• Nicolas Hulot et son garage

Le documentaire “Blackfish”

“Blackfish” est un documentaire américain de 2013, partant d’un “fait divers” pour montrer l’impact dévastateur de la captivité sur les orques. Le succès de ce documentaire a été très grand : en plus d’un véritable succès d’estime, il a mis sur la table la question des “delphinariums” en général.

Voici une présentation par Arte et plus bas le documentaire lui-même.

Février 2010. Au cours d’un spectacle au parc d’attractions aquatique Seaworld, en Floride, Tilikum, une orque de six tonnes, attaque mortellement Dawn Brancheau, une dresseuse confirmée, sous les yeux des spectateurs. Attribuant l’accident à une négligence de la victime, le parc classe très vite l’affaire et l’orque, source de gros revenus, reprend les spectacles un an après. Pourtant, Tilikum n’en était pas à sa première agression…

Capturée à l’âge de 2 ans dans les eaux islandaises en 1983, cette orque mâle de sept mètres de long a passé le plus clair de sa vie en captivité. Elle a d’abord été dressée au Canada avant d’être rachetée par le Seaworld d’Orlando en 1992. Avant ce jour fatidique où elle s’est ruée sur la dresseuse, Tilikum était déjà impliquée dans l’attaque meurtrière de deux personnes…

Mêlant des archives exceptionnelles (filmées pendant les entraînements, les représentations mais aussi les attaques) et des entretiens avec les entraîneurs et des experts, ce film, sélectionné au Festival de Sundance 2013, relate les faits tout en enquêtant sur le comportement altéré des orques en captivité.

BLACKFISH_Film_Poster

Libération fait l’apologie de la “veggie pride” : tout un symbole

Aujourd’hui a lieu la quinzième veggie pride, une initiative que nous considérons comme néfaste depuis le début, de par sa mise en avant d’un “végéta*isme” qui pour selon notre point de vue gomme la différence de nature entre végétarisme, végétalisme et véganisme.

Nous trouvons absurde et improductif cette idée de “front végétarien” qui serait au service du véganisme, théorisée par la mouvance Cahiers Antispéciste – Veggie Pride – L214.

C’est ni plus ni moins que la capitulation qui explique qu’il faut “arriver au véganisme” (en combien de temps, mystère), alors qu’il faut en réalité devenir vegan pour justement se développer sur cette base pour changer tout notre monde…

Libération a publié un article élogieux pour la veggie pride ; le gommage des frontières morales, au nom du “végéta*isme”, est  flagrant.

Le voici, car c’est un témoignage historique très utile pour l’avenir. En effet, le véganisme s’est fait happer par une tendance bobo – hipster – parisien – cuisine chic – charité chrétienne pour les animaux. Le “Afternoon Tea” végétalien à 39 euros à l’hôtel parisien Shangri-La – 5 étoiles et 1000 euros la nuit – réjouira tous ces gens. A nos yeux, c’est une insulte.

Nous sommes pour un véganisme populaire, ancré dans la vie quotidienne et le soutien pratique aux animaux, dans un esprit de reconnaissance de la Nature, ce qui va de pair avec l’athéisme et le rejet des drogues et de l’alcool.

ENQUÊTE
Les vegans riches en matière grise
Par Sonya Faure — 8 octobre 2015

Alors que se tient ce week-end à Paris, la 15e édition de la Veggie Pride, le mouvement végétarien prend de l’ampleur tant dans ses adeptes que dans ses concepts.

Il y a deux semaines, il était en tête des articles les plus lus du New York Times. «Vegans Go Glam». Les vegans deviennent glamours. Cela fait un moment déjà qu’aux Etats-Unis, Bill Clinton, Beyoncé ou Chrissie Hynde ont pu faire leur outing végétarien sans peur du ridicule. C’est loin d’être le cas en France, où aura lieu la Veggie Pride samedi et dimanche.

Les végétariens y sont encore pris dans la nasse de clichés divers : hippies tristes et pâlots ou extrémistes nazillons. Sans parler des authentiques vegans, qui ont poussé jusqu’à son terme la logique végétarienne en refusant de consommer tout ce qui est issu de l’exploitation animale (œufs, lait, cuir). Pourtant, ici aussi, les représentations changent à grands pas.

Les Anglo-Saxons avaient depuis longtemps leurs penseurs du végétarisme, dont le plus fameux est Peter Singer. Son livre la Libération animale, paru en 1975, est traduit en une quinzaine de langues. «En France, rares sont ceux qui s’exprimaient jadis contre l’élevage et l’abattage industriels, en dehors des associations de protection animale, commente la philosophe Corine Pelluchon, professeure à l’université de Besançon et blogueuse de Libé (1). C’est en train de changer, et les voix qui s’élèvent aujourd’hui sont très diverses.»

Des «réformistes», comme la sociologue Jocelyne Porcher, une ancienne éleveuse qui milite contre l’élevage intensif, aux «abolitionnistes», comme la philosophe Florence Burgat, qui remettent en cause toute utilisation de l’animal par l’homme. Très récemment, le bouddhiste Matthieu Ricard, les journalistes Franz-Olivier Giesbert et Aymeric Caron, la polémiste Marcela Iacub ont popularisé les notions de bien-être animal – des soutiens populaires d’ailleurs plus ou moins appréciés des vegans purs jus.

Les végétariens ont leur revue (les Cahiers antispécistes), leur festival (Estivales de la question animale), leur association phare, L214 (7 000 adhérents), qui promeut «un mode de vie qui n’exploite pas du tout les animaux», explique Brigitte Gothière, sa porte-parole : «284 000 personnes ont liké notre page Facebook. On a dépassé Greenpeace !»

Si végétarisme et bien-être animal manquaient un peu de visibilité ces dernières années, on ne peut pas dire en revanche qu’ils manquent de concepts. Les végétariens «éthiques» sont, a priori, des animalistes qui combattent le spécisme – la hiérarchisation des êtres vivants en espèces, l’espèce humaine étant au-dessus de toutes les autres – et le carnisme – cette idéologie des mangeurs de viande, qu’on ne voit plus tant elle nous paraît naturelle mais qui régit tous nos rapports à la nature.

Même à la Veggie Pride, on ne se contente pas de promouvoir un régime alimentaire sain et de se déguiser en légume, comme c’est parfois le cas dans les pays anglo-saxons. «Etre végétarien, ce n’est pas seulement un choix personnel, c’est une question de société : l’éthique animal est un sujet politique», explique Clémence Laot, l’une des organisatrices du festival.

Cette année, la Pride est donc placée sous le signe de la «convergence des luttes entre féminisme, animalisme et racisme». Comparer femmes, Noirs et animaux et trouver un objectif commun à leur combat ? De quoi faire bondir les militants féministes et antiracistes classiques. «Pourtant, explique Pelluchon, ces luttes ont en commun de refuser les discriminations qui conduisent à légitimer la violence en se fondant sur l’espèce, le genre, l’ethnie. Toutes s’opposent à la domination, qui est toujours domination sur les plus faibles ou les sans-voix.»

Les antiracistes ont montré que la couleur de peau n’avait rien de «naturelle» ni de biologique mais qu’elle n’était qu’une affaire de représentations. A leur image, les antispécistes veulent démontrer que les espèces ne sont que le moyen d’asseoir la domination de l’homme sur le reste des êtres vivants.

«Cette idée est mal acceptée à gauche, car l’animal a toujours été un repoussoir dans la lutte pour les droits des femmes ou des Noirs : ils ont voulu se distinguer des animaux pour démontrer qu’ils étaient les égaux de l’homme blanc», estime Renan Larue, professeur de littérature à l’université de Californie à Santa Barbara, lui-même vegan et auteur du livre le Végétarisme et ses ennemis (PUF, 2015).

«Même au sein du mouvement, cette idée de convergence des luttes ne fait pas consensus, reconnaît Laot. Mais elle permet de réfléchir aux liens entre les espèces.» De remettre en cause les catégories classiques, et la première d’entre elles : l’opposition entre l’homme et l’animal. La question est au cœur de l’antispécisme, concept clé du mouvement vegan. Une salutaire remise en cause de l’anthropocentrisme mais qui, dans sa version radicale (et ultraminoritaire), amène à nier toute distinction entre homme et animal. Une vision à laquelle s’oppose la philosophe Elisabeth de Fontenay, qui, depuis longtemps, récuse l’anthropocentrisme et l’arrogance humaine.

