• Chasse : l'exil forcé de Luc Alphand

Les centres de données polluent déjà plus que l’Argentine ou les Pays-Bas

Les centres de traitement de données (data centers) sont des hangars réfrigérés où sont mis les serveurs, ces gros ordinateurs où sont stockés les sites webs. Un centre peut héberger entre 10.000 ou 20.000 serveurs

Leur émission de CO2 équivaut déjà à celle de l’Argentine ou les Pays-Bas, selon une étude-choc du cabinet McKinsey à lire ici, soit 0,3% des émissions mondiales (les chiffres sont de 0,6% pour les transports aériens, 0,9% pour les transports par bateaux et 1% pour les aciéries).

Et cette émission devrait quadrupler d’ici 2020.

Elles consomment déjà  1,5% de l’électricité produite dans le monde (un centre de données standard consomme autant d’électricité que 25.000 logements) et leur facture énergétique croît de 16% par an.

Quand on sait que ces centres ne cessent de pulluler, on ne peut qu’être inquiet!

Rappelons que la Terre d’Abord dispose d’un hébergeur fonctionnant à l’énergie solaire!


My Pet Shop, un jeu pour bourrer le crâne des enfants

L’éditeur de jeu Square-Enix sortira à la fin février 2009 un jeu sur console DS dans lequel il faudra… gérer une animalerie!  Le magasin proposera plus de 40 animaux différents, comme des chiens, des chats, mais aussi des pandas ou des ours!!

Car comme dans le commerce réel, les animaux "traditionnels" ne suffisent pas, il faut de l’exotisme, du pimpant, du chic, de l’extravagant!

Le jeu, dont on trouvera des photos ici et , destiné… aux enfants amène ceux à acheter et s’occuper de 40 types d’animaux avec 120 variations d’animaux cachés, dans la ville idéale de Green Town (la "ville verte") , à se procurer des accessoires, etc.

Bien évidemment, il sera possible de dresser ses animaux pour leur apprendre des tours, de gagner des prix, de beauté comme d’adresse. Mais aussi de "partager" "ses" animaux avec d’autres joueurs et joueuses…

Bref, l’animal non humain présenté comme une marchandise aux jeunes enfants.

Le Kenya repeuple une réserve nationale d’animaux sauvages

Le Service de la faune et la flore du Kenya a indiqué vendredi avoir commencé à repeupler la Réserve nationale de Shimba Hills de divers animaux sauvages.

Shimba Hills, situé à 35 km au sud-est de Mombassa, offre de nombreux points panoramiques de pique-nique et d’observation comme: Makadara Picnic site, Giriama Point, Ocean View Point, Pengo Hill Lookout and Elephant Lookout.

La translocation des animaux sauvages du Parc national oriental de Tsavo (250km2), à plus de 150 km, vers l’une des forêts tropicales précieuses côtières du Kenya concerne 100 impala, 15 girafes et 50 kongoni, non loin du sanctuaire de la communauté d’éléphants de Mwaluganje.

La réserve de Shimba Hills est cachée dans un manteau de forêts anciennes, l’une des plus grandes pièces contiguës en Afrique de l’Est. Plus de 1000 espèces de plantes y ont été enregistrées, dont un quart est endémique à la région.

La réserve de Shimba Hills est considérée comme l’écosystème le plus diversément boisé dans la Région côtière; on y rencontre environ 15% des 159 espèces rares de plantes qui existent au Kenya.

La présidente de la SPA raconte tout et (surtout) n’importe quoi sur le veganisme

Le site Protection des animaux publie l’interview de la présidente de la SPA, Virginie Pocq Saint-Jean.

Sans doute pour la première fois la SPA se voit confronter aux questions sur le véganisme, l’expérimentation animale etc. Les réponses sont surprenantes car le thème est connu, mais les réponses… sont… comment dire… tellement contradictoires qu’il est dur de comprendre quelque chose.

