• 15 364 scientifiques de 184 pays avertissent l'humanité

Des « vaches faciles à vivre® »

La production de « viande » se spécialise toujours plus, afin de satisfaire les exigences de l’exploitation animale.  Voici un exemple de cette spécialisation, avec l’ouverture d’une « station de production de semence porcine. »

Une initiative de « sélection » totalement imbriquée dans un projet d’oppression le plus complet. L’entreprise en question se vante même de faire de

la génétique bovine avec l’objectif de « créer des vaches faciles à vivre® »

L’horreur!

Nous vivons dans un pays où existent « des vaches faciles à vivre® »,  des êtres vivants avec un copyright !

Voici donc l’article parlant de l’ouverture de cette « station » :

Une station de production de semence porcine ouvre à Lanrodec

Spécialisée dans la reproduction d’animaux, bovins, équins et porcins et leader national, Amalis vient d’installer une station de deux cents verrats sur la commune. Ce site ouvrira officiellement avec l’arrivée des animaux en septembre.

Créée en 2009, la société est née de la fusion de plusieurs coopératives. L’atout économique a été souligné par le premier adjoint de la commune, Jean-Pierre Quiltu lors de l’inauguration ce matin : « L’impact de cette installation est une aubaine pour l’économie locale. » Le coût de cette installation qui emploiera une douzaine de personnes, est de 1,7 million d’euros.

Le nom de la société en question n’est pas Amalis, mais Amélis. Et l’article du journal Ouest France fait suite à une invitation à l’inauguration de l’entreprise en question. Car on est là dans le business, dans l’efficacité économique, dans le chiffre.

Et la presse soutient « naturellement » ce qui est bon pour le business…

Voici la plaquette d’invitation :

AMELIS, spécialiste de la reproduction porcine sur le grand Ouest, inaugure son 3ème centre d’insémination à LANRODEC (22 – Côtes d’Armor) le 21 JUILLET.

Ce CIA  qui bénéficie des dernières nouveautés en bio sécurité va  permettre aux éleveurs d’inséminer leurs truies avec des semences saines et exemptes de maladies contagieuses. En effet, grâce à ses 55 ans d’expertise en reproduction, dont 20 ans en production porcine, et son service Recherche et Développement international  et multi espèce, AMELIS accède aux meilleures innovations.

Le centre de LANRODEC, muni de filtres type F8 et F9 qui retiennent à l’extérieur du bâtiment les particules pouvant porter des virus et bactéries, garanti un statut sanitaire de très haut niveau aux verrats présents. Les protocoles sanitaires internes, les contrôles rigoureux et la logistique maitrisée par les équipes AMELIS apportent la sécurité indispensable aux éleveurs professionnels.

Toutes les races des organismes de sélection porcins majeurs seront hébergées dans ce CIA et, tous les modes d’insémination, sont disponibles : L’insémination classique, l’intra utérine, et le Gédis.

La production de semences débutera en NOVEMBRE 2011, pour fournir la BRETAGNE en semences de très haute qualité sanitaire, afin de maximiser la réussite des éleveurs à l’IA.

Comme on le voit, « on arrête pas le progrès. » Sauf que cela n’est pas du progrès… Mais le renforcement de l’exploitation animale!

Quand les vaches ne se laissent plus faire

Jeudi dernier, un troupeau de moutons terrifiés a surgit sur la route du tour de France, entre Pau et le sommet du Tourmalet. Apeurés par tout le remue-ménage causé et imposé par tous ces cyclistes et les véhicules à moteurs, les moutons voulant fuir ce brouhaha se sont retrouvés, bien malgré eux, à courir sur le bord de la route avec les cyclistes !

Contrairement à certains titres délirants de quelques articles bas de gamme parlant de moutons qui « s’invitent » au Tour de France, l’histoire n’a rien d’insolite ni de drôle quand on pense à la peur ressentie par les moutons.

Dérangés chez eux, les moutons ont préféré fuir, mais tous les animaux réagissent différemment selon leur tempérament. Qu’ils s’enfuient ou agressent pour se défendre, nous en sommes toujours responsables, d’une manière ou d’une autre.

