• L'IPBES et "les peuples autochtones, les communautés locales"

Le chocolat, poison pour les chats, les chiens, les rongeurs…

[Si vous tombez sur cet article lors d’une recherche urgente sur internet,

appelez le Centre AntiPoison Animal 04 78 87 10 40

Ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, toute l’année.]

C’est quelque chose de malheureusement trop peu connu, mais le chocolat est un poison pour nos amis félins, canins et rongeurs. Pourtant, le chocolat est quelque chose de largement diffusé, alors il vaut mieux que cela se sache !

La raison en est la présence dans le cacao d’un composé amer, la théobromine. Ce terme vient du grec, de Theo (« dieu ») et broma (« nourriture »)… Rien que le choix du terme montre à quel point le cacao peut être, pour certains, une véritable drogue. La théobromine agit en effet sur l’humeur, comme c’est bien connu, et c’est pour cela que le cacao est apprécié.

Mais la théobromine est un poison ; 18 grammes suffisent à tuer un humain de 65 kilos. Or, proportionnellement, nos amis canins, félidés et rongeurs sont plus petits, et pour le coup réagissent malheureusement de la même manière.

Et les doses à partir desquelles cela est dangereux commencent à un faible niveau. A partir de 20 mg de théobromine d’ingéré par kilo, on se sent mal, le coeur en prend un coup à partir de 40-50 mg par kilo, et au-dessus de 60mg/kilo les effets s’aggravent.

Or, le cacao en poudre contient de 20 à 28,5 mg de théobromine par gramme (plus le cacao est dilué, moins la dose est forte).

Chats et chiens sont donc menacés et d’un empoisonnement, et de mort (en l’occurence ici les chiffres divergent, mais à partir de 25 grammes un chien de 20 kilos est plus que très menacé). Les chats ont ici l’avantage de ne pas aimer le sucré.

Mais les chiens, et bien entendu les rongeurs (les rats surtout), peuvent très bien se retrouver face à du chocolat, et le manger. De la même manière, la chose étant peu su, il peut en arriver que des gens leur en donnent, ayant une conception dénaturée de « leurs » animaux.

Notons ici que les rats ne peuvent pas vomir : l’empoisonnement est donc encore plus dangereux puisque c’est l’un des principaux moyens de se débarrasser du produit (voire le seul, avec le charbon actif qui va fixer le poison et repartir dans les selles, étant donné qu’il n’existe pas d’antidote).

En ce qui concerne les symptômes, on a tout d’abord les vomissements et la diarrhée, et en cas d’intoxication plus grave, des tremblements, des convulsions, la théobromine étant passée dans le sang. La sensation de soif sera également accentuée (on peut donc voir l’animal souvent aller uriner, ce qui peut être révélateur de la situation).

Les symptômes, chez les chiens, sont présents environ 72 heures. Et bien sûr le facteur temps est capital, pour soigner l’animal empoisonné!

Comme nous vivons une époque barbare où l’infâme vivisection coexiste à côté des fusées spatiales, on ne sait même pas si la théobromine est dangereuse pour les oiseaux, mais on pense que oui. C’est également un poison pour les animaux des familles des équidés et des bovidés.

Excellente raison donc de planquer son chocolat, en particulier s’il est noir, et de ne pas le partager!

“Monstres” tentaculaires et extra-terrestres

Récemment, nous parlions du film “Monsters” et on nous a posé la question de la représentation des animaux sous la forme “extra-terrestre”, car dans ce film les monstres sont en quelque sorte des animaux qu’on pourrait considérer comme “sympathiques.”

En fait, il faut ici faire une différence entre d’un côté les films de “monstres” et ceux où les animaux sont représentés “en tant que tel”, même dans le cas où ils sont extra-terrestres. Dans le second cas, on peut consulter notre article Des dents de la mer à l’invasion des rats: la propagande pour la domination.

Dressons une sorte de petite typologie du premier cas (et justement le film “Monsters” y correspond parfaitement).

