• Mouvement des « gilets jaunes » et écologie
    Un pdf sur les gilets jaunes

Marée Noire de l’Erika : 12 ans après, le pollueur Total pourrait être exonéré de toute condamnation

Hier, nous parlions de Hans Jonas et de son « principe responsabilité », voici un communiqué concernant la marée noire de l’Erika, et justement l’esprit est le même.

Il est en effet expliqué que :

le droit pour tous, générations présentes et futures, à vivre dans un environnement sain, est un droit fondamental qui doit être respecté.

Or, ce droit n’existe nulle part bien entendu dans le code pénal ; sa seule existence est purement morale, dans un esprit qui est précisément celui de Hans Jonas.

On a la même dynamique anthropocentriste, et moraliste : il faudrait condamner Total car ce qui a été fait est condamnable et ne doit pas être refait.

Seulement, personne n’est dupe : les pollueurs font ce qu’ils veulent, car il y a derrière toute une industrie. Les auteurs du tract ne sont pas dupes non plus. Mais conservant leur anthropocentrisme, ils ne peuvent pas aller au bout du raisonnement : il faut casser ce système !

En attendant, on en saura davantage le 24 mai lorsque l’avis juridique sera rendu par l’Etat français. Mais logiquement le procès devrait être purement et simplement annulé. L’annonce qui a été faite visait à « préparer l’opinion publique », alors que les élections feront passer cela en arrière-plan.

Total avait donc souillé 400 km de côtes bretonnes avec 30 000 tonnes de fioul, mais s’en sortira a priori indemne, en raison des « lois internationales »…

Marée Noire de l’Erika : 12 ans après, le pollueur Total pourrait être exonéré de toute condamnation

Si elle suivait l’avis de l’avocat général sous la tutelle du ministère de la justice et donc du gouvernement, la Cour de cassation pourrait conclure « à la cassation sans renvoi de l’arrêt attaqué en ce qu’il a été prononcé par une juridiction incompétente », car l’Erika, au moment du naufrage, était « un navire étranger se trouvant en zone économique exclusive », c’est à dire hors des eaux territoriales.

Pourtant, à la suite du naufrage, les côtes françaises ont bien été polluées par le fioul de l’Erika et la loi française pourrait ne pas être applicable !

Les Amis des Collectifs Marée Noire sont stupéfaits qu’une telle décision puisse être évoquée. Ils rappellent le slogan de la manifestation du 5 février 2000 à Nantes (40.000 personnes dans la rue) « Marées noires : assez de complaisances ! ».

Le propos est hélas encore d’actualité.

Douze ans de démarches citoyennes, douze ans de lutte pour faire progresser la sécurité maritime, pour responsabiliser toute la chaîne du transport maritime et obtenir que la notion du pollueur-payeur et le délit écologique soient enfin reconnus.

Si la Cour de cassation devait suivre l’avis de l’avocat général en annulant la condamnation de Total et des trois autres mis en cause (la société de classification Rina, l’armateur Savarese et le gestionnaire Polara) et par là même leur responsabilité pénale, cela équivaudrait à accorder l’impunité à tous les pollueurs du monde, un grave recul pour le droit de l’environnement et un mépris total de la société civile et du respect du bien public.

Rappelons-nous des 400 kms de côtes souillées par « le fioul lourd » sortant de l’Erika et de ses conséquences, oiseaux mazoutés, pêcheurs consignés à quai, image écornée de notre littoral, pas moins de 230.000 tonnes de déchets ramassés, occasionnant les préjudices écologiques, humains, sociaux et économiques que nous savons.

N’oublions pas également les atteintes morales et financières des populations, riverains, bénévoles, marins, paludiers, acteurs touristiques et commerciaux qui ont subi de plein fouet tous ces préjudices.

Alors que la cicatrice de cette catastrophe n’est pas totalement refermée, douze ans après, il nous faudrait céder sans doute aux pressions du lobby des pétroliers et dédouaner Total de sa responsabilité pénale.

Cela suffit !

Les Amis des Collectifs Marée Noire rappellent que le droit pour tous, générations présentes et futures, à vivre dans un environnement sain, est un droit fondamental qui doit être respecté.

Notre cible : Total – La société du pétrole

Voici le document diffusé par le Camp climat du Havre et qui explique le pourquoi de Total comme cible, par rapport à comme nous le disions l’appel pour le blocage de la raffinerie Total de Gonfreville l’Orcher le 16 octobre 2010.

