• Comment les "anti" sabotent les chasses

Fossiles marins du triassique et extinction permienne

Dans le calendrier de Carl Sagan dont nous parlions hier, on pouvait voir notamment :

Permien. Premiers dinosaures………………………………………………24 décembre

Fin de l’ère paléozoïque. Ère mésozoïque…………………………………25 décembre

Triassique. Premiers mammifères………………………………………….26 décembre

Le permien est une période très importante, qui s’est étalée entre il y a 299 et 251 millions d’années. Durant cette période sont apparus les premiers arbres, des conifères… Et il y avait un seul continent, la pangée.

Mais cette période est également connue parce qu’elle se termine sur une extinction de masse, la plus grande que la Terre ait pour l’instant connue. 75 % des espèces de la terre ferme et 96 % des espèces marines ont disparu. Voici un tableau montrant les extinctions de masse qui ont lieu jusqu’à présent ; « End P » marque le moment de cette extinction, à la fin du « permien », et ainsi au début de la période appelée « trias. »

Les montagnes des dolomites sont très riches en affleurement de dépôts de la période du permien. Mais comment la vie sur Gaïa s’est-elle rétablie ?

Il existe justement un endroit en Chine, dans le Yunnan, où les chercheurs ont il y a quelques jours rendus public leurs découvertes.

Le site de Luoping, qui a demandé trois ans de fouilles, regroupe en effet un nombre très important de fossiles marins (20 000), au point que les chercheurs pensent qu’ils en ont pour dix ans à tout étudier. La moitié des fossiles est intacte et on a même retrouvé des muscles, conservés par une bactérie.

Or, le site date de 10 millions d’années après l’extinction (et non d’il y a 10 millions d’années comme l’explique Maxisciences dans ce qui est sans doute une mauvaise traduction de l’anglais). Vue la très riche diversité qui y existe, on sait donc que la vie sur Gaïa a pu se rétablir, de manière presque aussi riche qu’avant l’extinction, 10 millions d’années après la plus grande des extinctions en masse.

Ici, la dent d’un archosaure, ancêtre de nombreux dinosaures.

Ici, un ichtyosaure, un des reptiles géants marins.

Ici, un isopode.

D’autres fossiles:

La retraite, oui mais reste à savoir dans quel monde…

La France est aujourd’hui traversée par un mouvement en défense des retraites. Est-ce à dire que la question de l’écologie et des animaux n’est d’aucun intérêt dans ce genre de situation? Bien au contraire, et voici un petit tract pour diffuser l’esprit de contestation au service de la planète.

Penser au présent, et au futur, c’est immanquablement raisonner en terme planétaire. Ou bien l’humanité comprend qu’elle est une partie de la vie sur la planète, ou bien elle court à sa perte dans une orgie de destructions qu’elle aura elle-même provoquée!

Penser à la retraite, c’est penser au futur. Et s’il est normal de vouloir travailler moins dans des emplois où l’on gagne peu et où on s’ennuie, il est tout aussi normal de se demander à quoi ressemblera le monde lorsqu’on aura sa retraite!

Comment vont vivre les gens qui auront leur retraite en 2050… ? Voilà une question à laquelle il faut avoir la réponse. Et quand on l’a, on sait que penser à la retraite, c’est penser aux générations futures.

Dire que les humains comptent plus que le profit c’est bien, mais cela n’a aucun sens si on oublie que les humains vivent sur la planète Terre, aux côtés des espèces végétales et animales!

La génération qui prendra sa retraite autour de 2050 n’a certainement pas envie d’être la génération destruction!

Une génération destruction qui assistera à la destruction de 15 à 35% des espèces, végétales comme animales. Et sera confrontée aux générations suivantes, qui de plus en plus jugeront… et condamneront!