Une caractéristique essentielle, c’est qu’une jeune femme (plutôt blonde en général) se fait agresser par un monstre de type tentaculaire. En voici deux exemples.

Le monstre peut ne pas être tentaculaire, mais alors il est forcément “baveux”, du type insecte. Dans le premier exemple comme dans le second, on a en quelque sorte une caricature d’allusion sexuelle.

Voici encore un autre exemple, avec l’attaque des “sangsues géantes”!

En rapport avec cette allusion sexuelle, on a la présence d’un homme, qui est toujours là pour sauver la femme.

Ce qui fait que le monstre en question ne peut qu’être “extra-terrestre” dans sa provenance, puisque sur Terre les animaux sont dominés…

Dans le film “Monsters”, les monstres sont tentaculaires, ainsi qu’extra-terrestres, et la femme blonde a besoin de l’homme. On a bien quelque chose de typique, dans l’esprit des “monstres” tel que le cinéma l’a montré dans les années 1950-1960.

Le thé Lipton est testé sur les animaux

« Adopter un comportement respectueux et responsable envers les personnes avec lesquelles nous travaillons, les communautés que nous touchons et l’environnement dans lequel nous évoluons. »

Voici le discours que tient sur son site l’entreprise Unilever, qui est une des plus puissantes multinationales dans le monde.

Parmi les marques, on trouve les glaces Magnum et les soupes Knorr, le dentifrice Signal ou bien… les thés Lyons et Lipton.

En terme de vente de biens de ce genre (dit de consommation courante), Unilever est le numéro trois mondial. Un véritable monstre produisant des biens à une échelle industrielle, un de ces grands groupes capitalistes ultra-puissants et… ultra-morbides.

Car le thé, oui le thé, rien d’autre que le thé, oui le thé Lipton est testé sur les animaux. Il n’y a pas de quoi se dire : « impossible d’être vegan », mais bien au contraire : il faut être vegan et tout changer!

Les tests sur les animaux organisés pour le thé Lipton visent à permettre de se positionner comme étant « bon pour la santé. » Toute cette idéologie fausse et magouilleuse s’appuie sur des tests relevant du grand n’importe quoi – et du crime – qui permettent d’établir ce discours.

Ici, des lapins ont été nourris de manière très grasse, de manière à ce que leur taux de cholestérol soit trop haut, afin que leurs artères aient des dépôts de lipides. Puis, du thé est mis dans leur eau. Ensuite, on coupe la tête des lapins, et on étudie le cadavre pour voir le résultat…

Des souris transgéniques ont également été utilisées ; ces souris ont été manipulées génétiquement pour avoir des maladies inflammatoires chroniques intestinales. Elles aussi ont eu du thé à boire, puis ont été tuées.
Des rats ont été pareillement utilisés : ils ont du manger avec un taux élevé de fructose (le sucre des fruits) afin que leur cerveau soit endommagé, alors que d’autres avaient un tube allant à leur estomac pour leur fournir des ingrédients du thé modifiés par la radioactivité… Évidemment, tous ces animaux ont été tués eux aussi.

Enfin, des porcelets ont été également utilisés : on les a exposé à des toxines E coli afin qu’ils aient la diarrhée ; on leur a ensuite ôté les intestins alors qu’ils vivaient encore…

Ceci n’est pas de la science-fiction. Ceci est la réalité. Soit on comprend Gaïa et on met un terme à ces horreurs, soit on s’intègre à une machine de mort.

Une mort sans limites. Que des produits tels que de la lessive soient testés, est « compréhensible » dans la logique des capitalistes qui exploitent des animaux rabaissés au rang de testeurs forcés.

Mais que des produits banals comme le thé, soit testé est logique aussi, c’est juste la continuité d’une logique assassine!

L’humanité pourrait être végane. Mais ceux qui exploitent, oppriment, dominent, n’y ont aucun intérêt. Leur intérêt est d’aller plus loin dans la destruction… et il faut s’y opposer!

