• Operation Thunderball
    Operation Thunderball

“Ça fait plaisir, bravo !”

Nous parlions des actions illégales menées en soutien à la ZAD, voici un communiqué à ce sujet. Le mouvement de résistance à la ZAD ne réfute pas, en effet, les différentes formes de lutte. Cela est quelque chose de notable, et il n’est pas difficile de voir que si EELV n’avait pas besoin de cela pour être un mouvement totalement incohérent, cela en rajoute à ses difficultés: le mouvement de défense de la ZAD est un mouvement à la base, alors qu’EELV a abandonné toute prétention à ce sujet, au nom de la participation gouvernementale.

Ça fait plaisir, bravo !

Marseille, Tours, Couëron, Lyon, Paris, Carcassonne, Limoges, Arles, Blois, la roche sur Yon, Rennes, Dijon, Poitiers, Brest, Quimper, Saint Brieux, Angers, Toulouse, Barcelone, Cologne, Lille, Bruxelles… et la liste est loin d’être exhaustive : Solidarité

Merci à toutes les personnes qui, de près ou de loin, ont participé à ces initiatives, ça nous a fait et nous fait toujours très chaud au cœur d’apprendre les rassemblements de soutien, les stands d’infos lors d’un marché, les sabotages, les trous dans les vitrines des locaux du parti socialiste… surtout lorsque nous sommes dans une nasse policière.

Au cours de ces dernières années, on s’est parfois senti-e-s un peu seul-e-s entre les techniques médiatico-policières de stigmatisation/criminalisation du mouvement d’occupation et les relations parfois difficiles avec les autres composantes de la lutte.

Tout comme les années précedentes, pendant les expulsions beaucoup de médias ont relayé les paroles du pouvoir qui utilisent un vocabulaire biaisé qui a pour but d’enrichir les clichés, de stigmatiser afin de diviser la lutte.

On retrouve les catégorisations habituelles de squatteur-euses / habitant-e-s ou de pacifistes / violent-e-s, ultras …qui sont associées à un rapport de légitimité de lutte due à une situation géographique, le style de vie que l’on a ou bien d’autres stupides critères.

Nous sommes tous-tes des habitant-e-s qui résistent ! Ce sont les mêmes techniques qui sont employées partout et qui contribuent à la criminalisation des mouvements de résistance qu’ils soient syndicaux, étudiants, ou encore dans les luttes contre d’autres projets comme la ligne THT ou le TAV (TGV Lyon/Turin). Il semblerait que cette fois ça ne marche pas trop, en tout cas on n’en voit pas les fruits ni ici, ni ailleurs…

Concrètement depuis 3 semaines on voit des centaines de personnes venues sur place pour 1h, 2 ou 15 jours voir en “CDI” pour aider matériellement apportant nourriture, outils…, soutenir moralement, financièrement ou encore pour nous aider à faire des barricades ou creuser une tranchée dans la route.

Comme si se matérialisaient toutes les solidarités tissées pendant ces années d’occupation et d’avant, le travail d’information, de communication, les relations inter-individuelles, les rencontres sur d’autres luttes ou sur d’autres temporalités, la sympathie des gens d’ici et d’ailleurs qui ne veulent pas de vos clichés.

Monsieur le Préfet ou autre charogne, « radical » veut dire prendre le problème à la racine. Alors oui nous sommes radicaux dans ce sens, c’est une des raisons concrètes pour avoir choisi de rester vivre et lutter ici.

Le mot radical est toujours utilisé de façon connotée avec violence, intégrisme, intolérance mais si il a un sens c’est bien le premier et dans ce cas il nous semble que les centaines de personnes qui sont venues le sont aussi, prenez garde Mr le Préfet !

Il semblerait bien que de plus en plus de personnes voient une complémentarité et non une incompatibilité dans les différents modes d’actions ou qui du moins ne veulent pas dénigrer ou condamner ceux qui ne leurs correspondent pas.

Lutter contre l’artificialisation des terres, le contrôle et la gestion de nos vies par l’aménagement du territoire, exprimer un refus de la société de consommation, lutter contre Vinci (grand constructeur d’autoroutes, de TGV, de prisons, de centrales nucléaires…), vouloir protéger la faune, la flore, l’agriculture locale ou encore pour plein de ces raisons réuniEs, il y a 1000 motivations pour s’opposer à ce projet. Cette lutte dépasse plus que jamais Notre-Dame-Des-Landes, La Zone À Défendre, une quelconque barricade, l’ACIPA ou les autres composantes. Peut-être que ça en effraie quelque un-e-s, parce qu’ils /elles veulent garder le contrôle, nous on s’en réjouit.

La lutte s’internationalise et c’est tant mieux, nous espérons que l’écho qui résonne partout en France et ailleurs trouve résonance et soit utile à d’autres luttes ailleurs et vice versa..

On voulait dire un grand bravo pour toutes ces solidarités, un grand bravo aussi aux personnes qui nous ont écrit par centaines pour soutenir : ce sont ces multitudes d’actes, de prises de position qui nous donnent tant de force et d’énergie sur le terrain ! Espérant que l’ampleur de la lutte contre ce projet d’aéroport renforce vos luttes partout.

On espère que l’écho va résonner plus fort, plus loin et ne faiblisse pas en intensité alors on vous invite à continuer à leur mettre des bâtons dans les roues chez vous, partout, de toutes les manières que vous imaginerez et qui vous correspondent.

On vous attend nombreux-euses pour la manifestation de réoccupation le 17 novembre et courage pour vos luttes !!!

Quelques opposant-e-s plus détérminé-e-s que jamais !

Plus d’infos sur : zad.nadir.org

PeTA condamnée pour sa campagne “l’holocauste dans votre assiette”

L’association PeTA avait tenté il y a plusieurs années de rééditer en Allemagne une de ses campagnes américaines (intitulée “l’holocause dans votre assiette”) rapprochant le meurtre des animaux dans le cadre de l’exploitation animale avec l’holocauste mené par les nazis.

L’Etat allemand avait interdit la campagne en 2009 et PeTA est allée jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme, où l’association a de nouveau perdu.

C’est une personne juive de PeTA qui avait proposé la campagne, financée par une autre personne juive, et le texte sur l’affiche fait référence au principal écrivain yiddish de l’après-guerre, Isaac Bashevis Singer, qui dans une nouvelle raconte:

« En pensée, Herman prononça l’oraison funèbre de la souris qui avait partagé une partie de sa vie avec lui et qui, à cause de lui, avait quitté ce monde. »

Que savent-ils, tous ces érudits, tous ces philosophes, tous les dirigeants de la planète, que savent-ils de quelqu’un comme toi ?

Ils se sont persuadés que l’homme, l’espèce la plus pécheresse entre toutes, est au sommet de la création. Toutes les autres créatures furent créées uniquement pour lui procurer de la nourriture, des peaux, pour être martyrisées, exterminées. Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis ; pour les animaux, la vie est un éternel Treblinka. »

Voici l’information telle que relayée par le quotidien Le Figaro :

Holocauste: Peta déboutée par la CEDH

La Cour européenne des droits de l’homme a estimé aujourd’hui que l’Allemagne, au vu de son Histoire, était fondée à interdire une campagne de l’association de défense des animaux Peta comparant l’abattage d’animaux d’élevage au sort des victimes de l’Holocauste.

L’interdiction par la justice allemande de la campagne d’affichage lancée en 2004 par Peta (“People for the Ethical Treatment of Animals”) n’a pas porté atteinte à la liberté d’expression, a tranché la cour basée à Strasbourg.

Une décision saluée par le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, principale organisation représentative de la communauté, Dieter Graumann. “Les juges ont eu raison de conclure que l’interdiction ne porte pas atteinte à la liberté d’opinion mais que cette campagne d’affichage banalise l’Holocauste de manière irresponsable”, selon le dirigeant.

“Instrumentaliser ainsi l’Holocauste pour protester contre l’abattage de masse d’animaux est absolument inacceptable”, a-t-il encore jugé évoquant le “manque de sensibilité incroyable” de l’organisation et son “mauvais goût” face aux victimes de la Shoah.

Cette campagne intitulée “L’Holocauste dans votre assiette”, mettait en parallèle des photos de cadavres dans les camps nazis avec des images de poulets en batteries ou de porcs abattus.

Le coordonnateur des campagnes, Matt Prescott, avait alors estimé que ce qui a rendu possible l’Holocauste est le même système de pensée “qui nous autorise chaque jour à perpétrer des actes cruels à l’encontre des animaux”.

Mais le Conseil central des juifs d’Allemagne, dénonçant une initiative “monstrueuse”, avait obtenu en justice son interdiction. Cette décision avait ensuite été validée par la Cour constitutionnelle, soucieuse d’éviter “la minimisation et la banalisation du sort des victimes de l’Holocauste”.

Pour les juges européens, s’il est indéniable que le sort réservé aux animaux d’élevage est un sujet “d’intérêt public”, ce dossier ne peut être détaché du “contexte spécifique de l’Histoire allemande”.

La Cour a donc “accepté la position du gouvernement allemand selon laquelle il a une obligation particulière vis-à-vis des juifs d’Allemagne” et débouté l’association.

Selon les juges, Peta, connue pour ses publicités controversées, aurait pu utiliser d’autres moyens pour attirer l’attention sur la cause des animaux. L’association a trois mois pour demander un éventuel nouvel examen de sa requête par la Grande chambre de la CEDH, qui n’est toutefois pas tenue d’accéder à cette demande.

De notre côté, à LTD, nous considérons que le rapprochement, fait par exemple dans le très intéressant ouvrage de Charles Patterson, est tout à fait pertinent.

Le social-darwinisme est l’idéologie qui affirme qu’il faut écraser les « faibles », et lorsque le fascisme affirme qu’il faut l’élimination des « nuisibles », ce n’est pas pour rien qu’il utilise très souvent des métaphores animales.

De plus, affirmer cela est très important en France, pays où sont nombreux les adeptes de la « protection animale », parfois dans le giron de Brigitte Bardot qui plus est.

En Allemagne, les personnes progressistes sont contre l’affirmation de ce rapport en public, considérant que chez les gens cela contribue à relativiser le génocide nazi. Cela est tout à vrai en Allemagne, où la question animale a un grand écho social, et où le message peut facilement être « distordu. »

Mais en France, pays où est célébré le « terroir », le caractère industriel de l’exploitation animale est niée, purement et simplement, tant par les journalistes que les campagnes médiatiques de l’industrie de l’exploitation animale.

Il est donc certainement correct de dire les choses telles qu’elles sont et cela directement : l’exploitation animale va de pair avec le meurtre de masses, avec la torture d’êtres vivants.

Paradoxalement, pourtant, à LTD, nous ne montrons pratiquement jamais d’images de l’exploitation animale. Cela manque et il faudrait réaliser de notre côté des dossiers à ce sujet. Mais ce qui compte, c’est la proposition constructive, en toute conscience de l’exploitation animale.

Si nous ne sommes pas en adéquation avec les positions de la mouvance de l’action antispéciste en Allemagne, force est de constater que nous avons la même démarche de critique générale de la société selon notre perspective de refus de l’exploitation animale ou de l’exploitation en général.

Il ne s’agit pas que d’une question d’oppression, il s’agit d’un véritable système, et ce système a, dans sa substance, la même nature que l’holocauste nazi, dont les valeurs suintent d’ailleurs, et ce n’est pas pour rien, de nouveau avec la crise économique.

