• Le bac français 2018 sur les animaux

Ansel Adams et les photographies de la nature

La nature a-t-elle une valeur en soi ? En France, la réponse est non. La nature se voit en effet opposer à la culture : ne peut être beau que ce qui est façonné par la main de l’homme. D’où par exemple les jardins « à la française. »

Façonnée par la main de “l’homme”… Nous disons ici l’homme et non pas l’être humain, car il s’agit d’une vision typiquement patriarcale. Ce sont des hommes qui nient la nature, qui mettent en avant les théories de domination de la nature; leurs références intellectuelles et artistiques sont d’ailleurs exclusivement masculines.

Et on a en ce moment un excellent exemple de cette philosophie, qui est typiquement française mais que l’on retrouve partout où domine le profit.

Il s’agit d’une histoire de négatifs de photographies. Un type a acheté aux USA 65 plaques photographiques dans une brocante en Californie, il y en a dix ans. Leur prix est de 45 dollars.

Seulement voilà, ces photos de la nature acquièrent subitement une valeur énorme, non pas parce qu’elles sont belles, mais parce que… on les attribue à un photographe connu !

Leur valeur vient de passer à 199 999 955 dollars, soit 153,5 millions d’euros ! Une logique complètement folle, absolument typique de la logique dénaturée de la société fondée sur le profit.

Si la plupart des grands journaux français ont parlé de cette histoire, par rapport au profit et à la spéculation, intéressons nous plutôt au photographe en question.

Donnons tout de même auparavant deux liens : tout d’abord, le site consacré aux négatifs théoriquement perdus et donc retrouvés.

Ensuite le site consacré au photographe en question : Ansel Adams (on notera d’ailleurs que ce site ne considère pas les négatifs « perdus » comme étant vraiment d’Ansel Adams).

Ansel Easton Adams (1902-1984) est un photographe tourné vers la nature : “J’espère que mon travail encouragera d’autres à s’exprimer, et à stimuler la recherche de la beauté et de l’excitation créative dans le grand monde autour de nous.

Adams s’est toujours considéré comme un photographe, orienté vers le réalisme ; il a ainsi fondé le groupe f/64 (de la taille de l’ouverture nécessaire pour avoir une grande profondeur de champ, sans aucun flou). Considéré comme l’un des plus grands photographes américains, il fait partie du courant de la « Straight photography » (photographie pure, ou directe).

Mais son intérêt est la nature : sa démarche est écologiste, tournée vers la sauvegarde de la planète (on peut le voir s’exprimer à ce sujet dans une courte vidéo ici).

Ansel Adams s’est ainsi toujours senti relié à la vallée de Yosemite, dans la Sierra Nevada en Californie. Tout son travail part de là, et selon lui, photographier la nature nécessite de la révérer.

Il a été reconnu rapidement de son vivant, fréquentant des photographes connus comme Alfred Stieglitz et étant lié au Museum of Modern Art de New York, alors que la photographie fait son essor dans le monde de l’art.

Mais Ansel Adams a passé la plus grande partie de sa vie dans les parcs nationaux et les réserves indiennes; il est une grande figure de la protection de la nature et a ainsi démissionné de la direction du Sierra Club (plus de 700 000 membres aux USA) dont il a fait partie de 1934 à 1971, en raison de leur ouverture à la vente de certaines parties des réserves à des spéculateurs.

En 1980, dans une conférence de protection de la nature aux USA, il a résumé ainsi son point de vue: “La nature intacte cache un secret – proche d’une religion, d’une philosophie ou du rêve d’une société idéale.