Archives par mot-clé : arkangel

« Direct Action Animal Rights », « Direct Action – Arkangel »

Voici en mp3 la mythique compilation de musique punk « Direct Action – Arkangel ». Elle a été produite en 2005 par le groupe de musique anglais Active Slaughter, particulièrement engagé dans la cause et jamais avare d’initiatives.

C’est d’ailleurs la suite directe d’une autre compilation, datant de 2001, intitulée « Direct Action Animal Rights », que nous proposons également en mp3.

La compilation de 2001 a été réalisée en soutien à SHAC – la campagne contre les laboratoires Huntingdon Life Sciences -, ainsi qu’à la Hunt Saboteurs Association, une structure de sabotage de la chasse.

La compilation de 2005 a été quant à elle réalisée en soutien à l’Animal Liberation Front Supporters Group (Groupes de soutien de l’ALF), SHAC, le Vegan Prisoner Support Group (Groupe de soutien aux prisonniers vegans), la revue Arkangel, la Hunt Saboteurs Association, la campagne SPEAK contre la vivisection dans les universités d’Oxford et de Cambridge.

Les bénéfices des deux compilations, sorties à respectivement 600 et 1000 exemplaires, allaient naturellement entièrement à ces structures de libération animale.

Il s’agit d’initiatives engagées, les chansons sont toutes d’orientation militantes, au sens bien entendu d’un militantisme qui n’est pas celui d’une participation aux institutions…

On est ici dans le mouvement pour la libération animale, au sens strict. L’iconographie, les photos et les explications dans les livrets des Cds étaient bien entendu aussi très claires à ce sujet.

« Direct Action Animal Rights » – l’album en mp3

« Direct Action – Arkangel » – l’album en mp3

Lettre de Ronnie Lee de 1992 à sa libération

Après avoir fondé l’ALF en Angleterre en 1976, Ronnie Lee fut condamné en 1986 pour en être devenu son porte-parole. Voici sa lettre au mouvement au moment de sa sortie, en 1992.

Le 13 novembre, j’ai été libéré après avoir fait 6 ans, 8 mois d’une sentence d’emprisonnement de dix ans et j’écris cette lettre pour remercier tous les gens qui m’ont donné un merveilleux soutien durant mon temps en prison.

Pendant ma sentence, j’ai reçu plusieurs milliers de lettres d’amis et de sympathisants, ce qui m’a vraiment aidé pour mon moral à travers les années passées à l’intérieur.

En raison du volume de lettres, je n’ai malheureusement pas été en mesure de répondre à chaque personne m’ayant écrit, aussi j’espère que ceux qui n’ont rien eu de moi accepteront cette lettre de gratitude pour leur gentillesse.

De mon point de vue, il est totalement erroné que quiconque soit envoyé en prison pour des activités de libération animale et la longue sentence qui m’a été imposée a été particulièrement outrageuse, mais dès le départ j’étais déterminé à ne pas m’effondrer et à utiliser au mieux mon temps en prison.

J’avais aussi à l’esprit de faire tout mon possible pour ne pas devenir déprimé ou négatif dans mon attitude, étant donné que cela donnerait aux personnes abusant les animaux et leurs amis au pouvoir une autre victoire sur moi.

Tout d’abord, j’avais décidé d’être vraiment en forme et de le rester, ayant saisi que si ceux au pouvoir allaient me voler quelques années de ma vie au moyen de la sentence d’emprisonnement, j’avais à rattraper ces années en maintenant un niveau de forme qui renforcerait mes chances de vivre plus longtemps.

C’est pourquoi durant mon temps en prison, j’ai fait en sorte d’avoir un exercice rapide chaque jour, consistant notamment au badminton, tennis ou footing.

Pendant plusieurs années avant d’aller en prison, j’avais un intérêt pour les langues étrangères, mais il n’a jamais été possible que j’ai le temps d’en apprendre aucune. Cependant, avec le temps disponible pour moi en prison, j’ai été en mesure de le faire et à la fin de ma sentence, j’avais obtenu le niveau « A » en français, en allemand, en italien et en espagnol.

J’ai maintenant l’attention d’utiliser cette connaissance pour aider le mouvement pour les droits des animaux dans d’autres pays et j’ai établi beaucoup de contacts à l’étranger.

En prison, j’ai également été un des fondateurs de la revue pour la libération animale Arkangel.

