• Tribune pro-GPA et anti-Nature dans Le Monde

Le Brésil projette de construire 60 usines nucléaires en 50 ans

Le Brésil projette de construire près de 60 centrales nucléaires au cours des 50 prochaines années, a annoncé vendredi le ministre des Mines et de l’Energie, Edson Lobao.

Elles seront en mesure de produire au total 60.000 megawatts (MW). “En ce qui concerne ces usines, il n’y a pas encore de délibérations mais il existe un programme que nous allons soumettre au Conseil National de Politique Energétique (CNPE) sur une série de 60.000 MW au cours des 50 prochaines années”, a dit M. Lobao.

Lire la suite Le Brésil projette de construire 60 usines nucléaires en 50 ans

Semons la biodiversité

Le lundi 27 octobre à Paris aura lieu un colloque "semons la biodiversité", issu d’un appel lancé début septembre pour dire "Non aux manipulations et au fichage génétique du vivant, Oui aux droits des paysans et jardiniers de conserver, utiliser, élever, échanger et vendre leurs semences et leurs animaux".

Comme on le voit, les animaux sont considérés comme du "bétail", ce qui bien entendu nuit grandement à la lutte pour la biodiversité, car sans le véganisme, tout est biaisé et on ne sort pas du cadre visant à asservir la nature pour les profits.

- 14h – 18h : Colloque
- 18h – 19h : Projection de film
- 19h-22h : Réunion publique « Semons la biodiversité contre le fichage génétique et la privatisation du vivant »

… Et un seul lieu : Salle Jean Damme, 17 rue Leopold Bellan, M° Sentier, Paris 2e

http://semonslabiodiversite.org/

Plus d’animaux dans les cirques à Fontenay-sous-Bois (94)

La SPA tient à féliciter Jean-François Voguet, sénateur-maire de Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne pour la signature et publication de l’arrêté n° 08 AM 149 portant interdiction sur sa commune de l’installation de cirques avec animaux sauvages et/ou domestiques – sauf exceptions – à dater du 1er septembre 2008, « considérant que les cirques ne peuvent offrir aux animaux un espace et des conditions de détention adaptés à leurs exigences biologiques, etc… ».

Le sifflet ultrason éloigne les animaux de la route

Si vous conduisez et que vous souhaitez épargner la vie de nombreux animaux, il existe un petit objet qui se fixe très facilement par fixation adhésive.

Le sifflet ultrason est doté d’un simple mécanisme : l’air s’engouffrant dans les sifflets en roulant produit les ultrasons, d’une portée de 400 mètres, qui éloignent les animaux de la route.

12 agents pathogènes contre la faune sauvage

Déjà menacées par la disparition de leurs habitats naturels, de nombreuses espèces animales doivent également faire face à l’émergence de maladies liées au changement climatique et dont les conséquences pour l’homme pourraient être dramatiques.

"La plus grande menace du changement climatique est peut-être la propagation de maladies émergentes", a estimé Steven Sanderson, président de la Société pour la conservation de la faune sauvage (Wildlife conservation society) mardi à Barcelone.

"Toute perturbation dans l’environnement a des effets immédiats sur les animaux sauvages parce qu’ils ne peuvent pas s’adapter rapidement", a souligné à cette occasion le docteur William Karesh, directeur des programmes de santé de l’ONG.

Lire la suite 12 agents pathogènes contre la faune sauvage

La sécurité routière l’emporte sur la vie des animaux

Le Tribunal fédéral (TF) de Suiise  a débouté une permanence vétérinaire, qui voulait équiper ses véhicules tout-terrain d’une lumière bleue et d’un avertisseur acoustique à sons alternés.

Par conséquent, En cas d’urgence, les animaux accidentés ou malades n’ont pas droit aux gyrophares.

Pour les juges de Mon Repos, l’animal ne peut être placé sur pied d’égalité avec l’être humain, même s’il connaît aussi la souffrance. Le maintien de la sécurité routière doit l’emporter sur la nécessité d’assurer en cas d’urgence un transport rapide des animaux malades ou accidentés.

En quoi laisser passer une voiture en priorité menace-t-il la sécurité routière? Les juges défendent en vérité le confort des humains…

Ratatouille à la gare Saint-Lazare

Les travaux à la gare parisienne de Saint-Lazare ont délogé des rats qui, logiquement, se promènent dans la gare. Bien évidemment on a droit à des réactions lamentables de la part de gens gorgés d’imageries fantasmatiques sur les rats, leur dangerosité, etc.