Mais sans renoncer à l’existence d’une singularité humaine, celle, notamment, de produire du droit et de l’histoire. «Il ne s’agit pas de donner les mêmes droits à tout le monde, tempère Larue. On ne va pas donner le droit d’avorter aux hommes qui n’en auraient pas l’utilité, ni le droit de vote aux cochons qui n’en feraient rien. En revanche, l’antispécisme pose une question essentielle : les différences entre un être humain et un animal justifient-elles un tel écart de traitement ?»

Les comparaisons coups-de-poing de certains végétariens font régulièrement polémique. Comme le parallèle parfois dressé entre le «système concentrationnaire» de l’élevage intensif et les camps de concentration. «Le végétarien éthique est un intégriste moral prêt à tout», écrit Dominique Lestel dans son livre Apologie du carnivore (Fayard, 2011). L’éthologue pointe le paradoxe de l’antispécisme : refuser de manger de la viande, c’est rejeter l’animalité de l’homme. En donnant à celui-ci un devoir moral que les autres animaux n’ont pas, les végétariens mettent à nouveau l’humain au-dessus de toutes les autres espèces.

Malgré tout, «ce que nous faisons des animaux en dit long sur nous», estime la philosophe Pelluchon : «L’élevage industriel n’est pas seulement atroce pour les animaux. Il est également atroce de savoir que des humains peuvent castrer à vif des porcelets ou broyer des poussins mâles.»

Ce questionnement ne date pas des années 70. Depuis l’Antiquité, le végétarisme a été une «tendance minoritaire mais persistante», assure Larue, qui a écrit une histoire engagée de la pensée vegan (parue cette année). Pythagore, figure du végétarisme, s’opposait aux stoïciens sur le sujet. «A l’époque déjà, deux visions du monde s’opposaient. Car si les stoïciens étaient antivégétariens, ce n’est pas par amour de la viande : eux-mêmes avaient une alimentation très frugale. Mais ils refusaient la vision pythagoricienne qui affirme que l’univers n’a pas été créé pour la seule fin de l’homme. C’est le même débat qui, de nos jours, oppose le vegan à son oncle, le soir de Noël.»

Impact de l’élevage sur le réchauffement climatique, volonté de manger plus sainement, les conditions sont-elles, cette fois, réunies pour un essor historique du végétarisme ? «La crise environnementale nous oblige à penser le monde que nous partageons avec les autres espèces.

La prise en considération du sort des animaux est aussi liée à la conscience des dégâts du capitalisme, qui demande à baisser sans cesse les coûts de revient, transforme les non-humains en marchandises et dégrade les humains», poursuit Pelluchon, qui enseigne la philosophie de l’animalité depuis 2008. Il y a bien des raisons d’être végétariens, et l’éthique n’est peut-être pas la première. Mais à défaut de carne, les végétariens ne manquent pas de nourritures spirituelles.

(1) LibeRation de philo.

(2) Respectivement auteurs de Plaidoyer pour les animaux (Allary éditions, 2014), l’Animal est une personne (Fayard, 2014), No Steak (Fayard, 2014) et Confessions d’une mangeuse de viande (Fayard, 2011).

Hulot lance une pétition appelant les chefs d’Etat à “oser”

A LTD, nous avons une approche très simple : il y a une bataille pour la planète. Si nous échouons, les générations futures nous regarderons avec un mépris gigantesque.

Et c’est bien parti pour être le cas. Il n’y a pas de mobilisation, pas de changement d’état d’esprit : l’égocentrisme prédomine complètement. L’écologie n’intéresse pas, sauf quand il s’agit de réformer le capitalisme pour le relancer. La COP21 aurait pu être l’occasion d’une grande prise de conscience : celle-ci n’aura lieu qu’après, au mieux.

Nicolas Hulot fait ce constat aussi, sauf que lui il n’est pas pour la libération de la Terre, il n’est pas vegan straight edge, il est simplement en mesure de faire des appels comme celui-ci sur son site internet :

“Je mange moins de viande… mais de meilleure qualité”

C’est en total décalage avec la réalité. Comme il le sait, il a réalisé une vidéo sur internet, dans un esprit de dérision, en utilisant des “stars” du net pour faire “jeune”.

C’est là un constat d’échec, une dernière tentative désespérée pour essayer de faire bonne figure. Mais cela ne fait que rentrer dans le jeu de la consommation générale dans la passivité, sans aucune réflexion sur ce qui est produit, comment c’est produit, par qui.

D’ailleurs, l’appel de Hulot n’est même pas pour un contenu réel, c’est simplement pour… une pétition s’adressant aux chefs d’Etat.

C’est dire l’esprit de démission : Hulot contourne le travail de fond chez les gens, car il ne croit pas aux peuples. Mais posons la question : où mène cet esprit de délégation, si ce n’est à la soumission aux grandes entreprises qui pillent la planète?

Le succès a été grand, avec 700 000 vues en une journée, et un serveur de la fondation Nicolas Hulot “dépassé”, mais qu’en restera-t-il dans l’Histoire? Rien, cela sera anecdotique et condamné par les générations futures comme totalement décalé par rapport aux exigences de changement complet.

Voici le texte de la pétition, totalement anti-démocratique et dans un esprit de négation du changement total nécessaire : la libération animale, la libération de la Terre !

Signez l’appel aux chefs d’Etat !

Nous, citoyennes et citoyens du monde, appelons les responsables politiques des pays les plus riches et les plus émetteurs de gaz à effet de serre à enfin relever le défi climatique.

Chefs d’État, osez !

Osez reconnaître que la lutte pour le climat conditionne l’avenir de notre monde : la santé, l’économie, l’emploi, la solidarité et l’égalité, l’agriculture et l’alimentation, la paix.

Osez admettre que les engagements actuellement sur la table des négociations ne sont pas suffisants pour limiter le changement climatique à 2 °C, mais que vous pouvez changer la donne en revoyant à la hausse vos ambitions : le G20 compte pour trois quarts des émissions mondiales !

Osez en finir avec les beaux discours et les déclarations d’intention, avec la tentation de remettre à plus tard les décisions : agissez !

Osez vous astreindre à des moyens financiers, des indicateurs de contrôle, des réglementations et à des feuilles de route précises qui vous engageront dès aujourd’hui.

Dans tous les territoires du monde, les acteurs se mobilisent, chaque jour un peu plus. Conscients de la responsabilité de tous, nous nous engageons aussi personnellement, chacun à notre niveau. Mais cela ne suffira pas.

Vous, responsables politiques, avez une responsabilité historique.

La force de l’accord de Paris tiendra d’abord dans les mesures que vous mettrez en œuvre.

Nouvelles réglementations, prix du carbone, taxe sur les transactions financières, changement de modèle agricole… Ce qu’il faut faire est connu et ne dépend que de votre courage politique.

Chefs d’État, soyez à la hauteur. Entrez dans l’histoire. Osez !

Pour faire entendre votre voix et faire pression sur les chefs d’État, signez cet appel.

“Il changeait régulièrement de chats”

Chaque semaine, il y a dans le Canard enchaîné une petite chronique judiciaire. En pleine affaire “Cause Animale Nord”, il s’agit d’une affaire qui semble similaire.

On peut remarquer que les gens passant au procès ont agi tout aussi spontanément dans l’esprit que la personne de “Cause Animale Nord”. Il n’y a pas de base solide, et évidemment cela ne tient jamais vraiment longtemps face à la répression.

On notera que le Canard enchaîné a publié également une nouvelle sur Morano accompagné d’une blague honteuse, typique de cet état d’esprit moqueur.

Bardot a en effet soutenu Morano qui s’est lancée dans une défense de la “race blanche”. Rien d’étonnant, et cela n’a rien à voir avec les animaux, donc c’est anecdotique. Mais le Canard enchaîné ajoute une blague lamentable sur la SPA… Comme si on pouvait blaguer avec cela…

Après les intempéries : il est temps de fermer Marineland!

Les intempéries du 4 octobre ont anéanti 90% des installations du “parc”. De nombreux animaux sont morts : après l’enfermement, voici donc la mort suite à des conditions indignes, témoins d’un autre temps.