Etudes en sciences naturelles et refus de la vivisection

Ce qu’on comprend dans l’explication de Walter Bond sur son expérience d’ouvrier, c’est que finalement tout est rapport de force et que la demi-mesure amène la défaite.

En cette rentrée qui est aussi étudiante, voici justement un article de la Nouvelle république, un quotidien basé à Tours. Cet article date de début août mais il parlera justement à toutes les personnes concernées par les études dans le domaine des sciences naturelles.

Il s’agit d’une personne étudiant en IUT, mais refusant de disséquer un animal. Seulement voilà, cette personne n’a pas eu une attitude claire et combattive, elle a essayé de louvoyer avec l’administration, du genre on lui met zéro ce n’est pas grave, ou bien essayer de disséquer un rat pour finalement ne pas pouvoir, etc.

Or, dans un pays comme la France où l’idéologie de la vivisection est totalement intégrée aux institutions, une telle stratégie ne pouvait amener qu’à se faire broyer par l’administration.

Cela souligne à quel point on a besoin de structures activistes, capables de mener des mini campagnes rapidement montées, passant le mot et mobilisant, ne serait-ce qu’un minimum.

Quand une injustice est faite, il est possible de mobiliser, même des gens non vegans, c’est même le point de départ d’une intervention sociale qui justement change les choses.

Voici l’article en question :

Elle refuse de disséquer les rats, l’IUT la sanctionne

Axelle L., étudiante en génie de l’environnement à Tours, n’a jamais pu disséquer un animal. L’IUT l’a mal pris. La justice s’en mêle.

C’est injuste, j’ai adoré tout ce que j’ai fait cette année à l’IUT et j’étais très motivée pour continuer dans les métiers de l’environnement. Aujourd’hui je n’ai aucune perspective et je ne sais pas comment rebondir, je ne peux même pas redoubler. »

Après un bac S et une licence en SVT (géologie), Axelle L., originaire de Saint-Nazaire, entre en génie de l’environnement à l’IUT de Tours. Le programme lui plaît mais un détail attire son attention : la dissection d’animaux. Dans l’année, son programme prévoit trois TP de quatre heures. Elle informe ses professeurs, par écrit, qu’elle ne touchera pas aux animaux, pour des raisons éthiques et morales.

Pour des raisons physiologiques aussi. Elle répugne à triturer la moindre blatte. En revanche, elle accepte tout à fait l’idée de s’informer à travers des CD-Roms, vidéos… Le chef du département lui aurait alors proposé d’assister seulement aux séances et de lui mettre zéro en travaux pratiques. Une proposition équitable, selon Axelle L., bien décidée à se rattraper sur les autres matières.

Victime d’une crise d’angoisse réactionnelle

Hélas ! les choses se compliquent avec son professeur de biologie qui n’accepte pas la posture de l’étudiante et lui demande de quitter son cours. Déstabilisée mais bien décidée à poursuivre son cursus, Axelle L. accepte de rencontrer, seule, la directrice de l’IUT et deux responsables de son département.

« Ils ont tout tenté pour me convaincre de procéder à des dissections sans vraiment m’écouter. J’ai donc essayé sur un rat blanc qu’ils avaient emmené avec eux. Mais c’était impossible. »

Des certificats médicaux sont avancés. « La requérante a été victime d’une crise d’angoisse réactionnelle à une situation émotionnelle, il y a une heure environ, ce qui impose un repos à son domicile » constate un médecin tourangeau vu juste après la séance.

Rien n’y fait. L’administration est intransigeante. Elle déclare l’étudiante « défaillante » au premier semestre malgré une moyenne de 10,07 et « ajournée » au second malgré une moyenne à 11, ce qui équivaut à ne pas valider l’année, sans l’autoriser à redoubler.

