• Candide
    Procès des antispécistes de Lille : Candide face aux juges

Un premier cas de dengue non importé signalé en France : la dengue, un produit de la guerre contre Gaïa

Le réchauffement climatique n’est pas une catastrophe à venir, c’est une catastrophe en cours. Et le premier cas de dengue « non importé » est hautement symbolique.

Il s’agit en effet de la première fois en Europe où un tel cas est déclaré. La dengue est une infection virale, causant fièvre, mal de tête, douleurs musculaires et articulaires, fatigue, nausées, vomissements et éruption cutanée.

Elle est transmise par les moustiques vecteurs du genre Aedes et avec le réchauffement climatique, la dengue élargit son champ d’action. On considère d’ailleurs qu’en 2085, la moitié de la population du monde vivra dans des régions frappées par la dengue…

L’antarctique est désormais la seule zone du monde non frappée par la dengue.

Aujourd’hui, ce sont 100 millions de personnes qui sont frappées chaque année par la forme bénigne de la dengue, 500 000 personnes étant atteintes fièvres hémorragiques chaque année (25.000-50.000 en mourant).

En 2002 une grande épidémie avait infectée un million de personnes à Rio de Janeiro. Voici une carte montrant où est présent la dengue dans le monde en 2000 :

Que la dengue arrive jusqu’en France est significatif. Voici justement le communiqué officiel du ministère de la Santé et des Sports, qui explique ouvertement que ce genre de moustiques est présent en France:

Le risque de développement d’une d’épidémie est considéré comme limité mais ne peut être exclu, en raison de la présence importante du moustique tigre au niveau local. Le ministère chargé de la santé en appelle donc à la mobilisation individuelle et communautaire et demande aux personnes résidant à Nice et aux alentours d’adopter un certain nombre de mesures visant à prévenir toute dissémination du virus :

  • Détruire les larves ainsi que les gites potentiels de reproduction des moustiques autour et dans l’habitat (en supprimant les soucoupes sous les pots de fleurs et en vidant au moins une fois par semaine tous les récipients contenant de l’eau stagnante : vase, détritus, gouttières…) ;
  • Se protéger des piqures de moustiques en portant des vêtements longs, en utilisant des répulsifs cutanés (en respectant les précautions d’emploi, en particulier chez l’enfant et la femme enceinte) ainsi que des moustiquaires de berceau chez le nouveau-né et le nourrisson.
  • Protéger l’habitat (moustiquaires, diffuseurs électriques….).

La dengue se transmet d’homme à homme, uniquement par l’intermédiaire d’une piqure du moustique du genre Aedes. Dans le sud de la France, c’est Aedes albopictus (moustique tigre) qui est présent.

Lors d’une piqure, le moustique prélève le virus sur une personne infectée. Après un délai d’incubation chez le moustique de l’ordre de quelques jours et à l’occasion d’une autre piqure, il peut transmettre le virus à une personne saine. Les mesures individuelles de protection contre les piqures de moustiques sont donc indispensables pour lutter contre le développement d’une épidémie.

La dengue se manifeste en moyenne 5 à 7 jours après la piqûre infectante, par l’apparition soudaine d’une fièvre élevée (supérieure à 38,5°C) associée à des maux de tête, des douleurs musculaires et oculaires et accompagnée d’une fatigue générale.

En cas d’apparition de ces symptômes il convient de consulter son médecin traitant. La guérison s’accompagne en général d’une convalescence d’une quinzaine de jours. La dengue est une maladie qui, dans la majorité des cas, ne présente pas de complication. Néanmoins, il existe des formes sévères et des formes hémorragiques (environ 1% des cas symptomatiques). Il n’existe ni traitement curatif, ni vaccin ; le traitement est donc symptomatique (traitement des symptômes). En raison du risque hémorragique au cours de cette infection virale, il est nécessaire d’éviter impérativement la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires.

Les médias ont parlé de la dengue récemment, car en Martinique et en Guadeloupe, il y a eu 60.000 personnes infectées, sur un total de 800.000 personnes…

Il va de soi évidemment que l’industrie est là pour nous « sauver. » Non pas du réchauffement climatique… mais de la dengue, par l’intermédiaire d’un médicament (voir un long article scientifique en anglais ici), ou bien évidemment d’un vaccin, produit de la vivisection.

