• Honnêteté - trop d’entre nous sont emplis d’avidité

Earth Crisis : The wrath of sanity

Puisque nous parlions hier de l’expérimentation sur les animaux (en l’occurrence au Canada), impossible de ne pas parler de la chanson classique d’Earth Crisis,  qui exprime le point de vue vegan straight edge né dans les années 1990.

Les paroles font bien entendu allusion aux grandes vagues d’opération de l’ALF amenant la libération d’animaux arrachés aux laboratoires, appelant à en développer la logique toujours plus loin.

Night of justice, knight of justice.
Liberations crusades begun.
Your laws will have no meaning past the setting of the sun.
Nuit de la justice, chevalier de la justice.
Les croisades des libérations ont commencé.
Vos lois n’auront aucune signification une fois le soleil passé.

Demons feeding off of the innocents pain.
Generations of oppression –
one generation will break this chain.
Les démons se nourrissent de la souffrance des innocents.
Des générations d’oppression
– une génération brisera cette chaîne.

Emancipation from the hands of the deranged.
Vengeance for the dead,
freedom for the enslaved.
L’émancipation des mains des détraqués.
La vengeance pour les morts,
la liberté pour les esclaves.

From love comes this hatred.
Feel the rage, antagonist of the helpless.
Tormented inside a cage.
De l’amour vient cette haine.
Sens cette rage, antagoniste des sans défense.
Tourmentés dans une cage.

I refuse to turn my back, I refuse to shut my eyes.
Steadfast against the deluge of evil of man’s devise.
The quest for their freedom won’t cease until it’s won.
Je refuse de tourner le dos, je refuse de fermer mes yeux.
Inaltérable contre le déluge du mal de l’invention de l’homme.
La quête pour leur liberté ne cessera pas jusqu’à la victoire.

Reconcile your sins or your blood will have to run.
You have no respect for life. Violence you can understand.
Your turn to feel the pain. Retribution, from my hand!
Renonce à tes péchés ou ton sang aura à couler.
Tu n’as pas de respect pour la vie. La violence que tu peux comprendre.
Ton tour de sentir la douleur. La rétribution, de ma main!

You have no respect for life. Violence you can understand. Your turn to feel the pain. Retribution, from my hand!
Tu n’as pas de respect pour la vie. La violence que tu peux comprendre.
Ton tour de sentir la douleur. La rétribution, de ma main!

A bullet for every demon.
Only your blood can cleanse you of your sin.
Your actions proved that you value profit over others lifes.
Une balle pour chaque démon.
Il n’y a que ton sang qui peut te nettoyer de ton péché.
Tes actions ont prouvé que tu valorises le profit fait au dépens de la vie d’autres.

Images of your mutilated victims as I line you in my sight.
The wrath of sanity unleashed.
Justice on Judgement Night.
Les images de tes victimes mutilées alors que je t’aligne.
La fureur de l’équilibre mental déchaînée.
La justice dans la nuit de la justice.

Interview d’Earth Crisis de 1992

Ce qui caractérise la société, c’est son conformisme. Les plus riches deviennent snobs ou bobos, les plus pauvres deviennent nazis, mais tout cela est tout à fait conventionnel et balisé.

Développer une culture en rupture véritable est de fait très difficile : les jeunes qui tentent de le faire sont vite ostracisés. Il faut beaucoup de détermination et d’orientation…

Voici une petite contribution à l’esprit de résistance avec des questions-réponses d’une interview datant de plus de vingt ans. Nous sommes en 1992 et cette interview a été faite par courrier avec Karl Buechner, chanteur d’Earth Crisis, dans un fanzine.

Le groupe vient à peine de sortir un mini album de quatre chansons sur un tout petit label… Mais nous sommes ici au tout début de l’émergence de la scène vegan straight edge…

Car avec des jeunes de 16-22 ans qui écrivent des chansons appelant à la violence militante pour la libération animale, dans un esprit d’abnégation complète, tout devenait possible…

S’il te plaît donne un bref historique d’Earth Crisis.

Earth Crisis a commencé à l’hiver 1989. Je jouais de la basse, composais toute la musique et écrivait toutes les paroles que nous utilisions. Cela s’est effondré car le batteur et le guitariste étaient tous deux des salopards qui ont trahi. Les paroles avaient les mêmes thèmes que maintenant, ce qui je pense était too much pour le vieux chanteur à ce moment. D.J. est un straight edge vertueux, mais le véganisme il n’était pas dedans. J’ai repris le chant quand j’ai remonté le groupe il y a un an et on a joué depuis.

Quel âge avez-vous dans le groupe?

Karl 22 ans au chant, Scott 18 ans à la guitare, Ben 17 ans à la guitare, Bulldog 16 ans à la basse et Mike 17 ans à la batterie. Mike quitte le groupe car il n’aime pas partir en tournée. Notre nouveau batteur a 20 ans, et il est vegan straight edge.

Est-ce que tout le monde est vegan dans le groupe ?

Vegan et straight edge un « x sur la main ». Earth crisis est un groupe vegan straight edge.

S’il te plaît, donne ta position sur notre bien aimée manière de vivre, le straight edge.

« Notre bien aimée manière de vivre ». C’est précisément cela.
Tout d’abord, le straight edge n’est rien sans le véganisme. Le véganisme est l’amour pour la terre, ses créatures et toute vie innocente.

Le straight edge traite du respect pour mon corps et mon esprit. Mon corps n’a jamais été empoisonné par des maladies liées aux drogues, fumer ou l’alcool. Comme je n’ai jamais pris part à la promiscuité sexuelle, mon esprit est libre de ces folles urgences qui conduisent les faibles au désespoir et à la maladie.

Abstinence totale, séparation totale, liberté totale.

A ton avis quelle est la pire chose qui arrive dans le monde aujourd’hui ?

Les camps de la mort et les viols de masse en Yougoslavie. J’ai l’impression que personne ne s’en préoccupe parce que depuis le ciel ils larguent de la nourriture au lieu d’armes. Cela doit cesser et les démons doivent rendre des comptes.

Que penses-tu de la hardline ? Penses-tu qu’il y a quelque chose de bien qui peut ressortir de ce mouvement ?

Le mouvement hardline tangue en ce moment en raison de la manière dont la question gay a été approchée. Je soutiens tous les autres aspects de la hardline. A part pour celui-ci, cela serait parfait. La définition de ce qu’est un acte déviant a besoin d’être redéfini si la hardline doit continuer.

L’homosexualité se déroule dans la nature, ainsi dire que cela défie la loi naturelle est crétin. Est-ce que c’est issu d’avoir été abusé, d’un déséquilibre chimique, ou d’un type génétique de prédisposition, cela ne compte pas. Si deux personnes du même sexe sont engagées l’un pour l’autre et que cela donne à chacun d’entre eux de la joie, laissons les tranquilles.

Quand j’ai affirmé être hardline, je considérais les actes déviants comme étant la promiscuité et le viol, de vraies perversions. Les choses qui sont liées à la faiblesse et la maladie. Des choses qui laissent les gens détruits.

Si des gens s’aiment l’un l’autre, pourquoi une personne préoccupée interviendrait-elle ? La bisexualité et la promiscuité sont liés au sexe pour le plaisir physique, pas l’intimité et l’amour.

Quand des gens vont de-ci de-là tentant de baiser n’importe qui, cela finit en mensonges, en blessures, ou abandonnés avec une maladie. Ce sont ce genre de choses qui me préoccupent.

A part cela, la hardline semble la meilleure approche pour le changement et la justice que j’ai rencontrée. Cela a juste besoin de mettre au clair que la violence est contre ceux qui détruisent ceux que nous aimons de tout notre coeur.

Que penses-tu de l’homosexualité ?

J’en m’en moque. S’il n’y a pas promiscuité ce n’est pas un problème.

Quels changements prévois-tu, s’il y en aura, dans les prochaines quatre années ?

Le monde va devenir vraiment fou et je vais devenir vraiment violent.

Quelle est la meilleure manière selon toi d’approcher une porteuse de fourrure ?

Fourrure, cuir, suède, tout cela c’est la mort. Je crierai moi-même jusqu’à devenir fou si je tentais de me disputer avec chacun d’entre eux. D’habitude j’insulte les gens pour porter de la fourrure, car c’est extravagant et non nécessaire.

Quelle est la réponse la meilleure que tu as eu d’une porteuse de fourrures ?

Personne n’a jamais répondu. D’habitude je dis la même chose et je m’en vais. « Beau manteau pute sans valeur. »

Que penses-tu de Shelter et de 108 [qui sont des groupes de Krsnacore], et de la diffusion de la religion ?

Dieu est le même type, chacun a juste un nom différent pour lui. Si leur religion a comme thème l’amour et le respect, c’est beau et j’espère que cela amène la paix aux gens, même si je ne suis pas d’accord avec cela.

Si Ray [Cappo de Youth of today puis Shelter] était hardline, que serait le hardcore aujourd’hui ?

Ray a vu des gens aider des gens dans le monde aujourd’hui, ou quelque chose de très similaire. Je ne sais pas où il regardait mais apparemment pas le monde réel. S’il portait un regard et voyait les choses telles qu’elles sont, il réaliserait que le véganisme et que l’environnementalisme militant sont les réponses pour le changement, comme toute personne devrait le faire.

Vivre dans une communauté à la campagne est très bien mais il est temps de rendre les coups avec bien d’autres choses que des mots.

Penses-tu qu’il existe quelque chose comme un avortement nécessaire ?

Oui. Si une femme est violée. Elle ne devrait pas avoir à regarder un enfant qui ressemble à son violeur. Elle violenterait probablement l’enfant, donc c’est sans doute la meilleure chose à faire. Il y a également la vie de la femme qui est en danger.