Des locaux du PS peinturlurés en soutien à la ZAD

Il y a plus de trente ans, le mouvement nucléaire avait rassemblé tout ce qui restait de mouvement contestataire issu de mai-juin 1968. C’est la même chose avec la ZAD en ce moment. C’est cela qui fait que le mouvement a beaucoup d’écho, mais c’est aussi cela qui fait que vient se greffer dessus de nombreuses conceptions et points de vue.

Nous avons déjà parlé de la dimension en partie réactionnaire des vœux d’auto-détermination de gens dont l’idéal est finalement la petite ferme dans le terroir.

Du point de vue des gens trouvant positif le principe de la « décroissance », cette critique que nous faisons est déplacé. Dans notre logique pourtant, quand on est pour l’émancipation, alors on assume la bataille pour l’émancipation en général.

Et là en ce moment, d’une bataille non végane mais avec un contenu écologiste très marqué, on passe à une lutte alternative au véganisme, prônant le repli sur des petites communautés utilisant l’exploitation animale.

Comme illustration de cette question du contenu de la bataille de la ZAD, voici une liste d’actions illégales menées ces derniers jours, à l’encontre de locaux du Parti Socialiste.

Ces actions ont été d’une grande ampleur, et à l’échelle nationale, cela fait justement pratiquement depuis les années 1970 qu’on a pas vu une telle ampleur à ce genre d’actions.

Le porte-parole du Parti Socialiste, David Assouline, est d’ailleurs scandalisé et l’a fait savoir aux médias, car à ses yeux « Aucune pseudo-cause ne peut justifier de tels actes de vandalisme politique. »

Il appelle d’ailleurs à la répression – pour quelques graffitis, au final, en expliquant sur un ton tragique tout à fait ridicule : « Il doit y avoir maintenant une réaction énergique pour arrêter là cette dérive qui constitue une atteinte insupportable à la démocratie. »

La vérité c’est que ces actions dérangent le Parti Socialiste qui prétendait ne pas avoir d’ennemi à gauche, cela dérange son consensus et cela remet en question toute prétention de légitimité à être « simple » et proche des gens, vu que l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est un grand projet du premier ministre Ayrault, maire de Nantes à la base.

La question est bien entendu : y a-t-il un projet alternatif ? Le mouvement portant la ZAD considère que le projet d’auto-suffisance locale suffit en lui-même. De notre point de vue, cela ne marchera pas, car c’est un projet réactionnaire, qui culturellement se fera inévitablement avaler par l’extême-droite.

Ce qui sauve pour l’instant le mouvement, ce n’est pas tant ses valeurs que sa radicalité. Si celle-ci s’atténue, tout cela risque de ne pas peser bien lourd et de se faire engloutir rapidement dans la célébration du « terroir » !

Voici donc une petite liste des actions illégales menées.

Rennes

19 et 26 octobre : A deux reprises en l’espace d’une semaine, des tags anti-aéroport Notre-Dame-des-Landes ont recouvert la vitrine de la permanence du parti socialiste.

Angers

17 octobre : La façade de la fédération du Maine-et-Loire a été la cible de jets d’oeufs et de peinture et l’inscription “Vinci-PS même combat, solidarité ZAD” a été taguée au sol.

Dijon

19 octobre : La permanence PS a été recouverte d’huile de vidange et de tags «Vinci, dégage, PS on t’oublie pas !».

Limoges

21 octobre : La fédération PS de la Haute-Vienne a été recouverte de peinture rose, ainsi que d’un tag « Expulsons les socialistes. »

Besançon

30 octobre : Trois vitres de la permanence PS ont été brisées. Au total, trois tags ont été inscrits sur le local : «ZAD VAINCRA», « Stop AyraultPorc »[sic] et un «(A)», symbole anarchiste.

Tulle

2 novembre : Les murs de la fédération PS de Corrèze, fief de François Hollande, ont été tagués à trois reprises à la peinture noire : « PS = Vinci = CRS », « collabo » et « Non à l’Ayraultport. »

Bordeaux

2 novembre : Les murs de la fédération de Gironde ont été tagués de deux inscriptions à la peinture bleue : « UMP-PS-Vinci dégagent » et « Ayrault vendu. »

La Rochelle

5 novembre : Le sigle ZAD (Zone à défendre), du nom du des groupe qui milite contre le projet d’aéroport, et les inscriptions « Non à l’Ayraultport » et « Tremblez » ont été tagués sur la façade de la permanence des Charentes-Maritimes.

Arles

24 novembre : La permanence du Parti Socialiste d’Arles a été taguée d’un « ZAD vaincra. Mon peuple survivra. On fait voler le PS en éclat ». Michelle Vauzelle, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a condamné un « acte lâche » « qui aurait pu avoir des conséquences plus graves témoigne d’un mépris pour les élus qu’on ne peut admettre. »

Brest

29 octobre : Les locaux de la fédération PS ont été tagués d’inscription de soutien au mouvement anti-aéroport.

Douarnenez

5 novembre : La façade de la permanence du Parti Socialiste a été vandalisée. L’une des deux vitrines a été brisée et sur l’autre a été taguée une inscription à la peinture blanche : « Ayrault-porc [sic], ce n’est pas ça le progrès. »

XXe arrondissement de Paris

22 octobre : La permanence de la députée socialiste de la XVe circonscription, Fanélie Carrey-Conte, a été vandalisée. Plusieurs vitres ont été cassées et des tags comme « pourriture sociale » ou « la ZAD est partout » ont été inscrits

IIIe arrondissement de Paris

7 novembre : Plusieurs tags ont été inscrits sur le sol devant la permanence du PS: « Non à l’Ayrauport » et « PS gare à tes fesses » en rose ou encore « Des légumes pas du bitume » en vert.

V et VIe arrondissements de Paris

2 novembre : Les locaux de la permanence des V et VIe arrondissements ont été dégradés.

XIe arrondissements de Paris

31 octobre : Les locaux de la permanence PS du XIe arrondissement ont été vandalisés.

Métro parisien

Les stations de métro Solferino (le siège du Parti Socialiste n’est pas loin) et Assemblée Nationale ont été grafités de slogans.

Millau

19 octobre : La double porte vitrée de la permanence socialiste a été brisée, vraisemblablement à l’aide d’une machette. Une inscription « Solidarité avec Notre-Dame-des-Landes » signée « Zad » a été taguée sur la façade.

Goethe, Automne

En cet automne, voici un poème de Goethe, datant de 1775, et s’intitulant justement Automne.

Vert qui est dense, toi feuillage

Sur des vignes dans les vallons,

Ici en hauteur depuis ma fenêtre

jaillissez en poussée,

baies jumelles, et mûrissez

plus rapidement et brillez davantage pleinement.

 

Vous couve, de la Mère Soleil,

le regard de la séparation, de bruissements vous entourent

du ciel aimable,

l’abondance fruitée.

Vous rafraîchit, de la Lune,

l’amical souffle magique.

 

Et vous êtes embués, ah,

de ces yeux,

de l’éternel amour ranimant,

De pleines larmes s’élançant.

Walter Bond au sujet du nom d’Abdul Haqq

Walter Bond avait choisi de prendre le nom d’Abdul Haqq, au moment de sa conversion à l’Islam (voir ici). Il a choisi de reprendre son nom d’origine, afin de ne pas parasiter son message.

Des esprits mesquins diront qu’il ne sait pas ce qu’il veut, mais un regard réaliste permet de voir aisément la véritable quête de Walter Bond: trouver un chemin praticable pour la libération animale.

Qu’est-ce qu’il y a dans un nom?

J’ai décidé de laisser tomber le nom d’Abdul Haqq pour les raisons suivantes:

Tout d’abord, la religion n’est pas l’aspect déterminant de ma lutte, c’est la libération animale qui l’est.

Si ma spiritualité est un aspect important de ma vie personnelle, cela n’a rien à voir avec la lutte pour la totale liberté des opprimés.

La religion a une expérience terrible de persécution d’à peu près tous les groupes sociaux qu’on puisse imaginer, et je ne suis pas ici pour jouer l’apologiste de la tyrannie, au nom de Dieu, ou de magouilles politiques ou de consommation, ou d’autres motifs lamentables que trouvent des gens pour justifier leur soif de sang!

En outre, plus ma propre spiritualité dans le mysticisme a progressé, plus je me rends compte que l’institution de la religion est un poison pour mon chemin spirituel.

Les soufis du passé ont souvent eu à parler et à écrire leur sagesse ésotérique en paraboles et en énigmes pour éviter d’être assassiné par les régimes orthodoxes de leur temps, je ne le fais pas.

Et je trouve réducteur pour soi et pour le contenu toute cette affaire d’étiquetage et de packaging de mes croyances et de ma foi sous les auspices de telle ou telle religion.

Deuxièmement, je vis dans une unité de prison où tout ce que j’entends environ 24 heures par jour, c’est la religion et la politique. Je suis tout simplement épuisé À mon humble avis, il faut avoir une sorte de pathologie pour ne littéralement avoir aucune autre pensée dans sa tête à part ces deux sujets, 24 heures par jour, pour toute la vie!

Les hommes ici ne sont pas mieux ou pire que tout autre groupe de personnes que j’ai fréquenté. Mais ne croyez pas le battage médiatique, pas tout le monde dans le CMU [communication management unit, unité de prison où les communications sont surveillées] est debout en tant que combattant de la liberté. Nous avons notre part de balances et d’informateurs du gouvernement fédéral, qui sont simplement gardés ici pour leur propre sécurité.

En troisième lieu, un nom est une identité, que j’ai déjà. Je suis Walter Bond, le Lone Wolf [Loup Solitaire] de l’ALF. Mon orthodoxie dans ce monde est appelée Vegan straight edge.

Je suis un prisonnier de guerre pour la Terre Mère et les Nations animales.

Et je ne juge pas les autres par leurs croyances ou non-croyances. Je tiens les agresseurs responsables de leurs actes.

Et enfin, Abdul Haqq signifie « esclave de la vérité »… « Walter » signifie « guerrier puissant »…. Je préfère Walter.

Sortie de “ALF le film”

Aujourd’hui sort le film « ALF », dont nous avons déjà critiqué le principe, et à voir ce qui en ressort, nous n’appellerons certainement pas à aller le voir.

On est dans une sorte de célébration humaine d’humains, par l’intermédiaire de la « forme » qu’est l’ALF. La libération de chiens n’a pas lieu, le véganisme n’est pas présent, la critique de la vivisection est un prétexte pour présenter, dans un moralisme pessimiste, des humains et leurs problèmes personnels, etc. Ce qui est ridicule quand on sait à quel point l’ALF a toujours refusé la moindre personnalisation et ne se résume pas du tout à une “indignation”.

D’où évidemment le fait que le film soit uniquement focalisé sur les animaux de laboratoire, qu’il faut sauver bien sûr, mais dont le sort est inséparable de tous les autres animaux – c’est justement la base de la libération animale. Cela a l’air d’être un film sur l’ALF, mais sans le véganisme et sans les animaux.

Et puisqu’on parle de l’ALF, on a un exemple de ce moralisme dans l’émission « Vivre avec les bêtes » sur France Inter avec Elisabeth de Fontenay et Allain Bougrain-Dubourg. Ce dernier a parlé de l’empoisonnement de tablettes de chocolat par l’ALF, et le réalisateur du film a parlé de « débordement » de gens se revendiquant de l’ALF.

Cela n’est pas vrai du tout. La moindre personne connaissant un peu l’ALF sait bien que c’est impossible, par principe, puisque toute violence contre un être humain est interdite pour l’ALF.