Le monde moderne s’est construit sur une énergie gratuite, facile à produire et illimitée : le pétrole. Notre mode de vie n’a plus grand chose à voir avec celui de nos grands-parents. Nous avons tendance à prendre pour des droits la possibilité de se déplacer à grande vitesse, d’accéder à la haute technologie, de manger selon nos envies, de communiquer autant que désiré… de consommer, chacun, en moyenne dans le monde occidental, l’équivalent en travail humain de bien plus de 100 personnes. C’est la magie du pétrole.

Les inégalités augmentent, mais grâce à une augmentation permanente de la production d’énergies fossiles, les plus pauvres consomment malgré tout plus que leurs parents. C’est la magie du capitalisme.

Il existe un lien direct entre le niveau de vie d’une société et la quantité d’énergie fossile consommée. Mais il en existe un autre entre l’énergie consommée et la production de gaz à effet de serre.

Colonisant les pays du Sud, soutenant financièrement la junte militaire en Birmanie, investissant dans l’exploitation des sables bitumineux au Canada, ainsi que dans le nucléaire, développant l’industrie des agro carburants, menant des campagnes publicitaires pour repeindre son blason en vert, TOTAL est l’un des premiers émetteurs de gaz à effet de serre en France.

Si nous allons jusqu’au bout de la logique du pétrole, le réchauffement climatique aura largement dépassé les seuils d’irréversibilité. C’est la magie de la réalité.

La seule piste réaliste pour maintenir à coup sûr la possibilité d’une vie humaine sur Terre, c’est de sortir rapidement du productivisme. L’emprise du pétrole sur nos mode de vie est telle qu’aucun parti politique, rouge, vert ou autre, n’ose imaginer une politique énergétique qui puisse faire face à ces enjeux.

La seule piste réaliste pour sortir rapidement du productivisme, c’est de bloquer le système. Le mouvement mondial pour la Justice Climatique et le Camp Action Climat affirment que l’extraction des combustibles fossiles doit cesser maintenant et que nous devons entreprendre immédiatement une transition sociétale pour ne plus en dépendre. Des solutions de reconversion justes doivent être trouvées pour les travailleuSEs du secteur énergétique.

Sans un sursaut du peuple, l’humanité va bientôt se retrouver confronter à la plus grave crise qu’elle n’a jamais connue. Le PETROLE n’est pas un problème écologique, social et politique, c’est LE PROBLEME. Le PETROLE n’est pas une responsabilité de plus que nous laissons aux générations futures, ce sont NOS VIES qui sont en jeu.

TOTAL PRÉDATOR

Total est la caricature de la multinationale qui viole régulièrement les lois, collabore avec des régimes dictatoriaux ou illégitimes, investit dans des projets polluant et dangereux et …..qui dégage de gros bénéfices. Total, 13 milliards de bénéfice, et 13,6 millions de CO2 en 2008. Le PDG de Total, Christophe de Margerie, a touché en 2009 un salaire de 4,5 millions d’euros.

Total c’est :

• en Birmanie :
Soutiens financiers à la junte au pouvoir depuis 1962, « contribution à un haut niveau de corruption en Birmanie » et complicité de « travail forcé et d’exécutions » sur le site du gisement gazier de Yadana, dans le sud du pays.

• Au Nigeria :
70 millions de tonnes de CO2 sont rejetés lors du torchage, les torchères brûlent depuis 33 ans, 24 h sur 24 ; les terres, les rivières et les ruisseaux sont entièrement pollués ; retombées de pluie acide. Total est la compagnie qui émet le plus au monde de CO2 à cause des torchères.

• En France, le traumatisme de l’Erika et d’AZF :
30 morts, 400 km de cote souillée et 150 000 oiseaux mazoutés. Le rapport entre ces deux cauchemars ? La recherche du profit, toujours plus de profit, d’un côté en utilisant un navire poubelle ne répondant plus aux normes de sécurité, et d’un autre en utilisant la sous traitance et l’intérim, les travailleurs permanents ignorant l’activité des travailleurs sous-traitants et intérimaires. Les activités de travail sur le site classé « Sévéso » le matin et les jours précédant l’explosion, n’ont jamais pu être reconstituées, du fait de la sous-traitance.

• Au Canada, en Alberta :
Jusqu’à présent il n’était pas rentable de sortir le pétrole du sable. Mais le pétrole devenant rare, il devient donc rentable de l’extraire et plutôt que d’investir dans les énergies renouvelables, Total préfère investir dans les sables bitumineux (justement parce que le pétrole deviendra rare…il sera cher). 4000 km2 de forêt déjà détruits (soit la surface d’un département français). 200 000 km2 seront détruits (soit le quart de la France).