La seule autre instance où cela deviendrait nécessaire est que cela serait le plus charitable. Si l’enfant est né tellement blessé par un accident de voiture ou les drogues que sa vie serait une complète agonie.

La prévention des grossesses non voulues est ce que nous avons besoin de promouvoir. Si vous n’êtes pas financièrement stable ou émotionnellement capable de vous occuper d’un enfant, n’ayez pas de rapports sexuels. C’est assez simple.

A côté de cela les gens n’ont pas besoin d’avoir de rapports sexuels pour avoir du sexe. Le contrôle des naissances est facile. Les gens sont juste trop fainéants et trop irresponsables pour les utiliser correctement. Tragiquement, cela doit rester légalisé pour ces raisons précises.

Les derniers mots…

Paix à tous ceux qui soutiennent Earth Crisis et apprécient ce que nous avons fait. Merci à chacun qui a fait des concerts, des interviews ou qui a écrit à Earth Crisis. Devenez vegan, c’est la chose la plus importante que vous puissiez faire. Amour total et soutien d’Earth Crisis à tous les vrais gens hardline et les vegans straight edge.

Earth Crisis : « Behind The Wire » et « Biomachines »

Voici les paroles, terribles et combatives comme il se doit, de deux chansons d’Earth Crisis: « Behind The Wire » et « Biomachines ».

Imprisoned behind the wire, the doomed await their end.
Tangled corpses fill the pits, starved, shot, or poisoned.
To the horrors the world turns away from the suffering in apathy.
A blind eye to the victim’s pain that they choose not to see.
Emprisonnés derrière les barbelés, les condamnés attendent leur fin.
Des cadavres inclinés remplissent les puits, affamés, tirés dessus, ou empoisonnés.
Face à ces horreurs, le monde se détourne de la souffrance dans l’apathie.
Un œil fermé sur la douleur de la victime qu’ils choisissent de ne pas voir.

Unless there’s money to be made, unless territory is gained.
Sauf s’il y a de l’argent à faire, à moins qu’il n’y ait un territoire à acquérir.

Imprisoned behind the wire, the doomed await.
Imprisoned behind the wire, the doomed await their end.
Tangled corpses fill the pits, starved, shot, or poisoned.
Emprisonnés derrière les barbelés, les condamnés attendent.
Emprisonnés derrière les barbelés, les condamnés attendent leur fin.
Des cadavres inclinés remplissent les puits, affamés, tirés dessus, ou empoisonnés.

To the horrors the world turns away from the suffering in apathy.
A blind eye to the victim’s pain that they choose not to see.
Face à ces horreurs le monde se détourne de la souffrance dans l’apathie.
Un œil fermé sur la douleur de la victime qu’ils choisissent de ne pas voir.

Unless there’s money to be made, unless territory is gained.
Sauf s’il y a de l’argent à faire, à moins qu’il n’y ait un territoire à acquérir.

Annihilation reigns.
Annihilation reigns, unless there’s money to be made, unless territory is gained.
Unless there’s money to be made, unless territory is gained.
L’anéantissement règne.
L’anéantissement règne, sauf s’il y a de l’argent à faire, à moins qu’il n’y ait un territoire à acquérir.
Sauf s’il y a de l’argent à faire, à moins qu’il n’y ait un territoire à acquérir.

Dawn of the biomachines.
Experiments to spawn the new breed of half living creatures to butcher for organs.
Transplants extend another’s life span, re-created, twisted in neo-god’s hands.
Animals physiologically altered to increase their output for human usage.
Aube des biomachines.
Des expériences pour frayer la nouvelle race de créatures à moitié vivantes pour massacrer leurs organes.
Des greffes étendent la durée d’une autre vie, re-créée, tordue dans les mains des néos-dieux.
Les animaux physiologiquement modifiés pour augmenter leur production pour l’utilisation humaine.

Left immobile as designed, trapped in a tortuous unexistence.
Monstrosities brought into being.
Behind the walls of laboratories, crimes go unseen.
Dawn of the biomachines.
Abandonnés immobiles comme prévu, pris au piège dans une non-existence tortueuse.
Des monstruosités à qui on donne naissance.
Derrière les murs des laboratoires, les crimes se déroulent, invisibles.
Aube des biomachines.

Horrific cruelty inflicted, demons in white coats leer down on their prey.
Trapped in a hell on earth that’s unknown – not heard not seen: until death they’ll stay.
Helpless beings brutalized by madmen, trained to deny that they’re even alive.
The basic motive financial gain, profit estimates drown the cries of pain.
Une horrible cruauté infligée, des démons en blouse blanche lorgnent sur leur proie.
Pris au piège dans un enfer sur terre qui est inconnu – pas entendu pas vu : jusqu’à la mort ils vont rester.
Des êtres sans défense brutalisés par des fous, formés à nier qu’ils sont ne serait-ce qu’en vie.
Le motif d’origine est le gain financier, les estimations de bénéfices noient les cris de douleur.

Monstrosities brought into being.
Behind the walls of laboratories, crimes go unseen.
Des monstruosités à qui on donne naissance.
Derrière les murs des laboratoires, les crimes se déroulent, invisibles.

Medical Research, subjects aren’t even seen as alive.
Behold the dawn, behold the dawn
Behold the dawn, behold the dawn
Behold the dawn, behold the dawn
Behold the dawn of the biomachines.
La recherche médicale, les sujets ne sont même pas considérés comme vivants.
Voici l’aube, voici l’aube
Voici l’aube, voici l’aube
Voici l’aube, voici l’aube
Voici l’aube des biomachines.

Monstrosities brought into being.
Behind the walls of laboratories, crimes go unseen.
Des monstruosités à qui on donne naissance.
Derrière les murs des laboratoires, les crimes se déroulent, invisibles.

Earth Crisis : Ultramilitance, Born from pain, Fortress

Voici les paroles de trois autres chansons d’Earth Crisis, dont le très grand classique « Ultramilitance ».

Ultramilitance

Legal channels have been exhausted. Uncruel alternatives rejected.
Awareness created and ignored. Direct action is the last recourse.
Ultramilitance. Ultramilitants.
Les voies légales ont été épuisées. Les alternatives non cruelles rejetées.
La sensibilisation créée et ignorée. L’action directe est le dernier recours.
Ultramilitance. Ultramilitants.

Salvation of innocents. Intensified resistance.
Flooded by sabotage disabled whaling ships sink beneath the waves.
Strikes against roving murderers. Through destruction, innocents persist.
A rainforest seen as nothing more than an area on a map
to be stripped of resources for corporate profit.
Le salut des innocents. La résistance intensifiée.
Inondés par sabotage, des baleiniers rendus inopérants coulent sous les vagues.
Les coups contre les meurtriers itinérants. Grâce à la destruction, les innocents persistent.
Une forêt tropicale considérée comme rien de plus qu’un secteur sur un plan,
pour être dépouillée de ses ressources pour les bénéfices des sociétés.

The indigenous cultures and animals are displaced or destroyed
unless bulldozers are disabled to prevent access.
Ultramilitance. Ultramilitants. Salvation of innocents. Intensified resistance.
Les cultures indigènes et les animaux sont déplacés ou détruits
à moins que les bulldozers ne soient désactivés afin d’empêcher l’accès.
Ultramilitance. Ultramilitants. Le salut des innocents. La résistance intensifiée.

Forth from cages into the darkness. Minks liberated by masked rescuers.
Laws designed to protect oppressors correctly regarded as worthless.
Hors des cages dans l’obscurité. Les visons libérés par des sauveteurs masqués.
Les lois destinées à protéger les oppresseurs étant correctement considérées comme sans valeur.

Now this war has two sides…
Ultramilitance.
Ultramilitants. Salvation of innocents.
Intensified resistance. Wreck!
Maintenant cette guerre a deux protagonistes…
Ultramilitance.
Ultramilitants. Le salut des innocents.
La résistance intensifiée. Sabote !

Born From Pain

Strength. Born from pain. Beyond that of my flesh.
Betrayed, robbed and beaten, but not defeated.
Through my search for allies, I have found myself.
Force. Née de la douleur. Au-delà de celle de ma chair.
Trahi, volé et battu, mais pas vaincu.
Grâce à ma recherche d’alliés, je me suis trouvé moi-même.

Persistence is the answer to regain all that was taken.
Hatred drives me onwards
across to desolation of dying dreams and failure,
to find I am my own salvation.
From the experience of injustice, from the
horror that I have witnessed comes the knowledge that freedom must be won.
La persistance est la réponse pour retrouver tout ce qui a été pris.
La haine me pousse à partir
à travers à la désolation des rêves mourant et de l’échec,
afin de trouver que je suis mon propre salut.
De l’expérience de l’injustice, de
l’horreur que j’ai vu, vient la connaissance que la liberté doit être gagnée.

Strangled by frustration, no longer will I be my victim.
My patience is waning, now all it takes is one spark to set me off.
I have to try to find some peace and hold that peace inside before it gets to late.
Étranglé par la frustration, je ne serai plus ma victime.
Ma patience décline, maintenant tout ce qu’il faut, c’est une étincelle pour me mettre hors tension.
Je dois essayer de trouver un peu de paix et maintenir la paix à l’intérieur avant qu’il ne soit trop tard.

Emancipate my mind. Breathing life into my visions,
forcing them into reality.
From paradise into the inferno, into paradise, into paradise.
Émanciper mon esprit. Donner vie à mes visions,
les forçant à aller dans la réalité.
Du paradis à l’enfer, au paradis, au paradis.


La chanson est à 29:46.

