Archives de catégorie : culture

Du singe oisif et sans souci à l’homme anxieux et désaxé

Pas facile d’ancrer la reconnaissance de la Nature dans la culture: il faut avoir l’oeil, un oeil local, avec une vue prolongée. Voici un article portant sur une simple pancarte du Muséum d’Histoire Naturelle de Lille, qui est en fait lourde de signification…

L’article vient du site l’Amicale progressiste de Lille, qui a la même démarche d’ancrage dans la culture et l’histoire locales donc que Vegan Edge Antifa Nord (VEAN) et Nantes-Loire vegan straight edge (NALO).

Sur les quelques pancartes du Muséum d’Histoire Naturelle de Lille, on trouve une petite citation bien étrange. Elle est en bas de la pancarte intitulée « L’homme : une espèce animale pas tout à fait comme les autres ? » la conclusion suivante :

« Le processus par lequel le singe oisif et sans souci s’est transformé en homme anxieux et désaxé a reçu le nom d’évolution. » (d’après M. Price)

Une citation aussi cynique laisse une impression de décalage dans un musée dédiée à la science. Elle semble dénigrer l’être humain et également le processus d’évolution, ce qui est particulièrement curieux pour un Muséum d’Histoire Naturelle dont l’objectif premier est de montrer la théorie de l’évolution (des petites brochures sous forme de jeux expliquant la théorie de Darwin aux enfants sont d’ailleurs distribuées à l’entrée du musée).

Mais peut-être que la citation est sortie de son contexte, qu’elle traduit un cri du cœur écologiste, que son auteur est un scientifique méconnu qui avait développé toute une pensée autour de cette citation. Voyons ce qu’il en est.

Une première recherche sur l’auteur montre qu’en réalité il ne se nomme pas M. Price mais Roger Price. Cela peut paraître négligeable mais le Muséum d’Histoire Naturelle est censé être un lieu dédié à la science, un lieu où le savoir scientifique est célébré. Comment un musée qui n’est même pas capable d’écrire correctement l’auteur d’une citation peut-il être crédible ?

Mais ce n’est malheureusement pas tout ! En effet, Roger Price n’est pas du tout un scientifique. Roger Price était un humoriste américain, auteur de comédies, écrivain, dessinateur et éditeur. Le problème n’est pas tant que Roger Price ne soit pas un scientifique mais que le musée n’ait même pas pris la peine de préciser qui était cet homme. Cette pratique tient quasiment de la tromperie !

Voyons maintenant la signification de la citation. Elle est tirée d’un livre nommé Cerveau à sornettes, de l’évitisme en général et de ses rapports avec l’art de la traduction en particulier. Et la citation n’est pas entière, il manque la conclusion. La voici :

« Le processus par lequel le singe oisif et sans souci s’est transformé en homme anxieux et désaxé, a reçu le nom d’évolution. L’évolution est une imposture ! »

Même si la citation a été tronquée – pour ne garder que la partie la moins gênante pour un établissement scientifique – il est inadmissible qu’un muséum puisse mettre en avant de tels propos !

Car même si l’auteur se voulait caustique, il y a un sens profond derrière cette déclaration apparemment humoristique. Le livre Cerveau à sornettes par exemple est considérée par le Wikipédia anglophone comme la Bible de l’« évitisme » qui, pour faire simple, serait un mouvement qui consiste à tout éviter sauf manger, respirer et métaboliser.

L’idée est de ne surtout pas devenir quelqu’un, de ne surtout pas produire quoique soit et, par conséquent, de ne surtout pas connaître de succès. C’est donc une démarche totalement opposée à la science !

Comment faire avancer la science sans vouloir réaliser quelque chose ? Comment améliorer le monde, aider les animaux et vivre toujours plus en harmonie avec la nature en ne voulant surtout pas rencontrer de succès ? C’est impossible bien sûr.

Nous avions déjà parlé de son caractère morbide, de son absence de transmission de connaissance sur la nature, mais le Muséum d’Histoire Naturelle de Lille, en affichant cette citation, montre également que c’est un bien piètre transmetteur de la culture scientifique en général, qui ne fait preuve d’aucune rigueur.

« Vous avez détruit la beauté du monde! »

Aujourd’hui la chanteuse québecoise Diane Dufresne a 70 ans. Elle est bien connue en France, c’est une artiste « à l’ancienne » : entière, inspirée, pas toujours dans la réussite, mais avec l’exigence de contribuer à l’art. Même si c’est parfois idéaliste, cela parle… Comme sa très célèbre et belle chanson intitulée « L’hymne à la beauté du monde ».

Voici les paroles:

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas la beauté du monde

Ne tuons pas la beauté du monde
Chaque fleur, chaque arbre que l´on tue
Revient nous tuer à son tour

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas le chant des oiseaux
Ne tuons pas le bleu du jour

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas la beauté du monde

Ne tuons pas la beauté du monde
La dernière chance de la terre
C´est maintenant qu´elle se joue

Ne tuons pas la beauté du monde
Faisons de la terre un grand jardin
Pour ceux qui viendront après nous
Après nous

Ne tuons pas la beauté du monde
La dernière chance de la terre
C´est maintenant qu´elle se joue

Ne tuons pas la beauté du monde
Faisons de la terre un grand jardin
Pour ceux qui viendront après nous
Après nous

En fait cette chanson a une dimension terrible. Elle n’est qu’une partie d’une chanson plus longue composée par Luc Plamondon, à l’origine notamment du fameux « Starmania », et qui s’appelle « Le monde est fou ».

Elle a été chantée par Renée Claude, et la voici, avec les paroles aussi. Mais l’inspiration pour cette chanson a un arrière-plan historique ô combien parlant, et encore plus tellement d’années après où les choses ont empiré.

Le 4 juin 1972, la poétesse Huguette Gaulin s’asseoit à Montréal, sur la place Jacques Cartier, juste en face de la mairie. Elle s’arrose d’essence et s’immole, ses dernières paroles étant une accusation terrible: « Vous avez détruit la beauté du monde! »

Le monde est fou
On s’en va où?
On s’en va où?
On s’en va où?

J’ai mal aux pieds
Dans mes souliers
J’ai trop marché
Sur le ciment

Déshabill’-moi, libère-moi, emmène-moi
Déshabill’-moi, libère-moi, emmène-moi
Courir nue dans les champs

J’ai mal aux yeux
Je n’vois plus rien
L’soleil est loin
Donn’-moi la main

Emmène-moi au fond des bois ou n’importe où
J’ai l’impression d’être arrivée au bout de tout

Le monde est fou
On s’en va où?
On s’en va où?
On s’en va où?

J’ai mal au coeur
J’ai l’mal de terre
J’ai besoin d’eau
J’ai besoin d’air

Déshabill’-moi, libère-moi, emmène-moi
Déshabill’-moi, libère-moi, emmène-moi
Au milieu de la mer

J’ai mal à moi, j’ai mal à toi, j’ai mal à vous
J’ai mal à moi, j’ai mal à toi, j’ai mal à vous

Arrêtons-nous, arrêtons-nous!
Arrêtons-nous, arrêtons-nous!

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas la beauté du monde

Ne tuons pas la beauté du monde
Chaque fleur, chaque arbre que l’on tue
Revient nous tuer à son tour

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas le chant des oiseaux
Ne tuons pas le bleu du jour

Ne tuons pas la beauté du monde
Ne tuons pas la beauté du monde

Ne tuons pas la beauté du monde
La dernière chance de la terre
C’est maintenant qu’elle se joue

Ne tuons pas la beauté du monde
Faisons de la terre un grand jardin
Pour ceux qui viendront après nous
Après nous…

Maurice de Guérin et le centaure

Aujourd’hui a lieu un pique-nique pour marquer le coup suite à l’opération de destruction du Testet…

En hommage à ce patrimoine culturel et naturel qu’était la zone humide du Testet et toutes les espèces qu’elle abritait, nous invitons tous les participants au désormais traditionnel pique-nique du dimanche à apporter des croix avec comme inscription « Patrimoine tarnais 2014 » et/ou des linceuls (draps blancs). Pour venir, voir le plan ici.

Et comme la journée s’y prête, rappellons les mots de Maurice de Guérin (poète des forêts autour de son Cayla natal, tout proche de Sivens) :

« J’habite avec les éléments intérieurs des choses, je remonte les rayons des étoiles et le courant des fleuves jusqu’au sein des mystères de leur génération. Je suis admis par la Nature au plus retiré de ces divines demeures, au point de départ de la vie universelle; là je surprends la cause du mouvement et j’entends le
premier chant des êtres dans toute sa fraîcheur » (décembre 1834)

Détruire la zone humide du Testet, détruire la nature de Maurice de Guérin est un symbole fort. C’est faire insulte au Patrimoine culturel Tarnais et ne pas être digne de le représenter devant l’histoire.

Il est vraiment intéressant de relier Nature et culture: en France, c’est rompre avec toute l’idéologie dominante. Et c’est redécouvrir une culture totalement différente de celle qui est imposée, car au service des valeurs dominantes…

Voici un extrait d’un poème de Maurice de Guérin, intitulé Le centaure. Le poète y célèbre la vie à travers un centaure philosophant sur la Nature, et passant lui-même de la jeunesse à la vieillesse.

Je me délassais souvent de mes journées dans le lit des fleuves. Une moitié de moi-même, cachée dans les eaux, s’agitait pour les surmonter, tandis que l’autre s’élevait tranquille et que je portais mes bras oisifs bien au-dessus des flots.

Je m’oubliais ainsi au milieu des ondes, cédant aux entraînements de leur cours qui m’emmenait au loin et conduisait leur hôte sauvage à tous les charmes des rivages. Combien de fois, surpris par la nuit, j’ai suivi les courants sous les ombres qui se répandaient, déposant jusque dans le fond des vallées l’influence nocturne des dieux !

Ma vie fougueuse se tempérait alors au point de ne laisser plus qu’un léger sentiment, de mon existence répandu par tout mon être avec une égale mesure, comme, dans les eaux où je nageais, les lueurs de la déesse qui parcourt les nuits.

Mélampe, ma vieillesse regrette les fleuves ; paisibles la plupart et monotones, ils suivent leur destinée avec plus de calme que les centaures, et une sagesse plus bienfaisante que celle des hommes. Quand je sortais de leur sein, j’étais suivi de leurs dons qui m’accompagnaient des jours entiers et ne se retiraient qu’avec lenteur, à la manière des parfums.

Une inconstance sauvage et aveugle disposait de mes pas. Au milieu des courses les plus violentes, il m’arrivait de rompre subitement mon galop, comme si un abîme se fût rencontré à mes pieds, ou bien un dieu debout devant moi.

Ces immobilités soudaines me laissaient ressentir ma vie tout émue par les emportements où j’étais. Autrefois j’ai coupé dans les forêts des rameaux qu’en courant j’élevais par-dessus ma tête ; la vitesse de la course suspendait la mobilité du feuillage qui ne rendait plus qu’un frémissement léger ; mais au moindre repos le vent et l’agitation rentraient dans le rameau, qui reprenait le cours de ses murmures.

Ainsi ma vie, à l’interruption subite des carrières impétueuses que je fournissais à travers ces vallées, frémissait dans tout mon sein. Je l’entendais courir en bouillonnant et rouler le feu qu’elle avait pris dans l’espace ardemment franchi. (…)

Mes regards couraient librement et gagnaient les points les plus éloignés. Comme des rivages toujours humides, le cours des montagnes du couchant demeurait empreint de lueurs mal essuyées par les ombres. Là survivaient, dans les clartés pâles, des sommets nus et purs. Là je voyais descendre tantôt le dieu Pan, toujours solitaire, tantôt le chœur des divinités secrètes, ou passer quelque nymphe des montagnes enivrée par la nuit.

Quelquefois les aigles du mont Olympe traversaient le haut du ciel et s’évanouissaient dans les constellations reculées ou sous les bois inspirés. L’esprit des dieux, venant à s’agiter, troublait soudainement le calme des vieux chênes. (…)

Pour moi, ô Mélampe ! je décline dans la vieillesse, calme comme le coucher des constellations. Je garde encore assez de hardiesse pour gagner le haut des rochers où je m’attarde, soit à considérer les nuages sauvages et inquiets, soit à voir venir de l’horizon les hyades pluvieuses, les pléiades ou le grand Orion ; mais je reconnais que je me réduis et me perds rapidement comme une neige flottant sur les eaux, et que prochainement j’irai me mêler aux fleuves qui coulent dans le vaste sein de la terre.

Des photos pétillantes de chiens dans Underwater Dogs

Lorsque l’on veut faire un cadeau éthique, il est souvent difficile de trouver un cadeau vegan et original. Offrir un roman, un livre d’arts, un livre sur la faune et/ou la flore peut être une très bonne idée, surtout que le choix est large !

