• 15 364 scientifiques de 184 pays avertissent l'humanité

L’étau se resserre autour des trafiquants d’animaux sauvages au Brésil

La législation brésilienne interdit la chasse dans tout le pays ainsi que la détention de tout animal sauvage en captivité, sauf s’il est issu d’élevages autorisés, très rares dans le pays. Une campagne est donc mené contr les trafiquants d’animaux, surtout que "depuis l’arrivée des Portugais, en 1500, c’est une tradition culturelle au Brésil que d’avoir un perroquet ou un singe comme animal de compagnie".

Lire la suite L’étau se resserre autour des trafiquants d’animaux sauvages au Brésil

Université de la Terre à l’Unesco

Carrefour de réfléxions et de débats, ouverte à tous, l’Université de la Terre a pour objectif d’offrir au plus grand nombre une journée de découverte et d’échange sur les grands thèmes de société et d’environnement.

Samedi 18 et dimanche 19 octobre 2008 de 11h à 18h à l’Unesco (Paris 7e).

Plus de renseignements :
http://www.natureetdecouvertes.com/pages/Corporate/ANP/Universite_presentation.asp

Pyrénées-Orientales : les vaches errantes font peur

Vingt-trois bêtes réputées «menaçantes» ont déjà été abattues.
Une centaine de vaches sans propriétaire seraient livrées à elles-mêmes.

Depuis le 18 août, la préfecture des Pyrénées-Orientales a pris un deuxième arrêté qui permet d’abattre les plus menaçantes, ce qui se serait produit à 23 reprises dans les secteurs de Villelongue et de Montesquieu. « La sécheresse a poussé ces animaux redevenus sauvages à descendre de la montagne pour venir pâturer dans les cultures. Ces ruminants ne sont pas vaccinés. Ils représentent un danger sanitaire et, en cas de capture, on ne peut les réintégrer dans aucun troupeau », explique la Direction départementale de l’Agriculture, où le dossier est géré avec des pincettes.

Le phénomène des vaches errantes n’est pas nouveau. On parle d’une centaine de têtes sans maître ni loi de domestication, qui se reproduisent naturellement. A Montesquieu, où l’on parle de vaches plutôt placides et d’un taureau de 800 kilos plutôt fuyard, jardins et arpents de vigne n’ont pas survécu aux brouteuses, générant cinq plaintes et une pétition. Mais l’abattage, voici quelques jours, de deux vaches, dont la mère d’un veau d’un mois, fait polémique au village. « La préfecture a tort d’autoriser ces abattages. N’importe quel chasseur peut tirer sur une vache. Le droit de parcours dans les bois communaux existe depuis toujours. Et pour le bétail, la frontière franco-espagnole n’a jamais été fermée. Ces vaches entretiennent les passages et les pâturages sur les crêtes.

Ce que veulent les autorités, c’est supprimer le bétail de montagne, pour développer le tourisme » constate avec amertume, Gérard Oms, éleveur à Collioure, dont le bétail est en liberté au pic Néolous. A Perpignan, on cherche toujours la solution pour regrouper ce troupeau sans berger identifié.

Save japan dolphins

Le site http://www.savejapandolphins.org/ regroupe plein d’initiatives pour aider les dauphins japonais, qui sont d’ailleurs empoisonnés avec du mercure, du cadmium, du DDT, du PCB… Voilà la "viande" naturelle qu’ont les consommateurs.

D’un bout à l’autre, exploitation, mensonge, massacres.

On notera à ce sujet la World Association of Zoos and Aquariums, qui tente de sensibiliser les zoos sur le fait que "leurs" animaux proviennent parfois de massacres comme celui au Japon.

20.000 dauphins massacrés

 

Comme chaque année à Taiji au Japon, 20.000 dauphins sont pris dans une gigantesque nasse puis massacrés à la lance, au couteau… Quelques uns y échapperont, et partiront… dans les zoos, au prix de 100.000 euros chacun.

Pendant ce temps là dans le même pays, les dauphins des zoos sont au régime, car "spectateurs venus admirer leurs sauts se sont aperçus que les dauphins ne s’élancent plus aussi haut qu’avant"….

