• Etude sur le potentiel planétaire de l’aquaculture

Le refuge Volée de piafs rouvre et demande du soutien

Nous avions relayé l’appel au soutien du refuge Volée de piafs, obligé de fermer ses portes : il a désormais réouvert, mais seulement temporairement, en attendant un soutien en assurant la pérennité.

Voici leur communiqué.

Reprise des accueils à partir du 26 mars 2017

Le Conseil d’Administration de Volée de piafs s’est réuni aujourd’hui et a voté la reprise des accueils d’animaux à partir du 26 mars 2017.

Les subventions accordées par la Région Bretagne, le département du Morbihan, la DREAL de Bretagne, notre député Philippe Noguès, ainsi que le très fort soutien de votre part, le public, nous permettent de reprendre notre mission, au moins pour 2017.

En effet, comme nous l’avons expliqué précédemment [voir ci-dessous], la Région et le département nous ont accordé des aides d’urgence qui ne sont pas renouvelables, le financement des centres de soins n’entrant pas dans leurs attributions.

Ces subventions vont nous permettre d’embaucher le personnel nécessaire, mais nous ne savons pas si ce personnel pourra être conservé en 2018 si nous n’avons pas de subventions. Notre grande crainte est de nous retrouver dans un an au point de départ.

Nous sommes reconnaissants à nos collectivités, qu’elles le sachent, pour l’effort consenti cette année, mais inquiets pour l’avenir.

Grâce à la solidarité du grand public, nous avons gagné 166 nouveaux adhérents et 103 donateurs, sans compter les 648 participants à la cagnotte Leetchi. Grâce à votre élan, des dizaines (des centaines ?) de courriers sont arrivés dans les boites de nos collectivités et ont enfin suscité un intérêt de leur part.

Bienvenue à nos nouveaux membres ! Nous espérons que vous continuerez à nous soutenir et à nous accompagner durant ces prochaines années. Plus nos adhérents et nos donateurs sont nombreux, moins nous sommes dépendants des aides publiques.

Les dons, adhésions et contributions à la cagnotte Leetchi représentent 44500 € !

Un immense merci à vous tous, à Gaëlle pour la cagnotte et à ceux qui en ont eu l’idée également, merci pour vos pétitions, vos messages glissés dans les enveloppes d’adhésion et que nous conservons pour les relire les jours de chagrin, merci aux associations amies pour leur soutien amical et financier : la SPA, C’est Assez, L 214, la LPO 35 et le sanctuaire des hérissons, aux Fondations Brigitte Bardot et 30 Millions d’Amis qui ont spontanément proposé leur aide (déjà accordée dans le passé) et que nous solliciterons à nouveau.

Merci aux particuliers qui ont accepté de garder les animaux en détresse et de s’en occuper durant ces dernières semaines. Merci aux vétérinaires qui ont pris les animaux en charge et en particulier aux nôtres qui sont formidables.

Voici le second document, expliquant le caractère temporaire des aides reçues.

Compte-rendu de l’assemblée génerale – Mars 2017

Lors de cette journée, nous avions annoncé l’arrêt des accueils et les difficultés, principalement financières, auxquelles nous étions confrontées. Depuis, les pouvoirs publics nous ont reçus.

Le mercredi 15 mars dernier, une table ronde était organisée à la Sous-préfecture de Lorient avec les représentants des diverses collectivités territoriales et des représentants de nos administrations de tutelle.

Autour de la table présidée par M P-E Portheret, secrétaire général de la préfecture, étaient présents deux représentants de la Région, une représentante du Conseil Départemental, un représentant de Lorient Agglo, notre interlocuteur principal auprès de la DREAL de Bretagne, deux représentants de la DDPP, notre administration de tutelle et Madame Patricia Kerjouan, Maire de notre commune.