En 2007, un homme passionné par les chiens, Seth Casteel (sa page Facebook) faisait de la photographie bénévole afin d’aider les chiens des refuges à trouver un foyer.

Il pense, à juste titre, que la beauté des animaux des refuges n’est pas mise en avant, ce qui ne pousse pas aux adoptions.

Suite aux clichés talentueux de cet homme engagé, le nombre d’adoptions a augmenté et Seth Casteel a commencé une carrière de photographe animalier.

Mais ce ne fût qu’en 2010 que commença cette découverte pour les photos sous l’eau, et ce fût aussi grâce au chien nommé Buster qui devait initialement se faire photographier sur le sol, mais Buster s’obstinait à aller chercher sa balle dans la piscine, ce qui donna l’idée à Seth Casteel de prendre des portraits sous-marins.

C’est ainsi qu’il travaille en collaboration avec des dizaines d’éditeurs et présente ses œuvres dans des galeries du monde entier, qu’il publie dans les revues et journaux célèbres telles le National Geographic, le New York Times et aussi dans des centaines d’autres magazines, de journaux et de calendriers.

C’est en 2012 qu’est sorti son fameux livre « Underwater Dogs » (des chiens sous l’eau), s’en est suivi un calendrier. Un nouvel exemplaire du livre sortira dans quelques jours : « Underwater puppies » (des chiots sous l’eau). Le calendrier avec les chiots est prévu pour début octobre. Ces articles sont trouvables en ligne sur Amazon par exemple.

Pour réaliser ce travail, Seth Casteel a dû travailler pour que les chiens se sentent en sécurité, et afin qu’ils ne jouent plus seulement à la surface de l’eau mais qu’ils aillent aussi sous l’eau, et plus de 1500 chiots à mettre en confiance et leur apprendre à nager était une tâche longue et ardue demandant une grande patience et respect pour les chiens.

Et le résultat est très étonnant, offrant ainsi une palette de portraits amusants, déconcertants, surprenants. Entre le mouvement de l’eau, les bulles, la vitesse des mouvements, les visages paraissent étrangers, totalement inconnus. C’est une démarche intéressante et surtout très originale pour mettre en avant les chiens sous un jour totalement méconnu !

En parallèle de son métier de photographe, Seth Casteel organise des ateliers pédagogiques dans les refuges et collabore avec d’autres organisations afin de donner une image positive aux animaux des refuges qui attendent de trouver un foyer. C’est ainsi qu’avec sa campagne One Picture Saves a Life il tente d’informer, de responsabiliser et d’améliorer l’image des animaux de sauvetage qui ont été blessés par la trahison.

L’engagement de cet homme est une démarche à suivre, prendre part pour les animaux est facile, devenir leur voix est à la portée de tout le monde. Chacun et chacune peut s’engager selon ses compétences et ses possibilités.

Ces livres de chiens dans une piscine sont aussi une excellente occasion de rappeler que les piscines peuvent être mortelles. Ne jamais laisser un enfant, une personne âgée, un animal sans surveillance autour d’une piscine. Installer aussi, par exemple, une rampe de sécurité, (bâcher la piscine lorsqu’elle n’est pas utilisée) est indispensable si un animal sauvage (un hérisson par exemple) tombe dans l’eau et que les lieux ne sont pas sous surveillance.

Il ne faut jamais perdre de vue que l’humanité n’est pas la seule forme de vie sur la planète. C’est le principe que signifie « la Terre d’abord! ».

Les Bishnois

Nous avions déjà parlé un peu des Bishnoïs, et ces communautés rurales indiennes sont relativement connus chez les personnes aimant les animaux, de par leur sens de la compassion. Leur religion est en effet éloignée en théorie du jaïnisme et du bouddhisme, mais proches en pratique.

Une image d’Epinal, pour ainsi dire, est la femme bishnoï allaitant un faon ayant perdu sa mère. Une autre est le sacrifice historique de bishnoïs afin de protéger des arbres.

Bien entendu, tout cela n’est pas sans rapport avec les conditions géographiques du nord ouest de l’Inde, qui sont désertiques. Pour autant cela reste très intéressant, même si c’est bien sûr à prendre dans un sens historique.

Si auparavant, il était très difficile d’apprendre des choses sur les Bishnoïs, désormais il existe une association organisant des voyages guidés, et leur site présente également leur histoire.

Cela vaut le coup d’oeil et il s’agit de quelque chose que certainement beaucoup de monde attendait depuis longtemps.

Bien entendu, il ne faut pas s’attendre ici à du véganisme, plus à une fascination mêlant religiosité pacifiste et regard ethnique-foklorique. Reste qu’il y a des appels à l’engagement pour la protection de la nature et des animaux, et que c’est très appréciable !

Voici un article au sujet des Bishnoïs que nous avions publié en 2007, alors sur le site Vegan Revolution, ancêtre de LTD:

Il existe en Inde, dans l’Etat du Rajasthan, une communauté pratiquant végétarisme et respect strict envers les végétaux et les animaux. Les membres de cette communauté, qui fût créée par Jambeshwar Bhagavan au 15ème siècle, se nomment les Bishnoïs.

Tout comme les Jaïns, également présents au Rajasthan principalement, les Bishnoïs préservent toute forme de vie et ont une conscience écologique avancée.

Outre le végétarisme de la communauté, les femmes Bishnoïs sont connues pour allaiter au sein de jeunes antilopes – très présentes dans la région – et luttent activement contre le massacre de leurs arbres.

En effet, les corps de leurs semblables sont enterrés afin de ne pas couper d’arbres pour la crémation (les Bishnoïs étant Hindous, la coutume veut qu’un cadavre soit incinéré) et les Bishnoïs s’entourent aux arbres afin d’empêcher leur abattage, sacrifiant ainsi leur vie pour tentrer de contrer la déforestation (au 18ème siècle, le maharaja Ajit Singh ordonna la découpe d’arbres dans les villages alentours.
Amrita Devi, entre autres, s’interposa et plus de 360 personnes périrent pour avoir voulu sauver la vie de ces arbres).

Voici les 29 règles observées par les Bishnois :

1° Observer une mise à l’écart de la mère et du nouveau-né pendant trente jours après l’accouchement (pour éviter des infections et à cause de l’éventuelle fatigue de la mère).
2° Ecarter la femme de toute activité pendant 5 jours lors du début de ses règles (pour ne pas la fatiguer et respecter une certaine hygiène).
3° Tôt, chaque matin, prendre un bain.
4° Maintenir la propreté externe du corps et interne de l’esprit (par un comportement et des sentiments humbles, sans animosité, etc.)
5° Méditer deux fois par jour, en matinée et en soirée, lorsque la nuit est encore séparée du jour.
6° Chanter la gloire du seigneur et exposer ses vertus chaque soirée.
7° Offrir l’oblation quotidienne au feu saint avec un coeur rempli de sentiments de bien-être pour tout être vivant, d’amour pour la nature et le monde entier et de dévotion au seigneur.
8° Employer l’eau filtrée, le lait et le bois de chauffage soigneusement nettoyé (pour éviter que des insectes soient tués ou brûlés).
9° Etre attentif et conscient de ses paroles.
10° Pardonner naturellement.
11° Être compatissant.
12° Ne pas voler.
13° Ne pas dénigrer, déprécier derrière le dos, quelqu’un.
14° Ne pas mentir.
15° Ne pas se livrer à l’opprobre.
16° Rapidement observer et méditer la nuit sur la nouvelle lune.
17° Réciter le nom de saint de Vishnou.
18° Être compatissant envers tous les êtres vivants.
19° Ne pas détruire les arbres verts (c’est-à-dire non morts).
20° Tuer les passions de convoitises, d’irritation, d’envie, d’avarice et d’attachement.
21° Se permettre de cuisiner soi-même, ou par un fidèle d’une autre religion, en étant pur de par le coeur et le travail.
22° Fournir un abri commun (Thhat) pour les chèvres et les moutons afin de leur éviter l’abattoir.
23° Ne pas castrer le taureau.
24° Ne pas consommer ou cultiver de l’opium.
25° Ne pas consommer ou cultiver du tabac et ses dérivés.
26° Ne pas consommer ou cultiver du cannabis.
27° Ne pas boire de boisson alcoolisée.
28° Ne pas manger de plats de viande ou non-végétariens (afin de protéger les animaux).
29° Ne pas utiliser de vêtements teints en bleu (en Inde antique, cette couleur était obtenue grâce à un arbre sauvage, l’indigo, et c’est aussi la couleur de la mort).

Parallèlement aux Bishnoïs, le mouvement Chipko, qui débuta vers 1973 en Uttaranchal, s’est également sérieusement opposé à l’exploitation de leur forêt.

Majoritairement menés par des femmes les membres du mouvement Chipko s’agrippent fermement, pareillement aux Bishnoïs, aux arbres qu’ils veulent protéger.

« Horses latitude » des Doors

Au nord et au sud de l’Équateur, entre les latitudes 30 et 35 degrés de chaque hémisphère, il existe une zone appelée région des calmes subtropicaux. Il y a très peu de vent, en raison des anticyclones, et un grand ensoleillement ; on l’appelle également pour cette raison historiquement « Latitudes des chevaux ».

En effet, les bateaux espagnols s’y retrouvaient parfois coincés, à l’époque des bateaux à voile. Par conséquent, en raison du manque d’eau, ils sacrifiaient les chevaux, les jetant par-dessus bord…

Le chanteur des Doors, Jim Morrison, avait écrit dans sa jeunesse un poème à ce sujet, qu’il récite dans une chanson appelée « Horses latitude » et qu’on trouve sur l’album « Strange Days ».

L’armure dont il est parlé au début fait allusion à celle utilisée par les conquistadors. Les bateaux amenaient en effet les chevaux depuis l’Europe vers l’Amérique, il s’agissait de véritables transports d’animaux, utilisés ensuite pour la colonisation…

Bien entendu, la musique allant avec le poème tente d’imprégner de cette terrible atmosphère.

En voici les paroles :

When the still sea conspires an armor
And her sullen and aborted
Currents breed tiny monsters
True sailing is dead
Quand la mer silencieuse conspire une armure
Et ses maussades et abandonnés
Courants donnent naissance à de petits monstres
Le véritable voyage en voilier est mort

Awkward instant
And the first animal is jettisoned
Legs furiously pumping
Their stiff green gallop
And heads bob up
Instant malaisé
Et le premier animal est largué
Les jambes furieusement battant
Leur galop vert pénible
Et leurs têtes se redressant par à coups

Poise
Delicate
Pause
Consent
Maintien
Délicat
Pause
Consentement

In mute nostril agony
Carefully refined
And sealed over
Narine en sourdine agonie
raffinée avec précaution
Et scellée

« Il lisait dans les regards des bêtes, il lisait une âme comme la sienne »

Ecrivain du début du 20ème siècle, Romain Rolland a notamment écrit « Jean-Christophe », un roman-fleuve en 10 volumes. Dans « Le buisson ardent », on retrouve un point de vue très commun: celui de la personne qui aimerait avoir de la compassion, mais qui a comme vision du monde une Nature statique qui serait uniquement violence répétée.

En fait, cette conception erronée de la Nature ne fait que refléter le point de vue dominant, celui de la concurrence généralisée. Et elle paralyse toute tentative de compassion… Tout comme elle amène à se désocialiser des gens choisissant la compassion, mais ayant encore la conception erronée de ce qu’est réellement la Nature.

« Ces pensées, dans la vie ordinaire, restaient ensevelies au fond du cœur de Christophe. Il ne voulait pas y songer. A quoi bon? Qu’y pouvait-il? Il lui fallait être Christophe, il lui fallait accomplir son oeuvre, vivre à tout prix, vivre aux dépens des plus faibles… Ce n’était pas lui qui avait fait l’univers… N’y pensons pas, n’y pensons pas !…

Mais après que le malheur l’eut précipité, lui aussi, dans les rangs des vaincus, il fallut bien qu’il y pensât! Naguère, il avait blâmé Olivier, qui s’enfonçait dans l’inutile remords et la compassion vaine pour les malheurs que les hommes souffrent et font souffrir.

Il allait- Plus loin que lui, à présent, avec l’em­portement de sa puissante nature, il pénétrait jusqu’au fond de la tragédie de l’univers; il souffrait de toutes les souffrances du monde, il était comme un écorché. Il ne pouvait plus songer aux animaux sans un frémissement d’angoisse.

Il lisait dans les regards des bêtes, il lisait une âme comme la sienne, une âme qui ne pouvait pas parler; mais les yeux criaient pour elle :
— Que vous ai-je fait? Pourquoi me faites-vous mal?

