Bénédiction des animaux et des éleveurs sur la Place Saint-Pierre

Voici un très intéressant article, encore une fois sur le catholicisme. Il est tiré du Point, et c’est aux dernières lignes qu’il faut bien entendu porter toute son attention, de par ce que cela révèle.

Bénédiction des animaux et des éleveurs sur la Place Saint-Pierre

Veaux, vaches, cochons: l’espace d’une matinée et le temps d’une bénédiction, les animaux de la ferme ont fait leur apparition jeudi sur la place Saint-Pierre au Vatican, comme chaque année à l’occasion de la Saint-Antoine, patron des éleveurs et protecteur des animaux.

Sous une pluie glaciale, lors d’une brève cérémonie auprès de la Colonnade du Bernin, les animaux, créatures de Dieu, ont reçu la bénédiction annuelle du cardinal Angelo Comastri, vicaire général du pape pour la Cité du Vatican.

Le prélat italien a ensuite parcouru la petite foire en saluant chaque éleveur et en remettant un petit souvenir du Vatican.

Auparavant un majestueux défilé de cavaliers avait remonté la via della Conciliazione: cavaliers de la police, des carabiniers et de la Garde des finances, agents à cheval de l’Office national des forêts, personnages en habit Renaissance à cheval ou en calèche.

Un check-up gratuit de santé avait été proposé par des vétérinaires aux rares Romains venus visiter “la ferme sous le ciel”, comme était baptisée cette manifestation, et qui avaient apporté leurs chats et leurs chiens.

“Nous avons toujours eu des chiens. Et nous voulions les faire baptiser. C’est quelque chose, disons que l’esprit est beau!”, a déclaré à l’AFP une Romaine de 50 ans.

“Il faut toujours considérer les êtres humains en premier, mais les animaux arrivent juste après”, a témoigné un homme, ajoutant: “je ne sais pas quel sens religieux il faut trouver. Mais je sais que Jésus Christ a parlé aussi très souvent des animaux. Donc il doit y avoir, il y a un sens religieux à tout cela!

L’Association des éleveurs italiens (AIA) organisait cette exposition pour la sixième fois sur la grande place du plus petit Etat du monde. Une messe a été dite pour les éleveurs dans la basilique Saint-Pierre par le cardinal Comastri.

On comprend avec les dernières lignes que tout cela est une opération de communication tant des éleveurs que de l’Eglise catholique. En effet, à quoi cela sert de « bénir » si c’est pour massacrer après ?

Il est ainsi très hautement significatif que Saint-Antoine soit à la fois le saint patron des éleveurs et protecteur des animaux ! Et on remarque que l’amour de la Nature se voit dévié en célébration de Jésus-Christ et en mysticisme religieux.

Tout cela est très hypocrite, et cela n’a rien d’étonnant, puisque la question des animaux et de la Nature prend désormais tellement d’importance que nombreuses sont les tentatives faites pour tenter d’intégrer de manière fausse les valeurs exigées par la morale et une vie non dénaturée.

Le jeu des curés et des prêtres est ici véritablement pervers, car à chaque fois ils entretiennent le doute dans l’esprit des gens, alors que le catéchisme de l’Église catholique est on ne peut plus clair sur le statut des animaux.

Mais ce dont on peut être certain, c’est qu’inévitablement ces manipulations intellectuelles et culturelles exploseront à la figure de ceux qui trompent les gens, car la vague en faveur de la Nature ne peut pas échouer.

La vie dans des villes bétonnées et une réalité totalement dénaturée sont inacceptables, pas seulement parce que les gens ne veulent pas, même si en fait on leur impose et ils n’ont pas le choix, et ils sont corrompus par la société de consommation qui propose des pseudos améliorations, mais également et surtout parce que les gens ne peuvent pas.

Ou plus exactement, ils ne peuvent plus : la vie dénaturée aboutit à l’ultra-violence, l’individualisme, la barbarie. Il ne s’agit pas de faire ici du « rousseauisme », de toutes manières Rousseau pensait qu’on ne pouvait plus retourner en arrière. Il s’agit simplement de voir les choses en face : l’être humain appartient à la Nature, tout éloignement n’aboutit qu’à la folie !