• Piratage de l'Association Nationale des Chasseurs de Grand Gibier et communiqué du Haut-Valromey

Tchernobyl : 25 ans – 25 jours d’actions

Le réseau Sortir du nucléaire appelle à une campagne au sujet de Tchernobyl durant le mois d’avril, sous le mot d’ordre: 

26 avril 1986 – 26 avril 2011 : 25 ans de mensonge de l’industrie nucléaire,
de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMStchernobyl,) et des autorités.

L’idée est de faire en sorte que le maximum d’initiatives ait lieu dans toute la France. Avant de publier l’appel, rappelons à quoi rassemble le paysage atomique en France:

En cliquant sur la carte, on a la version en grand. Mais on peut également voir directement sur la carte interactive réalisée par le Réseau Sortir du Nucléaire.

Voici maintenant l’appel pour la campagne Tchernobyl:

25 ans de Tchernobyl
25 jours d’actions internationales du 2 au 26 avril
Changeons d’ère, Sortons du nucléaire

26 avril 1986 – 26 avril 2011 : 25 ans de mensonge de l’industrie nucléaire, de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des autorités.

Avec l’ouverture de Tchernobyl au tourisme, certains aimeraient reléguer la catastrophe dans le passé. A nous de rappeler que la catastrophe de Tchernobyl est toujours une réalité et que Tchernobyl continue de tuer. A nous de rappeler que le nucléaire, en France et dans le monde, constitue plus que jamais une menace pour les êtres humains et l’environnement. A nous de rappeler que, partout dans le monde, les énergies alternatives progressent plus vite que le nucléaire, et n’attendent que d’être développées.

Eviter un Tchernobyl, en France ou ailleurs, c’est possible… si la France s’autorise enfin à remettre le nucléaire en question et à se pencher sur les alternatives.

Alors que tous les partis se préparent pour les élections de 2012, faisons entendre notre voix et imposons le nucléaire dans le débat.

Le 1er avril, le Réseau “Sortir du nucléaire” lancera officiellement cet évènement. Ensuite, pendant 25 jours, à vous d’agir localement !

Du 2 au 26 avril,
Rejoignez-nous, Mobilisons-nous !

Organisez pendant tout le mois d’avril des actions et des évènements sur le nucléaire et ses alternatives. Participez notamment à notre action phare Opération “Tcherno-ville”
http://www.chernobyl-day.org/Organi…

Prenez part à la tournée des témoins du nucléaire et des porteurs d’alternatives coordonnée par le Réseau en organisant une soirée-débat
http://www.chernobyl-day.org/Prenez…

Venez manifester votre refus du nucléaire devant l’installation nucléaire la plus proche de chez vous lors du week-end de Pâques (23-24 avril) en organisant une action : sit-in, die-in, happening, blocage symbolique, flash-mob….
http://www.chernobyl-day.org/Action…

Mobiliser, dénoncer et montrer que des alternatives crédibles existent, tels seront les objectifs de ces 25 jours d’actions.

Voici par exemple l’appel pour l’iniative Tcherno-ville:

Action phare Tcherno-Ville

Le Réseau “Sortir du nucléaire” lance cette année une nouvelle action phare : TCHERNO-VILLE !

L’objectif est de rebaptiser le plus de communes possibles en Tcherno-ville, en apposant l’écriteau TCHERNO-VILLE en dessous du panneau de votre commune, afin d’illustrer le danger permanent auquel nous expose le nucléaire.

Cette opération prendra la forme d’une flash-mob ou mobilisation-éclaire. Celle-ci nécessite très peu de préparation et deux ou trois personnes suffisent pour l’organiser !

Comment faire en pratique ?

  1. Commandez des masques ou fabriquez-le vous-même
  2. Commandez le panneau TCHERNO-VILLE ou Téléchargez-le
  3. Repérer quel panneau d’entrée ou de sortie de votre ville sera le plus approprié, en fonction de son emplacement, de la visibilité et de la circulation
  4. Rassemblez quelques militants motivés pour participer à la mobilisation
  5. Adaptez le communiqué de presse type annonçant l’opération, qui sera prochainement mis à votre disposition, et envoyez le à la presse quelques jours avant l’action en l’invitant à assister à votre action
  6. La semaine précédent votre action, collez le panneauTCHERNO-VILLE sur du carton, perforez le en haut et en bas, et munissez vous de fil de fer
  7. Le jour J, réunissez vous, munis de vos masques et habillés de blanc, un peu avant l’heure de l’opération. A l’heure dite rebaptisez votre commune en TCHERNO-VILLE. Vous pouvez bien entendu laisser libre court à votre imagination et imaginer un cérémonial ou un scenario.
  8. N’oubliez pas de prendre des photos et de nous les envoyer à laura.hameaux@sortirdunucleaire.fr

 

Paris en 2100: un “paradis” grâce au réchauffement climatique?!