Le spectacle le plus banal, qu’il avait vu cent fois. — un petit veau qui se lamentait, enfermé dans une caisse à claires-voies; ses gros yeux noirs saillants, dont le blanc est bleuâtre, ses pau­pières roses, ses cils blancs, ses touffes blanches frisées sur le front, son museau violet, ses genoux cagneux; — un agneau qu’un paysan emportait par les quatre pattes liées ensemble, la tête pendante, tâchant de se relever, gémissant comme un enfant, et bêlant et tendant sa langue grise; — des poules empilées dans un panier; — au loin, les hurlements d’un cochon qu’on saignait; — sur la table de cuisine, un poisson que l’on vide…

Il ne pouvait plus le supporter.

Les tortures sans nom que l’homme inflige à ces innocents lui étreignaient le coeur. Prêtez à l’animal une lueur de raison, imaginez le rêve affreux qu’est le monde pour lui : ces hommes indifférents, aveugles et sourds qui l’égorgent, l’éventrent, le tronçonnent, le cuisent vivant, s’amusent de ses contorsions de douleur.

Est-il rien de plus atroce parmi les cannibales d’Afrique? La souffrance des ani­maux a quelque chose de plus intolérable encore pour une conscience libre que la souffrance des hommes. Car, celle-ci du moins, il est admis qu’elle est un mal et que qui la cause est criminel. Mais des milliers de bêtes sont massacrées inutile­ment, chaque jour, sans l’ombre d’un remords. Qui y ferait allusion se rendrait ridicule. — Et cela, c’est le crime irrémis­sible.

A lui seul, il justifie tout ce que l’homme pourra souffrir. Il crie vengeance contre le genre humain. Si Dieu existe et le tolère, il crie vengeance contre Dieu. S’il existe un Dieu bon, la plus humble des âmes vivantes doit être sauvée. Si Dieu n’est bon que pour les plus forts, s’il n’y a pas de justice pour les misérables, pour les êtres inférieurs offerts en sacrifice à l’humanité, il n’y a pas de bonté, il n’y a pas de justice…

Hélas! Les carnages accomplis par l’homme sont, eux-mêmes, si peu de chose dans la tuerie de l’univers ! Les animaux s’entre-dévorent. Les plantes paisibles, les arbres muets sont entre eux des bêtes féroces. Sérénité des forêts, lieu commun de rhéto­rique pour les littérateurs qui ne connaissent la nature qu’au travers de leurs livres !…

Dans la forêt toute proche, à quelques pas de la maison, se livraient des luttes effrayantes. Les hêtres assassins se jetaient sur les sapins au beau corps rosé, enlaçaient leur taille svelte de colonnes antiques, les étouffaient.

Ils se ruaient sur les chênes, ils les brisaient, ils s’en forgeaient des béquilles. Les hêtres Briarées aux cent bras, dix arbres dans un arbre! Ils faisaient la mort autour d’eux. Et quand, faute d’enne­mis, ils se rencontraient ensemble, ils se mêlaient avec rage, se perçant, se soudant, se tordant, comme des monstres antédi­luviens.

Plus bas, dans la forêt, les acacias, partis de la lisière, étaient entrés dans la place, attaquaient la sapinière, étreignaient et griffaient les racines de l’ennemi, les empoisonnaient de leurs sécrétions. Lutte à mort, où le vainqueur s’emparait à la fois de la place et des dépouilles du vaincu.

Alors, les petits monstres achevaient l’oeuvre des grands. Les champignons, venus entre les racines, suçaient l’arbre malade, qui se vidait peu à peu. Les fourmis noires broyaient le bois qui pourrissait. Des millions d’insectes invisibles rongeaient, perforaient, réduisaient en poussière ce qui avait été la vie…

Et le silence de ces combats!… O paix de la nature, masque tragique qui recouvre le visage douloureux et cruel de la Vie! »

On passe ainsi de l’éloge de la compassion au social-darwinisme où la Nature consisterait en une bataille mortelle ininterrompue et cruelle…

La planète des singes, de Pierre Boulle

[Voici un article publié sur l’ancêtre de LTD, à savoir VeganRevolution. L’article date vraisemblablement de 2006.]

La Planète des singes, c’est un roman à des années-lumière du véganisme et une série de films très intéressants du point de vue du rapport entre les êtres humains et les animaux.

Initialement la Planète des singes est une nouvelle (et non pas un « roman ») du français Pierre Boulle, publié en 1963. Cette oeuvre profondément réactionnaire décrit une population humaine devenue fainéante et décadente, chassée au fur et à mesure par les singes esclaves, qui ne disposent naturellement dans la nouvelle d’aucune intelligence, leur seule faculté étant de « singer » les humains, de reproduire les actes des humains (les singes sont donc incapables de développer une quelconque technologie).

Il va de soi que, si l’on y réfléchit sérieusement, les singes représentent dans cette nouvelle les populations « arriérées » et « barbares » du tiers-monde qui viennent voler les places toutes chaudes des occidentaux devenus « mous » en raison de la « société de consommation ».

La série des films, à l’opposé de la nouvelle de Pierre Boulle, pose des remises en question essentielles, que 30 ans après on comprend largement plus qu’à l’époque.

Ainsi, dans le premier film, La Planète des singes sorti en 1968, est un véritable réquisitoire contre la folie humaine. Les astronautes américains débarqués sur la planète comprennent qu’il s’agit de la planète Terre, que les humains ont fait sauter avec les bombes nucléaires.

Les humains retournés à l’âge de pierre sont les esclaves des singes qui, ayant évolué, possèdent un début de civilisation dont la religion enseigne de se méfier de l’humain, qui « tue son frère par avidité et détruit tout ce qu’il touche ».

Allusion à l’esclavage et à la querelle religieuse de l’Europe féodale pour savoir si les « Indiens » d’Amérique ont une âme ou pas, les Rouleaux sacrés des singes expliquent que « Les hommes n’ont pas d’âme » et que « Le Tout Puissant a créé le singe à son image .

Dans Le Secret de la Planète des singes (1970), on s’aperçoit que des humains ont survécu tout en mutant horriblement, et la planète saute de nouveau avec la bombe atomique. Mais juste avant quelques singes se sont enfuis et se retrouvent dans le passé, chose racontée dans Les évadés de la Planète des singes (1971). La CIA entend naturellement stériliser les deux singes afin d’éviter la future domination des singes, mais le bébé est échangé avec celui d’un cirque, les deux singes étant assassinés.

La suite est racontée dans La Conquête de la Planète des singes (1972), où 20 ans après, alors qu’un virus a tué les chiens et les chats et où les chimpanzés, gorilles et orangs-outangs sont devenus esclaves des humains, ceux-ci se révoltent sous la conduite de l’enfant des singes venus du futur.

Enfin, dans La Bataille de la Planète des singes (1973), après moult péripéties, humains et singes fondent ensemble une nouvelle civilisation, côte à côte.

Le remake de Tim Burton, de 2001, est par contre une nullité sans nom, admirablement bien fait mais au contenu absolument nul et proche du néant du point de vue du questionnement du rapport entre l’être humain et l’animal. Un film à grand spectacle de plus, sans aucun intérêt par rapport à la série des « Planètes des singes », qui bien que kitsch conservent une signification certaine à l’heure où l’être humain détruit la planète et asservit plus que jamais les animaux.

Le film de Tim Burton reprend en plus l’idée déjà présente dans la nouvelle de Pierre Boulle, à savoir la fascination (amoureuse) de la singe Zira, une scientifique, pour le héros humain. L’être humain reste ainsi, en définitive, un idéal de beauté, une forme « supérieure » naturellement fascinante pour les autres espèces.

C’est-à-dire qu’on en revient inlassablement à la conception religieuse de l’être humain fait à l’image de Dieu et disposant comme il l’entend de la nature et des êtres vivants.

« Labour lied Barry died »

Voici les paroles de « Labour Lied, Barry Died » (Les socialistes ont menti, Barry est mort), du groupe Active slaughter, un « classique » du mouvement anglais pour les animaux, à la suite de la mort de Barry Horne.

Barry was giving 18 years by a government full of shit
The judge said he’s a danger to us all, you are the danger you worthless prick
Laying in the prison cell, thinking what to do next
He can’t give up, he won’t give up. You know he’s gonna do his best.
He’s gonna expose the lies, expose the fraud of labours pre election pledge.
They said they would hold a royal commission,
on this barbaric evil worthless vivisection.
Did they keep their pledge? did they fuck.
So Barry was gonna try his luck.
Barry un gouvernement plein de merde lui a donné 18 ans
Le juge a dit qu’il était un danger pour nous tous, c’est toi le danger tête de noeud
Placé en prison, se demandant désormais quoi faire
Il ne peut pas abandonner, il n’abandonnera pas. On sait qu’il fera de son mieux.
Il va montrer les mensonges, prouver la trahison de la promesse pré-electorale des socialistes.
Ils ont dit qu’ils tiendraient une commission royale
au sujet de ce mal barbare et sans intérêt qu’est la vivisection.
Ont-ils tenu leur promesse? Pas un instant
Alors Barry a tenté de faire différent.

Labour lied, Barry died
He’s still with us and by our side.
We won’t give up, we won’t give in.
In the end we shall win
Les socialistes ont menti, Barry est mort.
Il est toujours avec nous à nos côtés
Nous n’abandonnerons pas plus que nous ne capitulerons
A la fin nous vaincrons.

A hunger strike for 35 days & the government agreed to talk.
A light was seen, but then it went out. Typical of labour to talk not walk
Hunger strike back on, this time for 46 days
again he got nowhere, just more issues to be raised
He knows he’s got our support and praise
Another hunger strike followed this,
this time he won’t be treated like piss.
A strike until the end this time is best
to force labour to hounour their pre election pledge
Une grève de la faim de 35 jours & le gouvernement accepta de discuter.
On voyait une lumière, mais elle a disparu. Typique des socialistes de parler mais de ne rien faire
La grève de la faim reprit, cette fois pour 46 jours
Encore une fois pour rien, juste quelques thèmes mis en avant de plus
Il sait qu’il a notre soutien et nos encouragements
Une nouvelle grève de la faim s’ensuivit
Cette fois on le ne traitera pas comme de la merde.
Une grève jusqu’à la fin cette fois c’est le meilleur
pour forcer les socialistes à honorer leur promesse électorale.

Another 60 Days went on but nothing got done
apart from the ALF around the land liberating and having their fun
The media kicked him down, went in for the kill
said he was bluffing, wouldn’t go through with it.
I hope they sold a few papers and got their thrill
In the end Barry died in prison
Now there’s going to be complete anarchism.
We won’t forget Barry Horne
WE WILL LIBERATE WE HAVE SWORN
Encore 60 jours mais rien n’est fait
si ce n’est l’ALF partout dans le pays qui libère et ne cesse d’agir à sa guise
Les médias l’ont rabaissé, s’y mirent pour qu’il meurt
dirent qu’il bluffait, qu’il n’irait pas au bout.
J’espère qu’ils ont vendu quelques journaux et ont eu leur plaisir
A la fin Barry est mort en prison.
Maintenant cela sera désormais l’anarchisme complet.
Nous n’oublierons pas Barry Horne. Nous libérerons, nous l’avons promis.

Des dents de la mer à l’invasion des rats : la propagande pour la domination

[Voici un article publié sur l’ancêtre de LTD, à savoir VeganRevolution. L’article date de juillet 2005.]

Dans le dernier Canard enchaîné du mois de juin 2005 on peut lire un entrefilet symptômatique de la logique de la société de consommation :

« Ca laisse rongeur

Patron de la fiction sur TF1, Takis Candilis prépare l’arrivée de téléfilms-catastrophes (« Le Point », 23/6): « Imaginez des millions de rats qui envahissent Paris après une grève des éboueurs…

Pour le besoin de ce tournage, nous élevons en ce moment 450 rats à Fontainebleau. Des gros rats de la taille de petits chiens. »

Il va faire fuire la ménagère de moins de 50 ans!

Séparer abstraitement les humains des animaux, voilà l’idéologie de ces films. Dans une vision très religieuse, les animaux seraient « sauvages », auraient des comportements « absurdes », et seraient naturellement « agressifs ».

Il est intéressant de voir que les animaux qui sont le plus victimes de cet ostracisme sont des animaux concurrencant la gente masculine dans la « virilité ». King Kong est le symbole du grand singe plus costaud que les humains masculins et on est en plein fantasme de se faire « voler » « sa » femme par « plus viril que soi ».

