• « Balance ton porc »

Appel à occupation de la zone du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes

L’aéroport de Nantes doit être remplacé par un nouveau, dans une sorte de grand projet pharaonique, au nom de la course au profit. Les initiatives se multiplient pour contrer ce projet, notamment un appel à l’occupation de la zone du projet, qui présente également la situation.

Nous repalerons naturellement d’une lutte dont la portée symbolique et pratique est très grande!

[Cliquez sur la sympathique image pour agrandir.]

Si vous voulez nous rejoindre, ou même venir pour nous rendre visite, nous sommes toujours ouvert-e-s. Il y a plein de maisons, de champs, d’arbres et de caravanes qui demandent à être occupés et défendus quand le temps sera venu.

Si vous avez votre propre projet pour contribuer, envie de créer un nouvel espace, jardin, ou des idées d’actions, ou n’importe quelle ressources utile, talents et mieux encore… nous vous encourageons à essayer et à être le plus possible auto-suffisant et organisé dans cet endroit.

Venez prendre part à cette lutte toujours grandissante contre la machine du progrès (technique). Et si vous ne pouvez pas venir nous rendre visite, peut-être avez vous l’envie de visiter quelques sites de Vinci par chez vous.

Liste de souhaits, idées à amener : vélos et remorques à vélo, bâches, outils, matériel de construction et de barricadage, matériel de grimpe (pour grimper dans les arbres et construire des cabanes : )), ordinateurs et connaissances techniques, brouettes, poêles à bois, cordes en tous genre (de grimpe, polyprop…), livres, camions/camionnettes, des ressources média, idées, inspirations, énergie pour lutter, ânes, dragons et dentistes…

Plus d’infos: zad@riseup.net
Rejoindre notre forum :
zad-occupation@liste.aktivix.org

Historique

Depuis plus de 40 ans, un nuage orageux s’est abattu sur les zones rurales, où il y a des fermes, des maisons, des terres maraîchères et des forêts, à 25 km au nord de la ville de Nantes, france.

Au sein d’un projet d’expansion massives, mal nommé « Eco-métropole » du « grand-ouest », le gouvernement local s’est approprié à peu-près 1000 hectares de terres pour faire place à la construction d’un projet cyniquement labellisé Haute Qualité Environnementale : un nouvel aéroport, une autoroute, une ligne TGV.

Cette zone est connue sous le nom de « ZAD » :  » Zone d’aménagement différé », et pour nous qui résistons, Zone à défendre.
Depuis l’annonce du projet, des résidents locaux et des fermiers ont organisé leur propre résistance à travers des pétitions, des manifestations, des occupations avec des tracteurs, des blocages…

Suite à des actes de sabotages durant les forages (analyse du sol en vue des travaux) au printemps/automne 209, la zone était gardée militairement par 150 policiers/militaires, qui étaient là pour protéger les machines impliquées dans les travaux.

En septembre 2009, après le camp Action Clmat sur la ZAD, un appel a été lancé pour occuper les maisons abandonnées et les zones menacées de la ZAD avec le soutien des locaux résistant à l’aéroport.

Cet appel a été entendu, et il y a maintenant quelques 16 lieux occupés sur la ZAD, incluant des corps de fermes vides, caravanes sur des terrains abandonnés, forêts et jardins collectifs.

Le 15 juillet 2010, les autorités ont délivré des papiers à 5 lieux occupés, annonçant que les occupants-e-s devaient quitter les lieux avant le 5 juillet, ou faire face à une procédure judiciaire et des expulsions.

Dans la même journée, un accord avait été signé par 5 bureaucrates sans importance pour financer le projet d’aéroport. Le 29 juillet 2010, 40 personnes ont occupé le conseil général à Nantes. Le lendemain, il était rendu public que le contrat de la construction de l’aéroport était attribué à la compagnie multinationale Vinci.

Les premiers travaux ont déjà commencé sur le barreau routier où l’autoroute serait construite pour l’aéroport (débroussaillages…).

En août 2010 la ville de Nantes publiait un appel d’offre pour une compagnie de sécurité qui garderait en permanences les sites et zones de construction sur la ZAD.

Mais nous ne partirons pas si facilement. Occupé-e-s à faire pousser de la nourriture pour nous nourrir ces prochaines années, chercher des zones à occuper et construire nos défenses sur la ZAD, nous nous implanterons toujours plus profondément et nous nous préparons pour la lutte..

