• Arkangel : "Prayers upon deaf ears"

« L’alcool, enjeu majeur de santé publique en France et en Europe »

Hier a été publié le nouveau Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire, un organisme d’État. Cette fois, il s’agit d’un « Numéro thématique – L’alcool, toujours un facteur de risque majeur pour la santé en France . »
C’est un document très intéressant, au sujet duquel nous allons parler en plusieurs parties.

Ce qu’il faut déjà noter, c’est l’esprit de l’approche, aussi voici l’éditorial de ce bulletin. La première phrase est en soi déjà révélatrice, tellement elle est une capitulation : l’alcool aurait toujours existé dans les « cultures européennes » et serait donc, en fait, obligatoire.

De plus l’alcool serait seulement un problème de santé ; il ne porterait ainsi aucune valeur culturelle ou idéologique « négative. » En fait, l’étude est surtout centrée sur les problèmes de santé, les problèmes liés au travail, bref il n’y aucune compréhension de l’alcool comme problématique, seulement comme statistique !

L’alcool, enjeu majeur de santé publique en France et en Europe

Lars Møller

Organisation mondiale de la santé, Bureau régional de l’Europe, Copenhague

Même si la consommation d’alcool est profondément ancrée dans les cultures européennes depuis des siècles, et s’il tient une place très importante dans notre vie quotidienne et nos célébrations festives, la prévention de ses conséquences néfastes pour la santé n’en est pas moins une priorité de santé publique.

La consommation globale d’alcool en Europe est stable, avec d’énormes écarts d’un pays à l’autre mais aussi de nombreuses différences dans les manières de boire, qui vont d’une consommation modérée lors des repas à des épisodes répétés de consommation excessive.

La région européenne de l’OMS enregistre la consommation d’alcool la plus élevée au monde. Au sein de cette région, les consommations les plus fortes se rencontrent en Europe de l’Est et en Europe centrale, où elles continuent d’augmenter.

En Europe occidentale, cette consommation reste importante, avec une tendance à décroître

lentement. En 1970, en France, les personnes âgées de 15 ans et plus buvaient en moyenne près de 22 litres/an d’alcool pur (soit 48 g d’alcool pur par jour), ce qui représentait le niveau le plus élevé au monde. En 2009, ce niveau se situait un peu au-dessus de la moyenne observée dans l’Union européenne (11,8 litres/an/ personne de 15 ans et plus, soit 26 g par jour).

Au niveau mondial, l’alcool est considéré comme le troisième facteur de risque de morbidité, après l’hypertension artérielle et le tabac. En Europe occidentale, il est le quatrième facteur de risque, après le surpoids. En France, il a été récemment estimé que l’alcool est responsable d’environ 49 000 décès par an (S. Guérin et coll., pp. 163-8), et l’alcool demeure la seconde cause de mortalité évitable, après le tabac.

Tant la consommation totale que le mode de consommation sont des paramètres importants de la nocivité de l’alcool. Il peut agir sur la santé des individus et sur leur « capital santé » tout au long de la vie, depuis le stade embryonnaire jusqu’au grand âge, mais c’est sur la mortalité des personnes d’âge moyen, et particulièrement des hommes, qu’on observe ses principaux effets.

La consommation d’alcool pendant la grossesse expose le fœtus à des risques d’altération de son développement cérébral et est associée à des déficiences intellectuelles ultérieures chez les enfants. Le cerveau des adolescents est particulièrement vulnérable à l’alcool : plus son usage s’installe tardivement dans la vie, moins il est probable que la dépendance et les problèmes de santé liés à cet usage surviennent à l’âge adulte.

En milieu de travail, l’abus d’alcool accroît les risques d’absentéisme, ou de présentéisme, ou encore de comportements inadaptés.

L’alcool n’est pas nocif que pour le buveur. Ainsi, on estime à 3,3% la proportion des décès attribuables aux effets à autrui de la consommation d’alcool : accidents et blessures en constituent la majeure partie. Il n’a pas été possible d’estimer l’impact de l’alcool sur la criminalité, les troubles à l’ordre public, les accidents du travail, ni son coût indirect et son impact social sur la famille et l’entourage du buveur.

La consommation d’alcool dans l’Union européenne (UE) pèse d’un poids considérable sur la santé publique. S’y ajoutent d’énormes conséquences économiques et sociales résultant des méfaits de l’alcool sur les individus, les familles, la vie sociale et le travail. Nombre de ces effets nocifs touchent des personnes autres que le buveur, sans que leur quantification soit aisée : les données disponibles en Europe suggèrent néanmoins un impact important.

Des politiques publiques efficaces de lutte contre l’alcool existent et la France a, dans certains domaines, été en pointe, notamment pour ce qui est des restrictions de publicité. Ces politiques se traduisent non seulement par une baisse de la consommation, mais aussi par une nette diminution des effets néfastes qui lui sont liés.

La mortalité due aux maladies chroniques du foie représente aujourd’hui moins du tiers de ce qu’elle était dans les années 1970, avec la plus forte baisse relative observée chez les femmes. Les accidents de la route ont eux aussi significativement diminué.

Dans l’UE, presque tous les pays se sont dotés d’une stratégie nationale de lutte contre l’alcool et, dans beaucoup de cas, elle est associée au « Plan d’action européen visant à réduire l’usage nocif de l’alcool 2012-2020 » promu par l’Organisation mondiale de la santé.

Des politiques plus strictes ont été mises en place dans les pays de l’UE, notamment en matière de répression de l’alcool au volant, de campagnes de sensibilisation et d’actions mises en œuvre dans la communauté. Malheureusement, c’est moins le cas pour ce qui est de la réglementation du marketing des boissons alcoolisées et de la politique des prix.

Or, parmi les dix mesures les plus efficientes pour réduire le fardeau des maladies non transmissibles, trois concernent l’alcool et sont : a/ restreindre l’accès à la vente de détail des boissons alcoolisées ; b/ renforcer les interdictions de publicité ; c/ augmenter les taxes sur l’alcool.

Ces mesures sont reconnues comme extrêmement efficaces et mériteraient d’être prises dans tous les pays européens puisque, en théorie, les conséquences néfastes de l’abus d’alcool sur la santé sont toutes évitables.

L’impact négatif de l’usage nocif d’alcool ne doit pas être sous-estimé. Les actions de promotion d’une vie saine et de réduction des maladies non transmissibles doivent inclure cette priorité. Nous devons y consacrer des ressources et être créatifs dans les champs de la politique publique. Ainsi, en 2012, l’Écosse a instauré un prix minimum par unité d’alcool, afin de stopper la baisse toujours croissante des prix des boissons alcoolisées.

Une modélisation réalisée à l’Université de Sheffield et une étude canadienne montrent qu’un prix minimum imposé peut réduire de 3 à 5% la consommation d’alcool. De telles politiques permettront de maintenir l’alcool à un prix dissuasif, afin d’éviter la vente en grandes quantités et à bas prix.