Voici une courte vidéo présentant la situation.

Voici le communiqué officiel de Marineland. Bien entendu, ils focalisent énormément sur les mammifères et appellent à ce qu’on les aide, au nom du bien-être des animaux. Comme pour les zoos, c’est le chantage.

Faces aux violentes intempéries qui ont frappé notre département et notre Parc, nous souhaitons d’abord exprimer tout notre soutien aux victimes. Nous souhaitons également remercier l’ensemble des personnes qui nous apportent leur soutien depuis hier, en particulier les équipes de sapeurs-pompiers, des secours et des services administratifs qui se sont vites mobilisés.

Beaucoup s’interrogent sur l’état du Parc et de ses animaux.

Le bilan à ce jour est le suivant : les mammifères marins sont sains et saufs, ils se portent bien et leurs soigneurs sont à leurs côtés.

Les principaux dommages se situent aux niveaux des aquariums où nous déplorons la perte de tortues et de poissons. Certains animaux domestiques de Kid’s Island ont également été victimes des intempéries.
Les dégâts matériels sont très importants : 90% du site a été touché.

Les équipes œuvrent activement pour la remise en fonction des installations.

Nous souhaitons vous remercier pour vos messages de soutien et vous tiendrons informés de l’évolution de la situation dans les prochains jours.

Toute l’équipe de Marineland.

Le journal Le Point constate lui-même – et pourtant c’est un journal ultra-conservateur – l’opacité de ces informations, en déduisant que beaucoup d’animaux ont péri… C’est dire!

Fondé en 1970 et devenu le plus visité de la région Paca, l’espace aurait été détruit à plus de 90 %, libérant par la même occasion une bonne partie de la faune qui le compose. La présence d’hydrocarbures en provenance des cuves de mazout ou des voitures renversées dans le flot à l’origine de la destruction de certaines installations assombrit le tableau.
Une eau polluée par des hydrocarbures

De nombreux poissons ont péri lors du désastre, dont des raies et des petits requins. Mais la direction refuse de donner plus de détails au sujet des pertes d’animaux. La « casse » évoquée par Bernard Giampaolo laisse toutefois présager un bilan accablant. Dimanche soir, une équipe de pompiers s’activait sur les lieux à l’aide d’une pompe destinée à puiser l’eau souillée des canalisations sous les rugissements de plusieurs espèces d’otaries.

Europe 1 témoigne aussi de comment les journalistes ont été frappé par l’ampleur des dégâts.

Manchots et otaries pataugeaient dimanche dans une eau trouble et marronnasse, ont constaté les journalistes qui ont pu se rendre dans le parc.

C’est l’occasion d’en finir avec l’un des trois “delphinariums” français. Ces “parcs” sont une honte et une insulte à la vie, à l’épanouissement des êtres vivants. Marineland doit fermer, pour toujours.

Voici le texte d’une pétition qui, à peine lancé, a d’ailleurs déjà recueilli 50 000 signatures. Hier soir, il y avait même une signature par seconde s’ajoutant.

Pour la fermeture de Marineland à Antibes…: Nous demandons la fermeture définitive de Marineland à Antibes

Pourquoi c’est important

Nous demandons la fermeture définitive de Marineland à Antibes suite aux intempéries du 3 octobre !!
Otaries, orques, tortues, ours polaires sont dans la boue et en danger de mort !

Combien d’animaux le sont déjà?????

Nous demandons bien sûr un projet de réhabilitation pour tous les animaux de ce parc s’il venait à fermer. Les soigneurs/ dresseurs seraient bien sûr les plus aptes pour la réalisation de ce projet vu la confiance qui s’est installée entre eux et les animaux.

Le fait de reconstruire le parc coûterait beaucoup d’argent puisque le directeur a affirmé qu’il y avait 90% de dégâts, beaucoup d’argent serait donc disponible et utilisable pour mettre en place ce projet. Des criques et baies se prêteraient merveilleusement bien pour la réhabilitation des cétacés. Cela demande beaucoup de temps bien sûr mais tout est réalisable.. V

oyez le cas de Keiko.. par exemple.
N’oublions pas que ces parcs sont de véritables prisons… et que tous ces animaux ne sont pas à leurs places! Imaginez vous dans une baignoire toute votre vie……

Signez la pétition et partagez-la largement!

“Cause Animale Nord” et de prétendus conseils pour les cochons d’Inde

C’est peut-être là la clef qui permet de comprendre “Cause Animale Nord”. C’est un exemple anecdotique dans la forme, mais pas du tout dans son contenu.

Parce que nous savons que si des gens peuvent se prétendre plein de choses, sans le prouver, à tort ou à raison : il y a des gens qui se disent révolutionnaires, par exemple, mais c’est bien difficile à prouver, et forcément dans le tas il y en a qui ne le sont pas du tout.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas des gens qui le soient vraiment et qu’ils aient tort, mais le prouver n’est pas facile.

La question animale, elle, est d’ailleurs révolutionnaire mais elle a, pour ainsi dire, un avantage : la dimension concrète immédiate. On ne peut pas faire semblant.

Et voici un exemple montrant bien que “Cause Animale Nord” a une démarche déséquilibrée. Sur son facebook, cette association poste tout le temps : le matin en souhaitant un bon réveil, le midi pour souhaiter bon appétit, etc. A côté de cela il y a des appels à l’adoption et des copiés-collés d’informations sur les animaux.

Or, on en trouve un sur les cochons d’Inde particulièrement significatif. Tout dans son contenu est faux et inacceptable.

C’est là que la nature de “Cause Animale Nord” se révèle : son fond est velléitaire et anti-démocratique. Au lieu de travailler à développer un mouvement en général, à la base, au lieu de faire confiance aux gens luttant réellement, “Cause Animale Nord” pratique le rentre-dedans totalement idéaliste, sans considération pour le réel.

Est-ce pour cela que leurs positions fachos suintent régulièrement, ou parce qu’ils sont justement fachos à la base que cela se passe ainsi, c’est une grande discussion, sans doute est-ce des deux.

En tout cas, le maniement du copié-collé est significatif : personne ne s’occupant des animaux en général et des cochons d’Inde en particulier n’aurait laissé passer un tel texte, truffé de fautes intolérables :

Cause Animale Nord
3 h ·
Conseil du jour : Savoir s’occuper d’un Cochon d’Inde
Le cochon d’Inde est un rongeur de la famille des Caviidés. Il doit son nom à sa silhouette dodue et cylindrique qui ressemble à celle d’un petit cochon. On l’appelle aussi le Cobaye. Il est un de nos plus anciens N.A.C. (Nouveaux Animaux de Compagnie), pour le plus grand plaisir des petits comme des grands. Il en existe de toutes les couleurs (blanc, marron, beige, noir, parfois gris ou tout ça mélangé) et son poil peut être court, long (on dit qu’il est angora) ou mi-long. L’adulte pèse en général entre 800g et 1,4 kg pour les plus costauds, et son espérance de vie est de 8 ans.

Ces quelques conseils t’aideront à t’occuper au mieux de ton petit compagnon, car ton Cochon d’Inde est un être sensible et fragile dont le bien être, la santé et le confort dépendent de toi : c’est une vraie responsabilité

Comment aménager sa maison ?
Il faudra au minimum une cage de 40 cm de haut, 60 cm de long et 40 cm de large pour faire le bonheur de ton petit animal. Les barreaux de la cage seront disposés horizontalement pour qu’il puisse s’accrocher avec ses petites pattes avant et se redresser sur ses pattes arrière. Tu peux aussi lui fabriquer une petite maison en bois où il pourra se reposer et se cacher.

Le sol de sa cage sera tapissé d’une litière végétale ou de copeaux de bois. Par-dessus, tu peux ajouter une couche de paille, ou mieux, du foin qui lui servira à la fois de litière et de repas !

Il faudra changer et nettoyer sa cage au moins 2 fois par semaine.
Le Cobaye apprécie la compagnie de ses maîtres, c’est pourquoi il vaut mieux placer sa cage en hauteur, ce qui facilitera les contacts en le faisant assister plus facilement à la vie de la maison. Tu éviteras de la mettre devant une fenêtre car l’exposition directe et prolongée aux rayons du soleil à travers une vitre peut provoquer ce que l’on appelle l’effet de serre : la chaleur devient vite très forte et peut rendre malade ton petit ami.