Choquée par ce qu’elle considère être une grave injustice, sa mère prend une avocate tandis que la Fondation Brigitte Bardot écrit à la ministre Valérie Pecresse pour dénoncer des méthodes « archaïques ».

« Pour qu’une élève soit déclarée défaillante » explique son avocate parisienne, Caroline Lanty « il faut des absences inexpliquées ou qu’elle refuse de rendre des travaux. Axelle ne se trouve ni dans un cas, ni dans l’autre. Au contraire, c’est une élève enthousiaste qui adorait ses cours. »

Un référé en suspension a donc été introduit auprès du tribunal administratif d’Orléans qui a rejeté la demande. La plaignante s’est alors pourvue devant le Conseil d’État en espérant qu’une décision sera vite prise. Et qu’elle pourra, enfin, reprendre le cours de ses études.

Contactés par téléphone, les responsables de l’Université François Rabelais qui sont actuellement en vacances n’ont pas donné suite à nos appels.

réaction

70.000 animaux sacrifiés

La Fondation Brigitte Bardot prend fait et cause pour Axelle L.. Après avoir rappelé que « 70.000 animaux étaient sacrifiés dans l’enseignement, avec une augmentation de 108 % en cinq ans », la Fondation milite pour une reconnaissance au « droit à l’objection de conscience qui ne pénaliserait plus les étudiants ».

« Il existe des logiciels de simulation, des documents vidéo, des programmes de formation qui reposent sur l’utilisation d’un animal artificiel comme le rat en PVC qui permet aux scientifiques de s’entraîner à 25 techniques opératoires » poursuit l’ex-comédienne.

Et de citer des pays comme l’Italie ou les Pays-Bas où existe le droit à l’objection de conscience. « Cette étudiante n’a pas refusé de participer aux travaux pratiques mais a simplement demandé à recourir à des méthodes alternatives. Je trouve cela absolument scandaleux et totalement imbécile car on refuse de donner la possibilité aux étudiants d’être formés à de nouvelles techniques et on s’acharne à leur enseigner des méthodes archaïques, cruelles et totalement inutiles. »

Le fait de refuser la dissection, mais d’avoir tout de même essayer pour trouver un terrain d’entente avec l’administration, est ici la clef de voûte du problème stratégique.

Face à l’administration et à l’idéologie de la vivisection, seul le rapport de force collectif peut permettre de gagner quelque chose sur le plan individuel. Au lieu de discuter avec l’administration, il aurait fallu :

-contacter toutes les associations mettant en avant la « cause animale » au sens large;

-contacter les syndicats étudiants locaux et nationaux et les associations progressistes de la région;

-monter un groupe d’information et d’agitation.

Au lieu de cela, on a la Fondation Brigitte Bardot et une pétition qui n’est qu’une posture de plus. La ligne de la protection animale est non seulement inefficace, mais elle est surtout anti-démocratique, car elle prétend mener un travail de « spécialiste » comme là avec l’avocat.

Alors qu’il est évident qu’une campagne activiste aurait arraché la victoire à l’administration… et que de telles campagnes on en a besoin et elles feraient boule de neige!

Vivisection au service de médicaments jouant le rôle de drogues?!

L’alcool et les drogues ont du succès dans notre société pour deux raisons : il s’agit d’abord d’une échappatoire, d’un moyen de brûler le temps, d’une tentative paradoxale de s’oxygéner.

Et ensuite il s’agit d’un moyen de se désinhiber. Cela, tout le monde le sait plus ou moins. Faut-il donc pour « découvrir » cela torturer des rats ?

C’est apparemment le point de vue d’un chercheur canadien, James Pfaus, qui travaille dans le domaine de la neurobiologie comportementale à Montréal.

Voici les propos de ce chercheur, qui est à la fois fier de travailler pour Palatin Technologies, Roche et Pfizer, et de jouer dans un groupe « punk »…

«Nous avons été surpris de constater que des drogues aussi différentes que l’alcool et la cocaïne ont un effet similaire sur les inhibitions», explique James Pfaus, spécialiste de la psychologie, qui a publié ses travaux dans la revue Hormones and Behavior.