C’est l’entreprise Sanofi Pasteur qui espère le mettre en place en 2015-2016. La vivisection est ouvertement assumé par le Dr. Jean Lang dans une interview donnée hier.

Il n’y a franchement qu’en France qu’un médecin peut se vanter de pratiquer la vivisection… Voici ses propos:

Un très grand nombre de tests ont été effectués dans différents modèles afin de caractériser le vaccin et démontrer son innocuité et son immunogénicité. Les tests ont été effectués aussi bien sur des cellules dendritiques humaines in vitro que sur des primates non humains.

Rappelons ici que liée à Sanofi Pasteur, on trouve le laboratoire P4 « Jean-Mérieux » à Lyon, qui pratique la vivisection sur les grands singes. A Lyon se déroulera également début octobre le congrès mondial consacré aux vaccins, bien évidemment en la présence de ce docteur de Sanofi.

Rappelons également que Sanofi Aventis posssède la marque Yves Rocher à 33% (voir notre article One Voice se prononce en faveur d’Yves Rocher, possédé à 33% par Sanofi Aventis).

A cela, quelle réponse pouvons-nous donner ? Les détracteurs du véganisme auront beau jeu de présenter le moustique comme « assassin. »

Sauf que la forme bénigne de la dengue a été constatée en tant que tel… il y a 200 ans. On peut évidemment considérer que la science médicale était peu avancée. Sauf que l’épidémie dans sa forme hémorragique a été constatée pour la première fois en 1953…

Avant 1970, seuls neuf pays avaient connu des épidémies de dengue hémorragique, en 1995 le chiffre avait été multiplié par quatre.

La dengue est le produit de la généralisation des bidonvilles et des grandes villes aux conditions de vie misérables notamment sur le plan sanitaire, des déplacements anarchiques notamment de troupes militaires, et bien entendu du réchauffement climatique.

Les statistiques de l’Organisation Mondiale de la Santé sont très parlantes:

Comme en témoigne l’histoire de la dengue, c’est l’humanité qui par son absence d’organisation, de prévoyance, de planification, qui est la cause de la dengue. Tant que l’humanité fera la guerre à Gaïa, elle court à sa propre perte, tant parce qu’elle ne peut pas gagner, que parce que l’unique moyen pour elle d’avancer est de s’organiser sur des fondements opposés à toute exploitation, oppression et destruction.

La planète doit redevenir bleue et verte!

Psychose sur les pigeons porteurs de maladie

Les pigeons seraient porteurs de maladies dangereuses et contagieuses pour l’être humain. Voilà un préjugé courant et littéralement assassin.

Sur ce site, extrêmement documenté sur les pigeons et incontournable quand on s’intéresse à la question, on trouve une présentation de cette “peur sur la ville.”

On trouve bien entendu un large dossier sur l’affaire de la paroisse dont nous parlions hier. Voici également un message que l’on peut trouver, d’un intérêt certain:

L’affaire de la Paroisse Charles de Foucauld à Laxou près de Nancy 8 articles de presse dont Le Figaro, Le Parisien, Le Point plus tous  ceux publiés au Canada et dans de nombreux blogs.

L’intégralité du dossier depuis le début : http://cousin.pascal1.free.fr/nalo.html#paroisse_charles_foucauld

LA PRESSE

Les articles de presse ont été nombreux mais aucun ne relate  correctement les faits. Le Républicain Lorrain, l’Est Républicain et TF1  news en ont rajouté sur les maladies causées par les pigeons.

À noter la contre-attaque médiatique de l’église où les défenseurs des pigeons sont tournés en ridicule. Mais observez bien le silence sur l’abattage au gaz carbonique, sur l’horreur des cages piège en France et sur l’absence de risque de transmission de maladies par les pigeons à la population.