Fortress

Encircled. Sodom’s children on every side.
Feeding their selfishness with no regard for the pain that their
actions bring. Forked tongues spill promises
of release through submission through carnal thoughts.
Encerclé. Les enfants de Sodome de tous côtés.
Nourrissant leur égoïsme sans aucun égard pour la douleur que leurs
actions apportent. Les langues fourchues débordent de promesses
de délivrance par la soumission à travers les pensées charnelles.

Their greed or a drug induced deadened state.
Pain awaits the fools who fall prey to the lies.
Time melts their false idols into pools of worthless lead.
Exhume myself from the wreckage to drag my body free.
Leur avidité ou une drogue induit un état mort.
La douleur attend les imbéciles qui sont la proie des mensonges.
Le temps fond leurs fausses idoles dans des piscines de plomb sans valeur.
M’exhumer moi-même de l’épave pour faire glisser mon corps libre.

Crawling through the ashes as their profane creation collapses in upon itself.
Unscatched. I have not partaken.
The X symbolizes my lifetime commitment to live free from their poisons.
I’ve built myself to last.
Ramper dans les cendres alors que leur création profane s’effondre sur lui-même.
Sans blessures. Je n’ai pas participé.
Le X symbolise mon engagement, à vie, à vivre à l’abri de leurs poisons.
Je me suis construit pour durer.

Fortress. Time melts their false idols into pools of worthless lead.
Encircled. Sodom’s children on every side.
Feeding their selfishness
with no regard for the pain that their actions bring.
Forteresse. Le temps fond leurs fausses idoles dans des piscines de plomb sans valeur.
Encerclé. Les enfants de Sodome de tous côtés.
Nourrissant leur égoïsme
sans aucun égard pour la douleur que leurs actions apportent.

Earth Crisis : Inherit The Wasteland / Forced March

Voici les paroles de deux chansons d’Earth Crisis, qui comme toujours nous semblent vraiment recherchées et pertinentes. Toutes ces paroles forment une véritable culture, dans laquelle nous nous reconnaissons.

C’est le vrai vegan straight edge,  en lutte pour la libération de la Terre, contre l’individualisme et le libéralisme par rapport à Gaïa!

Inherit The Wasteland (Hériter le désert)

Destroyed in the hands of the deranged.
Mankind’s will has been imposed upon the earth as though we
were alone and if our actions had no consequences.
Détruit dans les mains du dérangé.
La volonté de l’humanité a été imposée sur la terre comme si nous
étions seuls et comme si nos actions n’avaient aucune conséquence.

Man crushes all that bars the way on this path to annihilation.
Taking for themselves while the other inhabitant’s
lives are given no consideration.
L’Homme écrase tout ce qui barre la route sur ce chemin à l’anéantissement.
Prenant pour eux-mêmes tandis que les vies des autres habitants
sont données sans contrepartie.

Inherit the wasteland! Spilled oil contaminates the sea.
Inherit the wasteland! Poisons fill the atmosphere.
Hériter le désert! Le pétrole déversé contamine la mer.
Hériter le désert! Les poisons remplissent l’atmosphère.

Inherit the wasteland! Toxins infect the ground. Inherit the
wasteland! Deforestation scars the earth.
The rainforests burn. Countless animals die.
Hériter le désert! Les toxines infectent le sol. Hériter le
désert ! La déforestation défigure la terre.
Les forêts brûlent. D’innombrables animaux meurent.

We must regain control or there will
be nothing left to save. The harmony of nature,
twisted into discordance. Left to die in the aftermath of their destructive
sightlessness. Time is running, time is running,
time is running … Time is running out.
Nous devons reprendre le contrôle ou il n’y aura
plus rien à sauver. L’harmonie de la nature,
tordue en discordance. Laissée pour morte à la suite de leur destructrice
cécité. Le temps défile, le temps défile,
le temps défile… Le temps est compté.

La chanson « Forced March » est au tout début de l’album, sorti en 1995. La chanson « Inherit the Wasteland » est à 20:03.

Forced March (Marche forcée)

Humanity devours itself alive.
Forced march down this path of sorrow to an end that doesn’t justify. Hands
chained, running driven upon those that fall they tread.
Conditioned by a warped value system to not look back, just push
ahead. Lives of excess, lust and material greed.
L’humanité se dévore vivante.
Une marche forcée sur cette voie de la douleur pour une fin qui ne se justifie pas.
Les mains
enchaînées, une course conduite en marchant sur ceux qui tombent.
Conditionnés par un système de valeurs déformé à ne pas regarder en arrière, à seulement pousser
en avant. Des vies d’excès, la luxure et l’avidité matérielle.

A slave to their own desires, apathetic to those in need. Devoid of love no
peace inside. Blinded by their manic greed.
Thoughts consumed with the thoughts of the worthless.
This is their reality.
Esclave à leurs propres désirs, apathique à ceux dans le besoin. Dépourvus d’amour pas
de paix à l’intérieur. Aveuglés par leur avidité maniaque.
Les pensées consommées avec les pensées des sans-valeur.
C’est leur réalité.

Devoid of love no peace inside. Blinded by their manic greed.
Thoughts consumed with the thoughts of the worthless.
This is their reality.
Dépourvus d’amour pas de paix à l’intérieur. Aveuglés par leur avidité maniaque.
Les pensées consommées avec les pensées des sans-valeur.
C’est leur réalité.

I have to free myself from all this madness in my struggle to survive.
As time progresses time reveals the
answers. At last I break through the surface and come to life.
Minds filled with turmoil, nothing pacifies. Forced march down
this path of sorrow to an end that doesn’t justify.
Je dois me libérer de toute cette folie dans ma lutte pour survivre.
Comme le temps passe le temps révèle les
réponses. Enfin je parviens à la surface et viens à la vie.
Les esprits remplis de crise, rien n’apaise. Une marche forcée sur
cette voie de la douleur pour une fin qui ne se justifie pas.

Hands chained, running driven upon those that fall they tread.
Conditioned by a warped value system to not look back, just push ahead.
Lives of excess, lust and material greed. A slave to
their own desires, apathetic to those in need.
Les mains enchaînées, une course conduite en marchant sur ceux qui tombent.
Conditionnés par un système de valeurs déformé à ne pas regarder en arrière, à seulement pousser
en avant.
Des vies d’excès, la luxure et l’avidité matérielle. Esclave à
leurs propres désirs, apathique à ceux dans le besoin.

Devoid of love no peace inside. Blinded by their manic greed. Thoughts
consumed with the thoughts of the worthless.
This is their reality.
Dépourvus d’amour pas de paix à l’intérieur. Aveuglés par leur avidité maniaque. Les pensées consommées avec les pensées des sans-valeur.
C’est leur réalité.

Earth Crisis : Stand by / Wither

Voici les textes de deux chansons d’Earth Crisis, avec une consacrée au véganisme, l’autre au straight edge. La première consiste en l’affirmation de la libération animale, sans compromis, tandis que la seconde cherche à décrire l’impact de la prise d’héroïne et le combat (difficile) contre sa tyrannie.


La chanson est à 5:40.

Stand By (Se tenir là)

There will be no compromise, no more negotiating.
If you refuse to change, then you’re guilty and must be destroyed.
Thoughts of superiority, your supremist crimes must end.
You’re a demon with blood on your hands, your death will bring their freedom.
Il n’y aura pas de compromis, plus de négociations.
Si tu refuses de changer, alors tu es coupable et dois être détruit.
Les pensées de supériorité, tes crimes suprémacistes, tout cela doit prendre fin.
Tu es un démon avec du sang sur les mains, ta mort apportera leur liberté.

I can’t stand by and let the innocent die.
By opressing innocent life you’ve lost your rights so now your end is justified.
There will be no compromise, no more negotiating.
If you refuse to change, then you’re guilty and must be destroyed.
Je ne peux pas rester là et laisser l’innocent mourir.
En opprimant la vie innocente tu as perdu tes droits et ainsi désormais ta fin est justifiée.
Il n’y aura pas de compromis, plus de négociations.
Si tu refuses de changer, alors tu es coupable et dois être détruit.

Thoughts of superiority, your supremist crimes must end.
You’re a demon with blood on your hands, your death will bring their freedom.
I can’t stand by and let the innocent die.
By opressing innocent life you’ve lost your rights so now your end is justified.
Les pensées de supériorité, tes crimes suprémacistes, tout cela doit prendre fin.
Tu es un démon avec du sang sur les mains, ta mort apportera leur liberté.
Je ne peux pas rester là et laisser l’innocent mourir.
En opprimant la vie innocente tu as perdu tes droits et ainsi désormais ta fin est justifiée.

Don’t think that you’ve been given a choice.
Your actions serve as your voice.
Your selfishness destroys the earth, so you’ve left us with no other choice.
For the fetus, for the cat, for the cow, for the rat.
For innocent victims we will attack, we will attack, we will attack.
Ne pense pas qu’un choix t’a été donné.
Tes actions servent en tant que ta voix.
Ton égoïsme détruit la planète, alors tu ne nous laisses pas d’autres choix.
Pour le fœtus, pour le chat, pour la vache, pour le rat.
Pour les victimes innocentes, nous attaquerons, nous attaquerons, nous attaquerons.


La chanson est à 9:59.

Wither (Se flétrir)

Near lifeless skin stretched over a prone skeleton.
An image branded for all time within my memory.
Pursuit began seeking pleasure delivered with a price,
through an illusion of instant bliss enticed.
Une peau pratiquement sans vie tendue sur un squelette prostré.
Une image marquée pour toujours dans ma mémoire.
La quête a commencé dans la recherche du plaisir délivré avec un prix,
séduite par une illusion de bonheur instantané.

