“Le bifteck et les frites”

Dans les années 1950, l’intellectuel Roland Barthes a écrit plusieurs articles, dont un nous intéresse ici, puisqu’il analyse « Le bifteck et les frites. » Si Barthes se contente de « déconstruire » le concept du « bifteck – frites », il tombe sur quelque chose qui nous intéresse énormément : l’idéologie « française » d’un certain « bonheur » lié à la viande.

« Le bifteck et les frites », ce n’est pas qu’un plat barbare qu’il faut critiquer, c’est également toute une idéologie, à laquelle il faut se confronter !

Le bifteck participe à la même mythologie sanguine que le vin. C’est le cœur de la viande, c’est la viande à l’état pur, et quiconque en prend, s’assimile la force taurine.

De toute évidence, le prestige du bifteck tient à sa quasi-crudité : le sang y est visible, naturel, dense, compact et sécable à la fois ; on imagine bien l’ambroisie antique sous cette espèce de matière lourde qui diminue sous la dent de façon à bien faire sentir dans le même temps sa force d’origine et sa plasticité à s’épancher dans le sang même de l’homme.

Le sanguin est la raison d être du bifteck : les degrés de sa cuisson sont exprimés, non pas en unités caloriques, mais en images de sang ; le bifteck est saignant (rappelant alors le flot artériel de l’animal égorgé), ou bleu (et c’est le sang lourd, le sang pléthorique des veines qui est ici suggéré par le violine, état superlatif du rouge).

La cuisson, même modérée, ne peut s’exprimer franchement, à cet état contre-nature, il faut un euphémisme : on dit que le bifteck est à point, ce qui est à vrai dire donné plus comme une limite que comme une perfection.

Manger le bifteck saignant représente donc à la fois une nature et une morale.

Tous les tempéraments sont censés y trouver leur compte, les sanguins par identité, les nerveux et les lymphatiques par complément.

Et de même que le vin devient pour bon nombre d’intellectuels une substance médiumnique qui les conduit vers la force originelle de la nature, de même le bifteck est pour eux un aliment de rachat, grâce auquel ils prosaïsent leur cérébralité et conjurent par le sang et la pulpe molle, la sécheresse stérile dont sans cesse on les accuse.

La vogue du steak tartare, par exemple, est une opération d’exorcisme contre l’association romantique de la sensibilité et de la maladivité : il y a dans cette préparation tous les états germinants de la matière : la purée sanguine et le glaireux de l’œuf, tout un concert de substances molles et vives, une sorte de compendium significatif des images de la préparturition.

Comme le vin, le bifteck est, en France, élément de base, nationalisé plus encore que socialisé ; il figure dans tous les décors de la vie alimentaire : plat, bordé de jaune, semelloïde, dans les restaurants bon marché, épais, juteux, dans les bistrots spécialisés ; cubique, le cœur tout humecté sous une légère croûte carbonisée, dans la haute cuisine, il participe à tous les rythmes, au confortable repas bourgeois et au casse-croûte bohème du célibataire ; c’est la nourriture à la fois expéditive et dense, il accomplit le meilleur rapport possible entre l’économie et l’efficacité, la mythologie et la plasticité de sa consommation.

De plus, c’est un bien français (circonscrit, il est vrai, aujourd’hui par l’ invasion des steaks américains). Comme pour le vin, pas de contrainte alimentaire qui ne fasse rêver le Français de bifteck. À peine à l’étranger, la nostalgie s’en déclare, le bifteck est ici paré d’une vertu supplémentaire d’élégance, car dans la complication apparente des cuisines exotiques, c’est une nourriture qui joint, pense-t-on, la succulence à la simplicité.

National, il suit la cote des valeurs patriotiques : il les renfloue en temps de guerre, il est la chair même du combattant français, le bien inaliénable qui ne peut passer à l’ennemi que par trahison.

Dans un film ancien (Deuxième Bureau contre Kommandantur) la bonne du curé patriote offre à manger à l’espion boche déguisé en clandestin français : « Ah, c’est vous, Laurent ! Je vais vous donner de mon bifteck . » Et puis, quand l’espion est démasqué : « Et moi qui lui ai donné de mon bifteck ! » Suprême abus de confiance.