Maintenant que je suis libéré, j’ai l’intention d’aider à l’expansion d’Arkangel dans une série de projets, pour fournir une aide au mouvement pour les droits des animaux et en particulier pour les groupes locaux des droits des animaux.

Adopter une attitude positive m’a certainement aidé au cours de ma sentence d’emprisonnement, mais je crois aussi qu’une telle attitude est vitale pour le mouvement de libération animale en tant que tel.

Il y a bien entendu encore un long chemin à parcourir, mais nous sommes graduellement en train de gagner la guerre contre la persécution des animaux et je suis convaincu que beaucoup d’autres victoires nous attendent.

Merci encore à tout ceux qui m’ont donné leur bienveillance et leur soutien. Si quelqu’un souhaite me contacter, il est possible de le faire par l’intermédiaire de l’adresse de la revue Arkangel.

Bien à vous, pour la libération animale

Ronnie

La Revue Arkangel

Les couvertures d’arkangel

La couverture d’Arkangel numéro 12

Le naturalisme d’Arkangel dénoncé à la française

 

Le naturalisme d’Arkangel dénoncé à la française

Il y a peu nous avons parlé de la revue Arkangel (ici, et encore ), « mythique » pour la libération animale.

Nous allons continuer de-ci de-là un petit panorama des revues ayant existé dans différents pays, mais voici un petit document très intéressant concernant Arkangel.

Il s’agit d’un très « rigolo » extrait d’un article des Cahiers Anti-spécistes, datant de 1998 et écrit par David Olivier, grand pourfendeur de la Nature et grand caricaturiste de la libération animale.

L’article, anti-ALF dans la tradition de ces cahiers, a en effet un long passage sur Arkangel, débordant sur l’ALF (et pour cause, c’est le fondateur de l’ALF qui a lancé cette revue depuis la prison).

De manière vraiment « française », il est reproché à Arkangel et l’ALF de parler… des « espèces menacées, des animaux sauvages » !

Quelle blague !

Et que dire des autres ramassis de mensonges et d’assimilations erronées, par exemple concernant le mouvement hardline, ou encore dans le fait de faire passer les gens d’Arkangel pour des zozos écolos pratiquement fachos !

Arkangel aurait même été une revue dans un esprit d’un « apolitisme réactionnaire »…

Et tout cela pourquoi? Parce que les Britanniques auraient, chose terrible et scandaleuse pour les universitaires français, « mis l’accent sur l’action directe de sabotage et de sauvetage d’animaux, au détriment d’une critique idéologique » ! Houlalalala! Mais quelle horreur!

Franchement, mais quelle honte. Tout cela est tellement pitoyable que cela ne vaut guère plus qu’une anecdote estivale.

Et heureusement qu’il y a LTD pour rompre avec cette conception française anti-Nature, faisant passer les gens qui la reconnaissent pour des Allemands illuminés, des romantiques mystiques ou spiritualistes, pour des Anglo-Saxons puritains semi-fachos, etc. etc.

C’est pourtant simple : la vie est une réalité et sa seule « nature » est justement la Nature ! Il n’y a pas de Dieu ni d’être humain né du hasard qui pourrait piller la planète !

Il est naturel d’aimer la vie et les êtres vivants, et de vouloir défendre la vie des « espèces menacées, des animaux sauvages » !

Et oui, c’est vrai, les mystiques et les délirants ne manquent pas, surtout en période de crise. Mais ce n’est pas pour rien que jamais ils ne sont végans, que jamais ils n’aiment les animaux de manière authentique, que toujours ils rejettent la réalité naturelle au profit des forces « spirituelles » et autres délires.

Et il va de soi qu’Arkangel, comme on le constate aisément en tournant les pages du magazine, avait une critique idéologique très claire de notre société…

Les positions de l’ALF britannique

Arkangel, revue proche de l’ALF, a récemment publié la traduction anglaise du texte de David Olivier sur l’avortement (CA n.9), mais en y apportant deux modifications, assez graves nous dit Vincent Berraud (nous-mêmes n’avons pas vu le texte).

Nous ne savons pas si elles sont volontaires. Arkangel avait déjà censuré un article de Vincent, et a hésité à publier celui de David.

C’est que de nombreux/ses militantEs de libération animale sont pro-life, c’est-à-dire luttent pour le « respect de toute vie », y compris donc celle des fœtus.