En plus mon site n’est même pas mentionné, c’est de la censure et de la désinformation, vous ne trouvez pas? Quant à l’attitude des deux curés elle est étonnante. Ils assument la tuerie, point. Ils ne proposent pas de révoquer la convention passée avec la mairie et ainsi d’empêcher la capture des oiseaux dans leur espace privé.

Et on en remet encore sur les maladies avec dans l’article de presse du Républicain Lorrain (repris sur l’Est Républicain et TF1 news), la phrase : “Un des résidents du quartier des Provinces souffre d’une maladie respiratoire qui pourrait être due aux déjections et plumes de pigeons”.

Notez bien le mot pourrait, alors que les causes des maladies respiratoires sont nombreuses, alors, comme il y a des pigeons partout, faut-il tous les tuer, même si bien entendu ils ne causent aucune maladie respiratoire, car les vétérinaires sont formels à leur sujet;

par exemple le Dr Bernard Lefebvre, Vétérinaire Maladies des pigeons, dans un texte “Quelles sont les maladies susceptibles d’être transmises à l’homme par les pigeons ? Avis d’un vétérinaire praticien – 20/11/2009” – Pigeons – déclare à titre de conclusion :

“Si des personnes devaient craindre la transmission de maladies par les oiseaux, ce seraient d’abord ceux qui sont en contact étroit et quotidiens avec ceux-ci et donc, tout particulièrement, les éleveurs d’oiseaux. Dans ma pratique quotidienne je rencontre assez souvent des éleveurs allergiques et atteints de « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux », je n’ai rencontré que très rarement des éleveurs atteints de la chlamydiose.

Par contre, je n’ai jamais rencontré de personnes ayant eu une affection digestive à Campilobacter, à salmonelles ou à Candida en rapport avec la possession de pigeons. Le risque d’attraper des maladies d’origine aviaire pour de simple passants en ville est donc négligeable”.

Ceci est très parlant.

Mais laissons parler l’ennemi, qui lui-même est obligé de reconnaître que les pigeons ne sont pas une menace.

L’auteur de l’article suivant a comme pseudonyme… “Par horreur des pigeons” et a publié cet article en 2009. Il faut bien comprendre que sa démarche n’est pas scientifique et que des cas spécifiques sont montés en épingle.

En effet, rappelons que les maladies ne franchissent pas la barrière des espèces!

Les pigeons ne sont pas toujours ceux que l’on croit

Le risque sanitaire : le pigeon transmet-il des maladies à l’homme ?

Les pigeons domestiques peuvent transmettre quatre maladies à l’homme :

La première est la chlamidiose, appelée aussi ornithose ou psittacose. Les pigeons porteurs de cette maladie sont nombreux, jusqu’à 50 % selon certaines études. Le risque de transmission à l’homme est très faible, il peut se faire par l’inhalation de poussières de fientes de pigeons contaminés.

La maladie se manifeste chez l’homme par une sorte de grippe accompagnée de fièvre et de migraines, pouvant évoluer vers une pneumonie. Toutefois, les cas de contamination observés chez l’homme sont pratiquement tous bénins.

La salmonellose touche environ 20 % des pigeons urbains. La transmission à l’homme se fait par l’ingestion d’aliments souillés par des fientes de pigeons contaminés. Comme pour la chlamidiose, le risque de contamination est très faible. La maladie se traduit chez l’homme par une gastro-entérite accompagnée de fièvre. Les cas graves sont rares sauf chez les personnes à risque comme les personnes âgées ou les enfants.

La cryptococcose est une mycose due à un parasite contaminant les fientes de pigeons. Très peu de pigeons sont porteurs de cette maladie. La contamination à l’homme se fait par l’inhalation de poussières de fientes infectées. La maladie se manifeste chez l’homme par une atteinte pulmonaire, voire neurologique dans les cas graves. 90 % des infections surviennent chez des sujets séropositifs au HIV.

La maladie de Newcastle enfin touche environ un tiers des pigeons urbains. Cette maladie virale se transmet à l’homme par inhalation de poussières de fientes de pigeons contaminés. Elle se manifeste chez l’homme par un syndrome grippal accompagné de fièvre. La maladie, peu grave, guérit spontanément en une semaine.

