• Le bilan de la COP23

Presse Océan participe à la propagande anti-ragondins

Voici un excellent exemple de propagande contre la Nature. Rien que la couverture du quotidien régional Presse Océan en dit long…

On remarquera le racolage total de la couverture: “tué par le tram”, “la gauche à cran”, choc frontal”, “les équipements sportifs décrépis”…

Et donc, en plus, “ces espèces qui pullulent en campagne s’aventurent aussi en ville… non sans conséquences”.

Des conséquences qu’on imagine catastrophiques, ce qui est expliqué en pages 2 et 3.

Mais qui est interviewé? Un “technicien à la FGDON”, c’est-à-dire la Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles.

Il s’agit en fait… d’un syndicat agricole. Drôle de pratique démocratique que de laisser parler de manière unilatérale un expert dont les intérêts sautent aux yeux… tant économiquement que culturellement, car on retrouve bien sûr les chasseurs.

Le site mis en lien, rae-commission.fr, vise les “rongeurs aquatiques envahissants”, s’appuyant notamment sur 75 000 chasseurs.

Et revendiquant fièrement la mise à mort de pratiquement deux millions de ragondins et rats musqués en dix ans dans les Pays-de-la-Loire…

Un chiffre terrible, une mise à mort en masse littéralement terrifiante, parfaitement assumé par exemple dans la vidéo suivante.

On ne sera donc pas étonné du discours anti-Nature agressif, démesuré, faisant des ragondins des pillards de récolte porteurs de maladies agressives…

On ne s’étonnera pas, après, que les barbares puissent donner libre cours à leur démarche criminelle, comme lors du Massacre de ragondins devant la préfecture de Nantes en 2014  (voir également ici : De nouveau sur les barbares de Nantes).

On a ici affaire à des gens bien organisés, avec toute une idéologie, des intérêts matériels bien précis. Nul “spécisme”, juste de la barbarie qu’il s’agit de faire disparaître!

De nouveau sur les barbares de Nantes

Ecoeurement, révolte : ce qu’ont fait les agriculteurs à Nantes en montrant au grand jour la dimension arriérée de leur démarche et de leur culture. Les réactions sont nombreuses et virulentes, au point que Xavier Beulin, le président de la FNSEA, qui récemment dénonçait encore les « djihadistes verts », s’est vu obligé de dire que :

« Je considère que c’est une connerie et je ne cautionne pas ce genre de dérapage. »

Hypocrisie bien sûr: c’est un simple choix tactique pour paraître “responsable”. Mais c’est trop tard. Car à force de se comporter en fascistes et de célébrer leur corporatisme au moyen de coups de force divers et variés (comme avec les « bonnets rouges » incendiant ici et là), tous ces gens n’ont pas fait seulement exercer une « pression » : ils révèlent leur visage.

On a pu voir des hommes – et uniquement des hommes – vociférant, frappant des animaux sans défense, après les avoir transporté dans des caddies servant de cage, dans un rassemblement de masse dont le niveau culturel a été le même qu’il y a 2500 ou 3000 ans chez les barbares.

Sauf que cette barbarie, ici, a été « intellectualisée », elle se veut « justifiée » et prétend même représenter l’avenir ! Voici ce qu’a expliqué notamment Alain Bernier, président de la FNSEA 44, sans honte aucune :

«C’est scandaleux que tout le monde se focalise sur cette histoire alors que cette manifestation à risques a été gérée de main de maître, sans la moindre casse. Il y a visiblement un décalage profond entre les citadins et le monde rural.

Il faudrait que les citadins sortent un peu de chez eux, mettent des bottes, pour voir notre réalité. Les ragondins sont des animaux nuisibles! Ils détruisent les ruisseaux, les berges, les récoltes, véhiculent des maladies pour le bétail.

Ils peuvent aussi être dangereux et agressifs pour l’homme. C’est un fléau pour notre profession et nos campagnes. Ce n’est pas pour rien qu’ils sont piégés.»