Concernant le soutien de ces collectivités en 2017, le département du Morbihan a voté pour Volée de piafs une aide d’urgencede 12000 €, La direction régional de l’environnement (DREAL) nous soutient à la même hauteur (c’était déjà le cas en 2016) et le Conseil Régional Bretagne doit faire voter lundi 21 mars une subvention de 15000 €.

Par ailleurs, ce dernier nous accorde son aide pour la création d’un emploi associatif (soutien financier réparti sur 3 ans pour la création d’un CDI).

Nous les remercions très sincèrement pour cet effort.
Notre communauté d’agglo affirme avoir voté un accord de principe pour nous soutenir …

Quant à notre commune, Languidic, nous savons qu’elle nous aide déjà dans la mesure de ses possibilités et en particulier en nous mettant à disposition depuis deux ans un grand emplacement au camping municipal durant les mois d’été, ce qui nous permet d’accueillir de très nombreux bénévoles et stagiaires.

Conclusion pour 2017 : grâce à vos dons, vos adhésions, grâce à votre générosité sur Leetchi et les aides qui viennent de nous être accordées par ces collectivités, l’année en cours est sauvée.

Malheureusement, pour les années suivantes, les choses se gâtent.

Comme nous l’avons dit et maintes fois écrit, notre principal souci est la pérennité du centre et en particulier celle des postes salariés que nous avons à présent les moyens de créer et sans lesquels nous ne pouvons poursuivre notre mission.

Lors de la réunion du 15 mars, les personnes présentes nous ont réaffirmé que le financement des centres de soins n’est pas de la compétence de la Région, ni du département et qu’il n’existe aucune ligne budgétaire à ce titre. Les aides accordées cette année ne le sont que de manière exceptionnelle afin de sauver le centre de soins. Il semble que le financement des centres soit du ressort de l’Etat, sauf que ce dernier s’y refuse depuis toujours.

Notre contrôleuse de la Direction départementale de la protection des population (DDPP), qui nous suit depuis 10 ans, a fait remarquer à l’assistance, texte de loi à l’appui, qu’il est strictement interdit à tout particulier de détenir un animal sauvage fût-il blessé ou en détresse et qu’il doit obligatoirement l’acheminer vers un centre de soins agréé. Encore faut-il qu’un tel centre existe et comment fait-il s’il n’est du ressort de personne de le financer ?

Les centres de soins sont reconnus par l’Etat, leur réglementation est très stricte, ils sont contrôlés par des organismes d’Etat (DDPP et ONCFS) mais il n’existe aucune ligne budgétaire nulle part pour eux. Ils ne doivent donc compter que sur vous, le public, sur les Fondations et le mécénat d’entreprise quand il y en a.  Les représentants présents du Département et de la Région se sont engagés à interpeller eux-mêmes Ségolène Royal à ce sujet.

Nous avons donc peu de choses auxquelles nous raccrocher pour 2018 et les années suivantes. Devons-nous embaucher le personnel envisagé au risque de devoir licencier tout le monde dans un an ? Devons-nous reprendre notre activité et nous retrouver dans la même situation l’année prochaine ?

Avouons que nous sommes ressortis de cette réunion le moral en berne.

Notre CA va se réunir très prochainement afin de faire le point et de décider ce qu’il convient de faire à présent.

Dans quelques jours nous vous communiquerons le bilan de ces 45 jours de solidarité et de générosité dons vous avez fait preuve [il s’agit du document publié plus haut].

En attendant ce sont les animaux qui trinquent, qui restent sur le bord de la route ou sont euthanasiés par les vétérinaires.

Que faire, que dire, si ce n’est notre désarroi.

Lettre type pour aider le refuge Volée de piafs

La méthode n’est  pas suffisante en soi,  mais cela fait partie des possibilités d’une vaste campagne : voici un courrier à envoyer aux élus pour soutenir le refuge Volée de piafs du Morbihan, menacé de fermeture pour raisons financières.

Une version en PDF, prête à imprimer, existe également à télécharger.

Mme M. ………………
A l’attention de …………………………………….
……………………………………………….
……………………………………………….