La France paie chaque année un lourd tribut à l’usage nocif de l’alcool. Ce numéro du BEH nous permet d’accéder à de nombreuses données sur cette question et contribuera à leur diffusion. Des mesures de santé publique permettant de lutter contre les dommages liés à l’alcool ont été identifiées au cours des dernières décennies. Nous espérons que la France, comme d’autres pays européens, saura s’en saisir pour l’avenir.

Enquête sur les delphinariums en Europe

Une Enquête sur les delphinariums en Europe a eu lieu (en anglais malheureusement), un rapport a été publié, voici le point de vue de Dauphin Libre, qui présente ce rapport.

*Enquête sur les delphinariums en Europe**

**La captivité des dauphins est inutile, cruelle, et ne protège en rien les espèces menacées !*

*Un nouveau rapport de l’organisation britannique Whales and Dolphins Conservation Society publié en anglais dès juin 2011 en collaboration avec la Born Free Foundation et ENDCAP, révèle que plus de la moitié des pays membres de l’Union Européenne viole les lois destinées à protéger les dauphins et autres cétacés maintenus en captivité.

Il met également l’accent sur le fait que tous les delphinariums européens, et les pays membres qui leur ont donné licence de fonctionner, ne respectent pas les impératifs de la législation européenne relative aux mammifères marins détenus dans leurs bassins.** *

Ce rapport intitulé «*ENQUÊTE 2011 SUR LES ZOOS DE L’UNION EUROPÉENNE :**LES DELPHINARIUMS. Une évaluation de la détention des dauphins et autres cétacés et de dauphins en Union européenne et de la directive 1999/22/CE du Conseil européen, relative à la détention d’animaux sauvages dans un environnement zoologique*” (http://www.wdcs.org/submissions_bin/Eu_Dolphinaria_Report.pdf ) *nous apprend que les 14 états membres de l’Union qui persistent encore à tolérer les spectacles de dauphins captifs, contreviennent en outre à la Directive Européenne sur les Zoos en ne respectant pas les critères relatifs à la préservation de l’espèce, à l’éducation du public et au bien-être animal. *http://eur-lex.europa.eu/LexUriServLexUriServ.do?uri=OJ:L:1999:094:0024:0026:FR:PDF

Ces 14 états à eux seuls accueillent sur leurs territoires pas moins de 34 delphinariums, lesquels exhibent 286 cétacés, orques, bélugas, dauphins et marsouins.

Comme le déclare Cathy Williamson, rédactrice du rapport et spécialiste de la lutte contre la captivité, «*les spectacles de cirque fournis par ces établissements commerciaux hautement lucratifs peuvent sembler charmants mais cachent en fait une toute autre réalité, beaucoup plus sinistre*».

«*Il est particulièrement navrant qu’un tel rapport soit encore nécessaire*.», ajoute en substance Chris Butler Stroud, Président directeur général de la WDCS.

«*Une dizaine d’années s’est déjà écoulée depuis notre entrée dans le 21ème siècle et, alors que la nature particulière des dauphins et autres cétacés (*intelligence supérieure, cultures et modes de communications complexes, conscience de soi, etc*.) est reconnue par un nombre croissant de membres du grand public, de scientifiques et de gouvernements, on aurait espéré que plusieurs des problèmes soulevés dans ce rapport puissent avoir été réglés depuis plusieurs années. *

*Pourtant, en dépit des meilleures intentions des directives européennes, le présent rapport de la WDCS illustre les manquements répétés aux engagements internationaux et à la législation européenne commis par les États membres de l’Union européenne et par les delphinariums qu’ils hébergent.*

*Mais en quoi les delphinariums ne respectent-ils pas leurs obligations envers les cétacés?

Le présent rapport examine différents actes juridiques, en particulier la «directive Zoo» européenne (directive 1999/22/CE du Conseil), et les exigences auxquelles les delphinariums et les États membres sont tenus de répondre. Il apparaît que le principal défaut des delphinariums est que ces derniers sont gérés comme des entreprises commerciales, au sein desquelles les dauphins et les baleines sont réduits à de simples atouts de vente.*

*Ce rapport conclut qu’en dépit des différents paramètres arrêtés par la directive, auxquels les zoos et delphinariums doivent se soumettre, y compris les exigences légales en matière d’éducation du public et de participation à la recherche dont les avantages bénéficient à la conservation des espèces, aucun des delphinariums étudiés ne remplit ses obligations légales ou morales, ni même ne s’en approche.*

*En effet, les auteurs de ce rapport n’ont pas trouvé dans le matériel rendu public par les delphinariums eux mêmes, d’éléments jugés suffisants pour prouver qu’ils étaient des établissements principalement dédiées à la conservation des espèces, mais qu’ils étaient bien plutôt de simples entreprises commerciales.

En outre, les recherches limitées qu’ils mènent n’ont pour but que d’améliorer les conditions de détention des dauphins et autres cétacés, et non de favoriser la conservation des populations sauvages. *

*Mais cela n’est peut-être pas le fruit du hasard. Il est possible que plusieurs des problèmes soulevés ici ne puissent être réglés, du fait que les dauphins et autres cétacés ne sont tout simplement pas faits pour être maintenus en captivité et pour être exhibés. Ils souffrent d’un taux de mortalité plus élevé qu’en milieu naturel, d’un stress accru et sont placés dans des environnements artificiels, qui les privent de l’enrichissement que seuls les océans, les mers et les rivières peuvent leur apporter.*

*Ce rapport constitue une référence indispensable à l’usage de la Commission européenne, des États membres de l’Union européenne et des delphinariums. Je le recommanderais également à tout gouvernement ou entité situé hors de l’Union européenne, qui envisagerait de se livrer à des échanges commerciaux avec des établissements européens, car, à partir de maintenant, personne ne pourra plus prétendre ignorer qu’en ce faisant, il alimentera tout bonnement un simple commerce*.

*Nous exhortons la Commission européenne et les États membres à prendre rapidement en considération les recommandations de ce rapport et de prendre,

dans les plus brefs délais, les mesures nécessaires pour supprimer progressivement ces entreprises commerciales, une bonne fois pour toutes ».

**La traduction française de ce document a été assurée par Chloé Ysoard (association Réseau Cétacés) sous la supervision de la WDCS. **

*

*– *

Yvon Godefroid

Bruxelles

*Dauphins Libres et Dauphins Captifs *

Souscription « Changeons d’ère, sortons du nucléaire ! »

Voici un appel du réseau sortir du nucléaire, afin de diffuser une brochure anti-nucléaire le plus largement possible!

Pour changer d’ère et sortir du nucléaire, nous comptons sur vous !

Aidez-nous à diffuser UN MILLION de brochures antinucléaires partout en France

Areva vient de lancer une nouvelle campagne de propagande en Europe et aux Etats-Unis, dont le coût est annoncé pour au moins 20 millions d’euros. Rien qu’en France, Areva diffuse pendant 3 semaines 1500 spots télé et des pubs dans 10 journaux nationaux !

