• Nicolas Hulot et son garage

Interdiction de la conférence “Abolissons la vénérie aujourd’hui”

Voici un communiqué de l’association “Abolissons la vénérie aujourd’hui – Ensemble, protégeons la forêt et ses animaux”, de l’Oise,  qui a vu sa conférence publique sur  la chasse à courre annulée par l es autorités.

On y apprend qui plus est,  que 200 chasseurs servent désormais de suppléant aux forces de l’ordre !

Comme quoi  nous vivons vraiment dans un pays où l’hégémonie  ultra-conservatrice prédomine bien…

On notera que le  site  de l’association propose également des  anecdotes édifiantes sur la chasse à courre et ses moeurs  aristocratiques dignes  d’avant la révolution française… Les riches, les  puissants,  se croient tout permis… et d’ailleurs, tout  leur est permis !

Ce dimanche devait se tenir une conférence publique sur le thème « Pourquoi abolir la chasse à courre » dans une salle municipale de Longueil-Annel (Oise).

Elle était co-organisée par le collectif AVA (ava-picardie.org) et le site Picardie Populaire (picardiepopulaire.net).

Malheureusement, suite à une visite des gendarmes dans le bureau du maire de la ville, elle n’aura pas lieu, le maire ayant décidé de l’annuler sous la pression, prétextant une menace de trouble à l’ordre public, possiblement par des chasseurs mécontents.

Ce nouvel épisode traduit bien l’influence profondément anti-démocratique de la chasse sur les institutions.

Cela s’ajoute surtout au climat de plus en plus pesant dans la région.

Le même mois, le Préfet de l’Oise et la Fédération des Chasseurs ont annoncé la signature d’un partenariat inédit en France, donnant à une véritable milice de 200 chasseurs le rôle d’assistants de police, leur abandonnant la surveillance des forêts et des « zones rurales profondes ».

Alors que les écologistes et les opposants à la chasse sont marginalisés, voire dans ce cas littéralement criminalisés, il est d’autant plus important pour un collectif démocratique d’exprimer le mécontentement grandissant des habitants: la chasse à courre donne lieu à de nombreux incidents systématiquement étouffés, pour couvrir les chasseurs.

AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) est une initiative justement née de ce ras-le-bol de personnes habitants en lisière de forêt, impuissantes face à une pratique qui les révolte. Rappelons que (selon un sondage IPSOS/One Voice de 2010), 75% des français seraient pour l’interdiction de la chasse à courre.

Contrairement aux mouvements passés qui reposaient sur des sabotages par de petits groupes de personnes, AVA a choisi la voie pacifique de la mobilisation populaire, et cette réunion publique était le premier pas dans ce sens.

Il faut croire que c’est déjà trop pour certains.

Plus cette affaire connaîtra de retentissement, moins cela aura de chance de se reproduire à l’avenir.

Merci de partager ce communiqué et de faire passer l’information !

L’illusion de la fermeture de Fessenheim

Sortir du nucléaire informe de la situation quant à l’annonce de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, pointant les limites existantes dans celle-ci.

L’illusion de la fermeture de Fessenheim : EDF garde la main sur la politique énergétique… avec la complaisance du gouvernement !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement l’inaction du gouvernement et de François Hollande, qui, pendant cinq ans, a laissé EDF dicter le sort de Fessenheim et de la politique énergétique française. Derrière l’enfumage du gouvernement, EDF s’enfonce encore plus dans l’impasse nucléaire.
EDF a imposé un deal inacceptable

La décision adoptée hier par le Conseil d’Administration d’EDF entérine l’inversion totale de la logique de la loi de transition énergétique : avec la complaisance du gouvernement, EDF a transformé le plafonnement de la puissance nucléaire installée à ne pas dépasser, instauré par la Loi de Transition Energétique, en plancher sous lequel ne pas descendre !

Comme il fallait s’y attendre, pour fermer la centrale de Fessenheim, vieille et dangereuse, il faudra attendre la mise en service du réacteur défectueux de l’EPR de Flamanville, équipé d’une cuve qui ne devrait surtout pas être homologuée par l’ASN, qui y perdrait sa crédibilité.

Pire encore, cette fermeture pourrait être remise en question si elle ne s’avérait plus nécessaire pour rester en-dessous des 63,2 GW de puissance nucléaire installée.

Ainsi, si d’autres réacteurs venaient à être arrêtés pour raison de sûreté (comme Paluel 2, gravement endommagé par la chute d’un générateur de vapeur), la centrale alsacienne pourrait continuer à fonctionner malgré son âge avancé, ses pannes à répétition et les risques qu’elle fait peser sur les populations.

Une décision qui fait fi de la réalité objective de cette centrale
EDF continue en effet à faire abstraction des défauts de la centrale qui, bien plus qu’une promesse électorale à laquelle plus personne ne croit, justifient sa fermeture immédiate.

Située en zone sismique, inondable et dotée d’enceintes de confinement trop petites qui ne pourraient pas contenir la radioactivité en cas d’accident, cette centrale est vulnérable au vieillissement et certains équipements, comme les cuves et les enceintes de confinement, ne pourront pas être remplacés ni réparés.

EDF oublie-t-elle également que le réacteur n°2, à l’arrêt depuis juin 2016, est toujours interdit de redémarrage en raison d’un générateur de vapeur suspect ?

Et que le réacteur n°1 ne pourra continuer à fonctionner qu’en mode dégradé ?

Avec cette décision à l’image de sa gestion du parc nucléaire, EDF ne fait que reculer pour mieux sauter, entravant une transition aussi urgente qu’inéluctable.