Objet: Non à la fermeture imminente du centre de sauvegarde de la faune sauvage Volée de piafs

Madame, Monsieur,
Je sollicite aujourd’hui votre attention sur la situation alarmante et urgente du centre de soins de la faune sauvage Volée de piafs menacé par une fermeture imminente.

Créé en 2007 et basé à Languidic (56), il est l’un des plus gros centres français. Il répond à l’urgence de soins pour les animaux en détresse de notre faune sauvage, pour la plupart victimes des activités humaines.

Il joue également un rôle capital de vigilance sanitaire en recueillant des données sur l’évolution des maladies, des zoonoses et du parasitisme.

En 10 ans d’existence, les accueils ont été multipliés par 12. Au total ce sont 13 350 animaux qui ont bénéficié d’une prise en charge depuis 2007. L’association a ainsi répondu à un besoin très fort.

Nous, citoyens sommes de plus en plus vigilants quant à la sauvegarde de la faune : Volée de piafs compte plus de 600 adhérents et donateurs et de nombreux bénévoles œuvrent au quotidien pour faire vivre le centre de soins. Sa disparition va laisser un très grand vide et serait une catastrophe pour tous les animaux en détresse.

L’association perdure uniquement grâce aux efforts démesurés des bénévoles et aux dons des adhérents. Depuis 2007, elle n’a de cesse de solliciter des soutiens financiers auprès des collectivités locales et territoriales afin que l’activité qu’elle effectue soit subventionnée.

Elle a trouvé porte close lorsqu’elle a sollicité l’aide du Conseil Régional, de la Communauté de Commune ou de l’association
des maires du Morbihan, aboutissant ainsi à une fatalité que Volée de piafs redoutait depuis plusieurs années : la fermeture du centre de soins !

Et pourtant si chaque collectivité territoriale contribuait financièrement au fonctionnement de Volée de piafs, le centre de soins ne serait pas dans l’obligation de fermer ses portes.

Nous sommes indignés par le manque de soutien des acteurs publics et leur totale indifférence quant à la faune sauvage. Nous vous demandons aujourd’hui de mettre en œuvre tous les moyens possibles pour sauver Volée de Piafs et garantir les activités sur le long terme de ce centre de soins indispensable pour la biodiversité de la Région.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de mes sentiments respectueux.
Mme, M ……………………………………..

A qui envoyer ce courrier ?

Au maire de votre commune

M. Jean-Yves Le Drian, Président du Conseil Régional de Bretagne
283 avenue Gén Georges Patton CS 21101 35711 Rennes cedex 7

M. Norbert Métairie, Président de Lorient Agglomération
Maison de l’Agglomération, Esplanade du Péristyle, Quai du Péristyle, 56100 Lorient

M. François Goulard, Président du Conseil Départemental du Morbihan
Hôtel du Département 2 rue de Saint-Tropez CS 82400 56009 Vannes cedex

L’association « Volée de piafs » appelle à la rescousse pour ne pas fermer

L’association « Volée de piafs« , basée à à Languidic, dans le Morbihan, s’occupe des animaux sauvages, mais depuis hier, elle n’est plus en mesure de le faire, risquant même de fermer en mars.

Comme on s’en doute, c’est encore une question de moyens et il y a donc un appel à la rescousse pour sauver ce grand centre qui s’est occupé de 3030 animaux l’année dernière (des goélands, des hérissons, des chouettes, des écureuils, des chevreuils, des loutres, des chauves-souris, des phoques, des veaux marins…).

On peut faire des dons, en sachant qu’il manque 70 000 euros et nous rappelons ici qu’il s’agit d’un problème central pour tous les refuges.

150 personnes se sont rassemblées à Lorient pour appeler à soutenir l’association, dont voici ici le communiqué au sujet de la fermeture.

Nous faisons face à un très grand bouleversement: l’obligation de fermer le centre de soins.

