviez remercié pour sa prise de position contre le port de la fourrurepeut-elle être celle quivous tendra une main amie?

Pffff… Non. En juin dernier, je lui avais fait envoyer le premier sac Bardot sorti des ateliers Lancel, elle a mis deux mois et demi pour daigner me dire merci. Et encore, c’est parce que j’ai parlé de son impolitesse dans les médias. Je n’attends plus rien d’elle pas plus que de son mari qui préfère s’occuper des Roms que des animaux.

Les contradictions du point de vue de Bardot sont trop nombreuses pour les énumérer. Disons simplement : cette personne n’est même pas végane, et sa fondation prétend s’opposer à toute « souffrance animale » alors que le véganisme n’est même pas un thème abordé…

Et là dans son programme, le végétarisme n’est même pas à l’ordre du jour ! Seulement la lutte contre l’abattage non conforme à la « tradition » française…

C’est vraiment peu pour la question animale… Ou alors celle-ci n’est qu’un prétexte pour faire passer un autre message (comme on a déjà pu le voir au moment de la campagne contre le trafic d’animaux).

Quant à la notion d’écologie qu’on trouve ici, elle est simplement utilitariste (du style notre existence dépend de la chaîne écologie) et vaguement sentimentale. Là encore, c’est un autre fond qui apparaît: une vision pessimiste prônant le repli sur soi.

Alors qu’en fait il faut comprendre Gaïa !

Tout cela est donc une véritable escroquerie, et il faudra que chaque personne luttant pour les animaux se positionne clairement. Soit on va de l’avant et on comprend qu’il faut répondre aux questions qui se posent par la libération animale et la libération de la Terre. Cela exige de voir l’humanité comme étant une unité.

Soit on sombre dans un pessimisme misanthrope célébrant le tribalisme, le choc des “civilisations.”

Articles pouvant vous intéresser