L’action, contre les barres Mars est d’ailleurs extrêmement connue pour quiconque connaît un minimum l’histoire de la libération animale, a été menée par l’Animal Rights Militia (ARM), dont a fait par exemple partie Barry Horne, l’ARM assumant la menace potentielle contre les êtres humains.

On peut être en désaccord avec tout cela, bien entendu, mais tout mélanger et laisser Allain Bougrain-Dubourg faire le père la morale, c’est se placer en dehors de toute réflexion et tradition propre à la libération animale.

Voici enfin des commentaires de certains médias. Des médias non végans bien sûr, et trop contents de pouvoir casser la libération animale, mais il est intéressant de voir avec quelle facilité le film est rejeté.

Il est évident que le film est passé à côté du cœur de la libération animale : les animaux eux-mêmes, comme protagonistes d’une vie libre. Finalement, peut-être que le vrai film sur l’ALF, c’est celui où on ne voit pas d’humains, mais enfin les animaux.

Voici une critique publiée sur l’Express:

A.L.F.

Par Clément Sautet (Studio Ciné Live)

Bon propos ne fait pas forcément bon film. C’est le cas de celui de Jérôme Lescure car il s’attaque aux conditions de vie des animaux de laboratoire dans une fiction aussi flemmarde qu’indigeste.

Il peine à trouver l’émotion avant la dernière scène, assommant le spectateur d’images d’archives. Il manque également de jugement sur la crédibilité de ses personnages appartenant davantage au Front de libération des poulets de fast-foods qu’à une milice secrète de la SPA. Alors oui, il y a du fond, légitime, mais la réalisation n’est pas à la hauteur du sujet.

Voici l’avis du Monde :

“A.L.F.” : un ciné-tract pour la cause animale

Cette fois, l’acronyme ne se développe pas en Alien Life Form, comme dans “ALF”, la série américaine, mais en Animal Liberation Front, comme dans ces opérations commando qui libèrent des animaux destinés à l’expérimentation. Pas d’extra-terrestre velu donc, mais des bêtes de tous poils soumises à des tortures terrifiantes.

Le film est entrecoupé d’images au statut incertain, filmées dans des laboratoires – singes au crâne percé d’électrodes, chiens délibérément asphyxiés. Il n’est pas question de douter de l’authenticité de ces brèves séquences documentaires, simplement de remarquer qu’elles sont extraites de tout contexte.

On aurait pu y ajouter les rats blancs cancéreux du professeur Séralini, nourris aux OGM, mais très vite on comprend que le réalisateur et scénariste n’est pas ici pour poser des questions. Il préfère répondre à celle qu’énonce l’un des personnages de cette fiction propagandiste : “Que faisiez-vous pendant l’holocauste des animaux ?”.

Jérôme Lescure faisait un film, l’histoire découpée en tranches dispersées dans le temps de l’incursion d’un groupe de militants dans un laboratoire afin d’en extraire des chiens promis à la vivisection. Puisque le dirigeant de ce petit groupe est interrogé par un policier compréhensif, on comprend que l’affaire a mal tourné.

Un bref moment, on se demande si ce militant, Franck (Alexandre Laigner), va se laisser aller au doute. Il faut bientôt se rendre à l’évidence, Franck est un martyr, prêt à sacrifier sa liberté à la juste cause. Il n’aurait pas fallu beaucoup plus qu’un court-métrage pour énoncer cette thèse, qui relève de l’évidence pour ses tenants.

Mais Jérôme Lescure a voulu lui donner la forme d’un long-métrage dramatique. Le scénario multiplie les personnages : une journaliste affligée d’un amant déçu et jaloux, une actrice qui découvre la futilité de son art en le comparant à la grandeur de la cause des animaux, un garçon qui préfère consacrer la nuit de Noël à la libération des chiens plutôt que de rester au chevet de sa mère agonisante.

Ces intrigues secondaires parasitent le propos principal, d’autant qu’elles sont maladroitement dialoguées et jouées, même si l’on voit apparaître de temps en temps quelques comédiens chevronnés (Philippe Laudenbach, Didier Sandre). Cette faiblesse est aggravée par l’absence du morceau de bravoure attendu – la libération des chiens – sans doute impossible à réaliser faute de moyens.

La candeur un peu stridente de ce film en limite l’intérêt, tout en en garantissant la sincérité. A.L.F. est pourtant voué à l’échec, tant sa maladresse lui interdit d’attirer l’attention des indifférents. Au mieux, Jérôme Lescure aura réussi à conforter la foi des convertis.

1-5 novembre sur la ZAD

Voici les chronologies des événements sur la ZAD du 1 au 5 novembre. De très nombreuses actions décentralisées de soutien ont également lieu, on peut trouver leur liste sur cette page.

Pour le 5 novembre :

21h06 : wow, le jour de plus calme depuis un moment :) on attends encore un peut des nouvelles de parkings d’hotel au tour. Demain Far Ouest ou non ?

17h54 : CO-VOITURAGE de Notre dame des Landes 10:30 pour y aller à la manifestation à Rennes !!!!

15h55 : rien de vraiment importante se passe sur la zone, on s’occupe de reconstruire ou ils viennent juste de detruire….

14h20 : les flics sont partis au carrefour ! Circulez libre pendant ca marche !

14h00 : les flics sont encore au carrefour Chêmin de sueze/Fosses noires, filtrage, controle, mais rien de particulaire. A partir de ca il aura des travaux au Tertre.

10h50 : les 4 filles ont été relâchées

10h : résumé de la situation à la forêt de Rohanne : ce matin, les flics ont sortis de la nouvelle cabane les 6 personnes qui y dormaient : 2 ont été emmenées au commissariat de Blain, (contrôle d’identité ? ) les 4 autres ont été emmenées au niveau du carrefour de la Saulce pour contrôle d’identité : une personne a été relachées, les autres attendent la venue d’unE gendarme pour être fouillées

9h30 : les flics sont aussi retournés dans la forêt, pour détruire les cabanes reconstruites pendant le we … deux personnes auraient été interpellées et attendraient unE gendarme pour être fouillées bon, on reconstruira quand ils seront plus loin …

8h30 : on confirme : il faut au moins tout ça de flics ( une dizaine aux quatres coins du carrefour) pour remettre en état une route … du côté du Tertre, pelleteuse et manitou arrivent escortés par deux camions de gardes mobiles.

7h45 : des flics (une dizaine) bloquent la circulation à partir de la Rolandière en direction de Vigneux, et dans l’autre sens au niveau de la Saulce … la DDE serait-elle en train de reboucher des trous entre ces deux cordons ?

6h45 : rien à signaler à l’horizon

Pour le 4 novembre :

19h45 : très calme, mais on ne s’ennuie pas, préparation pour la semaine qui arrive, notamment mardi, pour une 4ieme vague. Il reste encore plein des lieux qui sont encore (très) vitaux, des chantiers à finir etc etc..on sera de retour demain matin comme d’hab, si il y a des choses qui se passent ici entre temps, on vous tient au jus sur cet article, sinon : BONNE NUIT :*

16h35 : deux fourgons GM a Vigneux ! Rassamblement contre l’aeroport eux aussi ?

SUPERBE initiative : Le “surplus de la Loutre” situé dans la légendaire Rue Saint-Michel à Rennes a annoncé un rabais de 20% “sur toute la boutique pour tout achat d’équipement et de matériel concernant la résistance à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes”.

16h39 : confirmé : 2 fourgon Gm et 1 fourgon CRS a NddL

16h11 : plusieurs fourgons a Notre dame des landes et a chapelle sur erdre….a suivre

15h26 : on ne sait pas trop quoi faire avec l’info, mais on n’imagine pas non plus qu’ils s’ amusent juste à faire des allers retours : 10 fourgons de GM vu sur la 4×4 nantes/rennes. Il y a des barricades sur la route entre Ardillières et la Paquelais autour de Phare Ouest. Peut-être que c’est pour ca.

14h14 : Vous etes encore là ? Bien, nous aussi, on travaille un peu sur le site pour qu’il soit un peu plus facile à naviguer, traductions et tous ces travaux qu’on n’arrivait pas trop faire dans l’urgence. Il fait beau en plus :)

APPEL : a tout le monde qui a été blessé pendant les dérnière 3 semaines : qui veut bien, est invité à nous contacter sur zad@riseup.net ! PAs forcement pour faire quelque chose d’interessant, mais deja d’avoir une idée et puis justement pour garder contact avec vous et prendre des nouvelles de votre santé !

12h33 : Youhou ! Tout est calme, plein des belles choses a faire aujourd’hui sur la Zad : Randonner pour découvrir la beauté d’içi, construire des structures a droite et a gauche, discuter avec des gens,….

Pour le 3 novembre :

22h30 : fin de l’AG : prés de 200 personnes pour discuter de ce qu’il se passe ici et ailleurs autour de cette lutte, pas de grandes décisions mais des échanges et rencontres fructueuses.

20h56 : pas trop de choses qui se passent içi niveau gendarmes, par contre nous même on est loin d’ être fatigue et on est encore motivé pour construire, préparer et se retrouver entre nous pour reconforter les esprits. L’amour et la conviction ne se laissent pas trop calculer, n’est-ce pas Jean-Marc ? Tant pis pour vous :P

Bon, d’après Breiz Journal c’est le week-end, à voir après si c’est un week-end tranquilou pour de vrai…

16h03 : des flics sont sur la route près du Farouezt (où il y a toujours des barricades), et 2 camions de GM sont aux Ardillères.

15h50 : 2 camion-benne se dirigent de Notre-Dame en direction des Ardillères, et donc du Tertre.

15h45 : L’hélico passe nous voir…

15h27 : On nous annonce que “un camion de flics posté à La Paquelais empêche les riverains de passer/ravitailler”

14h45 : Puisque c’est calme sur le terrain, parlons du net :

Bonjour, Je tiens à vous signaler qu’un événement pour le rassemblement du 17 novembre a été créé sur Facebook… Il comptait alors plus de 5200 invité(e)s et déjà 160 confirmations… IL A ÉTÉ EFFACÉ !!!!

name=”images61″ 14h : Récapitulatif des arrestations d’hier : Sur les 6 personnes qui ont été enmenéEs à Blain, 4 personnes sont ressorties hier sior à 23h31, puis une autre à 23h45. La dernière personne à été transférée à Saint-Nicolas de Redon et est sortie ce midi, sans poursuites.

10h : des fourgons viennent mettre leurs nez du côté des barricades sur la route devant le farouezt

8h : des nouvelles des interpellé-e-s d’hier soir : sur le 6 qui ont été emmené-e-s à Blain : 4 sont sorties vers 23h30, 1 à 23h45, la dernière devrait sortir ce matin 1 autre personne serait encore à Chateaubriand

Le rdv qui avait été fixé il y a un moment de ça pour une journée de plantations de haies risque d’être un peu modifié, mais pour celleux qui avaient prévu de venir, ça pourra être l’occasion de voir ce que la zone est en train de devenir…et de préparer une prochaine date ! On ne se laissera pas abattre, replantons !

7h : tout semble calme par ici

Pour le 2 novembre :

24h16 : pas des nouvelles des “otages”, on vous tient au courant demain, bonne nuit et see you on the barricades !!

