Le projet de route en Tanzanie

En octobre dernier, nous parlions du projet terrifiant de construire une route en plein parc national du Serengeti, en Afrique de l’est. La situation a plus ou moins changé, même si les informations récentes ne sont pas très claires.

En effet, le projet ne serait pas annulé mais repoussé, le gouvernement tanzanien ayant fait une annonce avant-hier au comité du Patrimoine mondial de l’Unesco (pour rappel le parc national du Serengeti est classé au patrimoine mondial de l’Unesco).

Il a expliqué qu’il maintenait son projet de construire une route (rappelons que cette route d’une longueur de 480km, traverserait sur environ 50 km le parc du Serengeti), traversant le nord du pays… mais que cette route ne serait pas bitumée entre Mugumu, à 12km à l’ouest du Serengeti, et Loliondo, à 57,6 km à l’est du parc national, ni sur les 53 km traversant le parc.

Sauf qu’à la base, cette route ne devait de toutes façons pas être bitumée, elle devait être formée de graviers! On l’a compris, il s’agit ici de poudre aux yeux… En effet, devant la pression, personne n’était prêt à prêter de l’argent pour ce lourd investissement décrié mondialement. L’idée est de procéder à petits pas, par conséquent…

Si ce projet de route voit le jour, d’ici 2015 la route sera empruntée par 800 véhicules par jour et en 2035, 3000 par jour, soit un véhicule toutes les 30 secondes pour environ plus d’un million par an. Cette route est à visée commerciale, ce seront donc principalement des camions qui l’emprunteront, on peut facilement imaginer le nombre d’accidents que subiront les animaux sur place…

Mais à côté de cela, grâce à une très forte mobilisation (un site contre le projet a bien évidemment vu le jour), le gouvernement tanzanien affirme qu’il serait en train d’étudier la construction d’une route contournant le parc par le sud, de Mugumu à Arusha. S’en tiendra-t-il là, c’est la question.

Il y a une carte de ce tracé alternatif via le sud, sur notre article cité plus haut. Plusieurs tronçons de cette route seraient déjà construits. Ce projet de contournement avait été proposé par 27 experts en biodiversité, car la route traversant le parc national de Serengeti est en plein dans le passage des migrations de plusieurs millions animaux, dont des gnous, des zèbres, des gazelles. Mais sur cette route migratoire se trouvent aussi les félins, les hyènes, et les crocodiles qui attendent dans la rivière Mara…

Cette énorme migration de 500 km, où les animaux traversent par milliers la rivière Mara, est un événement exceptionnel et très impressionnant ! Lors de la traversée de la rivière, les jeunes gnous tout juste nés suivent la troupe, les animaux épuisés par ces kilomètres parcourus se jettent par milliers dans les eaux parfois agitées de la rivière Mara, afin de rejoindre une terre plus riche et verdoyante au Masaï Mara.

Par ailleurs, la rivière Mara est le seul point d’eau constant pour une très large diversité d’animaux : oiseaux, mammifères, reptiles…

Voici une petite vidéo présentant ce très émouvant événement. Mais les reportages télévisés sur ce sujet sont très fréquents, c’est vraiment un spectacle à connaître et à voir. Un grand « classique » des documentaires animaliers !

L’auteur de cette vidéo a mis en ligne plusieurs petits reportages sur la Tanzanie; être vegan est une nouvelle culture, celle qui consiste à s’ouvrir au monde animal, à la vie sauvage, à sa beauté et à sa diversité, il faut donc regarder ces vidéos pour ouvrir son esprit aux beautés du monde sauvage.

La faune et la flore africaines subissent déjà d’énormes pertes, à cause du braconnage, du changement climatique (sécheresse pour l’Afrique), mais principalement de la destruction de la savane au profit de terres cultivables pour le « bétail », ce projet ne doit pas avoir lieu, le profit ne pas prendre le dessus sur des vies, sur la destruction de notre mère la Terre.

« Save the Serengeti » a mis en place une pétition avec l’aide d’experts scientifiques afin de stopper ce projet destructeur. A nous de faire passer le message!

Articles pouvant vous intéresser