• Operation Thunderball
    Operation Thunderball

Grèce: les forêts et leurs habitants à la merci des assassins

Ici une interview de Constantinos Liarikos qui travaille à la section grecque du Fonds mondial pour la nature (WWF). Il révèle ce que toute personne en Grèce sait: les incendies sont causés par les promoteurs, qui sont de mèche avec un Etat corrompu et totalement au service des capitalistes mafieux.

Et il faut bien noter, mais nous en reparlerons, qu’absolument jamais les médias n’ont parlé des animaux habitant les forêts incendiés. Ce qui est quand même un comble, et montre bien que sans compréhension globale et générale de l’écosystème, on ne comprend rien à notre planète, ni aux animaux, ni donc à la vie.

Certains observateurs accusent les spéculateurs immobiliers de compliquer la lutte contre les incendies. Pourquoi?

La Grèce est l’un des rares pays d’Europe à ne pas disposer de cadastre. On ne peut pas construire n’importe quoi n’importe où, mais légalement, il n’existe aucune délimitation entre forêts, terres agricoles et zones résidentielles. Résultat : lorsqu’un pan de forêt part en fumée, le propriétaire de la zone incendiée peut facilement prétendre qu’il s’agissait de terrains constructibles. Certains propriétaires profitent d’un vide juridique et, compte tenu du prix de la terre, ces opérations de passe-passe sont très avantageuses.

Vous sous-entendez que certains feux sont allumés intentionnellement…

Absolument. La corruption aidant, de nombreuses banlieues se sont développées comme ça, portion par portion. Mais la spéculation immobilière n’est pas le seul problème. Dans le Péloponnèse, par exemple, les forêts sont brûlées pour planter des oliviers. Des zones boisées sont reconverties en terres agricoles, plus rentables.

Le gouvernement de Costas Caramanlis, réélu en septembre 2007 après la vague d’incendies qui avaient causé la mort de 77 personnes, s’était engagé à prendre des mesure pour lutter contre les feux de forêt. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Le premier ministre avait promis de créer un registre des forêts pour combler le vide juridique que je viens d’évoquer. Le problème, c’est que rien n’a été fait. Tous les gouvernements négligent cette question depuis trente ans et rien ne bouge. L’immoblier est l’un des piliers de l’économie grecque.  Je me souviens même d’un ancien premier ministre, Constantinos Mitsotakis je crois, qui avait déclaré que la protection des forêts et l’archéologie étaient les ennemis du développement. Il faut dire que la société grecque en générale n’est pas très sensible aux problématiques environnementales.