23h30 : 4 personnes viennent d’être libérées a Blain, on attends encore 2 qui sont la bas

22h51 : finalement, il n’y aura pas de fête au Tertre, parce que il n’y a plus un toit sur la maison. Celleux qui veulent peuvent alors aller a la vache rit pour la projection ou au NoName pour la Boum

22h44 : une personne au commissariat de Blain, les autres, pas encore des informations

22h10 : Rappel circulation : les trous sur la route entre Ardilllières et la Paquelais ne sont pas réparé par la DDE qui était quand même sur place pendant le journée de hier. Les signalisations de notre coté de ne pas passer vers la bas, car trop dangereux, étaient énlevé par “des pouvoirs inconnus” qui aimerent trop si quelqu’unE se plante avec sa voiture pour donner la faute aux occupantes. Faites alors bien attention sur cette route la, on s’engage de verifièr les panneaux de signalisation pendant la nuit et le weekend.

22h29 : il y a environ 17 ou 20 fourgon dans ce coin, les gens qui sont venues en renfort ne peuvent pas approcher, il n’y a pas de moyen de voir sur place. L’illégalité est sur quelle coté monsieur le préfet ?

22h26 : des infos qu’on a, il aurait des arrestations parmi les gens qui étaient sur le toit.

22h11 : ils sont en train de défoncer le toit de Tertre, il y a plein d”amiante, c’est strictement ILLEGAL !!!!!!!!!

20h50 : encore pas des nouvelles, on attends impatientment, tout comme vous… :)

20h31 : ils commencent de détruire le toit de la maison, alors il y a encore une personne sur le toit et une deuxieme dans le cheminé. bande de brutes dangereuses.

20h30 : 5 or 6 personnes interpellées, on ne sait pas encore ou, dés qu’on sait, appellez le commissariat a fond pour demander liberation svp !

19h55 : il y aurait une pelleteuse qui était vue en direction de chênes de pérrière ; ils veulent détruire cela aussi….

19h51 : ils ne sont pas très drôles : intervention très offensive, 150 gendarmes, la physionomiste, les grimpeurs..il y a encore des gens sur le toit

19h46 : ils essaient de faire descendre les gens de toit seulement avec une pauve échelle ; ce n’est pas une façon très légale de faire ….

19h44 : 4 fourgons de plus qui arrivent sur place, avec une échelle sur le toit

19h39 : ca été vite – les gendarmes sont revenus au Tertre, ils ont vidé la maison, il reste encore 2 personnes sur le toit, il y aurait 6 personnes mise à l’écart, sur le mauvaise coté de la “barricade”

19h15 : plusieurs fourgons vus en direction de Tertre

Petit message a la DCRI : Arrêtez nous envoyer des propositions de dons de kalashnikov, on n’en a pas de utilité ! Le fameus rêve de “lutte armée” est bien celui de la Prefecture ! :)

18h12 : Ce soir Projection Lutte Anti THT / Convergence de luttes a la nouvelle maison, suici par une BOUM Anit Aeroport !!

18h : on cherche un vehicule, bien grand, pour recupérer des affaires au Tertre !

entre temps, régalez-vous avec ce p’tit chef d’oeuvre de discussion entre Sous préfet et militantes VIDEO

17h41 : les 10 fourgons de playmobiles sont en train de gaspiller de l’essence : partis du Tertre, revenus pour repartir direction de Temple. Ils ont laissé un 4/4 et un fourgon pour bloquer le carrefour de chênes de pérrière.

17h25 : 6 fourgons partens direction Temple ! Au revoir :)

16h48 : 10 fourgons de GM a Vigneux Super U, peut-être ceux qui sont partis du Tertre, peut-être d’autres, on sait pas. PEut-etre qu’ils font les courses pour la fête de ce soir, mais on les a pas trop invité…

16h39 : Les gendarmes ont décidé de laisser un vigile avec son chien tout seul a la maison, ce dernièr a décidé en revanche de partir pour une balade avec son chien ( pas mal comme idée on trouve ! ), du coup, la maison est occupée et tout le monde est invité de venir ce soir ( après constructions bien évidement ! ) avec de quoi boire et manger pour fêter ensemble cette magnifique et forte résistance contre l’Aeroport à Notre dame des Landes ! YEAH :)

16h35 : la situation vers la maison occupé ne change pas trop, il y a deux vigiles d’arrivé, avec leurs chiens, les gendarmes sont partis :)

16h02 : les gens par terre sont dehors la maison, poussé par les gendarmes sur le champ coté, il y a 7 personnes sur le toit…

15h54 : la maison est encerclée, il y a 5 ou 6 personnes sur le toit, ça se passe pour l’instant calmement, vu le rapport de force disproportionné ! renfort demandé, en bon enfant pour soutenir de l’exterieur !

15h43 : les GM’s ont essayé de negocier avec les amiEs sur le toit de descendre sans arrestations, la réponse fermement NON, recul des GM’s pour revenir. Là, ils sont en position pour repousser les gens en bas dans la maison…

15h21 : les fourgons sont arrivées vers le Tertre a la maison nouvellement occupée. Les GM’s sont sortis de fourgons, il y a des gens à l’interieur et sur le toit.renfort demandé !

15h18 : 9 fourgons de GM vu en passent la maison rose en direction Pré Faillit, Tertre, centre Zad,

14h17 : La Maison au Tertre est occupé, il y a du monde, bon enfant ! Ce soir, il aura une fete au NoName, vennez avec des bottes, la musique et buvette si vous avez !!

Un peu de lectures de différents récits de ces derniers jours : ici

12h10 : un chantier est en cours au No Name : quand les chats ne sont pas là, les souris dansent !

12h : une nouvelle occupation sur la Zad ! Invitation :

Du haut bocage de la région nantaise An 40 de la lutte Au 18e jour (environ) de la bataille Au petit matin pluvieux

NOUS SOMMES (TOUJOURS) TOU-TE-S DES HABITANT-E-S QUI RESISTENT

Aujourd’hui, 2 novembre 2012, au lieu-dit Le Tertre, des habitant-e-s sont de nouveau contraint-e-s à quitter leur maison et leurs terres.

Après trois semaines d’expulsions, de destructions et d’invasion militaire, Vinci et ses sbires continuent à essayer de vider la zone pour respecter le calendrier de leur absurde projet bétonneur.

Mais comme au Liminbout et aux Fosses Noires, nous sommes encore là pour empêcher la destruction d’un lieu de vie !

La résistance grandit de jour en jour. Nous sommes de plus en plus nombreureuses et de plus en plus résolu-e-s à défendre la ZAD.

A celles et ceux qui voudraient opposer habitant-e-s légaux/légales et illégaux/illégales, “opposants historiques” et “jeunes violent-e-s”, voici une autre preuve que nous sommes tou-te-s des habitant-e-s qui résistent !

Et nous sommes tou-te-s là au Tertre à partir de vendredi midi pour un week-end de fête, de discussions, de retrouvailles.

Venez avec les gens que vous aimez, vos sacs de couchage, vos paniers remplis de victuailles et de toutes vos bonnes idées !

Ne les laissons pas détruire nos vies !

A chaque expulsion une nouvelle occupation !

8h25 : finalement, ça ne serait pas des problèmes de communication mais juste que pour l’instant il ne se passe rien … les flics font le pont ?… du coup, y a qu’à en profiter pour reprendre des forces pour les prochains jours et les reconstructions à venir ( .. . parce que là, il pleut des cordes… )

7h : quelques problèmes de diffusion de l’information, on vous tient au courant dés qu’on a des nouvelles

5h45 : tout est calme sur la ZAD …

Pour le 1er novembre :

21h12 : pas de nouvelles des amiEs, les GM sont partis, circulation encore au tour de la zad, mais on d”vrais eter calme pour aujourd’hui !!

19h23 : pas des nouvelles des deux amiEs arretées ou non.

18h19 : tout est plutot calme on dirai….

16h22 : barrage au Ardillières, ils fouillent les vehicules, contrôle de ID !

16h40 : départ des flics… il y aurait deux personnes arrétées

15h50 : du côté du farouezt, tout le monde est toujours à son poste : les flics repoussent, les résistant-e-s résistent : ça se passe entre le sabot et le pimki en ce moment. Aujourd’hui, déluge et grêle sont de la partie aussi …

15h20 : les flics sont revenus, accompagnés de la DDE. ils ont fait les premières sommations et passent par les champs

14h50 : les flics y ont fait un nouveau petit tour …

13h30 : la barricade sud du far serait remontée…

12h10 : 2 camions benne de l’entreprise transports ABLO accompagnés d’un berlingot de gendarmerie ont été vus allant du chemin de Suez vers Vigneux. La barricade sud du Far (sur la D281) est prise par les flics.

11h53 : les flics chargent à la barricade sud du Far (sur la D281). Ils ont fait les sommations et chargent avec lacrymo. Il y a du renfort de notre côté mais les flics arrivent aussi du côté droit par le champ.

11h50 : les camions benne quittant le Pré Faillit déchargent les “déchets” sur la plateforme Keolis à Vigneux, le tout sans escorte.

11h45 : une quinzaine de fourgons de GM ont été vus stationnés sur un parking à un rond-point sur la route entre Nantes et Treillières.

11h40 : les flics prennent position au niveau de la barricade du Far, ils semblent vouloir l’attaquer.

11h28 : ils détruisent la maison du Pré Faillit, entourés de 4 fourgons de GM.

11h15 : 4 fourgons de gendarmes mobiles sont maintenant au niveau de la barricade. Ca se multiplie …

11h10 : 2 camions et 1 voiture de flics vont de la Paquelais à la barricade sud du Far Ouezt. Ils sortent de leurs véhicules et observent la barricade.

10h50 : une dizaine de camions benne vont en direction du Pré Faillit, non escortés (mais les flics sont peut-être déjà sur place là-bas)

9h09 : cool, on sera calme aujourd’hui ! très bien, allez construire des cabanes :)

7h17 : Bonjour ! Rien a signaler, tant mieux, quand même pas aujourd’hui !

Les messes avec animaux de l’église Sainte-Rita

Nous parlions hier du rapport de la religion aux animaux, de la démagogie qui existe, et récemment également de la question des « bénédictions » faites aux animaux, une absurdité pour le dogme catholique, mais un phénomène existant en raison de l’opportunisme religieux.

C’est cette contradiction qui a fait que l’église catholique parisienne Sainte-Rita n’était pas si connue, alors que son responsable avait un jour décidé de faire rentrer pour la messe une dame avec son chien au lieu de laisser celui-ci dehors.

Voici comment est présentée la chose par une croyante :

« Eliane considère que les animaux sont des créatures de Dieu et qu’ils ont une âme.

Fervente croyante de l’église catholique, elle a donc trouvé tout naturel d’emmener Loel, son petit caniche blanc, à la messe.

Mais bien sûr, cela fit à plusieurs reprises scandale. Les gens partaient ou chassaient la pauvre Eliane en criant au sacrilège !

Lassée, Eliane ne fréquenta plus les lieux saints, jusqu’au jour où elle rencontra le prélat de l’église catholique Gallicane Sainte Rita, qui, lui, accueille, avec bienveillance ces petits êtres à l’âme simpliste mais si pure.

Eliane, redevenue fidèle paroissienne de Sainte Rita, en a convaincu bien d’autres de venir régulièrement avec leur chien suivre l’office du dimanche dans une ambiance de prière et de chants. Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’y a ni aboiement, ni jappement, ni la moindre déjection pendant l’office. Ces petites créatures sont tout compte fait bien sages.

Près de 400 personnes plus le cheptel, soit mille créatures de Dieu présentes à la messe des animaux.