Jusqu’à la fin de l’année aura lieu à Paris une exposition d’architecture consacrée à la ville de Paris et le réchauffement climatique. On y voit des scénarios de la ville de Paris imaginé telle qu’elle serait en 2100.

Il s’agit d’une initiative à la fois bobo et parisienne prétendant que le réchauffement climatique est une « chance. » Voici un extrait très parlant de la présentation:

Le dérèglement climatique annoncé est un nouveau paramètre à prendre en compte dans notre façon de penser la ville. Nous devons nous faire à l’idée que, même s’il est amorti, le réchauffement mondial est inévitablement lancé. Nous serons ainsi tenus d’adapter nos modes de vie, dans le sens de faire avec, mais surtout de vivre avec et d’en tirer profit.

En tirer profit… On croit rêver. Paris est imaginé comme une sorte de paradis, dans un grand élan fantasmatique.

On notera d’ailleurs ces intelligentes remarques faites dans un article du Monde parlant de l’expo en question :

Les mentalités qui changeraient au point de foutre la bagnole de particulier hors de la capitale, ce n’est plus de la prospective, ce n’est même plus de la science fiction, c’est de la propagande naïve du type “demain ce sera mieux, ne vous en faites pas”.

Est-il responsable de faire rêver les gens à un réchauffement climatique ?

On notera que l’équipe d’architectes ayant imaginé ce futur n’ont pas pensé qu’à Paris. Sur cette page (en cliquant sur prospective), on trouvera également quelques images des villes d’Avignon, Dunkerque, et Rennes, en 2100 mais cette fois avec un réchauffement de 6°C (pour Paris c’est la version « optimiste » d’une augmentation de 2° qui a été utilisée).

L’architecture généralise en effet de plus en plus son propos, prétendant être capable de tout changer, au moins dans les plans. En réalité, il s’agit simplement ici d’une idéologie servant à faire accepter le réchauffement climatique et la destruction de la nature…

Des antispécistes s’invitent à la fête des bouchers d’Ile de France !

Nous parlions du Barbecue géant à Paris dans un article il y a quelques jours; des activistes se sont invités à cette triste “fête.” Voilà leur compte-rendu, alors que des photos sont disponibles ici.

Aujourd’hui avait lieu sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris un barbecue géant et gratuit organisé par les fédérations des boucheries d’Ile-de-France et sponsorisé (entre autres) par la Ville de Paris, la région Ile de France, le Centre d’Information des Viandes (le CIV) qui depuis la rentrée mène sans vergogne une campagne pro-viande en s’introduisant directement dans les établissements scolaires.

Ce dimanche, le parvis de l’Hôtel de ville avait donc été transformé en boucherie géante. Au programme, le sacrifice de trois bœufs, un veau et dix agneaux rôtis sur place, une grande dégustation de cadavres, des stands de propagande niant l’exploitation et la souffrance engendrées par la consommation de viande.

Un bel endoctrinement pro-viande qu’une dizaine d’antispécistes ne pouvaient pas laisser passer sans réaction.

Pendant 45 minutes nous avons occupé le terrain, nous postant au beau milieu du parvis avec nos panneaux “Viande = meurtre”, “Abolition de la viande”, “Non à la peine de mort” et des centaines de tracts “Pourquoi refuser de manger la viande ?”, “La place accordée aux animaux” du réseau antispéciste et “Abolissons la viande.”

Aussitôt arrivé-e-s, nous nous sommes placé-e-s entre la rôtisserie géante et la tonnelle de dégustation. Nous avons eu la chance d’arriver juste au moment de la cérémonie de remise des diplômes d’artisans bouchers et de la séance photos, détournant aussitôt une nuée de photographes vers nos panneaux.

Le timing était parfait ! Malgré plusieurs provocations verbales proches du ridicule, des discussions constructives ont eu lieu.

Après 45 minutes de présence, la police, appelée à la rescousse par les organisateurs nous a gentiment demandé de partir avant d’être convié-e-s au commissariat. Nous avons préféré obtempérer. Bref, une action courte mais loin d’être inutile : nos panneaux ont été vus par des centaines d’individus, notamment par les apprentis bouchers qui posaient pour les photographes (!), par leur famille et par le nombreux public qui se trouvait là.

Merci aux antispécistes qui ont « participé » à la fête. Nous pensons qu’il est important  de montrer notre mécontentement lors de telles occasions.