• Mouvement des « gilets jaunes » et écologie
    Un pdf sur les gilets jaunes

45 chiens enfermés sans nourriture

Voici un article datant d’il y a quelques jours, mais qui est très représentatif de la situation actuelle, qui ne fait qu’empirer. Avec le développement de l’individualisme et du chacun pour soi, avec le règne de la marchandise, les animaux subissent de plus en plus des velléités d’exploitation.

On notera que le propriétaire de l’élevage dont il est question dans l’article est un médecin. L’argument comme quoi “les gens sont idiots” ou “méchants” etc. ne tient pas: l’utilisation des animaux vient du principe d’exploitation, et il n’est donc pas étonnant de voir que les exploiteurs se retrouvent logiquement dans les classes sociales en haut de l’échelle…

Encore une histoire mettant en cause la maltraitance envers des animaux ! Mercredi à Perpignan, en se rendant à l’avenue Julien-Panchot où on lui avait signalé qu’un chien était enfermé depuis plusieurs jours dans un camion, un agent bénévole du service enquête de la SPA a découvert l’horreur.

Dans la cour de ce mas, à l’entrée duquel était apposé un panneau “Elevage”, une trentaine de chiens vaquaient sans soins, probablement sans nourriture car terriblement amaigris, couverts de vermine, n’ayant pour tout refuge que des abris de fortune.

Mais ce n’était pas tout ! Car hier, en ouvrant par hasard une porte de la maison, les agents de la SPA ont découvert 15 chiens de plus (ce qui porte le total à 45), dans le même état de délabrement physique.

Les animaux vivaient-là, soit dehors dans des camions ouverts à tous vents, soit à l’intérieur dans une ancienne étable, au milieu de leurs excréments et des rats qui avaient investi les lieux.

Choqué, l’agent bénévole a prévenu la SPA qui, hier encore, tentait de placer les pauvres bêtes dans les divers refuges du département. Des animaux qui auront besoin de soins attentifs pour remédier à leur amaigrissement extrême, aux ongles interminables de ceux qui ne sont jamais sortis, aux croûtes et aux plaies sur la peau à vif causées par les parasites.

La SPA a déposé plainte.

La propriétaire de « l’élevage » est un médecin perpignanais dont le nom est connu sur la place. Les services de police nous ont confirmé l’avoir entendue dès la découverte des chiens ; une procédure a été établie et transmise au procureur de la République.