Chaque année (premier dimanche de Novembre) à l’église Sainte Rita, à l’occasion de la solennité de Saint François d’Assise (1182-1226), une messe est célébrée spécialement pour les animaux. Durant ce moment unique, il y a affluence rue François Bonvin dans le XVème.

De nombreuses personnes assistent étonnés, devant l’église, au défilé de dromadaires, zèbres, lamas et même tortues, poissons, lapins, chats et chiens tous réunis pour la bénédiction. Il y a bien quelques réticences dans un certain clergé, mais finalement, l’initiative du père Philippe est bien vécue ! Il y a donc certainement un paradis pour tous … »

On est ici dans une hypocrisie, tant de l’Église par rapport à ses propres enseignements religieux, que de la part des gens, qui ne forment bien entendu pas une église végane… si tant est que cela peut exister.

L’église doit en tout cas être détruite. Située à Paris, c’est un bâtiment assez moche du 19ème siècle, construit dans le style néo-gothique, sans aucune valeur sur le plan de l’architecture, elle n’a aucune chance d’être protégée de la démolition.

Or, c’est une église qui appartient à l’église catholique suisse, qui a d’ailleurs décidé de la vendre, en raison des trop grands frais qu’elle occasionne (et encaissant 3,3 millions d’euros en passant). A la place, il doit y avoir la construction de 19 logements.

Une pétition pour la sauvegarde de l’église a été faite, et il est intéressant justement de voir comment les animaux sont directement utilisés pour valoriser la religion :

À l’attention de Commission du Vieux Paris

Il n’y a guère d’espoir pour la patronne des causes désespérées. L’église Sainte-Rita devrait bientôt disparaître. A sa place, des logements sociaux verront le jour. Elle a été vendue à un promoteur, faute de moyens pour l’entretenir.

L’église Sainte-Rita de rite gallican bien connue pour sa bénédiction annuelle d’animaux devrait être démolie. Faute de moyens pour l’entretenir, l’association cultuelle suisse, l’Église apostilique de Suisse, propriétaire des murs l’a vendue. Elle laissera place à une trentaine de logements sociaux.

L’Église gallicane de Paris souhaitait racheter l’édifice mais il lui aurait fallu récolter plus de 3 millions d’euros. Et le miracle ne s’est pas produit, pas de généreux donateurs en vue… Pourtant l’activité cultuelle de Sainte-Rita est notable: 3 messes dominicales, un messe quotidienne et près de 250 mariages ou baptêmes par an.

L’église de style néogothique a été jugée sans intérêt architectural et patrimonial par la Commission du Vieux Paris chargée de donner son avis sur le patrimoine et l’urbanisme de la capitale lors des demandes de permis de démolition.

Donc la seule façon de remercier Sainte Rita et de cliquer sur la mention j’aime pour croire jusqu’au bout qu’ils ne démoliront pas cette église si sacrée.

Comme on voit très bien, les animaux sont utilisés idéologiquement, comme preuve de bienveillance, et le père Philippe n’hésite pas à se vanter qu’il y ait eu des zèbres, tout en expliquant qu’il aurait aimé avoir eu à bénir un kangourou !

C’est une vaste escroquerie, alors que chaque jour sur la planète, c’est un véritable écocide qui se joue. Cette église prône le fait de bénir son animal, ce qui amène à perdre de vue l’essentiel: que la vie n’a pas été donnée par Dieu, mais qu’elle existe en tant que telle, qu’elle forme un tout cohérent : la Nature, qu’il s’agit de défendre face aux attaques toujours plus destructrices!

“Cheb l’agneau”

Cheb l’agneau est un projet commercial, une chanson à teneur humoristique à télécharger sur son portable de manière non gratuite évidemment, alors qu’on le trouve déjà sur internet.

Là où cela nous intéresse directement, c’est le texte chanté par « Cheb l’agneau. » Voici ce qu’il chante :

Salam Alikoum Ya la famille y’a les loukoums
On fait la fête Ils m’courent après pour des brochettes
Moi chui normal Jveux pas finir en Chich Kebab
Je file en douce Pour pas trôner dans un couscous !

Tout le texte est du même type, l’agneau expliquant qu’il ne veut pas mourir.

Sur la page Facebook ouverte fin juillet, on lit la présentation suivante :

Biographie
J’ai 1 an. Je suis né en région parisienne. Je n’ai pas connu mes parents.
Je suis donc livré à moi-même et et je sais que tout le monde veut me manger. Surtout que les fêtes de l’Aïd approchent.
Alors j’ai voulu me faire entendre et sortir mon clip sur Youtube pour obtenir votre pitié. Je veux continuer de chanter, de rire et gambader avec mes copains.
On va diffuser des clips à la télé et tout ça pendant le Ramadan, on verra bien si ça marche…
On m’a dit que si j’avais beaucoup de gens qui rejoignaient la page Facebook, on me laisserait tranquille.
Je croise les sabots.
Description
Moi c’est Cheb L’agneau !
Passions du groupe
Mâcher de l’herbe

En fait, ce projet n’avait pas du tout marché et là il est relancé, avec notamment des publicités sur des chaînes de la TNT.

De prime abord, quand on voit la tonalité de la démarche, on peut se demander si ce n’est pas encore une provocation raciste comme on en a tristement l’habitude. Les racistes sont « malins » et ont compris qu’ils pouvaient jouer sur l’opinion publique par la question animale.

Et au lieu d’aller dans la direction d’un véganisme universel, on a une critique raciste d’une certaine exploitation animale, à la place d’une critique non raciste de toute exploitation animale.

La vidéo n’a d’ailleurs pas été faite par des personnes musulmanes, et les incohérences sont pointées, avec une grande connivence, dans différentes vidéos par l’humoriste musulmane Samia Orosemane (le mouton est sacrifié à la fin du Ramadan, pas pendant le Ramadan, toutes les personnes musulmanes ne sont pas arabes, etc.).

Tout cela fait beaucoup de commerce et de religion, pour une cause n’ayant rien à voir. Mais c’est bien quelque chose qu’il faut voir.

Les personnes qui mangent halal, ou casher, i-tal (dans la religion rastafari) ou même végétarienne finalement, ont l’impression de suivre une éthique correcte. C’est du faux véganisme, quelque chose qui a la prétention du véganisme, mais qui ne l’est pas.

La question animale étant brûlante, et la grande masse des gens aimant bien les animaux, tant le commerce que la religion jouent là-dessus.

Les chasseurs aussi d’ailleurs, si on y regarde bien. La chasse serait proche de la nature, la chasse permettrait de vivre en harmonie avec la nature, la chasse permettrait de réguler la nature, etc. etc.

Dans tous les cas, c’est la même chose, la Nature est niée, mais « la nature » est utilisée dans un système justifiant l’oppression et l’exploitation.

On pourrait bien entendu arguer que « Cheb l’agneau » fait passer un message sympathique. Ce serait une grande naïveté par rapport au climat social en France, qui fait que les gens voient toujours ce qu’ils veulent voir par rapport aux valeurs qu’ils ont déjà. L’aspect principal ne sera pas la question animale en général, mais bien entendu ce qui relève du fantasme et d’obsessionnel concernant l’Islam.

L’Islam comme obsession est une démagogie pour masquer les problèmes sociaux, et c’est pareil pour la question animale: c’est un moyen de détourner de la vraie cible: l’exploitation animale !

Jan Fabre, pseudo artiste maltraitant des chats

En période de crise économique, tout ce qui est sentimental et naturel « passe à la trappe. » Déjà, normalement, les valeurs positives, progressistes, n’étaient pas partagées par la plupart des gens, mais il y avait encore des limites.

Avec la crise, tout est permis, ou tout au moins semble permis. Et ce qui est appelé art contemporain joue un rôle de premier plan dans la diffusion de la barbarie.

Le pseudo artiste Jan Fabre l’a découvert à ses dépens. Il faut dire pseudo artiste, car pour avoir fait ce qu’il a fait, il faut avoir une mentalité de barbare, et les barbares ne font pas d’art. Les artistes auto-proclamés, qui s’imaginent artistes car des personnes riches utilisent leurs oeuvres comme placement financier, n’ont rien à voir avec l’art.

En l’occurrence,  cet « artiste » belge a décidé en effet d’organiser une performance consistant à lancer des chats en l’air, à l’Hôtel de ville d’Anvers.

Voici à quoi cela ressemble, dans la vidéo ci-dessous. On peut entendre les chats miauler et se faire mal. Ce qui ne viendrait pas à l’esprit bien entendu des barbares qui ont passé leur temps à les jeter !

Cette performance a comme prétexte un documentaire sur Jan Fabre de la société de production française, Regards Production. Jan Fabre s’est dit qu’il répéterait bien ce qu’on voit dans la photo « Dali Atomicus. »

Voici cette photo, où les pauvres chats ont dû enduré la violence pendant 6 heures et 28 essais…

Seulement, en prenant les chats pour de simples objets, Jan Fabre s’est lourdement trompé : la barbarie n’est pas encore à l’ordre du jour, et les réactions ont été vives. Voici ce que raconte Le Figaro à ce sujet :

Malgré ce mea culpa, l’artiste aurait reçu près de 20.000 e-mails de menaces et d’insultes. Dimanche dernier, il aurait été agressé physiquement dans un parc de la ville, alors qu’il faisait son jogging. Jan Fabre dit avoir été frappé avec une matraque par sept hommes. «J’ai dû courir pour sauver ma vie», affirme-t-il.

Depuis, deux agents protègent son domicile. Malgré cette protection, l’artiste a préféré dormir à des endroits différents chaque nuit. «J’ai reconnu que c’était une erreur, mais aucun chat n’a été blessé et je me suis excusé. Que pourrais-je faire de plus?», soupire-t-il dans la presse belge.

Jan Fabre n’en est pas là arrivé par hasard, sa démarche est totalement nihiliste. Déjà, il avait recouvert de 1,4 million de carapaces de scarabées le revêtement du plafond de la salle des Glaces du palais royal de Bruxelles, inauguré en octobre 2002.

Voici ce à quoi cela ressemble, pour l’anecdote la reine Paola de Belgique avait trouvé cela très bien et avait même mis « la main à la pâte » en participant tout un après-midi au « collage » !

Dans un autre registre, Jan Fabre avait organisé une performance montrant un concours de masturbation. On touche le fond, et voici d’ailleurs quelques réactions, souvent social-darwinistes, qu’on trouve en commentaires sur un site lié au Monde et relatant l’affaire.

Là aussi on est en plein cynisme, en plein dédain, dans l’absence de la moindre dignité, dans la négation du respect… ou bien au contraire dans la compréhension que quelque chose ne tourne pas rond. Souvent malheureusement, la critique est plombée par des cyniques opposant les humains aux animaux. Comme si sur la Terre, tout n’était pas lié socialement, naturellement, dans la réalité même de notre existence, avec nos cinq sens.

Il faut être un barbare pour traumatiser des chats, prendre le risque de les blesser, pour un happening pseudo artistique, voilà tout simplement l’évidence! La réfuter, c’est réfuter la vie dans toute sa dignité, c’est avoir une conception religieuse de la vie, où des choses auraient de la valeur au-delà de la réalité la plus simple, la plus évidente, la plus parlante: les êtres vivants veulent vivre dans la bonheur, la tranquillité, la compassion, la solidarité…

Semaine internationale d’action contre Air France-KLM du 1er au 8 décembre

Hier a commencé une semaine militante dans le cadre de la campagne internationale “Gateway to hell”, afin que la société Air France – KLM cesse le transport d’animaux destinés à la vivisection.