Le requin est le symbole de la force brute, de la guerre; le rat lui est le symbole de la sensualité et de la sexualité, il glisse partout, il se reproduit. Il est d’ailleurs invisible et cela sera prétexte aux nazis pour assimiler les personnes d’origine juive aux rats, propagande encore actuelle. On retrouve également l’assimilation fantasmatique classique aux pieuvres envahissantes, vampires suceurs de sang, etc.

Et naturellement aux araignées, qui forment un grand classique. De tous les animaux, les insectes sont la plupart du temps considérés comme les plus « immondes » (comme dans Indiana Jones n°2 par exemple, dans le premier on aura eu les serpents, dans le troisième les rats). Et les araignées sont les pires car elles piquent avec leur dard…

Il est intéressant de voir d’ailleurs que les films montrent les animaux comme des prédateurs pervers cherchant à s’approprier des femmes. De la même manière que les nazis accusaient les personnes d’origine juive de vouloir « s’approprier » les femmes « aryennes », il est assez symptômatique de voir les affiches de King Kong ou des Dents de la mer.

Même les affiches des oiseaux de Hitchcock reprennent cette tonalité de l’animal comme concurrent des hommes par rapport à la possession des femmes.

La domination masculine sur les femmes va de pair avec la domination masculine sur le monde. Même les piranhas, poissons ou poissons volants, sont de la partie !

Les animaux sont prétextes au courage, à l’ingénioisité d’hommes brillants, face à la « brutalité » animale, comme nous le rappelle Moby Dick !

Même les orques prennent le nom de « baleines tueuses » (alors qu’il s’agit d’un delphinidé et non d’une baleine) pour les besoins du culte du « sauvage » que l’homme civilisé parvient (ou pas) à dominer. Il est évident que les animaux représentent au fond quelque chose qu’il faut rejeter, un côté « sauvage », qu’il soit animal ou humain lorsqu’il y a un contact non conflictuel avec la nature. Les cowboys butent les indiens, les humains butent les animaux, tout est dans l’ordre.

Et quand on ne trouve pas d’animaux assez monstrueux, on les invente. On a ainsi Godzilla le monstre issu des mutations ou encore Alien. Ce qu’il a d’intéressant avec le film Godzilla et Orca c’est qu’il y a soi disant une morale éthique derrière. Godzilla est juste issu des expériences nucléaires humaines dans le pacifique, et Orca se venge du capitaine ayant tué son enfant. Mais ce sont des animaux et ils restent monstrueux.

En fait même « humanisé » les animaux restent inférieurs. C’est clairement le cas dans La planète des singes ou dans Star Wars, avec par exemple Chewbacca ou les Ewoks.

Blade-runner: un roman vegan, un film qui ne l’est pas

[Voici un article publié sur l’ancêtre de LTD, à savoir VeganRevolution. L’article date du tout début de l’année 2005.]

Blade-Runner (1982) est un film de science-fiction très connu. Il y a pourtant un problème énorme avec ce film.Il a pris des libertés terribles par rapport au scénario du roman original de Philip K. Dick.

Car dans le roman de Philip K. Dick, le monde de Blade Runner est un monde vegan. Toute l’histoire du roman, jusqu’aux détails, la psychologie, les motivations des personnages, tout l’environnement, dépend de cela.

Quel est le scénario du film? Il retrace l’histoire d’un policier assez spécial: le blade runner (en anglais: celui qui coure sur le fil du rasoir).

Le blade runner doit traquer les réplicants, c’est-à-dire des androïdes ayant exactement l’apparence d’êtres humains. Ceux-ci sont utilisés pour aider à la colonisation de la planète Mars et il arrive qu’il y en ait qui s’enfuient pour se réfugier sur terre.

Comment le blade runner fait-il pour les reconnaître? Il leur fait passer un test psychologique, consistant précisément à savoir si… s’il y a des sentiments pour les animaux ou pas.

Le monde du blade runner est en effet un monde post atomique, les animaux sont sacrés. Chacun rêve d’en avoir un. Le blade runner héros du roman travaille principalement car il aimerait lui aussi être payé plus et posséder comme les privilégiés un animal sur le toit de sa maison.

Donnons ici quelques exemples du test effectué. Les questions horrifient les humains, mais pas les androïdes, qui ne possèdent pas de faculté d’empathie et passent à côté de l’aspect principal.

Un pécari.

On vous offre un portefeuille de pécari pour votre anniversaire.

Un petit garçon vous montre sa collection de papillons, ainsi que le bocal dans lequel il les tue.

Vous êtes assise devant la télévision quand, tout d’un coup, vous apercevez une guêpe sur votre poignet.

Dans un magazine, vous tombez sur une photo pleine page en couleurs d’une fille nue. La fille est allongée sur le ventre sur un beau tapis de peau d’ours. Votre époux décide d’accrocher la photo au mur de son bureau.

Dans ce dernier cas, l’androïde femme est naturellement plus choquée par le fait que le mari veuille mettre la photo au mur que le fait qu’il y ait une peau d’ours. Tout le roman contient cette dimension.

A chaque fois l’accent est mis sur la capacité de l’humanité à éprouver de l’empathie. En clair: de la compassion. Dans le film il n’y a rien de tout cela.

D’ailleurs le titre du roman n’est pas Blade Runner, ni Robot Blues comme on avait nommé une traduction de l’oeuvre.

Le titre original est, comme pour la première traduction: « Do androids dream of electric sheep? » c’est-à-dire: Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

Cela étant une allusion au rêve du blade runner non pas de tuer, car le roman est basé sur son empathie allant même aux androïdes, mais d’avoir sur son toit un vrai mouton, et non pas un mouton électrique…

L’armée des douze singes ou comment caricaturer les activistes

[Voici un article publié sur l’ancêtre de LTD, à savoir VeganRevolution. L’article date d’avril 2006.]

L’armée des douze singes est un film de Terry Gilliam datant de 1995, le scénario est repris du film La jetée, de Chris Marker. Dans ce film on retrouve l’atmosphère oppressante de Brasil, que cet ancien Monty Python avait déjà réalisé. Sauf que là, les partisans de la défense animale et de la protection animale sont caricaturés au possible.

Tout le scénario du film de Gilliam part en effet du principe (nouveau par rapport à La jetée) que les défenseurs des animaux sont des marginaux totalement à l’écart de la société, pratiquant des actions clandestines parallèlement à une façade faussement sympathique de « hippies défenseurs des animaux ».

Dans le film le chef de « l’armée des douze singes », un groupe de défense animale, est joué par Brad Pitt, fils d’un scientifique millionnaire pratiquant l’expérimentation animale. On le voit la première fois dans un asile de fous, ne cessant de s’exciter et de faire des gestes saccadés, tenant un discours « typiquement gauchiste » (les vrais fous sont à l’extérieur, le monde est une prison).

Naturellement dans ce premier passage les animaux ne l’intéressent pas; quand on le retrouve quelques années plus tard on voit que sa rébellion se situe surtout contre son père, qu’il veut enlever avec l’armée des douze singes pour le placer dans un zoo dont on aura libéré des animaux.

Les défenseurs des animaux sont ainsi de doux dingues parfois très dangereux, notamment quand ils libèrent des lions et des girafes en pleine ville, ce qui est une grave caricature des libérations comme celle faite par le front de libération des animaux.

A la fin du film on comprend que Bruce Willis s’était trompé quand il avait cru que ces « écolos » menés par Brad Pitt voulaient exterminer la race humaine par un virus pour la livrer aux animaux. Il s’agissait d’un responsable de labo devenu fou.

Mais c’est trop tard pour que le spectateur n’ait pas acquis une foule de préjugés à l’encontre d’une culture « folklorique » et « potentiellement dangereuse ». Le réalisateur de Brazil a bien assimilé la culture du type Hollywood et son idéologie opposée aux idées progressistes, contribuant par ce film à donner une image misérable de la libération animale.

« Totally spies », les dauphins et la défense de l’océan

Totally spies ! est un dessin animé existant depuis 2002 qui a un très grand succès et est désormais présent dans 150 pays. On y suit les aventures de trois jeunes espionnes, lycéennes puis étudiantes, qui sont très superficielles, mais aiment l’aventure et profitent de gadgets high tech dans leurs missions.

Celle qui intéresse plus particulièrement se situe dans l’épisode 5 de la saison 4. Une des espionnes a des mauvaises notes et va être envoyée dans un pensionnat en Angleterre, l’Académie dorsale.

Le nom de cette école ne doit rien au hasard, puisque son fondateur apprécie beaucoup les dauphins. En fait, c’est le « méchant » de l’histoire, qui transforme les pensionnaires de l’Académie en êtres mi-humains mi-dauphins…

Portons donc notre attention sur ses motivations, dans la scène retranscrite ici (visible à la 13ème minute dans la vidéo).

« [Le méchant prend une photo où on le voit tout jeune dans l’eau avec des dauphins.]
– Ah je vois que vous avez fait connaissance avec ma famille.

– Quoi ! Ils sont de votre famille ces dauphins ? Définitivement particulier [prononcé ironiquement].

– Quand j’avais dix ans, je suis tombé du bateau de mes parents, et ces dauphins m’ont élevé. Ils ont pris soin de moi. Et nous, qu’offrons-nous à ces créatures d’une extrême gentillesse ? Des océans pollués, des filets de pêches, des collisions avec des bateaux, Mais ils vont réagir !

– J’ai deviné : vous voulez faire de tout le monde des êtres mi-humains mi-dauphins, pour qu’ils respectent plus la Nature.

– C’est juste, au moyen de mon dolphinator. D’où vous vient cette intuition ?

– J’ai côtoyé tellement de perturbés, que maintenant j’arrive à finir leurs phrases. »

Après s’être moqué du méchant, les espionnes le battent bien sûr à coups de karaté et de gadgets. Elles retransforment alors les êtres mi-dauphins mi-humains en humains, procédant bien sûr finalement à l’arrestation du méchant dont elles se moquent, car lui est resté mi-humain mi-dauphin.

On a donc une démarche fondamentalement anti-écologiste, où une personne s’engageant en faveur des animaux est présentée comme forcément perturbée et potentiellement dangereuse.

Il n’y même pas un semblant de reconnaissance de la problématique de l’océan, qui ne sert que de prétexte pour une aventure de jeunes femmes dont la préoccupation est le shopping et le rangement de leur maison.

C’est littéralement catastrophique, et bien sûr guère étonnant, même si parfois les dessins animés se targuent justement de jouer dans les « bons sentiments ».

Pourtant, au-delà du caractère aberrant et criminel du ton de cet épisode, on a ici quelque chose de très révélateur sur l’idéologie dominante, qui a parfaitement compris la menace pesant sur l’anthropocentrisme, et qui fait tout pour le défendre coûte que coûte, jusqu’aux dessins animés !

Le film « Mission G »

« Mission-G » est un film de 2009, où des cochons d’Inde agissent en « espions », profitant de moyens technologiques très avancés. En apparence, on a un film typique produit par Walt Disney, où les animaux sont présentés dans une ambiance « nunuche » et vaguement divertissante.

En pratique, les cochons d’Inde sur deux pattes et se comportent comme des humains; ce n’est que quand ils courent, à quatre pattes, qu’on reconnaît que de vrais cochons d’Inde ont été filmés et les images intégrées au film.

Pourtant, il s’avère que c’est plus compliqué que cela, car il y a deux scènes très marquantes qui vont vraiment dans le bon sens et qui valent le coup d’être connues.

Dans le film, il y a une taupe en informaticien génial jouant un rôle clef dans l’équipe d’espions. A un moment, il disparaît, et on comprend plus tard que c’est lui le méchant du film !

Cet informaticien fou a intégré des puces électroniques dans des cafetières, car il en veut au genre humain… Voici comment la taupe répond à Darwin, un cochon d’Inde espion, et explique son action.

« Je suis le méchant, mon cher Darwin. Allons, tu avais réellement cru que j’avais péri dans le camion poubelle ! Ah ! Je me suis caché dans une boîte de conserve. J’ai fini par atterrir dans les égouts de la ville (…). Entre nous deux, tu peux m’appeler monsieur Yanchu (…).

Yanchu veut dire taupe en chinois. Saber n’était qu’une couverture ! J’ai créé une immense armée d’appareils robotisés, qui ont constitué tout un réseau de nœuds electro-magnétiques reliés les uns aux autres. Et ces nœuds sont capables d’attirer tous les déchets spatiaux qui flottent en orbite autour de la Terre, et d’enterrer l’humanité sous des tonnes et des tonnes de ferraille ! »

Darwin lui demande pourquoi il l’a trahi, pourquoi il fait cela, et la réponse est ici exceptionnelle, d’une portée critique véritable.