Lire la suite 20.000 dauphins massacrés

Le Brésil projette de construire 60 usines nucléaires en 50 ans

Le Brésil projette de construire près de 60 centrales nucléaires au cours des 50 prochaines années, a annoncé vendredi le ministre des Mines et de l’Energie, Edson Lobao.

Elles seront en mesure de produire au total 60.000 megawatts (MW). « En ce qui concerne ces usines, il n’y a pas encore de délibérations mais il existe un programme que nous allons soumettre au Conseil National de Politique Energétique (CNPE) sur une série de 60.000 MW au cours des 50 prochaines années », a dit M. Lobao.

Lire la suite Le Brésil projette de construire 60 usines nucléaires en 50 ans

Semons la biodiversité

Le lundi 27 octobre à Paris aura lieu un colloque "semons la biodiversité", issu d’un appel lancé début septembre pour dire "Non aux manipulations et au fichage génétique du vivant, Oui aux droits des paysans et jardiniers de conserver, utiliser, élever, échanger et vendre leurs semences et leurs animaux".

Comme on le voit, les animaux sont considérés comme du "bétail", ce qui bien entendu nuit grandement à la lutte pour la biodiversité, car sans le véganisme, tout est biaisé et on ne sort pas du cadre visant à asservir la nature pour les profits.

- 14h – 18h : Colloque
- 18h – 19h : Projection de film
- 19h-22h : Réunion publique « Semons la biodiversité contre le fichage génétique et la privatisation du vivant »

… Et un seul lieu : Salle Jean Damme, 17 rue Leopold Bellan, M° Sentier, Paris 2e

http://semonslabiodiversite.org/

Plus d’animaux dans les cirques à Fontenay-sous-Bois (94)

La SPA tient à féliciter Jean-François Voguet, sénateur-maire de Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne pour la signature et publication de l’arrêté n° 08 AM 149 portant interdiction sur sa commune de l’installation de cirques avec animaux sauvages et/ou domestiques – sauf exceptions – à dater du 1er septembre 2008, « considérant que les cirques ne peuvent offrir aux animaux un espace et des conditions de détention adaptés à leurs exigences biologiques, etc… ».

Le sifflet ultrason éloigne les animaux de la route

Si vous conduisez et que vous souhaitez épargner la vie de nombreux animaux, il existe un petit objet qui se fixe très facilement par fixation adhésive.

Le sifflet ultrason est doté d’un simple mécanisme : l’air s’engouffrant dans les sifflets en roulant produit les ultrasons, d’une portée de 400 mètres, qui éloignent les animaux de la route.

12 agents pathogènes contre la faune sauvage

Déjà menacées par la disparition de leurs habitats naturels, de nombreuses espèces animales doivent également faire face à l’émergence de maladies liées au changement climatique et dont les conséquences pour l’homme pourraient être dramatiques.

"La plus grande menace du changement climatique est peut-être la propagation de maladies émergentes", a estimé Steven Sanderson, président de la Société pour la conservation de la faune sauvage (Wildlife conservation society) mardi à Barcelone.

"Toute perturbation dans l’environnement a des effets immédiats sur les animaux sauvages parce qu’ils ne peuvent pas s’adapter rapidement", a souligné à cette occasion le docteur William Karesh, directeur des programmes de santé de l’ONG.

Lire la suite 12 agents pathogènes contre la faune sauvage

La sécurité routière l’emporte sur la vie des animaux

Le Tribunal fédéral (TF) de Suiise  a débouté une permanence vétérinaire, qui voulait équiper ses véhicules tout-terrain d’une lumière bleue et d’un avertisseur acoustique à sons alternés.

Par conséquent, En cas d’urgence, les animaux accidentés ou malades n’ont pas droit aux gyrophares.

Pour les juges de Mon Repos, l’animal ne peut être placé sur pied d’égalité avec l’être humain, même s’il connaît aussi la souffrance. Le maintien de la sécurité routière doit l’emporter sur la nécessité d’assurer en cas d’urgence un transport rapide des animaux malades ou accidentés.

