• « Vegan » - L'alimentation végétale pour la femme enceinte et le bébé
    L'alimentation végétale pour la femme enceinte et le bébé

Forage pétrolier au large de la Guyane

« En France, on a pas de pétrole, mais on a des idées » : voilà ce que disait le spot publicitaire de 1978 de l’agence pour les économies d’énergie.

Sauf que les moyens technologiques et les vélléités commerciales changent la donne. Ainsi, du pétrole il y en a désormais en France. Ou plus exactement dans ses colonies, que l’on trouve un peu partout dans le monde, et pour être encore plus précis au fond de l’océan.

C’est le projet extraplac (en gros: on agrandit la plaque appartenant à la France), qui touche aussi la Martinique, la Réunion, la Nouvelle-Calédonie… et est géré par l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER).

Le fait d’aller chercher les richesses au fond de la mer est annoncé ouvertement:

Objectifs de la France

La possibilité d’agrandir encore les zones maritimes sous sa juridiction intéresse la France à plusieurs titres:
– Elle lui permettra d’affirmer encore plus sa place de nation maritime majeure,
– les extensions du plateau continental concernent des grands fonds, naguère encore inaccessibles à l’exploitation opérationnelle.

Ce projet s’est vu accorder une importance très grande ces dernières années, et les objectifs sont clairs : trouver pétrole, hydrate de gaz, minerais, enzymes.. et les exploiter commercialement.

C’est pour cela que ces jours-ci commencent la mise en place d’un forage au large de la Guyane. Le forage s’y trouve au large, à 3000m mètres de profondeur.

Sur la route ? 933 espèces de poissons, 29 espèces de mammifères marins, 5 espèces de tortues… sans compter les invértébrés ! Et à côté, on a une mangrove gigantesque :

La mangrove en Guyane couvre la quasi totalité (80 % environ) des quelques 350 km de côte, soit une superficie de 70 000 ha. Elle grandit à la fois sur la côte et dans les estuaires des fleuves.
Sa présence est intimement liée au déplacement des bancs de vase, déplacements qui s’expliquent par les apports alluvionnaires du fleuve Amazone le long des côtes guyanaises sous l’influence notamment des courants marins et des alizés.

Tout cela, évidemment, ne compte pas face au profit. Et là, toutes les réglementations, comme par hasard, sautent, car là ne serait pas l’important.

Ainsi, en cas de marée noire, la société TULLOW OIL promet d’intervenir… dans les 36 heures ! C’est ce qu’on appelle avoir le sens de l’urgence…

Et Tullow Oil n’est pas BP : c’est une entreprise bien plus petite, qui vise à explorer et découvrir s’il y a du pétrole (par exemple au Ghana, en Ouganda). C’est le sens du forage en Guyane (ici TOTAL et SHELL sont participants à hauteur de 33 et 25% du projet). Les moyens en oeuvre en cas de catastrophe seraient bien moindres.

Ce qu’on connaît de ces moyens, ce sont surtout les dispersants (nous en avions parlé au moment de la catastrophe dans le golfe du Mexique). Eh bien ces dispersants prévus par TULLOW OIL sont même interdits en France !

Plus délirant encore : le procédé de forage prévu est lui-même interdit en France !

On a donc, de nouveau, tous les ingrédients pour une catastrophe à venir. Et cette fois, les écologistes et les vegans français ne pourront pas faire comme si de rien n’était, comme lors de la catastrophe du Deep Water Horizon.

Rappelons ici qu’il y a encore aujourd’hui par endroits, au fond de l’océan du golfe du Mexique, des zones avec quasiment 10 centimètres d’épaisseur de pétrole. Et que si BP prétend que tout sera revenu dans l’ordre d’ici 2012, cela ne sera évidemment pas le cas!

Le peuple de l’eau bleue-verte contre les mines d’uranium dans le grand canyon

Une chose est entendue : la machine s’emballe. La Terre ne va cesser d’être meurtrie, et dans cette tendance il n’y a plus de protection qui tienne. Le grand canyon en Arizona lui-même devient ainsi une cible.

Pourquoi cela ? Parce qu’en 2006, 66.500 tonnes d’uranium ont été utilisées dans le monde, et selon l’Agence internationale de l’énergie atomique, en 2030 il en faudra le double.

Par conséquent, ce sont des milliers de demandes de forage dans la zone du grand canyon qui ont été faites ces toutes dernières années (voir ici le site du Grand Canyon Trust Fund).

La dernière mine d’uranium dans le grand canyon avait fermé ses portes en 1972, et la zone elle-même a été reconnue patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.

Mais que vaut le droit devant la force ? Ce qui a été donné peut être repris, du moment qu’on a le pouvoir.