Une politique énergétique entre les mains d’EDF
Les déclarations enthousiastes de Ségolène Royal ne doivent tromper personne.

Avec cette décision, EDF garde la main non seulement sur Fessenheim, mais sur la politique énergétique française, dans la droite ligne de la PPE indigente proposée par le gouvernement. En l’absence de fermetures planifiées de centrales, celle-ci ne permet pas de réduction de la part du nucléaire,

Faute d’une vision cohérente de la politique énergétique et au vu de l’acharnement d’EDF, le sort de Fessenheim et la réduction de la part du nucléaire reposent donc sur d’éventuels arrêts par épuisement de réacteurs et sur la capacité à s’interposer d’une Autorité de sûreté nucléaire dotée de peu de moyens et soumise à des pressions considérables. Pendant ce temps, les centrales vieillissent, le risque d’accidents majeurs ne peut qu’augmenter, et la transition énergétique prend du retard !

Fessenheim doit fermer immédiatement car c’est la sécurité des populations qui l’impose (7,5 millions d’habitants vivent dans un rayon de 100 km).

L’État doit cesser de se subordonner aux choix idéologiques d’EDF et du lobby nucléaire !

La situation causée par l’huile de palme

Le parlement européen s’est lancé dans une grande critique de l’huile de palme, mais au moyen… d’une résolution non contraignante.

Voici la partie intéressante, qui reconnaît les dégâts de l’huile de palme, c’est un excellent panorama de la situation causée par  cette huile.

Mais donc, l’Union Européenne constate sans être capable de prendre des décisions profondes et strictes… car c’est une question de vision du monde et de volonté réelle de tout changer, ou pas !

D.  considérant que la déforestation mondiale résulte de nombreux facteurs, parmi lesquels la production de biens agricoles tels que le soja, le bœuf, le maïs et l’huile de palme;

E.  considérant que le défrichement illégal aux fins de l’agriculture commerciale est responsable de près de la moitié (49 %) de l’ensemble des activités de déforestation tropicale qui ont eu lieu récemment et que ces activités sont dictées par la demande étrangère de biens agricoles comme l’huile de palme, le bœuf, le soja et les produits du bois; que, selon les estimations, la conversion illégale de forêts tropicales aux fins de l’agriculture commerciale produirait 1,47 gigatonne de CO2 chaque année, ce qui équivaut à 25 % des émissions annuelles de l’Union dues aux combustibles fossiles(3);

F.  considérant que les incendies de friches qui ont eu lieu en 2015 en Indonésie et à Bornéo sont les plus graves incendies observés depuis près de deux décennies et qu’ils sont dus aux changements climatiques mondiaux, au changement d’affectation des sols et à la déforestation;

que les conditions de sécheresse extrême observées dans les régions en question pourraient devenir plus courantes à l’avenir si des mesures concertées ne sont pas prises pour prévenir les incendies;

G.  considérant que les incendies de friches qui ont eu lieu en Indonésie et à Bornéo ont exposé 69 millions de personnes à une pollution de l’air nocive pour la santé et sont responsables de milliers de décès prématurés;

H.  considérant que les incendies indonésiens résultent généralement du défrichement des terres réalisé en vue d’étendre les plantations de palmiers à huile ou pour d’autres utilisations agricoles;

que 52 % des incendies indonésiens se sont déroulés, en 2015, dans des tourbières riches en carbone, ce qui a fait du pays l’un des principaux responsables du réchauffement planétaire au monde;

I.  considérant qu’il est difficile, au vu de l’absence de plans des concessions d’huile de palme et de registres fonciers publics dans de nombreux pays producteurs, de déterminer la responsabilité des incendies de forêts;

J.  considérant que l’Union européenne s’est engagée, dans le cadre de la déclaration de New York sur les forêts, à appuyer l’objectif du secteur privé d’éliminer la déforestation associée à la production des produits agricoles tels que l’huile de palme, le soja, le papier et la viande de bœuf au plus tard en 2020, reconnaissant que de nombreuses entreprises ont des objectifs encore plus ambitieux;

K.  considérant qu’en 2008, l’Union européenne s’est engagée à réduire la déforestation d’au moins 50 % d’ici 2020 et à stopper la diminution de la couverture forestière de la planète d’ici 2030;

L.  considérant que les précieux écosystèmes tropicaux, qui ne couvrent que 7 % de la surface de la Terre, sont soumis à la pression croissante de la déforestation;

que la monoculture de l’huile de palme est responsable d’énormes incendies de forêt, de l’assèchement de rivières, de l’érosion de terres, de l’assèchement de tourbières, de la pollution de cours d’eau et d’une perte générale de biodiversité, qui entraînent à leur tour la perte de nombreux services écosystémiques, ce qui a de grandes répercussions sur le climat, la conservation des ressources naturelles et la préservation de l’environnement mondial pour les générations actuelles et à venir;

M.  considérant que la consommation d’huile de palme et de ses produits transformés dérivés joue un rôle majeur en ce qui concerne l’impact de la consommation de l’Union sur la déforestation mondiale;

N.  considérant que la demande d’huiles végétales en général tend à croître, tandis que la demande d’huile de palme devrait, d’après les estimations, doubler d’ici 2050;

que, depuis les années 70 à aujourd’hui, l’Indonésie et la Malaisie ont concentré 90 % de l’augmentation de la production d’huile de palme;

que la culture du palmier à huile progresse aussi dans d’autres États asiatiques ainsi qu’en Afrique et en Amérique latine, où l’on assiste constamment à la création de nouvelles plantations et à l’extension des plantations existantes, ce qui portera encore préjudice à l’environnement;

constate toutefois que le remplacement de l’huile de palme par d’autres huiles végétales nécessiterait la culture de surfaces plus vastes;