«D’habitude, les études se penchent sur l’impact des drogues sur les activités sexuelles normales. Habituellement, il y a des problèmes généralisés, sauf dans le cas de la cocaïne et de la caféine, qui provoquent une augmentation de l’éjaculation. Nous avons réussi à faire un modèle animal pour les inhibitions, qui montre pourquoi plusieurs personnes aiment s’intoxiquer pour plaire.»

Le professeur Pfaus a étudié des rats dont les femelles avaient été castrées et, donc, n’avaient plus de désir sexuel. «Quand les mâles les approchaient, ils recevaient une raclée parce que la femelle devenait agressive. Ils apprenaient donc à n’approcher que les femelles réceptives, notamment celles qui courbaient le dos pour faciliter la pénétration, une posture appelée lordose. Ils avaient des inhibitions, comme les humains.

L’alcool et les drogues les désinhibaient et ils se remettaient à s’intéresser aux femelles qui ne répondaient pas à leurs avances.» La quantité d’alcool nécessaire pour désinhiber les rats équivalait à environ deux verres de vin pour un humain, selon M. Pfaus.

Cet effet inattendu montre qu’il existe un circuit cérébral lié au désir et à l’inhibition qui est distinct du mécanisme principal d’action des drogues, qui diffère selon les substances. Il explique aussi pourquoi l’alcool et les drogues augmentent les probabilités de pratiques sexuelles risquées, comme d’avoir des relations non protégées.

«Je pense que les gens qui sont davantage inhibés propagent le mythe des vertus aphrodisiaques de l’alcool et des drogues. Je ne parle pas seulement des gens coincés. Ceux qui ont une sexualité débridée ou qui aiment le risque se heurtent souvent à des inhibitions qui ne sont pas nécessairement négatives, par exemple le fait de mettre un préservatif avec un inconnu.»

Les propos de ce chercheur sont absolument ridicules. L’aspect principal n’est pas la question de l’inhibition, mais le fait que les drogues et l’alcool ont un impact négatif sur le corps, et donc l’esprit.

Voilà pourquoi les rats ont eu un comportement différent, et allaient de nouveau vers les rattes stérilisées, qui ont du être bien traumatisées elles aussi par cette sinistre expérience. Ce chercheur n’a ni plus ni moins qu’orchestré des viols !

Mais il ne faut pas s’étonner du caractère barbare de ce genre de prétendus « chercheurs. » En effet, il est évident que la société humaine et la société des rats est différente ! Quand on s’intéresse à la psychologie, on s’oriente vers la sociologie, l’étude des classes sociales, des valeurs sociales et culturelles, des idéologies…

Quel rapport alors avec l’alcool et les drogues ?

En fait, cela rejoint notre mise en avant de l’aspect straight edge du mode de vie vegan straight edge.

Car ce chercheur travaille pour les grandes entreprises, pour créer des produits comme le viagra, mais pour des gens ayant des blocages non pas physiologiques, mais psychologiques.

On voit ici donc que ce chercheur pratique la vivisection (voir ici une petite liste de ses compte-rendus à ce sujet)… afin que produire des « médicaments » dont les effets sont similaires…

Cela au lieu de chercher à vivre différemment, d’une manière positive!

Bordeaux: la soit-disant attaque du rat ou le social-darwinisme

« Nous n’avons jamais été informés de cas similaires » dit l’adjoint au maire de Bordeaux. Et pour cause. Au lieu d’affronter les problèmes sociaux, l’ordre établi joue sur le fantasme. On a ainsi une histoire fantasmagorique de rat attaquant un enfant.