Dans ce même numéro d’Arkangel, on trouve aussi un texte pro-life « hardline » (ce courant naturaliste puriste, réactionnaire, partisan d’un ordre mondial fondé sur les prétendues lois naturelles, s’oppose à la fois à la consommation de viande et à l’avortement, à l’homosexualité…) et un article signé du « Parti de la Loi Naturelle ».

Enfin, Arkangel refuse désormais de prendre position sur la présence de l’extrême-droite au sein du mouvement « pour ne pas le diviser »…

Nous pensons au contraire qu’une ligne éthique et politique claire est une nécessité pour l’égalité animale.

Depuis un moment déjà l’ALF britannique, par exemple, parle de moins en moins du massacre des « animaux de boucherie » et de plus en plus des espèces menacées, des animaux sauvages, de la chasse, etc.

Le naturalisme y est peu critiqué, beaucoup de militantEs au contraire s’y vautrant.

Que cet écologisme en fin de compte sert un apolitisme réactionnaire, c’est ce que semblent confirmer les nouvelles ci-dessus.

Les Britanniques ont mis l’accent sur l’action directe de sabotage et de sauvetage d’animaux, au détriment d’une critique idéologique visant un changement profond de nos modèles culturels, impliquant une certaine conscience de ce qu’est le spécisme et de la façon dont nous-mêmes tendons à le reproduire.

 

La couverture d’Arkangel numéro 12

La couverture de la revue Arkangel numéro 12 est un tour de force, elle vaut largement le coup qu’on s’y attarde. On peut ne pas aimer son esthétique, mais le principe est excellent.

Contrairement à ce qu’il y a le plus souvent en couverture (un archange allégorie de la libération), on a ici les grands principes pratiques de la libération animale.

A chaque fois, des animaux sont présents, en allusion en quelque sorte au zodiaque de l’astrologie. Sauf que là c’est bien différent: pas de balance ou de verseau. Dans une sorte de style celtique, on a déjà « direct action« , c’est-à-dire évidemment « action directe » avec une personnage masqué cisaillant symboliquement un grillage…

Et à côté, « rallies – pickets« , c’est-à-dire les rassemblements à l’anglaise, avec les pancartes, beaucoup de bruit, etc.

De manière formidable, on a également « sanctuaries« , pour les sanctuaires, avec une personne donnant à manger à un animal réfugié. Et à côté bien entendu le véganisme, avec une personne transportant des légumes.

On remarquera que sous « action directe » on avait un lapin et un rat, victimes de la vivisection, et que sous « rassemblement » se trouvent des animaux de l’océan, manière de dire qu’on doit également se rassembler pour les animaux de l’océan.

Là sous sanctuaire on a un chat (avec les refuges pour chats) et une vache sous véganisme (puisque celle-ci n’est plus une victime de l’exploitation animale quand on pratique le véganisme!). Tout à fait logique et très bien trouvé!

On a ensuite « fundraising« , le fait de lever des fonds en soutien, avec un cheval (en mouvement, comme le fait d’aller quêter de l’argent!). On remarquera, chose précieuse, que les fonds sont symboliquement redistribués, et non pas récoltés : c’est pour les animaux, pas pour nous! Absolument brillant!

Et on a le classique « hunt sabotage« , avec un renard et un cerf. On remarquera que le personnage fait du bruit avec une sorte de corne : c’est pour déranger les chasseurs! Le véganisme jusqu’au moindre détail….

On a ensuite « healing – homing« , c’est-à-dire « guérison – donner un foyer. » La personne tient en main un chien, suivant l’image bien connue du beagle sauvé par des gens de l’ALF (et qu’il faut donc forcément placer dans un foyer aimant par la suite!). Mais de manière très belle on a ensuite un oiseau: belle manière de ne pas les oublier et d’appeler à les soigner lorsqu’ils sont malades ou blessés!

De manière très intelligente encore, « campaigning » – « faire campagne » – montre une figure en train de distribuer des tracts, avec en-dessous des animaux d’Afrique, qu’on ne peut pas aider « directement » mais qui ne doivent pas être oubliés!

C’est, il faut le dire, une véritable oeuvre d’art! Et le 21ème siècle saura le reconnaître… Bientôt!

Les couvertures d’arkangel

Les couvertures de la revue Arkangel reprenaient pratiquement toutes le symbole de l’archange (qui se dit « archangel » en anglais), qui a donné le nom à la revue. Bien entendu, Arkangel était une revue révolutionnaire, rejetant le capitalisme, il n’y avait rien de religieux. Peut-être une allusion à l’arche de Noé (« ark » en anglais), refuge des animaux?