Toyed with what immediately only overpowered.
Chased the dragon
thinking that it would not turn to devour.
Steel driven into skin. Contamination forced in.
Jaws of death close together. The haze that surges must not win.
Joué de ce qui a immédiatement pris le dessus.
Ayant chassé le dragon [inhaler les vapeurs d’héroïne]
en pensant que cela n’aboutirait pas à être dévoré.
L’acier enfoncé dans la peau. La contamination forcée dans la peau.
Les mâchoires de la mort se serrant. La brume qui surgit ne doit pas gagner.

Wither. Body given to the vortex, awake in a synthetic dream.
Time and meaning fades, life drains far faster than it seems.
Drawn to the brink by thoughts of invincibility
to give into what beckons constantly.
Pulled back across the threshold.
Se flétrir. Le corps abandonné à un tourbillon, éveillé dans un rêve synthétique.
Le temps et la signification s’estompent, la vie s’épuise bien plus vite qu’il ne semble.
Porté au bord du précipice par les pensées d’invincibilité
Amené dans ce qui fait constamment signe.
Tiré vers l’arrière à travers le seuil.

Loved by the ones who helped bring salvation.
The future is in the hands of a once self-made victim.
Steel driven into skin. Contamination forced in.
Jaws of death close together. The haze that surges must not win.
Wither.
Aimé par ceux qui ont aidé à apporter le salut.
L’avenir est dans les mains de celui qui s’est amené lui-même à être une victime.
L’acier enfoncé dans la peau. La contamination forcée dans la peau.
Les mâchoires de la mort se serrant. La brume qui surgit ne doit pas gagner.
Se flétrir.

Earth Crisis – The order that shall be

Nous vivons une époque de terrible destruction, et les cinquante prochaines années vont être marquées par une guerre complète, finale, contre les couleurs bleue et verte de notre planète… A moins que l’on refuse cela.

L’humanité prend le chemin allant de la soumission de la Nature par la destruction à la destruction générale de celle-ci, emportée dans son élan anthropocentriste. Saurons-nous y faire face ?

Voici les paroles de la chanson « The order that shall be » (L’ordre qui sera) du groupe Earth Crisis.

Fuck this hell that man has made, it’s time for it to end.
Nature must endure, until death I will defend.
This fight relentless, an apostle of the order that shall be.
Nature will be left in peace, the animals set free.
Envoyons se faire foutre cet enfer que l’homme a fait, il est temps que ça finisse.
La nature doit endurer, jusqu’à la mort je vais la défendre.
Cette lutte acharnée, un apôtre de l’ordre qui doit être.
La nature sera laissée en paix, les animaux libérés.

The final end of wildlifes’ habitat destruction.
A future for species once pushed towards extinction.
Animal murderers, violators of the innocent must die for their crimes.
Driven by avarice, this world is a fucking nightmare.
Blackened skies, deforestation, poisoned seas.
La fin finale de la destruction de l’habitat de la vie sauvage.
Un avenir pour les espèces une fois poussées vers l’extinction.
Les meurtriers des animaux, les violeurs des innocents doivent mourir pour leurs crimes.
Guidé par l’avarice, ce monde est un putain de cauchemar.
Ciels noircis, la déforestation, les mers empoisonnées.

This civilisation’s price isn’t worth the fee.
Perpetrators of this madness, your right to live is gone.
Your burning bodies shall light the path to a glorious new dawn.
Le prix de cette civilisation ne vaut pas le prix.
Perpétrateurs de cette folie, votre droit de vivre a disparu.
Vos corps brûlant doivent éclairer le chemin à une nouvelle aube glorieuse.

If warnings go unheeded and pleas for mercy are ignored,
our alternative to militant resistance is a half life in a dead world.
Peace cannot exist without justice, they are one in the same.
Perpetrators of this madness, your right to live is gone.
Your burning bodies shall light the path to a glorious new dawn.
Si les avertissements restent lettre morte et les supplications ignorées,
notre alternative à la résistance militante est une demi-vie dans un monde mort.
La paix ne peut exister sans la justice, ils sont une seule et même chose.
Ceux qui perpétuent cette folie, votre droit de vivre a disparu.
Vos corps brûlant doivent éclairer le chemin à une nouvelle aube glorieuse.

Morality dictates / Situation Degenerates (Earth crisis)

Voici les paroles de deux chansons se suivant sur l’album d’Earth Crisis intitulé « Gomorrah’s Season Ends », sorti en 1996. On ne peut qu’être, comme toujours, profondément marqué par leur exigence, leur authenticité, leur caractère juste.

Être vegan straight edge, c’est un point de départ essentiel dans sa vie, pour la vie!

Morality dictates (La moralité dicte)

Crowded against one another, or penned into an artifical environment.
Unbearable loneliness, separated from their fellow creatures contact.
Entassé les uns contre les autres, ou parqués dans un environnement artificiel.
Solitude insupportable, séparés du contact des créatures qui sont leurs congénères.

Individual innocent beings, each cow, sheep, pig, goat or chicken.
Viewed as a product to processed. Raised only to be slaughtered and consumed.
Des êtres innocents individuels, chaque vache, mouton, porc, chèvre ou poulet.
Considéré comme un produit à traiter. Élevé seulement pour être abattu et consommé.

Murdered victims enshrouded with false names that deny their suffering.
Beef, mutton, pork and poultry.
Victimes assassinées enveloppées avec de faux noms qui nient leur souffrance.
Boeuf, mouton, porc et volaille.

Creatures torn and butchered only for the pettiness of the flavour of their decaying flesh.
The carnage of the slaughterhouse is all completely unnecessary for sustenance of techonologically advanced mankind.
Des créatures déchirées et massacrées uniquement pour la mesquinerie de la saveur de leur chair en décomposition.
Le carnage de l’abattoir est tout à fait inutile pour la subsistance de l’humanité technologiquement avancée.

Constantly brainwashed from the beginning to believe the opposite of this truth.
The brutality is inacceptable. I strive to end the exploitation.
Dès le départ subissant constamment le lavage de cerveau pour croire le contraire de cette vérité.
La brutalité est inacceptable. Je m’efforce de mettre fin à l’exploitation.

Morality dictates. Morality dictates. Morality dictates. Morality dictates that I live vegan.
La morale dicte. La morale dicte. La morale dicte. La morale dicte que je vive vegan.


(La chanson est à 22:24)

Situation Degenerates (La situation dégénère)

The situation degenerates. Again alcohol hits the bloodstream.
Overwhelmed by the desire to feed the
desire. Inebriation numbs the brain. Nothing changes, nothing improves.
La situation dégénère. Encore une fois l’alcool frappe le cours du sang.
Accablé par le désir de nourrir le désir.
L’ivresse engourdit le cerveau. Rien ne change, rien ne s’améliore.

Empty bottles and empty days.
The captive is pulled deeper into an aimless maze.
Wasted time passes as the walls of the vice close in.
Des bouteilles vides et des jours vides.
Le captif est tiré plus profondément dans un labyrinthe sans but.
Le temps perdu passe alors que les murs du vice se rapprochent.

Dying internal organs no longer fuction.
Judgement impaired, direction lost.
Trapped in a repeating process.
Wasted time passes as the walls of the vice close in.
Des organes internes mourant ne fonctionnent plus.
Le jugement altéré, la direction perdue.
Piégé dans un processus répétitif.
Le temps perdu passe alors que les murs du vice se rapprochent.

Dying internal organs no longer fuction.
Judgement impaired, direction lost.
Trapped in a repeating process.
The painkiller takes a life. The painkiller takes a life.
The painkiller takes a life. The painkiller takes a life.
Des organes internes mourant ne fonctionnent plus.
Le jugement altéré, la direction perdue.
Piégé dans un processus répétitif.
L’analgésique prend une vie. L’analgésique prend une vie.
L’analgésique prend une vie. L’analgésique prend une vie.

Liberator – Salvation of innocents

Nous avions il y a quelques mois présenté la bande dessinée américaine « Liberator », qui parle de l’ALF et de la libération animale.

Début mars sort une nouvelle série, liée à la sortie d’un nouvel album du groupe de musique Earth Crisis (dont nous avons traduit plusieurs chansons: Ecocide, Firestorm / forged in the flames, This is the new ethic, Eden’s demiseThe disciplineThe wrath of justice, Gomorrah season end, Destroy the machines).

C’est l’occasion de poser quelques questions à l’auteur de la bande dessinée, Matt Miner.

Comment en es-tu arrivé à écrire « Liberator » ?

J’ai été toute ma vie un fan de comics et je suis actif pour les animaux depuis une décennie, donc quand j’ai appris des choses au sujet d’hommes et de femmes dans la clandestinité pour la libération animale, j’ai pensé que cela serait un grand concept pour le média. Pour moi, les hommes et les femmes qui mettent des masques au milieu de la nuit et font des actions pour les animaux sont les super-héros de la vraie vie.

Combien de gens ont été impliqués ? Quels étaient les objectifs ?

Eh bien, dans le noyau dur de l’équipe créative… je suis l’écrivain, Javier Sanchez Aranda fait les dessins et les encres, et Joaquin Pereyra fait la coloration numérique.

A part nous, il y a la personne faisant le lettrage, un éditeur, des artistes pour la couverture et des coloristes, des artistes pour les affiches, des artistes pour les choses diverses en plus, etc. etc. Alors, avec la sortie de l’édition rassemblant les publications nous en sommes arrivés à 10 nouvelles équipes pour raconter 10 nouvelles histoires dans le monde de Liberator, et donc le volume 1 en format de poche a 50 pages de nouveau matériel fourni par tous ces autres gens. Plutôt sympa.

Les objectifs étaient de raconter une histoire amusante et convaincante sur un justicier à l’intérieur de ce monde de la libération animale. Le but n’était pas de prêcher, mais de divertir et d’inspirer.

Dans « Liberator », on peut souvent voir des références à une sorte de culture classique du milieu vegan straight edge, postpunk, avec par exemple des groupes comme Earth Crisis, Propagandhi, Minor Threat, etc. Dans quelle mesure cela a-t-il été une influence pour toi ?