Ce discours est typique ; il relève de l’esprit génocidaire fondé sur l’anthropocentrisme, esprit qui se veut « justifié » par la défense de l’humanité et de ses acquis. Comme si cette action représentait donc la défense de la civilisation, pas moins !

Et cette mentalité barbare, on la retrouve même chez des « défenseurs » des animaux. Par exemple, Ariane Ambrosini, qui est responsable du service juridique de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) a expliqué dans des médias que « Personne ne remet en question ce statut d’animal nuisible. La destruction peut se faire ».

La Ligue ROC dit pareillement que « La destruction du ragondin est possible mais coûteuse. Elle ne se justifie que lorsque les fortes densités de population provoquent localement des dégâts importants. »

De tels propos sont odieux, criminels. Car d’où vient le ragondin ? D’Amérique du Nord. Et comment est-on arrivé à ce qu’il soit présent désormais dans 70 départements français ? En raison de l’exploitation animale, en l’occurrence les « élevages » pour la « fourrure ».

Et donc l’humanité, après avoir exploité cette espèce, se donnerait le droit de l’exterminer comme bon lui semble ? Voilà une mentalité de « gestionnaire » totalement illusoire. La prétention de l’humanité à gérer la vie est criminelle et totalement vaine. La vie est un ensemble et il est absurde de penser que l’espèce humaine en serait la reine.

Le 21e siècle ne peut consister qu’en une remise en cause de toute cette prétention. Depuis le réchauffement climatique jusqu’à la barbarie à Nantes à l’encontre des ragondins, il y a la même logique destructrice.

Au nom du profit et de l’égoïsme, au nom de l’exploitation animale et de la barbarie, tout serait donc permis ? Impossible, la planète abrite la vie de manière trop complexe pour que l’humanité puisse aussi simplement que cela, en quelques centaines d’années, anéantir des millions d’années d’évolution.

L’humanité a accumulé des connaissances et des moyens, mais sans une reconnaissance de la Nature, elle se place elle-même hors de la réalité, elle se condamne, à la barbarie et à la destruction.







Massacre de ragondins devant la préfecture de Nantes

C’est un acte criminel qui reflète tellement de choses, et qui en dit long sur la mentalité des agriculteurs. Un comportement ordurier, une mentalité d’assassin, avec toute le plaisir pervers du meurtrier.

Ces gens appartiennent au passé, il faut les condamner, culturellement et historiquement. Il faut faire place à l’avenir; les attitudes génocidaires et leur atrocité doivent disparaître. Il faut sauver la Nature de la barbarie anthropocentriste!

Voici comment NALO (Nantes-Loire Vegan Straight Edge) raconte ces terribles événements.

Défouloir moyenâgeux contre des ragondins devant la préfecture

L’attitude des agriculteurs « déversant » des ragondins devant la préfecture de Nantes hier est absolument immonde.

Comme à son habitude, la fédération départementale de la FNSEA a organisé un happening répugnant pour manifester, avec épandage de divers déchets et de purins avec des tracteurs. Il y avait même un cadavre de sanglier.

Mais cela ne suffisait pas, les agriculteurs excités ont alors organisé des lâchers de ragondin, au moins une grosse dizaine d’animaux semble-t-il. Les images sont difficilement supportables : une sorte de défouloir moyenâgeux, avec des hommes braillant et donnant des coups de pieds violents aux malheureux ragondins totalement désorientés.

Ces gens ne méritent que notre mépris et notre dégoût. Ils devraient même être punis pour leurs actes de cruauté.

Malheureusement cet horrible happening reflète bien l’état d’esprit qui prédomine dans le monde agricole de l’ouest de la France aujourd’hui. Il s’agit bien souvent d’hommes qui se la joue « dures », qui méprisent totalement les gens des villes parce qu’ils les considèrent comme des idiots incapables, coincés, alors qu’eux sont « fiers » d’avoir de la terre sous les ongles.

