• Déjà 20 000 personnes réclament la démission du préfet de l'Oise

90 animaux assassinés dans un incendie à « Reptiland »

90 animaux sont morts dans l’incendie de « reptiland », un de ces parcs “d’attraction” témoignant de l’infâme esprit de collection qui peut exister par rapport aux animaux.

En témoigne ce qui est par exemple expliqué :

« Les animaux, présentés en lumière du jour sont calmes à Reptiland. Ils ont été choisis pour leur beauté, leurs dessins et leurs couleurs. »

Il ne s’agit pas d’une exploitation « colorée » et « dessinée » à petite échelle : il s’agit de la « plus grande collection de reptiles de France. »

Et dans cette folie furieuse, il y a évidemment le militantisme qui va avec. Reptiland est un parc “d’attraction” qui prône son activité…

« Reptiland ne veut pas faire de prosélytisme mais se fait un devoir de conseiller les désirs d’acclimatation sérieux et authentiques, autant pour les futurs amateurs que pour le bien être des animaux. »

Reptiland a donc dû affronter un incendie, où 90 animaux ont péri. Voici un compte-rendu journalistique :

« Un violent incendie a ravagé une partie du Reptiland de Martel hier. Pancho Gouygou, placé sous oxygène après avoir été victime de problèmes respiratoires à cause de l’épaisse fumée noire, a tout mis en œuvre avec les pompiers pour sauver son arche précieuse. Mais 90 animaux ont péri.

Le réveil a été particulièrement agité et violent hier, peu avant 9 heures, pour les 250 animaux hébergés au Reptiland de Martel.

Une serre, la nurserie et le laboratoire du fameux site animalier possédant la plus grande collection de reptiles de France (104 espèces au total), étaient la proie des flammes. Les pompiers ont été alertés aux alentours de 8 h 50.

À leur arrivée, Pancho Gouygou, le directeur du Reptiland, son fils et son assistant se portaient au secours des bêtes menacées par les flammes. « L’une des serres dans laquelle se trouvaient des vivariums abritant des lézards a entièrement brûlé. Près de trente animaux sont morts, mais nous sommes parvenus à sauver un crocodile, deux caïmans et sept tortues aquatiques », énumère le directeur. La situation était plus problématique au niveau de la nurserie et du laboratoire envahis par le feu.

« Tous les serpents ont péri. Il y avait une soixantaine de jeunes animaux. Le toit s’est effondré. Nous avons pu secourir quelques bêtes et éviter la fuite de celles-ci dans la nature. Le protocole de sécurité a très bien fonctionné », indique Pancho Gouygou. »

Reptiland est situé dans un village d’un peu plus de 1500 habitants situé à Martel, dans le sud de la France, dans le Lot. Il s’agit d’un département qui compte d’ailleurs quatre parcs animaliers : Reptiland à Martel, donc, mais également le parc animalier à Gramat, le « rocher des aigles » et la « forêt » des singes à Rocamadour.

Ces quatre parcs comptabilisent à eux quatre 300 000 visiteurs par an, avec bien entendu un pic lors de la saison touristique.

Ce qui est très révélateur : pour les zones mises à l’écart des « richesses » urbaines, il est souvent important de se faire remarquer, et donc parfois de se tourner vers les animaux « exotiques » afin d’attirer l’attention.

C’est ce qui explique que de manière totalement irrationnelle, on en arrive à avoir des reptiles dans le Lot. Qui plus est, dans une structure privée, visant le profit.

L’incendie ne doit donc rien au hasard ; ce n’est pas « par hasard » que les reptiles en question sont arrivés dans le Lot. C’est Reptiland qui a fait office de bourreau, en déplaçant ces reptiles, en les exploitant dans des espaces anti-naturels, et finalement en étant incapables d’assurer leur sécurité.

Les macaques se baignent dans des sources d’eau chaude

L’humanité doit se replier, pour que la planète redevienne bleue et verte ; sans espace, comment les animaux pourraient-ils sinon exister ? L’humanité doit être capable d’établir de nouveaux rapports avec la Nature!

On a un exemple écologique très intéressant avec les macaques présents au Japon et leurs baignades dans des sources d’eau chaude. Des humains ont vu en effet, au milieu des années 1960, des macaques se baigner dans des sources de ce type, et 300 mètres plus loin ils ont créé un bassin.

Il faut savoir que les macaques présents au Japon vivent en forêts, mais que celles-ci peuvent être subtropicales ou subalpines, et les macaques ont ainsi la particularité d’être parfois présents dans une zone où il peut faire très froid, jusqu’à moins 15°, à hauteur de jusqu’à 3000 mètres !

Les macaques profitent donc de la chaleur des sources d’eau chaude. Et leurs activités sont très connues au Japon, où l’on a également reconnu leur capacité à faire des batailles de boule de neige, à laver leurs aliments, à les saler en les mettant dans de l’eau de mer, à utiliser des cailloux… Avec chaque expérience assimilée et retransmise aux plus jeunes. Sans parler de l’existence de dialectes selon les régions.

Et depuis les années 1960 donc, les images des macaques dans ce bassin sont très connues…. Et malheureusement également, il s’agit désormais d’un véritable parc d’attraction, avec billets d’entrée, restaurants et hôtels non loin, ainsi d’ailleurs qu’une station de ski, etc.

Toutefois, les choses sont heureusement un peu plus compliquées. En effet, cet endroit est difficile d’accès, car en bas d’un parc naturel. Le « parc d’attraction » s’appelle d’ailleurs le « Jigokudani Monkey Park », Jigokudani voulant dire la « vallée de l’enfer » : en plus de l’eau des sources bouillantes, les falaises très rudes et les forêts très difficiles d’accès.

Durant l’été les macaques vivent ainsi ailleurs, et descendent dans la vallée durant l’hiver. Leur nombre dans le bassin varie donc. La taille moyenne d’un groupe est de 40 macaques, et plusieurs groupes peuvent être présents (en ce moment par exemple, 140 macaques sont présents).

Il y a par conséquent  une sorte de rapport pacifique entre les macaques et les humains. Il est certainement plus sympathique de voir des humains nourrir les macaques qui viennent librement se baigner (malgré les touristes) que de les voir les enfermer pour pratiquer la vivisection…

Sans que cela soit forcément un modèle, cela peut être un exemple de quelque chose de constructif!