La forêt de Lappersfort en Belgique a été assassinée

En ce début mars 2010, le campement de Lappersfort en Belgique a malheureusement été évacué par la police, après 16 mois d’occupation, à la suite de la décision du tribunal de Bruges le 31 décembre 2009 de la validité de l’arrêt d’expulsion de 2002.

L’existence de la forêt n’était en effet pas considérée comme conforme au plan de secteur (Ruimtelijk Structuurplan Vlaanderen). De fait, plus de quarante mille hectares de forêts flamandes ne sont pas désignés comme tels sur les plans d’aménagement du territoire, soit plus d’un quart de la superficie boisée en Flandre. Ce sont dix mille hectares, soit près de quatre millions d’arbres, qui sont menacés!

Les activistes voulant sauver cette forêt près de Bruges (à 2 kilomètres du centre) s’étaient accrochéEs aux arbres et également installéEs dans les arbres, dans des petites maisons construites au sommet. D’autres étaient installéEs dans des tunnels de blocage.

Cette forêt de 3,2 hectares s’est développée sur les ruines d’une usine de munitions, sur un terrain appartenant à Fabricom, une entreprise travaillant dans l’automobile et la métallurgie et qui est une filiale de GDF Suez, entreprise française qui est le troisième leader mondial de l’énergie.

En lieu et place de la forêt doivent être construit des usines, des bureaux et des parkings, un cinéma et une liaison à l’autoroute. Et cela alors qu’en Flandres, 30% des terrains industriels sont vides et qu’à Bruges 65 bâtiments industriels sont inoccupés!

25 personnes ont été arrêtées par les forces spéciales de la police; devant le refus de donner leur papiers il y eut un « contrôle d’immigration », amenant un activiste en prison, les autres étant finalement libérés au bout de 12 heures.

Les opérations de destruction des arbres ont commencé dès l’évacuation, 80% de la zone ayant été massacrée dans les heures qui suivirent.

Le mouvement pour sauver la forêt a commencé en 2001 avec un groupe dénommé Axiegroep Zuidelijke Ontsluiting. Ce dernier a organisé divers initiatives: un tour en vélo avec 300 personnes, un barbecue vegan, un atelier d’escalade, une marche d’initiation à la botanique, des concerts, des rassemblements et manifestations, un théâtre politique, un campement…

La première occupation s’est faite violemment expulsée le 14 octobre 2002, entraînant une manifestation de soutien de 5.000 personnes. La répression fut toutefois forte: treize personnes risquaient alors 50.000 euros d’amendes en cas de nouvelle intrusion sur le terrain du campement.

D’autres personnes prirent le relais pour maintenir le mouvement, le tout rentrant dans le cadre des actions de groenfront (« front vert ») qui est la section néerlandophone d’Earth First!, et plus exactement de la section de Bruges.

La forêt était située près d’un canal et s’est donc reconstituée relativement rapidement, reprenant la zone abandonnée par les humains, avec des riches faunes et flores.

Il y a sur internet de nombreuses vidéos au sujet de la forêt et du mouvement qui a tenté de la sauver: notamment ici, , encore ici et encore . Et également ici sur le site consacré à ce mouvement.

Pour mémoire: Communiqué concernant l’action antispéciste menée contre le KFC et le Mac Donald à la fontaine des innocents à Paris le Samedi 17 Mai 2008

A la fin de la traditionnelle Veggie Pride, manifestation de la « fierté végétarienne et végétalienne », une tentative d’occupation spontanée s’est produite tout d’abord devant et dans le restaurant « fast-food » KFC se trouvant sur le trajet du défilé, puis au MacDonald quelques mètres plus loin.

En tant qu’antispécistes et anticapitalistes, nous revendiquons l’entière responsabilité des faits précités qui se sont déroulés ce jour. Nous voulions affirmer notre volonté politique d’en finir avec l’hypocrisie de ces entreprises : reflets d’un système qui suppose l’exploitation humaine toujours renouvelée et le massacre organisé de millions d’animaux élevés dans des conditions insupportables.

Lire la suite Pour mémoire: Communiqué concernant l’action antispéciste menée contre le KFC et le Mac Donald à la fontaine des innocents à Paris le Samedi 17 Mai 2008