Nous devons faire progresser largement le message antinucléaire dans la population française, en vue des élections présidentielles et législatives de 2012. Elles peuvent être le coup d’envoi de la sortie du nucléaire en France, si nous parvenons à en faire un enjeu incontournable de ce scrutin.

Pour atteindre cet objectif, nous voulons diffuser gratuitement UN MILLION de brochures antinucléaires partout en France d’ici les élections, bien au-delà du cercle des convaincus. Nous avons besoin de vous pour concrétiser cette ambition !

Souscrivez pour financer l’impression et la diffusion de brochures « Changeons d’ère, sortons du nucléaire ».

Si vous êtes imposable, votre don pour cette souscription est déductible de vos impôts à 66 %. Dans ce cas, une souscription de 40 € ne vous coûtera en fait que 13 €… et nous permettra d’imprimer et diffuser 100 brochures !

À chaque fois que nous atteindrons un palier de 40 000 €, nous lancerons l’impression de
100  000 brochures et organiserons leur diffusion. Grâce à vous, les brochures seront mises gratuitement à disposition de toute association, publication ou personne motivée pour en assurer la diffusion. Et à votre disposition également, bien sûr : votre aide sera précieuse pour faire passer le message !

Le scandale Eva Joly et l’objectif nécessaire: saboter Europe Ecologie et construire l’alternative écologiste radicale!

L’université d’été des Verts / Europe écologie s’est ouverte hier, et nous appelons toutes les personnes écologistes à saisir l’enjeu de ce qui se passe: une main-mise complète des bobos sur l’écologie, un véritable hold up électotral aux dépens du projet de protéger la planète!

Nous avons sur LTD critiqué à de nombreuses reprises les Verts, ou plus exactement Europe écologie. Nous avions parlé de Duflot qui était partie à la conférence de Copenhague en train devant les journalistes pour revenir vite fait en avion pour passer à la télévision, ou de ses voyages au bout du monde…

Et nous avons parlé d’Eva Joly. Pourquoi? Parce qu’elle n’a rien à voir avec l’écologie, et pourtant elle est devenue le personnage principal de l’écologie en France.

Or, nous ne voulons pas de cela, nous voulons une écologie véritable, capable d’affronter les institutions pour préserver les intérêts de Gaïa, puis de regagner du terrain.

Nous ne voulons pas d’une écologie de carriéristes… Quand on voit que Rama Yade a commencé sa carrière chez les Verts, on peut aisément comprendre la profondeur du problème! Il faut rappeler ici que Cohn-Bendit voulait que Rama Yade revienne faire un petit coucou à l’université d’été des Verts… en prétextant un débat sur… le football!

Rama Yade, le football… et Eva Joly. Tout cela est lamentable.
Or, justement, comme dans toute structure où les personnalités priment sur le contenu, Eva Joly a annoncé dans les médias sa candidature, avant l’université d’été…

Ce qui montre clairement que les Verts ne sont plus qu’une machine électorale. D’ailleurs, les Verts sont bons pour la casse: ils sont en train d’être avalés par la machinerie électorale appelée Europe écologie.

Noel Mamère a ainsi expliqué hier sur France inter, à l’occasion de l’ouverture de l’université d’été des Verts:

« Nous allons mettre en place un nouveau mouvement (…), une nouvelle offre politique, capable de laisser la place à des personnalités issues de la société civile. »

Et qu’a dit Mamère au sujet d’Eva Joly? Voilà ses propos, vides de toute culture écologiste:

« Son expérience de juge d’instruction et le regard qu’elle porte sur l’ensemble de la planète constituent sa force. »

Au cas où certaines personnes auraient encore des doutes sur cette stratégie, voici encore des propos de Mamère:

« Nous sommes adeptes de la biodiversité. Nous sommes déjà d’accords sur un certain nombre de mesures. Il y a des ateliers de travail à l’œuvre depuis les européennes. »

Cet « humour » doit avoir une réponse absolument nette. Il faut choisir: ou bien la biodversité politique, ou bien la biodiversité des carriéristes!

Même Cohn-Bendit est obligé de constater qu’Europe écologie est un projet opportuniste; il ne participe même plus et dénonce les « personnalités qui ne rêvent que d’avoir un appareil en main. C’est leur vie, si je n’étais pas poli, je dirais que ça les fait bander »…

A la mi-novembre à Lyon auront ainsi lieu les « assises » qui amèneront la fusion entre les Verts et Europe Ecologie.

Nous espérons que les gens qui sont (encore) aux Verts agiront de manière conséquente et abandonneront une structure pourrie, pour construire à la base une structure en rupture avec les institutions… et avec un objectif clair: la libération de la Terre!

C’est un scandale éthique que cette candidature aux présidentielles d’Eva Joly, qui a été proche de Bayrou et du MODEM, avant d’aller chez Europe Ecologie pour y être élue quelques mois plus tard député europénne!

Car il faut que le contenu soit mis en avant, pas la « forme » des carriéristes.

Si Europe écologie arrive à se construire, l’écologie sera torpillée et son élan populaire sera brisé sur l’écueil des bobos, les bourgeois bohèmes parasitant des quartiers populaires.

Ecologie bobo ou bien libération de la Terre comme programme: il faut choisir!

Interview au sujet de l’occupation du terrain destiné au plus grand abattoir d’Europe, prévu à Wietze en Allemagne

En Allemagne a lieu une occupation de terrain: celui devant servir au plus grand abattoir d’Europe. Voici nos questions aux activistes menant l’action…

1. Pouvez-vous nous parler de votre occupation ?

Dans la nuit du 23 au 24 mai 2010, nous avons, à une trentaine de personnes, commencé l’occupation d’un terrain, dans le but d’empêcher la construction prévue d’un abattoir.

Dans la première nuit, nous avons construit un tripode [voir les deux photos], à peine deux semaines après il y avait les premières huttes.

L’élargissement du campement continue de manière ininterrompue, la connexion avec d’autres personnes en résistance est en cours, et une programmation régulière a lieu sur le terrain occupé.

2. A quoi devrait ressembler le plus grand abattoir de poulets d’Europe?

L’entreprise Rothkötter entend construire le plus grand abattoir de poulets d’Europe, ici à Wietze.

Il est censé y avoir deux lignes d’abattoirs, avec 27.000 poulets abattus par heure, soit l’équivalent de 7,5 par seconde.

Pour cela seront construits et utilisés dans la région au moins 420 installations de gavage, avec chacune 39.999 poulets.

A côté de l’abattage, c’est également à Wietze que les poulets seront découpés, empaquetés et envoyés. Le travail et la livraison seront également menés la nuit.

Afin de réaliser ce travail à la chaîne seront employés quotidiennement 600 poids lourds, dont 200 transports d’êtres vivants qui iront à l’abattoir prévu.

L’abattoir prévu gâchera également 3,3 millions de litres d’eau chaque jour. Les eaux usées, seront contaminées par des restes de médicament et des antibiotiques, malgré la station dépuration, iront dans la rivière voisine, l’Aller, qui se déverse dans la Mer du Nord, la polluant ainsi que la mer des Wadden [zone côtière de 9.000 km² dont une très grande partie est un parc national].