Mais même le spécialiste de la dératisation est obligé d’admettre que « ces animaux n’attaquent pas l’homme s’ils ne se sentent pas traqués ou menacés. »

Lire la suite Ratatouille à la gare Saint-Lazare

Un mammifère sur quatre menacé d’extinction

Un quart des mammifères de la planète est en danger d’extinction en raison principalement de diverses menaces liées à l’homme, comme la chasse ou la destruction de l’habitat, montre la dernière étude de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN).

Cette enquête, la plus exhaustive à ce jour, menée par 1.700 chercheurs, souligne que la population de la moitié des 5.487 espèces de mammifères recensées dans le monde est en déclin.

"Les mammifères déclinent plus vite que nous le pensions, une espèce sur quatre est menacée d’extinction", résume le directeur de cette étude, Jan Schipper.

L’inventaire a servi à mettre à jour la "liste rouge" des espèces menacées, un état des lieux de la planète créé en 1963 à l’initiative de l’UICN.

Les espèces les plus menacées sont les mammifères terrestres d’Asie, où des animaux comme l’orang-outang souffrent de la déforestation. Près de 80% des primates de la région sont en danger.

Sur les 4.651 espèces de mammifères pour lesquels les scientifiques disposent de données, 1.139 sont menacées d’extinction. Jan Schipper souligne que ce nombre est beaucoup plus élevé que lors de la précédente enquête comparable, en 1996.

Les menaces se sont aggravées pour des animaux comme le diable de Tasmanie, un marsupial australien, le phoque de la Caspienne ou le chat pêcheur d’Asie.

Depuis 1500, au moins 76 mammifères ont disparu du globe.

"On pourrait perdre en quelques décennies des centaines d’espèces du fait de nos propres actions", avertit Julia Marton-Lefevre, directrice générale de l’UICN.

Sur le total 2008, 188 espèces sont classées "en danger critique", dernier stade avant l’extinction. On y trouve le lynx ibérique, dont il ne reste que 84 à 143 adultes, ou le hutia de Cuba, un rongeur, qui n’a plus été observé depuis une quarantaine d’années.

La destruction de l’habitat et la chasse – pour toutes sortes de raisons, alimentaires, médicales ou autres – sont de loin les principales menaces, écrivent Schipper et ses collaborateurs dans le journal Science.

Parmi les autres dangers, le réchauffement climatique frappe déjà des espèces vivant sur la banquise arctique comme l’ours polaire.

Le rapport, diffusé à l’occasion du congrès de l’UICN en Espagne, du 5 au 14 octobre, contient tout de même quelques points positifs. Cinq pour cent des espèces sont aujourd’hui en voie de repopulation, comme le bison d’Europe ou le furet à pieds noirs d’Amérique du Nord.

L’éléphant d’Afrique, autrefois "menacé", est redescendu d’un cran, dans la catégorie "espèce vulnérable", grâce au repeuplement en Afrique australe et orientale.

Et 349 espèces ont été découvertes depuis 1992, comme la musaraigne-éléphant de Tanzanie. Jan Schipper estime que certaines espèces pourraient avoir disparu avant même d’avoir été décrites.

Le rapport est consacré aux mammifères mais, souligne l’UICN, la situation est pire pour d’autres classes d’animaux ou pour les plantes.

Une liste rouge globale mise à jour estime que 16.928 espèces sont menacées sur un total de 44.838, soit une proportion de 38%.

Parmi les animaux les plus exposés figurent les amphibiens.

Orangs-outans en voie d’extinction à cause de l’huile de palme

De plus en plus utilisée en Europe par de grandes multinationales telles que Nestlé et Procter & Gamble en raison de son faible coût de production et de son fort rendement, l’exploitation d’huile de palme est à l’origine de la fragilisation et de la destruction de tout un écosystème en Indonésie. Urgence.

Aujourd’hui, 1 produit de grande consommation sur 10 en contient. L’huile de palme est généralement mentionnée sur l’étiquette en tant que « huile végétale ». Cet ingrédient envahit tous les aliments de grande consommation (chips, biscuits, huiles de friture, sauces, mayonnaises, margarines, plats cuisinés)… Également utilisée dans de nombreux produits cosmétiques (shampoings, savons, rouge à lèvre …) elle l’est aussi depuis peu, dans le carburant de voiture !