O.  considérant que l’utilisation massive d’huile de palme s’explique principalement par le faible coût de ce produit qui, lui-même, s’explique par l’augmentation du nombre de plantations de palmiers à huile dans les zones déboisées;

que l’utilisation de l’huile de palme dans l’industrie alimentaire s’inscrit dans un modèle de production et de consommation de masse et non durable, qui va à l’encontre de l’utilisation et de la promotion des circuits courts et des ingrédients et des produits biologiques et de haute qualité;

P.  considérant que l’huile de palme est de plus en plus utilisée comme biocarburant et dans les aliments transformés, 50 % des produits emballés contenant actuellement de l’huile de palme;

Q.  considérant que les entreprises qui font commerce d’huile de palme ne démontrent pas que l’huile de palme de leur chaîne de production n’est pas liée à la déforestation, à l’assèchement de tourbières ou à la pollution environnementale ni qu’elle a été produite dans le respect des droits fondamentaux et de normes sociales appropriées;

R.  considérant que la Commission est tenue, en vertu du septième programme d’action pour l’environnement, d’évaluer les incidences environnementales, dans un contexte mondial, de la consommation de produits alimentaires et non alimentaires dans l’Union et, si nécessaire, d’élaborer des propositions politiques afin de donner suite aux conclusions de ces évaluations et d’envisager d’élaborer un plan d’action de l’Union sur la déforestation et la dégradation des forêts;

S.  considérant les études prévues par la Commission sur la déforestation et sur l’huile de palme;

T.  considérant que la valeur des émissions totales de gaz à effet de serre résultant du changement d’affectation des sols lié à l’huile de palme n’est pas connue;

qu’il est nécessaire de renforcer les évaluations scientifiques à cet égard;

U.  considérant que les pays producteurs ne disposent pas de chiffres fiables sur les superficies consacrées à la culture, autorisée ou non, de palmiers à huile, et que cet obstacle nuit dès le départ aux mesures prises pour certifier la durabilité de cette culture;

V.  considérant qu’en 2014, le secteur de l’énergie était responsable de 60 % des importations d’huile de palme de l’Union, puisque 46 % de l’huile de palme importée a été consommée dans le secteur des transports (soit 6 fois plus qu’en 2010) et 15 % pour la production d’électricité et de chaleur;

W.  considérant que, selon les estimations, 1 million d’hectares de terres seront converties au niveau mondial pour la culture d’huile de palme destinée aux biocarburants d’ici 2020, dont 0,57 million d’hectares de forêts primaires d’Asie du Sud-Est;

X.  considérant que le changement total d’affectation des sols causé par le mandat sur les biocarburants de l’Union européenne à l’horizon 2020 concerne 8,8 millions d’hectares de terres, dont 2,1 millions d’hectares de terres en Asie du Sud-Est qui sont converties sous l’effet de l’expansion des plantations d’huile de palme, la moitié au détriment des forêts tropicales et des tourbières;

Y.  considérant que la déforestation des forêts tropicales humides détruit les habitats naturels de plus de la moitié des espèces animales et de plus de deux tiers des espèces végétales de la planète et menace leur survie;

que les forêts tropicales humides abritent certaines des espèces les plus rares et souvent endémiques, qui figurent sur la liste rouge des espèces en danger critique d’extinction, de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), à savoir des espèces dont, d’après des observations, des estimations, des déductions ou des soupçons, la population a diminué de plus de 80 % au cours des dix dernières années ou sur trois générations;

que les consommateurs de l’Union devraient être mieux informés des efforts déployés pour protéger ces espèces animales et végétales;

Z.  considérant que de nombreuses enquêtes révèlent des violations généralisées des droits fondamentaux dans le cadre de l’établissement et de la gestion de plantations de palmiers à huile dans de nombreux pays, notamment des expulsions forcées, des violences armées, le recours au travail des enfants, des cas de servitude pour dette ou de discrimination à l’encontre des communautés autochtones; (…)

4.  observe que 73 % de la déforestation mondiale résulte du défrichement de terres réalisé pour la production de matières premières agricoles, et que 40 % de la déforestation mondiale est imputable au passage à des plantations en monoculture de palmiers à huile à grande échelle;

5.  observe que l’exploitation de l’huile de palme n’est pas la seule cause de déforestation, mais que le développement de l’exploitation forestière illégale et les pressions démographiques sont également responsables de cette situation; (…)

9.  constate qu’un peu moins d’un quart (en valeur) de tous les produits agricoles de base issus de la déforestation illégale et négociés à l’échelle internationale sont destinés à l’Union européenne, dont, au total, 27 % du soja, 18 % de l’huile de palme, 15 % du bœuf et 31 % des cuirs; (…)

11.  rappelle que la Malaisie et l’Indonésie sont les principaux producteurs d’huile de palme, ces pays assurant environ 85 à 90 % de la production mondiale, et accueille avec satisfaction l’extension de la forêt primaire en Malaisie depuis 1990 mais reste préoccupé par la déforestation en Indonésie, qui progresse actuellement à un rythme de 0,5 % de perte totale tous les cinq ans;

12.  rappelle que l’Indonésie est récemment devenue le troisième plus gros émetteur mondial de CO2 et qu’elle souffre d’une réduction de sa biodiversité, plusieurs espèces animales sauvages se trouvant menacées d’une extinction imminente;

13.  rappelle que l’huile de palme représente environ 40 % des échanges mondiaux des huiles végétales et que l’Union en est le deuxième plus grand importateur mondial avec environ 7 millions de tonnes par an; (…)

16.  observe également que le tourteau de palmiste est employé pour l’alimentation animale dans l’Union, et notamment pour l’engraissement des bovins laitiers et des bovins à viande;

Graines de cannabis et matériel de production personnelle…

Le cannabis est en train de s’implanter en France de manière massive. Tout récemment, une émission de M6, Dossier tabou, a largement présenté par exemple les moyens de le produire soi-même.