3. Qu’est-ce qui vous a amené à lancer ce mouvement?

Cette occupation a été et est menée par de nombreux individus, qui tous et toutes sont une composante de l’action, pour différentes raisons. Pour beaucoup effectivement, il y a au premier plan la libération animale.

Ainsi, presque toutes les personnes qui mènent l’occupation sont véganes, et se revendiquent contre toute forme d’exploitation animale.

Un autre point consiste en les conséquences environnementales de l’abattoir prévu, et la situation de l’animal en général, dans ce lieu, dans la région et globalement.

Localement, il y a le danger de la salinisation des terres par le pompage des nappes phréatiques et la pollution des eaux par l’arrivée des eaux usées.

De plus, on peut présumer qu’il y aura une acidification des terres, des forêts et des eaux dans toute la région, puisque le purin accumulé des installations de gavage, dans un périmètre de 100 kilomètres autour de Wietze, va fournir à l’environnement une énorme teneur en ammoniac.

A côté de l’ammoniac, il y aura de plus un impact sur le climat avec un rejet plus grand de particules fines, par la circulation plus grande de poids lourds.

La menace grandissante des incendies des zones des forêts humides afin d’avoir davantage d’alimentation amène des problèmes sociaux en plus des problèmes écologiques.

Ainsi, la population indigène est de plus en plus repoussée dans la forêt, les gens se voient enlevés la base matérielle de leur vie, et forcés à des rapports de dépendance.

Toutes ces raisons nous ont amené à être une partie de ce mouvement, et à participer activement à une occupation.

Le poulet dit: « Alors, moi, si on me demande mon avis… »

4. Voulez-vous en revenir à la campagne des petits paysans?

La restructuration de la campagne par l’industrialisation et la monoculture a en de nombreux endroits comme conséquence la perte d’une certaine autonomie pour les gens qui sont actifs dans l’agriculture.

Les petits paysans deviennent les employés des grandes entreprises, perdant toute forme d’auto-détermination. Dans les pays du sud, des économies de subsistance entières sont détruites.

Une agriculture autogérée n’est pour nous viable qu’en dehors des structures et obligations capitalistes. Nous soutenons une agriculture locale au possible, répondant aux besoins concrets des gens, une agriculture qui produit autant que possible de manière écologique, et sans exploitation animale.

5. Vous parlez d’élevage de masse comme terrain pour la maximisation du profit. Que voulez-vous dire par là?

Nous voyons les élevages de masse comme une conséquence logique de l’élevage dans le capitalisme.

La conception largement diffusée dans la société, comme quoi les animaux seraient seulement des objets pour la satisfaction de « besoins » humains, est poussée jusqu’au bout dans le capitalisme.

Une production la plus haute possible de viande, avec une utilisation petite au possible de ressources, peut être obtenue en élevant les animaux sur des terrains toujours plus petits.

De plus, les animaux ne peuvent quasiment pas bouger, et donc la plupart des calories est orientée vers la production de viande, qui est utilisable pour le profit.

A partir de là, dans la production de produits d’origine animale, la division du travail est tendanciellement plus grande, ce qui augmente les possibilités d’une plus grande exploitation et d’une plus grande maximisation du profit.

6. Comment est-il possible de vous aider?

– Passer nous voir, vivez la résistance et connectez-vous à nous

– Diffusez l’information concernant l’occupation

– Menez vous-même l’action directe contre la destruction et l’oppression de l’être humain, de l’animal et de l’environnement

– Si vous le pouvez, aidez-nous matériellement et financièrement. Vous trouverez plus de détail sur notre site web www.antiindustryfarm.blogsport.de

– Nous sommes toujours contentEs d’avoir du courrier : A. Adam c/o Besetzer_innen Reihernweg 2 29323 Wietze Deutschland

Les Verts trahissent l’écologie pour s’installer dans les institutions

Les élections régionales n’ont pas intéressé grand monde. Et pourtant du point de vue de l’écologie, elles ont consisté en un double assassinat.

Le premier, c’est celui de la taxe carbone. Le second, c’est celui du parti des Verts.

Pour la taxe carbone, les choses sont claires et nettes: elle a été liquidé de manière rapide et efficace, au milieu du remaniement ministériel. L’excuse trouvée est tout aussi simple: il faut faire les choses au niveau européen ou pas.

C’est le vieux principe comme quoi il faudrait attendre que tout change pour changer soi-même (quand le monde sera écolo je le serai, quand tout le monde sera végan je le serai etc.).

Mais que d’un côté, la présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef), Laurence Parisot, soit satisfaite, c’est logique: « Nous sommes soulagés, notamment pour toute l’industrie qui n’aurait pas supporté ce nouveau handicap de compétitivité. »

Que Ségolène Royal, le soit aussi, sur TF1, c’est dans l’ordre des choses: « J’ai toujours dit que cette taxe était à la fois injuste et inefficace. Cette taxe n’a de sens que s’il y a des solutions alternatives. (…) Tant qu’on n’a pas développé la voiture électrique ou des transports alternatifs, cette taxe est parfaitement injuste et antisociale, et c’est une bonne chose qu’elle soit retirée. »

Mais que la porte-parole des Verts, Djamila Sonzogni, lance: « La taxe Sarkozy carbone ne remplissait pas les critères nécessaires pour être juste socialement, efficace économiquement et performante énergétiquement. Le projet, enterré ce jour par Nicolas Sarkozy, ne sera pas regretté par les écologistes. »

Là quand même, il y a de quoi se poser plus que des questions! Alors oui le même communiqué explique que « Pour le gouvernement, l’avenir de la planète s’arrête à 2012. » Mais le problème est que pour les Verts, cet avenir commence en 2012, avec la présidentielle!

Car déjà les Verts sont noyés dans « Europe écologie » qui est un fourre-tout qui n’a rien à voir avec l’écologie. On y trouve des figures du « mouvement social », des personnalités associatives, des figures médiatiques comme l’ancienne magistrate Eva Joly, Augustin Legrand des enfants de Don Quichotte, Emmanuelle Cosse ancienne président d’Act-Up Paris, etc.

Bref, des gens qui veulent faire une carrière politique. Qui n’ont comme seul projet que leur « bonne volonté » et leurs valeurs, qui ne remettent pas en cause les fondements de cette société, et ne se rapprochent ni de la libération animale, ni de la libération de la Terre.

Et en plus, à côté de cela désormais, il y a Daniel Cohn-Bendit et son « appel du 22 mars » qui vise à faire en sorte qu’Europe écologie s’élargisse encore plus.

Cela ferait les Verts dans Europe écologie, Europe écologie dans autre chose d’encore plus large, le tout appelé « écologie politique » alors que la seule cohésion, ce sont les élections!

Quelle ironie tout de même que le choix de Cohn-Bendit en ce qui concerne la date de sa proposition, qui est une allusion au mouvement fondé le 22 mars 1968 à la faculté de Nanterre, rassemblant différents courants d’extrême-gauche à la base pour renforcer la contestation.