Une génération destruction qui assistera à une élévation de la température moyenne sur la planète d’entre 0,8 et 2° Celsius, avec des conséquences terribles…
Comme les affrontements militaires pour la domination  de la mer arctique où la banquise aura fondue, ou encore pour la Sibérie où le sol gelé aura fondu…

Ou bien encore l’existence d’entre 200 millions et un milliard de personnes devenues des réfugiés climatiques, luttant pour leur survie… La productivité agricole des pays « en voie de développement » aura alors chuté d’entre 9 et 21%… Les mers seront asphyxiées, les forêts déboisées pour généraliser l’alimentation fondée sur le meurtre des animaux…

Cela alors que la concentration de CO2 sera de 675 ppmv (contre 387 ppmv en 2009) et que le réchauffement climatique avance inéluctablement, avec comme horizon l’année 2100…

Impossible de penser à son futur sans penser à celui de la planète… Notre planète!

Pensons aux retraites, pensons au futur, pensons à notre planète. Celle-ci est le lieu de la vie de milliers d’espèces végétales et animales, et l’humanité a pour l’instant asservi, pillé, saccagé, martyrisé, détruit. Pour un système de profits justement au coeur de la destruction des retraites, au nom de la compétitivité.

Il est temps de mettre un terme à cet engrenage. Il est temps d’assumer le mot d’ordre : la Terre d’abord ! et de choisir une vie en cohérence avec nos droits et nos devoirs sur cette planète, en tant qu’être humain…. pour une vie sans exploitation ni oppression.

Pour plus d’informations sur la libération animale et celle de la Terre : www.laterredabord.fr

Golfe du Mexique: Gaïa encore une fois attaquée!

Les catastrophes pétrolières ne font que se succéder. Quand ce ne sont pas des dégazages, comme cela fut encore le cas la semaine dernière avec le flagrant délit de dégazage sauvage d’un cargo italien, à 18 km des côtes marseillaises, ou encore les récentes agressions contre la barrière de corail en Australie, ce sont des fuites de pétrole.

Sur le livre d’or, on nous reproche parfois un certain extrémisme. Mais la réalité est bien plus extrême, la destruction de Gaïa s’accélère chaque jour!

Et c’est encore une nouvelle et terrible catastrophe qui se profile! Car les “précautions” ne sont prises que pour la guerre et le profit, et strictement rien n’est prévu si la machine de mort capitaliste s’emballe!

En effet, le 20 avril, au large de la Louisiane, une plateforme pétrolière nommée “Deepwater Horizon” a pris feu et en sombrant dans l’océan, a libéré l’équivalent de 1000 barils de pétrole, 1 baril équivalant à 160 litres…

On peut voir de multiples vidéos de l’incendie de “Deepwater Horizon” ici.

A cela s’ajoute trois points de fuite sur le puits: ce qui fait qu’après plus d’une semaine de cette catastrophe la fuite n’est toujours pas colmatée; ce ne sont maintenant pas moins de 800 000 litres de pétrole qui se déversent dans la nature!

Pour l’instant, les responsables tant de l’entreprise BP que de l‘État nord-américain (voir également ici pour l’actualité) n’ont strictement aucune idée de quand ce processus s’arrêtera! Il est seulement parlé de placer une sorte de couvercle, ce qui pourrait être fait… d’ici deux à trois mois!

Cela alors que la nappe recouvre déjà plus de 74 000 km2, soit la superficie combinée des régions françaises Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur!

C’est véritablement un crime contre Gaïa, dont l’ampleur révèle chaque minute davantage sa réalité terriblement sinistre. La plate-forme pétrolière rapportait de l’argent et faisait tourner l’économie, mais jamais les risques n’ont été pris véritablement en compte.

Pourtant, “Deepwater Horizon” était censé être “exemplaire.” La plate-forme de 121 mètres sur 78 mètres avait en septembre battu le record de profondeur de forage (10.600 mètres) et pouvait continuer son activité même en cas de tempête avec des vagues de 9 mètres de haut…

Mais les médias préfèrent parler de “cinq mille barils par jour” qui seraient perdus, car il n’est raisonné qu’en terme de profit.