Voici par exemple des packs que google propose même directement, en mode shopping…

Tout cela passe par le fait que les graines de cannabis n’ont pas le droit d’être plantées, mais on a le droit de les avoir, tant qu’il n’y a pas la preuve de les utiliser…

Voici la très subtile présentation d’une entreprise, LaMota, à ce sujet : elle vend des graines, dit qu’on n’a pas le droit de les faire germer, pour en même temps expliquer comment faire!

Est-il légal d’acheter des graines de cannabis?

L’achat des graines de cannabis est légal en Espagne, Irlande, Angleterre, Ecosse, Pays-Bas, Belgique, Suisse, Autriche, Pologne, Russie, Italie, Canada, Japon, etc. La possession de graines de cannabis en Espagne ne constitue pas un délit (Convention de Vienne de 1961).

La culture du cannabis peut faire l’objet de sanctions administratives et pénales (Art. 25.1 de la Loi Organique relative à la protection de la sécurité citoyenne et Art. 368 du Code Pénal). La législation varie selon le pays. Vous devez vous informer des lois locales avant d’acheter. Il est illégal de faire germer les graines dans tous les pays. LaMota vend des graines à la condition qu’elles ne soient pas germées.

Comment faire germer mes graines?

Souvenez-vous que la seule possibilité de germination légale sera le jour où les législations changeront et que la culture de cannabis à usage personnel sera légalisée.

Dans ce cas, pour optimiser les résultats de votre germination, nous vous conseillons de procéder ainsi:

Humidifiez un Jiffy-7 et introduisez la graine à une profondeur de 0,5 cm.

Entretenez une lumière constante. Vous pouvez utiliser un tube fluorescent compact de 100W ou une lampe sodium de 400W, pendant 18 heures à 25ºC.

Notez que nous envoyons les graines à la condition qu’elles ne soient pas utilisées par des tiers en contravention avec la législation, lamota.org ne prétend inciter personne à agir contre la loi. Nous voulons souligner explicitement que les personnes qui achettent nos graines se rendent responsables de ses futurs actes.

Voici un autre exemple d’hypocrisie, avec un magasin qui vient d’ouvrir à Tarbes, “Histoire de graines“. Officiellement, les graines sont vendues… pour en faire collection!

D’autres produits, relevant du folklore du cannabis, sont également vendus, pour prétendre être un marchand comme un autre…

Voici une présentation par La Dépêche.

Une nouvelle graine commerciale a germé au 72, rue Georges-Lassalle. Un jeune Tarbais, Julien Arbes, vient de «semer» une boutique «stupéfiante», spécialisée dans les graines, plus particulièrement de cannabis, mais pas seulement.

Il a ouvert son commerce en franchise sous l’enseigne Histoire de graines, qui existe déjà à Montélimar, capitale du nougat mais visiblement aussi de la graine… de cannabis.

On peut ainsi y trouver des graines «de collection, d’origine française ou espagnole, à ne pas faire germer dans l’Union européenne», précise le jeune commerçant, mais aussi de multiples produits déclinés à base de chanvre : des variétés de fleurs séchées à consommer en infusion pour se relaxer, de la farine, des graines «riches en vitamines» à consommer, par exemple, avec des salades, de l’huile végétale, de la purée d’amandes, des suppositoires, du pollen, du stick à lèvres, du chewing-gum, des huiles essentielles…

Bref, tous les amoureux de la plante aux effets stupéfiants pourront trouver leur bonheur sur n’importe quelle étagère.

Histoire de graines propose également produits de lait d’ânesse (baume après rasage, crème hydratante anti-âge), des semences potagères bio de la ferme de Sainte-Marthe et des crunchs à base de chocolat blanc, de riz soufflé et de thé japonais avec au choix des fruits rouges, de la noix de coco, des cacahuètes ou des graines de chanvre. Seuls les tee-shirts vendus ne sont pas fabriqués avec du chanvre. «Mais cela ne saurait tarder», assure Julien Arbes.

Graines de cannabis et matériel de production personnelle, vendus massivement, de manière décentralisée… tout en prétendant n’avoir aucun rapport avec la consommation de cannabis.

Toute cette hypocrisie montre que l’Etat a totalement capitulé devant le cannabis. C’est une manière de mettre devant le fait accompli.

Le refuge Volée de piafs rouvre et demande du soutien

Nous avions relayé l’appel au soutien du refuge Volée de piafs, obligé de fermer ses portes : il a désormais réouvert, mais seulement temporairement, en attendant un soutien en assurant la pérennité.

Voici leur communiqué.

Reprise des accueils à partir du 26 mars 2017

Le Conseil d’Administration de Volée de piafs s’est réuni aujourd’hui et a voté la reprise des accueils d’animaux à partir du 26 mars 2017.

Les subventions accordées par la Région Bretagne, le département du Morbihan, la DREAL de Bretagne, notre député Philippe Noguès, ainsi que le très fort soutien de votre part, le public, nous permettent de reprendre notre mission, au moins pour 2017.

En effet, comme nous l’avons expliqué précédemment [voir ci-dessous], la Région et le département nous ont accordé des aides d’urgence qui ne sont pas renouvelables, le financement des centres de soins n’entrant pas dans leurs attributions.