Là il ne s’agit en effet pas de révolution mais de manoeuvres pour les élections, afin de rassembler « Verts, socialiste, Cap 21, communiste, que sais-je encore. »

Soit exactement le genre de flou dont les animaux et la Terre n’ont pas besoin! Tout l’appel de Cohn Bendit consiste en ce flou absolu par ailleurs. Intitulé « Inventons ensemble une Coopérative politique », publié dans Libération et signé Daniel Cohn-Bendit Député européen Europe Ecologie, le voici dans son intégralité:

C’est un tournant historique. Des européennes aux régionales, l’écologie politique s’installe désormais comme un espace autonome dans le paysage politique français. Mais devant l’ampleur des défis auxquels doivent répondre nos sociétés, la consolidation est une nécessité absolue.

Il faut nous inscrire dans la durée et honorer ce rendez-vous avec l’histoire sous peine de disqualifier notre critique de l’irresponsabilité de ceux qui ne font rien, à Copenhague ou ailleurs, parce qu’ils sont incapables de dépasser leurs petits intérêts particuliers. Nous avons besoin d’une structure pérenne et souple à la fois, capable d’élaborer des positions collectives et de porter le projet écologiste, sans s’abîmer dans la stérilité des jeux de pouvoir ou la folle tempête des egos en compétition.

Soyons clairs : il est hors de question d’abandonner aux appareils de parti, cette dynamique de renouvellement politique et social. Cela reviendrait à nous installer au cimetière, déjà bien encombré, des espérances déçues. Je reconnais d’ailleurs que, sous la pression des échéances électorales, nous avons trop longtemps repoussé la question de la forme de notre mouvement, au point de laisser le rêve en friche.

Entre simple marque électorale et réseau purement virtuel, Europe Ecologie est resté une projection, où chacun pouvait voir midi à sa porte. D’ailleurs, les résultats contrastés de nos listes au premier tour des régionales soulignent le succès de ceux qui ont respecté l’esprit du rassemblement face à ceux qui se sont contentés d’en appliquer formellement la lettre, le réduisant à une simple tactique d’ouverture.

Sans en renier l’histoire récente, il est temps d’incarner l’écologie politique dans un corps nouveau, une forme politique largement inédite, décloisonnée, pour mener la transformation de la société

Abstention, populismes, clientélisme… Cette élection le prouve encore : depuis des décennies, le fossé n’a cessé de se creuser entre la société et le politique. Le divorce démocratique est profond entre des logiques partidaires complètement déracinées qui fonctionnent en hors sol et une société active, diverse, créative mais sans illusion sur la nature et les formes du pouvoir qui s’exerce sur elle.

Les partis politiques d’hier étaient de véritables lieux de socialisation et d’apprentissage de la cité. Mais aujourd’hui ils se réduisent le plus souvent à des structures isolées de la société, stérilisées par de strictes logiques de conquête du pouvoir, incapables de penser et d’accompagner le changement social, encore moins d’y contribuer.

Parti de masse caporalisé ou avant-garde éclairée de la révolution, rouge voire verte : ça, c’est le monde d’hier.

Celui de la révolution industrielle et des partis conçus comme des machines désincarnées, sans autre objet que le pouvoir. Comme des écuries de Formule 1, ces belles mécaniques politiques peuvent être très sophistiquées et faire de belles courses entre elles, mais elles tournent en rond toujours sur le même circuit, avec de moins en moins de spectateurs.

Le mouvement politique que nous devons construire ne peut s’apparenter à un parti traditionnel. Les enjeux du XXIe siècle appellent à une métamorphose, à un réagencement de la forme même du politique. La démocratie exige une organisation qui respecte la pluralité et la singularité de ses composantes.

Une biodiversité sociale et culturelle, directement animée par la vitalité de ses expériences et de ses idées. Nous avons besoin d’un mode d’organisation politique qui pense et mène la transformation sociale, en phase avec la société de la connaissance. J’imagine une organisation pollinisatrice, qui butine les idées, les transporte et féconde avec d’autres parties du corps social.

En pratique, la politique actuelle a exproprié les citoyens en les dépossédant de la Cité, au nom du rationalisme technocratique ou de l’émotion populiste. Il est nécessaire de «repolitiser» la société civile en même temps que de «civiliser» la société politique et faire passer la politique du système propriétaire à celui du logiciel libre.

Je n’oublie pas l’apport important des Verts pendant vingt-cinq ans pour défendre et illustrer nos idées dans la vie politique française. Néanmoins, non seulement la forme partidaire classique est désormais inadaptée aux exigences nouvelles de nos sociétés, mais je crois en outre que, tôt ou tard, elle entre en contradiction avec notre culture anti-autoritaire, principe fondamental de la pensée écologiste.

Ni parti machine, ni parti entreprise, je préférerais que nous inventions ensemble une «Coopérative politique» – c’est-à-dire une structure capable de produire du sens et de transmettre du sens politique et des décisions stratégiques. J’y vois le moyen de garantir à chacun la propriété commune du mouvement et la mutualisation de ses bénéfices politiques, le moyen de redonner du sens à l’engagement et à la réflexion politique.

Si cette Coopérative a évidemment pour objectif de décider collectivement aussi bien des échéances institutionnelles d’ici 2012 que des grandes questions de société, sa forme définitive n’est pas encore fixée. Il reviendra à ses membres d’en définir les contours, la structure et la stratégie. Ce débat doit être ouvert.

Pour cela, j’appelle à la constitution de «collectifs Europe Ecologie-22 mars». Constitués sur une base régionale ou locale pour éviter tout centralisme antidémocratique, ces collectifs seront de véritables agoras de l’écologie politique, modérées sur Internet (1).

Leur principale mission étant de penser la structuration du mouvement, ils resteront une étape transitoire, qui devra céder la place à la Coopérative qu’ils auront contribué à construire. Pendant toute la durée de leur existence, ils respecteront un principe de double appartenance, pour les associatifs, les syndicalistes et même ceux qui sont encartés dans un parti politique.

Parce qu’on peut être vert, socialiste, Cap 21, communiste, que sais-je encore, et partie prenante de cette dynamique collective. Encore une fois, l’important est moins d’où nous venons, mais où nous voulons aller, ensemble. C’est l’esprit même du rassemblement qui a fait notre force, cette volonté de construire un bien commun alternatif.
Le moment venu, chaque membre de la Coopérative votera pour en consacrer démocratiquement la naissance. Jusqu’ici, Europe Ecologie s’est contenté d’être un objet politique assez inclassable. L’enjeu de la maturité, c’est sa métamorphose en véritable sujet politique écologiste autonome, transcendant les vieilles cultures politiques.
www.europeecologie22mars.org

En clair: les Verts c’est fini, cela a bien servi, mais maintenant il faut s’inscrire pleinement dans les institutions, les renouveler, tout en se goinfrant.