Comme pour les rongeurs, tu feras particulièrement attention à éviter tout courant d’air : un rhume est très vite arrivé.

Qui sont ses copains ?
C’est un animal qui aime la compagnie de ses congénères, mais qui supporte très bien de vivre seul, s’il reçoit l’attention et l’affection de ses maîtres.

Il est possible, voire recommandé, de faire cohabiter plusieurs femelles, éventuellement avec un mâle. Mais plusieurs mâles risqueraient de se battre entre eux. Tu peux choisir d’avoir un couple, mais attention : si tu choisis cette solution, attends-toi très vite à être à la tête d’une famille nombreuse et il faudrait quand même que tes parents soient d’accord !

Le cobaye peut également cohabiter sans trop de difficultés avec le lapin, mais à condition qu’ils aient été habitués l’un à l’autre dès le plus jeune âge.

Quelles sont ses activités favorites ?

Il est très important que ton cochon d’Inde puisse se dégourdir les pattes tous les jours. Mais évite de le laisser gambader sans surveillance dans la maison car il risquerait de ronger tout ce qui lui passe entre les dents, y compris les fils électriques ou les pieds des chaises. En effet, c’est un animal qui adore se faire les dents sur tout et n’importe quoi !

Des bouts de bois (arbre fruitier, noisetier, saule) disposés dans sa cage pourront l’aider à faire ses dents.

De plus, s’il décide de se cacher derrière une armoire ou le réfrigérateur, tu auras beaucoup de mal à le retrouver.

Qu’est ce qu’il mange ?
Ton Cobaye est un herbivore : c’est-à-dire qu’il se nourrit de végétaux comme des graines, des légumes ou même des fruits. ( Les carnivores, eux, mangent de la viande).

Le foin sera distribué à volonté. Les repas seront essentiellement composés de graines et granulés « spécial cobaye ».

Tu pourras également lui donner quelques friandises (en petite quantité), des légumes frais (feuille de chêne, endive, carottes, pissenlit) et des fruits (pomme, kiwi, banane, agrumes) ainsi que du pain sec ou une biscotte. Il faudra être vigilant quant aux quantités, car c’est un gourmand et sa ligne lui importe peu ! Si tu ne fais pas attention, il peut rapidement ressembler à un tonneau, et ça peut facilement le rendre malade. Chaque jour, pas plus de 20g à 25g de graines par adulte et un seul aliment comme quelques feuilles d’endive ou de salade.

Le Cobaye est la seule espèce de mammifère à ne pouvoir fabriquer seul sa propre vitamine C: il faut donc lui en apporter dans son alimentation (les kiwis, les agrumes, les graines spéciales cobaye en contiennent) mais également sous forme de compléments vitaminiques.

Pense également à lui laisser à disposition une pierre à lécher, pratique pour les apports en sels minéraux complémentaires.

Bien sûr, n’oublie surtout pas de lui laisser de l’eau claire et propre à volonté, de préférence à l’aide d’un biberon pour éviter les souillures.

Dans tous les cas, n’oublie jamais que ton vétérinaire est le meilleur ami de ton cobaye après toi, et que sa formation fait de lui son seul médecin : écoute et suis ses conseils !

Source : Clinique Vétérinaire Elysée

Lydie*

“Cause Animale Nord” avait déjà publié des copiés-collés délirants, du type totalement mystique sur l’énergie planétaire qu’on connaîtrait en tant que végan, etc. C’est délirant, mais secondaire pour nous : la question animale est primordiale.

Et ce texte est un scandale pour les raisons suivantes. Il ne s’agit pas des descriptions insupportables du type mécanique comme “silhouette dodue et cylindrique”, faussement amusant comme ” il peut rapidement ressembler à un tonneau”, ou des affirmations erronées comme quoi l’espérance de vie serait de huit ans. Il s’agit des informations concernant la vie même des cochons d’Inde.

* il est dit qu’il faut “au minimum une cage de 40 cm de haut, 60 cm de long et 40 cm de large pour faire le bonheur de ton petit animal” : c’est faux, il faut une cage bien plus grande, d’au moins un mètre de long.

* le texte parle aux enfants et dit : “Tu peux aussi lui fabriquer une petite maison en bois où il pourra se reposer et se cacher“, mais c’est erroné, car la maison est un impératif.

* la promotion du cochon d’Inde comme “animal de compagnie” est déjà par ailleurs scandaleuse, encore plus quand on voit le ton régressif du texte issu d’un cabinet vétérinaire, prônant cela pour les enfants.

* il est donné comme conseil : “Le sol de sa cage sera tapissé d’une litière végétale ou de copeaux de bois“, or c’est totalement déconseillé, car il est bien connu que les copeaux de bois sont toxiques pour les voies respiratoires (de tous les rongeurs), dégageant des phénols avec l’urine (alors qu’en plus on trouve des sacs de litières de chanvre à bas prix par exemple sur Zooplus).

* il est également dit : “Par-dessus, tu peux ajouter une couche de paille, ou mieux, du foin qui lui servira à la fois de litière et de repas !“, ce qui est totalement absurde et inconséquent, puisque la nourriture serait souillée, il faut justement un rack à foin afin de conserver sa propreté.

* il est expliqué, ce qui est un scandale véritable, que “C’est un animal qui aime la compagnie de ses congénères, mais qui supporte très bien de vivre seul, s’il reçoit l’attention et l’affection de ses maîtres.” Rien qu’en Suisse c’est interdit, il faut au moins deux cochons d’Inde, car le cochon d’Inde est grégaire, seul il s’ennuie à mourir! Alors qu’à plusieurs, on les retrouve en train de popcorner.

* le passage suivant est d’une irresponsabilité complète, comment peut-on être vétérinaire et proposer cela?

Il est possible, voire recommandé, de faire cohabiter plusieurs femelles, éventuellement avec un mâle. Mais plusieurs mâles risqueraient de se battre entre eux. Tu peux choisir d’avoir un couple, mais attention : si tu choisis cette solution, attends-toi très vite à être à la tête d’une famille nombreuse et il faudrait quand même que tes parents soient d’accord !

Ainsi un enfant devrait choisir pour les animaux, il devrait être en mesure d’avoir le “droit” de gérer la vie, tout cela donc dans le déni de toute responsabilité et de l’oubli des adoptions à faire?

* on lit aussi que “le cobaye peut également cohabiter sans trop de difficultés avec le lapin“, alors qu’il est bien connu que c’est faux, car il y a un risque de blessure grave de par la puissance des pattes arrières des lapins.

On ne peut donc que rire jaune quand on lit à la fin :

“Dans tous les cas, n’oublie jamais que ton vétérinaire est le meilleur ami de ton cobaye après toi, et que sa formation fait de lui son seul médecin : écoute et suis ses conseils!”

Il est tout à fait vrai qu’il faut écouter absolument l’avis des gens qui s’y connaissent, que le culte de son ego est un danger terrible pour les animaux dont on est responsable. Mais là avec une telle médecine on en revient à Molière et sa dénonciation d’une caste ayant perdu pied avec la réalité.

Que “Cause Animale Nord” poste un tel article rempli d’erreurs très graves est vraiment significatif. C’est de la rébellion contre le monde qui part de bons sentiments mais compense son manque de connaissance par des copiés-collés et par le rentre-dedans.

écologistes! : “premières rencontres nationales”

Ce week-end se sont tenues les “premières rencontres nationales” du nouveau mouvement politique de de Rugy, “écologistes!”. Un bon démarrage apparemment, puisque pas moins de 300 personnes s’y sont rendues, samedi.

Il ne s’agit bien sûr pas tant de militants que de gens naviguant dans les institutions, aux postes d’élus et autres. D’ailleurs, “écologistes!” s’est réuni pas moins que dans une annexe de l’Assemblée nationale.

De Rugy s’est à ce titre exprimé très clairement devant les gens présents :

“C’est clair, net et précis. Nous sommes demandeurs, nous voulons des élus et nous voulons exercer des responsabilités.”

La voie pour cela, c’est Jean-Vincent Placé qui l’a formulé, avec l’expression suivante: “une écologie pragmatique, réaliste et positive”.