Il faut six barils d’eau pour produire un baril de pétrole, 25% de l’eau de l’Alberta est donc utilisé dans ce but. Autres conséquences : détournement de rivières, destruction de la biodiversité, rejet massif d’agents polluants, souffre et métaux lourds. Le ministre de l’environnement parle de tragédie inacceptable, l’Alberta est la province la plus polluée du Canada.

Total est un groupe archaïque et opaque qui sévit dans 130 pays. La liste de ses ravages est trop longue : enfouissement du CO2 à Laqc, « Pétrole contre nourriture » en Irak, sable bitumineux à Madagascar, corruption en Iran, etc.

En conclusion :
« Un prédateur est un organisme vivant qui met à mort des proies pour s’en nourrir ».

Total est un prédateur de notre planète.

Les stratégies de Total rappellent celles de la prédation :

1-Repérage des proies :
Total est organisé pour repérer ses proies : Pétrole birman, nigérien, kazakhstan, pétrole bitumineux… C’est le secteur amont de Total qui récupère un maximum d’informations. Il mène des activités d’exploration et de production dans plus de 40 pays pour 10 milliard d’euros d’investissement en 2008.

2-Mainmise sur la proie :
Total met en place les moyens les plus efficaces pour obtenir ce qu’il veut. L’efficacité seule est son objectif. Qu’il s’agisse de payer la junte militaire, de verser des dessous de table, de louer un bateau pourri pour transporter le pétrole, de prendre des sous-traitants pour l’usine AZF, tout est bon pour faire du profit.

3-Destruction :
Total n’a aucun respect de ses proies, il ne souhaite pas les garder en vie, il les exploite jusqu’à épuisement. Il ne faut pas lui prêter de sentiments humains, c’est une machine créée dans un seul but : le profit. Total exploite la nature et les hommes qui, pour lui, sont jetables. Quand l’exploitation sera terminée en Afrique, il se jettera sur le Canada. L’objectif de ce comportement prédateur est de favoriser la croissance du groupe.

La charité fait partie de la stratégie comme le green painting.

Ce système ne respecte aucune valeur ni aucune morale.

Total doit “payer” en réalité sans rien payer (mais qu’est-ce que le FIPOL?)

Nous ne sommes pas à LTD des personnes expertes en droit. Mais à ce qu’il nous semble les médias non plus, et peut-être pas par hasard. Parce que nous de ce que nous avons compris, Total a payé… mais se fera rembourser. Donc Total, finalement, ne paiera pas.

En effet, ce que les médias disent, c’est que Total a dû déjà payé 170 millions d’euros, sous la pression populaire. Ce qu’ils ne disent pas, c’est qu’il existe un organisme qui s’appelle le FIPOL et qui justement est là pour payer dans ce genre de situation. Et que c’est finalement le FIPOL qui paiera, pour ce que nous avons compris!

Rappelons les faits: le 12 décembre 1999, le pétrolier l’Erika s’est brisé au large des côtes bretonnes lors d’une tempête, avant de sombrer et déverser 20 000 tonnes de fioul sur 400 km.

Cette catastrophe écologique à ravagé la nature environnante et tué des dizaines de milliers d’oiseaux. Sans doute 150.000.

Et là en mars 2010, le procès se termine enfin. Quel est le bilan?

1. Les indemnités à verser augmentent… Une victoire?

Sur le papier, les victimes humaines peuvent être contentes. Le tribunal a porté de 192,5 à 200,6 millions d’euros les indemnités à verser.

Et c’est une victoire d’autant plus intéressante que des organismes comme la LPO ont pu intégrer l’écologie dans les revendications, car théoriquement il n’y a que le nettoyage des plages qui est payé. Les animaux ne comptent pas. Là on leur a mis un prix, et le carnet de chèques a été sorti.

Seulement, la vie a-t-elle un prix marchand? Peut-on accepter que les grandes entreprises exploitent et polluent, en payant parfois lorsque les dégâts sont trop apparents?

Car le résultat du procès valide une sinistre réalité: les entreprises comme Total ne sont responsables de rien, et donc n’ont rien à payer…

2. Total responsable, mais pas coupable?!CLC

En effet, les capitalistes du monde entier se serrent les coudes. Les affréteurs de bateaux peuvent ainsi payer des amendes, mais ne paient pas les dégâts!