Pourtant, derrière l’engouement industriel et commercial qu’elle suscite, son utilisation croissante cache une véritable catastrophe pour l’écosystème et la biodiversité. En jeux, la destruction des forêts indonésiennes et malaisiennes ainsi que la destruction des animaux qui y vivent, au premier chef desquels les orangs-outangs !

Les forêts sont détruites (mise à feu, bulldozer…) pour faire place à d’interminables lignées de palmiers à huile ! L’Indonésie détruit chaque année 2 millions d’hectares de forêts. Le pays a perdu en 50 ans 72 % de ses forêts anciennes (source Greenpeace) ce qui aggrave, par la même occasion, le changement climatique. Les habitants eux-mêmes sont nombreux à être concernés par ce problème puisque chaque été, ils sont enfumés à cause des feux de forêts, ce qui entraîne par ailleurs beaucoup de pollution, d’asthme etc.

Si l’on continue d’accepter ce carnage, les orangs-outangs vont définitivement disparaître d’ici quelques années. Et cercle vicieux oblige, face à la destruction de leur forêts ils cherchent de nouvelles sources de nourriture et mangent de jeunes plantes de palmiers : ils deviennent alors les victimes des cultivateurs qui n’hésitent pas à les tuer !

Malheureusement, le Cambodge et le Vietnam suivent le même chemin…

Source : Fondation 30 Millions d’amis

Manifestation anti-écologie

Interview de Jean-Louis Butré, l’un des organisateurs de la manifestation anti-éolienne du samedi 4 octobre à Paris. « Nous sommes horrifiés à l’idée de voir 15.000 mâts qui vont tourner sur la France alors qu’on a un des pays les plus beaux au monde, que certains veulent uniformiser. »

Lire la suite Manifestation anti-écologie

Concert au profit de la recherche sans expérimentation animale

CONCERT AU PROFIT DE LA RECHERCHE SANS EXPERIMENTATION ANIMALE

VENEZ NOMBREUX !

PARIS – SAMEDI 18 OCTOBRE 2008 – 20h30 – CONCERT

Théâtre du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique
2, bis rue du Conservatoire – 75009 – Paris –Métro Grands Boulevards.

Michèle SCHARAPAN – piano
Martine BAILLY – violoncelle
Thomas GAUTIER – violon

Programme : Franz Schubert

Trio en Sib majeur D. 898
Trio en Mib majeur D. 929

La salle où Berlioz créa sa Symphonie fantastique, rendue pour un soir à sa vocation première, retrouvera sa
configuration et son décor d’origine pour une soirée exceptionnelle.

Le bénéfice du concert sera offert à l’association Antidote Europe pour contribuer à son projet “Test cancer”.
Antidote Europe est une association à but non lucratif, créée par des chercheurs issus du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, France), oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine. Elle propose notamment une méthode d’évaluation de la toxicité des substances
chimiques sur des cellules humaines en culture, méthode scientifiquement éprouvée et disponible aujourd’hui, et demande aux autorités que l’on cesse de s’en remettre à des tests sur des animaux sans pertinence pour l’homme.

http://www.antidote-europe.org/


Tarifs : 2O €
10 € étudiants et chômeurs –
10 € tarif collectivités à partir de 5 places.
Placement libre.
http://michele-scharapan.com

Billetterie sur place le jour du concert et par correspondance : Concert du Trio – 11, rue Jean Ferrandi – 75006 – Paris
(adresser chèque établi à l’ordre de Pierre ALLIO et si possible une enveloppe timbrée pour le retour des places )

Un garçon se livre à un massacre dans un zoo

Un garçon de sept ans a réussi à entrer dans un zoo très fréquenté de l’Outback australien, où il a donné plusieurs des pensionnaires à manger au crocodile de l’établissement, tuant au passage quelques lézards à coups de pierre.

En une demi-heure, le garçonnet a liquidé trois lézards du Centre de Reptile d’Alice Springs, dont le «chouchou» du zoo, un grand lézard âgé de 20 ans, qu’il a ensuite offerts à Terry, un crocodile de 200 kilos, long de trois mètres, a précisé le directeur de l’établissement, Rex Neindorf. L’enfant, dont les gestes ont été filmés par la caméra de sécurité, a également jeté plusieurs animaux vivants à Terry par-dessus les deux barrières de son enclos.

