8 avril : Pour un Trafalgar du gaz de schiste ! Pour en finir avec le permis offshore Rhône Maritime !

“Dimanche 8 avril : Pour un Trafalgar du gaz de schiste ! Pour en finir avec le permis offshore Rhône Maritime !”: tel est le mot d’ordre d’une initiative contre un permis d’exploitation de pétrole en offshore profond au large de Marseille, à 30 kilomètres d’un sanctuaire marin.

Cette initiative, consistant en rassemblement sur terre mais aussi en mer, se tiendra trois jours avant la date butoir de signature de l’autorisation. Les lieux de rassemblement sont les suivants:

  • rassemblement maritime pour les marins avec départs décentralisés de tous les ports du littoral ;
  • rassemblement terrestre à quai pour tous les “sans bateaux”, à partir de 11 h, Parc de la Navale (5 ha dans un cadre superbe dans la rade de Toulon), accessible en voiture, ou bien en navettes en bateau depuis le centre ville ;

On peut trouver ici le tract au format PDF. On trouvera des informations sur les sites gazdeschiste-collectif-var.over-blog.com ainsi que non-aux-hydrocarbures-en-mer.org.

Voici deux documents explicatifs: le premier est tiré du tract, le second est un article de journal.

On notera les évidentes limites de l’appel à la lutte: la destruction de la planète est constatée, mais il n’y a pas encore l’idée qu’il faille remettre en cause son propre mode de vie. Or, on ne peut pas appeler à défendre un sanctuaire marin et appeler les pêcheurs à participer, alors que la pêche est en train d’anéantir la vie marine… Il est évident en tout cas que la lutte qui se développe ici fait partie du début d’une conscience globale, qui annonce la dimension de la bataille de demain!

Que se passerait-il si, comme dans le golfe du Mexique, une plate-forme d’exploitation d’hydrocarbures en eaux profondes venait à exploser dans une mer aussi fermée que la Méditerranée, à moins de trente kilomètres des côtes varoises ?

Voila la question que chacun d’entre nous doit à présent se poser car le permis de prospection d’hydrocarbures, appelé permis« Rhône- Maritime », attribué à la société texane Noble Energy, représente un danger sans précédent pour notre mer Méditerranée et son exceptionnelle biodiversité.

S’étendant sur une zone de 12500 km2, à quelques kilomètres du parc national de Port-Cros, le permis « Rhône-Maritime » menace également une zone protégée de reproduction des cétacés appelée le sanctuaire Pélagos. La prospection sismique par ondes acoustiques effectuée à partir d’un bateau qui sillonne le secteur depuis un an perturbe d’ores et déjà considérablement les cétacés. Mais si le permis d’exploration venait à être renouvelé   comme les autorités doivent le décider avant le 11 avril 2012, ouvrant ainsi la porte au véritable projet d’exploitation d’hydrocarbures, la menace serait toute autre et le risque d’une marée noire dévastatrice bien réel.

Si la catastrophe du golfe du Mexique a révélé au monde l’incapacité des compagnies pétrolières à colmater une fuite à grandes profondeurs, elle laisse aussi présager ce qu’il adviendrait de nos paysages si un tel scénario devait se produire en Méditerranée. Car la zone en question est encore plus profonde que celle du golfe du Mexique (jusqu’à 2600m de profondeur !) et surtout, elle se situe dans un secteur à forte activité sismique, le dernier tremblement de terre d’une magnitude de 5,6 ayant eu lieu à la fin du mois de janvier 2012.

A ce stade, nous avons encore les moyens de faire pression sur les ministères de l’industrie et de l’écologie pour que ce permis ne soit pas renouvelé. C’est pourquoi il est primordial de montrer notre détermination et de réussir la mobilisation, qu’elle soit terrestre ou maritime.