Et histoire d’être bien sûr d’avoir des bonnes places dans les institutions, en octobre, il y aura une unité avec le Front démocrate et Génération écologie pour former l’Union des démocrates et écologistes, comme appui à François Hollande.

De Rugy a aussi, comme c’est la tradition dans ce genre de tambouille politique, exhibé une “prise de choix”, sous la forme de Véronique Massonneau, députée du nord-Vienne EELV. C’est une question de crédibilité : un nouveau mouvement institutionnel doit toujours montrer qu’il attire des élus, qu’il est là pour “gagner”.

Voici un petit exemple de comment elle a expliqué son choix d’abandonner EELV dans un coup d’éclat :

“Moi j’aimerais qu’on soit plus pragmatiques et plus réalistes. Et que du coup, on soit LE parti écologiste qui réponde aux enjeux du 21ème siècle.

Et ça, le nouveau parti Ecologistes, il peut le porter. C’est nous qui allons le créer, c’est nous qui allons le porter ce projet. Il y a beaucoup d’élus des collectivités, beaucoup de militants qui partagent cette philosophie portée par Jean-Vincent Placé et François de Rugy.

Bien sûr qu’il y aura des écueils, c’est normal, mais soyons des sentinelles dans ce nouveau parti. Soyons vigilants. On peut le créer ce parti. Faisons-le à notre image.”

Ou encore, tout aussi ridicule :

“Je m’attendais à être attaquée. Je n’ai averti que les gens importants pour moi. Je n’ai pas voulu l’annoncer au mauvais moment. Mais ce qui est sûr, c’est que je ne quitte pas ce parti de gaieté de coeur. J’ai eu beaucoup de mal à quitter EELV.

C’est comme un deuil. J’ai mis beaucoup de temps à mûrir ma décision. Je l’ai prise jeudi 1er octobre 2015, vous voyez, c’est tout frais”

Quelle hypocrisie, prétendre avoir choisi deux jours avant… On est là clairement dans une logique de “places”.

C’est également ce qui a amené Barbara Pompili, députée de la Somme, à abandonner EELV il y a quelques jours. Là aussi, EELV est quitté, mais pas la place de députée, tant qu’à faire!

Elle ne rejoint pas (encore) “écologistes!”, mais sa logique est la même : rejet de l’extrême-gauche et volonté de soutenir François Hollande.

Car ces gens, outre de n’en avoir rien à faire de la Nature, prétendent faire barrage à Marine Le Pen en soutenant François Hollande, qui serait le seul recours… On est vraiment très mal parti.

La blague est également venue d’Aline Archimbaud, sénatrice qui avait déjà annoncé avoir pris ses distances avec EELV l’année dernière. Mauvaise pioche médiatique, aussi a-t-elle réitéré hier, annonçant quitter EELV la veille du congrès du mouvement “écologistes!”, étant ainsi certaine de trouver un petit écho… Que ne faut-il pas faire!

Ou peut-être faut-il plutôt considérer que la pire des blagues vient de Jean-Vincent Placé, dans ses propos relatés par Challenges.

Il se plaint qu’à EELV on se soit moqué de son look de cadre, et affirme qu’il a, ô miracle apparemment pour lui, “évoqué” la cause animale….

“L’ancien numéro 2 d’EELV est d’ailleurs peut être celui qui s’est montré le plus critique avec son ancien parti.

En charge du discours de clôture du congrès, le sénateur de l’Essonne s’est longuement attardé sur les errements de son ancienne formation “où l’on s’est parfois écharpé pour des virgules sur un communiqué de presse”, où “si l’on n’acceptait pas les 120 idées du partis on était stigmatisé- y compris sur son style vestimentaire” et où “l’on s’est même moqué de moi (rires) quand j’ai évoqué la cause animale qui m’est chère”.”

Sans doute y aura-t-il des doux naïfs ou de sacrés opportunistes pour croire cette thèse de “cause animale” qui lui serait chère. Cela ne sera pas notre cas…

Philippe Verdier : “Climat investigation”

A écouter Philippe Verdier, le “monsieur météo” de France 2, les gens qui luttent contre la destruction de notre planète sont des menteurs et alors, logiquement, LTD serait un produit des grandes banques et des plus riches de la planète.

Il n’y a qu’en France où un truc pareil pouvait arriver : un présentateur télé qui, juste avant la COP21, sort un bouquin dans une maison d’éditions ultra-conservatrice – identitaire pour expliquer que le réchauffement climatique est un complot médiatico-financier.

Voici la vidéo de présentation, qui est un mélange de narcissisme et de discours classique de l’extrême-droite des années 1930, juste remanié pour correspondre à l’époque.


TEASER OFFICIEL – CLIMAT INVESTIGATION… par Editions_Ring

Ce type n’a peur de rien. Les gens en France n’en ont rien à faire de l’idéologie, les grandes entreprises généralisent l’écocide, et lui, arrive en disant que la défense du climat serait une “prise d’otages” de la population.

Voici la présentation officielle du livre, intitulé “Climat investigation”, dans l’esprit de ces enquêtes ultra-racoleuses qu’on peut voir sur les chaînes de la TNT :

Le climat est aujourd’hui une guerre, une religion. Tout avis contraire sera éliminé. Quelle voix s’élèvera pour rompre le silence pour faire éclater la vérité avant le sommet de Paris ?

Il n’existe aujourd’hui plus de lien entre le climat et le discours alarmiste sur ce sujet. Les Français sont maintenus dans la peur par un matraquage sans précédent. Cette prise d’otages constitue un enjeu diplomatique pour la Conférence de Paris. Au plus haut sommet de l’Etat, l’échec de la COP 21 est diagnostiqué depuis longtemps mais la manipulation et le spectacle s’amplifient davantage.

Le GIEC, ultra politisé, se délite sous les scandales et ses méthodes critiquables. La parole scientifique est inaudible. Les Nations Unies plongées dans la corruption pataugent volontairement depuis une génération de pourparlers. Lobbies économiques, associations écologistes, gouvernements et religions tissent des liens dangereux. Les ambassadeurs du climat entretiennent cette crise aussi brûlante qu’impalpable.

La France figure pourtant parmi les pays les moins touchés par le changement climatique. Notre économie et notre société bénéficient déjà des avantages considérables du réchauffement. Le développement des énergies renouvelables menace notre sécurité et ne compensera aucunement l’explosion démographique identifiée comme une cause principale du problème. Qui osera ouvertement rompre ces tabous sous la pression extrême des dirigeants ?

Philippe VERDIER est journaliste-présentateur à France 2 et chef du service météo de France Télévisions. Diplômé d’un master en Développement Durable à l’Université de Paris Dauphine, il a couvert trois conférences sur le climat, dont celle de Copenhague.

Voici sa bio plus complète et officielle :

En 1994, il présente la météo en voix-off sur La Cinquième (Aujourd’hui France 5).
En 1995, il devient journaliste sur la Chaîne Météo en pleine création.
Il y restera treize ans et devient le seul journaliste-permanent.
En 2006, il rejoint BFMTV en plein essor où il devient présentateur météo de la matinale et chef du service météo.
En 2011, il est appelé sur France 2.
En 2012, il prend la direction du service météo où il commence à apporter des changements visuels.
Début 2014, il lance avec succès la nouvelle offre météo de France Télévisions avec son amie Florence Klein (France 3). Cette refonte des météo de France 2 et France 3 entraina une modernisation des process et une économie de 30% sur la fourniture de données météo.

On remarquera l’ironie : Philippe Verdier est passé par ce que la France compte ce qu’il y a de plus libéral (Université de Paris Dauphine, BFM TV…) et de plus institutionnel (France 2, Europe 1…) pour prétendre dénoncer autant que les autres!

C’est une “révolte” depuis l’intérieur du “système” lui-même et on ne sera guère étonné que le livre qui vient de sortir soit déjà dans les 40 meilleures ventes livres en France. Tout cela correspond bien à la pesanteur qui règne en France, à la négation de la Nature, à tout prix, jusqu’à l’hypocrisie, l’ignominie, le mensonge, l’extrême-droite.

24 octobre 2015 : “NON aux fourrières qui tuent OUI aux refuges en Vendée!”