« Est-ce que tu as déjà fait une recherche sur internet pour le mot taupe? Trois millions de résultats, et aucun pour comment s’en occuper, comment les élever ou les aimer ! Noooooon ! Trois millions de résultat que pour tous les exterminer !

[On voit des humains en train de projeter des produits dans la Nature.] Les humains sont venus et ont détruit nos foyers !

[On voit une cage avec des parents taupes et leur enfant.] « Mon fils ! Si un jour tu as l’occasion de mettre à genoux l’espèce humaine, fais le ! »

Ils n’ont aucune pitié pour nous, Darwin ! Alors c’est à mon tour de procéder à une petite extermination. »

Il y a un autre moment intéressant. Les cochons d’Inde pensent être génétiquement modifiés, et non pas de « vulgaires » rongeurs. L’humain savant raconte alors cependant la vérité aux espions…

« Darwin, je vous ai menti. La vérité, c’est que vous n’êtes pas génétiquement modifiés. Aucun de vous ! (…) Toi, Juarez, on t’a trouvé dans une sorte de bar à tapas sur la route des Pyrénées. Je crois que là-bas tu es un plat très recherché [confusion sans doute des traducteurs avec les Andes!]

Toi, Blaster, on t’a trouvé dans un laboratoire qui testait des shampoings et des gels de toutes sortes pour éviter les allergies. Quant à Speckles [la taupe], on l’a trouvé devant son terrier qui venait d’être détruit pour construire un golf.

Et toi Darwin, je t’ai acheté dans une animalerie. Tes parents t’avaient abandonné parce que tu étais le plus faible de la portée. »

Il va de soi qu’il y a de très grandes limites à un tel film. Mais ces éléments rappellent l’actualité inévitable du 21e siècle. La guerre contre la Nature, absurde et impossible, doit cesser! Entre les taupes et le golf, il faut choisir le camp des taupes!

Article « Bêtes » du Dictionnaire philosophique

Voici l’article « Bêtes » écrit par Voltaire pour le Dictionnaire philosophique publié en 1764. S’appuyant sur la critique faite dès le départ de la vision « mécaniste » de Descartes,  Voltaire défend un point de vue radicalement différent des animaux, au nom de l’expérience.

BÊTES.

Quelle pitié, quelle pauvreté, d’avoir dit que les bêtes sont des machines privées de connaissance et de sentiment, qui font toujours leurs opérations de la même manière, qui n’apprennent rien, ne perfectionnent rien, etc. ?

Quoi ! cet oiseau qui fait son nid en demi-cercle quand il l’attache à un mur, qui le bâtit en quart de cercle quand il est dans un angle, et en cercle sur un arbre : cet oiseau fait tout de la même façon.

Ce chien de chasse que tu as discipliné pendant trois mois n’en sait-il pas plus au bout de ce temps qu’il n’en savait avant tes leçons ? Le serin à qui tu apprends un air le répète-t-il dans l’instant ? n’emploies-tu pas un temps considérable à l’enseigner ? n’as-tu pas vu qu’il se méprend et qu’il se corrige ?

Est-ce parce que je te parle que tu juges que j’ai du sentiment, de la mémoire, des idées ?

Eh bien ! je ne te parle pas ; tu me vois entrer chez moi l’air affligé, chercher un papier avec inquiétude, ouvrir le bureau où je me souviens de l’avoir enfermé, le trouver, le lire avec joie. Tu juges que j’ai éprouvé le sentiment de l’affliction et celui du plaisir, que j’ai de la mémoire et de la connaissance.

Porte donc le même jugement sur ce chien qui a perdu son maître, qui l’a cherché dans tous les chemins avec des cris douloureux, qui entre dans la maison, agité, inquiet, qui descend, qui monte, qui va de chambre en chambre, qui trouve enfin dans son cabinet le maître qu’il aime, et qui lui témoigne sa joie par la douceur de ses cris, par ses sauts, par ses caresses.

Des barbares saisissent ce chien, qui l’emporte si prodigieusement sur l’homme en amitié ; ils le clouent sur une table, et ils le dissèquent vivant pour te montrer les veines mésaraïques.

Tu découvres dans lui tous les mêmes organes de sentiment qui sont dans toi. Réponds-moi, machiniste, la nature a-t-elle arrangé tous les ressorts du sentiment dans cet animal afin qu’il ne sente pas ? a-t-il des nerfs pour être impassible ? Ne suppose point cette impertinente contradiction dans la nature.

Mais les maîtres de l’école demandent ce que c’est que l’âme des bêtes. Je n’entends pas cette question.

Un arbre a la faculté de recevoir dans ses fibres sa sève qui circule, de déployer les boutons de ses feuilles et de ses fruits ; me demanderez-vous ce que c’est que l’âme de cet arbre ? Il a reçu ces dons ; l’animal a reçu ceux du sentiment, de la mémoire, d’un certain nombre d’idées.

Qui a fait tous ces dons ? qui a donné toutes ces facultés ? celui qui a fait croître l’herbe des champs, et qui fait graviter la terre vers le soleil.

Les âmes des bêtes sont des formes substantielles, a dit Aristote ; et après Aristote, l’école arabe ; et après l’école arabe, l’école angélique ; et après l’école angélique, la Sorbonne ; et après la Sorbonne, personne au monde.

Les âmes des bêtes sont matérielles, crient d’autres philosophes. Ceux-là n’ont pas fait plus de fortune que les autres.

On leur a en vain demandé ce que c’est qu’une âme matérielle : il faut qu’ils conviennent que c’est de la matière qui a sensation ; mais qui lui a donné cette sensation ? c’est une âme matérielle, c’est-à-dire que c’est de la matière qui donne de la sensation à la matière ; ils ne sortent pas de ce cercle.

Écoutez d’autres bêtes raisonnant sur les bêtes : leur âme est un être spirituel qui meurt avec le corps ; mais quelle preuve en avez-vous ? quelle idée avez-vous de cet être spirituel, qui, à la vérité, a du sentiment, de la mémoire, et sa mesure d’idées et de combinaisons, mais qui ne pourra jamais savoir ce que sait un enfant de six ans ?

Sur quel fondement imaginez-vous que cet être, qui n’est pas corps, périt avec le corps ? Les plus grandes bêtes sont ceux qui ont avancé que cette âme n’est ni corps ni esprit.

Voilà un beau système. Nous ne pouvons entendre par esprit que quelque chose d’inconnu qui n’est pas corps : ainsi le système de ces messieurs revient à ceci, que l’âme des bêtes est une substance qui n’est ni corps ni quelque chose qui n’est point corps.

D’où peuvent procéder tant d’erreurs contradictoires ? de l’habitude où les hommes ont toujours été d’examiner ce qu’est une chose, avant de savoir si elle existe.

On appelle la languette, la soupape d’un soufflet, l’âme du soufflet. Qu’est-ce que cette âme ? c’est un nom que j’ai donné à cette soupape, qui baisse, laisse entrer l’air, se relève et le pousse par un tuyau, quand je fais mouvoir le soufflet.

Il n’y a point là une âme distincte de la machine. Mais qui fait mouvoir le soufflet des animaux ? Je vous l’ai déjà dit, celui qui fait mouvoir les astres. Le philosophe qui a dit : Deus est anima brutorum, avait raison ; mais il devait aller plus loin.

Dialogue du chapon et de la poularde

Voici un texte qui intéressera beaucoup de gens et qui a une dimension fascinante. Écrit par Voltaire, ce tout petit conte reflète la remise en cause de l’anthropocentrisme, et notamment de sa forme religieuse, qui est née avec les Lumières,

Le combat contre les religions a alors été porté par les athées d’un côté (avec Diderot par exemple), les déistes de l’autre.

Voltaire appartenait à ces derniers. S’il ne parvenait pas comme les athées à saisir la Nature comme « grand tout », il a pu aborder cette question sous l’angle de l’empirisme, c’est-à-dire la connaissance issue de l’expérience. Et il a regardé les animaux de manière réaliste…

Pour cette raison, le « Dialogue du chapon et de la poularde », écrit en 1763, est une oeuvre qui mérite d’être connue… Ce petit conte a une approche qui va dans le bon sens, on devine qu’il faut en prolonger la logique…

Précisons ici ce que sont un chapon et une poularde, avec une définition de wikipédia (qui fait frémir d’horreur):

Un chapon est un coq de l’espèce Gallus gallus domesticus qui a été castré afin d’atteindre une plus grande tendreté et une plus grande masse. Ses pattes sont bleues, sa peau fine et nacrée.

Les testicules des volailles étant à l’intérieur du corps, il faut deux incisions pour enfoncer les doigts et arriver à les arracher avec des pinces à castrer (technique du chaponnage).

Une poularde est une jeune femelle de l’espèce Gallus gallus domesticus, c’est-à-dire une poule domestique qui n’a pas encore pondu. Elle est destinée à l’engraissement. Elle a la chair blanche et tendre au goût très fin.

Voici le conte de Voltaire.

LE CHAPON.

Eh, mon Dieu! ma poule, te voilà bien triste, qu’as-tu?

LA POULARDE.

Mon cher ami, demande-moi plutôt ce que je n’ai plus. Une maudite servante m’a prise sur ses genoux, m’a plongé une longue aiguille dans le cul, a saisi ma matrice, l’a roulée autour de l’aiguille, l’a arrachée et l’a donnée à manger à son chat. Me voilà incapable de recevoir les faveurs du chantre du jour, et de pondre.

LE CHAPON.

Hélas! ma bonne, j’ai perdu plus que vous; ils m’ont fait une opération doublement cruelle: ni vous ni moi n’aurons plus de consolation dans ce monde; ils vous ont fait poularde, et moi chapon.

La seule idée qui adoucit mon état déplorable, c’est que j’entendis ces jours passés, près de mon poulailler, raisonner deux abbés italiens à qui on avait fait le même outrage afin qu’ils pussent chanter devant le pape avec une voix plus claire. Ils disaient que les hommes avaient commencé par circoncire leurs semblables, et qu’ils finissaient par les châtrer: ils maudissaient la destinée et le genre humain.

LA POULARDE.

Quoi! c’est donc pour que nous ayons une voix plus claire qu’on nous a privés de la plus belle partie de nous-mêmes?

LE CHAPON.

Hélas! ma pauvre poularde, C’est pour nous engraisser, et pour nous rendre la chair plus délicate.

LA POULARDE.

Eh bien! quand nous serons plus gras, le seront-ils davantage?

LE CHAPON.

Oui, car ils prétendent nous manger.

LA POULARDE.

Nous manger! ah, les monstres!

LE CHAPON.

C’est leur coutume; ils nous mettent en prison pendant quelques jours, nous font avaler une pâtée dont ils ont le secret, nous crèvent les yeux pour que nous n’ayons point de distraction; enfin, le jour de la fête étant venu, ils nous arrachent les plumes, nous coupent la gorge, et nous font rôtir.

On nous apporte devant eux dans une large pièce d’argent; chacun dit de nous ce qu’il pense; on fait notre oraison funèbre: l’un dit que nous sentons la noisette; l’autre vante notre chair succulente; on loue nos cuisses, nos bras, notre croupion; et voilà notre histoire dans ce bas monde finie pour jamais.

LA POULARDE.

Quels abominables coquins! je suis prête à m’évanouir. Quoi! on m’arrachera les yeux! on me coupera le cou! je serai rôtie et mangée! Ces scélérats n’ont donc point de remords?

LE CHAPON.

Non, m’amie; les deux abbés dont je vous ai parlé disaient que les hommes n’ont jamais de remords des choses qu’ils sont dans l’usage de faire.

LA POULARDE.

La détestable engeance! Je parie qu’en nous dévorant ils se mettent encore à rire et à faire des contes plaisants, comme si de rien n’était.

LE CHAPON.

Vous l’avez deviné; mais sachez pour votre consolation (si c’en est une) que ces animaux, qui sont bipèdes comme nous, et qui sont fort au-dessous de nous, puisqu’ils n’ont point de plumes, en ont usé ainsi fort souvent avec leurs semblables.

J’ai entendu dire à mes deux abbés que tous les empereurs chrétiens et grecs ne manquaient jamais de crever les deux yeux à leurs cousins et à leurs frères; que même, dans le pays où nous sommes, il y avait eu un nommé Débonnaire qui fit arracher les yeux à son neveu Bernard.

Mais pour ce qui est de rôtir des hommes, rien n’a été plus commun parmi cette espèce. Mes deux abbés disaient qu’on en avait rôti plus de vingt mille pour de certaines opinions qu’il serait difficile à un chapon d’expliquer, et qui ne m’importent guère.

LA POULARDE.

C’était apparemment pour les manger qu’on les rôtissait.

LE CHAPON.