Par exemple, à la question "Etes-vous végétarienne ?", la présidente répond:

"Concernant le végétarisme, c’est un sujet que j’ai porté au conseil d’administration de la SPA dès ma première élection d’administrateur en 2005. Personnellement, j’ai cessé de manger non pas de la viande mais des animaux en 2002 lorsque j’ai lu « la libération animale » de Peter Singer. J’ai eu un choc. Il m’arrive de manger du poisson mais je n’en raffole pas."

La présidente des animaux ne mangent pas des animaux, mais elle mange des poissons? Les poissons ne sont pas des animaux, donc, selon elle?

Puis ensuite, elle met en avant le végétalisme et même le véganisme, pour ensuite dit que les faits l’obligent à mettre en avant… la viande bio! La viande bio, ce n’est donc plus des cadavres d’êtres vivants qu’on a tué?

"Mon opinion n’a pas valeur morale mais je vais vous répondre. Je considère comme seule vraie démarche éthique dans ce domaine le VEGETALISME, c’est-à-dire le fait d’exclure la consommation de tout produit d’origine animale. Etre VEGAN c’est également s’interdire de porter tout produit issu de la production animale.

La démarche du végétarisme est déjà un grand pas vers le respect animal mais il n’exclut pas le fait que pour produire du lait, et des œufs on élève des animaux qui vont finir sous le crochet du boucher. Leur vie est loin d’être paisible, renseignez-vous sur ce qu’est la vie d’une vache à lait.

Il me fallait trouver une alternative et j’ai choisi de recommander les produits carnés issus des élevages biologiques ou labellisés. C’est déjà un bon compromis. Je préfère que des milliers ou pourquoi pas des millions de personnes cessent de manger des animaux tous les jours en choisissant de manger moins de viande mais de meilleure « qualité ».

Pourquoi ? Pour répondre aux arguments qui consistent à dire qu’il faut bien produire de la viande pour les personnes plus modestes ! Beau prétexte qui m’horripile. Je considère que ces personnes sont empoisonnées par l’élevage intensif. On produit de la quantité dans des conditions ignobles et cruelles et ces animaux dénaturés à tout point de vue sont bourrés d’antibiotiques pour résister à leurs conditions de vie pitoyables.

L’alternative qui consiste pour ceux et celles qui pensent ne pas pouvoir se passer de viande est donc de manger moins mais mieux. Je préfère, n’ayant pas le choix recommander l’élevage naturel ou bio qui impose dans leur cahier des charges un respect minimum des modes d’élevages prenant en compte la condition animale que de voir des millions d’animaux torturés dans les élevages intensifs ou en batterie. Je vous recommande le site de la PMAF."

Les zoos et les températures négatives

 

Le froid est catastrophique pour les animaux déjà arraché à leurs continents d’origine et amenés en Europe. Ici un article lamentable tentant d’expliquer que le zoo (en Alsace) fait tout pour protéger les animaux, alors qu’en fait il ne fait que protéger son existence même, car il n’y a aucune raison que des animaux se retrouvent enfermés, et encore plus enfermés dans une telle situation où le froid les empêche carrément même d’exister en tant que tel!

Lire la suite Les zoos et les températures négatives

Manifestation à Londres contre HLS

Un rassemblement aura lieu à Londres devant la Bank of england, fin février à Londres, si vous êtes dans le coin! Il s’agit pour la campagne SHAC de continuer l’offensive européenne contre HLS, en visant cette fois les financiers.

HLS, le plus grand laboratoire privé d’expérimentation animale en Europe, a vu en effet beaucoup de ses investisseurs l’abandonner en raison de la campagne SHAC, et l’Etat anglais a dû donner un coup de pouce. Mais le mouvement continue, notamment en fournissant la liste des investisseurs qui restent, et ce pour toute l’Europe (ici la liste pays par pays).

SimAnimals

Il y avait le jeu les Sims, maintenant il y aura SimAnimals. Malheureusement destiné à un "jeune public" (comme si seulement les enfants pouvaient apprécier les animaux), le jeu sortira le 29 janvier sur les consoles Nintendo Wii et DS.

Officiellement, SimAnimals permettra de sensibiliser les plus jeunes à la nature, en les propulsant en plein cœur de la forêt, où il s’agira de faire cohabiter les différentes espèces entre elles le mieux possible. Construire des ponts ou des barrages, entre autres, permettra de veiller à l’équilibre global de l’écosystème et à l’épanouissement des animaux.