Voici l’appel, relayé en France par Air Souffrance qui s’occupe de la campagne:

Pour fêter le relancement officiel de la campagne Gateway To Hell, une semaine d’action contre la cible numéro un de la campagne a été fixée du 1er au 8 décembre.

Pendant cette semaine les militants à travers le monde organiseront des actions de tout genre pour demander à Air France-KLM, et d’autres cibles, d’arrêter le transport d’animaux pour les laboratoires.

Air France-KLM est un lien vital dans la chaine de la vivisection en transportant des animaux depuis les élevages d’un coin de la planète vers des laboratoires de l’autre côté du globe. Pour en finir avec l’expérimentation animale, nous devons couper l’approvisionnement et nous ne pouvons pas le faire tout seul.

Nous pouvons vous apporter une aide matérielle en tracts et affiches, cependant, seulement VOUS avez le pouvoir d’organiser une action dans votre région pour cette semaine d’action très importante !

Il y a quelques jours avait eu lieu un rassemblement devant une agence commerciale d’Air France – KLM, à Toulouse. En voici le compte-rendu:

FRANCE : Action contre Air France KLM

Samedi, 27 Octobre, 2012

Manifestation devant l’agence commerciale de Toulouse.

15 militants de la défense animale ont manifesté devant l’agence commerciale Air France – KLM de Toulouse.

Pendant 2 heures, ils ont informé les passants et clients sur les passagers que cache la compagnie au moyen de pancartes, et de tracts.
Beaucoup d’entre eux ont signé la pétition. La présence d’un “singe” se promenant avec une pancarte attira aussi beaucoup les toulousains.

Les militants ont également rappelé à Air France – KLM quel était le sort réservé aux animaux qu’ils acceptent de transporter et leur rôle dans cette pseudo science à l’aide de discours au mégaphone et de slogans (Air France – KLM assassins / Air France Air Souffrance / Collabo des labos).

Pour la première fois, la directrice de l’agence est sorti pour prendre les militants en photo malgré la demande des organisateurs de ne pas le faire sans avoir demandé la permission aux personnes photographiées car il s’agissait de plans rapprochés. Elle déclara avoir le droit car les photos ne serait pas diffusées.

Elle prenait ces photos dans le but de faire un dossier contre les manifestants car ceux ci étaient, selon elle, trop près de l’agence et gênaient l’entrée des clients.

Certains se seraient plaints une fois entré dans l’agence, d’où ils ressortaient par une porte donnant dans la rue adjacente. Elle était également dérangée par le fait que, contrairement aux fois précédentes, elle n’avait pas été mise au courant de l’action.

Les organisateurs lui répondirent que, concernant leur placement face à l’agence aucun agent de police ne leur avait dit de s’éloigner et pour ce qui était de la déclaration, celle ci avait été faite, et que le fait qu’ils aient ou non été prévenu n’était pas leur problème. Elle conseilla également à la militante utilisant le mégaphone de se tourner vers la rue, cela serait plus utile pour informer plutôt que de déranger ses clients.

Ce à quoi la militante répondit que le mégaphone n’avait pas pour but d’informer les passants mais bien de déranger les clients et employés d’Air France – KLM, Air Souffrance étant une campagne de lobbying.

La directrice déclara que les employés d’Air France n’étaient pas dérangés (pourtant, leur regard noir derrière les comptoirs prouvaient le contraire) et que si les militants souhaitaient vraiment les gêner, il fallait se rendre sur les pistes de décollage. Puis elle retourna dans l’agence et n’en sortit plus.

Air France – KLM cherche à éloigner les manifestants de ses agences, ce fût le cas à Paris, nous verrons quelle suite sera donné à Toulouse !
Air France – KLM, cela ne fera pas faiblir la motivation des militants, toujours plus nombreux. Ils seront face à tes agences, dans tes aéroports… tant que tu n’arrêteras pas ces transports sordides.

Voici l’article de La Dépêche à ce sujet:

Contre le transfert des animaux en avion

Réunies dans le cadre de la campagne «Air Souffrance», quelques personnes, dont l’une déguisée en singe, stationnaient une nouvelle fois samedi après-midi devant l’entrée des bureaux de la compagnie Air France, boulevard de Strasbourg pour dénoncer avec véhémence et porte voix, le fait que Air-France KLM, contrairement à bien d’autres compagnies aériennes, continue à transporter en soute des singes (Maggots et des chimpanzés) en provenance de l’île Maurice, et des chiens (essentiellement des beagles très dociles), à destination des laboratoires.

«Mis dans des caisses, raconte Camille, une militante, on leur donne peu à manger et pas à boire pour éviter qu’ils ne souillent les soutes. Huit sur dix mourraient avant d’arriver à destination. C’est au cri de «Air France France-KLM assassins», que ces militants tentaient d’alerter les passants et les employés de la compagnie, imperturbables…

29-30-31 octobre sur la ZAD

Voici la chronologie pour les trois derniers jours.

Pour le 31 octobre 2012:

21h30 : on a eu des problèmes à relater les infos, à cause de la présence militaire massive dans la zone. Les gendarmes ont d’ors et déja prévenu qu’ils seront encore là demain. Récapitulons : les cabanes de la forêt de Rohanne ont été détruites. Les flics ont mis en danger à plusieurs reprises les habitantEs de la forêt qui sont heureusement en bonne santé et prêtEs à continuer la lutte et à reconstruire dès demain. Le Sabot a été détruit ainsi que les Sans Chênes et le No Name. Les flics n’ont quitté la zone que vers 21h. On nous a appris que dans la journée des personnes s’étaient faites tiré dessus à coup de flash ball et grenades lacrymos depuis les hélicoptères. Le Phare Ouest tient toujours.

On apprend par des personnes présentes dans la forêt de Rohanne que les policiers en ont tabassé plusieurs, dans les cabanes puis dans le manitou pendant la descente : coups de genous, cheveux arrachés, étouffements, doigts dans les yeux, autant de violence absolument inutiles de la part des représentants de l’”ordre” républicain.

18h29 : une pelleteuse continue à travailler dans le Champmé, avec des projecteurs

18h07 : bilan (d’après ce que l’on sait) du côté des interpellations d’aujourd’hui : 4 interpellé-e-s au Sabot, dont 3 dont on est sûr qu’illes ont été relâché-e-s ; 5 contrôles d’identité dans la forêt de Rohanne, qui ont été gardé-e-s une ou deux heures menoté-e-s à un arbre dans la forêt.

16h25 : les flics sont sortis de la forêt, un peu poussés par les gens présents au sol, à qui ils ont répondu par des lacrymo.

16h12 : les flics sont bien partis du côté du Phare !

16h45 : on cherche d’avoir des infos de nos amiEs au Phare Ouest, pas si mauvaise : le Phare est encore debout, on éspére que nos amiEs aussi, sur la platforme, pareil !

16h22 : nos affaires comme mobilhome et plusieurs caravanes sont mise sur le parking de palazzio, discotheque a Vigneux de Bretagne.

16h05 : une depanneuse avec le mobilhome de Sabot est en train de ammener nos affaires a NOUS direction St. Etienne de Mont Luc !

15h55 : il parait que la mission dans le fôret est abandonné, les deux personnes dans les arbres très haute sont pas évacuées. :) La cabane de filles au centre Zad dans le champmée ( en face de Sabot) est détruit, le Phare existe toujours !

Pour info et pour se préparer à rigoler un peu : “Le magazine du Conseil Régional 44 devrait sortir demain avec en couverture le futur aéroport et un dossier intérieur promotionnel du projet d’Ayraultport.”

15h40 : ils sont en train de déblayer une cabane du Champs mé

15h15 : 3 personnes ont été descendues d’une cabane de Rohane, il en reste au moins 3 personnes au dessus des cabanes qu’ils détruisent.

ALERT : Perquisition à la sécherie !!!! ils essayent vraiment par tout les moyens de se ridiculiser !!!

14h45 : 80 flics signalés autour de la Sécherie pour une opération judiciaire ?

14h30 : deux de descednu-e-s (celleux de tout à l’heure), deux de remonté-e-s ! c’est ce qui se passe en ce moment à la forêt de Rohanne !

14h25 : des gens sont sur le toit du Farouezt, les flics sont au niveau d’une des barricades du Farouezt

14h15 : 2 autres personnes descendues … mais combien sont-illes !!

14h : 3 personnes descendues de la cabane… et il en reste encore !!

13h50 : une des personnes de la dernière cabane a été descendue de l’arbre et emmenée (pour un contrôle d’identité ? on ne sait pas s’ils l’emmenent ailleurs ou s’ils font ici)

13h25 : les “forces de l’ordre” s’attaquent au dernier arbre à cabane de la forêt de Rohane

13h15 : les flics sont autour dans les champs autour du Far ouest

12h55 : les flics ont dégagé toutes les personnes qui étaient au sol

12h40 : des gens se sont “encordé-e-s” au pied de l’arbre où se trouve la dernière cabane de la forêt de Rohanne, les flics commencent à les virer. Ils ont éloignés le reste des gens qui étaient en soutien au sol

12h20 : on apprend que la cabane du Sabot a été détruite…. plein de belles choses s’y sont passées ces derniers jours, avant aussi, et il s’en repassera ! Resistance is fertile ! les flics sont entrés aux 100 chênes, ils ne sont pas encore au Far Ouest dans la forêt, ils commencent à détruire une troisième cabane. La forêt est toujours accessible par l’ouest, et du soutien toujours le bienvenu !

11h50 : toujours des gens dans une cabane dans un arbre et au dessus d’une autre cabane. Ne pas hésiter à venir les soutenir d’en bas !

11h30 Debrief de journée : Sabot : les flics ont la cabane, la physionomiste a prise le maximum des informations sur place. Phare Ouest : il y a beaucoup des fourgons en face de barricade, il y a un peut de tension, a suivre Fôret de Rohanne : le bonhomme tombé est en train de se faire soigné par les pombiers, le manitou est trop petit pour acceder aux gens sur les arbres. Ils sont en train de détruire une cabane avec une pelleteuse, sans faire ettention que il y a encore une personne plus haute dans le même arbre. Courage copine ! on t’aime !!

11h27 : le héli reviens ! Phare Ouest tiens encore des barricades.

11h15 : ils détruisent une des cabanes dans un arbre à la pelleteuse. Il y a une personne plus dans les arbres au dessus de cette cabane.

11h : nouvelles de la forêt de Rohanne : 2 cabanes sont en train d’être détruites, une par une pelleteuse, une autre par une équipe de grimpeurs. Il reste encore 2 cabanes intactes, et leurs occupant-e-s ! Il y a eu une tentative de descendre une personne avec un manitou, mais le bras était trop court pour l’atteindre…on pense à vous !