Car ils dépendent d’une convention internationale: la CLC (International Convention on Civil Liability for Oil Pollution Damage).

Et qu’est-ce que signifie tout cela? Que les affréteurs ont leur propre système d’assurance, par un fonds intergouvernemental, appelé FIPOL (Fonds international d’indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures).

Conséquence: contrairement au tribunal correctionnel, qui avait considéré dans son jugement du 16 janvier 2008 que la compagnie pétrolière Total était pénalement responsable, cette fois l’entreprise n’est pas considérée comme responsable civilement des dégâts provoqués.

Et ne peut donc pas voir sa responsabilité civile engagée au titre des dommages et intérêts! Daniel Soulez-Larivière, avocat de Total, s’est empressé d’expliquer: “Total n’a pas de responsabilité civile dans cette affaire, c’est expressément dit par la cour.”

Par conséquence, oui les indemnités augmentent, mais elles seront payées par la société de classification Rina et l’armateur Giuseppe Savarese, ou plus exactement par leurs assurances.

3. Mais alors pour le reste qui paie quoi?

Nous avons eu du mal à saisir tout cela avec les innombrables embrouilles médiatiques, mélange de mauvaise foi et de méconnaissance.

Mais ce qu’il ressort de notre compréhension du problème est que Total ne paiera pas 170 millions, contrairement à ce qui a été dit.

Pourquoi? Parce que comme dit plus haut les affréteurs ont leur propre système d’assurance: le FIPOL.

C’est ce Fonds qui paie, à ce qu’il nous semble. Total peut donc prétendre d’un côté avoir payé pour les dégâts de l’Erika, alors que de l’autre il y a tout un système pour protéger les grandes entreprises et permettant le remboursement.

Sur le site du FIPOL, on peut par conséquent trouver cela:

Les faits

Le 12 décembre 1999, l’Erika s’est brisé en deux au large des côtes bretonnes en France, alors qu’il transportait environ 30 000 tonnes d’hydrocarbures lourds. Environ 19 800 tonnes se sont déversées. 6 400 tonnes d’hydrocarbures sont restées dans la partie avant immergée, et 4 700 tonnes dans la partie arrière.

Le pompage des hydrocarbures jusqu’à la surface s’est déroulé entre juin et septembre 2000.
Des opérations de nettoyage ont été menées le long des quelque 400 kilomètres de côtes polluées où plus de 250 000 tonnes de déchets mazoutés ont été récupérées.

Le régime d’indemnisation: qui paye?

Particuliers, commerces, entreprises privées, organismes publics: quiconque a subi un dommage par pollution du fait du sinistre de l’Erika peut prétendre à l’indemnisation, laquelle est disponible aux termes de la Convention de 1992 sur la responsabilité civile et de la Convention de 1992 portant création du Fonds, telles qu’incorporées dans la législation française.

Un montant d’environ € 12,8 millions (£12,2 millions) est disponible à titre d’indemnisation auprès de l’assureur-responsabilité du propriétaire du navire, le Club P&I Steamship Mutual. Des indemnités complémentaires pouvant atteindre € 172 millions (£164,5 millions) sont en outre disponibles auprès du Fonds international d’indemnisation de 1992 pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures (Fonds de 1992). Autrement dit, c’est une somme globale de € 185 millions (£177 millions) qui est disponible.

Peuvent donner lieu à indemnisation les frais effectivement encourus et les dommages effectivement subis du fait d’une pollution par les hydrocarbures. Toute demande d’indemnisation doit obligatoirement être accompagnée de pièces justificatives.

Et sur le site de Total, on trouve cela (nous soulignons):

Les indemnisations sont du ressort du FIPOL (Fonds d’indemnisation pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures). Le FIPOL est un fonds créé entre les États signataires de conventions internationales dont l’objet est précisément d’accélérer et de simplifier les procédures d’indemnisation des victimes des marées noires.

Depuis le naufrage de l’Erika, Total a soutenu la création d’un fonds complémentaire permettant d’accroître le montant des sommes disponibles pour indemniser les victimes de marées noires (plafond d’indemnisation : 900 millions d’euros aujourd’hui, au lieu de 185 millions d’euros en 1999).

Fin 2006, l’Etat avait reçu un début d’indemnisation de 40 millions d’euros.

Total cotise au FIPOL au prorata de ses importations d’hydrocarbures dans les États membres. Cependant, sans attendre la mise en route du système d’indemnisation, Total a dépensé près de 200 millions d’euros dans les trois domaines où il disposait des technicités et du savoir-faire pour remédier aux conséquences de la marée noire ou en limiter les effets.