J’ai grandi dans la communauté punk rock, qui est très politiquement marquée. Ainsi cela a du sens pour moi que d’avoir nos héros dans « Liberator » qui agissent également dans le même monde. Tellement de groupes punk et hardcore ont les mêmes idéaux et les mêmes vues politiques – ils parlent d’un style de vie drug free et des droits des humains et des animaux, alors c’est simplement cohérent.

Lorsqu’on voit les deux principaux protagonistes de « Liberator », on peut voir que d’un côté l’homme accorde une importance forte sur la justice et les symboles, étant vraiment sensible et accordant une valeur politique à sa propre colère. De l’autre côté, la femme pense d’une manière plus raisonnable, ne perdant jamais les animaux de vue dans ses tâches. Comment en es-tu arrivé à « opposer » ces deux figures ?

Damon était censé être plus en colère, plus réactif comme activiste, alors que Jeanette était censée être quelqu’un gardant l’esprit clair. Le fait est que Damon termine en étant moins efficace, parce qu’il laisse intervenir dans ses actions des vendettas personnels et le facteur vengeance, perdant souvent la vue d’ensemble.

Je vois beaucoup ce type de pose macho dans le mouvement pour les droits des animaux, et ce n’est pas une chose dont je suis fan.

A la fin de Liberator, il y a toujours plusieurs articles au sujet des droits des animaux et des activistes. Peux-tu nous en parler ?

Je voulais être certain que la bande dessinée n’était pas du type sermonneur, qu’il s’agissait d’une histoire sympa dont tout le monde pourrait profiter. De l’autre côté, les problématiques posées dans le livre sont celles qui me tiennent à cœur ; j’ai donc passé des coups de fil à des amis et des figures au sein du mouvement pour faire ces articles, afin que les personnes lisant la bande dessinée soient en mesure, si elles veulent, d’en savoir plus sur cela.

Parlons d’une critique qui pourrait être faite. Quelle réponse ferais-tu à des gens disant que « Liberator » fait la promotion d’un romantisme individuel par la consommation personnelle de « l’art », et que c’est finalement une auto-célébration d’un milieu culturel sans aucune volonté de transformer la société ?

Je dirais que je reçois des emails tout le temps de la part de gens inspirés par le livre et désireux de passer à l’action. Des gens sont devenus végétariens ou végans, des gens ont commencé à devenir volontaires pour les refuges et des gens ont adopté des animaux sauvés des laboratoires, parce qu’ils ressentaient le besoin de faire quelque chose après avoir lu les bandes dessinées.

Des jeunes m’ont mailé, disant qu’ils voulaient s’impliquer dans les droits des animaux lorsqu’ils seraient plus âgés – c’est incroyable ! « Liberator » ne va pas changer le monde, mais pour le chien ou le lapin dont le sauvetage est inspiré par la bande dessinée, cela signifie tout.

Quel est le futur de « Liberator » ? Parle nous du projet avec Earth Crisis !

Les prochaines séries sont une collaboration avec Earth Crisis et cela raconte l’histoire qu’on retrouve dans leur nouvel album concept, « Salvation of the Innocents ». Earth Crisis a pris contact avec moi et m’a demandé si je voulais faire une bande dessinée avec eux et naturellement la réponse a été immédiatement oui.

La nouvelle série, appelée Liberator / Earth Crisis : Salvation of Innocents (« Sauvetage des innocents »), introduira un nouveau personnage et toute une nouvelle gamme de problèmes pour le monde de Liberator. J’ai hâte de voir cela sortir !

Pour le futur, nos personnages vont continuer – et de nouvelles histoires seront racontées, mais ils vont changer et évoluer, afin que cela soit différent et très sympa.

Earth Crisis: Firestorm – Forged in the flames

La Terre d’abord n’est pas porté par des gens qui seraient vegans, et également straight edge. Notre culture est vegan straight edge, un tout indissociable car la vie est belle et vaut la peine d’être vécue et protégée, par une démarche révolutionnaire de confrontation.

Dans cette société, la corruption morale est une règle, car le capitalisme exige la souplesse des esprits et la rigidité des habitudes, mais nous pensons qu’il est possible de se forger dans la bataille avec l’exploitation des animaux et la destruction de la Nature. Nous nous forgeons, nous nous corrigeons, car c’est d’une vraie bataille qu’il s’agit, d’une ligne de front!

Voici en illustration la grande chanson classique du groupe Earth Crisis: Firestorm / Forged in the flames (Tempête de feu / Forgé dans les flammes), datant de 1993, qui a une très grande importance historique dans la genèse du mouvement vegan straight edge, pour la libération animale et la libération de la Terre.

Street by street. Block by block. Taking it all back.
The youth’s immersed in poison–turn the tide counterattack.
Rue par rue. Bloc par bloc. Reprenant le tout.
La jeunesse immergée dans le poison – contrer le courant, dans une contre-attaque

Violence against violence, let the roundups begin.
A firestorm to purify the bane that society drowns in.
Violence contre violence, commençons les rassemblements.
Une tempête de feu pour purifier le drame où étouffe la société.

No mercy, no exceptions, a declaration of total war.
The innocents’ defense is the reason it’s waged for.
Pas de pitié, pas d’exceptions, une déclaration de guerre totale.
La défense de l’innocent est la raison pour laquelle la bataille est engagée.

Born addicted, beaten and neglected. Families torn apart, detroyed and abandoned.
Children sell their bodies, from their high they fall to drown.
Né dépendant, battu et négligé. Les familles divisées, détruites et abandonnées.
Les enfants vendent leurs corps, de leur hauteur ils tombent pour se noyer.

Demons crazed by greed cut bystanders down.
A chemically tainted welfare generation.
Les démons plein d’engouement par leur avidité abattent les spectateurs.
Une génération du bien-être corrompue chimiquement.

Abslolute complete moral degeneration.
Born addicted, beaten and neglected.
La dégénérescence morale absolue et complète.
Né dépendant, battu et négligé.

Families torn apart, detroyed and abandoned.
Children sell their bodies, from their high they fall to drown.
Les familles divisées, détruites et abandonnées.
Les enfants vendent leurs corps, de leur hauteur ils tombent pour se noyer.

Demons crazed by greed cut bystanders down.
Corrupt politicans, corrupt enforcement, drug lords and dealers; all must fall.
Les démons plein d’engouement par leur avidité abattent les spectateurs.
Les politiciens corrompus, les représentants de la loi corrompus, les barons de la drogue et les dealers, tous doivent être mis à bas.

The helpless are crying out.
We have risen to their call. A firestorm to purify.
Les sans défense crient.
Nous prenons notre essor dans leur appel. Une tempête de feu pour purifier.

XXX

Forged in the flames of chaos
Hammered by trials to tempered steel
Forgé dans les flammes du chaos
Martelé, par des essais, en acier trempé

Convictions, tried and tested, onto a razor’s edge, that’s true and real
Wrought between the hammer and the anvil, strengthened to never break
Des convictions, essayées et éprouvées, en un fil de rasoir, qui est vrai et réel
Ouvragé entre le marteau et l’enclume, renforcé pour ne jamais se briser

The weakness that surrounds is the evil that I forsake
Never have I taken in vain the sacred vessel of my soul
La faiblesse qui entoure est le mal que j’abandonne
Jamais je n’ai pris en vain le vaisseau sacré de mon esprit

I am the master of my faith, my destiny I control
Nobility lies in actions, corrections where once was wrong
Je suis le maître de ma croyance, je contrôle ma destinée
La noblesse repose dans les actions, les corrections de ce qui a été faux

Ascension from evil with a heart that’s true and strong
Through this veil of shadows, the light of truth is my only guide
L’ascension depuis le mal, avec un coeur qui est vrai et fort
A travers ce voile d’ombres, la lumière de la vérité est mon seul guide

A knight unyielding
To the X I’m crucified.
Un chevalier inflexible
Au X je suis crucifié.

Interview d’Earth Crisis

Voici la traduction d’une interview de Karl Buechner, chanteur d’Earth Crisis, faite il y a peu par l’une des principales revues allemandes consacrées au hardcore, metal, etc. (Fuze magazine), à l’occasion de la sortie du nouvel album.

Les thèmes du nouvel album sont la justice par soi-même et l’auto-défense, une idée dont est convaincue Earth Crisis depuis longtemps. La chanson « Firestorm » avait déjà à ce sujet provoqué de chaudes discussions dans les années 1990.

Nous n’avons jamais en tant que groupe dit quelque chose afin de provoquer une controverse. Des chansons comme « Firestorm » ou « Ultramilitance » racontent de véritables luttes, que ce soit le Front de Libération Animale ou bien l’auto-défense face aux dealers.

Dans les médias, il n’est pas parlé de cela, ou bien de manière faussée.

Tout le monde connaît aujourd’hui des serial killers comme John Wayne Gacy ou Jeffrey Dahmer. Avec les médias, leurs crimes sont connus, voire populaire.

Nous trouvons étrange qu’il n’y ait par contre quasiment pas de compte-rendu sur l’auto-défense et des gens qui se défendent eux, et défendent des autres, par tous les moyens. Des gens comme Bernhard Goetz ou Peter Young.

Nous avons donc effectué des recherches et sommes tombés sur des exemples, ou encore des groupes, qui ont tenté de se protéger, eux et leurs communautés, face aux cartels de la drogue.

On pourrait parler de soulèvements populaires contre le trafic de drogue, comme celui contre le cartel de Medellin.

Ou bien encore ce qu’a réalisé dans les années 60 et 70 le Black Panther Party for Self-Defense… Nous considérons ces gens comme des héros.