Associé communément aux frites, le bifteck leur transmet son lustre nationale : la frite est nostalgique et patriote comme le bifteck. Match nous a appris qu’après l’armistice indochinois, « le général de Castries pour son premier repas demanda des pommes de terre frite s ».

Et le président des Anciens Combattants d’Indochine, commentant plus tard cette information, ajoutait : “On n’a pas toujours compris le geste du général de Castries demandant pour son premier repas des pommes de terre frites.”

Ce que l’on nous demandait de comprendre, c’est que l’appel du général n’était certes pas un vulgaire réflexe matérialiste, mais un épisode rituel d’approbation de l’ethnie française retrouvée. Le général connaissait bien notre symbolique nationale, il savait que la frite est le signe alimentaire de la “francité”.

La corrida au patrimoine culturel de l’UNESCO !?

Une cinquantaine de villes du sud et du sud-ouest de la France ont constitué un dossier pour faire entrer la culture taurine au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Cette liste est disponible sur cette page; on trouve notamment Arles, Bayonne, Béziers, Carcassonne, Dax, Fréjus, Istres, Orthez…

L’argument principal de ce dossier est que “la corrida est fondée sur le respect du taureau en tant que patrimoine génétique, et qu’en vivant dans une culture extensive, toutes sortes de bêtes sauvages se trouvent préservées.”

Vouloir classer au patrimoine culturel de l’UNESCO une tradition consistant en l’exploitation, la torture, la banalisation de la violence envers les animaux et l’assassinat d’un animal…

Cela serait mettre cette tradition sur le même plan des traditions artistiques comme la tapisserie d’Aubusson, le Cantu in paghjella corse, le festival du nouvel an des Qiang en Chine!

Voilà bien un acte totalement désespéré de ces pauvres personnes qui voient bien que la population trouve que la corrida n’est que torture et manipulation !

Rappelons ici ce qu’est une séance de tauromachie, présentée par le site Alliance Anticorrida:

La corrida, rite sanglant réprouvé par 73 % des Européens (Sofres 2003) consiste à torturer six taureaux durant un quart d’heure chacun.

En premier lieu, le picador enfonce une lance (jusqu’à trente centimètres de profondeur) et fouille la plaie, afin de cisailler le ligament de la nuque et contraindre l’animal à baisser la tête. Il ouvre ensuite la blessure en y plantant six harpons de quatre à sept centimètres : les banderilles.

L’animal est enfin mis à mort, au mieux d’un seul coup d’épée, mais c’est rarissime.Une épée plus courte et un poignard sont alors nécessaires pour porter les coups ultimes. Triste record détenu à ce jour : trente-quatre tentatives !

Sentant que la population est de plus en plus réticente aux corridas, cette tentative loufoque et pathétiquement surréaliste n’a peu de chance d’être en compte, car les buts de L’UNESCO sont (en théorie) de « servir les intérêts du monde et de l’humanité tout entière et d’encourager et faire progresser l’éducation, la science et la culture ».

Alors nous devons poser la question: comment une tradition sanglante basée sur la barbarie et la mise en scène d’une lente mise à mort pourrait-elle faire partie du patrimoine culturel immatériel?

« D’autant qu’en France, en Espagne, au Portugal, en Colombie, au Venezuela ou en Équateur, quatre-vingt-trois communes ont déjà déclaré leur rejet des corridas en se proclamant “villes antitaurines” » comme l’affirme Claire Starozinski qui est la fondatrice de l’Alliance Anticorrida.

Notons également que les parlementaires catalans ont accepté de débattre en 2010 d’une “Initiative législative populaire” ayant recueilli plus de 180 000 signatures et qui réclame l’interdiction pure et simple des combats taurins en Catalogne.

Nous ferons une présentation des corridas, mais rappelons déjà cette vérité: les corridas n’existent en France que depuis le milieu du 19ème siècle; le mythe des corridas ayant une tradition ininterrompue est née dans les années 1950…