Le système d’indemnisation des victimes de marées noires est régi par des conventions internationales ratifiées par un très grand nombre d’États. Ce système cohérent permet d’apporter une indemnisation aux victimes sans avoir besoin d’engager une procédure devant un tribunal afin de rechercher les responsabilités.

Ce qui ressort de tout cela, c’est que finalement, Total n’aura à payer que quelques amendes, mais certainement pas 200 millions. Le plus délirant, c’est que même si nous nous trompions ici, et que Total payait cela, ce n’est rien pour cette entreprise qui a une rentabilité de 12,585 milliards d’euros net après impôts en 2006.

Néanmoins, ce qu’il nous semble, c’est que même s’il est dit partout que Total a payé, pour ce que nous avons compris Total n’a fait qu’avancer les fonds car le FIPOL ne disposait pas d’assez de cash, tout en voulant être remboursé tout à la fin du processus.

Tout cela est d’ailleurs logique dans ce gigantesque mécano de magouilles, que même le quotidien Libération est obligé de constater:

« Le Fipol est devenu le seul moyen d’indemniser les victimes de marées noires, tant la chaîne du transport maritime est devenue complexe et opaque : propriétaires, gestionnaires, affréteurs, certificateurs, courtiers, pavillons de complaisance et paradis financiers forment une nébuleuse quasiment impossible à démêler. »

Le procès de l’Erika n’est donc nullement une victoire, il est au contraire la démonstration de l’opacité d’un système, et du fait que des géants comme Total peuvent bien employer à leur service des bateaux-poubelles, au pire ils s’en sortent avec des amendes!

La reconnaissance du « préjudice écologique » n’est alors en rien une victoire: juste une reconnaissance du fait que les géants de l’industrie polluent, et peuvent se permettre par l’intermédiaire des Etats, de sortir le carnet de chèques…

La Ligue de Protection des Oiseaux elle-même doit le reconnaître dans son communiqué suite au résultat du procès:

“Alors qu’il y a dix ans, seul le vivant commercial était reconnu, le vivant non commercial a aujourd’hui un prix. Mais attention, cela ne signifie pas que nous pouvons le marchander ! Il s’agit seulement d’un nouvel outil au service des « avocats » de la nature et une contrainte supplémentaire dissuasive pour les pollueurs potentiels. Nous ne sommes, en effet, malheureusement pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe.”

Quelle folie que d’être heureux que “le vivant non commercial” ait un prix! Folie sous-tendant également qu’il y a un “vivant commercial”… Quelle horreur!

10 après la tempête de 1999

Il y a exactement 10 ans il y avait deux tempêtes en France et dans de nombreux pays d’Europe. Cela est-il normal, et acceptable, ou pas?

Cela dépend du point de vue que l’on a. Notre planète est-elle vivante, ou est-elle un gros caillou? Dans l’idéologie dominante, c’est clair: c’est un caillou. Alors les tempêtes ne sont pas acceptables.

Le Figaro parle ainsi des tempêtes Lothar et Martin en des termes correspondant à cette idéologie: leurs dégâts sont assimilés, ni plus ni moins, aux… bombardements de 1944.

Ce qui est très impressionnant comme comparaison, comme rapprochement. On peut même dire qu’avec une telle incompréhension devant des phénomènes naturels, on se croirait retourner à l’âge des cavernes, à une époque où l’humanité constatait les phénomènes naturels mais ne les comprenait pas.

Pourtant, aujourd’hui on sait bien comment naissent les tempêtes. Ce n’est pas un phénomène mystérieux. Alors pourquoi cette attitude? La raison est simple: la tempête n’est pas comprise en tant qu’expression naturelle de Gaïa, car notre planète n’est justement considéré que comme un gros caillou…

La tempête est donc assimilée à une catastrophe parmi tant d’aures. Car il y aussi dans cette position, si l’on y fait attention, un refus de dissocier ce qui est d’origine humaine et ce qui est d’origine naturelle. Dans l’article du Figaro, on peut ainsi lire:

Souillées par la marée noire du siècle, après le naufrage de l’Erika le 12 décembre, les plages de Loire-Atlantique furent, elles, à nouveau touchées après la tempête. «De nouvelles nappes de fioul ont été poussées vers le rivage, se rappelle un élu local. Sous la force du vent, elles ont sali le haut des falaises, les routes et les façades. On a alors eu le sentiment d’une double peine… Nous étions vraiment désemparés.»