Justement, dans le cas de Bernhard Goetz, il y a des opinions divergentes. On lui a reproché son racisme, et a priori il a clairement sur-réagi.

Il y a toujours deux aspects. A mes yeux, son action dans une telle situation menaçante en fait une héros. Il n’est pas une figure surhumaine de cartoon comme le Punisseur [un personnage de BD].

On doit penser que les gens sur lesquels il a tiré voulait le tuer afin de se procurer l’argent qu’il avait sur lui. Ils avaient déjà été condamnés auparavant, ont survécu aux tirs, et ont de nouveau été arrêté par la suite, pour des affaires de drogues, des attaques et des viols.

Il s’agissait de personnes avec une véritable carrière de criminels, agissant violemment contre des personnes innocentes.

Est-ce que le fait de s’armer et de faire soi-même justice est justifié, et dans des époques troublées sur le plan économique, encore plus nécessaire?

Je pense que la police n’est pas corrompue dans la plupart des régions des États-Unis et d’Europe de l’ouest, et qu’elle fait ce qui est en son pouvoir pour protéger les citoyens. Malheureusement, ce n’est pas partout ainsi.

Naturellement, on doit faire une différence entre les gens qui deviennent criminels afin de ne pas mourir de faim, et ceux qui tuent par appât du gain, avec les armes et le poison qu’ils diffusent.

Il y a une grande différence entre une vol en raison de la faim et la culture violente des gangs.

Dans la chanson « The eradicators » est décrit l’attaque d’un hélicoptère, comme on en connaît dans la guerre entre les USA et les cartels de la drogue en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Est-ce qu’il y a une différence morale entre les mesures officielles et la protection privée du voisinage, telle qu’elle est décrite?

Naturellement, ce qui compte plus c’est lorsque les gens mettent leur propre sécurité en jeu, afin de ne pas devenir des victimes et de protéger leur prochain.

Dans certaines situations et dans certaines parties du monde, il n’y a pas d’autres possibilités. C’est un choix individuel que de considérer qu’à tel moment, il faut prendre ses droits entre ses propres mains.

Est-ce que Earth Crisis ne se consacre pas trop aux symptômes, comme la criminalité et le trafic de drogues, alors que les causes en fait de toutes ces mauvaises choses se situent ailleurs, par exemple dans la pauvreté et les inégalités?

Le petit vendeur de drogues du coin n’est en effet que le produit de l’ordre politique et social.

Je pense absolument que cela est juste. Peut-être que la guerre contre les drogues pourraient être gagnée, s’il y avait la volonté politique.

Mais cela n’arrive pas, et nous nous consacrons à comprendre les effets fatals pour la société humaine de drogues comme le Crystal Meth ou le PCP, et à la nécessaire résistance contre cela.

C’est de cela dont parle « Neutralize the threat », de la justice.

La planète Terre semble se diriger vers des crises toujours plus grandes. La dernière chanson de l’album, « Raze », décrit justement une image sombre, avec des allusions aux catastrophes biologiques, atomiques et cosmiques. Aujourd’hui plus que jamais on parle de durabilité, est-ce que ce n’est que du bla-bla?

La plupart des gens sont fondamentalement bons! Et plus intelligents qu’on ne le pense, même si souvent ils n’agissent que pour leurs propres intérêts.

Je ne m’attends pas à une fin catastrophique. Nous nous situons dans une période de transition.

Il y a beaucoup de mouvement autour de thèmes comme les droits des travailleurs, le rapport aux animaux ou les énergies alternatives. Absolument personne ne veut vivre dans un monde détruit.

Les gens sont inventifs, et déjà beaucoup de choses ont changé – rien que la popularité grandissante de l’alimentation végane et végétarienne!

Il est vrai que les monopoles disposent encore de l’argent pour créer des opinions, mais les gens commencent à voir au-delà de cette propagande. En tout cas, c’est mon espoir.

Earth Crisis – La disparition de l’Eden

Texte de la chanson d’Earth Crisis, « Edens Demise » (La disparition de l’Eden).

Edens Demise
Poisoned tears fall from a corroding sky down
to a tortured earth that’s been left to die.
The oceans diseased, the stricken lands decay.
Disparition de l’Eden
Les larmes empoisonnées tombent du ciel corrosif
sur une planète torturée qui a été abandonnée à la mort.
Les océans malades, les terres sinistrées décadant.

Mankind’s supremist mentality has set this world ablaze.
Nature’s plan forever altered,
animals lost to extinction.
La mentalité suprémaciste de l’humanité a incendié ce monde.
Le plan de la nature altéré pour toujours,
des animaux perdus dans l’extinction.

This society based on greed fuels the onslaught of destruction.
The circle of death ends with the instigators victimized.
The means to quench a selfish lust brings eden’s demise.
Cette société fondée sur l’avidité nourrit l’assaut de la destruction.
Le cercle de la mort se termine avec les instigateurs devenus victimes.
Les moyens pour assouvir le plaisir égoïste provoquent la disparition de l’Eden
.

Mass-murder, demonic cruelty. Absolute fascism.
To end the enslavement and slaughter,
the antidote is veganism.
Le meurtre en masse, la cruauté démoniaque. Le fascisme absolu.
En terminer avec l’esclavage et le massacre,
l’antidote est le véganisme.

Don’t let your outrage for injustice ends where your selfishness begins.
I have conquered through selfcontrol, together we can win.
Respect for nature and innocent life,
the end of human over human oppression.
Ne laisse pas ton indignation pour l’injustice terminer là où commence ton égoïsme.
J’ai conquis par le self-control, ensemble nous pouvons gagner.
Le respect pour la nature et la vie innocente,
la fin de l’oppression de l’humain sur l’humain.

A peaceful world can evolve after animal liberation.
To persist with what is immoral is illogical.
Un monde pacifié peut s’élaborer après la libération animale.
Persister dans ce qui est immoral est illogique.

There’s no excuse for violence against nature
or for the innocent to be killed.
I see so much sickness. The enemy surrounds.
I see so much sickness.
I fear what the future holds.
Il n’y a pas d’excuse pour la violence contre la nature
ou pour la mort de l’innocent.
Je vois tellement de folie. L’ennemi est partout.
Je vois tellement de folie.
Je crains ce que le futur réserve.

I have hope that the point of no return has not yet been passed.
These are the final moments. Sand pours from a broken hourglass.
J’ai l’espoir que le point de non-retour n’a pas été atteint.
Ce sont les derniers moments. Le sable coule d’un sablier brisé.

Jouets de Noël, exploitation animale et Playmobil

Noël est passé, et il n’est pas étonnant que dans une fête de la consommation, on retrouve les valeurs qu’on a dans la production. Pour parler plus clairement: les jouets reflètent les valeurs dominantes. Faisons un tour dans une petite galerie des horreurs.

Tout d’abord, la technologie aidant, voici « duck hunter » (le chasseur de canards). Un canard mécanique – électronique vole et on tire dessus avec un pistolet muni d’un faisceau laser indiquant si on l’a touché, ou pas. On peut voir ici une vidéo de démonstration (en lien à côté on trouve de nombreuses autres vidéos).

Dans un même genre, voici des « rats » télécommandés, ayant comme but de faire peur. Dans la présentation on apprend qu’il « peut se déplacer rapidement dans toutes les directions comme un vrai »… et que « ses yeux deviennent rouges »…

Voici un autre « rat » télécommandé. Voici la description du « produit »:

Ce rat télécommandé est garantit de rendre vos animaux fous! Observez et regardez votre chat chasser et attaquer ce rongeur diabolique!

Les yeux de ce rat télécommandé s`allument pendant qu`il court et qu`il tourne avec la touche d`un bouton. Vous pouvez contrôler chacun de ses petits mouvements à distance avec la télécommande combiné. Ayez beaucoup d`amusement en regardant les gens sauter, crier, grimper sur leur bureau pendant que vous le faites courir dans les parages.

Caractéristiques : ? Parfait cadeau de gag pour faire peur a vos amis, Le rat RC a des yeux qui s`allument pendant qu`il court

Dans un registre plus simple sur le plan technique, et destiné à des enfants bien plus jeunes, voici… les fameuses « machines de mort jaunes » qu’une chanson d’Earth Crisis appelle à détruire.

Rappelons ici le passage de la chanson en parlant (le texte en entier étant là):

De nouveaux ponts, de nouvelles routes et de nouveaux barrages
pavent la voie pour le développement contre ce qui reste de la nature sauvage.
Tout cela doit être empêché à l’avance ou bien détruit pour que durent les terres sauvages.

Luttant pour sauver les animaux. Leur liberté est notre paix.
Pour la préservation de leurs habitats, pour que cesse la violence contre eux.
La libération de la Terre par l’écodéfense. Stopper cette folie consistant en l’avancée des machines de mort jaunes

Notons d’ailleurs que Playmobil n’est pas en reste…

Playmobil étant une marque très connue et ayant un grand succès, attardons nous sur leur production. Il est bien connu que les enfants aiment les animaux, n’étant pas encore contaminé par l’idéologie dominante. Cela se reflète justement dans la production de Playmobil.

Ainsi, dans la section « La vie dans la savane », on trouve un Centre de soins pour animaux sauvage, un poste d’observation avec des animaux de la savane… et il est vrai que les deux braconniers disponibles ont clairement une sale tête de « méchant. »

Mais on trouve également des pilotes à moto sur une piste de rallye… Dans les jouets Playmobil, les animaux sont là pour les enfants, mais s’insèrent en pratique dans un environnement totalement au service de l’humanité. On trouvera des animaux « sympathiques », mais choisis uniquement pour servir de décor (jusqu’au « pittoresque », avec des hyènes et un vautour autour d’un squelette).

