• 15 364 scientifiques de 184 pays avertissent l'humanité

Les dangers des vitres pour les oiseaux

Les oiseaux sont des êtres prudents qui préfèrent éviter tout contact avec nous, de près ou de loin. Il arrive pourtant très souvent que les oiseaux rentrent en contact très dangereux, voire mortel, avec les baies vitrées, que se soit celles de nos habitations ou bien les vitres des abris bus par exemple. Ainsi, ce sont des centaines de milliers d’oiseaux qui sont tous les ans victimes de ces collisions. Si le choc n’entraîne pas systématiquement le décès de l’oiseau, la violence du choc entraîne très souvent des lésions internes.

C’est pour cette raison que l’ASPAS (association pour la protection des animaux sauvages) lance une campagne de sensibilisation financée en partie par la Fondation 30 millions d’Amis. Les oiseaux ne voient pas le verre, alors pour prévenir ces accidents quotidiens des gestes simples comme mettre des rideaux ou des stickers (comme ces vignettes anti-collision par exemple) sur les vitres est indispensable.

Mais le problème est loin d’être nouveau, voici une page très complète (sur la partie droite de la page une brochure est téléchargeable) sur le danger que représente les vitres « vierges », sans protection préventive pour nos amis oiseaux.

Si les oiseaux ne captent pas la transparence, les vitres peuvent refléter les arbres, ce qui constitue un piège évidemment  terrible pour les oiseaux. Et le comble vient du ministère de l’Ecologie à Paris où les vitres réfléchissent justement les arbres… Les oiseaux foncent ainsi dans ce qu’ils croient être leur environnement naturel !

Si vous trouvez un oiseau « sonné » car violemment entré en contact avec une vitre, il faut le mettre au calme dans un carton troué (afin qu’il respire) et le laisser se reposer et se remettre de ce stress.

Et attention un oiseau se prend les ailes collées au corps.

A cause du risque d’étouffement, ne pas le nourrir ou lui donner à boire. Au bout d’une heure ou deux, essayez de le relâcher et il s’envolera si il va mieux, sinon contactez un vétérinaire soignant les oiseaux, ou contactez un des centres de soins de la LPO.

Nous le voyons bien, être végan c’est être capable d’agir sur tous les fronts et d’avoir la culture et les connaissances qui vont avec. Nous avons besoin d’une connaissance adéquate de Gaïa et de ses habitants et habitantes.

Prosélytisme du lobby chasse envers les enfants

Voici un communiqué de l’ASPAS, Association pour la Protection des Animaux Sauvages, suite à un accord gouvernemental avec la Fédération nationale de la chasse, dans le sinistre but de parfaire l’éducation des enfants…

Un partenariat signé le 4 mars entre Luc Chatel, Jean-Louis Borloo et la Fédération nationale de la chasse permet aux amateurs d’armes d’entrer dans les écoles pour donner des leçons de « développement durable » aux enfants. L’ASPAS et de nombreux enseignants réclament l’arrêt immédiat de ces opérations illégales, immorales et inutiles. C’est ça, le Grenelle de l’Environnement ?

Chaque jour, les élèves du collège d’Agnetz, dans l’Oise, voient ces affiches mensongères situées à quelques centaines de mètres de leur établissement. Non, la chasse n’est un atout ni pour l’écologie ni pour l’éducation. En fait, il s’agit pour les chasseurs de faire la promotion d’une prétendument nécessaire « gestion de la nature » (entendez : la chasse, bien sûr) pour racoler de nouvelles recrues. Pourtant, le prosélytisme est illégal.

La propagande du lobby des chasseurs dans les écoles s’est officialisée il y a vingt ans avec les états Généraux de la chasse en 1990, puis en 1993 avec le colloque « Animations en milieu scolaire »*. Depuis cette époque l’ASPAS, soutenue par de nombreux enseignants, n’a eu de cesse de freiner ces grandes ambitions, et au fil des années ces opérations s’étaient essoufflées. Mais le 13 et le 14 octobre, deux articles de journaux ont remis le feu aux poudres. Dans l’un, une animatrice embauchée par une fédération des chasseurs a cherché à convaincre qu’il est « utile de tirer sur les animaux ; l’autre décrit un cours de SVT particulier : « montrer la chasse et en donner le goût à des enfants ». Une cinquantaine d’associations, dont l’ASPAS, co-signe alors une lettre ouverte adressée au ministre de l’éducation Nationale Luc Chatel : « Stop aux interventions des chasseurs en milieu scolaire ! ». On connaît la suite.

Les chasseurs n’ont aucune légitimité pédagogique. Leur passion de la chasse et leur concurrence avec les prédateurs naturels leur donne une vision déformée de la faune, qu’ils partagent entre « nuisibles » et « gibier ». Les chasseurs ne sont pas des biologistes et n’ont pas de compétence pour décrire un écosystème dans sa globalité. Leur opposition aux mesures de protection de la biodiversité, leur opposition aux ours et aux loups, leur absence dans les combats pour la défense des animaux sauvages, leurs contentieux quasi quotidiens contre les protecteurs ne rend pas leur discours « écologique » crédible.

Les chasseurs à l’école ?
Oui, mais en tant qu’élèves !

* Pour l’historique de la propagande des chasseurs en milieu scolaire, voir l’article « Les enfants pour cible » dans le magazine Goupil n°100, disponible sur demande par courrier ou par mail accueil@aspas-nature.org