A compter du 11 février 2017, aucun oiseau ou mammifère en détresse ne pourra être accueilli au centre pour y être soigné.

Vers qui vous tournerez-vous alors quand vous trouverez en animal en détresse ? La réponse est : nous n’en savons rien !

Tout ce que nous savons aujourd’hui, c’est qu’il est impossible de continuer ce travail de titan sans y laisser des plumes.

Pour rappel, Didier et Marie, fondateurs du centre en 2007, se sont voués corps et âme à cette entreprise devenue titanesque au fil des années et y ont investi toutes leurs économies personnelles. Aujourd’hui, nous sommes épuisés, physiquement ET moralement.

Imaginez-vous : 1 seul et unique capacitaire soins BÉNÉVOLE (qui a par ailleurs un métier d’artisan) qui gère au quotidien sans prendre un jour de congé et ceci depuis 10 ans, à la fois l’arrivée des nouveaux pensionnaires, mais aussi les équipes changeantes de bénévoles et de services civiques qui sont là pour aider.

Nous remercions d’ailleurs toutes ces personnes qui ont à chaque fois pris leur tâche au sérieux et sans qui des centaines d’animaux n’auraient pas survécu.

Epuisés aussi moralement. Pendant 10 ans, nous avons lutté pour trouver des subventions, des bénévoles réguliers, des financements pour assurer les frais de fonctionnement du centre et salarier des personnes en contrat aidé.

Nous avons sollicité l’aide d’élus, en vain. M. Métairie, Président de notre communauté de communes a même refusé de nous recevoir en rendez-vous alors que de 40 % des animaux accueillis proviennent de ce périmètre.

C’est vous, les donateurs et adhérents (+ 600 à ce jour), les sympathisants, les bénévoles qui nous ont le plus aidés !

Nous tenons néanmoins à souligner le soutien de notre député M. Philippe Noguès depuis le début de son mandat et encore à présent en cette période très difficile et celui des communes de Languidic, Plouharnel, Erdeven, Carnac, Etel, Plouhinec et Pluméliau durant ces 3 dernières années.

Aujourd’hui, il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts pour qu’il n’y ait plus de tempêtes en Bretagne qui affaibliraient les animaux, plus de marées noires, plus de dégazages intempestifs en mer, plus de chouettes imprudentes qui viennent nicher dans les cheminées, plus de voitures pour choquer les oiseaux intrépides, plus de psychopathes pour les maltraiter, plus de phoques désorientés, plus de vitres transparentes, plus de chats croqueurs d’oiseaux (plus de 10 % des accueils)…

Il y a un dicton qui dit : personne n’est irremplaçable, et pourtant on a beau faire le tour de la question, il s’avère qu’il n’existe aujourd’hui en région Bretagne AUCUNE structure capable d’accueillir, de soigner et de réhabiliter tous les animaux qui ont été confiés à l’association Volée de piafs ces 10 dernières années, soit 13350 animaux.

Le succès de Volée de piafs est incontestable. Les citoyens sensibles à la préservation de l’environnement et en particulier à la souffrance de la faune sauvage et des animaux en général ont prouvé que l’existence des centres de soins de la faune sauvage comme le nôtre est indispensable.

Vous êtes indignés par cette fermeture? Vous voulez nous soutenir?

Faites le savoir: Envoyer un courrier à vos élus, au Conseil Régional de Bretagne, au Conseil Départemental 56, à Lorient Agglomération – Courrier type à télécharger:  « Télécharger Courrier à envoyer aux élus.pdf« 

Il faut soutenir l’association, et toutes les associations, faire en sorte que la Nature soit reconnue, car là l’un des problèmes essentiels est en l’occurrence celui-ci : l’humanité prétend vivre en-dehors de la Nature, sans aucune responsabilité.

Les refuges pour la vie sauvage, pour les animaux sauvages vivant dans les villes comme les oiseaux, doivent être soutenus le plus largement possible !

