• "La contestation animaliste radicale"

Le soleil se lève avec deux jours d’avance au Groenland, alors que dans l’antarctique…

Ce mardi à 12:56:57, le soleil s’est levé sur Ilulissat, ville de l’ouest du Groenland où habitent 4500 personnes. Une petite ville accessible uniquement par air ou par mer, qui s’est fondée surtout par la chasse à baleine.

Problème de taille: le soleil est arrivé avec deux jours d’avance. La Terre a-t-elle modifié sa trajectoire, mettant fin plus tôt à la nuit polaire ? Comme ce n’est bien entendu pas le cas, les chercheurs et chercheuses penchent pour un abaissement de l’horizon.

La raison : le réchauffement climatique, qui se fait particulièrement sentir dans la zone arctique. Rien n’est plus absurde en effet à notre époque de raisonner en terme de « nation » : il faut penser à l’échelle de Gaïa, car les activités humaines ont provoqué de sévères dégâts, jusque l’arctique et l’antarctique.

Ainsi, dans le détroit de Hudson, au Canada, la température était à Noël de 3 degrés Celsius… au-dessus de zéro, au lieu d’entre -19 et -27°. Globalement, la température au Groenland a été ces derniers mois de trois degrés au-dessus de la moyenne…

Le glacier d’Ilulissat, par exemple, dont la superficie est de 4 024 km², fond au rythme d’entre 25 et 40 mètres par jour, ce qui fait 20 milliards de tonnes d’icebergs par jour (c’est l’équivalent de la consommation d’eau douce par les gens en France).

En Europe, on considère que d’ici la fin du siècle, les ¾ des glaciers auront disparu ; le chiffre est d’entre 15 et 27% pour le reste du monde.

Et donc quand on pense à la fonte des glaces, il faut également penser à l’Antarctique. L’île de Géorgie du Sud, où est présente une très riche faune, est l’endroit où viennent mourir des icebergs géants, qui se rompent et se morcellent, et dont la fonte vient troubler l’équilibre naturel.

Le phénomène se généralise tellement qu’il y a même une sorte de tourisme qui se forme pour aller sur cette île. Le processus de fonte dure des mois ou des années, et l’on peut observer ces véritables montagnes.

Lorsque l’iceberg appelé « A-38 » qui faisait 300 gigatonnes (soit 300 x 109 tonnes) a amené 100 milliards de tonnes d’eau douce en 2004, on a pu constater comment changeait la densité de l’eau, comment des nutriments étaient apportés aux algues, mais comment parfois le krill cessait d’être présent, avec de terribles conséquences sur la chaîne alimentaire. On pense que 80% du krill antarctique a disparu ces 30 dernières années ;

Gaïa est en train de subir une agression d’une brutalité sans pareille, ressentie jusqu’à l’arctique et l’antarctique. Quand on pense aux animaux, on ne doit pas penser à soi dans un endroit donné, mais à la Terre dans toute sa richesse, sa complexité et son intégralité.

Penser à ce qui se passe en arctique et en antarctique, quand on est sincèrement pour la libération animale, ne peut qu’amener à prendre conscience de la réalité globale de notre planète.

Star Trek IV: The Voyage Home

La série de science-fiction Star Trek est une anticipation du futur, et elle est connue pour de nombreuses critiques de la société nord-américaine de l’époque du tournage.

Dans un des films produits, Star Trek IV: The Voyage Home, le scénario fait directement référence à l’extermination des baleines. Si le film a pris un certain coup de vieux, comme de nombreux films du genre, aborder un thème comme celui-là en 1986 a été un parti-pris courageux.

L’idée de base est d’ailleurs intéressante : une sonde extraterrestre semble menacer la planète Terre, et on s’aperçoit qu’elle émet des signaux semblant être ceux d’une baleine.

Mais rien que comprendre cela a été difficile : les baleines ont été exterminé à la fin du XXème siècle… C’est Spock, le Vulcain aux oreilles pointues, qui doit l’expliquer : « Docteur, il y a d’autres formes d’intelligence sur la Terre. Il n’y a que l’arrogance humaine pour présumer que le message doit être destiné à l’homme. »

L’équipage du vaisseau Enterprise va donc dans le passé, afin de ramener des baleines. Ce qui est une manière poétique d’en appeler à préserver les baleines et de remettre en place l’humanité…

Lors de leur périple dans le passé, l’équipage constate « une culture très primitive et paranoïaque », qui se comporte de manière destructrice : « C’est un miracle que ces gens soient arrivés à sortir du 20ème siècle! »

Toutefois, il y a alors la rencontre avec une femme, docteur en biologie marine, spécialiste de l’étude et la sauvegarde des baleines, qui raconte : « Il y avait jadis des centaines de milliers de baleines à bosse. Il y en a aujourd’hui moins de 10 000. »

Si elle aime les baleines, Spock arrive à communiquer avec elles et fait passer leur message à cette scientifique : « Ils vous aiment beaucoup, mais ils ne sont pas vos baleines, nom de dieu! » (“They like you very much, but they are not the hell your whales”).

Les baleines sont en effet étudiées dans un bassin à San Francisco, en l’occurence au Monterey Bay Aquarium. Il s’agit d’un édifice, qui a succédé à une usine de boîtes de sardines…, où sont regroupées 623 espèces, soit 35.000 plantes et animaux, dans 200 bassins.

Le docteur aide l’équipage à récupérer deux baleines au préalable libérées, et qui échappent à un baleinier prêt à les harponner. La présence des baleines dans la mer dans le futur, répondant à la sonde extra-terrestre, permet de sauver la Terre.

Une belle manière de souligner que l’être humain n’est ni seul sur Terre, ni l’espèce « dominante. » Que la Terre appartient également aux autres espèces!

Puis, le film se termine sur une citation d’une partie d’un poème du britannique David Herbert Richards Lawrence : « Les baleines ne pleurent pas » (“Whales Weep Not”), une sorte d’ode aux baleines… (« Ils disent que la mer est froide, mais elle contient le sang le plus chaud de tous »).

Le film a eu un succès important aux USA, se plaçant dans la liste des films les plus vus cette année-là. C’est le Star Trek qui a eu le plus succès, après celui de 2009.

Ce fut également le premier film de la série Star Trek vu en URSS, en 1987, montré par le WWF lors d’une conférence pour abolir la chasse à la baleine.

Une nouvelle tirée du film, écrite par Vonda N. McIntyre, a aussi un succès aux USA ; culturellement, ce film a eu un grand impact, non pas par sa réalisation assez classique pour de la science-fiction, mais bien sûr pour le thème, et son approche.