Ces subventions vont nous permettre d’embaucher le personnel nécessaire, mais nous ne savons pas si ce personnel pourra être conservé en 2018 si nous n’avons pas de subventions. Notre grande crainte est de nous retrouver dans un an au point de départ.

Nous sommes reconnaissants à nos collectivités, qu’elles le sachent, pour l’effort consenti cette année, mais inquiets pour l’avenir.

Grâce à la solidarité du grand public, nous avons gagné 166 nouveaux adhérents et 103 donateurs, sans compter les 648 participants à la cagnotte Leetchi. Grâce à votre élan, des dizaines (des centaines ?) de courriers sont arrivés dans les boites de nos collectivités et ont enfin suscité un intérêt de leur part.

Bienvenue à nos nouveaux membres ! Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir et à nous accompagner durant ces prochaines années. Plus nos adhérents et nos donateurs sont nombreux, moins nous sommes dépendants des aides publiques.

Les dons, adhésions et contributions à la cagnotte Leetchi représentent 44500 € !

Un immense merci à vous tous, à Gaëlle pour la cagnotte et à ceux qui en ont eu l’idée également, merci pour vos pétitions, vos messages glissés dans les enveloppes d’adhésion et que nous conservons pour les relire les jours de chagrin, merci aux associations amies pour leur soutien amical et financier : la SPA, C’est Assez, L 214, la LPO 35 et le sanctuaire des hérissons, aux Fondations Brigitte Bardot et 30 Millions d’Amis qui ont spontanément proposé leur aide (déjà accordée dans le passé) et que nous solliciterons à nouveau.

Merci aux particuliers qui ont accepté de garder les animaux en détresse et de s’en occuper durant ces dernières semaines. Merci aux vétérinaires qui ont pris les animaux en charge et en particulier aux nôtres qui sont formidables.

Voici le second document, expliquant le caractère temporaire des aides reçues.

Compte-rendu de l’assemblée génerale – Mars 2017

Lors de cette journée, nous avions annoncé l’arrêt des accueils et les difficultés, principalement financières, auxquelles nous étions confrontées. Depuis, les pouvoirs publics nous ont reçus.

Le mercredi 15 mars dernier, une table ronde était organisée à la Sous-préfecture de Lorient avec les représentants des diverses collectivités territoriales et des représentants de nos administrations de tutelle.

Autour de la table présidée par M P-E Portheret, secrétaire général de la préfecture, étaient présents deux représentants de la Région, une représentante du Conseil Départemental, un représentant de Lorient Agglo, notre interlocuteur principal auprès de la DREAL de Bretagne, deux représentants de la DDPP, notre administration de tutelle et Madame Patricia Kerjouan, Maire de notre commune.

Concernant le soutien de ces collectivités en 2017, le département du Morbihan a voté pour Volée de piafs une aide d’urgencede 12000 €, La direction régional de l’environnement (DREAL) nous soutient à la même hauteur (c’était déjà le cas en 2016) et le Conseil Régional Bretagne doit faire voter lundi 21 mars une subvention de 15000 €.

Par ailleurs, ce dernier nous accorde son aide pour la création d’un emploi associatif (soutien financier réparti sur 3 ans pour la création d’un CDI).

Nous les remercions très sincèrement pour cet effort.
Notre communauté d’agglo affirme avoir voté un accord de principe pour nous soutenir …

Quant à notre commune, Languidic, nous savons qu’elle nous aide déjà dans la mesure de ses possibilités et en particulier en nous mettant à disposition depuis deux ans un grand emplacement au camping municipal durant les mois d’été, ce qui nous permet d’accueillir de très nombreux bénévoles et stagiaires.

Conclusion pour 2017 : grâce à vos dons, vos adhésions, grâce à votre générosité sur Leetchi et les aides qui viennent de nous être accordées par ces collectivités, l’année en cours est sauvée.

Malheureusement, pour les années suivantes, les choses se gâtent.

Comme nous l’avons dit et maintes fois écrit, notre principal souci est la pérennité du centre et en particulier celle des postes salariés que nous avons à présent les moyens de créer et sans lesquels nous ne pouvons poursuivre notre mission.

Lors de la réunion du 15 mars, les personnes présentes nous ont réaffirmé que le financement des centres de soins n’est pas de la compétence de la Région, ni du département et qu’il n’existe aucune ligne budgétaire à ce titre. Les aides accordées cette année ne le sont que de manière exceptionnelle afin de sauver le centre de soins. Il semble que le financement des centres soit du ressort de l’Etat, sauf que ce dernier s’y refuse depuis toujours.

Notre contrôleuse de la Direction départementale de la protection des population (DDPP), qui nous suit depuis 10 ans, a fait remarquer à l’assistance, texte de loi à l’appui, qu’il est strictement interdit à tout particulier de détenir un animal sauvage fût-il blessé ou en détresse et qu’il doit obligatoirement l’acheminer vers un centre de soins agréé. Encore faut-il qu’un tel centre existe et comment fait-il s’il n’est du ressort de personne de le financer ?

Les centres de soins sont reconnus par l’Etat, leur réglementation est très stricte, ils sont contrôlés par des organismes d’Etat (DDPP et ONCFS) mais il n’existe aucune ligne budgétaire nulle part pour eux. Ils ne doivent donc compter que sur vous, le public, sur les Fondations et le mécénat d’entreprise quand il y en a.  Les représentants présents du Département et de la Région se sont engagés à interpeller eux-mêmes Ségolène Royal à ce sujet.