Dans ce schéma de pensée, tout ce que fait l’humanité est par définition quelque chose de « bien » et s’il se passe quelque chose de mal, c’est la faute à pas de chance. Quant à la nature, elle ferait n’importe quoi et cela de manière destructrice…

Tempêtes, ouragans, volcans: tous ces phénomènes existent pourtant.

L’humanité ne pourra pas les faire disparaître, à moins d’anéantir Gaïa, et donc elle-même avec. La sphère terrestre est vivante et il est temps de reconnaître les phénomènes naturels de ce type non pas comme des choses uniquement mauvaises, mais comme ayant une valeur en soi pour la planète.

C’est d’ailleurs très exactement par là qu’attaque Luc Ferry, l’un des principaux théoriciens anti-Gaïa en France. Il considère qu’une catastrophe est une catastrophe, fut-elle naturelle. Qu’il serait anti-humaniste d’accorder une valeur en soi à une catastrophe naturelle.

Un tel point de vue est unilatéral, anti-dialectique: il faut bien voir les deux aspects, et le fait qu’une catastrophe naturelle est l’expression de la réalité. Et qu’on ne peut pas supprimer la réalité!

Encore faut-il, ceci dit, donner de la valeur à la réalité. Ce que ne font pas ceux qui rejettent l’idée de Gaïa, par souci pour leurs misérables intérêts égoïstes…

D’une certaine manière, c’est à un tel problème qu’est en train de se confronter Dan Sprinceana, bien malgré lui.

Cet artiste d’origine roumaine a eu une initiative qu’on peut considérer comme intéressante: récupérer des arbres morts, des souches, et les travailler pour en faire des oeuvres d’art. Une idée qu’ont eu en fait de très nombreuses personnes en 1999.

Lui l’a réalisé à grande échelle, avec l’exposition « Mémoires de racines » (voir ici le PDF avec présentation et photos, ou une longue vidéo ici).

Cette exposition a eu lieu à l’orangerie du Sénat ainsi qu’au parc de Saint-Cloud (en banlieue parisienne), endroit où cet artiste travaille depuis 1999. Il y a fondé en effet un atelier.

Et justement ce samedi, Dan Sprinceana a découpé à la tronçonneuse sa première oeuvre, car la direction du parc lui demande désormais de quitter les lieux, ce qu’il refuse.

« Aujourd’hui est un jour symbolique. C’est le dixième anniversaire de la grande tempête de 1999. Et cette oeuvre est la première que j’ai réalisée ici. »

La raison est qu’il voudrait continuer son travail:

« Je voudrais maintenant créer une structure de création artistique avec une exposition tous les ans. Mais la direction ne veut rien entendre et m’oblige, sans raison, à partir. »

Ce que l’artiste ne comprend pas, c’est qu’en France la nature est là pour être utile, ou pour être belle selon les critères français (les jardins à la française et tout ce qui va avec).

L’activité de l’artiste était donc intéressante temporairement pour l’administration du parc, par rapport à la catastrophe.

Son activité était considérée comme ayant de la valeur, car s’opposant en quelque sorte à la nature source de catastrophe. Travailler sur les arbres tombés, c’était “triompher sur la nature” et montrer que l’humanité triompherait toujours….

Mais par définition, la catastrophe ayant été dépassée, il n’y a plus besoin de contrer la nature de manière particulière, à part bien entendu comme on le fait traditionnellement avec la gestion du Parc par l’administration, dans l’esprit des “Jardins à la française”….

Il n’y a par conséquent plus besoin de lui et de son « happening. » Lui et ses oeuvres sont donc priés de partir. Car une telle activité ne serait alors plus liée à la catastrophe, mais à la nature elle-même, et cela risquerait de poser la question de notre rapport avec celle-ci…

Gageons que l’artiste en question ne comprendra pas cette problématique, car sa démarche n’est nullement liée à la nature, ni aux animaux, ce qu’il assume par ailleurs totalement (depuis le barbecue dans l’atelier jusqu’à une autobiographie éloquente: « Né à Bucarest, moniteur de ski et de tennis dans ma première jeunesse, bac+5, ensuite, j’ai passé une grande partie de cette époque roumaine, jusqu’à mes 29 ans, dans les Carpates, en symbiose complète avec la nature, comme organisateur de chasse “gros gibier” pour les étrangers les plus fortunés »).

Mais pour nous, c’est un exemple intéressant et une grande matière à réflexion.

Car ce ne sont pas les mises en scène et les spectacles de “domination” de la nature qui manquent dans notre société…