Habitants des départements côtiers, passionnés de sports nautiques, pêcheurs, professionnels du tourisme, élus, représentants d’organisations professionnelles, syndicales ou associatives, amoureux de la nature, de notre département, de la mer Méditerranée, simples citoyens révoltés par cette main mise sur ce bien commun, faites connaître autour de vous ce projet désastreux pour notre environnement et participez au rassemblement terrestre qui aura lieu le dimanche 8 avril 2012 à 11hrs aux chantiers navals de La Seyne sur Mer.

Participez également au rassemblement maritime en sortant en mer, lors de cette journée, dans chaque port varois, pour exprimer votre mécontentement et exiger l’abandon du permis « Rhône-Maritime ».

Voici l’article de journal (Var Matin):

Gaz, pétrole : un Texan veut forer au large de Toulon

Le renouvellement d’un permis de prospection est demandé à moins de 30 km du littoral et aux portes du sanctuaire Pélagos. Les ministères de l’Industrie et de l’Écologie devront trancher.

La course au pétrole et au gaz s’accélère. La société texane Noble Energy veut lancer une campagne de prospection sismique en 3D près du littoral méditerranéen, au large de Marseille et d’Hyères, jusqu’aux portes du sanctuaire des cétacés Pélagos – à moins de 30 km des côtes et en pleine zone de protection écologique.

Les opérateurs espèrent réaliser des forages d’exploration ou d’exploitation entre 1 600 et 2 600 mètres de profondeur (soit jusqu’à 1 000 m de plus que le puits Macondo, dans le golfe du Mexique).

Déjà une première campagne

Les recherches d’hydrocarbures se sont intensifiées en Méditerranée depuis 2010. D’importantes couches de sédiments pourraient s’être transformées en pétrole ou en gaz à proximité des côtes françaises, dans le delta du Rhône. En 2002, un arrêté du ministère de l’Industrie avait accordé un permis exclusif de recherche d’hydrocarbures, dit « Rhône Maritime », renouvelé une première fois en 2006, et valable jusqu’au 19 novembre 2010.

Le 29, le Bergen Surveillor avait appareillé pour une campagne sismique, a priori dix jours après la date d’expiration légale du permis.Cette campagne de prospection, jugée dangereuse pour les cétacés, avait été dénoncée par WWF, Greenpeace, le sanctuaire Pélagos et des associations de défense de l’environnement.

Mais les résultats de ces récents doivent être encourageants pour la société qui veut prospecter. Une demande de renouvellement du permis jusqu’au 19 novembre 2015 est en cours d’instruction, sur 9 375 km2. Une superficie supérieure à celle de la Corse.

Cette nouvelle campagne de prospection est demandée par Melrose et Noble Energy France SAS, sous réserve de l’acceptation du ministre chargé des mines. Noble Energy, société basée à Houston, Texas, aux États-Unis, a racheté 72,5 % du permis à Melrose. Selon les opérateurs, « tous les éléments nécessaires à un système pétrolifère actif sont potentiellement présents ».

Aucune date

Bientôt des puits d’extraction de pétrole ou de gaz au large de Toulon, Hyères et du parc national de Port-Cros ? La balle est dans le camp des ministères de l’Industrie et de l’Écologie. La date de mi-février était avancée pour un feu vert éventuel. Le ministère de l’Industrie, contacté ces jours-ci, refuse de confirmer cette échéance. D’autres sources font état d’une décision à venir après la manifestation des opposants, prévue le week-end de Pâques.

Enfin, les services d’Éric Besson précisent que l’industriel concerné recherche « du gaz et non du pétrole »et qu’il s’est engagé à ne pas avoir recours à la fracturation hydraulique (interdite). Et qu’en Méditerranée, dans le cadre de cette recherche d’hydrocarbures, onze puits ont déjà été forés en zone française

Mais aucun gisement n’a été découvert. « La France et l’Europe ont durablement besoin de volumes non négligeables de gaz naturel »,qui remplace le charbon ou le fioul dans certaines centrales électriques. « Actuellement 98 % de notre consommation de gaz provient de gisements à l’étranger » y compris de gisements offshore, ajoute le ministère. Pas sûr que ces arguments essentiellement économiques suffiront à convaincre les réfractaires.