Nous avons donc peu de choses auxquelles nous raccrocher pour 2018 et les années suivantes. Devons-nous embaucher le personnel envisagé au risque de devoir licencier tout le monde dans un an ? Devons-nous reprendre notre activité et nous retrouver dans la même situation l’année prochaine ?

Avouons que nous sommes ressortis de cette réunion le moral en berne.

Notre CA va se réunir très prochainement afin de faire le point et de décider ce qu’il convient de faire à présent.

Dans quelques jours nous vous communiquerons le bilan de ces 45 jours de solidarité et de générosité dons vous avez fait preuve [il s’agit du document publié plus haut].

En attendant ce sont les animaux qui trinquent, qui restent sur le bord de la route ou sont euthanasiés par les vétérinaires.

Que faire, que dire, si ce n’est notre désarroi.

Pif gadget relance les “pifises”

C’est une démonstration de plus d’un esprit anthropocentriste lamentable et, qui plus est, c’est une véritable preuve aussi d’esprit obtus, arriéré et désirant le rester.

Pif gadget relance en effet les “pifises” et s’en vante…

Il est terrible qu’en 2017, on puisse encore proposer un “gadget vivant”.

Les enfants se voient enseigner à devenir des maîtres de la vie en étant capables de “donner la vie”…

Alors qu’en réalité, on est ici dans une démarche d’exploitation complète, de réduction de la vie à celle d’objet et de marchandise.

En l’occurrence, il s’agit de larves d’un crustacé, l’artemia salina. Elles sont particulièrement résistantes, tant dans le temps qu’aux conditions extrêmes.

Mises dans l’eau, elles reprennent leur croissance, pouvant parvenir à une taille d’un ou deux centimètres.

Pif gadget les a qualifiés de “pifises”, prétendant qu’il s’agit de créatures préhistoriques. C’est encore le cas avec le nouveau Pif gadget qui vient de sortir.

Pif gadget les avait déjà proposés comme “gadget” en avril 1970, vendant alors pas moins d’un million d’exemplaires !

Le chiffre sera atteint de nouveau en septembre 1971 avec des “pois sauteurs du Mexique”… Qui étaient en réalité des oeufs de papillon.

En 2004, Pif gadget avait de nouveau proposé les “pifises”, le journal de Mickey faisant la même chose en 1996 et en 2002.

Et, donc, rien n’a changé, malgré pourtant la prise de conscience écologiste. En 2017, on est encore dans la même démarche : celle de la domination, dans la prétention de la “maîtrise” de la Nature…

Le nouveau numéro de Pif gadget n’hésite pas d’ailleurs à présenter une critique de la réalité digne de celle des années 1930, dénonçant la malbouffe de manière particulièrement significative…

Ce qui est logique : quand on ne va pas dans le bon sens, on va dans le mauvais…

Tout cela est très révélateur sur les tendances de fond dans la société française actuellement : l’esprit de retour en arrière, de régression… C’est la volonté de “tranquillité” à tout prix, de négation de toute prise de responsabilité…

“Expérimentation animale, à qui profite le crime ?”

“Expérimentation animale, à qui profite le crime ?” : tel est le titre d’un article, qui a en fait la forme d’une tribune, publié dans La Croix.

Son auteure est Anne-Laure Boch, neurochirurgienne, praticienne hospitalière et docteur en philosophie.

Ce n’est pas un article contre la vivisection, mais c’est un article qui constate que la vivisection est, en pratique, déconnectée en bonne partie de toute rationalité à prétention scientifique.

C’est une tradition, un moyen de se faire valoir, sans forcément de réelle utilité.

Eh bien oui, c’est vrai, mais si elle allait au bout de son raisonnement, elle comprendrait que l’expérimentation animale est plus qu’une méthode : c’est une idéologie…

Une idéologie dont les incohérences ne sont pas des erreurs, mais des fautes liées à sa substance même, anthropocentriste et criminelle.

L’expérimentation animale pose problème. Les défenseurs des animaux dénoncent sa cruauté et la barbarie de ceux qui la pratiquent. Pourtant, l’immense majorité des chercheurs ne sont pas des sadiques. Beaucoup aiment les animaux.

Ils souffrent de les faire souffrir, de les sacrifier. Cette souffrance morale croît à mesure qu’on monte dans l’échelle des espèces.

Les expériences sont déjà pénibles quand elles sont faites sur des rats et des souris ; avec les animaux de compagnie (lapins, chiens, chats…), elles deviennent odieuses ; et insupportables avec les singes, qui nous ressemblent tant.

Mais l’expérimentation animale est présentée aux médecins et biologistes comme nécessaire. Elle fait partie intégrante de la recherche en sciences de la vie. Il faut donc en passer par là.

C’est-à-dire prendre sur soi, serrer les dents, se faire violence, « se blinder ».

Contraints à des actions qui heurtent leur sensibilité, voire leur conscience morale, la plupart des chercheurs élaborent une stratégie classique en matière de discordance affective : ils se persuadent que les travaux sur les animaux sont essentiels pour vaincre les maladies humaines. Forcés d’infliger des souffrances aux bêtes, ils invoquent les souffrances qu’ils évitent aux hommes.

Pour tenir le coup, ils pensent aux vies prétendument sauvées grâce à leurs recherches. Au nom de cette raison supérieure, ils font taire leur sensibilité accusée d’être sensiblerie.

Si la caricature de la sensibilité est bien la sensiblerie, la caricature de la raison est l’argumentation spécieuse. Trop souvent, la raison profonde d’accepter de telles pratiques est de faire progresser notre carrière – notamment pendant notre jeunesse, dévolue aux « manips » sanglantes.