En fait, ce qu’en dit le producteur montre que c’est le meilleur et le pire en même temps:

"SimAnimals emmène le joueur à l’endroit où les animaux vivent : dans la forêt, alors que les autres titres du genre proposent de jouer avec des animaux domestiques, de les habiller, etc… Nous voulions vraiment qu’ils soient dans leur milieu naturel. On a rarement l’occasion de se retrouver en pleine nature et de s’amuser d’égal à égal avec un ours, un raton laveur ou un sanglier. Avec SimAnimals, les enfants vont pouvoir se retrouver en forêt et rencontrer de vrais animaux sauvages, interagir et jouer avec eux pour s’en faire des amis. C’est un peu comme si la forêt elle-même devenait leur jouet."

Ici quelques images, là une vidéo, et encore une vidéo sur le site officiel.
 

Deuxième jour consécutif de pollutions de l’air dans plusieurs régions

 

 Pour la deuxième journée consécutive, des pollutions de l’air ont été enregistrées dans plusieurs régions en France, se traduisant notamment par l’obligation faite aux automobilistes de réduire leur vitesse, selon les autorités.

Ces pollutions sont favorisées par une météo défavorable à la dispersion des polluants, se caractérisant par une absence de vent et un beau temps froid.

Depuis samedi, les autorités recommandent aux personnes les plus vulnérables – jeunes enfants, personnes âgées, asthmatiques ou allergiques, insuffisants cardiaques ou respiratoires – d’éviter toute activité physique intense.

Les pollutions se traduisent par des micro-poussières suspendues dans l’air, venant de la combustion industrielle, des moteurs automobiles, de l’activité agricole et du chauffage urbain, et qui peuvent pénétrer profondément dans les poumons.

Lire la suite Deuxième jour consécutif de pollutions de l’air dans plusieurs régions

Une mère de famille a guéri son chien en le nourrissant au sein.

Janelle Williams, 27 ans, a donné de son propre lait maternel pour nourrir son chien qui était tombé malade. Il avait arrêté de manger et s’était beaucoup affaibli depuis qu’elle l’avait acheté en octobre 2008. Un vétérinaire lui avait conseillé un lait en poudre spécialisé mais le chien n’en a pas voulu.

Janelle Williams a alors pensé à une autre solution. "Comme je donnais toujours le sein à mon fils de 2 ans, mon corps produisait toujours du lait. J’en ai mis un peu sur mon doigt et le chien l’a léché." Le chien s’est alors installé sur son sein et a commencé à téter. Le fils de Mme. Williams a très rapidement compris la situation. "Johnny a pointé mon sein droit et a dit "le néné du chien" puis mon sein gauche qu’il a appelé "le néné de Johnny".

D’après les médecins, tant que le chien est en bonne santé et que les seins de Janelle Williams sont propres, cette pratique n’est pas risquée, bien qu’elle ne soit pas recommandée.

Une montre munie de capteurs pour surveiller la qualité de l’air

La "montre verte", dotée de capteurs pour surveiller la qualité de l’air, doit être expérimentée en région parisienne en 2009 dans le cadre d’une réflexion sur la ville à l’heure du numérique.

Les premières expérimentations auront lieu à Paris intra-muros, à Montreuil où des employés municipaux seront invités à porter la montre et à Saint-Denis auprès d’un public de chercheurs et d’étudiants.

Présentant jeudi à la presse le programme "Ville 2.0" lancé en 2006, la Fing (Fondation Internet Nouvelle Génération), a souligné que la "montre verte" permettra de "multiplier le nombre de capteurs environnementaux".

"Au lieu de recevoir des informations descendantes sur la qualité de l’air, les citadins auront l’impression de participer à la défense de l’environnement en faisant remonter des données", a expliqué Daniel Kaplan, délégué général de la Fing qui rassemble des entreprises, des chercheurs, des collectivités locales et des administrations.