Ou en version décodée: ce que les socialistes ont fait durant les années 1980, on peut le faire aussi, alors profitons en: faisons semblant de tout changer, et c’est le jackpot pour nous.

Voilà pourquoi Cohn Bendit se sent obligé d’expliquer que les définitions strictes, l’esprit contestataire d’avant-garde, ce serait « dépassé. » Il ne veut pas de définition, il ne veut pas d’exigences. Il veut le libéralisme, et tant pis pour les animaux et la planète.

Dans cette version libérale des choses, qui s’imagine au-dessus de tout et « ultra moderne », il n’y a de la place que pour l’opportunisme, la « souplesse » faisant que, pareillement que chez les partisans des « droits des animaux », le mouvement est tout, le but n’est rien, il faudrait savoir s’adapter, temporiser, négocier, et patati, et patata.

A cela, il faut savoir dire non!

L’objectif de la libération animale est quelque chose qui a de la valeur en soi, tout comme l’objectif de la libération de la Terre. Et cette valeur est obligatoire, elle ne se négocie pas; qui ne comprend pas ces deux engagements passe à côté de la réalité et de ses exigences!

Pour la fermeture du laboratoire Jean Mérieux à Lyon!

Quoi?

Le laboratoire P4 « Jean-Mérieux » situé avenue Tony Garnier, dans le quartier de Gerland, dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Dans ce laboratoire sont manipulés « les virus dangereux pour lesquels on ne dispose ni de vaccin ni de traitement efficace, comme ceux des fièvres hémorragiques Ebola, Lassa et Marburg. » (Le Monde, 24/10/2001).

Ce laboratoire est le seul de cette importance en Europe. Il existe même actuellement moins de 10 laboratoires de ce type au monde, la plupart étant situé aux Etats-Unis.

Qui?

Des animaux qui subissent la vivisection. A Lyon dans ce laboratoire est pratiquée la vivisection sur les rongeurs, mais également sur des primates (pour qui 16 cages sont destinés).

Pourquoi?

La laboratoire a été ouvert en 1999, après deux années de travaux, par la Fondation Mérieux « sans appel d’offre ni enquête préalable auprès des riverains » (Science et Vie, nov. 2000).

Cette « fondation » qui finance le laboratoire est en réalité la façade d’une industrie fleurissante.

En effet, la famille Mérieux est une dynastie d’entrepreneurs lyonnais, à l’origine des entreprises Sanofi Pasteur (ex. Institut Mérieux), bioMérieux (diagnostic in vitro), Mérial (activité vétérinaire), Biomnis (ex. laboratoire Marcel Mérieux) mais également donc de la Fondation Marcel-Mérieux, du laboratoire P4 Jean Merieux et de l’organisme de formation humanitaire Bioforce.

Au service de quoi?

Certainement pas de la santé. Quand on se préoccupe de la santé des gens, on ne place pas un tel laboratoire en pleine ville.

Surtout quand le risque zéro n’existe pas, ce qui est assumé par le  directeur Alain-Jean Georges: « Il est absolument impossible qu’un virus sorte par accident du laboratoire. Le risque zéro n’existe pas, mais il reste purement théorique. » (Acteurs de l’économie, janvier 2005)

Sans compter que « La nuit, les camionnettes circulent dans l’enceinte pour livrer le laboratoire d’analyses médicales mitoyen. Il est vrai qu’il y a beaucoup de va-et-vient et qu’on ne peut pas tout surveiller » reconnaît le professeur Girard (Science et Vie, nov 2000).

A cela s’ajoute que « Le P4 Jean Mérieux a une vocation de laboratoire d’accueil pour des équipes extérieures » (Biofutur, octobre 2004).

Car ce laboratoire est sous la responsabilité de l’Inserm, Institut National de la santé et de la recherche médicale, et y passent donc des chercheurs du CNRS, de l’Université Lyon I, de l’École normale supérieure, de l’Institut Pasteur, et bien-sûr du Centre de Recherche du Service de Santé des Armées…

Niveau sécurité le préfet du Rhône a expliqué que « dans l’hypothèse (peu probable) d’une agression de type explosif entraînant une rupture massive du confinement, les virus seraient tous détruits car ces derniers ne supportent pas des températures supérieures à 50 degrés » (Science et Vie, nov 2000). Mais en réalité, l’article à ce sujet rappelle que « le chauffage à 50 degrés des virus n’est efficace que s’il est prolongé pendant au moins trente minutes »!

Au service de quoi? (2)

Si le risque zéro n’existe pas pour les responsables du laboratoire, par contre la libération animale elle représente une menace qui préoccupe.

On reconnaît le sens des priorités d’un tel laboratoire, financé par l’industrie, organisé par l’Etat, et existant de manière totalement opaque et anti-démocratique!

Ainsi l’animalerie est sans issue de secours « afin de parer à toute éventualité – y compris une action de commando anti-vivisection. » « Tous les utilisateurs ont reçu un entraînement au stress » explique Thierry Valet, responsable de la sécurité (Acteurs de l’économie, janvier 2005).

On a donc un laboratoire ultra-dangereux payé par un gros monopole qui détient 25 % du marché mondial de vaccins (Les Échos, La vaccination cherche un nouveau souffle, Les Échos, publié le 9 mars 2009).

Organisé par l’État, avec un contrôle militaire, le tout de manière opaque! Avec naturellement la vivisection sur les animaux!

Composés organochlorés et semaine sans pesticides

Cette semaine s’ouvre la « semaine sans pesticides », qui va durer jusqu’au 30 mars. Il s’agit d’une campagne lancée par l’Action Citoyenne pour les Alternatives aux Pesticides, qui regroupe différentes associations.

Une campagne d’autant plus importante que la France est le premier consommateur de pesticides en Europe, avec 76 000 tonnes… et le troisième au niveau mondial!

En fait, le problème est tellement grand que même l’État a été obligé de lancer un programme pour réduire de moitié l’utilisation de pesticides: c’est le programme Ecophyto 2018.

Et il faut savoir qu’en plus de cela, il existe les « organochlorés » qui sont interdits en Europe, mais pas dans les autres pays, et qui peuvent donc atterrir dans notre organisme, et y rester… jusqu’à 25 ans.

Précisons d’abord ce que sont ces organochlorés, avec une bonne définition tirée de wikipédia:

Un composé organochloré est un composé organique de synthèse, comportant au moins un atome de chlore et utilisé comme solvant, pesticide, insecticide, fongicide ou réfrigérant ou molécules intermédiaires de synthèse en chimie et pharmacie.

Les plus connus sont les pesticides (DDT, aldrine, kepone, dieldrine, chlordane, heptachlore, endrine, mirex, BPC, toxaphène, lindane …), les PCB et les dioxines.

Et comme la consommation de « viande » explose en raison des énormes bénéfices que cela apporte, ces organochlorés sont massivement présents dans les cadavres d’animaux.

Le même article de wikipédia explique ainsi:

Au moment où le dieldrine fut interdit en 1974, la Food and Drug Administration en retrouva dans 96% de la viande, de la volaille et du poisson consommé aux États-Unis, dans 85% des produits laitiers et dans la chair de 99,5% des Américains.»