Le travail local est incontournable, il est le travail de fond, tenace, difficile parfois tellement on a l’impression de se battre contre des moulins à vent. Mais la compassion et le sens de l’engagement priment! Ici il s’agit d’une initiative face à une situation classique : le principe de l’euthanasie est fourvoyé. Comme dans tant de fourrières, comme dans tant de zoos, comme chez tant de vétérinaires…

On se souvient de l’assassinat du girafon Marius, au zoo de Copenhague, maquillé en euthanasie…

Le 24 octobre 2015, les associations de protection animale donnent rendez-vous aux vendéens devant la Mairie des Sables d’Olonne à 14h00.

Ensemble, nous nous rendrons au village associatif qui sera dressé devant le tribunal de grande instance.

Par cette action, nous voulons présenter notre demande de création d’une commission intercommunale ayant pour mission de travailler à l’amélioration de la prise en charge des animaux errants, prise en charge financée par l’impôt.

En effet, beaucoup des élus vendéens ne semblent pas s’intéresser aux problèmes quotidiens des animaux abandonnés. Ils choisissent systématiquement de contracter avec une société de fourrière animale, apparemment sans chercher à connaître le devenir des animaux, et sans effectuer des contrôles durant l’exécution du contrat de délégation de service public.

Nous disposons à présent de statistiques faisant clairement apparaître des
différences importantes selon les intervenants en charge des animaux errants dans le
département de la Vendée :

http://www.nosamislesanimaux.com/statistiques-fourri%C3%A8res-chiens-et-chats.php

Récemment, le cas de la mort de 5 chatons, pourtant certifiés en bonne santé par un vétérinaire à leur entrée dans cette société de fourrière, et décédés entre ses murs :

https://www.facebook.com/events/397515173787694

a illustré parfaitement, documents à l’appui, des dysfonctionnements. D’autres cas sont présentés sur la page FB de l’événement.

Nous savons que l’obligation pour les communes de posséder une fourrière animale a un coût pour les citoyens. Et les citoyens ne veulent plus payer pour que les animaux soient négligés et euthanasiés.

C’est pourquoi nous pensons qu’il est temps d’envisager l’organisation d’un service de fourrière intercommunal exerçant ses prérogatives sur l’ensemble du territoire départemental.

Sa gestion sous forme d’un syndicat intercommunal permettrait d’optimiser ce service sans peser trop lourd sur les communes. De plus, la mutualisation des coûts et l’absence de recherche de profits permettraient à chaque commune de dégager des fonds afin de soutenir et de développer les refuges présents sur son territoire par l’octroi de subventions.

Aujourd’hui, les coûts des fourrières privées, qui n’assurent pas la mission de mise à l’adoption des animaux trouvés, captent la totalité des fonds.

Les installations et les structures existent en Vendée. Il faut maintenant la volonté politique.

Evénement Facebook : « NON aux fourrières qui tuent. OUI aux refuges en Vendée »

https://www.facebook.com/events/1048205385211962/

L’Etat confisque le chiot qui avait été arraché de force à un SDF

Voici les suites de l’affaire du chiot arraché à un SDF, c’est sans doute la dernière actualité à ce sujet avant quelques temps. L’État a en effet sifflé la fin de la récréation et placé le “président” de Cause Animale Nord en garde à vue pendant quelques heures.

Celui-ci a immédiatement oublié ses diatribes sur un “complot” et a accepté le deal policier consistant à rendre le chiot en échange de sa libération. L’information a été faite par Planète animaux, site d’infos servant depuis plusieurs jours d’interface soutenant Cause Animale Nord.

Le chiot va rester en chenil “le temps de la procédure”. Quant à l’association Cause Animale Nord, au nom duquel le président parle depuis le début, elle échappe avec chance à la procédure : il n’y a que son président qui est poursuivi pour “vol en réunion avec agression”.

Le “président” a expliqué que selon la police, le chiot a bien des papiers et que son “propriétaire”, le SDF roumain, n’appartient pas à un réseau.

Le “président” de Cause Animale Nord a pourtant eu sur ce point un soutien important ces derniers jours, avec “Archétype”. Il s’agit d’une personne organisant des libérations d’animaux utilisés par les mafias de la mendicité et montrant cela sur une page facebook.

Pour le coup cela devient compliqué : il y a quelques jours une vidéo était sortie, quelqu’un suivant le SDF roumain en filature. On le voyait téléphoner et parler d’affaires pour plusieurs centaines d’euros, en roumain, dans une vidéo dont la date était qui plus est erronée.

Archétype a repris la vidéo en expliquant qu’il l’avait filmé lui-même il y a quelques temps :

Voici les images d’une filature concernant le SDF qui s’est fait voler son chien. Je l’ai suivi car je sais qu’il est en relation avec un réseau que je suis depuis longtemps, qui est établi entre le 1er, le 3ème et le 4ème arrondissement de Paris_ sans pouvoir encore le prouver.

Elles ne constituent pas une preuve qu’il soit impliqué dans le trafic d’animaux, mais je vous laisse vous faire une idée de la nature de ses conversations téléphoniques.

Je rappelle que je ne soutiens en aucun cas le total manque de discernement de C.A.N et la manière dont son président justifie son acte, et que ces images font partie d’une enquête sur le trafic d’animaux en général. Elles doivent aider à se faire une idée objective sur cette affaire, et non à alimenter les propos discriminatoires qui ont été tenus.
https://www.youtube.com/watch?v=UKMz_cYq75w&feature=youtu.be

Cela a été suivi d’un article assassin de Metronews au titre éloquent :

“La manipulation de défenseurs des animaux pour accuser un SDF roumain de trafic”.

A aucun moment le SDF roumain ne parle d’animaux ; dans la foulée “Archétype” a enlevé la vidéo de youtube.

On peut se douter de l’impact plus que nocif pour la cause animale…

Et il ne faut pas croire que cela s’arrête là. Le cinéma  du “président” continue : le “président” de “Cause Animale Nord” a porté plainte contre… l’auteur de la vidéo qui a lancé l’affaire, ainsi que contre la personne ayant le facebook “Berger Malinois Gun” qui l’avait dénoncé dans une vidéo.

Il y a également un facebook qui s’est monté, avec plus de 57 000 mentions j’aime, dont le titre est “Soutien au SDF qui a été privé de son chien”.

Quant à la pétition contre Cause Animale Nord, elle a sans doute atteint son pic, soit un peu plus de 239 000 signatures.

Les dégâts sont énormes et il y a franchement lieu de réfléchir.

Tentons de résumer ce qui est selon nous correct : oui, c’est vrai il y a un trafic d’animaux pour des mafias de la mendicité et il faut la combattre. L’intervention en faveur des animaux est légitime et n’a pas à attendre l’aval d’une société aux mains de la course pour le profit. Le racisme divise les humains et est improductif, en plus d’être absurde.

Voici un petit récapitulatif de nos articles à ce sujet, et nous serons forcément amenés à en reparler à différents moments.

 

La conférence de presse de Cause Animale Nord

Le “président” de “Cause Animale Nord” a donc, hier, connu son heure de gloire, avec une conférence de presse où, en fait, de révélations, on ne sait rien de plus.

Les promesses n’auront donc pas été tenues, comme par exemple des résultats vétérinaires (pour vérifier si le chien était drogué).

On doit donc considérer que la cause de la défense des animaux continue donc d’être prise en otage, et cela sciemment. En postant non stop des revendications véganes sur le facebook de Cause Animale Nord, comme si de rien n’était, il s’agit pour le président de se poser comme fer de lance de la cause.

Ce n’est ni démocratique ni acceptable, vue sa vision totalement délirante de la société. 20 minutes Lille nous retransmet un de ses propos assez éloquent dans le genre :

“Pour que cette vidéo prenne autant d’ampleur, d’autres personnes plus puissantes se cachent derrière cela »,

Cela rappelle les délires sur les “illuminatis” très à la mode il y a quelques temps, y compris dans la défense des animaux (on se souvient de l’affaire du “DJ Ripley“).

Les animaux sont pris en otage pour une vision misanthrope, complotiste du monde. On a ici une vision paranoïaque du monde, sans aucune explication rationnelle de l’exploitation animale.

Dans le film très connu “M le maudit”, il y a le fantasme d’une grande ville passée sous la coupe de politiciens véreux de mèche avec la police, avec les mendiants formant un syndicat hyper organisé. C’est le même genre de vision du monde paranoïaque.

