Le roi de la jungle remet en place son “dresseur” et se rebelle contre son espace dénaturé

Que l’on soit vegan ou non, constater que les zoos – ou quelques enclos qu’ils soient – sont de véritables mouroirs est tristement banal. Il est donc bien évident que ces lieux ne sont surtout pas à financer pour ne pas participer à ce commerce. Car il s’agit de commerce et d’idéologie.

Commerce, car les zoos sont parfois de véritables parc d’attraction rapportant beaucoup d’argent. Idéologie, car la collection d’animaux est depuis la fin du Moyen-Âge un symbole de “prestige.”

Que les prisonniers aient de l’espace, que leur environnement naturel ou recréé au mieux, qu’ils soient en danger et/ou en voie d’extinction dans leur milieu naturel et d’origine ne change rien au problème, au véritable drame vécut par ces animaux.

Une prison dorée reste une prison et le prétexte de “sauver les espèces” relève ni plus ni moins que du cynisme.

Le stress de la foule quotidienne qui crie, tape aux vitres et dérange les animaux ajouté au dépaysement font que les animaux sont évidemment malheureux et peuvent devenir agressifs.

La présence d’enfants, sans aucune éducation concernant le respect des animaux, n’aide pas non plus.

C’est ainsi qu’à Las Vegas au MGM Grand Hotel & Casino, sous le classique et désormais banal prétexte de disparition dans le milieu naturel, le MGM Grand Hotel & Casino a créé un parc réservé aux lions.

MGM, c’est bien entendu la Metro-Goldwyn-Mayer, la compagnie hollywoodienne dont le symbole est le lion qui rugit avant que le film ne commence.

Voici la présentation de cet hôtel, et rappelons que Las Vegas est une catastrophe écologique, pompant un maximum d’eau car elle a été construire au milieu du désert:

MGM Grand, Las Vegas : un programme de divertissement adapté à vos goûts

Reconnu dans le monde entier, le MGM Grand vous propose tout ce à quoi vous pouvez vous attendre d’un complexe casino à Las Vegas. Vous venez à Las Vegas pour vous divertir ?

Dans nos salles de spectacle (arénas), vous pourrez assister à des concerts de Madonna, des Rolling Stones ou aux plus grands événements sportifs. Vous venez à Las Vegas pour vous relaxer ? Notre spa, nos piscines et notre salon sont des endroits rêvés pour vous relaxer et vous ressourcer. Vous venez à Las Vegas pour les casinos ? Nous avons tous les jeux dont vous rêvez. Au coeur de notre établissement, se trouve un hôtel de premier ordre avec tous les services dont vous avez besoin pour rendre votre séjour inoubliable.

La création d’une sorte de ranch à quelques kilomètres de l’hôtel est évidemment justifiée par la volonté de “préserver” le lion sur la planète… Une prétention ridicule d’un entreprise fondée sur les films hollywoodiens, et ici présentant des concerts de variétés ainsi que des casinos, des discothèques dont on peut s’imaginer comment elles sont.

D’ailleurs sur cette vidéo, on voit très bien les gens s’agglutinant dans un brouhaha devant des vitres, pour regarder le lion et la lionne emprisonnéEs dans le ranch.

Et on peut voir le lion se rebeller contre le “dresseur”, car deux “dresseurs” sont présents à côté des deux animaux!

Bien entendu, nous trouvons formidable la réaction du lion, quelles que soient les raisons qui l’on poussé à agir ainsi.

Cette vidéo montre parfaitement, une fois de plus, que les animaux ne sont pas des machines que l’on peut dominer sans problème aucun et sans réaction défensive de la part de l’oppriméE. L’instinct de défense reste, même si il est systématiquement tenté de le réduire à néant!

Par ailleurs, le comportement de la lionne est très intriguant. Pourquoi va-t-elle tout de suite calmer le mâle ?

Il faut savoir que dans la Nature ce sont les lionnes qui chassent, les mâles étant dominants, opportunistes et volant la part durement chassée par les femelles. Les femelles et les jeunes n’ont droit qu’aux restes laissés par le mâle de la troupe.

Même si des émissions niaises et au discours surréalistement irresponsable comme 30 millions d’amis s’amusent à prouver le contraire, il paraît évident que pour dominer un tel animal, il faut installer une notion de peur et de domination.

Les dresseurs ne pourraient sinon rester à se pavaner à côté du lion et de la lionne. On pourrait donc peut-être interpréter la réaction de la femelle de la sorte : la peur du “dresseur”, d’où la tentative d’apaisement du lion.

Nous n’émettons là qu’une hypothèse car nous ne sommes pas des spécialistes des fauves, ni de la psychologie des animaux martyrs dans les zoos-prisons.