L’association Volée de piafs a besoin de soutien

Hier, nous parlions des difficultés des associations ; voici un exemple concret de comment aider. L’association Volée de piafs,  basée non loin de Lorient en Bretagne, appelle au soutien pour financer une salle de lavage pour les oiseaux marins, une volière à passereaux, le tout coûtant 9200 euros.

Un peu plus de 2000 euros a déjà été récolté, par l’intermédiaire du site kiss kiss bank bank et il reste une trentaine de jours pour cumuler le tout. Il faut savoir ici que tout don est déductible des impôts : un don de 50 € revient à 17 €.

Voici l’appel de l’association, qui en profite pour se présenter.

L’association Volée de piafs, au travers de son centre de sauvegarde de la faune sauvage, a pour objectif la préservation de la biodiversité. Sa mission principale est d’accueillir, de soigner, de réhabiliter et de relâcher la faune sauvage en détresse. Elle sensibilise également le grand public à la lutte contre les nuisances et pollutions touchant à l’environnement.

Située à Languidic en Bretagne, l’association accueille chaque année environ 2500 animaux. L’activité est dévorante : Marie et Didier, les deux fondateurs du centre, n’imaginaient pas que les accueils prendraient une telle ampleur. Mais le grand public est sensible à la souffrance animale, d’autant plus que la majorité des causes d’accueil sont dûes aux activités humaines (choc route, baie vitrée, empoisonnement…) : le centre ouvert 7j/7 reçoit 20 à 60 appels par jour.

Ainsi, oiseaux marins, rapaces, corvidés, passereaux, petits et gros mammifères, sont nourris, soignés et réhabilités tout au long de l’année à Volée de piafs, grâce à une équipe entièrement bénévole !

Contrairement aux idées reçues, l’association est très peu subventionnée, à peine 15% de notre budget provient d’aides publiques. Notre principale source de financement est obtenue grâce aux dons et adhésions des particuliers. Malheureusement, malgré la générosité de nos donateurs, nous ne disposons pas de ressources suffisantes pour construire de nouveaux aménagements indispensables pour accueillir convenablement certains « pensionnaires ». C’est pourquoi nous lançons cet appel aux kisskissbankeurs !

Les accueils ne cessent d’augmenter et nos infrastructures sont toujours insuffisantes:

Nos volières à passereaux sont bien trop petites et surtout mal adaptées. Nous avons besoin d’une structure plus vaste et bien aménagée pour que la rééducation des oiseaux blessés et l’évolution des juvéniles se déroulent dans les meilleures conditions.

Nous ne disposons pas d’une salle de lavage pour les oiseaux, digne de ce nom. Or, nous recevons régulièrement des oiseaux dont le plumage est souillé par des hydrocarbures ou des huiles.

Notre projet est, tout d’abord, de construire une volière de 28 m² entièrement sécurisée de 3 m de hauteur. Le revêtement extérieur (côtés, sol et sommet) est prévu en grillage galvanisé maille 1,4 cm pour empêcher toute intrusion. Ce grillage sera doublé dans la partie intérieure de la volière d’un filet maille 1,4 cm tendu sur toute la surface afin que les oiseaux ne se blessent pas et n’abîment pas leur plumage sur le grillage.

Concernant la salle de lavage pour les oiseaux : nous recevons fréquemment des oiseaux dont le plumage est souillé par des hydrocarbures, des huiles et produits en tous genres. Or, nous manquons cruellement d’une structure adaptée pour les laver, à savoir une pièce chauffée supportant d’être inondée sans dommages. Cette salle doit être munie d’un double poste de lavage pour les petits et moyens oiseaux, ainsi qu’un autre pour les grands oiseaux.

Nous possédons ces postes de lavage, le chauffe-eau et une partie de la plomberie, mais pas ce qui va autour. Actuellement nous lavons les oiseaux dehors dans des bassines quand il fait chaud en été, mais l’hiver nous ne pouvons laver que les petites espèces dans un évier.