Je n’oserais pas l’assurer; mais je me souviens bien d’avoir entendu clairement qu’il y a bien des pays, et entre autres celui des Juifs, où les hommes se sont quelquefois mangés les uns les autres.

LA POULARDE.

Passe pour cela. Il est juste qu’une espèce si perverse se dévore elle-même, et que la terre soit purgée de cette race. Mais moi qui suis paisible, moi qui n’ai jamais fait de mal, moi qui ai même nourri ces monstres en leur donnant mes oeufs, être châtrée, aveuglée, décollée, et rôtie! Nous traite-t-on ainsi dans le reste du monde?

LE CHAPON.

Les deux abbés disent que non. Ils assurent que dans un pays nommé l’Inde, beaucoup plus grand, plus beau, plus fertile que le nôtre, les hommes ont une loi sainte qui depuis des milliers de siècles leur défend de nous manger; que même un nommé Pythagore, ayant voyagé chez ces peuples justes, avait rapporté en Europe cette loi humaine, qui fut suivie par tous ses disciples.

Ces bons abbés lisaient Porphyre le Pythagoricien, qui a écrit un beau livre contre les broches.

O le grand homme! le divin homme que ce Porphyre!

Avec quelle sagesse, quelle force, quel respect tendre pour la Divinité il prouve que nous sommes les alliés et les parents des hommes; que Dieu nous donna les mêmes organes, les mêmes sentiments, la même mémoire, le même germe inconnu d’entendement qui se développe dans nous jusqu’au point déterminé par les lois éternelles, et que ni les hommes ni nous ne passons jamais!

En effet, ma chère poularde, ne serait-ce pas un outrage à la Divinité de dire que nous avons des sens pour ne point sentir, une cervelle pour ne point penser? Cette imagination digne, à ce qu’ils disaient, d’un fou nommé Descartes, ne serait-elle pas le comble du ridicule et la vaine excuse de la barbarie?

Aussi les plus grands philosophes de l’antiquité ne nous mettaient jamais à la broche. Ils s’occupaient à tâcher d’apprendre notre langage, et de découvrir nos propriétés si supérieures à celles de l’espèce humaine.

Nous étions en sûreté avec eux comme dans l’âge d’or. Les sages ne tuent point les animaux, dit Porphyre; il n’y a que les barbares et les prêtres qui les tuent et les mangent. Il fit cet admirable livre pour convertir un de ses disciples qui s’était fait chrétien par gourmandise.

LA POULARDE.

Eh bien! dressa-t-on des autels à ce grand homme qui enseignait la vertu au genre humain, et qui sauvait la vie au genre animal?

LE CHAPON.

Non, il fut en horreur aux chrétiens qui nous mangent, et qui détestent encore aujourd’hui sa mémoire; ils disent qu’il était impie, et que ses vertus étaient fausses, attendu qu’il était païen.

LA POULARDE.

Que la gourmandise a d’affreux préjugés! J’entendais l’autre jour, dans cette espèce de grange qui est près de notre poulailler, un homme qui parlait seul devant d’autres hommes qui ne parlaient point; Il s’écriait que « Dieu avait fait un pacte avec nous et avec ces autres animaux appelés hommes; que Dieu leur avait défendu de se nourrir de notre sang et de notre chair ».

Comment peuvent-ils ajouter à cette défense positive la permission de dévorer nos membres bouillis ou rôtis? Il est impossible, quand ils nous ont coupé le cou, qu’il ne reste beaucoup de sang dans nos veines; ce sang se mêle nécessairement à notre chair; ils désobéissent donc visiblement à Dieu en nous mangeant.

De plus, n’est-ce pas un sacrilège de tuer et de dévorer des gens avec qui Dieu a fait un pacte? Ce serait un étrange traité que celui dont la seule clause serait de nous livrer à la mort. Ou notre créateur n’a point fait de pacte avec nous, ou c’est un crime de nous tuer et de nous faire cuire il n’y a pas de milieu.

LE CHAPON.

Ce n’est pas la seule contradiction qui règne chez ces monstres, nos éternels ennemis. Il y a longtemps qu’on leur reproche qu’ils ne sont d’accord en rien. Ils ne font des lois que pour les violer; et, ce qu’il y a de pis, c’est qu’ils les violent en conscience. Ils ont inventé cent subterfuges, cent sophismes pour justifier leurs transgressions.

Ils ne se servent de la pensée que pour autoriser leurs injustices, et n’emploient les paroles que pour déguiser leurs pensées.

Figure-toi que, dans le petit pays où nous vivons, il est défendu de nous manger deux jours de la semaine: ils trouvent bien moyen d’éluder la loi; d’ailleurs cette loi, qui te paraît favorable, est très barbare; elle ordonne que ces jours-là on mangera les habitants des eaux ils vont chercher des victimes au fond des mers et des rivières.

Ils dévorent des créatures dont une seule coûte souvent plus de la valeur de cent chapons: ils appellent cela jeûner, se mortifier. Enfin je ne crois pas qu’il soit possible d’imaginer une espèce plus ridicule à la fois et plus abominable, plus extravagante et plus sanguinaire.

LA POULARDE.

Eh, mon Dieu! ne vois-je pas venir ce vilain marmiton de cuisine avec son grand couteau?

LE CHAPON.

C’en est fait, m’amie, notre dernière heure est venue; recommandons notre âme à Dieu.

LA POULARDE.

Que ne puis-je donner au scélérat qui me mangera une indigestion qui le fasse crever! Mais les petits se vengent des puissants par de vains souhaits, et les puissants s’en moquent.

LE CHAPON.

Aïe! on me prend par le cou. Pardonnons à nos ennemis.

LA POULARDE.

Je ne puis; on me serre, on m’emporte. Adieu, mon cher chapon.

LE CHAPON.

Adieu, pour toute l’éternité, ma chère poularde.

Sarolta Ban : aider les chiens des refuges avec des images numérisées

Il est indispensable de rappeler constamment l’importance d’aider les animaux des refuges.

Aider est facile et à la portée de tout le monde, rappelons une fois de plus les diverses aides possibles : adoptions, dons financiers (même une petite somme a son importance), dons de matériel, dons de nourriture, se proposer comme famille d’accueil, aller chercher un animal en danger, faire du transport jusqu’au refuge ou jusque chez la famille d’adoption, parrainer un animal, donner un peu de son temps dans un refuge (que se soit pour laver, nourrir, sortir les animaux, ou bien s’occuper de tout ce qui est administratif ou encore faire un site web pour le refuge).

Les solutions sont là et ne manquent pas !

Si l’on a la fibre artistique et que l’on veut mettre son talent au service des animaux, des solutions existent aussi ! Tout comme l’excellente initiative américaine an Act of dog, qui peint les portraits des chiens euthanasiés dans les refuges et reverse les fonds aux refuges. Un projet merveilleux qu’il faut diffuser, soutenir et aller dans la même direction !

C’est dans cette même branche que l’artiste Sarolta Ban (Facebook) œuvre pour les chiens des refuges, avec un projet nommé Help Dogs with Images (aider les chiens avec des images). Le principe est simple : Sarolta Ban travaille à partir de véritables photos et les retouche avec Photoshop. Pour voir le travail avant/après ainsi que l’histoire de chaque chien à adopter c’est ici.

Patti

Sur chaque toile vendue, 50 $ (soit environ 37 euros) seront reversés au refuge qui abritent le chien représenté sur l’image. La plus petite impression rendue sur châssis coûte 179 euros. Pour acheter une impression, voir sur cette page.

Certes, avec environ 1/5 reversé du prix total, on pourrait se dire que c’est peu, surtout que cette initiative a une durée (très) limitée dans le temps (du 07 mars au 30 juin 2014), mais c’est une question de principe. Le tout étant de faire quelque chose pour les animaux des refuges, de s’investir pour eux.

Si les artistes pouvaient s’engager ainsi au nom des animaux, une nouvelle culture pour la libération animale pourrait se développer très facilement, mais surtout très vite, car les animaux ne peuvent plus attendre…

Jasmine

Et ce projet artistique a un minimum d’impact car Jasmine, par exemple, a trouvé un foyer suite à cette réalisation. Jasmine avait passé 4 terribles années dans un refuge de Hongrie, sans que personne ne veuille l’adopter (c’est elle qu’on voit sur la photo juste au-dessus).

Zé et Phébo

On peut apprécier ou non le travail de Sarolta Ban, mais l’idée est là : aider les animaux des refuges en les mettant en avant. Même si ce travail est de courte durée, l’on peut bien espérer que cette initiative se reproduira, que ce soit par Sarolta Ban ou bien par d’autres personnes de France, du monde entier. Que l’on se prétende artiste ou non, les animaux ont besoin de notre voix, de notre soutien, de notre aide, de notre combat.

Jober

Le veau, la vache et l’Alliance écologiste indépendante

Parlons de la seconde profession de foi, des élections européennes de la semaine prochaine, qui parle des animaux (la première ayant été celle du Front National). Cette fois, il s’agit de l’Alliance écologiste indépendante, avec l’incontournable Jean-Marc Governatori.

Pour le coup, on sent que Notre-Dame-des-Landes est passé par là et que la mode est à la petite production. La profession de foi raconte la même chose que les gens de Notre-Dame-des-Landes, les décroissants ou les Hare Krishna : le monde moderne est mauvais et il faut retourner en arrière.

Vive la petite production donc, et c’est cela qui permet l’ambiguïté concernant les animaux. On a ainsi une image d’un veau et d’une vache, avec écrit :

« Une Europe sans élevage en batterie ni expérimentation animale. L’agriculture et la pêches industrielles sont à stopper. »

Cela ne veut nullement dire qu’on arrêtera de tuer les animaux. Cela veut dire qu’il faut freiner et reculer dans l’industrialisation. Cela ne va par conséquent pas du tout dans le bon sens. Bien sûr, les gens refusant le véganisme et prônant le réformisme, le « bien-être », trouveront que c’est un pas en avant.

Cependant, quand on veut la libération animale, on ne peut que vouloir que les choses aillent de l’avant : que l’on dépasse un système totalement… dépassé. Revenir en arrière nous amènerait forcément à devoir refaire le même parcours…

Sans compter que de toutes manières, on ne peut plus trop revenir en arrière, avec les problèmes écologiques, la population mondiale qui s’agrandit : il faut le véganisme à l’échelle mondiale, et vite !

La profession de foi prône ainsi le bien-être animal surtout pour, en réalité, bloquer l’exigence du dépassement de la société actuelle. Plutôt que de dire : mettons un terme à l’exploitation animale du grand capitalisme, l’Alliance écologiste indépendante propose de se cantonner à rêver du moyen-âge… Ce n’est pas comme cela qu’on changera les choses.

Tout le reste du discours de la profession de foi se fonde évidemment sur ce même principe de proposer un modèle dans le passé, au nom du « ni droite ni gauche » et du retour aux valeurs « régionales », avec des concepts farfelus comme le « Bon Sens Paysan » ou bien « Lenteur, de la Simplicité et du Petit ».

Pas la peine de s’y connaître beaucoup pour ne pas reconnaître les thèmes traditionnels de l’extrême-droite des années 1930, avec ses solutions « locales ». La libération animale demande quant à elle une solution universelle et une organisation mondiale de la production alimentaire.

A l’échelle locale, l’exploitation animale a été une condition obligatoire pratiquement dans l’histoire, en termes alimentaires. Aujourd’hui, cela n’a plus aucun sens alors que l’humanité a largement les moyens de vivre de manière végane.

La photo avec la vache et le veau est donc fondamentalement hypocrite. Montrer des animaux en prétendant les défendre, alors que la démarche consiste à les tuer de manière « éthique », à les manger, tout cela n’est pas correct.

Quand on assume de montrer des êtres vivants, alors il faut assumer leur protection également, et déjà Lucrèce, au premier siècle de notre ère, nous parlait de l’amour de la vache pour son petit (dans De rerum natura) :

Devant les temples magnifiques, au pied des autels
où fume l’encens, souvent un taurillon tombe immolé,
exhalant de sa poitrine un flot sanglant et chaud.
Cependant la mère désolée parcourt le bocage,
cherche à reconnaître au sol l’empreinte des sabots,
scrute tous les endroits où d’aventure elle pourrait
retrouver son petit, soudain s’immobilise
à l’orée du bois touffu qu’elle emplit de ses plaintes
et sans cesse revient visiter l’étable,
le coeur transpercé du regret de son petit.
Ni les tendres saules ni l’herbe avivée de rosée
ni les fleuves familiers coulant à pleines rives
ne sauraient la réjouir, la détourner de sa peine.
La vue d’autres taurillons dans les gras pâturages
ne peut la distraire ni soulager son chagrin,
tant elle recherche un être singulier, connu.