Il y a ainsi une seule mine qui fonctionne pour l’instant, l’Arizona 1 de l’entreprise canadienne Denison Mines Corporation. Mais on considère que ses activités menacent la rivière Colorado, qui alimente notamment en eau potable 30 millions d’humains (Las Vegas, Los Angeles…) sans parler des animaux.

L’uranium, au contact de l’oxygène, devient soluble dans l’eau, et le vent peut transporter des poussières radioactives… Dans la région, la rivière Little Colorado a déjà officiellement une eau impropre à la consommation ou même à la baignade.

A cela s’ajoute le processus de production du « yellow cake. » Il s’agit du concentré d’uranium pour les centrales nucléaires.

Le processus présuppose de faire un tri, les déchets étant 80% plus radioactif que le « yellow cake » et sa durée de vie est de 4,7 milliards d’années. Des milliers de tonnes sont enterrées dans des containers pour des plans d’au moins 200 ans. Mais après ?

Et comme nous parlions de rapport de force : les projets de forage ont été gelés pour deux ans et le Grand Canyon Watersheds Protection Act a été promulgué afin de protéger la zone…

Sauf que le congrès ne l’a pas encore validé. Et que même s’il le fait, cela ne sera pas valable pour les projets de mine établis avant la promulgation de la loi!

Mais il existe des gens dont l’identité est de défendre le grand canyon. Il s’agit de la nation Havasupai – le peuple de l’eau bleue-verte. Elle ne regroupe que 650 personnes (voir le site gouvernemental et le site public), mais mène campagne pour préserver la région du grand canyon, se considérant comme devant protéger le lieu.

On peut voir ici une vidéo de pourquoi cette nation a ce nom. Mais les photos parlent également d’elles-mêmes.

Voici également la présentation du grand canyon sur le site de l’UNESCO :

Brève description

Sculpté par le Colorado, le Grand Canyon, de près de 1 500 m de profondeur, est la gorge la plus spectaculaire du monde. Situé dans l’Arizona, il traverse le parc national du Grand Canyon. Ses strates horizontales retracent une histoire géologique s’étendant sur 2 milliards d’années. On y trouve aussi les vestiges préhistoriques d’une adaptation humaine à un environnement particulièrement rude.

Valeur exceptionnelle

Le Grand Canyon offre l’un des plus grands spectacles géologiques permanents de la planète. Son étendue est impressionnante et le témoignage qu’il révèle sur l’histoire de la Terre a une valeur inestimable. La gorge d’une profondeur de 1,5 km, mesure de 500 m à 30 km de large. Elle serpente sur 445 km de long et ses sinuosités résultent de six millions d’années d’activité géologique et d’érosion causée par les eaux du Colorado sur la croûte terrestre soulevée. Vus des bords du canyon, les temples, les buttes, les pointes et autres mesas donnent l’impression d’être des montagnes. Les strates horizontales du canyon retracent 2 milliards d’années d’histoire géologique et illustrent les quatre grandes ères géologiques qui la composent.

Critères

(vii) Fort de sa réputation et de sa beauté naturelle exceptionnelle, et considéré comme l’un des paysages les plus puissants du monde sur le plan visuel, le Grand Canyon doit son renom au caractère vertigineux de ses profondeurs, à ses buttes en forme de temples et à sa topographie aussi vaste que multicolore et labyrinthique. Le parc recèle parmi ses merveilles naturelles de hauts plateaux, des plaines, des déserts, des forêts, des cônes de cendres, des coulées de lave, des cours d’eau, des cascades et l’une des plus grandes rivières d’eaux vives d’Amérique.

(viii) Le parc renferme des données géologiques sur les quatre ères de l’histoire de l’évolution de la Terre, du Précambrien au Cénozoïque. Les périodes précambrienne et paléozoïque sont particulièrement visibles sur les parois du canyon et présentent une forte concentration de fossiles. De nombreuses grottes abritent des fossiles et des vestiges fauniques qui étendent le registre paléontologique jusqu’au Pléistocène.

(ix) Le Grand Canyon est un exemple exceptionnel de milieux biologiques ayant évolué à diverses altitudes à mesure que la rivière a creusé son lit, illustrant cinq des sept zones de vie d’Amérique du Nord dans les parois du canyon. Les espèces végétales et animales se chevauchent dans un grand nombre de zones et se retrouvent dans l’ensemble du canyon.

(x) La topographie variée du parc a constitué des écosystèmes d’une égale diversité. Les cinq zones de vie à l’intérieur du canyon sont représentées dans une zone géographique remarquablement restreinte. Le Parc national du Grand Canyon est un refuge écologique, avec des vestiges relativement intacts d’écosystèmes en régression (à l’instar des forêts boréales et des communautés ripicoles du désert) et de nombreuses espèces de faune et de flore endémiques, rares ou menacées.