Surtout quand on sait que, de manière générale, l’on estime qu’environ 6 millions de tonnes d’hydrocarbures sont introduites tous les ans dans les océans. Une tonne peut recouvrir environ une surface de 12 kilomètres carré…

Partant de là, ce crime contre Gaïa est un crime “comme les autres” pour des criminels meurtrissant la planète par leurs désirs de profit.

Au point par exemple mercredi, devant l’impossibilité de sceller la fuite au niveau du puits, de lancer des “incendies contrôlés” de petites nappes prélevées au moyen de barrage flottants, polluant ainsi l’atmosphère, en plus de l’océan.

Mettre le feu à la mer: l’humanité réussit vraiment tristement des choses “incroyables”… Après les forêts, après la nature sur la Terre, sans parler du ciel, le profit entreprend la destruction pure et simple de l’océan…

Le tout se rejoignant dans une orgie de destruction: si mercredi, le bord de la nappe pétrolière se trouvait à 37 km de la côte de la Louisiane et de ses estuaires et marais, il apparaît inévitable qu’aujourd’hui les côtes de la Louisiane soient touchées, normalement ce soir.

Il est vrai ici que les médias commencent à parler de cette arrivée sur les côtes. Mais pour dire quoi? A lire et écouter les informations, on se rend compte que cette nappe de pétrole est catastrophique car elle va toucher des zones protégées.

Et seulement ces zones, et la pêche qui va avec, et les crustacés qui consistent en de la “nourriture”… Bref: il est parlé uniquement de ce qui est utile. C’est dire la profondeur de la révolution des mentalités dont nous avons besoin, pour la libération de la Terre!

Car pour nous, il est pourtant évident que les conséquences mortelles de cette fuite se font déjà ressentir chez les animaux et végétaux marins. Le nuage de fumée de l’incendie du pétrole ajouté au nuage de fumée des incendies des nappes de pétrole ne peuvent qu’avoir de tristes impacts sur les insectes volants et les oiseaux!

Mais rien n’est dit à ce sujet, car il y a non seulement incompréhension de Gaïa, mais négation même de son existence. Les océans sont-ils alors, à écouter les médias et les responsables des Etats, des zones vides, sans aucune forme de vie ?!

Que vont devenir, les poissons, les mammifères marins, les mollusques, la végétation marine touchés par le pétrole ? Qui va aller nettoyer le mazout resté au sol des fonds marins, qui asphyxie la vie qui s’y trouve? Quelles sont les conséquences meurtrières de l’incendie du pétrole?

Rien que officiellement, ce sont 400 espèces qui sont menacées par le pétrole diffusée dans l’océan.

Rappelons d’ailleurs ce fait : une marée noire empêche le soleil d’éclairer les fonds marins et les minuscules végétaux et animaux qui forment le plancton disparaissent, ce qui détruit ainsi la chaîne alimentaire, touchant donc un nombre conséquent d’animaux.

C’est une véritable guerre qui est menée contre Gaïa. Face à cet assassinat en cours, il n’y a pas à tergiverser: il faut être vegan et ce sans compromis, il faut assumer la libération animale, ce qui va nécessairement avec la compréhension de Gaïa, avec l’engagement pour la libération de la Terre!

Pas de compromis dans la défense de notre mère la Terre!

Découverte de nouvelles espèces animales

De nouvelles espèces animales ont été découvertes sur une île volcanique isolée de Papouasie-Nouvelle-Guinée par l’unité d’histoire naturelle de la BBC (voir les photos ici, une vidéo ici après la pub).

Questions: pourquoi la BBC est-elle extrêmement impliquée dans les documentaires animaliers, alors qu’en France la culture c’est le reportage sur la chasse à 3 heures du matin sur TF1?

Et pourquoi découvre-t-on encore des espèces aujourd’hui? Ne serait-ce pas que les investissements ont été mis dans la guerre, plutôt que dans un rapport avec correct avec l’ensemble des habitants et habitantes de la planète?