Mais par contre, si on a l’occasion d’aller gratuitement au zoo et de s’ouvrir à l’animal emprisonné il n’est pas dur de voir le vide dans leurs yeux, l’ennui, la tristesse et l’agacement ressenti par ces animaux qui sont exposés tous les jours, pendant des heures, à un public hurlant et irrespectueux de l’animal.

Bien évidemment, il n’est pas dit quel sera le sort de ce lion, même si nous pouvons nous en douter… Sans nul doute, il sera “rééduqué”… Pourtant le lion a été fort sympa car si il avait voulu mortellement blesser le “dresseur”, cela n’aurait pas été très difficile pour lui. A ce propos, les animaux n’attaquent jamais gratuitement. Que ce soit pour se défendre, se protéger, les “attaques” ne sont jamais sans raisons.

La place des animaux est dans la Nature et certainement pas dans ces zoos-prisons. Il est temps d’informer que les zoos ne sont pas des refuges paisibles et que la destruction des milieux naturels et les braconnages ont une solution : la libération animale, la libération de la Terre.

Les zoos sont une honte: ceux qui pensent que c’est un moyen de “sauver” l’espèce doivent comprendre qu’il s’agit là d’une capitulation par rapport à la lutte pour protéger les espaces des animaux, et un cynisme relevant d’une vision des animaux comme étant “utiles” et n’ayant pas droit à un rapport normal à la nature.

Être humain dénaturé, environnement dénaturé…

Il faut bien comprendre que si le véganisme se développe, c’est en partie également une conséquence de la destruction forcenée de la nature qui est en cours ces dernières années.

Les êtres humains se dénaturent, ils bétonnent le monde, vivant dans un rapport de force avec la nature.

Dernier symbole de cette culture : la semaine dernière, un pique-nique annuel de fin d’année de la cantine scolaire de Venansault a consisté en une démonstration de force du cuisinier.

Des écoliers de 8 à 11 ans ont été confronté à un discours on ne peut plus typique de la domination : « comme vous avez traité le personnel comme des chiens, on va vous traiter comme des chiens. »

Et ils ont été obligés de ramper pour obtenir de la nourriture…

C’est une belle démonstration de comment la domination des animaux fait partie du principe de domination en général, tout comme l’exploitation animale fait partie de l’exploitation en général ! Pour refuser la domination, il faut refuser toute domination, qu’elle soit symbolique (les jeux sado-maso par exemple) ou pratique même si elle concerne des êtres vivants non humains!

Et qui dit être humain dénaturé dit monde dénaturé. La semaine dernière, à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne, dix vaches se sont échappés d’un enclos.

Or, la nature est tronçonnée par le béton. Résultat, de nombreuses routes ont été concernées par ces vaches : la N2 a été fermée, mais ont aussi été concernés l’A1, l’A104, la N3 et la N330 !

C’est dire le maillage du bétonnage ! Et à quel point l’organisation des habitations est mal faite : soit il y a des villes surpeuplées, soit des zones où l’on vit de manière isolée et où la voiture est nécessaire…

Des zones organisées tout aussi de manière chaotique que les villes : il a fallu une semaine pour récupérer les vaches, alors qu’un veau a été abattu. C’est dire comment c’est le sens de la propriété et de l’exploitation qui façonne la nature, la rendant incompréhensible pour les humains, qui ne la voient que comme une simple ressource, alors qu’eux-mêmes sont une composant de la nature!

Et c’est dire également l’hypocrisie des éleveurs. Parmi les méthodes pour les capturer, on a le fait de mettre de l’eau et une vache calme dans un endroit, ou encore de parler à la vache en fuite pendant une heure – ce qui montre que les êtres humains cherchant à capturer les vaches ont dû reconnaître, bien malgré eux, le caractère vivant des vaches, leur sensibilité.

Subitement on se rappelle qu’il s’agit d’êtres sensibles… C’est le premier aspect.

Le second aspect est la dimension totalement dénaturée : voici les propos de l’éleveur, qui reconnaît qu’il n’a en fait aucun rapport avec les vaches :

«Il faut réinstaurer la confiance. Il faut du temps. Avant, ce n’était pas possible avant car elles étaient traquées. On parle à l’oreille des vaches, sourit-il, enfin soulagé. Et il ne faut pas oublier qu’elles pèsent 600 kilos et sont élevées pour la viande. Elles n’ont pas l’habitude d’être manipulées. Si elles résistent alors qu’on essaye de les attacher, c’est dangereux. »

Entre le cuisinier qui a pratique l’humiliation sur des enfants et l’éleveur pour qui « ses » vaches sont des sortes d’abstractions, on a tout un résumé de la culture dominante…