Actuellement, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air Airparif compte 60 capteurs en région parisienne, selon la Fing. "Nous voudrions accroître par mille le nombre de ces capteurs dans la ville, pour compléter les mesures d’Airparif", a indiqué M. Kaplan.

Lire la suite Une montre munie de capteurs pour surveiller la qualité de l’air

Le calvaire des animaux dans la ferme-zoo du Biterrois

Depuis quelques jours, la ferme-zoo de Cessenon-sur-Orb (Hérault) offre un véritable spectacle de désolation.

800 animaux ont affronté la maltraitance, l’agonie. Des animaux morts sont entassés sous une bâche. D’autres, particulièrement amaigris, progressent difficilement dans leur enclos. Certains ne tiennent plus à la vie que par un fil. La ferme semble totalement abandonnée.

Canards, vaches et chèvres, échappés de leurs enclos dégradés, errent, en toute liberté, au beau milieu de ces installations en état avancé de délabrement et de saleté.

A quelques pas de là, deux villageois s’affairent. « On vient leur donner à manger, relate un habitant de Cessenon. Samedi, j’ai aidé à évacuer le corps d’un âne mort avec mon tracteur. C’est affreux. »

Lire la suite Le calvaire des animaux dans la ferme-zoo du Biterrois

Karl Lagerfeld, la fourrure et le cuir

De passage sur une radio britannique, Karl Lagerfeld s’est déclaré favorable au commerce de la fourrure, car selon lui dans le Grand Nord, les chasseurs n’avaient pas d’autre choix que de tuer des animaux pour survivre avant d’ajouter que ces mêmes animaux "nous tueraient s’ils le pouvaient".

"Dans un monde où l’on mange de la viande, ou l’on porte des chaussures, des habits et même des sacs en cuir, le débat sur la fourrure est puéril".

Sauf que le monde n’est pas le Grand Nord et qu’aujourd’hui on peut être vegan…

Après Noël, les animaux abandonnés affluent au refuge intercommunal de Béthune

La responsable du refuge ne le répétera jamais assez : «  Il ne faut jamais offrir de chiens en cadeau à Noël », martèle Yvette Verheyde.

Elle sait de quoi elle parle : chaque année, elle voit déferler dans ses locaux une vague d’animaux offerts à Noël comme autant de cadeaux indésirables. Avec les portées invendues, les chiffres explosent. Pas moins de 19 petits compagnons (13 chiens et 6 chats) ont été accueillis rien que lundi après-midi. Trouvés par des particuliers ou par les pompiers. Quand ils ne sont pas déposés directement dans les boxes à l’entrée…

«  Habituellement, on tourne à cinq ou six animaux par jour », constate la responsable. Et ce n’est malheureusement qu’un début. «  On en récupère aussi beaucoup au moment des vacances de février », ajoute-t-elle.

Résultat : le refuge héberge désormais une quarantaine de chats et 130 chiens.
 

La mooncup



La Mooncup est une coupe menstruelle en silicone souple en forme de cloche d’environ 5 cm de hauteur. Elle se porte en interne comme un tampon, adhère aux parois vaginales et récupère le flux menstruel sans fuite ni odeur.
Ecologique et réutilisable, elle dure une bonne dizaine d’années.

http://www.coupemenstruelle.com/ ou encore http://www.easymooncup.fr/

 

Pour un enterrement écologique et durable

Après le développement durable, l’enterrement écologique. Les pompes funèbres municipales de Bountiful, dans l’Utah (ouest des Etats-Unis), d’inspiration religieuse, proposent un enterrement écologique avec cercueil biodégradable et sans embaumement pour éviter l’utilisation de conservateurs chimiques.

Ceux qui souscrivent l’option «enterrement vert» pourront reposer dans un cadre idyllique, sur les hauteurs de Bountiful. «Violet, bleu, jaune, argent, vert, le kaléidoscope de couleurs des fleurs sauvages de l’Utah composent un tableau d’une beauté inaltérée. Les chevreuils et autres animaux gambadent en liberté. C’est la nature dans sa pureté. C’est un enterrement pur», peut-on lire sur le site Web du Lakeview Memorial Cimetery and Mortuary.