En quoi laisser passer une voiture en priorité menace-t-il la sécurité routière? Les juges défendent en vérité le confort des humains…

Ratatouille à la gare Saint-Lazare

Les travaux à la gare parisienne de Saint-Lazare ont délogé des rats qui, logiquement, se promènent dans la gare. Bien évidemment on a droit à des réactions lamentables de la part de gens gorgés d’imageries fantasmatiques sur les rats, leur dangerosité, etc.

Mais même le spécialiste de la dératisation est obligé d’admettre que « ces animaux n’attaquent pas l’homme s’ils ne se sentent pas traqués ou menacés. »

Lire la suite Ratatouille à la gare Saint-Lazare

Un mammifère sur quatre menacé d’extinction

Un quart des mammifères de la planète est en danger d’extinction en raison principalement de diverses menaces liées à l’homme, comme la chasse ou la destruction de l’habitat, montre la dernière étude de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN).

Cette enquête, la plus exhaustive à ce jour, menée par 1.700 chercheurs, souligne que la population de la moitié des 5.487 espèces de mammifères recensées dans le monde est en déclin.

"Les mammifères déclinent plus vite que nous le pensions, une espèce sur quatre est menacée d’extinction", résume le directeur de cette étude, Jan Schipper.

L’inventaire a servi à mettre à jour la "liste rouge" des espèces menacées, un état des lieux de la planète créé en 1963 à l’initiative de l’UICN.

Les espèces les plus menacées sont les mammifères terrestres d’Asie, où des animaux comme l’orang-outang souffrent de la déforestation. Près de 80% des primates de la région sont en danger.

Sur les 4.651 espèces de mammifères pour lesquels les scientifiques disposent de données, 1.139 sont menacées d’extinction. Jan Schipper souligne que ce nombre est beaucoup plus élevé que lors de la précédente enquête comparable, en 1996.

Les menaces se sont aggravées pour des animaux comme le diable de Tasmanie, un marsupial australien, le phoque de la Caspienne ou le chat pêcheur d’Asie.

Depuis 1500, au moins 76 mammifères ont disparu du globe.

"On pourrait perdre en quelques décennies des centaines d’espèces du fait de nos propres actions", avertit Julia Marton-Lefevre, directrice générale de l’UICN.

Sur le total 2008, 188 espèces sont classées "en danger critique", dernier stade avant l’extinction. On y trouve le lynx ibérique, dont il ne reste que 84 à 143 adultes, ou le hutia de Cuba, un rongeur, qui n’a plus été observé depuis une quarantaine d’années.

La destruction de l’habitat et la chasse – pour toutes sortes de raisons, alimentaires, médicales ou autres – sont de loin les principales menaces, écrivent Schipper et ses collaborateurs dans le journal Science.

Parmi les autres dangers, le réchauffement climatique frappe déjà des espèces vivant sur la banquise arctique comme l’ours polaire.

Le rapport, diffusé à l’occasion du congrès de l’UICN en Espagne, du 5 au 14 octobre, contient tout de même quelques points positifs. Cinq pour cent des espèces sont aujourd’hui en voie de repopulation, comme le bison d’Europe ou le furet à pieds noirs d’Amérique du Nord.

L’éléphant d’Afrique, autrefois "menacé", est redescendu d’un cran, dans la catégorie "espèce vulnérable", grâce au repeuplement en Afrique australe et orientale.

Et 349 espèces ont été découvertes depuis 1992, comme la musaraigne-éléphant de Tanzanie. Jan Schipper estime que certaines espèces pourraient avoir disparu avant même d’avoir été décrites.

Le rapport est consacré aux mammifères mais, souligne l’UICN, la situation est pire pour d’autres classes d’animaux ou pour les plantes.

Une liste rouge globale mise à jour estime que 16.928 espèces sont menacées sur un total de 44.838, soit une proportion de 38%.

Parmi les animaux les plus exposés figurent les amphibiens.

Orangs-outans en voie d’extinction à cause de l’huile de palme

De plus en plus utilisée en Europe par de grandes multinationales telles que Nestlé et Procter & Gamble en raison de son faible coût de production et de son fort rendement, l’exploitation d’huile de palme est à l’origine de la fragilisation et de la destruction de tout un écosystème en Indonésie. Urgence.