Bien sur ces « paysans » se croient au-dessus de tout et pense que la nature leur appartient. Ils s’imaginent qu’ils devraient pouvoir y faire ce qu’ils souhaitent, selon leur propre intérêt. Tel était justement l’objet de leur manifestation hier, d’ailleurs.

Le gros point de fixation dans l’ouest, ce sont les directives nitrates. Après avoir souillé les sols et les eaux pendants des dizaines d’années, perturbant largement les écosystèmes, ces agriculteurs estiment qu’ils en ont fait assez et qu’ils ne faudrait pas aller plus loin dans la réglementation contre la pollution aux nitrates.

Messieurs les agriculteurs veulent pouvoir polluer en paix. On avait alors droit à des panneaux aussi subtils que « Ségolène, tu nous emmerdes » ou encore ce commentaire au micro de TéléNantes « Pourquoi les ragondins ? Parce que les ragondins, c’est comme Ségolène, c’est des nuisibles ».

Quand on est sensible à l’écologie, on sait très bien que Ségolène Royale n’a rien d’une écologiste, elle qui leur a fait cadeau de l’écotaxe. Mais pour eux, c’est déjà trop, les règles qui limitent l’épandage trop prêt des habitations ou alors les minces tentatives de limiter les pollutions, cela les « emmerde ».

Les agriculteurs français aiment bien se donner l’image de paysans, attachés à « la terre », aux « traditions », nourrissant le monde depuis des générations. Mais cela est faux, ce sont des entrepreneurs capitalistes qui utilisent des techniques et des outils bien modernes, même parfois plus que dans certaines industries « en ville » d’ailleurs.

La plupart des familles ouvrières à Nantes viennent des campagnes, du sud de la Bretagne, de la Vendée ou encore du Maine. Elles savent très bien que les campagnes qu’elles ont quitté tout au long du XXe siècle ne ressemblaient pas à ce qu’elles sont aujourd’hui.

Il n’y avait pas ces immenses élevages et abattoirs de cochons, ces grandes exploitations laitières. Il y avait beaucoup plus de haies et de cours d’eau, il y avait une bien plus grande diversité agricole. Le remembrement et l’intensification des exploitations ont changé tout cela.

On a aujourd’hui dans l’agriculture principalement des gens sales, qui ne respectent rien, et surtout pas la nature. Et ces gens sont tellement imbus d’eux même qu’ils n’ont même pas pensé que leur action immonde envers les ragondins hier pouvait choquer la population. Le rassemblement avait pourtant pour but officiel de convaincre les gens d’acheter français. « Mangez et buvez français ainsi soit-il » disait un panneau.

Pour celles et ceux qui voudraient voir ces images terribles, voici 2 vidéos, ici et .

Voici un second article suivant le premier.

« trop de biodiversité devient nuisible »

Lors du rassemblement de la FNSEA les agriculteurs se sont tristement illustrés en maltraitant des ragondins. Il y avait aussi plusieurs slogans impressionnants contre l’écologie. Mais alors celui-ci sur cette remorque, « trop de biodiversité devient nuisible », dépasse l’entendement, c’est presque sur-réaliste.

Comment peut-on penser et écrire une chose pareille ? Il faut vraiment en être rendu très loin dans le mépris de la nature, il faut vraiment assumer totalement et ouvertement de vouloir souiller la planète Terre. C’est dégouttant.

À notre époque il apparaît de plus en plus évident pour qui ouvre les yeux que l’industrie agro-alimentaire est un sale business, qui maltraite les animaux pour la viande, pour le lait, pour les œufs, et qui met dans nos assiettes des aliments de mauvaises qualité, parfois toxiques.

Alors quand on s’imagine que ce sont des gens avec ce genre d’état d’esprit irresponsable qui produisent ce que nous mangeons, il y a vraiment de quoi avoir froid dans le dos…

Il est grand temps que la société évolue, que la population se prenne en main et arrête de subir comme cela tout ce que veulent nous imposer ces gens, depuis les agriculteurs-éleveurs jusqu’aux supermarchés, en passant par les usines agro-alimentaires.