Cette exigence de ne plus voir un être vivant « le coeur transpercé du regret de son petit » est désormais réalisable. Mais il ne faut pas compter sur l’Alliance écologiste indépendante pour cela.

13 ans après la free party à la piscine Molitor, les drogues ont tout emporté

Hier, la piscine Molitor à Paris a réouvert, étant devenu un hôtel de luxe, l’accès à la piscine coûte 180 euros par jour ou à peu près 3000 euros par an.

Mais la piscine Molitor rappellera surtout autre chose à beaucoup de gens : la fameuse free party du 14 avril 2001, apogée du mouvement qui à partir de là sera criminalisé.

Dans la seconde moitié des années 1990, les free partys sont absolument incontournables pour toute la jeunesse populaire. Cela a été un engouement incroyablement positif, organisé par en bas, dans un esprit festif et solidaire, dans le refus de la violence et dans un esprit très constructif de partage.

Il faut s’imaginer, pour les plus grandes fêtes, de longs cortèges de voitures, les gens se reconnaissant à leurs habits et leurs regards, roulant à travers les campagnes peu éclairées… Jusqu’à aboutir à une sorte de mini ville éclairée, rassemblant les « sons », avec des centaines et des centaines de gens continuant d’arriver.

Le tout sans que les gens ne se sentent inquiets ou quoi que ce soit du genre !

Mais cela a aussi été quelque chose qui a basculé dans la fuite dans les drogues et tout le business qui va avec. En l’absence de projet, la fête pour la fête s’est combinée avec le trafic de drogues, particulièrement lucratifs. Ecstasy, puis cocaïne ou gaz hilarant, voire LSD ou speed, il était finalement impossible d’aller dans une free party sans se droguer.

Et finalement, les drogues n’ont plus été un à côté d’une soirée techno, mais la préoccupation centrale, la musique n’étant là que comme arrière-plan.

Les très rares personnes ne se droguant pas étaient d’ailleurs tout à fait à l’écart du cœur du mouvement. Les free partys sont devenues des lieux de défonce où les vendeurs de drogues savaient qu’ils avaient un marché captif à leur disposition, avec possibilité illimitée de vendre sans surveillance.

L’une des expressions de cette tendance a été la fin du nettoyage des lieux où se déroulaient les soirées, l’arrivée de très nombreuses personnes coupées fondamentalement de la culture rave historique, et surtout un orgueil démesuré quant à ce que représenterait le mouvement des free partys.

En l’occurrence, la soirée à la piscine découverte de Molitor était un piège. Plusieurs jours auparavant, la rumeur parlait déjà d’une soirée à Paris, dans une piscine, le 14 avril. Sur place, la piscine avait été nettoyée, des murs cassés, des places de parking bloquées, tout avait été organisé minutieusement par le collectif « Heretik ».

Le jour dit, les policiers étaient évidemment déjà présents sur les toits dès la fin de l’après-midi, et ils ont laissé faire. Ils prétendent bien entendu le contraire aujourd’hui… La raison est simple : surfant sur le scandale d’une telle soirée en plein Paris et en plein quartier bourgeois, à Auteuil juste à côté de Passy, les free partys se sont faites officiellement illégalisées, ouvrant la voie à la répression tout azimut et aux négociations avec l’Etat (le fameux teknival légal, surnommé « Sarkoval » car Sarkozy a joué un rôle central pour « intégrer » les free partys).

Des centaines de personnes arrivant en l’espace d’une demi-heure, 5000 au total, et la soirée se finissant à… onze heures du matin, il était évident que tout cela arrangeait bien l’État, et c’est ce qui a permis justement que la piscine, classée monument historique, soit par la suite liquidée et transformée en hôtel de luxe…

C’était là la contradiction des free partys : chercher une reconnaissance officielle, par incompréhension de leur propre nature. La tentative de passer du « rat des champs », des soirées dans les champs, au « rat des villes », était vouée à l’échec. Il ne restait plus alors qu’à se replier pour les puristes, à tout lâcher pour les opportunistes, qui n’allèrent pas bien loin, étant trop loin de la dimension commerciale.

Tout cela fut un terrible gâchis. Et la raison fondamentale, c’est la fuite dans les drogues, comme si on ne pouvait pas faire la fête autrement, comme si la convivialité et l’agréable auraient moins de valeurs que la défonce.

Voici un reportage sur la fameuse soirée à la piscine Molitor.

Ici, un documentaire très intéressant sur l’aventure qu’a été le collectif Heretik.

Enfin, bien sûr, l’incontournable « Sarko skanking » de l’époque.

« en imposant nos normes nationales aux produits importés sur notre territoire »

Les professions de foi des prochaines élections européennes, à la fin de la semaine, ont été envoyé et on peut remarquer qu’il y a deux listes qui abordent la question animale. Voici le premier cas, celui du Front National, qui exprime le point de vue suivant.

Le Front National promet beaucoup de « transformations » et il y a des personnes aimant les animaux qui se font beaucoup d’illusions à ce sujet. La défense du « mode de vie » que l’on voit dans la profession de foi relève d’une conception fondamentalement réactionnaire et hostile au changement. Or pour changer la situation des animaux, il faut du changement, beaucoup de changement…

Mais sans aller dans la philosophie, regardons simplement ce que signifie cette phrase :

assurer la sécurité sanitaire et alimentaire, le respect de l’environnement et du bien- être animal en imposant nos normes nationales aux produits importés sur notre territoire

Elle est en effet très problématique. Elle sous-tend dans les faits que le « bien-être animal » – un concept par ailleurs critiquable car réformiste – serait applicable dans la mesure où l’on s’oppose à ce qui nuit à ce bien-être et qui, par définition ici, viendrait de l’étranger.

Or, les animaux ne souffrent pas seulement dans les autres pays et la souffrance n’est nullement « importée ». Personne ne s’intéressant aux animaux et désirant leur « bien-être » ne peut soutenir une pareille proposition.

Le Front National se pose en défenseur de la France face à l’Europe. Partant de là il oppose le « maintien » national face à une sorte d’envahisseur extérieur. Seulement voilà : les « normes nationales » concernant les animaux ne sont évidemment pas du tout en leur faveur.

Cela montre bien que c’est de la simple récupération. Il fallait une ligne mêlant écologie et animaux, alors hop une phrase a été bricolée, et comme la sécurité alimentaire (et sanitaire) est une « inquiétude » également, tout a été mis ensemble.

Mais c’est totalement incohérent avec la question du bien-être animal… Sur ce plan, les lois de l’Union Européenne forment d’ailleurs parfois des avancées pour la condition animale en France, comme lorsqu’elle dénonce le manque d’entrain de l’Etat français, comme récemment avec la protection du hamster d’Alsace.

Par contre, l’Union Européenne, c’est aussi des des reculs dans la mesure où cela modernise l’exploitation animale. Les exigences d’améliorations renforcent le grand capitalisme qui peut s’occuper de cela, coulant les petites entreprises qui ne peuvent pas suivre.

Dans tous les cas, il faut reconnaître que la question du « bien-être animal » est de toutes manières largement arrivée en France depuis l’étranger, pour la question des idées, mais également de l’Union Européenne elle-même qui prétend même assumer cela.

L’Union Européenne dit ainsi elle-même, de manière institutionnelle:

Bien-être des animaux
L’Union européenne reconnaît que les animaux sont des êtres sensibles qui méritent une protection. La législation communautaire fixe des exigences minimales afin d’épargner aux animaux toute souffrance inutile dans trois domaines principaux: l’élevage, le transport et l’abattage. D’autres questions sont également abordées, comme l’expérimentation animale et le commerce de fourrure. Le plan d’action 2006-2010 établit les grandes lignes de l’intervention européenne dans ce domaine, tant au sein de l’Union qu’au-delà de ses frontières.

Ce paragraphe fait partie des sommaires législatifs de l’Union Européenne, dans la catégorie… « sécurité alimentaire ». Et le Front National parle des animaux pareillement. Dans sa propre logique, le Front National devrait donc soutenir l’Union Européenne sur cette question.

Mais sa mise en avant du « bien-être animal » relève de l’opportunisme. Il s’agit de gagner des voix et de manipuler des dizaines de milliers de personnes, voire des centaines de milliers par ailleurs, profondément choqués par la condition animale en France.

Ainsi, quand il est parlé par le Front National de « bien-être animal », il n’est pas parlé des animaux en général bien sûr, mais seulement des animaux dans les abattoirs, et ici on devine que le Front National va utiliser l’argument du refus de l’abattage halal et casher pour se prétendre en faveur du « bien-être animal ».

Mais les animaux sont ici une simple abstraction, un outil électoral, une vague revendication intégrée pour renforcer une vision du monde préexistante. De la même manière que les anarchistes antispécistes ne s’intéressent pas du tout aux animaux mais utilisent ceux-ci dans leur vision du monde « anti-oppressions », le Front National les utilise afin de renforcer le nationalisme en accusant la condition animale d’être rendue mauvaise depuis « l’étranger ».

Mais quiconque aime les animaux sait bien qu’on ne peut pas assurer leur « bien-être » simplement en « imposant nos normes nationales aux produits importés sur notre territoire ». Ce n’est pas du tout la question, c’est totalement à côté du sujet.

Le problème de fond, c’est l’anthropocentrisme, expression de toute une situation où l’exploitation animale est un outil dans la quête de profit.

« Sos oiseaux » et Titeuf

Nous avions déjà parlé de la bande dessinée Titeuf à l’occasion d’un sandwich au tofu et d’une visite au zoo; voici de nouveau une planche, publiée dans Télé loisirs, et qui est extrêmement problématique. Il suffit de cliquer pour l’obtenir de taille plus grande.

Titeuf se veut être un portrait décalé, humoristique mais également un peu philosophe. L’image tout à la fin vise par exemple à montrer un Titeuf outrancier et donc au comportement erroné. Cela se veut une note humaniste.

Par contre, le thème du sauvetage de l’oiseau est complètement raté. Par exemple, lorsque l’ami de Titeuf dit qu’il ne faut pas toucher l’oiseau, en raison des odeurs, il met en avant un argument véridique. Seulement, ce que les gens comprendront, c’est l’attitude tout à fait classique et irrationnelle disant qu’il ne faut pas toucher un oiseau en raison des maladies, etc.

Cette impression d’un rapport « impossible » est ensuite renforcé par le fait que l’oiseau a un comportement « erratique » et qu’il repart aussi sec, comme s’il n’avait pas été possible de savoir comment l’aider.

Si la bande dessinée avait été réellement progressiste, en faveur des animaux, alors l’auteur aurait réussi une pirouette pour mettre en avant le sauvetage des oiseaux, l’amour pour les oiseaux, etc.

Au lieu de cela, on passe de « sos oiseaux » à Titeuf et un sdf. Comme si au final, il valait mieux rester dans son coin.

Évidemment, on peut interpréter la planche de cette bande dessinée de manière totalement différente, mais ici il faut se rappeler que chacun va l’interpréter à sa manière, selon ses valeurs. Or, ce qu’il faut voir, c’est l’impact culturel en général, le message qui passe.

Et il est évident que ce message ne va pas réellement dans le sens de la compassion authentique. Au lieu que Titeuf soit prétexte à une réflexion globale, c’est un thème d’importance qui devient prétexte pour montrer Titeuf.

Les « cochons tirelires »

Nous connaissons tous et toutes les tirelires en forme de cochons, bien souvent sympathiques et plutôt rigolos. Malheureusement, si on y pense, cette histoire de cochon-tirelire révèle une idéologie utilitariste très critiquable…

On peut lire ici et là que l’association entre cochon et tirelire viendrait de l’anglais, plus précisément du moyen-anglais, où le terme « pygg » signifie argile, matière de la tirelire. En pratique bien évidemment ce qui est en fait vrai, c’est que le cochon est associé à la richesse, dans la culture paysanne.

Le cochon est nourri de restes donc il ne coûte pas cher, il a de nombreux descendants et surtout, une fois « engraissé » suffisamment, on le tue et on le mange en hiver. La tirelire qui « grossit » en quelque sorte est l’équivalent direct de ce cochon qu’on assassine une fois qu’il est assez gros, et preuve en est que normalement, on est obligé de casser la tirelire, de la même manière qu’on tue le cochon.

Aujourd’hui pourtant les « cochons tirelires » ont une ouverture permettant de récupérer l’argent, on n’est plus obligé de le casser, et la tradition paysanne n’est devenue qu’une lointaine mythologie. Peut-on donc considérer qu’avoir ou offrir une tirelire en forme de cochon est acceptable ? On rejoint ici la question de la représentation d’animaux associée à quelque chose d’utile ; normalement, c’est fondamentalement critiquable.