Il ne s’agit pas de dire qu’il n’y a pas de mafia, de politiciens véreux, de trafics de chiens. Il s’agit juste de voir que cela n’est pas “parfait”, mais participe en général à une société corrompue, aux valeurs inacceptables.

Du côté de “Cause Animale Nord”, on ne voit pas les choses ainsi ; on ne réfléchit pas en termes d’histoire, de culture, d’économie, on réagit avec “le coeur”, tout en se fondant donc sur l’intuition, les préjugés…

Au final, donc, c’est de la fausse rébellion prétextant une cause plus qu’autre chose. On est dans la pose, voire la posture.

On remarquera justement que sur le tee-shirt porté à la conférence de presse, il est inscrit “je suis modern gay la fourrure pas pour moi”, histoire de ne pas passer pour un facho. On est dans le calcul, pas dans la lutte pour la cause.

Voici une autre illustration de cette logique, avec un post facebook vite enlevé, exprimant une paranoïa certaine,  bien dans les normes de l’extrême-droite, comme il se doit.

C’est totalement délirant, mais cela ne doit rien au hasard: la cause animale s’est fait prendre d’assaut non pas par l’extrême-droite organisée (comme le pensent les anars), mais par une vision misanthrope qui rejoint l’extrême-droite (d’où l’incompréhension sincère mais au final absurde des misanthropes devant l’accusation d’être des fachos).

Au milieu de tout cela, il y a l’egotrip. On peut juger sur pièce avec le document publié par le “président” de Cause Animale Nord à l’occasion de la conférence de presse :

Cause Animale Nord

COMMUNIQUE DE PRESSE CONCERNANT L’AFFAIRE DU CHIOT.

Je suis atterré de voir les proportions qu’a pris la haine déclenchée contre moi et contre Cause Animale Nord que je préside, après la circulation massive de cette vidéo. Nous sommes attaqués de toute part, le site de CAN a été piraté, ainsi que les comptes sociaux de certains de nos militants, et nous recevons des menaces de mort du monde entier.

Je reconnais que les images peuvent choquer : un homme âgé au sol, les cris d’un chiot attrapé dans la précipitation, des invectives lancées aux passants, c’est typiquement le genre d’extrait-choc qui, livré au public sans aucune explication sur le contexte, donne lieu à toutes les interprétations possibles même les pires; surtout quand certaines personnes se font un plaisir d’aiguiller les imaginations.

Ça serait intéressant d’ailleurs de savoir par qui et pourquoi cette vidéo a été mise sur le net et surtout a pris une telle ampleur, avec directement incitation immédiate à la haine, publication de mon nom, adresse, n° de téléphone etc…. surtout sachant que CAN a l’habitude de lever des gros dossiers qui dérangent certains politiques.

La réponse : un jeune de 23ans qui aime faire le buzz sur les réseaux sociaux du nom de Nghi Le Duc. Cette personne ne fait nullement partie de la protection animale, son passe-temps, créer le scandale sur la toile. Mais pour que cette vidéo prenne autant d’ampleur, d’autres personnes plus puissantes se cachent derrière cela. Les attaques contre notre site viennent de plusieurs pays du monde.Voici donc exactement ce qui s’est passé ce jour-là.

Lors d’une manifestation contre la fourrure se tenait un village de stands d’associations. Une femme (celle qu’on voit sur la vidéo du pseudo Victoria Phoque sur les réseaux sociaux) est arrivée sur le stand de CAN, nous expliquant qu’elle faisait le tour de tous les stands depuis un moment pour alerter sur la présence d’un chien « drogué et maltraité », cherchant de l’aide.

Aucun militant n’était venu à cette manifestation pour se retrouver à faire une enquête en urgence sur place (et encore moins devoir gérer un animal en pleine manifestation) mais devant son insistance, on a décidé d’aller au moins voir ce qui se passait.

J’ai effectivement découvert un chiot amorphe, dodelinant de la tête, les pupilles dilatées, et attaché très court par un lacet à la poignée d’une valise. Je n’ai pas de « détecteur de drogue » sur moi, on peut aussi penser que ce chiot était juste sonné par le bruit de la rue mais en général tous les chiots sont plutôt très vifs et joueurs; donc inquiété par son absence totale de réactivité j’ai évidemment essayé d’établir un dialogue avec son propriétaire.

Il est devenu tout de suite très méfiant, a détaché le chien pour le prendre aux bras puis à la surprise de tout le monde il s’est jeté au sol avec le chiot serré contre lui et s’est roulé par terre. Je n’espère qu’une chose, c’est que des caméras de surveillance de la ville se trouvaient en fonction sur cette sortie des Halles afin qu’il soit enfin prouvé que je ne l’ai pas agressé : il s’est jeté au sol lui-même, et vu que comme tout ce que je dis est disséqué et retourné contre moi depuis quelques jours, je ne tenterai même pas de proposer d’explications sur ce comportement.

Plusieurs personnes dans le public ont crié « Attention au chien, il va l’écraser » !

Il faut bien comprendre que ces choses-là se produisent à vitesse éclair et qu’on n’est pas forcément préparé à de telles réactions ; entre l’état quand même bizarre du chiot à mon arrivée, la difficulté d’établir un dialogue, la réaction surprenante de cet homme et surtout le danger dans lequel le chiot s’est retrouvé au risque d’être écrasé, j’ai réagi sous le coup de l’urgence en essayant de lui écarter les bras pour qu’il libère le chiot. Il le serrait si fortement que des témoins ont hurlé « Il va l’étouffer ! »

Si le grand public était informé des trafics permanents de chiots dans les grandes villes, provenant d’élevages étrangers dont les reproductrices sont totalement sous-alimentées et maltraitées, avec un taux de mortalité effroyable dans les transports clandestins, ces camions arrivant la nuit entre autre porte de la Chapelle et l’usage très habituel de substances dangereuses sur les chiots pour les faire tenir tranquille, et dont la police, bien qu’au courant, n’a ni le temps ni la volonté avérée de s’occuper, peut-être aussi que ma réaction serait moins stigmatisée, même si je le reconnais les choses ont été faites dans la précipitation et une certaine incohérence. Et si il ne s’était pas roulé au sol avec le chiot, on aurait peut-être eu le temps d’essayer d’y voir plus clair, aussi !

La vidéo commence au moment où je viens juste de réussir à lui faire lâcher le chiot; on se précipite sur l’animal pour qu’il ne s’échappe pas (le bruit qu’on entend c’est mon épaule qui cogne le panneau en fer derrière lequel j’avais peur qu’il disparaisse, et non la tête du chiot comme des milliers de gens se sont permis de l’affirmer alors que je suis filmé de dos à ce moment-là et qu’on ne voit rien de ce qui se passe réellement) ; l’homme s’agrippe ensuite à moi en criant pour essayer de récupérer l’animal, la femme essaye de l’en empêcher, un militant qui était venu avec nous me prend le chiot des mains et nous repartons vers le village associatif qui était à 50 m de là ou la police était présente.

L’homme n’y est pas venu pour essayer de le récupérer, par contre une demi-heure après il portait plainte en présentant les papiers d’un pékinois (ce que ce chiot n’est pas), papiers qu’il aurait pu aussi bien me présenter tranquillement dès le départ, aussi. Chose que je ne m’explique pas, c’est qu’il soit allé porter plainte dans un commissariat éloigné à 20 minutes alors qu’il s’en trouve un à proximité immédiate des lieux. Et qu’une plainte soit reçue 35 minutes après l’acte !

Beaucoup de question sans réponse qu’il laisse présager des doutes sur les réelles motivations…

Des milliers de gens copient-collent des commentaires disant que cet homme avait un chien depuis 15 ans qui venait de mourir de vieillesse et qu’il était très connu dans le quartier; or dans diverses vidéos pourtant volontairement à charge contre moi il explique devant les caméras, avec l’aide d’un interprète roumain, qu’il n’est en France que depuis 4 mois et qu’il n’a jamais eu de chien avant.

