Appel de la SPA de Poitiers

L’adoption est un acte militant, citoyen, et… normal. Les refuges ont de plus en plus de difficultés pour accueillir décemment les animaux abandonnés : dons en baisse, trop de bénévoles et de familles d’accueil, et surtout des abandons toujours plus abondants. Surtout que les grandes vacances arrivent…

Tout ceci nous le disons et redisons, car des centaines et centaines d’animaux abandonnés et à adopter chaque jour est une aberration, aberration qui reflète bien que les animaux ne sont considérés que comme des objets de consommation, jetables à souhait. Alors que les animaux doivent être considérés comme des membres de la famille, de fidèles amiEs etc.

Voici un appel (le texte est ci-dessous) qu’il faut relayer le plus possible afin que les animaux du refuge de Poitiers trouvent une solution le plus rapidement possible.

Le tracé d’une ligne de Train à Grande Vitesse passe en plein dans le refuge entraînant fatalement l’expropriation d’une partie du terrain, la démolition de la fourrière, la perte d’espaces réservés aux animaux.

Le refuge a besoin de dons, chaque don compte, même une petite somme aidera les animaux.
Et les choses avancent vite et bien, la somme actuellement réunit sert déjà à aider 500 chiens du refuge de Poitiers…

Faudra-t-il tuer des chiens pour faire passer le train ?

C’est l’incroyable question, abrupte mais bien réelle, qui se pose depuis que le tracé de la ligne à Grande Vitesse a été connu. Les bénévoles, les salariés, les administrateurs, les sympathisants de l’Association Secours Protection aux Animaux de Poitiers sont catastrophés. D’une façon générale tous ceux qui sont attachés à l’éthique de cette structure, née en 1956, où les euthanasies sont rares et dûment justifiées, sont accablés par le peu de cas qui pourrait être fait de toutes ces vies animales.

En effet cette décision est lourde de conséquences : un coup de crayon ravageur qui entraîne l’expropriation d’une partie du terrain, la démolition de la fourrière, la perte d’espaces réservés aux animaux. Des promesses ont été faites en termes de reconstruction, certaines ont d’ores et déjà été balayées faute de budget. Quel sera le sort des chiens et chats recueillis par le SPA de Poitiers ? Quels seront les possibilités de relogement le temps des travaux ? Trop peu de réponses et surtout pas d’engagements fermes.

Ajoutons à cela, pour faire bonne mesure, un ultimatum demandant la destruction des installations précaires, jugées non conformes ; elles avaient été installées en urgence pour parer à l’augmentation des abandons. On comprendra dans quel contexte difficile se trouve le refuge de Poitiers. En ligne de mire la crainte de perdre l’activité fourrière, ce qui aggraverait non seulement la situation financière du refuge, mais aussi le sort des 1500 chats, chiens et nacs qui transitent chaque année au SPA de Poitiers.

Nous avons rencontré sur place les responsables de l’association, une équipe motivée et compétente, soudée, déterminée à faire face. Ils nous ont expliqué leurs difficultés financières, graves mais récentes, les solutions déjà mise en oeuvre pour surmonter le déficit qui ne remonte qu’à une année :

D’un côté, une fois de plus, une association et ses pensionnaires subissent la crise de plein fouet avec des rentrées en nette diminution (dons et adhésions en baisse, legs épuisé, désengagement de l’état sur les Contrats d’accès à l’emploi), de l’autre, comme un peu partout, de plus en plus d’animaux sont abandonnés, les factures vétérinaires explosent et le budget nourriture s’alourdit.

Courageusement l’équipe retrousse ses manches, met en place des solutions drastiques d’économies, prépare des dossiers, sollicite des aides, renégocie des contrats. Mais il faut lui laisser un peu de temps pour récolter les fruits de ces mesures. Ce temps nous pouvons le lui donner en réglant au moins deux mois de factures vétérinaires.

Aujourd’hui il y a urgence ! Les 1500 animaux sauvés, réconfortés, soignés, socialisés et adoptés chaque année sont menacés de mort si le SPA de Poitiers se retrouve en liquidation judiciaire.

Que deviendront-ils si le SPA de Poitiers ferme ses portes, si la rentabilité l’emporte sur l’éthique ?

Nous ne pouvons pas laisser faire ça, nous ne pouvons pas les abandonner une seconde fois.

14 euros versés pour chacun de tous ces animaux rescapés c’est la possibilité de continuer à les rendre adoptables, c’est donner une chance à tous les autres, c’est rendre justice à tous ces animaux qui ont besoin de cette fourrière et de ce refuge pour ne pas mourir, c’est être solidaires du SPA de Poitiers pour l’aider à gagner cette bataille, essentielle pour tous les animaux en détresse de la région.

Nous vous invitons à visiter notre partenaire pour cette opération :