10h20 : nouvelles du Sabot : la cabane a été vidée de ses occupant-e-s, les flics seraient montés sur le toit. La circulation ( piéton compris) est bloqué du Pimki jusqu’au No name, des flics seraient cachés dans les champs de maïs… forêt de Rohane : de nouvelles pelleteuses arrivent. Il reste des personnes dans les arbres où se trouvait la plateforme collective ! dire que le sous-préfet est persuadé que la forêt de Rohane a été évacuée hier …

10h : forêt de Rohane : les flics ont descendu les personnes qui étaient sur la plateforme, il n’y aurait pas de blessé ( même si qq’un s’est cogné la tête) . Un des grimpeurs des flics était resté sur la plateforme, a coupé une corde et est tombé. La plateforme lui serait ensuite tombée à proximité … il parait que ça n’empêche pas les travaux de continuer… c’est vrai que la solidarité n’est pas ce qui caractérise les flics …

9h50 : dans la forêt de Rohanne, ils détruisent la plateforme de la cabane collective à la pelleteuse et au manitou

9h25 : le sous-préfet est aux 100 Chênes … et essaye de discuter pendant que les pelleteuses sont en action dans le champ du Sabot. On leur a pas déjà dit qu’on reviendrait ? les flics continuent les contrôles d’identité (avec la physionomiste) des gens qui sont dans la cabane, et refusent de laisser la boisinière sortir …. du côté de la forêt de Rohanne, les grimpeurs se mettent en place autour de la plate-forme de la cabane collective … 9 fourgons de flics ont été vu sur la route entre les ardillières et NDDL ( en direction de NDDL)

8h50 : les dernières nouvelles du sabot : les flics seraient en train de contrôler les personnes dans la cabane ( identité) , pas de nouvelles des gens du toit, et un convoi de pelleteuse, camions bennes, dépanneuse en vue. Une des personnes arrêtées devant le sabot aurait été relachée. Dans la forêt de Roahnne, une trentaine de GM et 6 grimpeurs ont été signalé, les gens au sol se sont mis en tortue… n’hésitez pas à venir les rejoindre !

8h25 : l’huissier est arrivé et demande aux gens de descendre du toit

8h18 : confirmation de deux arrestations, violemment semble-t-il, devant la cabane du Sabot

8h10 : les flics sont entrés dans la cabane du Sabot, mais il y a toujours du monde sur le toit ! il semblerait que les camarades demandent l’intervention d’un huissier ( … celui qui n’aurait jamais eu les papiers qu’il faut les fois précédentes ? !!)

8h00 : il y ad u monde sur le toit de Sabot, de gens dedans, il resistent ! VINVI DEGAGE et rammene tes chiens de Garde mobiles !! Tennez Bon les amiEs la bas, on est avec vous !!!

7h59 : Sabot au tour de cabane tout est lacrymogéné, les flics sont au tour a 5 metre de distance

7h55 : de tirs de lacrymo, encore un coup de boor1. Vers le fôret il y a environ 10 fourgons de gm vers le fôret de Rohanne

7h50 : donc, la circulation aux carrefours Ardillières, Fosse noires/Fôret de Rohanne, Paquelais est bloquées, les gendarmes sont la ou ils veulent intervenir aujourd’hui : Au Sabot 4 fourgons de GM qui viens de arriver. Premiere sommaiton au Sabot

7h23 : deux fourgons aux Ardillières, aussi a Notre dame des Landes et l’Epines. Ils sont aussi massivement vers notre magnifique Fôret de Rohanne. Et le Hélico est la et déviens plus et plus offensif, vol très bas et fait passer les sirenes parfois.

6:55 : Bonjour ! Rien a signalé pour l’instant….

Pour le 30 octobre 2012:

22h50 : il y a 5 fourgons entre maison rose ( vers Temple de Bretagne ) et la zad, direction Zad. On ne sait pas trop pourquoi a cette heure ci, même temps, il faut pas toujours essayer de tout comprendre.

20h : AG sur la ZAd ! On est peut etre pour un petit moment pas très active ici, si jamais il n’y a pas des interventions. Sinon on sera au retour comme depuis 16 jours :) entre temps lecture : http://pays-de-la-loire.france3.fr/2012/10/30/lettre-ouverte-de-patrick-warin-francois-hollande-contre-laeroport-nddl-132819.html

Message a vous qui nous suivent ici : merci pour le soutien, restez avec nous, demain sera un autre jour de follie et on sera encore la :)

19h33 : 7 camions de GM été vu entre Nantes et Zad, direction ZAD. PF, laissez nous tranquilles ce soir, vous avez détruit assez pour aujourd’hui. Les deux amiEs de la Saulce sont liberé ! :) Bienvenue a la maison nos amiEs courageuses, on vous attends avec impatience !

19h14 : les flics sont partis de Sabot, en disent a demain…

19h05 : En attend des nouvelles de nos amiEs dans les lieux differentes, voici un peut de lecture, envoyé en solidarité :

Le prefet de Loire Atlantique et sa famille descendent de la famille Galliard de Lavernée, anobli en 1747 en Franche-Comté fait partie de l’Association de la Noblesse Française.

Elle fait partie des quelques “familles subsistantes de la noblesse française”. ce sont des familles qui peuvent prouver qu’elles descendent en lignée naturelle (sans adoption), légitime et masculine d’une personne ayant obtenu la qualité de noble, reconnue ou attribuée par un pouvoir souverain, en France et la faculté de transmettre cette noblesse.Il était aussi exigé de la famille qu’elle n’eût pas quitté ou abandonné l’état noble. En effet, pour qu’une famille restât reconnue noble et fût maintenue, il fallait que ses membres eussent toujours continué à vivre de revenus nobles en exerçant des emplois nobles (militaires, administration civile, charges judiciaires, ecclésiastiques, arts libéraux), et qu’ils n’eussent pas exercé de profession dérogeante, c’est-à-dire dont le principal but est de gagner de l’argent comme le commerce, la marchandise, le courtage, la banque, mais aussi les activités artisanales et industrielles (à l’exception de l’exploitation minière, de la sidérurgie et de la verrerie), l’agriculture (sauf pour soi-même). AHAHAH

Le prefet dicte ses lois, il se croit encore noble et royaliste, il nous prend pour des boufons mais NOS GUILLOTINES SONT SORTIES

19h00 : deux détenues au le fôret de Rohanne vers 18h pour ID

18h50 : deux personnes évacuées des arbres au fôret de Rohanne, unE liberé, l’autre verification ID/interpellation, pas encore très claire. De la Saulce ou de Sabot on en a pas des nouvelles.

Bientôt fin de journée AG sur la ZAD pour faire une point sur le journée et demain ! En tout façon, malgré sette journée dure, intense et violent, on est encore la, on reste, parce que on vie içi et on reste içi :)

18h16 : les flics partent de la fôret, avec leurs machines. Pas trop tôt. Au Sabot il est calme. La Saulce, on sais qu’il y a encore au moins une person dans les arbres, pas des nouvelles si’il y a encore des travaux.

18h12 : une arrestation dans le fôret de Rohanne, l’amiE n’a pas eu ses papiers. WoW.

18h01 : ca commence d’etre dangeureuse dans le fôret, il fait froid et presque nuit, personne, de nous, peuve s’approcher, on a seulement tres peut de contact avec nos amiEs qui report d’une enorme violence de coté gendarmes. “ils cassent tout, ils saccachent tout, le fôret dit merci a AYRAULT !

17h58 : au Sabot il y a des gendarmes qui craque en façe des gens qui explique pourquoi on résiste ! DEMISSIONEZ !

En attendant des nouvelles de nos amiEs de la Saulce, Fôret et Sabot, je m’ettonne quand même de cette ridicule “victimisation” des gendarmes, transmis par la préfecture. 2 jours ITT pour coupure de doigt. Avec des l’armes dans les yeux je rigole de cette pauvres déclaration ! Içi on compte même plus les petites bobos comme des bleus fait avec des flashballs ou mauvaise utilisation de lacrymo ( tire tendue ), des éclates partout dans les corps de nos amiEs qui seront marqué pour toujours avec des bouts de metal par des grenades assourdissantes.

17h53 : les cabanes qui sont vides dans le fôret sont détruit tout de suite.

17h45 : ils ont evacué deux amiEs de la Cabane dans les arbres sud de fôret de Rohanne

17h27 : dans le belle fôret de Rohanne, il y a 6 grimpers pour chaque person dans les arbres. il n y a pas beaucoup du monde en soutien en bas, grace aux forces de desordre qui aiment mieux a faire leur sale boulot sans être vu, ni par le soutien, ni des cameras.

17h18 : à la Saulce, les Pellteuses donent des coups pelle au arbre au il y a une Person dessus

17h07 : au Sabot, il y a des gens qui se sotn mise par terre en bloquent avec leurs coprs le chêmin de la pelleteuse qui veut avancer vers le Sabot

17h00 : La Pelleteuse est en train de détruire la barricade nord de la Saulce

16h50 : les machines de destruction préparent leur chêmin vers les 100 chênes, tout pareil comme pour le Sabot, vu que ce dans la même parcelle, ils ont pas les bonnes documents pour détruire les lieux la, dans ce moment.

16h43 : un manitou sorts de la saulce, direction carrefour, ils ont détruit une maison dans une arbres ou il y a plus haute encore une cabane avec une person dédans. Fôret de Rohanne ; ils commence de détruire les cabanes dans les arbres

16h26 : sur la barricade nord de la saulce, qui n’est plus existente, les gens encore face au face avec les assasins. L’heli est parti en passent des sirenes et volent plus bas possible pour montrer ça dominance. A la Saulce, il y a encore des gens dans des arbres.

16h15 : les assasins sont au tour de campement centre de la fôret de Rohanne en train de détruire les affaires par terre, ils cherchent dans quelle cabane dans des arbres ou il y a des gens. En bas de la cabane coté sud, il y a encore un vingtaine de flic et le grimper qui se prépare de monter. La “petite” charge a la barricade nord de la saulce a couté 3 bléssées avec des éclats de grénades assourdissantes !

D’autres infos sur la situation à la Saulce sur le site de 7seizh.

16h : Dans la forêt de Rohanne, il y a une vingtaine de flics dans la forêt il n’y a que 2 personnes au sol, d’autres dans les arbres ; il manque des papiers pour pouvoir expulser le Sabot et les 100 chênes ; 3 personnes ont été blessées par des éclats de grenades assourdissamtes près de la barricade au nord de La Saulce

15h48 : À la barricade au nord de la Saulce ; il n’y a plus de barricade entre les opposantes et les flics, face à face.

15h44 : Les flics ont passé la barruicade au nord de la Saulce, ils passent aussi pas la forêt juse à côté et ont lancé des flashballs.

15h42 : Gros déploiment de flics à la barricage au nord de la Saulce. On entend des tirs de grenades assourdissantes.

15h32 : Une grosse pelle mécanique et décendue de son porte-charge et se dirige vers le Sabot

15h15 : Le directeur du cabinet du préfet est aux Planchettes pour annoncer que toutes les habitations illégales sur la ZAD seront expulsées dans les prochains jours.

15h07 : Les forces de la république démontent les barricades du chemin de Pimky (au nord su sabot)

Un petit extrait du communiqué de presse de la préfecture d’aujourd’hui :

[…]Le Préfet de la Loire-Atlantique, au terme de la procédure judiciaire, a accordé le concours de la force publique aux huissiers chargés d’assurer les expulsions.[…] La troisième intervient ce jour sur le site bâti au lieu dit la Saulce à Vigneux-de-Bretagne et sur les squats non bâtis du Sabot, des 100 Chênes sur cette même commune et sur la Lande de Rohanne à Notre-Dame-des-Landes. […]

14h42 : Une pelleteuse et deux camions-benne ont été aperçus sur le chemin de Suez en direction de la Lande de Rohanne.

14h35 : Sous la cabane en question à La Saulce, ils menaceraient (verbalement) de couper l’arbre…

14h25 : À La Saulce, un buldozer donnerait des coups dans un arbre dans lequel il y a une cabane occupée.

13h39 : tout est tranquille dans la forêt de Rohanne, les tirs de grenades devaient provenir de l’orée de la forêt, proche d’une permière cabane.