Pour ajouter à la complexité, dans certains pays le cochon est un porte-bonheur, ainsi dans les pays germaniques on offre un petit cochon de quelque centimètres comme symbole de « richesse » pour la nouvelle année. Ici encore on retrouve l’idée du cochon symbole d’animal engraissé et source de richesse. En même temps, il y a l’idée du cochon sympa et mignon.

Difficile d’y voir clair, par conséquent (même si bien entendu il y en a beaucoup pour trouver très moche et inutile ces tirelires cochons, le problème étant alors réglé). En tout cas cela montre encore une fois que pour le véganisme avance, la question de la culture est fondamentale. On ne peut pas échapper au fait de se confronter à la question de la représentation des animaux.

Un cheval à bascule, par exemple, est absolument inacceptable, de par ce qu’il représente, ce qu’il sous-entend. Le cochon-tirelire qu’il faut casser est également inacceptable, car il se rapporte directement au cochon « engraissé » et tué. Mais qu’en est-il du cochon-tirelire « moderne » ? Est-il quelque chose d’intégré dans quelque chose de différent, ou bien une trace du passé à supprimer ?

Sibi Jâtaka ou le « don de la chair »

Composés entre les IIIème siècle avant JC et le IIIème siècle après JC, les Jâtakâs sont des contes et histoires relatant les vies antérieures du Bouddha.

Sibi Jâtaka est l’histoire d’un fameux roi de la mythologie hindouiste, il en existe plusieurs versions. Dans l’histoire, Sibi a été mis à l’épreuve par les divinités Indra et Agni.

Indra ayant pris l’apparence d’un épervier poursuivait une colombe (Agni) en vue de la manger. C’est ainsi que la colombe pris refuge auprès du roi Sibi, tandis que l’épervier voulait s’emparer de la colombe car il en allait de sa propre survie.

Ci-dessous le croquis présente Sibi et la colombe qui s’est réfugiée dans sa main droite.

Refusant de donner la colombe et de la condamner à une mort imminente, l’épervier demanda donc à Sibi de se couper de la chair d’un poids équivalent à celui de la colombe.

En accord avec cette proposition, Sibi s’exécuta et pesa sa propre chair sur une balance, mais étrangement la colombe devenait de plus en plus lourde…

Voici ici une représentation indienne avec Sibi se découpant la chair afin d’égaler le poids de la colombe qu’il veut sauver.


Sibi continua de se couper la chair, et tandis qu’il allait placer tout son corps sur la balance l’épervier et la colombe reprirent leurs apparences de Devas, terme employé pour désigner les divinités.

Ce Jâtaka reflète le don de soi et le sacrifice en vu de sauver l’autre. Le roi Sibi était prêt à mourir afin de sauver la vie de la colombe.

Nous avions parlé d’une histoire semblable, où le Prince Mahâsattva se donne la mort afin de sauver de la famine une tigresse et ses petits.

Cela fait partie de toute la tradition bouddhiste authentique qui, en quête de compassion, fait face à des difficultés, des contradictions dans l’action pour la compassion, qui aboutissent au sacrifice de soi pour combler les manques.

Il y a ainsi dans une même idée l’histoire d’Asanga. Ce dernier avait prié et médité pendant douze ans dans une grotte pour parvenir à communiquer avec la divinité le bodhissatva Maitreya.

Finissant par se décourager, il abandonna et il découvrit à la sortie de la grotte une chienne recouverte de vers. Les chiens en général, et les chiennes en particulier, étaient alors très mal vu, y compris historiquement par les bouddhistes, et jusqu’à aujourd’hui: les animaux sont considérés comme des réincarnations « basses ».

Asanga, donc, décide de se sacrifier dans les différentes versions existantes. Dans tous les cas en effet, une forme de vie va être perdante: les vers s’il les enlève du chien ou le chien s’il laisse les vers.

Il ferme les yeux pour recueillir les vers avec sa langue  (pour ne pas les blesser) et en devenir l’hôte en se faisant une plaie pour les déposer. Alors apparaît Maitreya à la place du chien, qui testait en fait Asanga.

C’est bien sûr une pirouette. Mais c’est un témoignage historique sur la tentative de généraliser la compassion.

Pour conclure, voici une représentation de Sibi et la colombe (dans sa main droite), extraite d’une peinture murale qui se trouve dans la grotte de Dunhuang en Chine.

Expo « chienne de guerre » à Clermont-Ferrand

A la veille de la Première Guerre mondiale les animaux occupent une place importante dans la société civile, en grande partie rurale. Un grand nombre d’entre eux (chevaux, ânes, chiens, pigeons…) sont mobilisés dès le début des hostilités. Leur présence dans l’armée implique des métiers spécialisés : vétérinaires, maréchaux-ferrants, selliers…

Les animaux exercent de multiples fonctions : monture pour la cavalerie, traction de pièces d’artillerie, surveillance, transmission de messages, portage de charges diverses, recherche des blessés sur le champ de bataille.

Ils sont également de fidèles compagnons pour les soldats, au point que certains deviennent la mascotte d’un régiment ou d’un bataillon. L’animal est également essentiel pour assurer la subsistance des soldats, tant alimentaire que vestimentaire. Certains animaux nuisibles, tels que les rats, les poux ou les puces, doivent au contraire être combattus. L’absence des animaux réquisitionnés se fait cruellement sentir dans la vie civile, notamment dans le domaine de l’agriculture.

L’animal occupe aussi une place importante dans les représentations artistiques et symboliques. On le retrouve fréquemment sur les objets fabriqués par les soldats, mais aussi dans les œuvres de propagande. Ainsi, sur les affiches, les différents belligérants sont souvent symbolisés par un animal (coq français, aigle allemand par exemple).

La BCU Sciences et Techniques vous propose de partir à la rencontre de ces compagnons d’infortune à travers une exposition conçue par le Conseil Général de la Marne.

Date : du 17 mars au 19 avril 2014
Lieu : Bibliothèque des Sciences et techniques – Campus des Cézeaux à Aubière

Shiva et Nandi

Les religions nées en Inde sont marquées par un rapport particulier aux animaux, avec d’un côté un certain pacifisme, de l’autre des mysticismes liés aux traditions locales et ancestrales. Comme toutes les religions, il s’agit de cultes inventés par les humains, dans leur tentative de comprendre leur rapport avec la Nature.

Voici un exemple intéressant avec le dieu Shiva (ou Siva, si l’on compte que le « s » se prononce « ch »). Il est le fruit de différents mélanges de différents cultes. Et il est présenté comme ayant un rapport avec tous les animaux.

L’univers de Siva est par excellence celui du monde animal. Ce dieu terrible habite les espaces sauvages ; ses parures, ses attributs, son entourage rappellent cet univers qui lui est familier, celui de la forêt peuplée d’animaux dangereux.

Siva se pare de serpents, se vêt d’une peau de tigre et erre en compagnie de troupes malfaisantes. Siva est aussi appelé le « maître du bétail », Pasupati, mais derrière ce nom se dissimule le maître des êtres vivants, le berger guidant son troupeau sur la voie du salut. (…)

Les spéculations les plus anciennes sur pasu et Pasupati semblent se trouvent dans le Satapathabrahmana. Il y a tout d’abord un lien entre cinq animaux (homme, cheval, taureau, bélier et bouc) qui sont appelés Pasu car Prajapati voit (« pas ») Agni qui s’est dissimulé en eux.

Dans un autre passage, Pasupati est identifié aux herbes médicinales (osadhi) pour des raisons qui ne sont pas claires, mais l’explication du nom est que le bétail (pasu) devient puissant (patiy-) lorsqu’il mange des herbes. (…)

L’un des rappels les plus frappants du lien que Siva entretient avec le monde de la forêt se trouve dans la chasse (mrgayatra, vanayatra), une des cérémonies de la grande fête du temple.

Cette chasse simulée se déroule dans la forêt avec hommes en armes, animaux de combat (éléphants ou chevaux) et une image de Sica (Tripurantaka, ou Kiratarjuna). Le Rauravagama précise que : « Cherchant la mort des bêtes sauvages, la forme terrible apporte la terreur. Lors de cette chasse, toute créature, – bête ou homme – si elle est tuée, atteindra l’union avec Siva. »

Ce Siva, à la fois terrifiant et magnanime, rappelle que le Pasupati auquel on sacrifiait une victime pour le bien de la communauté mais également celui à qui s’offrent ses dévots pour s’assurer individuellement leur salut. (…)

Siva porte, s’il est vêtu, une peau de bête qui est bien souvent une peau de tigre, mais qui peut aussi être une peau d’éléphant, d’antilope, voire de lion. (…)

Le taureau, Vrsa ou Vrsabha, souvent appelé Nandin (« Réjouissant »), est l’animal le plus présent auprès de Siva : littéralement couché à ses pieds on le voit dans tous les temples de Siva devant la porte de la cella [la partie fermée]. (…) Si le Taureau est le seul animal de l’entourage de Siva à être toujours présent dans un temple sivaïte, c’est aussi le seul à être l’objet d’un culte.

Ce dernier ne se limite pas aux hommages rendus à la statue installée en face de la porte de la cella de Siva. Le Taureau est aussi figuré sur l’étendard du dieu levé lors de la grande fête annuelle du temple de Siva : ce lever de drapeau (dhvajarohana) constitue une fête à part entière qui marque le début de celle consacrée à Siva.

Que l’achèvement de la fête du dieu soit marqué par l’affalement de ce drapeau identifié par Vrsa souligne bien le caractère indispensable de la présence de ce dernier. (…)

Siva est devenu le Maître et le Sauveur d’un troupeau d’âmes liées par la souillure. Cette mutation ne l’a pas éloigné de son entourage animal initial : Vrsa, le taureau est pour lui beaucoup plus qu’une simple monture, des gazelles écoutent son enseignement, des serpents ou une peau de tigre accentuent son aspect terrible.

Lui-même prend la forme de l’oiseau-lion Sarabha, quand il s’agit d’affirmer la suprématie de sa doctrine sur celle de Visnu. (Le bestiaire de Siva : de Pasupati à Sarabha, article de l’ouvrage « Penser, dire et représenter l’animal dans le monde indien », paru en 2009)

Marvin Gaye: Mercy Mercy Me (The Ecology)

Une catastrophe comme celle de l’Erika fait partie d’une longue série, et bien entendu la dimension de ce genre de catastrophe a été sentie dès les années 1960-1970.

Ainsi, l’un des albums qui a bouleversé l’histoire de la musique est « What’s Going on » de l’américain Marvin Gaye. Cet album a amené la soul sur de nouveaux terrains musicaux, mais est également le témoin d’une prise de conscience sociale comme elle a pu existé alors.

Les chansons parlent du problème des drogues, de la pauvreté, mais aussi de l’écologie, avec justement la chanson (très connue) Mercy Mercy Me (The Ecology).

Une chanson qui parle déjà du pétrole qui saccage l’océan! On peut écouter cette chanson ici.

Marvin Gaye a été élevé de manière religieuse, et le texte s’en ressent bien entendu. Malgré cela, vu d’aujourd’hui en 2010 il n’est pas bien difficile de voir la formidable valeur de cette chanson de 1971. Non seulement dans l’histoire de l’écologie, mais également par rapport à la dimension de la lutte pour la libération de la planète!

Oh, mercy mercy me
Oh, things ain’t what they used to be
No, no
Where did all the blue sky go?
Poison is the wind that blows
From the north, east, south, and east
Oh, ai pitié, ai pitié de moi
Ah les choses ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois
non, non
Où est passé tout le ciel bleu ?
Le poison est le vent qui souffle du nord au sud et à l’est

Oh, mercy mercy me
Oh, things ain’t what they used to be
No, no
Oil wasted on the oceans and upon our seas
Fish full of mercury
Oh, ai pitié, ai pitié de moi
Ah les choses ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois
non, non
Le pétrole a saccagé l’océan et dans nos mers, des poissons plein de mercure

Oh, mercy mercy me
Oh, things ain’t what they used to be
No, no
Radiation in the ground and in the sky
Animals and birds who live nearby are dying
Ah oh ai pitié, ai pitié de moi
Ah les choses ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois
non, non
La radiation sous le sol et dans le ciel
Les animaux et les oiseaux qui vivent à proximité sont en train de mourir

Oh, mercy mercy me
Oh, things ain’t what they used to be
What about this overcrowded land?
How much more abuse from man can you stand?
My sweet Lord
My sweet Lord
My sweet Lord
Oh ai pitié, ai pitié de moi
Ah les choses ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois
Qu’en est-il de cette terre surpeuplée
Combien d’abus de l’homme peut-elle encore supporter ?
Mon tendre Seigneur
Mon tendre Seigneur
Mon tendre Seigneur