• Operation Thunderball
    Operation Thunderball

Bordeaux: la soit-disant attaque du rat ou le social-darwinisme

« Nous n’avons jamais été informés de cas similaires » dit l’adjoint au maire de Bordeaux. Et pour cause. Au lieu d’affronter les problèmes sociaux, l’ordre établi joue sur le fantasme. On a ainsi une histoire fantasmagorique de rat attaquant un enfant.

L’article ultra racoleur de Sud Ouest explique ainsi au sujet de cet événement qui s’est produit il y a une semaine:

Yliesse raconte la suite : « Je faisais du vélo lorsque j’ai vu le rat, là, au milieu de la route. Il me suivait. J’ai eu peur. Je suis tombé. Il est monté sur mon ventre. Jusqu’à mon cou. Il s’est retourné, a sauté sur ma main et m’a mordu. » L’enfant montre, en passant la main sur son t-shirt, l’endroit où le rat est passé et la longueur qu’il avait. Une vingtaine de centimètres….

Voilà bien une presse à sensation totalement barbare, où la vérité n’est qu’hallucination et le niveau d’humanité proche de la nullité. Un pauvre petit rongeur se voit transformé en monstre suivant un enfant s’enfuyant et agressé à peine tombé par terre! Du délire. Et la suite vaut son pesant de cacahuètes:

« Je n’arrive pas à le croire », lance son père : « Je ne savais pas que les rats attaquaient les gens ! Une fois, avec ma femme, on en a repoussé un en lui donnant des coups de balai. Il est parti. Si personne n’avait assisté à la scène, j’aurais certainement mis en doute les propos d’Yliesse, mais il y avait un témoin. Un adulte qui a tout vu. Il a couru pour faire partir le rat et c’est lui qui a donné l’alerte. Lorsque je suis arrivé, Yliesse avait le bras en sang. Ça coulait beaucoup. Je lui ai fait un garrot et on a appelé les sapeurs-pompiers. »

Depuis le début où les rats attaquent les gens, jusqu’au garrot à la fin, le scénario est digne d’un film catastrophe du type les dents de la mer, l’invasion des rats, etc. (voir l’article à ce sujet sur LTD).

Le pire est que l’article du journal est absolument obligé de reconnaître l’absurdité de l’histoire, en reproduisant les propos des “spécialistes”:

Cette attaque de rat est surprenante. « Ce ne serait pas la seule », souligne toutefois le père de l’enfant « Lorsqu’on a raconté l’histoire à l’hôpital, des employés nous ont dit que ce n’était pas la première fois. Il y aurait eu un cas similaire rue de Bègles. À deux pas de là… » Questionné sur ce point, le service communication du CHU indiquait hier soir ne pas être informé de ce type de problème…

Contacté par nos soins, un expert en dératisation trouvait tout de même très étonnante cette attaque, bien qu’il reconnaisse que les rats peuvent parfois se montrer dangereux, notamment lorsqu’ils sont en groupe. « Dans ces cas-là, il est préférable de ne pas s’approcher et il vaut mieux avoir de quoi de les repousser. »

Cette histoire est catastrophique: elle montre la crédulité d’une population bernée à coup de propagande sur la nécessité d’écraser les animaux et la nature, bien évidemment pour faire tourner les machines à profit. Tout est fait pour enfermer la population dans un carcan, dans des valeurs culturelles barbares.

Et le processus est évidemment double. Car la victime est autant le rat que l’enfant ou son père, qui s’imaginent des choses et sont terrifiés par une peur apportée de l’extérieur, par la culture.

Cela montre comment les médias, l’éducation, les valeurs dominantes entretiennent cette crédulité, préférant mettre l’accent sur la soit-disant “idiotie” des gens qui saliraient eux-mêmes leurs quartiers et auraient donc à affronter des monstres…

Et cela montre comment la vie est impossible dans la misère, tant économique que culturelle, qui prédomine. Pour l’écrasante majorité des gens, les animaux et la nature sont des ennemis empêchant la survie de l’humanité.

C’est le principe du social-darwinisme: “le plus fort l’emporte”.

Et dans le schéma bordelais: les pauvres vivrent dans les poubelles car tel est leur sort “naturel”, et le rat est encore en-dessous, comme une sorte de concurrent fantasmagorique du pauvre… tant que celui-ci ne comprend pas sa situation et se lance dans la révolte, non pas contre ceux d’en bas c’est-à-dire les animaux, mais contre ceux d’en haut.