Car le symbole de l’archange symbolisait naturellement la libération des animaux en pratique, le véritable sauvetage. D’où cette couverture depuis très connue dans le mouvement pour la libération animale, qui a été déclinée notamment en affiche.

Toutes les couvertures reprennent le même principe, avec une sorte d’archange placé dans différentes situations. L’esthétique est relativement tout le temps la même, comme par ailleurs pour les dessins d’animaux dans la revue. Il y a un grand effet d’unité et de continuité.

Dans les deux exemples précédents, on avait une allégorie de mère Nature, protectrice; sur la seconde image, on a des chasseurs en arrière-plan. Mais d’autres couvertures pouvaient avoir un « archange » en mode « militant » – sauvant, mais également « punissant. »

L’image suivante, comme toutes les autres par ailleurs, peut être trouvée plus ou moins « moche », mais c’est un style (anglais en l’occurrence) et ici on reconnaît bien l’allégorie de la justice. Les esprits chagrins trouveront que c’est trop religieux, mais c’est un prétexte rationaliste à la française pour masquer la désapprobation quant au fond.

D’autres couvertures n’ont pas d’archange, pour autant elles soulignent la dimension militante, offensive, pleine d’espoir de triomphe… « Join us on the road to victory« 

La revue « Arkangel »

Arkangel est une revue fondée en 1989 et consacrée à la libération animale, pendant 31 numéros, jusqu’il y a peu. Elle fut fondée notamment par Ronnie Lee, la personne qui est à la base de l’existence de l’ALF, qui était alors en prison et a considéré qu’il était nécessaire d’utiliser toutes les informations qu’il recevait alors.

La revue a été la voix de la libération animale pendant plus d’une décennie en Grande-Bretagne.

Arkangel n’était évidemment pas qu’une revue diffusant les informations concernant l’ALF. C’était une revue avec des textes élaborés, depuis les argumentaires de critique de la vivisection jusqu’aux analyses sociales, comme concernant le rapport entre la violence contre les animaux et celle contre les enfants.

Aucun animal n’était « oublié » ; il était parlé des pigeons, des chinchillas… Et il était bien sûr parlé des sanctuaires, des refuges…

On n’y trouvait d’ailleurs pas d’images de boucheries, d’animaux tués, etc. Ce qu’on y trouvait tout le temps, c’est au contraire des dessins d’animaux, de la terre, de l’air, de la mer…

La revue se voulait très positive, et à la fin il y avait une section « La route de la victoire », avec une petite analyse du chemin parcouru et à parcourir.

On y trouvait également des collages d’articles de journaux parlant de la libération animale.

Parfois, il fut parlé de la France, comme dans cet article.

De manière intéressante, on trouve dans un article un panorama datant d’il y a 20 ans qui n’a pas changé, on a la même description d’une situation subissant les assauts de l’extrême-droite et de Brigitte Bardot !

On y apprend également que si en Angleterre le camp de la libération animal est radical dans les actes, en France on serait « radical dans les idées »… N’importe quoi et typiquement français dans la pseudo-radicalité !

Dans un autre article, David Olivier des cahiers antispécistes se fait critiquer par un groupe français pour son rejet complet de la protection animale et son intervention uniquement dans les mouvements féministes et anti-racistes. Depuis, on a au contraire un « végéta*isme » totalement ouvert, et même un David Olivier qui explique que de droite ou facho, on est bienvenue, comme quoi l’opportunisme…

Plus sérieusement, et donc les Français mis à part, la revue Arkangel reflète toute une histoire, celle du mouvement pour la libération animale en Angleterre.

Il est intéressant de voir qu’Arkangel reflétait le point de vue le plus radical de la libération animale, et que chaque numéro parlait des refuges et présentait des dessins d’animaux. Rien à voir avec un antispécisme anarcho-universitaire n’en ayant rien à faire des animaux…

Rien à voir non plus avec un welfarisme tourmenté en mode chrétien, ne voyant en les animaux que la souffrance, et jamais la réalité positive, naturelle !

Voici les 22 premiers numéros disponibles en téléchargement (à part le numéro 6).

N°1N°2N°3N°4N°5N°7N°8N°9N°10N°11N°12N°13N°14N°15N°16N°17N°18N°19N°20N°21N°22