L’article ultra racoleur de Sud Ouest explique ainsi au sujet de cet événement qui s’est produit il y a une semaine:

Yliesse raconte la suite : « Je faisais du vélo lorsque j’ai vu le rat, là, au milieu de la route. Il me suivait. J’ai eu peur. Je suis tombé. Il est monté sur mon ventre. Jusqu’à mon cou. Il s’est retourné, a sauté sur ma main et m’a mordu. » L’enfant montre, en passant la main sur son t-shirt, l’endroit où le rat est passé et la longueur qu’il avait. Une vingtaine de centimètres….

Voilà bien une presse à sensation totalement barbare, où la vérité n’est qu’hallucination et le niveau d’humanité proche de la nullité. Un pauvre petit rongeur se voit transformé en monstre suivant un enfant s’enfuyant et agressé à peine tombé par terre! Du délire. Et la suite vaut son pesant de cacahuètes:

« Je n’arrive pas à le croire », lance son père : « Je ne savais pas que les rats attaquaient les gens ! Une fois, avec ma femme, on en a repoussé un en lui donnant des coups de balai. Il est parti. Si personne n’avait assisté à la scène, j’aurais certainement mis en doute les propos d’Yliesse, mais il y avait un témoin. Un adulte qui a tout vu. Il a couru pour faire partir le rat et c’est lui qui a donné l’alerte. Lorsque je suis arrivé, Yliesse avait le bras en sang. Ça coulait beaucoup. Je lui ai fait un garrot et on a appelé les sapeurs-pompiers. »

Depuis le début où les rats attaquent les gens, jusqu’au garrot à la fin, le scénario est digne d’un film catastrophe du type les dents de la mer, l’invasion des rats, etc. (voir l’article à ce sujet sur LTD).

Le pire est que l’article du journal est absolument obligé de reconnaître l’absurdité de l’histoire, en reproduisant les propos des “spécialistes”:

Cette attaque de rat est surprenante. « Ce ne serait pas la seule », souligne toutefois le père de l’enfant « Lorsqu’on a raconté l’histoire à l’hôpital, des employés nous ont dit que ce n’était pas la première fois. Il y aurait eu un cas similaire rue de Bègles. À deux pas de là… » Questionné sur ce point, le service communication du CHU indiquait hier soir ne pas être informé de ce type de problème…

Contacté par nos soins, un expert en dératisation trouvait tout de même très étonnante cette attaque, bien qu’il reconnaisse que les rats peuvent parfois se montrer dangereux, notamment lorsqu’ils sont en groupe. « Dans ces cas-là, il est préférable de ne pas s’approcher et il vaut mieux avoir de quoi de les repousser. »

Cette histoire est catastrophique: elle montre la crédulité d’une population bernée à coup de propagande sur la nécessité d’écraser les animaux et la nature, bien évidemment pour faire tourner les machines à profit. Tout est fait pour enfermer la population dans un carcan, dans des valeurs culturelles barbares.

Et le processus est évidemment double. Car la victime est autant le rat que l’enfant ou son père, qui s’imaginent des choses et sont terrifiés par une peur apportée de l’extérieur, par la culture.

Cela montre comment les médias, l’éducation, les valeurs dominantes entretiennent cette crédulité, préférant mettre l’accent sur la soit-disant “idiotie” des gens qui saliraient eux-mêmes leurs quartiers et auraient donc à affronter des monstres…

Et cela montre comment la vie est impossible dans la misère, tant économique que culturelle, qui prédomine. Pour l’écrasante majorité des gens, les animaux et la nature sont des ennemis empêchant la survie de l’humanité.

C’est le principe du social-darwinisme: “le plus fort l’emporte”.

Et dans le schéma bordelais: les pauvres vivrent dans les poubelles car tel est leur sort “naturel”, et le rat est encore en-dessous, comme une sorte de concurrent fantasmagorique du pauvre… tant que celui-ci ne comprend pas sa situation et se lance dans la révolte, non pas contre ceux d’en bas c’est-à-dire les animaux, mais contre ceux d’en haut.