Ces manips permettent d’obtenir des diplômes, de monter en grade, d’être titularisé.

C’est pour cette raison prosaïque que nous nous les imposons à nous-mêmes autant que nous les imposons à nos innocentes victimes animales.

Combattant nos répugnances, nous cédons aux pressions du système qui nous fait miroiter master, doctorat et habilitation à diriger les recherches.

L’expérimentation animale, qui exige d’être durs avec nous-mêmes, nous apparaît comme un rite initiatique pour devenir un vrai chercheur.

Nous avons si bien appris qu’il n’y a pas de progrès sans effort, que nous nous convainquons que l’effort entraîne nécessairement le progrès.

Malheureusement, ce n’est pas parce qu’un protocole de recherche est douloureux pour l’animal (physiquement) et pour le chercheur (psychologiquement) qu’il est véritablement utile pour la communauté.

Faut-il pour autant renoncer à l’expérimentation animale ? Sans doute pas.

Mais le bilan doit être fait avec rigueur : les expériences sur les animaux sont trop nombreuses au regard des enseignements qui en sont tirés.

Si on se donnait la peine de pousser la réflexion théorique, d’envisager d’autres options, et surtout si on refusait de se laisser fasciner par la difficulté des expériences (difficulté morale, qui est souvent le masque de la facilité intellectuelle), on économiserait beaucoup de souffrances, animales et humaines.

Serait-ce trop demander que chacun, au moment d’entreprendre son protocole de recherche, se pose honnêtement la question : est-ce que cette expérience sert vraiment la santé humaine, ou seulement mon intérêt personnel ?

Les caractéristiques des pigeons

Les pigeons, réunis aux tourterelles, forment ensemble une nombreuse tribu d’espèces dont le placement systématique, dans la série des oiseaux, a beaucoup embarrassé les naturalistes.

Linné en a fait un genre de ses passereaux, passeres ; Brisson, Pennant, Temminck et Latham, les isolent dans un ordre particulier, tandis que Cuvier et d’autres auteurs en font une division des gallinacés.

Les caractères génériques de ces oiseaux sont :

bec faible, grêle, droit, comprimé latéralement, couvert à sa base d’une membrane voûtée sur chacun de ses côtés, étroite en devant;

mandibule supérieure plus ou moins renflée vers le bout, crochue, ou seulement inclinée à sa pointe; narines oblongues, ouvertes vers le milieu du bec, placées clans un cartilage formant une protubérance membraneuse, plus ou moins épisse, plus ou moins molle; langue pointue et entière;

pieds marcheurs, courts, rouges dans la plupart, à ongles simples; quatre doigts, trois devant, un derrière;

les antérieurs rarement réunis à leur origine par une petite membrane, presque toujours totalement libres ;

ailes allongées et pointues, ou arrondies et médiocres; corps charnu et savoureux;

nourriture consistant en fruits, grains et semences qu’ils avalent sans les briser avec le bec, nid fait sans art sur des branches d’arbres ou dans des trous; monogamie.

Comme les passereaux, les pigeons sont monogames, c’est-à-dire qu une femelle suffit à un mâle. Ils restent ensemble pendant toute la saison des amours, et travaillent en commun à la construction d’un nid; tous deux partagent les soins de l’intubation, et de l’éducation de leurs petits.

Ceux-ci sont longtemps nourris dans le nid avant d’en sortir; ils naissent aveugles et incapables de choisir leur nourriture que le mâle et la femelle leur apportent tour à tour ; enfin ils ne se hasardent à quitter le berceau qui les a vus naître, que lors-qu’ils sont entièrement couverts de plumes.

Les gallinacés, au contraire, sont polygames, et le mâle, dans plusieurs espèces, peut servir à un grand nombre de femelles. Celles-ci s’occupent seules â préparer le nid pour leur nouvelle famille; elles pondent un grand nombre d’oeufs, les couvent, et font éclore leurs petits sans que le mâle ait l’air d’y prendre le moindre intérêt.

Dès que les petits sont éclos, as voient, marchent, quittent le lieu de leur naissance, savent reconnaître et prendru leur nourriture sans le secours de leurs pareils.

Outre cela, les gallinacés ont le doigt postérieur articulé sur le tarse beaucoup au-dessus des doigts antérieurs, ce qui leur ôte la faculté de saisir un juchoir avec solidité, et les condamne à rester sur la surface du terrain sans jamais se percher, comme font les passereaux et les colombes.

Tous ces caractères sont plus que suffisants pour séparer les pigeons des gallinacés; mais nous allons trouver des raisons pour les ôter aussi de la classe des passereaux.

Lorsque ces derniers boivent, ils prennent de l’eau dans la mandibule inférieure de leur bec, et la font couler dans leur gorge en élevant rapidement la tète presque verticalement; tous font plus de deux oeufs; ils placent simplement dans le bec de leurs petits la nourriture qu’ils leur apportent; enfin ils n’ont pas la faculté d’enfler leur gorge.

Les pigeons, au contraire, plongent leur bec dans l’eau quand ils boivent, et aspirent d’un seul trait toute la quantité de liquide dont ils ont besoin ; ils ne font jamais que deux oeufs; ils nourrissent leurs pigeonneaux en leur versant dans la gorge, d’une manière particulière, des aliments préparés dans leur estomac; ils savent aspirer un plus ou moins grand volume d’air, et le retenir dans leur oesophage autant de temps qu’ils le veulent.

Tout ceci prouve une organisation intérieure tout-à-fait différente, outré que la singularité de leurs caresses, la nature de leur plumage et leur défaut de chant, les éloignent davantage encore de cette classe d’oiseaux.