À un moment, il a même escaladé la barrière extérieure pour se rapprocher du grand reptile. Sur les images, l’enfant garde un visage totalement impassible, souligne Neindorf. «Il avait l’air de jouer», ajoute-t-il.

L’enfant a tué 13 animaux d’une valeur totale estimée à 7000 dollars australiens (environ 6000 $ CAN), dont une tortue, des iguanes et autres lézards. Trop jeune pour être arrêté, l’enfant a toutefois été identifié par la police locale.

De son côté, le directeur du zoo envisage de poursuivre les parents de ce «sale gamin», qui avait réussi à passer par-dessus une barrière de sécurité sans être détecté.

Interview en ligne

Ici une interview concernant le véganisme de la part d’un vegan straight edge, à écouter en streaming.

Un avis totalement différent du nôtre, par ailleurs, notamment parce que selon nous le véganisme va catégoriquement de pair avec l’amour pour les animaux, que pour nous les plantes ne sont certainement pas des “choses”, et que la principale organisation de défense des animaux n’est certainement pas PETA aux USA, mais bien l’ALF dans le monde (qui est d’ailleurs “oublié”).

Il est également regrettable que la comparaison justifiée de l’extermination des animaux avec celle des Juifs par les nazis soit accompagnée de grosses erreurs, sur un thème qui n’en autorise pas.

Les camps de concentration sont en effet confondus avec les camps d’extermination. Et il est dit de manière erronée que l’écrivain yiddish Isaac Bashevis Singer a été déporté à Dachau. Or, Singer était polonais et a émigré aux USA en 1935, et de toutes manières Dachau était un camp de concentration destiné aux prisonniers politiques allemands (et non un camp d’extermination destiné aux populations juives d’Europe).

Chats massacrés à Auchan : barbarie et profits, les assassins toucheront des indemnités de licenciements

Cinq responsables et agents du service sécurité de l’hypermarché du Loiret ont été licenciés. Ils sont accusés de cruauté envers des félins, tués en dehors des heures d’ouverture par gazage et morsures à mort par un chien.

Gazés, mordus à mort et peut-être aussi tués par d’autres moyens : des chats ont été « massacrés » ces derniers mois dans l’enceinte d’Auchan Olivet (Loiret), en dehors des heures d’ouverture. Alerté, Christophe Jolivet, le directeur, a auditionné, en juillet, l’équipe de sécurité. Six d’entre eux ont été sanctionnés par une mise à pied conservatoire. Au final, trois donneurs d’ordre, occupant des fonctions hiérarchiques déterminantes au sein du service de sécurité, et deux exécutants agents de sécurité ont été récemment licenciés.

Il arrive à l’hypermarché d’être confronté à la présence de chats. Selon nos informations, recoupées en deux mois d’enquête, au lieu de les remettre à la SPA après capture dans des cages, des agents de sécurité ont choisi une méthode radicale : les tuer eux-mêmes. « Il y a eu plusieurs actes de cruauté et barbarie sur plusieurs chats libres, dont certains probablement domestiqués car ils se laissaient facilement approcher », affirme un informateur qui tient à conserver l’anonymat et qui dispose de témoins.

Des sacs contenant des chats morts et enfermés dans le local Sprinkler (fermé à clef et accessible uniquement au service de sécurité) ont été photographiés : « Un collègue est tombé par hasard dessus. Il a fait un bond en arrière en découvrant les chats morts dedans », explique un observateur. Les personnes licenciées ont d’ailleurs reconnu certains faits.

Des chats préalablement enfermés dans des sacs poubelle ont été gazés avec du CO2, issu d’extincteurs : ils ont été tués sur le coup par le froid. En quelque sorte cryogénisés !

Une vidéo, que nous avons visionnée, a circulé sur Dailymotion, début juillet : on y voit un chien, de type Jack Russell terrier, s’acharner à mordre un pauvre chat coincé dans une trappe et l’on y entend une voix rigolarde et reconnaissable encourageant le chien. C’est celle de son maître, licencié depuis.

Les traces de sang et le poids de la bête agonisante font qu’on ne peut guère confondre ce chat avec, par exemple, une peluche qui aurait servi à une simple mise en scène. « Ce type de chien a une capacité d’attaque très courte : il mord, il recule. La mise à mort a eu lieu avant le déclenchement de la vidéo », affirme un informateur.