Les cercueils, sans ornements, sont constitués de planches en pin, peuplier ou saule. Les tombes sont creusées manuellement, et leur emplacement sont signalés par de simples plaques de cuivre, des pierres ou croix en bois.

La justice interdit un film de la SPA

La cour d’appel de Paris a interdit mercredi à la SPA et à l’association L214 de continuer à diffuser un film qu’elles avaient utilisé dans une campagne visant à faire retirer des étalages des grandes surfaces la viande de lapins provenant d’élevage industriel, selon un arrêt consulté aujourd’hui par l’AFP.

Le 9 juillet, le juge des référés du tribunal de Paris avait débouté le Comité lapin interprofessionnel pour la promotion des produits, qui demandait l’interdiction du film diffusé en juillet dans les grandes surfaces par les militants associatifs lors d’une campagne contre "Le lapin garanti 100% cage".

Dans un arrêt rendu mercredi, la chambre des référés de la cour d’appel de Paris a annulé cette décision et interdit aux deux associations de défense des animaux d’utiliser le film litigieux.

Pour la cour, les associations n’ont pas abusé de leur liberté d’expression, "en défendant comme elles l’ont fait leur objet social", c’est-à-dire les conditions d’élevage des animaux.

En revanche, la cour a estimé que les méthodes utilisées pour réaliser le film n’étaient pas légales, le film "présenté comme une illustration de la production cunicole française étant erroné, puisqu’il comporte des images tournées dans un pays étranger".

En outre, souligne-t-elle, "certaines images filmées en France l’ont été par des personnes ayant pénétré dans des élevages sous de fausses identités et en utilisant de fausses cartes professionnelles", ce qui n’est pas admissible.

"Comment respecter le droit à l’information des citoyens et leur permettre des choix éclairés en matière de bien-être animal, si ne filtrent que des images contrôlées par des acteurs qui ont intérêt à masquer la face sombre de leurs pratiques?", s’interroge l’association L214, dans un communiqué.

Transporter un ami



En train, les petits chiens et les autres mammifères domestiques ne pesant pas plus de 6 kg sont acceptés par la SNCF, pour peu que leur sac ou cage de transport ne dépasse pas 45 × 30 × 25 cm.

Un tarif forfaitaire de 5,10 € est appliqué par sac, même s’il contient plusieurs animaux – une honte quand on pense qu’après tout, le sac ne prend pas plus de place qu’un autre sac!

Pour les chiens de plus grande taille, il faut prévoir laisse et muselière et théoriquement les installer dans le couloir, et le prix est de 50 % du billet de seconde classe. Les voyages en voiture-lit sont également accessibles avec un compagnon à quatre pattes, mais il faut cette fois réserver la cabine entière.

Pour les avions, l’affaire est plus complexe. Si les chiens d’aveugles sont acceptés de plein droit en cabine, de nombreuses low-cost (Ryanair, easyJet, Vueling…) les refusent (ou comme souvent, les animaux transportés en soute sont perdus par une grande compagnie française connue aussi pour transporter des primates destinés à la vivisection….).

Rien n’oblige les compagnies a en effet accepter les animaux. Même quand elles les acceptent, il faut s’y prendre bien en avance, et elles ont un quota d’attributions à respecter.

Dans tous les cas elles refusent le transport de molosses (catégories 1 et 2) ou de rongeurs. Les petits chiens et les chats peuvent prétendre à la cabine, tandis que les oiseaux sont automatiquement conduits en soute.

Le poids maximal autorisé en cabine (sac ou panier inclus) varie chez les compagnies : 6 kg chez Air France, KLM, SAS et 8 kg chez Lufthansa ou Swiss. Dans tous les cas, il faut également respecter les normes de taille et de matériau imposées par les compagnies pour les cages et paniers.

Il ne reste plus alors qu’à se munir des documents officiels de son animal (vaccination, santé) et à acquitter sa place : le prix se calcule souvent au kilo, selon les mêmes modalités que les excédents de bagage. Chez Air France, par exemple, le tarif est de 3 euros par kilo pour les animaux en cabine et de 35 € forfaitaires en soute pour les lignes intérieures.