Pour preuve, la grande présence du cirque et du zoo, dont voici des images parlant d’elles-mêmes.

On pourra arguer qu’il s’agit là uniquement de phénomènes connus des enfants, par l’intermédiaire de leurs parents. Raisonner ainsi est faux, comme le montrent les images suivantes, présentant très clairement l’exploitation animale dans son sens industriel (mais, évidemment, sans les abattoirs, et toujours à « petite échelle »). Ajoutons y d’ailleurs l’exploitation de la forêt, qui va avec dans la logique de subordination de la nature.

Cette dernière image est censée être une ferme… On voit la propension à l’idéalisation.

Les enfants aimant les animaux, ces derniers sont présents, mais strictement encadrés par les activités humaines, et servant uniquement de décor. Même dans la série « clinique vétérinaire » les animaux sont clairement là pour les loisirs, alors que le vétérinaire roule… en 4×4.

On ne sera pas étonné donc, là où on a un 4×4 dominateur, d’avoir des chevaux…

Les jouets de Noël – les jouets en général même – reflètent les valeurs dominantes, mais ils contribuent également à ce que ces valeurs soient inculquées dès le plus jeune âge… C’est quelque chose dont il faut avoir conscience, afin de pouvoir critiquer dans son entourage ces vecteurs d’exploitation animale et de destruction de la nature!

Du nouveau sur Walter Bond, et quelques réflexions

Voici les dernières nouvelles concernant l’arrestation de Walter Bond pour des incendies au nom de l’ALF alors que les nouvelles de son arrestation sont prétextes aux USA à de nombreux articles et reportages sur les chaînes de télévision (voir par exemple ici).

La première chose qui a marqué est que le groupe Earth Crisis, qui est une si ce n’est la figure principale de la scène musicale de hardcore vegan straight edge aux USA, a fait récemment une chanson sur l’incendie par Walter Bond d’un laboratoire de drogue (pour rappel : le clip est ici et notre interview de Walter Bond est là).

L’arrestation de Walter Bond est ainsi prétexte pour les médias à un aperçu sur la scène vegan radicale et ses revendications.

Ceci va évidemment de pair avec une tentative de ridiculisation. Certains médias affirment ainsi que Walter Edmund Bond avait, juste avant son arrestation… mangé deux hamburgers non vegan. Cela est naturellement prétexte à de nombreuses moqueries anti-vegan allant de pair avec celles sur le physique de Walter Bond. On reconnaît bien ici la culture beauf et son sens des priorités.

Plus sérieusement (même si ce genre de propagande fait évidemment du mal, surtout chez les hommes en raison de la dimension patriarcale), l’office de presse nord-américain de la libération animale a exprimé sa solidarité.

Son porte-parole Jerry Vlasak (qui a été interdit de rentrer en Grande-Bretagne pour participer à une conférence de SHAC) a déclaré : « S’il est celui qu’il prétend et s’il est à l’origine de l’incendie, nous le soutenons et pensons que c’est quelque de très bien. Il y a plein d’exemples de cas où de telles actions ont été menées et nous avons eu des résultats concrets, à l’opposé du lobbying au congrès et des lettres envoyées aux rédactions. Quand vous mesurez ce genre d’actions par rapport aux autres options, cela a montré qu’il s’agissait d’une des voies les plus porteuses pour amener les choses à changer. »

On a appris également que la personne qui a donné Walter Bond au FBI va obtenir 25.000 dollars de récompense. Cette personne est appelée CI-01 par le FBI, qui ne révèle ainsi ni son nom, ni même s’il s’agit d’un homme ou d’une femme (on peut lire ici le rapport de l’agent du FBI concernant l’arrestation).

Il n’est cependant pas difficile de penser que tout cela sent la fuite en avant. Rien que par le fait que, si Walter Bond a agi seul, ce qui semble être le cas (les actions étant signées « loup solitaire » par ailleurs), alors c’est la première fois que des actions de l’ALF sont menées en solitaire de manière revendiquée.

Il faut bien entendu attendre que Walter Bond s’exprime, et il le fera certainement, notamment sur cette question des prétendus hamburgers. Pour autant, il est dans l’ordre des choses que tout cela n’est, finalement, pas très constructif, ni même très clair finalement.

La morale, à elle seule, ne suffit pas à faire une stratégie pour la libération animale. Bien entendu, c’est toujours mieux que ceux qui se placent sur le terrain du « droit », des réformes, etc. qui eux n’arrivent à rien concrètement.

Mais il est évident que pour qu’un mouvement vegan se développe, il y a besoin d’un substrat, d’une culture. Prenons par exemple cette photo d’un stand de SHAC.

Il n’est pas difficile de voir que si en Angleterre le mot d’ordre est que « l’action compte, pas les mots », il y a quand même derrière énormément de mots, énormément de discussions, de débats, de réflexions…

Le tout rentre dans une culture globale, qui permet d’avancer dans la société. N’est-ce pas de cela dont nous avons besoin ?

Nous pensons que si, voilà pourquoi LTD aborde de très de nombreux thèmes, toujours à partir du prisme de la libération animale et de la libération de la Terre. Plus il y aura de gens à faire cela, plus une nouvelle culture grandira.

La question n’est pas de se fonder sur un esprit de réformes, pour aller dans une perspective très lointaine à la libération animale. La question est de commencer tout de suite à faire vivre l’esprit de la libération animale, et de contribuer à cette culture, pas à pas.

Walter Bond est malheureusement coupé de ce genre de démarche, parce qu’il voulait relancer abstraitement un mouvement hardline, qui se serait appelé vegan hardline. C’est honorable, malheureusement les résultats sont ce qu’ils sont et étaient prévisibles, car la démarche était unilatérale.

Naturellement, il faut prendre en compte les situations locales, les particularités, etc. et il ne s’agit pas de critiquer Walter Bond en particulier. Surtout vue sa situation! Non, il s’agit juste de voir de quoi on a besoin.

D’ailleurs, soulignons qu’en France on également a besoin de principes fermes et de refus du libéralisme. Sinon on en arrive à des situations où quelqu’un peut considérer que regarder précisément la liste des ingrédients d’un produit est trop « fatiguant », où quelqu’un peut se dire vegan « pour toujours » pour finalement terminer rapidement omnivore sans l’assumer, etc.

Finalement, que manque-t-il en France pour que la libération animale grandisse ? De la culture, de la fermeté et de la continuité.

Voici pour finir l’adresse de Walter Bond (les activistes aux USA n’ont pas réussi à savoir où il était emprisonné pendant cinq jours):

Walter Edmund Bond
PO Box 16700
Golden, CO 80402-6700
USA

Il n’est pas possible de lui envoyer des revues ou des livres, et rappelons évidemment que son courrier sera contrôlé de très près par le FBI. Il encourt une peine de 20 ans de prison.

Walter Bond a été arrêté 

Parmi les interviews que nous avons faites et mises en ligne, il y a celle de l’américain Walter Bond. Nous n’avons alors pas mentionné son nom, mais c’était lui qui, âgé d’un peu plus de 20 ans, avait incendié un laboratoire de drogues de type méthamphétamine, une drogue extrêmement puissante très répandue aux États-Unis.

Son acte avait été motivé car son frère était tombé dans la dépendance à cause du dealer possédant le laboratoire ; sa mère était également droguée et son père alcoolique. Walter a passé quatre années de prison pour cela, et le groupe de hardcore Earth Crisis a fait une chanson à ce sujet pour saluer son acte (voir le clip).

Walter est vegan straight edge et a travaillé par la suite dans un sanctuaire pour animaux ; il vient de se faire arrêter pour au moins un incendie.

Le FBI considère que Walter est à l’origine de l’incendie d’une usine de peaux de moutons à Denver dans le Colorado (500.000 dollars de dégâts), mais aussi de l’usine de cuirs Tandy, dans l’Utah, et du restaurant Tiburon spécialisé dans le foie gras.

Walter a apparemment été dénoncé par une personne qui a informé le FBI de ses activités ; le FBI a ensuite monté une rencontre entre l’informateur et Walter, enregistrant la conversation afin d’obtenir des preuves.

Le FBI affirme avoir trouvé sur Walter lors de son arrestation le document « Declaration of War – Killing People to Save Animals and the Environment. »

Cela peut très bien être un montage de la police, mais Walter était connu pour ses opinions radicales et était en train de chercher à relancer le mouvement hardline (la véritable scène, pas les gens d’extrême-droite ayant volé le terme depuis quelques années en Russie).

Le document en question date justement du début des années 1990 et est un « classique » de la scène hardline et de celle autour de l’ALF ; il reflète le point de vue d’anciens activistes de l’ALF posant la question de la nécessité de la lutte armée.

Earth Crisis, texte de la chanson Forged in the flames

Voici les paroles de la chanson « Forged in the flames », qui est en fait la suite de « Firestorm » (on peut en écouter une version ici).

Forged in the flames of chaos
Hammered by trials to tempered steel
Forgé dans les flammes du chaos
Martelé, par des essais, en acier trempé

Convictions, tried and tested, onto a razor’s edge, that’s true and real
Wrought between the hammer and the anvil, strengthened to never break
Des convictions, essayées et éprouvées, en un fil du rasoir, qui est vrai et réel
Ouvragé entre le marteau et l’enclume, renforcé pour ne jamais se briser

The weakness that surrounds is the evil that I forsake
Never have I taken in vain the sacred vessel of my soul
La faiblesse qui entoure est le mal que j’abandonne
Jamais je n’ai pris en vain le vaisseau sacré de mon esprit

I am the master of my faith, my destiny I control
Nobility lies in actions, corrections where once was wrong
Je suis le maître de ma croyance, je contrôle ma destinée
La noblesse repose dans les actions, les corrections de ce qui a été faux

Ascension from evil with a heart that’s true and strong
Through this veil of shadows, the light of truth is my only guide
L’ascension depuis le mal, avec un coeur qui est vrai et fort
A travers de voile d’ombres, la lumière de la vérité est mon seul guide

A knight unyielding
To the X I’m crucified.
Un chevalier inflexible
Au X je suis crucifié.