Mais voici un article très intéressant, de l’université Laval, qui montre que les végétaliens s’empoisonnent justement beaucoup moins avec ces organochlorés.

Il va de soi qu’il s’agit de l’université québecoise, car jamais une université française, vue le poids de l’industrie comme source de profits, ne remettrait en cause le modèle dominant.

Ce que ne fait d’ailleurs pas non plus l’université Laval, qui « regrette » cette situation: « Il faudrait se cantonner, des années durant, à une diète composée uniquement de végétaux pour réduire la quantité de polluants organochlorés dans notre organisme. »

Mais cela a le mérite d’en parler. Voici l’article:

Peut-on réduire la quantité de polluants organochlorés dans notre organisme en modifiant notre alimentation? Une étude pilote menée par Hélène Arguin, Marina Sanchez, Jean-Philippe Chaput et Angelo Tremblay, de la Faculté de médecine, et par quatre collaborateurs américains, indique que la chose est faisable. Toutefois, pour y arriver, patience et longueur de temps s’imposent puisqu’il faut se cantonner, des années durant, à une diète composée uniquement de végétaux.

La famille des organochlorés regroupe des insecticides et des produits chimiques qui sont maintenant bannis dans la plupart des pays industrialisés. On les associe à un cortège de maladies dont les cancers, les maladies du foie et le parkinson ainsi qu’à l’affaiblissement du système immunitaire. En raison de leur résistance à la dégradation et à leur affinité pour les graisses, ils sont encore présents dans la chaîne alimentaire, en particulier dans les tissus adipeux des animaux. De là à se demander si les personnes qui ne consomment pas de viande s’en tirent mieux, il n’y avait qu’un pas qu’a franchi l’équipe d’Angelo Tremblay.

Les chercheurs ont comparé les concentrations de 26 composés organochlorés dans le sang de 9 végétaliens et de 15 omnivores. Le groupe végétalien était composé de personnes qui, depuis dix ans en moyenne, consommaient exclusivement des légumes, des fruits, des noix et des germes de plantes. Malgré ce régime plutôt strict, les chercheurs rapportent dans un récent numéro du British Journal of Nutrition qu’ils ont détecté la présence de 17 composés organochlorés dans le sang des participants des deux groupes. Toutefois, les concentrations de cinq de ces composés étaient plus faibles — de 20 à 40 % moins élevées — chez les végétaliens que chez les omnivores.

L’adoption d’un régime végétalien permettrait donc d’abaisser la charge d’organochlorés dans l’organisme, mais pas de l’éliminer. «Ces composés sont très résistants, explique Angelo Tremblay. Les BPC, par exemple, ont une demi-vie qui varie de 5 à 25 ans. Si nous détectons des organochlorés chez des sujets qui sont végétaliens depuis de nombreuses années, c’est qu’ils en ont consommés plus tôt dans leur vie ou qu’ils mangent des fruits ou des légumes importés qui en contiennent.»

Olestra: peu d’effet

Les organochlorés ont un autre effet qui s’avère plutôt embêtant pour les gens qui tentent de perdre du poids: ils diminuent le métabolisme au repos. Lorsque l’organisme puise dans ses réserves de graisses et qu’il libère les organochlorés qui s’y sont accumulés au fil des ans, il s’ensuit une baisse du métabolisme qui entrave la perte de poids.

Des études antérieures avaient signalé que l’olestra — un substitut du gras que Procter & Gamble utilise dans certaines croustilles vendues aux États-Unis — réduit considérablement la concentration  en organochlorés chez des sujets très contaminés et chez des animaux. Pour déterminer si ce produit pouvait favoriser l’élimination des organochlorés libérés lors d’un régime amaigrissant, les chercheurs ont soumis, pendant trois mois, un petit groupe d’hommes obèses à une diète contenant 25 % de graisses et de l’olestra.

Les effets de ce régime ont été comparés à ceux d’un régime contenant 25 % de graisses sans olestra et à un régime régulier contenant 33 % de graisses. Résultat? Rien de renversant puisque l’olestra a abaissé la concentration d’un seul des 26 organochlorés mesurés.

Les chercheurs hésitent à tirer des conclusions à partir de ces deux études parce qu’elles reposent sur un petit nombre de sujets. «Néanmoins, dit Angelo Tremblay, on peut d’ores et déjà constater qu’il est difficile de ne pas accumuler d’organochlorés dans l’organisme et tout aussi difficile de s’en débarrasser.»

Il va de soi que le véganisme est une question morale, pas une question de « bienfaits » alimentaires. Mais il serait absurde de ne pas en parler, car si les animaux sont massacrés de manière industrielle, cela tient à une logique: celle du profit capitaliste.

L’existence de la « viande » va forcément de pair avec l’empoisonnement chimique. Tout se rejoint dans le principe de la maximisation du profit.

Être réaliste, c’est constater cela, et comprendre qu’il n’y a pas de libération animale sans libération totale, et vice-versa!

CITES ou police: pas de fausse naïveté face à l’exploitation animale

La Société Nationale de Défense des Animaux a lancé une campagne d’affichage au sujet du trafic d’animaux dans les rues parisiennes. Il y aura 150 affiches dans le métro parisien et six camions avec des panneaux qui circuleront en ville.

Sur les photos on voit des chiens et des chats en situation précaire, et un slogan: « Mais que fait la police? »

Une telle démarche est hautement critiquable. Car il est vrai qu’il est évidemment horrible de voir des très jeunes animaux, simplement mis en vente dans les rues, dans le froid, dans une situation précaire. On peut voir ici une courte vidéo et là un article avec des photos présentant le contexte, et ici une plus longue vidéo de France 3 (sur le site on voit des photos de la campagne du SNDA).

Seulement voilà et justement, il y a un contexte! D’abord il y a le fait que les gens qui les vendent viennent de Roumanie, et s’ils vivent dans des conditions plus que précaires au point de faire du trafic d’animaux, ce n’est pas pour rien!

Ce n’est pas excusable bien sûr en soi, mais mener une campagne coûteuse alors qu’à côté les abattoirs tournent à plein régime et que les animaleries vendent de manière industrielle… il y a quand même ici une fausse naïveté.

Une fausse naïveté qui ne sert pas les animaux, mais par contre les gens ne voulant pas de la libération animale, soucieux d’avoir une « bonne image » en se prétendant les « amis » des animaux.

Ainsi la tête de liste du Front National dans les Hauts de Seine peut-il écrire un article comme celui-là, profitant des grands espaces qui existent dans ce genre de campagne refusant d’affronter l’exploitation animale en général:

Cet ignoble trafic d’animaux en Ile-de-France

Après les faux handicapés, l’exploitation de nouveaux nés, les clandestins de l’Europe de l’est font aujourd’hui du trafic de chiens et de chiots un business en pleine expansion à Paris et maintenant dans notre département. Portées de chiots, chiens volés ou importés illégalement dans des conditions sanitaires ignobles, ces animaux sont mis en vente sur les trottoirs franciliens entre 300 et 900 € selon la race.