D’ailleurs, quand on considère que Gaïa est un être à part entière, on voit aisément que les périodes hivernales sont un cauchemar quand on pense aux touristes qui squattent la montagne et dérangent les animaux sauvages.

Et malheureusement durant la période estivale les randonnées se font de plus en plus fréquentes, et donc pareillement dérangeantes. La Nature ne nous appartient pas et en ballade il y a des règles à respecter, autant pour ne pas polluer que pour ne pas déranger la faune.

La semaine dernière, dans le massif de Bolquère dans les Pyrénées-Orientales, un homme s’est vu attaquer par une vache. Quelques jours plus tard, toujours au même endroit, une femme s’est faite agresser par plusieurs vaches. L’attaque fut tellement violente que cette personne a été retrouvée inconsciente.

Contrairement à ce qu’affirme cet article méprisant qui parle de « spécimen » et ne comporte aucune notion de base d’éthologie, les animaux n’attaquent jamais sans raison. Ce texte est tellement anthropocentriste que les émotions des bovins (la peur, l’agacement etc.) ne sont pas prises au sérieux, l’article étant catégorisé en « insolite ».

Les commentaires sont par contre plutôt positifs et vont, dans la majorité, dans le sens de la défense des bovins. Notons par ailleurs le tout premier commentaire, qui même s’il paraît ne soulever qu’un détail aux yeux des novices, est très vrai et très compatissant !

il y a un point également qui n’a pas été cité sur ce forum pour parler des vaches !!!..

il faut prendre en compte que par temps orageux les mouches sont très virulentes , et comme tout le monde le sait ( ou presque ) les vaches sont agressées continuellement par les mouches , ce qui les énervent et peut expliquer leur agressivité . cela est d’ailleurs valable pour beaucoup d’autres animaux ( chevaux , ânes etc )
de plus si elles ont des veaux!!!!….

habitant la campagne je vais fréquemment voir les vaches de près , tout d’abord parce-que c’est un animal que j’aime beaucoup et de plus je fais de la photo animalière ,donc je rentre avec elles dans leur herbages !!!!.
tout d’abord avant d’entrer parmi elles , j’observe leur degré de nervosité de loin , ensuite j’attends un peu et je rentre tout en restant près de la sortie …les vaches sont très curieuses et 9 fois sur 10 elles vont venir vers vous ou en marchant ou parfois en courant ( pour les plus pressées !!!) et dès qu’ elles arrivent sur moi je leur parle ….et ça c’est magique parce-qu’elles s’approchent tout près de moi certaines même me lèchent et a partir de là je peux prendre mes photos sans aucun problème !!!..

par contre si se sont des vaches allaitantes avec leur veau , méfiance quand même , dites vous bien qu’elle va protéger son petit …a vous humain il ne vous viendrait pas à l’idée de laisser votre petit enfant au bord d’une route nationale ???…et chez les animaux l’instinc maternel est très développé ( parfois plus que chez certains humains !!!!….a méditer

Que ce soient des mères qui protègent leurs petits – comme le cas évoqué dans l’article de la fermière piétinée par une vache à qui on venait de prendre son veau – , des animaux qui se protègent des touristes qui se croient tout permis ou des animaux souffrant de maladies, les animaux ne sont pas des jouets que l’on peut toucher et déranger selon notre bon vouloir.

Regarder avec insistance un animal droit dans les yeux est par exemple un signe de défi, de provocation chez beaucoup d’animaux. Les animaux, qu’ils soient dans leur environnement naturel ou non, protègent leur territoire et leur tranquillité.

Cet exemple, ou plutôt ces exemples qui se reproduisent, sont une parfaite illustration que les animaux ne sont pas des machines, mais aussi que les bovins ne sont pas des animaux  « stupides » à qui on peut infliger n’importe quelle torture.

Alors que pour se protéger certains animaux préfèrent fuir l’espèce humaine, d’autres se mettent à attaquer, très probablement à cause des dérangements incessants et toujours plus oppressants. La roue tourne inévitablement: Gaïa réagit de mille manières à l’agression humaine.