13h33 : Sitting devant le sabot : les opposants sont plus nombreux aue les flics.

13h10 : les pelleteuses commencent leur travail de mort, la maison de la Saulce en fait les frais.

13h : les flics sont dans la forêt de Rohanne, on entend des tirs de grenades assourdissantes. Ils rencontrent une résistance. Au Sabot des groupes de playmobiles tiennent les accès nord et sud mais nous tenons la maison et le potager. A la Saulce les pelleteuses se rasssemblent et tentent de se frayer un chemin vers la maison. Les cabanes dans les arbres résistent toujours même si deux d’entre elles, vides d’occupantEs, ont été détruites. Les barricades sont démolies peu à peu mais nous tenons encore. De nombreusEs participantEs de la manifestation interdite ce matin (au nom de la sécurité des manifestantEs ah ah ah) ont rejoints la barricade nord.

12h35 : la volaille [sic] tient le carrefour de la Saulce. Des grimpeurs essaient apparamment de déloger les habitantEs des cabanes perchées de la Saulce, pour l’instant sans succès. Une machine de démolition a été signalée sur la route entre la D81 et l’Isolette. Ils peuvent détruire nos maisons ils ne pourront pas nous faire quitter la zone. Le Sabot est toujours entouré mais pas pris.

12h : les flics tiennent le carrefour et commencent à démolir les barricades. La batucada continue à jouer dans les champs : “Vinci dégage, la terre ça se partage”.

11h55 : une partie de la manif arrive sur le D81 vers la barricade Nord du carrefour du Moilin de Rohanne près de la Saulce.

11h40 : la destruction des barricades continue lentement au carrefour du Moulin de Rohanne près de la Saulce.

11h20 : une trentaine de tracteurs de camarades sont devant les Planchettes. Les flics menacent de faire usage de la force si ils ne partent pas dans 10 minutes.

11h10 : à la Saulce deux cabanes dans les arbres et une au sol seraient détruites par les flics. Il reste au moins une cabane occupée et un camarade perché dans un filet.

11h00 : des flics font des tirs tendus de flash-ball dans les champs près de la Saulce. A la Forêt de Rohanne, les flics sont en ligne sur le chemin parallèle au chemin de Suez et progresse dans la forêt.

10h50 : un buldozer est en train de détruire les barricades autour du Sabot. Des camarades sont toujours dans la cabane du Sabot.

10h45 : les flics refusent l’accès à la zone à la manifestation partie du bourg de Notre-Dame en prétextant la “violence” des opposants déjà sur place. La manifestation repartirait vers le bourg

10h40 : une pelleteuse est arrivée au carrefour près de la Saulce. Les camarades dans les arbres à la forêt de Rohanne de voient pas de flics directement. Le manifestation est bloquée à la Primaudière.

10h20 : il y a maintenant 200 personnes rassemblées dans le bourg de Notre-Dame, des tracteurs arrivent.

10h11 : la barricade est s’est enflammée du côté de la Saulce

10h09 : des gardes mobiles arrivent à pieds vers la barricade est de la Saulce

10h05 : une dizaine de flics armés de flashball s’est postée en ligne en bas des cabanes de la forêt de Rohanne

10h : plus de 100 personnes sont rassemblées devant la mairie de NDDL, avec des tracteurs !

9h55 : arrivée de bulldozer et pelleteuse du côté du Sabot, accompagnés de 7 cars de policiers. Les flics commencent à s’organiser en groupes mobiles pour pouvoir suivre les groupes mobiles d’opposant-e-s.

9h50 : les flics commencent à contourner la forêt de Rohanne, ils n’auraient pas l’air à l’aise en forêt, 10 camions de GM ont été vu partant de NDDL vers la ZAD

9h48 : les flics attendraient un bulldozer pour entrer dans le Sabot : pas facile à prendre, le sabot est toujours là !

9h40 : les personnes dans les cabanes de la Saulce y sont toujours ! l’expulsion n’a pas commencé là-bas des flics sont dans le chemin de Suez au niveau de la forêt de Rohanne

9h40 : annonce d’une autre personne touchée au genou par grenade assourdissante des fourgons de renforts arrivent vers le carrefour de la Saulce par le chemin de suez, 8 autres fourgons ont été vus de la Boissière vers NDDL

9h23 : tirs de flashball, une personne a été touchée

9h15 : du côté de la Saulce, on entend la batoukada mais aussi des grenades assourdissantes. Un flic aurait été touché par une grenade de ses camarades et rapatrié dans ses rangs…. La situation reste stable au Sabot, avec des flics positionnés dans le champ mais immobiles.

9h05 : les flics détruisent les cabanes au sol dans la forêt de la Saulce. Il y a toujours des camarades perchés dans les arbres. Du côté du Sabot, ne machine est un train de détruire une barricade sur la route de la Paquelais au niveau du Phare Ouest.

9h : la battuc rythme la résistance aux barricades de la Saulce, les flics se font repeindre leurs boucliers au niveau du Sabot où ils sont positionnés devant la cabane

8h55 : les flics ont des grimpeurs et une tronçonneuse dans le bois de la Saulce. Ils sont informés qu’il y a des gens dans les arbres. Il y aurait une interpellation (à La Saulce ?). Les flics reculent à la barricade Nord de la Saulce.

8h50 : la ZAD reprend l’offensive depuis le centre de la Saulce et depuis une barricade ! courage et rage !

8h40 : une soixante de GM sont entrés dans le champ du Sabot après quelques confrontations, ils sont devant la maison

8h39 : arrivée d’une quinzaine de fourgons du côté du Sabot, qui ont franchit la barricade enflammée les flics sont au centre des barricades de la Saulce : qu’ils y restent !! les barricades est et nord tiennent toujours ! des gens arrivent d’ailleurs une fumée noire s’en dégage, des détonations sont entendues

8h32 : les flics ont passé les barricades et sont entrés dans la Saulce, et cherchent les cabanes. Au niveau du far ouest, les véhicules de flics sont toujours bloqués par la barricade en feu, au niveau du Sabot, les flics sont à pied en ligne sur le chemin

8h25 : ils arrivent au niveau des barricades de la Saulce construites ce we sur la D81, par le Nord et le Sud : la résistance commence là aussi.

8h20 : la Saulce est aussi une destination policière … 3 camions s’en approchent par le chemin de Suez

au niveau des Ardillières, les flics laissent passer les piéton-ne-s (et les tracteurs) sur présentation de la carte d’identité

8h10 : l’hélico a fait un petit tout de reconnaissance au dessus de la Saulce.

8h05 : les flics se positionnent autour du Sabot, par le champ en face et essayent de passer par le chemin du Pimki Courage là bas !

8h : les flics sont entrés dans le chemin entre le Sabot et les Cent Chênes.

7h50 : les flics sont entrés dans le chamin derrière le Sabot au niveau de Pimky.

7h45 : les camarades demandent des renforts au niveau du Sabot

7h30 : situation à NDDL : 2 fourgons et 2 voitures sont stationnés devant la Poste, un fourgon devant la cantine, et une voiture bloque la route en direction de la Paquelais. L’hélicoptère est arrivé.

7h30 : les flics ont passé la première barricade sur la route au niveau du Far ouest, de nombreux véhicules stationnés derrière cette barricade. Une trentaine de flics se dirigent vers le Sabot, une trentaine vers le Far Ouest. La résistance commence.

7h20 : plusieurs fourgons sont arrivés devant la barricade du Far Ouest ( en provenance de la Paquelais) : la barricade est en feu

7h10 : la circulation est bloquée aussi au niveau du carrefour de la Boissière par une voiture de flics : ils laissent passer les “locaux”

7h : les flics ( 2 fourgons ) laissent passer les personnes à pied au niveau des ardillières

6h20 : circulation bloquée aussi depuis NDDL et Vigneux …

5h50 : une voiture bloque depuis la Paquelais vers NDDL et Fay

5h30 : deux voitures de flics bloquent la circulation depuis les Ardillières en direction de Vigneux

Pour le 29 octobre 2012:

22h : fin de journée, avant le début de la prochaine….des mouvements de flics sont signalés de ci de là ….

20h20 : une voiture de gendarmerie fait des allers retours entre la Vache Rit et Notre Dame des Landes. Prudence.

20h : On nous signale que les travaux continuent au Pré Failly sous l’habituelle protection policière. La route est bloquée.

17h : Et 17 betaillères remplies de CRS vers Niort (sur la route Bordeaux-Nantes), en direction de Nantes… Ça sent l’intervention à plein nez !

15h46 : 3 colones de 10 camions de CRS ont été vues entre Angers et Nantes… C’est pour nous ?

15h28 : Travaux (sûrement de désamiantage) au Pré Failli ; 2 hélicos survolent la ZAD

11h40 : tout est calme, les flics semblent avoir déserté la zone, on en profite pour reprendre des forces sur les barricades et dans les lieux. Il y aurait toujours 17 fourgons de flics en face du “Palacio” à Vigneux.

10h35 : 3 fourgons de flics et une clio sont arrêtés au Pré Failly.

10h20 : les flics présent du côté du Sabot et du Phare Ouest repartent vers les Ardillères.

10h07 : après que les camarades au Phare aient répondu qu’ils étaient nombreux et qu’ils ne fallaient pas qu’ils s’avancent. Les flics reculeraient. 3 fourgons de flics sont toujours en place du côté de la Bellich avec un fourgon de communication. 3 fopurgons de flics sont aussi du côté du Pré Failly.

10h05 : les flics et l’huissier posent des questions aux camarades (nombre de personnes présentes, veulent-elles décliner leur identités, ce qu’ils comptaient faire, …)

9h53 : au Phare Ouest, les flics demandent à parler aux gens

9h45 : des gendarmes sont présents à la barricade sud de Phare Ouest et se sont dirigés vers le chemin, les camarades demandent du renfort là bas ; d’autres flics sont toujours à la Gare, demande de renforts aussi. A la cabane des Fosses Noires, l’huissier a déposé un papier.

9h30 : y’a des flics du côté de la Gare de Vigneux, ils auraient fait le tour des lieux.

9h21 : 3 camions de gendarmes mobiles au carrefour Fosses Noires/Sabot et un devant l’entrée du Sabot. Ils descendent de leurs véhichles.

9h05 : il ne reste plus que 2 camions de gendarmes qui s’enmmerdent à la Bellich’. “Si la république ne réussit pas à récupérer la zone, il faut s’inquiéter pour la république.”

8h40 : l’huissier a demandé si les gens voulaient partir. Les camarades on répondu “non”. Les flics et l’huissier reculent.

8h37 : un huissier est présent avec les flics du côté du Sabot

8h35 : les flics déployés autour de la Bellich’ avancent vers le Sabot. Ils seraient arrivés à la 1è barricade à l’est sur le chemin de la Bellich vers le Sabot.

8h25 : autour de la Bellich’, 4 camions de gendarmes et des flics prennent positions dans les champs là bas (pourquoi ? mystère)

8h15 : “plein” de flics sur la route du Tempe vers Notre-Dame-des-Landes

8h : l’hélicoptère est entendu dans le coin. Deux camions de gendarmes mobiles casqués seraient vers la Bellich’.

5h06 : Bonjour ! Tout est calme içi. Tout ? Nan, il y a quand même la Batucada qui joue, A 5 h du mat, normale…. :)

1h04 : …de la Bourgogne ils viendrient….ICI, tout se passe bien, ça caille mais on se tiens chaud entre nous :) Dormez bien et restez avec nous demain matin a l’aube !