Aujourd’hui, 1 produit de grande consommation sur 10 en contient. L’huile de palme est généralement mentionnée sur l’étiquette en tant que « huile végétale ». Cet ingrédient envahit tous les aliments de grande consommation (chips, biscuits, huiles de friture, sauces, mayonnaises, margarines, plats cuisinés)… Également utilisée dans de nombreux produits cosmétiques (shampoings, savons, rouge à lèvre …) elle l’est aussi depuis peu, dans le carburant de voiture !

Pourtant, derrière l’engouement industriel et commercial qu’elle suscite, son utilisation croissante cache une véritable catastrophe pour l’écosystème et la biodiversité. En jeux, la destruction des forêts indonésiennes et malaisiennes ainsi que la destruction des animaux qui y vivent, au premier chef desquels les orangs-outangs !

Les forêts sont détruites (mise à feu, bulldozer…) pour faire place à d’interminables lignées de palmiers à huile ! L’Indonésie détruit chaque année 2 millions d’hectares de forêts. Le pays a perdu en 50 ans 72 % de ses forêts anciennes (source Greenpeace) ce qui aggrave, par la même occasion, le changement climatique. Les habitants eux-mêmes sont nombreux à être concernés par ce problème puisque chaque été, ils sont enfumés à cause des feux de forêts, ce qui entraîne par ailleurs beaucoup de pollution, d’asthme etc.

Si l’on continue d’accepter ce carnage, les orangs-outangs vont définitivement disparaître d’ici quelques années. Et cercle vicieux oblige, face à la destruction de leur forêts ils cherchent de nouvelles sources de nourriture et mangent de jeunes plantes de palmiers : ils deviennent alors les victimes des cultivateurs qui n’hésitent pas à les tuer !

Malheureusement, le Cambodge et le Vietnam suivent le même chemin…

Source : Fondation 30 Millions d’amis

Manifestation anti-écologie

Interview de Jean-Louis Butré, l’un des organisateurs de la manifestation anti-éolienne du samedi 4 octobre à Paris. « Nous sommes horrifiés à l’idée de voir 15.000 mâts qui vont tourner sur la France alors qu’on a un des pays les plus beaux au monde, que certains veulent uniformiser. »

Lire la suite Manifestation anti-écologie

Concert au profit de la recherche sans expérimentation animale

CONCERT AU PROFIT DE LA RECHERCHE SANS EXPERIMENTATION ANIMALE

VENEZ NOMBREUX !

PARIS – SAMEDI 18 OCTOBRE 2008 – 20h30 – CONCERT

Théâtre du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique
2, bis rue du Conservatoire – 75009 – Paris –Métro Grands Boulevards.

Michèle SCHARAPAN – piano
Martine BAILLY – violoncelle
Thomas GAUTIER – violon

Programme : Franz Schubert

Trio en Sib majeur D. 898
Trio en Mib majeur D. 929

La salle où Berlioz créa sa Symphonie fantastique, rendue pour un soir à sa vocation première, retrouvera sa
configuration et son décor d’origine pour une soirée exceptionnelle.

Le bénéfice du concert sera offert à l’association Antidote Europe pour contribuer à son projet « Test cancer ».
Antidote Europe est une association à but non lucratif, créée par des chercheurs issus du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, France), oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine. Elle propose notamment une méthode d’évaluation de la toxicité des substances
chimiques sur des cellules humaines en culture, méthode scientifiquement éprouvée et disponible aujourd’hui, et demande aux autorités que l’on cesse de s’en remettre à des tests sur des animaux sans pertinence pour l’homme.

http://www.antidote-europe.org/


Tarifs : 2O €
10 € étudiants et chômeurs –
10 € tarif collectivités à partir de 5 places.
Placement libre.
http://michele-scharapan.com

Billetterie sur place le jour du concert et par correspondance : Concert du Trio – 11, rue Jean Ferrandi – 75006 – Paris
(adresser chèque établi à l’ordre de Pierre ALLIO et si possible une enveloppe timbrée pour le retour des places )