L’enquête de police réclamée par le parquet d’Orléans devra recouper ces accusations – reconnues par les licenciés. Et devra aussi déterminer s’il n’y a pas eu d’autres actes cruels. Y a-t-il eu, entre autres, des chasses aux chats, à la chevrotine, organisées par quelques membres du personnel du service de sécurité également chasseurs et qui auraient amené leurs armes personnelles ?

Un informateur affirme qu’un tireur d’élite, agent de sécurité, aurait refusé de participer aux tirs lors de chasses aux chats, préalablement pris dans les trappes, le soir et le dimanche.

Il aurait toutefois assisté à certaines scènes dans le cadre de son service et aurait été « contraint de réorienter les caméras de vidéo-surveillance pour ne pas enregistrer les actes de violence ». Face à ses refus persistants de tirer, il aurait alors été mis à l’écart.

Une chose est sûre : il a proféré des menaces verbales à un coordinateur de sécurité et a été licencié le 7 juin pour faute grave en raison d’une incompatibilité relationnelle avec la hiérarchie de son service. Ce licenciement est désormais entre les mains d’un avocat et devrait être jugé aux prud’hommes.

Selon les dires de personnels d’Auchan, il y aurait eu une trentaine de chats tués dans la surface de vente et dans la réserve du magasin en 2007 et 2008. Invérifiable pour l’instant. Dans le voisinage, un homme affirmerait, sans avoir porté plainte, avoir perdu quatre chats tatoués. Hasard ?

Vidéo dans laquelle on voit le chien d’un des agents achever un chat (peut heurter la sensibilité):
http://www.larep.com/temps_forts-6633.html

A lire : Massacres de chats à Bourges
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article70718

http://www.lepost.fr/article/2008/09/06/1258909_loiret-les-employes-du-supermarche-pratiquaient-des-actes-de-barbarie-sur-les-chats.html

Binge drinking

Un ou deux verres ça va. Dix ou quinze verres, bonjour les dégâts… « Inventé » par les Britanniques, le binge drinking, qui consiste à absorber très rapidement le maximum d’alcool, est en train de devenir tendance de ce côté de la Manche. Selon une étude diligentée par le ministère de la Santé, le nombre d’hospitalisations de moins de 15 ans pour ivresse massive a augmenté de 50 % entre 2002 et 2007…

Cette quête des sensations extrêmes n’est pas sans danger. Comas éthyliques, accidents de la route, bagarres, rapports sexuels non protégés… Pour Michel Reynaud, addictologue à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, « le binge drinking facilite l’installation de la dépendance. Aujourd’hui, je vois des patients alcooliques à 20 ans, alors que mes plus jeunes patients avaient 40 ans il y a dix ans ».

« Toutes les observations sur le terrain montrent la progression du binge drinking, confirme Marguerite Arène, chef de la mission prévention des toxicomanies à la mairie de Paris. A tel point que les urgences de l’Hôtel-Dieu (IV e ) prévoient désormais un dispositif particulier pour les grands rassemblements, type Nuit blanche ou Fête de la musique.

Certes, l’adolescence a toujours été une période où l’on tente des expériences. « La nouveauté, c’est la recherche de la défonce rapide, s’inquiète Marguerite Arène. Ces jeunes, en majorité des garçons, recherchent le sensationnel. Certains se filment et diffusent même leurs exploits sur Dailymotion ou YouTube. »

Le premier Levi’s était à base de chanvre..

Le chanvre fut très largement utilisé par le passé et il côtoie l’être humain depuis le néolithique. Il a toutefois peu à peu été interdit ou fortement règlementé au cours du XXe siècle en raison de ses propriétés psychotropes.

Le chanvre connait de multiples utilisations, telles les tissus, la construction, les cosmétiques, l’isolation phonique et thermique, la fabrication d’huiles, de cordages, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine, l’alimentation animale, comme biocarburants, pour des usages médicamenteux, pour un usage récréatif ou comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

La filière chanvre trouve un regain d’intérêt avec l’augmentation du prix du pétrole et la prise de conscience environnementale. Les pays européens et les collectivités locales de ces pays tentent ainsi de favoriser à nouveau la culture du chanvre. Il faut que le chanvre a besoin de très peu d’eau, et pas d’herbicide, engrais ou pesticide.

Ici quelques liens, avec pour les habits www.kanabeach.com et www.ecoline.fr. Dans la construction, pour l’isolation, il y a Thermo-Chanvre et Isonat. De nombreux produits sont disponibles sur www.rueduchanvre.com.