Le risque de voir d’ailleurs réapparaître des cas de rage dans notre région n’est bien sûr pas à prendre à la légère puisque ces animaux ne sont même pas vaccinés. De plus, ces vendeurs à la sauvette ne risquent pas grand chose, si ce n’est une simple contravention. Alors, pourquoi se gêner ?

Comme futur conseiller régional mais surtout comme cynophile, je suis bien décidé à mettre un coup d’arrêt à cette pratique en faisant front commun avec les différentes associations de défense des animaux et notamment la Fondation Brigitte Bardot, qui ont interpellé en vain la Dspap (Direction de la sécurité publique de l’agglomération parisienne) et le procureur de la république sur ce trafic abject.

Le Front National dénonce une nouvelle fois le laxisme des pouvoirs publics en matière d’immigration clandestine, de travail au noir ou de protection animale.

Quand on lit cela, on voit bien que l’attaque contre les « clandestins de l’Europe de l’est » est là pour se donner un masque « pro-animaux » alors qu’il n’y a évidemment aucune critique de l’exploitation animale en général… Ce n’est pas la vente d’animaux qui est critiquée, mais la vente « illégale. » C’est très différent!

Constatons alors ici cette simple vérité: il y a le préjugé qui existe comme quoi quand on aime les animaux, on aime pas les humains. Mais là on voit bien que ce sont ceux qui font semblant d’aimer les animaux n’aiment pas les humains.

La véritable compassion serait de chercher à comprendre: comment des gens peuvent en arriver à passer leurs journées dans la rue, dans le froid, pour vivre d’un trafic d’animaux?

Et non pas de lancer des appels populistes contre les « clandestins de l’Est » tout cela pour ne pas critiquer l’industrie et ses profits!

Car la vente dans les rues est la partie immergée (et donc visible) d’un océan de souffrances, par contre bien invisible car masqué par la société et ses valeurs dominantes. C’est en effet le profit qui détermine la condition animale. Le trafic dans les rues de Paris n’est qu’un reflet d’une situation globale.

On en voit la démonstration en ce moment avec la conférence de la CITES (convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction).

Celle-ci a rejeté, jeudi 18 mars à Doha, une proposition de Monaco visant à suspendre les exportations du thon rouge.

Victime de la mode des sushis, le thon rouge, qui est hautement « surpêché » (80% de population en moins dans l’Atlantique Ouest entre 1970 et 2007, et 74,3% en moins dans l’Atlantique Est entre 1955 et 2007), est au bord de l’extinction.

Ce qui ne compte pas pour l’exploitation animale: sur les 175 pays signataires de la Convention, seuls les Etats-Unis, le Kenya et la Norvège ont appuyé la demande de Monaco qui consistait en l’inscription de cette espèce de thon à l’Annexe I de la CITES afin d’en interdire le commerce international et de protéger ces poissons.

L’Union Européenne, quant à elle, s’est vue « déçue » du refus de la CITES alors qu’elle demandait en fait… que la mise en oeuvre soit repoussée jusqu’en mai 2011!

Tout est question de profit. Le Japon, qui était contre cette interdiction, importe par exemple 80% du thon rouge de l’Atlantique, et a donc prétexté vouloir faire des efforts et aider la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT)…

Car l’ICCAT avait décidé en novembre 2009 de réduire les quotas de pêche de 22 000 tonnes à pas moins de 13 500 tonnes pour l’année 2010 ! L’ICCAT regroupe les pays pêcheurs, l’on se doute bien alors du non respect des quotas et l’on comprend la volonté du Japon à vouloir s’allier avec l’ICCAT.

Il est facile de voir que la Mer et ses habitantEs sont exploitéEs à outrance, que le même sort attend les esturgeons bélugas qui sont tués afin de satisfaire les fans de caviar. Ce n’est pas moins de 18 espèces d’esturgeons qui sont menacés, selon les recherches de l’Union internationale de conservation de la nature (UICN).

On peut même voir que le même sort va en fait concerner tous les êtres vivants. C’est une logique meurtrière, d’exploitation. Une telle logique ne s’arrête pas d’elle-même. Ce n’est pas la CITES ni la police qui va changer le monde!

Ni Greenpeace: dans un communiqué, cette association juge « tout simplement inacceptable » de « faire passer les intérêts à court terme de quelques Etats qui pratiquent un lobbying très actif, tels que le Japon, avant la préservation d’une espèce menacée ».

Mais c’est un point de vue non pas pour les animaux ou la planète: c’est un point de vue visant à pérenniser l’exploitation. La mentalité qu’on a ici, c’est: « si il n’y a plus de thons rouges, il n’y en aura plus à manger. Laissons les « stocks »  (selon leurs propres termes) se renouveler afin de remanger ultérieurement du thon rouge ».

Voilà donc la logique des associations « écologistes » qui sont au final prêtes à attendre des gestes d’industries exploitantes comme l’ICCAT. Il ne s’agit même plus de demander des réformes, mais simplement de vouloir des meurtres à une moindre échelle!

Concert au profit de la recherche sans expérimentation animale

CONCERT AU PROFIT DE LA RECHERCHE SANS EXPERIMENTATION ANIMALE

VENEZ NOMBREUX !

PARIS – SAMEDI 18 OCTOBRE 2008 – 20h30 – CONCERT

Théâtre du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique
2, bis rue du Conservatoire – 75009 – Paris –Métro Grands Boulevards.

Michèle SCHARAPAN – piano
Martine BAILLY – violoncelle
Thomas GAUTIER – violon

Programme : Franz Schubert

Trio en Sib majeur D. 898
Trio en Mib majeur D. 929

La salle où Berlioz créa sa Symphonie fantastique, rendue pour un soir à sa vocation première, retrouvera sa
configuration et son décor d’origine pour une soirée exceptionnelle.

Le bénéfice du concert sera offert à l’association Antidote Europe pour contribuer à son projet « Test cancer ».
Antidote Europe est une association à but non lucratif, créée par des chercheurs issus du Centre national de la recherche scientifique (CNRS, France), oeuvrant pour une meilleure prévention en matière de santé humaine. Elle propose notamment une méthode d’évaluation de la toxicité des substances
chimiques sur des cellules humaines en culture, méthode scientifiquement éprouvée et disponible aujourd’hui, et demande aux autorités que l’on cesse de s’en remettre à des tests sur des animaux sans pertinence pour l’homme.

http://www.antidote-europe.org/


Tarifs : 2O €
10 € étudiants et chômeurs –
10 € tarif collectivités à partir de 5 places.
Placement libre.
http://michele-scharapan.com

Billetterie sur place le jour du concert et par correspondance : Concert du Trio – 11, rue Jean Ferrandi – 75006 – Paris
(adresser chèque établi à l’ordre de Pierre ALLIO et si possible une enveloppe timbrée pour le retour des places )