Paroles de la chanson d’Earth Crisis « This is the new ethic »

Ceci est la nouvelle éthique.

La vie des animaux leur appartient et méritent le respect.

Rejetez le mensonge anthropocentrique maintenant la hiérarchie oppressante de l’humanité sur les animaux. Il est temps de leur donner la liberté. Leurs vies réduites en biomachines dans les usines, les fermes et les laboratoires.

Les produits laitiers, oeufs et viande, fourrure, suède, laine, cuir, sont les produits finis de la torture, du confinement et du meurtre.

Je renonce à leur utilisation par respect pour toute vie innocente.

La vie sauvage a le droit de vivre en paix dans son environnement naturel sans une interférence de la civilisation qui ne peut pas être plus longtemps niée.

Qui ne doit pas être plus longtemps nié.

Pour faire une civilisation digne de ce mot la cruauté doit cesser, en commençant par nos propres vies.

Rejetez le mensonge anthropocentrique maintenant la hiérarchie oppressante de l’humanité sur les animaux. Il est temps de leur donner la liberté.

Le véganisme est l’essence de la compassion et d’une vie pacifique.

Les animaux ne sont pas notres afin d’être abusé ou dominé. Je renonce à leur utilisation par respect… Je renonce à leur utilisation par respect…

Je renonce à leur utilisation par respect pour toute vie innocente.

Paroles de « Firestorm », chanson d’Earth Crisis

Rue par rue. Bloc par bloc. Reprenant le tout.
La jeunesse immergée dans le poison – contrer le courant, dans une contre-attaque
Violence contre violence, commençons les rassemblements.
Une tempête de feu pour purifier le drame où étouffe la société. Pas de pitié,
pas d’exceptions, une déclaration de guerre totale.
La défense de l’innocent est la raison pour laquelle la bataille est engagée.
Né dépendant, battu et négligé. Les familles divisées, détruites et abandonnées.
Les enfants vendent leurs corps, de leur hauteur ils tombent pour se noyer.
Les démons plein d’engouement par leur avidité abattent les spectateurs.
Une génération du bien-être corrompue chimiquement.
La dégénérescence morale absolue et complète.
La défense de l’innocent est la raison pour laquelle la bataille est engagée.
Né dépendant, battu et négligé. Les familles divisées, détruites et abandonnées.
Les démons plein d’engouement par leur avidité abattent les spectateurs.
Les politiciens corrompus, les représentants de la loi corrompus, les barons de la drogue et
les dealers, tous doivent être mis à bas. Les sans défense crient.
Nous prenons notre essor dans leur appel. Une tempête de feu pour purifier.

Earth Crisis – Discipline / Deliverance

Voici la traduction française des paroles des chansons « The Discipline » et « Deliverance » d’Earth Crisis.

Straight edge – the discipline.
The key to selfliberation is abstinence from the destructive escapism of intoxication.
Straight edge – la discipline. La clef de la libération de soi est l’abstinence de l’évasion destructrice par l’intoxication.

I separate from the poison – a mindlessness I’ve always abhored.
Usage will only increase the pain, a truth I constantly see ignored.
The pollutants that kill the body breed apathy within the mind.
Je me sépare du poison – une folie irréfléchie que j’ai toujours abhorré.
L’usage agrandira seulement la douleur, une vérité que je vois constamment ignoré.
Les polluants qui tuent le corps élève l’apathie au sein de l’esprit.

The substances that once brought release in the end will always confine.
From drug-clouded lungs and veins motviation dissipates.
Imprisoned within addiction, abuse increases until death overtakes.
Enslaved by concupiscence, promiscuity leads to despair.
Victims used and abandoned by liars who professed to care.
Les substances qui une fois ont amené le soulagement à la fin resteront toujours confinés.
Depuis les poumons aux nuages de fumée aux veines, la motivation se dissipe,
emprisonnée au sein de l’addiction, l’abus augmente jusqu’à ce que ce que la mort prenne le dessus.
Rendue esclave par la concupiscence, la promiscuité amène au désespoir,
les victimes usées et abandonnées par des menteurs qui prétendaient se soucier.

Self-exiled from their insanity.
Striving to attain higher levels of purity. The beauty in life is mine to know.
Amidst the ruin I survive. I’ve got to stay free.
Damage everywhere – infections at every turn.
Through my refusal to partake I saved myself. Abstinence was the beginning.
Un auto-exil de leur aliénation.
S’efforçant d’atteindre des niveaux plus élevés de pureté. La beauté dans la vie, à moi de la connaître.
Au milieu des ruines je survis.Je dois rester libre.
Les dommages partout – les infections à chaque coin.
Par mon refus de prendre part je me suis sauvé. L’abstinence a été le commencement.

What’s important is what’s done with the freedom step by step I overcome.
Alone I climb the staircase to edification.
Ce qui est important est ce qui est fait avec la liberté, pas à pas je surmonte.
Seul je grimpe les escaliers de l’édification.

From birth an existence of agony begins that ends with execution.
Intentionally infected with diseases to then try to find cures for humans.
Fractured skulls, broken bones, scalded flesh and blinded eyes.
For medical research and cosmetic testing animals suffer and die.
Walls conceal the tortured victims of vivisection.
Nothing of value can be gained for science or medicine when the price is a helpless animal’s life.
An animal becomes a subject – their pain a mere reaction.
La délivrance. Depuis la naissance une existence d’agonie commence qui finit par l’exécution.
Infecté de manière intentionnelle par des maladies pour ensuite essayer de trouver des remèdes pour les humains.
Crânes fracassés, os brisés, peaux brûlés et yeux rendus aveugles.
Pour la recherche médicale et les tests de cosmétiques, les animaux souffrent et meurent.
Les murs dissimulent les victimes torturées de la vivisection.
Rien de valeur ne peut être obtenu pour la science ou la médecine quand le prix est celui de la vie
d’un animal sans défense.
Un animal devient un sujet – sa souffrance une simple réaction.

Harmless testing alternatives ignored – they refuse to end their profit system.
The suffering benefits mankind – the excuse for demented scientists whose brutalization of the innocent denegrates humanity’s existance.
When education and peaceful protest can’t bring their liberation the strategy for their rescue changes into militant intervention.
Every action has an impact. Every life saved is a victory.
The truth known by the caring few who wage guerilla warfare to end this atrocity.
Severed locks, doors wrenched from hinges, the animals deliverance from torment and captivity.
Vivisectionists dragged into the street and shot as flames engulf the laboratory.
Justice’s hammer falls again and again until it ends when the price is a helpless animal’s life.
Les alternatives de tests inoffensifs ignorés – ils refusent de mettre un terme à leur système de profit.
La souffrance bénéficie à l’humanité – leur excuse pour les scientifiques déments dont la brutalisation de l’innocent amène la dégénérescence de l’existence de l’humanité.
Quand l’éducation et la protestation pacifique ne peut pas amener leur libération,
la stratégie pour leur sauvetage change en l’intervention militante.
Toute action a un impact. Toute vie sauvée est une victoire.
La vérité sue par le peu qui se préoccupent et qui mènent la guerre de guérilla pour en finir avec cette atrocité.
Les cadenas brisés, les portes arrachées à leurs charnières,
la délivrance pour les animaux de leur tourment et leur captivité.
Les vivisecteurs traînés jusque dans la rue et se faisant fusiller alors que les flammes engloutissent le laboratoire.
Le marteau de la justice tombe encore et encore jusqu’à la fin
lorsque le prix est la vie d’un animal sans défense.

Earth Crisis

Le groupe de musique Earth Crisis a joué un grand rôle pour la mise en avant du mode de vie Vegan Straight Edge, durant toutes les années 1990. Récemment reformé et toujours aussi revendicatif, le groupe sera en concert à Paris le 15 septembre! Gageons qu’y seront beaucoup de Vegan Straight Edge de France appréciant le hardcore / metal.

Une chronique du dernier album se trouve ici; sur LTD on peut trouver les traductions en français de plusieurs de leurs chansons, qui montrent le ton (All Out War, Ultramilitance, New Ethic, ainsi que le document Il y a une guerre) et l’engagement pour la libération de la Planète et des animaux!

La page dédiée à la tournée est ici; pour écouter quelques chansons d’Earth Crisis on peut aller sur leur site. Il y a également une vidéo d’une chanson du nouvel album. (To ashes, avec la mise en avant de la lutte contre la drogue).

On notera la chanson phare de l’album, To the death (Jusqu’à la mort):

Je me désengage de la machine de mort

Wagon de marchandises, parc à « bestiaux » – le sol du meurtre

Décapité dans l’abattoir

Prendre part souffrir la conséquences

Arrogance anthropocentrique

A la lumière

Des jours d’agonie passent

Enfermés, enchaînés ou tatoués

Au-dessus du sol les fils de fer barbelés

Tout droit fondamental nié

Même la liberté de mouvement

Folie inévitable

Domine chaque moment

Vegan pour la vie

Vegan… jusqu’à la mort!

On remarquera évidemment l’allusion aux camps de la mort nazis. On notera à ce sujet que le blog de l’action antifasciste consacré à la « minorité nationale juive » Hapoel consacre de nombreux articles à la libération animale.

A bon entendeur salut pour les inévitables détracteurs du rapprochement entre la situation animale et les camps de la mort nazi.

! בשר זה רצח

Bassar zeh retza’h!

La viande, c’est du meurtre!

http://laterredabord.fr/articles1/newethic.html