En dehors de ces maladies, les pigeons sont porteurs de parasites qu’ils transmettent, comme les tiques, les puces, les poux et les acariens.

Comme on le voit, les probabilités de contamination sont extrêmement faibles, les conséquences très rarement graves… Au pire, car comme dit plus haut, les maladies ne franchissent pas la barrière des espèces! On trouve des documents précis à ce sujet ici.

Cette psychose sur les pigeons porteurs de maladie est un étrange mélange: c’est un produit de l’idéologie dénaturée dominante, et en même temps une volonté d’affirmation de supériorité et de domination totale sur les pigeons, comme sur tous les animaux non humains en général…

Vaccination obligatoire et profits pour les labos

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a affirmé les choses officiellement: il y a bien une pandémie de la grippe A(H1N1).  Il faut dire que 74 pays sont touchés, avec 29.000 personnes malades et 144 qui sont mortes. C’est donc la phase d’alerte maximale, et on pense que le virus va circuler 1 à 2 ans dans le monde.

Donc après les problèmes posés par les grands élevages, on va avoir droit aux solutions proposés par les mêmes organisateurs de ces élevages. Et quand on dit « proposé », on devrait dire « imposé. »

L’OMS s’occupe de la santé, mais d’une manière particulière, puisqu’elle explique que les groupes pharmaceutiques vont s’employer à « garantir le plus grand approvisionnement possible de vaccins contre la pandémie dans les mois à venir », invitant les laboratoires à commencer la fabrication.

Ou pour dire comme la professeure Van der Werf, directeur d’une unité de recherche à l’Institut Pasteur: « Nous allons être conduit à vacciner tout le monde, au Nord, comme au Sud, dans les pays riches comme dans ceux en voie de développement. »

Le médecin coordinateur national du réseau Grog (Groupes régionaux d’observation de la grippe), Jean-Marie Cohen, s’est déclaré sur LCI “tout à fait d’accord avec l’analyse du professeur van der Werf”.

Ben voyons! Pas moins que ça! Il fallait s’y attendre, à cette vaccination obligatoire qui nous guette. Rappelons que la France est le pays par excellence des vaccins obligatoires. Aucune critique n’est tolérée, tellement l’industrie pharmaceutique a un poids massif dans le capitalisme français.

Bien entendu, officiellement, : « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment ». Mais la loi du profit l’emporte… Pour satisfaire cette loi économique, l’Etat n’a qu’à modifier le Code de santé publique.

Dans le Figaro, la professeure Van der Werf va même très loin: « Il va falloir faire des essais cliniques pour vérifier l’efficacité et l’absence d’effets secondaires. Il faudra sans doute deux doses contre ce nouveau virus. »

C’est très révélateur: d’un côté on prétend tout savoir, et de l’autre…

Rappelons par exemple qu’aujourd’hui, le ministère de la Santé a confirmé avoir préempté 50 millions de doses auprès du laboratoire GlaxoSmithKline, et a précisé que des discussions étaient en cours auprès de Sanofi et Novartis, après que le Journal du Dimanche ait affirmé que le gouvernement avait commandé 100 millions de doses du futur vaccin contre la grippe A/H1N1 et envisagerait une vaste campagne de vaccination après l’été (le coût serait d’un milliard d’euros).

Or, si l’on se souvient bien, les laboratoires “SmithKline Beecham” (aujourd’hui GlaxoSmithKline, GSK) et ceux de la société Pasteur Mérieux MSD – Aventis Pasteur (aujourd’hui Sanofi Pasteur MSD) étaient à l’origine du vaccin lors de la campagne nationale de vaccination contre l’hépatite B.

Lors de cette campagne, plus de vingt millions de personnes en France ont été vaccinés entre 1994 et 1998 contre le virus de l’hépatite B, maladie à l’origine de cirrhoses ou de cancer du foie, seulement voilà: 1.300 d’entre eux ont subi des effets secondaires neurologiques, dont un millier de scléroses en plaques, selon certaines estimations.

Voilà la réalité: les vaccins, leur faire confiance c’est faire confiance aux labos. On peut consulter ce site très intéressant à ce sujet.