A l’inverse d’autres gens laissent des commentaires disant qu’il a été vu ces derniers temps avec d’autres animaux : bref rien n’est clair dans cette affaire. D’autres affirment que « aucun SDF n’a les moyens d’acheter de la drogue » : un grand nombre de produits très courants et bon marché peuvent pourtant rendre un jeune animal complètement stone. À noter qu’une fois libéré ce chiot s’éloigne plutôt lentement, donc : drogué ou pas, la question reste licite.

Au bout d’un certain laps de temps conséquent le chiot a retrouvé un comportement d’éveil normal. La bénévole qui s’est proposée pour l’héberger m’a confirmé le lendemain qu’à part un envahissement de puces, la petite chienne semblait en relative bonne santé. CAN est accusée aussi d’avoir trop rapidement publié une annonce d’adoption (et non de VENTE, j’insiste sur ce point, et toutes les asso font pareil à des tarifs sensiblement équivalents pour couvrir les frais inhérents à la mise en règle des animaux. Il faut comprendre qu’à partir de la parution d’une proposition d’adoption il se passe parfois des semaines avant que quelqu’un se présente, donc nous avons l’habitude de faire paraître les annonces le plus vite possible.

De toute façon on ne place jamais les animaux sans prendre le temps de s’assurer que l’adoptant est sérieux ; ici l’association a simplement suivi sa procédure de routine, après parution on a donc tout le temps de remettre l’animal en état de santé si besoin, de l’identifier ou de vérifier les identifications; ici il y a bien une puce, mais le passeport correspondant n’est pas franchement clair puisque le premier vaccin est noté à la date du 01/09/ 2005, pour un chiot de meme pas 3 mois. A côté de ça l’homme reste très évasif sur la façon dont il s’est procuré ce chiot. Son fils ? Il se trouve en Angleterre…

On m’accuse d’avoir agi trop impulsivement : j’ai agi comme me le dictait mon cœur à l’instant T devant la réaction vraiment imprévue de cet homme ; j’ai peut-être mal évalué la situation et dans ce cas c’est la justice maintenant qui vérifiera si oui ou non les papiers de ce chiot sont réellement les siens, et qui tentera d’en savoir plus sur sa provenance.

Je n’ai jamais eu ces documents, ils ont été filmés dans des interviews du supposé propriétaire qui les présente lui-même devant la caméra : à partir de ces vidéos l’image a été extraite, mais quand je l’ai publiée pour tenter de faire comprendre aux gens qu’il y avait bien quelque chose de bizarre vu les dates on m’a accusé en prime de les lui avoir volés, ou même de les avoir falsifiés : tout ce que j’essaye de produire comme explication est retourné contre moi.

Des gens vont jusqu’à jurer qu’ils lisent bien « 2015 » alors que 2005 est clairement visible! Le vétérinaire qui a examiné le chiot et à la vue de toutes les incohérences (dates non concordantes, race, etc) émet de sérieux doutes sur l’authenticité des documents fournis. Des examens vétérinaires sont en cours dans l’un des plus grand centre français, le délai pour les résultats est de 3 semaines. Le simple cout pour cette expertise est de 252€ donc bien inférieure aux frais d’adoption que nous demandions.

Après recherche le vétérinaire Roumain ayant identifié le chiot déclare que le chiot n’est pas enregistré au registre national du pays. Mais après investigation, le chiot se trouve bien inscrit au registre mais avec des dates différentes de son passeport. Pourquoi avoir menti ? on peut se poser la question.

Egalement un vaccin antirabique effectué début septembre sur un chiot de 2 mois alors que la législation ne l’autorise qu’à partir de 3 mois.

Une date de naissance également différente entre le passeport et le fichier central roumain.

Mais aussi une date d’enregistrement differente au fichier central.

Beaucoup d’incohérences qui laisse présager un trafic, surtout qu’une video tourne actuellement sur le web ou on voit cet homme négocier pour des chiots.

Au terme de l’enquête et si un trafic est décelé, je serai peut-être condamné pour avoir voulu « faire justice moi-même » comme on m’en accuse, mais j’espère alors que ce buzz regrettable sera au moins l’occasion de porter sur la place publique ce problème énorme de trafic d’animaux (qu’il s’avère qu’il s’agit bel et bien de ça ou pas, d’ailleurs).

Il faut savoir aussi que dans certains cas de maltraitance la police s’en remet directement aux associations en disant : « Allez-y, car nous on ne peut rien faire ». Ce qui revient très clairement à nous dire : « Nous n’avons pas les moyens légaux d’intervenir, sortez cet animal de là comme vous pouvez, on ferme les yeux. » Et si on n’y va pas, alors les gens nous jettent la pierre aussi.

Je rendrai donc compte de mes actes mais ce qui est incroyable c’est que mon association ait été accusée à travers le monde de « voler des chiens à des SDF pour gagner de l’argent. »

Toutes les associations et refuges de France croulent sous les animaux abandonnés et ont le plus grand mal à leur trouver de bons adoptants: qu’une association aille en « voler » pour le plaisir de les mettre à l’adoption en pensant gagner de l’argent au passage, franchement qui peut croire à ces fables. Surtout quand on connait les tarifs des vaccinations, vermifuges, déparasitage, identification etc, parfois même castration si l’animal est plus âgé.

Toutes les personnes qui me connaissent et même mes ennemis savent le temps que je consacre à mon association et au sauvetage d’animaux, au point de ne plus avoir de vie privée. A propos de vie privée, j’informe qui de droit que j’ai parfois hébergé chez moi des SDF en leur laissant mon propre lit : je ne suis pas certain que toutes les personnes qui me traitent de facho et souhaitent ma mort depuis quelques jours en aient jamais fait autant.

CAN est une association qui a pignon sur rue. Nous avons en charge plus de 700 animaux, de chevaux à furets en passant par les animaux de ferme, et de tous âges.

Cela représente énormément de logistique, de soucis, de soins quotidiens à prodiguer à chacun, donc imaginer que je profite d’une participation à une manifestation contre la fourrure pour aller chercher des animaux supplémentaires dans Paris est tellement énorme que j’avoue, quels que soit mes torts dans la façon dont les choses se sont déroulées lors de cette intervention qui était je le répète non prévue, que je suis très étonné de voir jusqu’où va la haine de certains et la volonté de nuire à CAN.

L’opinion publique a été particulièrement touchée parce qu’il s’agit d’un sans-abri, je suis devenu « un voleur de SDF » : je suis parfaitement bien placé pour savoir que nombre d’entre eux s’occupent très bien de leur animal et sont même capables de se priver de nourriture pour eux. On leur vient en aide d’ailleurs quand l’occasion se présente.

Ce n’était pas la peine de me l’expliquer par des milliers de messages insultants et menaçants, car cela n’a rien à voir avec les chiots victimes d’un trafic international connu qui enrichit en amont une mafia énorme, et qui déverse – en France notamment – un flot ininterrompu de nouveaux animaux alors que tant d’autres abandonnés par leurs « maîtres » attendent en cage d’être adoptés et sont même parfois euthanasiés (des dizaines de milliers chaque année) : est-ce que les gens peuvent comprendre qu’entre les chiens qui sont pour un SDF son seul ami et la prunelle de ses yeux, et ceux qui sont écoulés au marché noir, il y a une différence ?

Ceci sans présumer de l’affaire actuelle. Il est possible d’ailleurs si le cas se présente que nous soyons tous les deux condamnés : moi pour intervention dans un cadre non légal, et lui pour participation à un trafic d’animaux. Si sa bonne foi est établie je saurai lui présenter mes excuses et répondre des conséquences de mon erreur d’appréciation.

Les personnes qui se sont rendues coupables de faux témoignages (prétendant connaître cet homme dans ce quartier depuis plus de 15 ans alors qu’il dit lui-même n’être en France que depuis quelques mois), ainsi que celles qui m’ont livré en pâture aux réseaux sociaux en publiant mon adresse personnelle accompagnée d’incitation explicites au lynchage, auront elles aussi à rendre des comptes. Et comme quoi qu’il en soit des trafics de grande ampleur existent j’espère que tout cela servira au moins à attirer l’attention du public et des autorités sur cette mafia bien connue des services de police.

CAN restera debout, les bénévoles et militants qui la composent restent soudés, et même plus unis encore devant cette attaque d’une haine et d’une proportion incroyable, car les animaux dont nous nous occupons depuis des années comptent sur nous.

Antony Blanchard, président de Cause Animale Nord.