Il résulte de ceci que les pigeons doivent faire, comme le pensent Temminck, Levaillant, et d’autres naturalistes, un ordre à part, que l’on pourrait cependant intercaler entre les passereaux et les gallinacés, faute de pouvoir lui trouver une autre place.

On connait quelques pigeons qui, en état de liberté, se nourrissent de baies et même, d’insectes ; mais généralement ils sont granivores, et tous ceux réduits à l’état de domesticité vivent de graines. Ces aliments subissent dans leur oesophage, ou jabot, une première macération qui les rend plus faciles à digérer quand ils sont descendus dans l’estomac, ou gésier.

Ce gésier est revêtu de muscles très épais, très forts, et garni en dedans d’une membrane veloutée et coriace ; il exerce sur les aliments une forte action mécanique.

Les pigeons, comme presque tous les oiseaux, avalent une certaine quantité de petites pierres, qui, mêlées avec les graines déjà ramollies dans le jabot, se trouvent en trituration avec elles, et achèvent par leur dureté de les réduire en une pâte alimentaire.

Tous les oiseaux ont les poumons simples, entiers, attachés fixement aux côtes et à l’épine du dos, et non enveloppés dans la plèvre; ils sont percés de trous qui permettent à l’air de se répandre dans toutes les parties du corps, même dans les cavités des os, mais principalement dans de grands sacs placés dans la poitrine et le bas-ventre, par le moyen desquels ils peuvent s’enfler considérablement, ce qui facilite leur vol et produit ce grand volume de voix qui nous étonne quelque fois.

Les pigeons ont cette faculté singulière à un point beaucoup plus étonnant encore ; ils savent aspirer et retenir dans leur jabot un volume d’air si considérable que, dans quelques variétés, leur gorge, ainsi enflée, est souvent aussi grosse que tout le reste de leur corps.

(Les Pigeons de volière et de colombier, ou Histoire naturelle des pigeons domestiques, Boitard, Pierre, 1824)

Active slaughter – Labour lied, Barry died

Nous parlions récemment du groupe de musique anglais Active slaughter, à l’origine de compilations de soutien au mouvement de la libération animale.

En plus de leur chanson Smash HLS, celle écrite sur Barry Horne est un classique du genre, juste après son décès, au début des années 2000.

Barry was giving 18 years by a government full of shit
The judge said he’s a danger to us all, you are the danger you worthless prick
Barry un gouvernement plein de merde lui a donné 18 ans
Le juge a dit qu’il était un danger pour nous tous, c’est toi le danger tête de noeud

Laying in the prison cell, thinking what to do next
He can’t give up, he won’t give up. You know he’s gonna do his best.
He’s gonna expose the lies, expose the fraud of labours pre election pledge.
Placé en prison, se demandant désormais quoi faire
Il ne peut pas abandonner, il n’abandonnera pas. On sait qu’il fera de son mieux.
Il va montrer les mensonges, prouver la trahison de la promesse pré-electorale des socialistes.

They said they would hold a royal commission,
on this barbaric evil worthless vivisection.
Did they keep their pledge? did they fuck.
So Barry was gonna try his luck.
Ils ont dit qu’ils tiendraient une commission royale
au sujet de ce mal barbare et sans intérêt qu’est la vivisection.
Ont-ils tenu leur promesse? Pas un instant
Alors Barry a tenté de faire différent.

Labour lied, Barry died
He’s still with us and by our side.
We won’t give up, we won’t give in.
In the end we shall win
Les socialistes ont menti, Barry est mort.
Il est toujours avec nous à nos côtés
Nous n’abandonnerons pas plus que nous ne capitulerons
A la fin nous vaincrons.

A hunger strike for 35 days & the government agreed to talk.
A light was seen, but then it went out.
Typical of labour to talk not walk
Hunger strike back on, this time for 46 days
again he got nowhere, just more issues to be raised
Une grève de la faim de 35 jours & le gouvernement accepta de discuter.
On voyait une lumière, mais elle a disparu.
Typique des socialistes de parler mais de ne rien faire

La grève de la faim reprit, cette fois pour 46 jours

He knows he’s got our support and praise
Another hunger strike followed this,
this time he won’t be treated like piss.
A strike until the end this time is best
to force labour to hounour their pre election pledge
Encore une fois pour rien, juste quelques thèmes mis en avant de plus
Il sait qu’il a notre soutien et nos encouragements
Une nouvelle grève de la faim s’ensuivit
Cette fois on le ne traitera pas comme de la merde.
Une grève jusqu’à la fin cette fois c’est le meilleur
pour forcer les socialistes à honorer leur promesse électorale.

Another 60 Days went on but nothing got done
apart from the ALF around the land liberating and having their fun
The media kicked him down, went in for the kill
said he was bluffing, wouldn’t go through with it.
Encore 60 jours mais rien n’est fait
si ce n’est l’ALF partout dans le pays qui libère et ne cesse d’agir à sa guise
Les médias l’ont rabaissé, s’y mirent pour qu’il meurt
dirent qu’il bluffait, qu’il n’irait pas au bout.

I hope they sold a few papers and got their thrill
In the end Barry died in prison
Now there’s going to be complete anarchism.
We won’t forget Barry Horne
WE WILL LIBERATE WE HAVE SWORN
J’espère qu’ils ont vendu quelques journaux et ont eu leur plaisir
A la fin Barry est mort en prison.
Maintenant cela sera désormais l’anarchisme complet.
Nous n’oublierons pas Barry Horne.
Nous LIBERERONS, NOUS L’AVONS PROMIS.